compteur

Avertir le modérateur

samedi, 21 juillet 2012

Yann Cucherat: Quatrième participation aux Jeux Olympiques

3412871-4908625.jpgDans quelques jours, le gymnaste de 33 ans disputera ses quatrièmes Olympiades, un record pour un gymnaste français. De Jassans-Riottier à Lyon où il est toujours licencié, « Cuche » a laissé un souvenir indélébile.

Marc Charensol le reconnaît volontiers : Yann Cucherat est un cas d’espèce. Une espèce rare, malheureusement en voie de disparition. « Il n’a jamais pris la grosse tête et a la reconnaissance de ses racines alors qu’il a un palmarès qui aurait fait tourner la tête à plus d’un » loue l’ancien président du club gymnique de Jassans-Riottier, qui l’a vu débuter.

Toutes les personnes qui ont côtoyé le gymnaste au cours de sa carrière parlent d’une même voix : Yann Cucherat est « un gars bien », qui revient sur ses terres natales, qui transmet ses conseils avisés aux jeunes, qui a su rester humble… N’en jetez plus, la coupe est pleine. Ou si, juste un coup d’œil à son palmarès ( voir par ailleurs), aussi riche que sa carrière est longue. Cucherat a quasiment tout gagné. Doté de capacités physiques hors normes, le natif de Jassans-Riottier s’est donné les moyens de concrétiser ses desseins. « Il a vraiment beaucoup travaillé, poursuit Marc Charensol. Il était toujours fourré à la salle quand il était petit. »

cucherat_gymnastique-6bde7.jpg

En 1991, en classe de sixième, le futur champion intègre la convention gymnique de Lyon. Sans place à l’internat, il trouve refuge chez la famille Coponat pendant un an. « Il s’entendait très bien avec mon fils, avec qui il s’entraînait, il était très ouvert, se souvient Paul Coponat. Je n’ai jamais eu de problème avec lui. »

Hormis un intermède de quatre ans à l’INSEP pour passer ses diplômes de professeur de sport, Yann Cucherat ne quittera jamais la cité rhodanienne. « Lui n’a jamais cédé aux sirènes et est resté attaché à ses origines, félicite Dominique Mérieux, directrice de la convention gymnique de 1990 à 2000. Il a tellement prouvé… J’ai énormément de respect pour lui. »

Bosseur, généreux, talentueux… Difficile de trouver des aspérités dans le portrait que nous dressent ses proches.

Osons mettre les pieds dans le plat : Yann Cucherat n’est pas parfait. Effectivement, il lui manque le Graal, la breloque olympique. La plus belle, la plus difficile à obtenir aussi. Le gymnaste s’y est essayé à trois fois déjà. En 2004 à Athènes, en finale des barres parallèles, il échoue à décrocher une médaille, « volée » comme il le répète souvent, par un règlement de comptes entre juges. Quatre ans plus tard à Pékin, il n’est pas en finale sur son agrès de prédilection mais sur barre fixe.

Londres 2 012 sera le point d’orgue d’une immense carrière. « La médaille va être compliquée à aller chercher. À 33 ans, c’est plus difficile » prévient Dominique Mérieux, en espérant que les performances de son protégé la fassent mentir.

Site Officiel de Yann Cucherat

 

leprog.jpg


08:13 Écrit par La Com dans C'est dans Le Progrès, Coup de Coeur, J.O. | Commentaires (0) | Tags : cucherat |  Facebook |  Imprimer | |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu