compteur

Avertir le modérateur

dimanche, 03 novembre 2013

Bob Tahri, des parcs lyonnais à Central park (Eurosport à 15h15)

2010_0710Image0293.JPGL’ancien médaillé mondial de 3 000 m steeple (34 ans) court aujourd’hui à New York son premier marathon qu’il a préparé dans la banlieue lyonnaise.

J-16 avant le marathon de New York. Pile à l’heure prévue, 16h45, Bob Tahri se gare sur le parking de la base d’aviron de Décines au bord du Rhône. À ses côtés, son kiné perso venu spécialement du Qatar le bichonner dans la dernière ligne droite. Le Messin aurait bien aimé poser ses valises dans l’hôtel « La Passerelle » juste de l’autre côté de la départementale, à un jet de pierre du Parc de Miribel-Jonage et son vaste réseau de pistes, mais c’est complet depuis le lancement des travaux du Grand Stade de l’OL… « Dommage, cela aurait été l’idéal » râle-t-il car avec deux sorties par jour, les soins et la récupération, chaque seconde compte.

2010_0710Image0297.JPG

Ce n’est pas le Kenya où il avait ses habitudes dans les camps d’entraînement en altitude, mais l’ancien recordman d’Europe du 3000m steeple (8’01’18’’), médaillé de bronze aux Mondiaux 2009 à Berlin et d’argent aux championnats d’Europe 2010 à Barcelone apprécie le décor. Tant mieux car après deux semaines dans le 8e arrondissement de Lyon, il s’y est installé deux longues semaines, les plus importantes de sa préparation… « Pour mes premiers cycles, j’allais au Parc de Parilly où il y a beaucoup de coureurs et de marcheurs, c’était un peu dangereux à haute vitesse, explique-t-il. Ici, c’est un grand tour. Quand tu passes par des endroits que tu ne connais pas, tu es obligé de t’adapter. C’est bien quand tu prépares un marathon comme New York qui est loin d’être plat… »

Aussi beaux soient-ils, ce n’est pas la qualité des parcs qui ont incité Bob Tahri à s’établir ici un mois. Ce sont plutôt ses sparring-partners (le Kenyan Benjamin Kipruto et le Rwandais Dieudonné) et surtout son nouvel entraîneur lyonnais Bastien Perraux. Les deux hommes collaborent ensemble depuis le mois d’août 2012. C’est l’athlète qui a sollicité le jeune coach, de 17 mois son cadet, marié à la meilleure coureuse française de steeple (Claire Perraux-Navez).

IMG_8399 (1280x853).jpg

À l’époque le Messin avait l’idée de créer une structure d’entraînement dans la région de Strasbourg. Le projet a fait long feu. Faute de partenaire, les athlètes du groupe se sont vite disloquées. Mais pas le couple Tahri/Perraux. « À l’origine, avec Bob, je devais surtout faire l’œil de Moscou pour Jean-Michel Dirringer (son coach historique qu’il partageait avec Mehdi Baala). Finalement, je continue avec le seul athlète que je ne devais pas entraîner, raconte Perraux. De lui, je ne connaissais que l’image publique. Ce qui nous a rapprochés, c’est la passion. Avec lui, c’est un investissement total. »

C’est dans la difficulté que le jeune coach a su gagner la confiance de Tahri. Quand ils ont commencé à travailler ensemble, il n’avait plus couru depuis un an après deux opérations pour une excroissance osseuse au tibia et une fracture du sacrum. « Je pense avoir des qualités physiques au-delà de la norme et un gros mental, mais si on m’avait dit quand j’ai repris que j’allais recourir en 3’32’’ sur 1500m à la fin de l’été 2013, alors que mon record datait de X années (3’34’’65 en 2009), et que j’irai au marathon de New York pour faire quelque chose, j’aurais dit : ‘‘c’est qui ce ouf !’’, avoue Tahri. Quand on arrête un an, il faut un an et demi pour revenir. Avoir Bastien avec moi a été un gros plus. »

Un nouveau coach, un appétit renouvelé, pour une nouvelle carrière. Fini le steeple où il était de toute façon barré en France par Mahiédine Mekhissi. Il aurait dû passer sur 10 000 m cette saison sans une entorse au meeting de Eugene. Après la parenthèse 1 500 m aux Mondiaux de Moscou (demi-finale), ce coureur à large spectre entend maintenant se découvrir sur marathon. « Je ne suis pas dans l’optique de me dire que je passe sur marathon parce que j’ai 34 ans. L’idée c’est plus d’aller sur une distance où j’ai aussi les armes. Ce n’est pas un one-shot, mais cet hiver, je ferai de la salle et l’été prochain, je serai sur le tartan aux Europe à Zurich. »

Depuis deux mois, il a ajouté un tiers de volume en plus à ses séances («Au lieu de faire 30x400m et 8x1000m, je faisais 40x400m et 12x1000m »), ses semaines passant de 160 km à 210 km. Des tests au semi de Nancy (1h03’38’’) et au marathon de Metz (arrêt après 21 km) ont boosté sa confiance. Malgré la présence du champion olympique et du monde Wilson Kiprotich et de marathoniens confirmés comme Mutaï, Kebede, Lel, il vise une place dans le top 5. « J’ai choisi New York parce que c’est le plus mythique, mais aussi parce qu’il n’y a pas de lièvre et donc qu’il n’y a pas des allures de dingues. La distance ne me fait pas peur, j’ai même la conviction que ces allures m’iront bien. Mon objectif, c’est de gérer, de remonter, de prendre mon destin en main et de ramasser du monde. Vu comme j’ai bossé depuis deux mois, j’y crois. »

Benjamin Steen

leprog.jpg

10:19 Écrit par La Com dans Actualité | Commentaires (0) | Tags : tahri, perraux |  Facebook |  Imprimer | |

lundi, 02 mai 2011

Bob Thari: Quand on passe par Parilly...

2010_0710Image0293.JPGBouabdellah Tahri a réalisé à Palo Alto (Etats-Unis), en Californie, la troisième meilleure performance française de tous les temps sur 10 000 m dimanche soir (lundi matin en France). Douzième en 27’31’’46 d’une course remportée par le Kényan Bidan Karoki en 27’13’’67, le Français s’est approché à un peu moins de dix secondes du record de France de Tony Martins (27'22’’78 en 1992). Un bon chrono pour une première expérience sur piste sur la distance. Par un temps idéal, le recordman d’Europe du 3000 m steeple a pris la course en main après la mi-parcours, suite à l’arrêt prématuré du lièvre, l’Américain Chris Solinsky. Un effort qu’il a ensuite payé lors de derniers kilomètres très difficiles. L’élève de Jean-Michel Dirringer se montrait toutefois très satisfait à l’arrivée : « C’était un bon apprentissage. L’objectif numéro un n’était pas le record de France mais juste de courir vite et montrer que j’avais aussi du fond. » Un avis partagé par son entraîneur : « Cette compétition prouve que Bob s’est bien préparé. Il va maintenant récupérer un peu et se remettre au steeple. » Une distance sur laquelle le Français visera une médaille lors des Mondiaux de Daegu, en septembre prochain.

Source FFA

17:38 Écrit par La Com dans Athlétisme | Commentaires (1) | Tags : tahri |  Facebook |  Imprimer | |

samedi, 12 mars 2011

Samedi matin à Parilly: Christelle, Hassan et Bob!!!

IMG_0225.JPGIMG_0119.JPG

2010_0710Image0266.JPG

 

 

 

 

 

 



Du très beau monde ce matin dans la parc de Parilly.

Avec pas moins de trois stars de la piste, du cross et de la route.

Chrsitelle Daunay qui vient de remporter son troisième titre de championne de France de cross a participé à l'échauffement des athlètes avec ses amis de Lyon-Athlétisme avant que chacun s'occupe de sa propre séance, c'était triangle pour Christelle et son ami Frédéric Bouvier. Christelle qui me confiait se préparer pour un 10 000m, sans pour autant annoncer son ambition de battre le record de France de Rosario Murcia.

Présent aussi mais en solitaire le champion de steeple Bob Tahri.

Ainsi qu'un habitué mais avec un grade de plus depuis sa seconde place des championnats de France de cross, Hassan Chahdi et toute sa bande de 'Matumaïni' mais bien plus tard pour tout ce groupe qui prendra le relais vers 11h0.

lundi, 23 août 2010

Bob Tahri pour RUN in LIVE

runinlive.gif

Bob Tahri a oublié sa déception de Barcelone

Le meeting de Zurich a donné une belle occasion à Bob Tahri, pour s’illustrer. Il termine 3ème d’une course très relevée, avec un bon chrono de 8’07’’20. Une performance qui rassure le spécialiste de steeple, reparti de Barcelone très déçu après sa deuxième place derrière Mahiedine Mekhissi.

2010_0710Image0280.JPG

 

Quel est ton sentiment sur cette course de Zurich ?

Je suis content de la manière dont j’ai résisté face à l’adversité. Cette course était plus relevée qu’un championnat du monde ! Il y avait plusieurs Africains, Shaheene, et nous deux, les Français.

Es-tu surtout satisfait par la place (3ème) ou par le chrono (8’07’’20) ?

Le plus important est la place. Pour le chrono, on sait bien qu’avec beaucoup de compétiteurs du même niveau, on se neutralise. Zurich est le meeting le plus important au monde. Et il était donc très important pour se situer au niveau mondial. Moi, en courant dans une course où il y a beaucoup d’Africains, je suis dans mon élément ! Cette course est intéressante par rapport au Mondial de l’année prochaine, et par rapport aux Jeux Olympiques de 2012. On risque de ne pas se rencontrer si souvent d’ici là !

Quels étaient les adversaires les plus redoutés là-bas ?

Bien sûr Shaheen. Et aussi Kemboi, et Koech, qui m’ont battu tous les deux. Il y avait cinq Kenyans déjà pointés sous les 8 minutes. Et aussi Mahiedine ! Il fallait tirer son épingle du jeu. Il y a eu beaucoup d’à-coups pendant la course. A la cassure, je me suis accroché, pour rester devant. Il y avait beaucoup de pression car on retrouvait les Africains !

As-tu échangé avec Mahiedine à Zurich ?

On a un peu discuté. Un peu avant. Un peu après. Pas de Barcelone, mais de la course. Il a souffert. Moi aussi ! J’ai été plus dur au mal que lui sur cette course-là.

Comment va la blessure ressentie à Barcelone ?

Il s’agissait d’une inflammation du muscle fléchisseur du gros orteil. J’en souffre depuis février. C’est très gênant car on ne peut pas mettre ce muscle au repos. Cela gêne tout le temps, à la marche, à la course. Je n’ai pas voulu en parler avant Barcelone. J’avais mal après les séries, mais je n’ai rien dit, je ne voulais surtout donner l’impression d’un prétexte. De toute façon, si je me présente sur la ligne de départ, c’est que j’estime être à 100%. Sinon, je fais forfait. J’ai eu très mal après la course. J’ai fait beaucoup de soins. Je voulais absolument continuer ma saison. Car même si je suis très déçu de ma 2ème place, on ne peut pas gommer tous les efforts et toutes les performances réalisées depuis 15 mois ! Mon record d’Europe, ma place au Mondial. Maintenant, je suis dans les meilleurs mondiaux.

Tu parles donc de déception après ta 2ème place de Barcelone.

Oui, je suis reparti déçu. Il faut être réaliste. Je suis 2ème et j’espérais gagner ! Mais la déception est passée, il faut rebondir. Mon objectif, c’est Londres. Toutes les étapes, même les déceptions, me servent pour les JO. Le championnat du Monde sera également intéressant dans cette optique.

Est-ce que ta blessure a eu un impact négatif sur ta course de Barcelone ?

Comme je l’ai dit, je ne veux pas me cacher derrière ma blessure. Si je suis sur la ligne de départ, c’est que je me crois capable de gagner. J’ai fait le choix d’une tactique où je voulais émousser mon adversaire. Ca se joue à pas grand-chose. Dans les derniers 50 mètres, seulement. Quand il me passe à 10 mètres, je résiste, mais pas longtemps. Que je perde avec 1 seconde ou 7 dixièmes, c’est pareil, j’étais battu. La déception a été très grande quand j’ai vu à 30-40 mètres que je ne gagnerai pas. Ca se joue à pas grand-chose ! On bat tous les deux le record du Championnat.

Après coup, as-tu remis en cause la tactique choisie ?

Non, je ne la remets pas en cause. Je suis allé au bout de ma tactique. Il a souffert. Moi aussi. Il a été meilleur que moi sur cette course-là. Je l’ai battu au France. Il m’a battu aux Europe. Je l’ai battu à Zurich.

Comment envisages-tu l’avenir ?

Je vais continuer à travailler. C’est bien d’avoir deux Français au top, c’est une bonne chose. Moi, j’ai apporté une médaille mondiale, il a apporté une médaille olympique. J’ai fait une erreur à Barcelone, ça ne passe pas très loin. C’est le sport ! Mais je ne referai pas deux fois la même erreur.

Y-a-t-il eu une erreur dans la préparation ?

Non, la préparation a été très bonne. J’ai suivi une tactique fidèle à mes idées. J’ai pris mes responsabilités. Je n’ai pas fait comme à Helsinki il y a quatre ans, où j’étais resté attentiste, ce qui avait permis au Finlandais Keskisalo et à l’Espagnol Blanco de me devancer.

Etait-ce finalement une bonne idée de mener une course d’équipe ?

Moi, je courais d’abord pour moi ! Chacun avait l’objectif de gagner. On a pu se mettre à l’abri par rapport aux autres coureurs. On a durci le train. Ca n’a pas marché, maintenant, il faut passer à autre chose !

Le championnat de France a-t-il finalement joué un rôle néfaste pour ce Championnat d’Europe ?

Disons que ça n’a pas été la meilleure date pour le faire ! J’aurais préféré rester en altitude le plus longtemps possible, et disputer le 1500 mètres de Monaco, qui avait lieu le 22 juillet, six jours avant ma course. Mais cela n’a pas été possible, je devais disputer le France. C’est normal de jouer le jeu, puisque tout le monde le joue. Mais c’est vrai que cela n’a pas été la meilleure des choses !

On a beaucoup entendu que cette victoire au France sur Mahiedine t’aurait donné un excès de confiance pour Barcelone ?

Non, je ne pense pas. Je suis remonté à Font Romeu, j’ai repris mon programme normalement. C’est une course comme une autre. C’est seulement un titre de Champion de France. J’ai 31 ans, on ne s’enflamme plus à cet âge-là !

Quel sera ton programme des prochains jours ?

Je vais courir sur 1500 mètres à Lille mardi 24, puis à Rieti dimanche 29 sur 3000 m plat. Je veux profiter de mon état de forme, j’ai envie de profiter de ma préparation. Il y aura une grosse densité à Riéti sur le 3000 m plat, je voudrais bien faire un bon chrono.

Vas-tu à nouveau te préparer à Parilly comme avant Zurich ?

Oui, je me plais là-bas. J’y étais passé quelques jours avant le Championnat de France. J’y suis revenu après Barcelone. J’ai des liens d’amitié avec Djamel  Boudebibah, qui est l’entraîneur de Kechi, le coureur de 400 m haies, et du relais 4x400 m. Il y a de bonnes conditions. Je cours dans le Parc de Parilly, il a beaucoup de coureurs là-bas. Je vais aussi sur le stade de Bron pour les séances. Et j’ai aussi les soins.

As-tu déjà programmé tes vacances et la saison prochaine ?

Comme d’habitude, je partirai en vacances en thalasso à St Malo (*), puis en famille. Mais je n’ai pas pris le temps de penser à la saison suivante. Je ne veux pas encore me projeter, c’est le meilleur moyen pour rater la fin de cette saison !

As-tu ressenti la fatigue après Barcelone ?

Oui, un peu. Mais ce n’est que du sport. Il faut rebondir. Deux jours après la course, c’était oublié !

Interview réalisée par Odile Baudrier - photo Gilles Bertrand

(*) Bob Tahri encadrera un stage d'entraînement Thalasso et Course à pied aux thermes Marins de St Malo du 26 septembre au 3 octobre.

Pour en savoir plus,

17:13 Écrit par La Com dans Athlétisme | Commentaires (1) | Tags : tahri |  Facebook |  Imprimer | |

jeudi, 19 août 2010

Meeting de Zurich: Un match France-Kenya sur 3000 steeple

leprog.jpgBob Tahri et Mahiedine Mekhissi vont défier les spécialistes africains du 3000 steeple

La réunion d'athlétisme de Zurich propose aujourd'hui un match Kenya-France sur 3000 m steeple, avec vue sur la rivière et la victoire pour Bob Tahri et surtout Mahiedine Mekhissi face aux spécialistes africains.

Pour sa dernière course de la saison, la sprinteuse Myriam Soumaré, révélation des Championnats d'Europe de Barcelone, affronte la crème du sprint mondial sur 100 m, avec l'objectif d'améliorer son record personnel (11.18).

2010_0710Image0298.JPG

«Ce que j'attends, c'est que Mahiedine (Mekhissi) s'offre un chrono au niveau de son potentiel. Il a une grande capacité à se tranformer dans les grandes occasions», indique son jeune entraîneur Farouk Madaci.

«Ca a été compliqué de garder la forme. On est partis une dizaine de jours à Font-Romeu pour maintenir le niveau et aussi se mettre au vert», ajoute Madaci.

Jamais les deux Français, qui ont dominé l'Europe du haut de leur taille imposante - avec Mekhissi en or et Bob Tahri d'argent -, n'ont paru si près de faire trébucher les athlètes des hauts plateaux dans un grand meeting.

Mekhissi, vice-champion olympique à Pékin, a déjà montré la voie en s'offrant, début juin à Rabat, une nette victoire aux dépens d'Ezekiel Kemboi et Richard Mateelong, médaillés d'or et d'argent des Mondiaux 2009 à Berlin. Là où le Messin Tahri avait décroché le bronze et le Rémois Mekhissi, blessé, avait abandonné en série.

Champion olympique 2008 et du monde 2007, Brimin Kirputo détient le temps de référence 2010 (8:00.90). Avec deux lièvres et des primes par palier chronométrique, l'organisateur zurichois n'a pas lésiné sur les moyens pour que le vainqueur au moins descende sous les 8 minutes. Pourtant, au contraire de l'ancien Paul Koech, Kipruto n'a pas paru au mieux à Londres vendredi dernier.

Détenteur depuis 2004 du record du monde (7:53.63), le Qatari Saif Saaeed Shaheen a été blessé ces dernières années. «Je reviens mais je dois encore beaucoup travailler pour retrouver le sommet», a-t-il indiqué.

Garfield Darien aura à cœur de faire descendre sur 110 m haies son chrono «argenté» barcelonais (13.34), qu'il avait égalé la semaine dernière à Londres.

mardi, 17 août 2010

Bob Tahri à Parilly

leprog.jpgLe médaillé d'argent de Barcelone prépare sa fin de saison entre le stade de Bron et le Parc de Parilly

C'est un type facétieux qui a une drôle de vie, Bob Tahri. Habitué aux stages en altitude au Kenya, en Éthiopie, en Algérie et en Afrique du Sud, le Messin s'est installé la semaine dernière à l'hôtel Campanile de la zone industrielle de Bron : « Je suis un explorateur », dit-il pince-sans-rire. « À la fin, je pourrai dire que ma carrière a été riche de médailles et de records mais aussi de rencontres et d'échanges… »

Le médaillé d'argent aux derniers championnats d'Europe derrière Mahiédine Mekhissi-Benabbad a prévu d'y séjourner environ trois semaines accompagné de Khalid, son fidèle sparring-partner. C'est que, blague à part, Tahri n'est pas en vacances. Sa saison ne s'est pas arrêtée sur le podium à Barcelone. « Chez moi, à Metz, il y a beaucoup de sollicitations, explique-t-il. Pour la concentration, il faut savoir s'éloigner. Ici, je me place dans des conditions optimales et joignant l'utile à l'agréable. »

tahri.jpg

Bob Tahri et Djamel Boudebibah

L'utile, ce sont des conditions d'entraînement idéales entre le Parc de Parilly pour les footings et la piste du stade Pierre-Duboeuf pour les séances spécifiques (lire par ailleurs). « J'avais fait les championnats de France jeunes en 1996 à Parilly et (la marathonienne) Christelle Daunay m'en a parlé. C'est un site génial pour le footing ! » Et l'agréable, c'est la présence à Bron de Djamel Boudebibah, l'entraîneur de Heni Kechi (4e du 400 m haies à Barcelone) et responsable depuis deux ans des relais 4x400m en équipe de France. C'est en se côtoyant lors de stages et en grands championnats que les deux hommes se sont rapprochés : « On a tout de suite eu des atomes crochus, c'est quelqu'un qui a le contact facile, dit Bob. Et je lui suis reconnaissant de m'avoir ouvert les portes de son stade le mois dernier au matin du championnat de France à Valence. Je voulais faire un petit réveil musculaire. C'était sympa. En plus, j'avais gagné… »

2010_0710Image0266.JPG

Bob Tahri à Valence

Depuis le début du séjour, Boudebibah prend volontiers son chronomètre pour assister les séances du médaillé de bronze aux Mondiaux de Berlin en 2009. Et tout son réseau est mis à contribution : les copains pour le couvert, les kinés, etc... Tahri en profite pour se détendre un peu. Mais un tout petit peu seulement. Une glace par-ci, un match de l'OL par là, si le calendrier coïncide… Car il compte frapper un gros coup dans le chrono d'ici la fin du mois, surtout à Zurich jeudi dans le 3 000 m steeple le plus relevé de la saison contre Mekhissi et une armée de Kenyans (Kipruto, Koech, Kemboi, Mateelong et le recordman du monde Shaheen), puis à Lille le 24 août (sur 1 500 m) et enfin le 29 à Rieti en Italie (sur 3 000 m plat).

« Depuis quinze mois, je réalise des choses remarquables : ma médaille à Berlin dans la course la plus rapide de l'histoire des Mondiaux avec le record d'Europe (8'01''18). Mon record d'Europe en salle du 5 000 m… Le seul petit hic, c'est Barcelone. J'ai été un peu déçu mais la chose intéressante, c'est que même si ç'a été dur dans les 30 derniers mètres, psychologiquement, j'ai eu un comportement intéressant en prenant mes responsabilités. »

Débarrasser de la petite gêne au mollet qu'il l'a perturbé au stade de Montjuich, il entend « profiter de sa bonne condition pour concrétiser tout le travail réalisé ». La barrière des huit minutes peut voler jeudi en Suisse. Avant de retrouver son cocon d'un mois, à Bron.

Benjamin Steen

A J-8, c'est « spécifique »

Jeudi dernier, Bob Tahri a effectué sur la piste de Bron une séance dite de « spécifique », à laquelle nous avons pu assister. « Vous avez de la chance, c'est la première fois qu'un journaliste voit ça. » Ce n'est pas tout à fait vrai puisqu'une équipe de Canal+ en a filmé une l'hiver dernier, mais, le Messin aime réaliser ces entraînements dans l'intimité. « Je fais ce type de séance systématiquement sept ou huit jours avant chaque grosse échéance », explique-t-il. Il conditionne toute sa journée autour de cette répétition grandeur nature. Il pousse le détail jusqu'à se présenter sur la piste chaussé de pointes et vêtu de son équipement de compétition. Son sparring-partner enfourche un vélo. But du jeu, faire le lièvre. Au menu ce jour-là, une série de quatre courses de 1200m, 1000m, et deux fois 800m, entrecoupées de deux minutes de récupération. Tahri tient à ce que ses chronos restent secrets. « On ne sait jamais. Si mes adversaires de Zurich voient ça… » Il permet quand même d'évoquer son dernier 800m couru en 1'56'' (!), les spécialistes apprécieront. « Monstrueux », applaudit Boudebibah. « C'est une bonne séance », sourit-il. Il sera prêt pour Zurich.

B.S

Bob Tarhi, en savoir plus

Photos Bob Tahri à Valence

 

08:38 Écrit par La Com dans Athlétisme, C'est dans Le Progrès | Commentaires (2) | Tags : tahri |  Facebook |  Imprimer | |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu