compteur

Avertir le modérateur

samedi, 02 avril 2011

Rosario Murcia-Gangloff, un espoir paralympique ?

logo-soutenu_par.jpgToujours recordwoman de France du 10 000 m, Rosario Murcia-Gangloff s’est lancé un pari un peu fou. A 46 ans, la fondeuse licenciée à Beziers Cheminots Athlétisme Méditerranée vise la qualification pour les Jeux Paralympiques de Londres. Car c’est désormais du côté de l’handisport que Rosario, qui souffre d’un glaucome, trace sa route. Une très belle leçon de vie.

 

9150_big.jpg

Rosario Murcia, Annette Sergent, Farida Fatès, Marie-Pierre Duros, Martine Fays, Odile Ohier, des noms qui nous rappellent la grande époque du cross féminin français au passage des années 80-90. Vingt ans après cette époque bénie des labours tricolores, Rosario Murcia-Gangloff continue toujours, à 46 ans, de marteler le bitume et le tartan plusieurs fois par an. Pourtant, la Lyonnaise, installée maintenant dans la région de Narbonne, a décidé d'entamer une seconde carrière. Pas forcément là où on l'attendait. En effet, la toujours recordwoman de France du 10000 m (31'42''83 en 1992) a repris la compétition de haut niveau l'été dernier lors des Championnats de France handisports.
Une seconde histoire qui commence en 1995 lorsque, suite à une déshydratation massive après les championnats d’Europe 1994 d’Helsinki, elle commence à souffrir d'un glaucome (ndlr ; une maladie dégénérative du nerf optique qui entraîne une perte progressive de la vision). Elle poursuit tout de même sa carrière jusqu'en 1997 avant de se consacrer à son travail et sa famille. La course n'est plus qu'un plaisir. En 2004, un bon petit 35'55'' sur dix kilomètres montre que Rosario Murcia-Gangloff, petit bout de femme d'1m60 à la parole et à la voix tonique, n'a rien perdu de son talent. C'est à ce moment que ses problèmes de vue s'aggravent. Au fil des ans, en plus de la myopie, elle commence à ne plus percevoir les reliefs et perd la vision sur les côtés. Ce qui ne l’empêche pas de participer à plusieurs courses.

Des entraînements tous les jours
Début 2010, Rosario, maman de trois enfants, est contrainte d'arrêter de travailler, son handicap empirant de manière brutale. L'athlé aurait pu s'éloigner. Une rencontre avec Christophe Carayon, ancien athlète handisport installé dans la même région, va pourtant lui donner l'occasion d'entamer une nouvelle carrière. « Au départ, je n'avais pas très envie de courir en handisport, précise-t-elle. J'avais cotoyé le haut niveau chez les valides, je ne connaissais pas du tout le milieu handisport. Et puis, j'avais envie de laisser la place aux autres athlètes. » Son nouvel entraîneur parvient tout de même à la convaincre de tenter sa chance dans la catégorie des malvoyants. D'emblée, elle remporte le titre national 2010 du 1500 m dans le temps de 4'52''97, ce qui la place dans les dix meilleures vétéranes valides de la saison. Puis elle devient championne de France de cross handisport à Paray-le-Monial en février dernier. C'est reparti !
Et pour le coup, le goût de côtoyer le haut niveau est lui aussi revenu. « J'arrive comme une débutante dans l'handisport et je suis excitée par cette nouvelle aventure, assure-t-elle. Je me suis vite rendu compte qu’il fallait aussi une préparation intensive pour réussir dans ma nouvelle catégorie. Alors, je m'entraîne tous les jours et j'espère être prête afin d'obtenir ma sélection pour les Jeux Paralympiques de Londres en 2012. »
Le message est passé. Vingt ans après sa participation aux Jeux Olympiques de Barcelone en 1992, Rosario Murcia-Gangloff pourrait connaître en 2012, à Londres, une sélection dans la plus belle compétition qu'elle n'aurait jamais envisagée il y a encore un an. Welcome to London, Miss Murcia-Gangloff !

Renaud Goude pour athle.com

22:10 Écrit par La Com dans Coup de Coeur | Commentaires (4) | Tags : murcia |  Facebook |  Imprimer | |

samedi, 26 juin 2010

Rosa Murcia peut dormir sur ses deux oreilles.

leprog.jpgRosa Murcia peut dormir sur ses deux oreilles. Ce n'est pas ce soir que la Brondillante sera dépouillée de son record de France du 10 000 m (31'42''83 en 1992 à Lommel en Belgique), le plus ancien de tous sur une discipline olympique. Cela s'était joué à rien du tout l'an passé à Villefranche au championnat de France. Dans le sillage de son compagnon Frédéric Bouvier, Christelle Daunay y avait cru longtemps avant d'échouer pour moins de cinq secondes (31'47''19)… La Marseillaise n'a pas eu davantage de réussite à la coupe d'Europe à Marseille le 5 juin (32'02''04), en passant toutefois sous les minima (32'50''00) pour les championnats d'Europe (27 juillet-1er août à Barcelone), c'est déjà ça. Comme elle était sur le pont la semaine dernière au championnat d'Europe par équipes à Bergen (10e du 5 000 m), elle s'offre un break aujourd'hui en zappant le championnat de France de retour sur la piste du stade Lemouton.

Les organisateurs caladois n'ont pas vraiment eu à se battre pour les accueillir pour la deuxième année consécutive en marge des Pré-France centre-est de demi-fond. La distance est loin de mobiliser, à tel point que depuis deux ans, les courses hommes et femmes se courent en même temps. Les féminines ne sont en effet que quatre au départ ce soir.

Parmi elles, Christine Bardelle se lance à la chasse aux minima qui sont a priori largement dans ses cordes. Handicapée au printemps par une douleur au tendon d'Achille (abandon à la Coupe d'Europe), elle s'estime prête : « Je ne vais pas m'occuper des autres filles, dit-elle. Après Marseille, j'ai refait un cycle de trois semaines. Vu mes sensations en ce moment à l'entraînement, il y a vraiment moyen de passer en dessous des minima et même largement en dessous. »

Chez les hommes, l'objectif est rigoureusement identique pour Driss el-Himer qui avait raté les minima (28'23''00) à Marseille (gastro-entérite). Le recordman de titres nationaux en cross (huit), vice-champion de France du 10 000 m l'an passé coiffé sur le fil par Djamel Bachiri, arrive à Villefranche en confiance : « L'objectif, ce n'est pas de faire 1er ou 2e, c'est juste les minima. Le lièvre doit nous emmener à mi-course en 14''05. Normalement, les minima ne doivent pas me poser trop de problème. »

B.Steen

Aujourd'hui à Villefranche au stade Lemouton : Championnats de France de 10 000 m à partir de 20 h 35 ; Pré-France centre de demi-fond à partir de 16 heures.


 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu