compteur

Avertir le modérateur

vendredi, 24 mai 2013

Djamel Boudebibah sonne le rassemblement !

2012_0707Image0236.JPGLes relais 4x100 m hommes* et femmes** étaient réunis à l’Insep, respectivement mercredi et jeudi dernier, pour le premier rassemblement de l’olympiade menant jusqu’aux Jeux de Rio. Une prise de contact enrichissante pour les athlètes et leur nouvel encadrement, piloté par Djamel Boudebibah, manager des relais, et Franck Né, responsable technique du 4x100 m. Athle.fr a assisté au regroupement des huit sprinteurs de l’équipe masculine. Récit.

Discours d’introduction des responsables pour motiver les troupes, plaisir de se retrouver et de se chambrer, états de forme fluctuants à l’heure de rechausser les pointes pour transmettre un témoin à pleine vitesse. Ça sentait la rentrée des classes cette semaine, sur la piste de l’Insep, à l’occasion des rassemblements des relais 4x100 m hommes et femmes. A une différence de taille : l’absence de nouveaux visages. Djamel Boudebibah, manager des relais, et Franck Né, responsable technique du 4x100 m, ont bien remplacé le duo formé par Vincent Clarico et Richard Cursaz pendant l’olympiade précédente. Mais ils sont tout sauf des inconnus. Le premier nommé a été manager du relais 4x400 tricolore de 2008 à 2012. Le second a été responsable national sprint-haies, avant de prendre en main les destinées du relais 4x100 m en équipe de France jeunes ces quatre dernières années.
Si les objectifs du relais n’ont pas évolué, à savoir monter sur des podiums internationaux, la méthode de travail, elle, n’est plus la même. Finis les rassemblements hors saison, organisés tout au long de la saison. « Nous ne ferons que des regroupements à haute vitesse », prévient Djamel Boudebibah. Sa philosophie ? « Responsabiliser les athlètes, qui sont les acteurs principaux. Il va y avoir des cris, des rires, des pleurs. Ils doivent vivre cette aventure. Quand on est dans le relais, on est à 200 %. » Mesure symbolique : l’interdiction des casques audio lors des entraînements en commun.

Une séance ludique
Ce mercredi de la fin mai, le soleil fait de timides percées dans le ciel parisien. La température est encore un peu fraiche mais la séance des hommes se déroule dehors. Au programme : échauffement collectif puis individuel avant le plat de résistance : des départs en position de receveur, en entrée et en sortie de virage, sous l’œil d’une caméra. Puis des passages de témoin prévus à pleine vitesse, avec des marques assez longues pour tester les huit sprinteurs. L’état de forme de chaque athlète n’est pas le même, à ce stade de la saison. Logiquement, les transmissions sont pour la plupart approximatives. Ben Bassaw et Martial Mbandjock, gênés par de petites douleurs, s’arrêtent en cours de route l’entraînement. « C’est une prise de contacts, tempère Franck Né. Certains ont déjà une culture relais dans leur club ou à travers les compétitions jeunes auxquelles ils ont pu participer. D’autres doivent bosser avec leur coach pour améliorer leur technique de relayeur. » Djamel Boudebibah abonde, à l’issue de cette séance ludique : « Sur le plan technique, c’était très mauvais. Sur le plan humain, très enrichissant. »
Les choses très sérieuses vont vite se rapprocher. Avant le premier rendez-vous important des championnats d’Europe par équipes (Gateshead, 22 et 23 juin), les relais hommes et femmes pourront se tester lors des meetings de Marseille (31 mai) et de Genève (2 mai). Des rendez-vous lors desquels il y aura des places de titulaire à aller chercher, sachant que Christophe Lemaitre et Jimmy Vicaut chez les hommes, ainsi que Myriam Soumaré chez les femmes, sont considérés comme des « leaders ». Ce seront des étapes importantes sur la route des Mondiaux de Moscou, où les hommes se présenteront avec un esprit de revanche, après leur quatrième place à Londres aux JO. « Il ne faut pas oublier ce qui s’est bien déroulé, tient à rappeler en conclusion Ghani Yalouz, le DTN. On se sert aussi du passé pour mieux construire l’avenir. »

Florian Gaudin-Winer pour athle.fr

* Christophe Lemaitre, Martial Mbandjock, Jimmy Vicaut, Ronald Pognon, Pierre-Alexis Pessonneaux et Emmanuel Biron
** Myriam Soumaré, Stella Akakpo, Ayodele Ikuesan, Carima Louami, Sarah Goujon, Céline Distel, Véronique Mang, Emilie Gaydu, Mathilde Lagui, Jennifer Galais (Johanna Danois était retenue en Guadeloupe par des obligations professionnelles)

La Vidéo

logo-soutenu_par.jpg

19:30 Écrit par La Com dans Athlétisme | Commentaires (0) | Tags : boudebibah |  Facebook |  Imprimer | |

samedi, 26 janvier 2013

Djamel Boudebibah : « Créer une cohésion »

2012_0929Image0118.JPG

Déjà en charge des 4x400m en équipe de France, le coach brondillant a été hier officiellement investi manager des relais (dont les 4x100m) au sein de la DTN.

Arrivé en équipe de France sur la pointe des pieds en 2009, Djamel Boudebibah monte d’un cran dans l’organigramme de la DTN de la Fédération française d’athlétisme. Après avoir réussi à poser sa patte sur les relais 4x400m (les hommes champions d’Europe en salle 2011 et les filles 6e des JO de Londres), le coach brondillant a été nommé hier manager des relais.

Ce poste, qui n’existait pas dans la précédente organisation de la DTN, englobera tous les relais des équipes de France jeunes et seniors, y compris les 4x100m, coachés jusqu’aux derniers JO par Vincent Clarico.

C’est sur cette discipline que Boudebibah (qui est détaché de son poste de cadre socio-éducatif à l’hôpital du Vinatier) sera attendu après les résultats décevants des femmes et surtout des hommes (4e à quatre centièmes de Trinité-et-Tobago) à Londres l’été dernier. « Plus que sa 6e place sur le 200m, c’est le relais qui a frustré Christophe », confiait récemment Pierre Carraz, l’entraîneur de Christophe Lemaitre… La titularisation de Ronald Pognon (au détriment d’Emmanuel Biron) et surtout le positionnement de Jimmy Vicaut en premier relayeur (au lieu de finir) avaient en particulier posé questions. Plus globalement, les relations semblaient distendues entre le staff d’un côté et les sprinteurs et leurs coachs respectifs de l’autre. « Si l’ancienne équipe continuait, j’avais prévenu que je n’enverrais plus mes athlètes aux regroupements », affirme ainsi un entraîneur…

C’est donc d’abord les qualités de meneur d’hommes du Brondillant qui seront sollicitées : « Ma mission sera de créer une cohésion entre les athlètes, leurs coachs et les managers du sprint court (Laurence Bily) et du sprint long (Bruno Gajer). Tout le monde doit tirer dans le même sens afin de créer une dynamique positive, sur le mode de ce qu’on a construit avec les 4x400m », explique Boudebibah depuis Potchefstroom en Afrique du Sud où il est en stage jusqu’à demain.

Ancien sprinteur, sélectionné pour les JO de Los Angeles sous le maillot de l’Algérie, il coachait ces dernières années essentiellement des spécialistes du 400m et surtout du 400m haies (Kéchi, Clémenceau, Grillas). Un technicien, pointu en relais, devrait donc l’assister. « Je réunirai tout le monde pour expliquer mon mode de fonctionnement, mais le principal sera d’aller vite individuellement », annonce-t-il.

Premier point de passage l’été prochain aux Mondiaux de Moscou où le relais 4x100m tentera de refaire le coup de Daegu en 2010 (2e ). « Mais le vrai rendez-vous, c’est 2016, dit-il. L’objectif, c’est d’avoir les quatre relais en finale et de décrocher une médaille. D’ici là, il va falloir construire. »

« Les quatre relais en finale à Rio en 2016 »

Benjamin Steen

leprog.jpg

mardi, 08 mars 2011

Djamel Boudebibah gagne ses galons

Djamel Boudebibah a rapidement tourné les talons. Invité chez Disney à la soirée de clôture des championnats d’Europe en salle dimanche soir, le Brondillant a préféré regagner ses pénates. Le triomphe modeste ? « Cette soirée appartenait aux athlètes », dit-il.

leprog.jpg

Et puis lundi matin, il devait reprendre son travail au centre hospitalier du Vinatier. Pas facile de revenir aux affaires courantes, la clameur de Bercy encore dans les oreilles au lendemain de la médaille d’or des garçons (record de France en prime) et du bronze des filles des relais 4x400m qui ont conclu en beauté le week-end historique des Bleus (11 médailles en tout). D’autant que ce sont ses deux premiers podiums depuis sa nomination en 2009 au poste de coordinateur des deux collectifs… « C’est marrant, parce qu’avant les courses, j’étais un peu tendu, mais finalement assez serein. Tout au long de la journée, j’ai senti chacun très concerné. A la fin, ce n’est que du bonheur. Tout le monde a pris un plaisir fou ! » Ce n’est pas un hasard s’il insiste sur l’unité de ses troupes alors qu’il avait été nommé après les JO de Pékin pour restaurer l’esprit de groupe. Pari réussi.

2010_0530Image0728.JPGLe podium était attendu chez les hommes, portés par Leslie Djhone au lendemain de son titre en individuel sur 400m, également assorti du record de France (45’’54). «Ce n’était pas gagné d’avance, objecte Boudebibah. Leslie et Yoann (Décimus) en étaient à leur 4e course. On était au couloir 1 au départ. On avait deux petits jeunes (Macédot et Hanne). Ils ont appliqué à la lettre ce qu’on avait prévu. » Les filles, en revanche, ont créé la surprise. Après les championnats de France en salle, il a même été question de ne pas aligner d’équipe à Bercy : « On a argumenté auprès de la DTN, confie Boudebibah. On pensait qu’elles pouvaient se transcender dans le contexte de Bercy. La semaine dernière, j’ai senti monter le truc. » Il va maintenant falloir confirmer aux Mondiaux de Daegu (27 août-4 septembre) : « Les pions sont posés. On sait, notamment chez les garçons, qu’on peut compter sur une dizaine de gars… »
B.Steen

15:45 Écrit par La Com dans Athlétisme, C'est dans Le Progrès | Commentaires (0) | Tags : boudebibah |  Facebook |  Imprimer | |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu