compteur

Avertir le modérateur

jeudi, 18 août 2011

Disparition.: Le perchiste Pierre Quinon s'est suicidé

quinon_LA_victoire.jpgPierre Quinon, champion olympique à la perche aux JO de Los Angeles 1984, s'est suicidé mercredi à Hyères à l'âge de 49 ans, a-t-on appris jeudi auprès de la Fédération française d'athlétisme (FFA).
L'information a été confirmée par une une source proche du dossier.
Le parquet de Toulon a été saisi, et l'enquête confiée au commissariat de police de Hyères.
"L'information m'a été confirmée par des proches", a indiqué à l'AFP Bernard Amsalem, président de la FFA, au sujet du perchiste installé dans le Var depuis sa retraite sportive.

 Après sa carrière, arrêtée en 1992, Quinon, né le 20 février 1962 (BIEN 1962) à Lyon, s'était reconverti dans le commerce et la peinture abstraite. Il possédait une rôtisserie dans la commune varoise et exposait régulièrement ses toiles. Il avait été le premier français à être sacré champion olympique à la perche.

Récemment, il avait renoué contact avec l'athlétisme en travaillant sur le projet des Mondiaux vétérans de 2015, dont l'organisation a été attribuée à la ville de Lyon. Il avait notamment accompagné des dirigeants français aux Etats-Unis dans le cadre de l'organisation de cet évènement.

quinon_perrin_vigneron.jpg

Jean-Claude Perrin encadre ses deux poulains, Pierre Quinon et Thierry Vigneron.

Outre son titre olympique, Quinon avait aussi détenu le record du monde de la perche avec une barre de 5,82 m, franchie le 28 août 1983 à Cologne (Allemagne). Ce record avait tenu 4 jours, avant que son compatriote Thierry Vigneron, médaillé de bronze aux JO-1984, n'ajoute 1 cm.
Le palmarès de ce fils de coureur de 800 m, qui a débuté l'athlétisme à 14 ans, compte aussi une médaille d'argent aux Championnats d'Europe en salle (1984).

Maurice Houvion, ancien entraîneur de Jean Galfione : «C'est affreux. J'étais relativement proche de lui. Nous nous étions vus en juin dernier à l'occasion des 40 ans de Jean (Galfione). Je savais qu'il était en dépression, qu'il vivait des moments difficiles. Il exprimait d'ailleurs cela à travers sa peinture. Il va nous manquer. Dans le monde de la perche comme ailleurs. Je ne m'attendais pas à ça, même s'il avait laissé entendre à Stéphane Diagana, de qui il était très proche, qu'il souhaitait en finir. Pierre était un surdoué de l'athlétisme. Il se posait beaucoup de questions, n'était jamais très satisfait de ce qu'il faisait. Mon fils était très proche de lui lorsqu'ils étaient athlètes. Aujourd'hui, je suis extrêmement triste.»

Jean Galfione, champion olympique à la perche en 1996, à Atlanta : «Pierre était un proche, je l'avais souvent au téléphone. Nous avions même fait une régate ensemble, il y a un mois. Ça s'était super bien passé, il était content. C'était quelqu'un de très émotif, sensible à plein de choses. On savait qu'il pouvait être excessif, notamment quand il s'agissait de lui. Là, c'est extrêmement violent mais c'est son choix.»

Jean-Claude Perrin, ancien entraîneur de Pierre Quinon : «C'est une nouvelle effrayante. Quand la vie disparaît comme ça, les titres et les records ne comptent plus. On est effrayé devant la détresse et surtout on pense à ses proches, à sa femme, à ses enfants et tous ceux qui l'aiment. On touche au domaine de la vie intime des individus. A ce qui touche l'âme. C'est souvent assez insondable. On s'occupe de sport, de centimètres, de millièmes de seconde, mais qu'est-ce à côté de l'immensité de la vie, surtout quand on la perd ? Ma détresse est très grande. Il avait pris de mes nouvelles il n'y a pas longtemps. Il me demandait toujours de ne pas trop en faire... Je garderai l'image de ce gamin aux cheveux blonds bouclés que j'ai vu quand il avait 12-13 ans lors d'une journée de détection dans la banlieue de Lyon. Il n'y avait pas besoin d'avoir fait de grandes études d'entraîneur de saut à la perche pour savoir qu'il était déjà totalement différent des autres. Quinon, c'était un type d'absolu. Il sautait d'une manière absolue, totale. Et dans la vie, il était à la recherche d'autres absolus.»

Bernard Amsalem, président de la Fédération Française d'Athlétisme : «Je suis effondré. C'était un grand champion. Il était atypique dans le monde de l'athlétisme mais il était très attachant. On regrette cette perte. Récemment, il avait collaboré avec la Ligue Rhône-Alpes, qui a obtenu l'organisation des Mondiaux vétérans de 2015, à Lyon. Dans ce cadre-là, il s'est rendu à Sacramento, en Californie. Il était content de retrouver les gens de l'athlétisme. C'était d'ailleurs bien de l'associer à la famille de l'athlétisme comme cela avait été fait avec Jean Galfione ou Marie-José Pérec.»

15:28 Écrit par La Com dans Actualité, Athlétisme | Commentaires (1) | Tags : quinon |  Facebook |  Imprimer | |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu