compteur

Avertir le modérateur

vendredi, 07 septembre 2012

Pierre-Alexis Pessonneaux, un champion très discret

2010_1016Image0164.JPG

Le Villeurbannais a frôlé l’exploit aux JO de Londres avec ses complices du relais.

Avec ses complices, Christophe Lemaitre, Ronald Pognon et Jimmy Vicaut, le Villeurbannais Pierre-Alexis Pessonneaux, à 24 ans tout juste, a frôlé l’exploit, le mois dernier, aux Jeux Olympiques de Londres. En effet, à 4 centièmes de secondes près, ces quatre mousquetaires du relais 4X100 mètres grimpaient sur le podium pour se voir accrocher autour du cou une superbe médaille de bronze. Avec 38 secondes et 16 centièmes, les jeunes gens arrivent en quatrième position. Battus par les Américains et par les Jamaïquains, c’est normal, ces deux nations sont intouchables en la matière. Mais ils auraient pu être les premiers du reste du monde. C’était compter sans les sprinter de Trinidad qui les taclent sur le fil. « Quand on visionne notre course », dit le rapide Villeurbannais, « nous sommes très fiers mais nous avons cependant quelques regrets, nous avons tous fait de mini erreurs qui, une fois totalisées, dépassaient les 4/100 e qui nous manquaient pour accrocher la troisième place… » Ces jeux londoniens demeurent une « fabuleuse expérience, des rencontres géniales avec les têtes d’affiches du monde entier… » Spécialiste du 200 mètres, (20’75’’) et bien sûr du relais, le jeune homme a une olympiade devant lui. Objectif Rio mais avant cela, les championnats du monde à Moscou durant l’été prochain. Né à Belley, Pierre-Alexis s’est essentiellement entraîné au club d’Aix-les-bains avec Lemaitre pour partenaire et Pierre Carraz pour coach. Depuis trois années, il a posé ses valises en la cité des Gratte-ciel, aux Charpennes, en toute discrétion. Il s’entraîne sur le campus de la Doua, deux à trois heures par jour, avec un groupe d’athlètes motivés et Marie Bussery comme coach. L’athlétisme nourrit mal son homme aussi, après des études de commerce et de finance, le nouveau Villeurbannais doit-il travailler, comme contrôleur de gestion chez SFR, heureusement avec des horaires aménagés pour sportif de haut niveau… « Avis aux sponsors régionaux », lance-t-il avec le sourire. On est bien loin des ponts d’or proposés aux footballeurs pourtant parfois colériques et sans grands résultats… Le jeune homme adore sa nouvelle ville d’adoption, surtout, dit-il « les Gratte-ciel, on s’y sent bien et le Parc de la Tête d’Or, quel bonheur… » Le sprinter qui, avec son équipe, a loupé le très médiatique succès et les projecteurs pour quatre petits centièmes n’en demeure pas moins champion d’Europe 2010, à Barcelone. Un Villeurbannais désormais à suivre et à applaudir sur les stades…

leprog.jpg


16:03 Écrit par La Com dans C'est dans Le Progrès | Commentaires (0) | Tags : pessonneaux |  Facebook |  Imprimer | |

dimanche, 17 octobre 2010

Christophe Lemaitre ne carbure qu'à l'or

leprog.jpgLe triple champion d'Europe (100m, 200m, 4x100m) et ses partenaires de l'AS Aix-les-Bains - Pierre-Alexis Pessonneaux et Manuel Reynaert - ont remporté sans faute le relais 4x100m

2010_1016Image0383.JPG

 

Christophe Lemaitre a beau être couvert d'or et de gloire, il a quand même ressenti « une petite pression » hier au départ de la finale du 4x100m du championnat de France de relais au stade de Parilly: « Si on avait perdu, ça n'aurait pas été la honte, mais j'aurais été déçu… » Ils ne pouvaient pas perdre. Il faut dire que l'AS Aix-les-Bains avait aligné son armada presque au complet avec la charnière Lemaitre-Pessonneaux médaillée d'or à Barcelone et l'ex-relayeur international Manuel Reynaert pour finir le travail dans la ligne droite. Seul Thibault Van Tilbeurgh, au départ manquait de référence internationale. Des quatre hommes en bleu ciel, c'est sans doute celui qui avait le plus peur de gâcher la fête. « On ne pouvait pas se permettre de se rater », confirmait Pessonneaux après-coup. Mais il n'y a pas eu de fausse note, ni en série, ni en finale. Et c'est ainsi que Lemaitre, triple champion d'Europe (100 m, 200 m, 4x100m) a complété son impressionnante collection de médailles d'or de l'été avec l'or national du 4x100m qui vient rejoindre les breloques du même métal du 100 m et du 200 m décroché en juillet à Valence, à chaque fois avec le record de France à l'arrivée. Pas de ça hier. Le record de France des clubs est un peu haut perché (Les Ulis en 1991 en 39''06) et, de toute façon, il faisait un sale temps (pluie, 8 °C) pour les sprinteurs hier après-midi à Vénissieux. Les Aixois se sont donc contentés de couper la ligne en 40''73. «On a le sentiment du devoir accompli, résumait Reynaert. Si on avait été champions en plus de 41'', ça n'aurait pas eu la même saveur. »

Leur devoir, les Aixois l'avait déjà accompli en s'alignant dans ces championnats de France tout au bout d'une saison très remplie. « C'est comme ça qu'on a été éduqué. Pour nous, c'est normal d'être là », assurait le Belleysan Pierre-Alexis Pessonneaux. Christophe Lemaitre avait pourtant plus d'une bonne raison de faire l'impasse. Sa saison s'est achevée le 19 septembre à Kawazaki, il n'a repris l'entraînement que depuis dix jours, et il était invité hier à Belgrade en Serbie pour recevoir son trophée d'athlète européen de l'année. Mais, la victoire aidant, le Culozien ne regrette pas d'avoir préféré se produire à Vénissieux : « C'est pas que j'étais spécialement pressé de recourir en compétition, mais j'avais envie de venir pour le club et les potes. Et je ne regrette absolument pas d'avoir fait ce choix ! »

Le public n'a pas boudé son plaisir non plus. Il y avait foule pour admirer son rush ligne opposée qu'il conclut par un cri rageur à l'adresse de Pessonneaux. Du beau spectacle. Et le « kid » assure le service après-vente. Il n'avait pas encore repris son souffle qu'il était hapé par un essaim d'athlètes et de spectateurs. Impossible de compter combien d'autographes il a signé, combien de fois il s'est laissé prendre en photo, sans jamais perdre patience sous le regard amusé du sprinteur grenoblois Florent Ribet : « Eh, mais c'est Christophe. On le voit tous les week-ends », dit-il sans calmer l'agitation. Le charme de l'été continue d'opérer...

Et ce n'est pas fini. Aujourd'hui, Lemaitre remet ça en participant au relais 4x200m. Une série et une finale l'attendent. Autant dire que ça va faire mal aux jambes et au cœur sur une distance qu'il apprécie moins : « ça va être horrible ! » Sauf pour le public.

Benjamin Steen

mardi, 03 août 2010

Lemaitre, Pessonneaux, Darien , Kéchi et Kévin Mayer, les bleus de l'ETE !

La Ligue d'Athlétisme Rhône-Alpes peut être fier de ses athlètes.

Il y a quelques semaines La LARA présentait lors d'une soirée le TOP EILTE de la région l'aide proposée à tous les athlètes. La confiance a déjà son retour sur investissement avec cet extraordinaire bilan de Barcelone ainsi que de Monction pour Kévin Mayer.
Les bleus.jpg
Outre l'Historique et  fantastique triplé de Chrsitophe Lemaitre, son ami et camarade du club d'Aix-les Bains Pierre-Alexs Pessonneaux apporte sa contribution à la vistoire du relais avec son superbe virage.

Garfield Darien concrétise enfin au plus haut niveau avec une belle médaille d'argent sur 110 haies avec un record personnel.

Héni Kéchi au pied du podium du 400 haies aura satisfait à toutes les attentes de son entraineur et de ses nombreux supporters avec aussi un record personnel pulvérisé en finale.

Quand au plus jeune Kévin Mayer un  an après son titre mondial cadet , il est aujourd'hui champion du monde junior du Décathlon.


11:39 Écrit par La Com dans Athlétisme, Coup de Coeur | Commentaires (0) | Tags : lemaitre, pessonneaux, darien, kéchi, mayer |  Facebook |  Imprimer | |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu