compteur

Avertir le modérateur

dimanche, 22 janvier 2012

INSA PERCH’FORMANCHE . Holly Bleasdale touche les étoiles

leprog.jpgLa jeune Anglaise (20 ans) a réalisé hier à Villeurbanne la 2 e performance mondiale de tous les temps en salle (4,87 m) avant de s’attaquer au record du monde en salle d’Isinbaeva (5,00 m). A six mois des JO de Londres, une étoile est née.

2012_0121Image0562.JPG

Holly Bleasdale a sorti un concours à la Isinbaeva. Les simagrées en moins. Mais le résultat est le même. La jeune Anglaise (20 ans) a attendu 1h30 avant d’enlever son survêtement. La barre était alors à 4,44 m. Toutes les Françaises avaient déjà disparu, en l’absence de Vanessa Bolsak. Ne restaient que ses compatriotes Kate Dennison et Sally Peake. Mais en réalité, Bleasdale se battait déjà seule, hors concours. Un premier saut monstrueux pour s’échauffer et c’était parti pour une démonstration de force brute dans la salle surchauffée du gymnase de la piscine de la Doua. « L’ambiance était extraordinaire, dira-t-elle après coup. Je sentais le public juste à côté. Je n’avais jamais eu de telles sensations. »

2012_0121Image0444.JPG

Elle allait enchaîner ensuite les barres à une vitesse folle alors qu’elle avait concours gagné : 4,60 m histoire de monter tout doucement ; 4,72 m pour améliorer d’un centimètre son record de Grande-Bretagne qui datait du meeting d’Orléans en décembre dernier ; puis 4,80 m pour déloger l’Allemande Spiegelburg de la première place mondiale de l’année ; et 4,87 m, au troisième essai, pour s’emparer à seulement 20 ans de la deuxième performance mondiale de tous les temps en salle derrière Elena Isinbaeva (5,00 m)!

La Tsarine, qui faisait sa rentrée hier à Volgograd, pouvait trembler à distance quand la championne d’Europe espoir s’attaquait carrément au record du monde (5,00 m) trois ans et demi après avoir débuté la perche. Elle n’avait plus grand-chose dans les chaussettes, mais il ne lui en manquait pas tant que ça à sa deuxième tentative à 5,01m… « Je suis très contente de ce résultat parce que je sors de deux semaines de stage à Clermont-Ferrand. Je ne m’attendais pas à aller aussi haut d’autant que je n’étais que sur 14 foulées d’élan (au lieu de 16)…», expliquait la grande blonde de Manchester (1,75 m) qui avait eu la surprise de voir son boy-friend, un spécialiste du 800 m, débarquer à Lyon. Et cela compte : « Je suis bien meilleure quand je suis bien dans ma vie. » Elle l’a été effectivement en améliorant en une soirée son record de 16 cm ! « Il y avait des signes avant-coureurs, raconte Julien Raffalli, le jeune coach français (31 ans) qui l’a découverte et formée. La semaine dernière au meeting de Clermont (4,52 m), la piste d’élan n’était pas aussi fabuleuse que celle de ce soir (hier). Mais pour moi, c’est une confirmation. J’avais prévu il y a trois mois qu’elle ferait 4,87 m ici. Elle a dû attendre 1h30 ! S’il n’y avait eu que six filles, elle enchaînait ses sauts et elle faisait 5 m. Je ne sais pas où se situe sa limite ! Il faut en avoir dans la tronche pour battre trois fois son record. Il ne faut pas l’écrire, mais pour moi, c’est la Bolt de la perche féminine… » Avec son gabarit hors norme, probable en effet qu’elle révolutionne la discipline, peut-être plus rapidement que prévu.

2012_0121Image0577.JPG

Mais le plus dur commence pour Bleasdale qui a le malheur d’être Anglaise à six mois des JO de Londres. Cet hiver, voyant venir le danger, elle s’est déjà rapprochée d’un psychologue du sport. « Je vais me préparer et donner le meilleur de moi-même, assure-t-elle. Je sais que mon pays attend beaucoup. Mais mon objectif est toujours le même : entrer en finale. » En attendant, Renaud Lavillenie lui a déjà conseillé de se munir d’un deuxième portable. Sage précaution car la pression ne va pas cesser de monter.

L’équipe nationale chinoise s’est installée pour un mois à Clermont-Ferrand dans l’antre de Renaud Lavillenie et de son entraîneur Damien Inocencio.

En caricaturant, on pourrait dire qu’ils appliquent la recette chinoise : s’inspirer du meilleur pour le reproduire. « Ils copient » le dit tout net Damien Inocencio. Mais le coach de Renaud Lavillenie ne voit pas le mal. Bien au contraire, l’Auvergnat se met en quatre depuis dix jours pour accueillir au mieux la micro délégation de perchistes chinois composée de Yangsheng Yang, recordman national (5,75 m) et champion d’Asie, du junior première année Wei Zhang et de leur coach Xiong Jie.

2012_0121Image0427.JPG

« Xiong a 65 ans. Il a sauté à haut niveau mondial avec des perches métalliques. Il est le coach national chinois depuis des années. Et il traverse le monde pour venir à la rencontre d’un petit con de 35 ans… Je trouve ça génial! C’est ce qui nous manque en France. Il faut qu’on arrête de se dire qu’on est les meilleurs », selon Inocencio qui s’est même débrouillé pour dénicher à Clermont un étudiant chinois qui fait office d’interprète. Car la base de ce stage repose sur l’échange. Le premier contact avait été pris il y a un an lors du meeting de Donetsk (Ukraine) remporté par Lavillenie. Dans la foulée, les Chinois étaient venus quelques jours dans le Puy-de-Dôme. Depuis, ils en redemandent : « Chez eux, la perche n’est pas du tout culturel, explique Inocencio. Ils y mettent les athlètes qui ont le gabarit et ne sont pas rapides pour les haies ou le sprint. Ils sont très intéressés par notre école de perche, notamment notre façon de mettre beaucoup d’engagement. Ils sont avides de progresser techniquement. On discute, on leur donne des trucs et ils exécutent très scrupuleusement, alors qu’un Français va toujours discuter… »

Cela fonctionne. Hier, Zhang Wei a amélioré le record national chinois junior en franchissant 5,44 m. Et Yangsheng Yang s’est battu jusqu’au bout (5,64 m) pour monter sur le podium aux côtés du Grec Filippidis (5,72 m) et de Romain Mesnil (5,64 m). « C’est difficile de dire si ce stage porte déjà ses fruits vu que nous ne sommes là que depuis dix jours, mais j’ai déjà reçu de très bons conseils, notamment en ce qui concerne l’impulsion, explique Yang. C’est une chance, j’espère que cela me permettra de me rapprocher du top niveau mondial pour être finaliste aux JO. C’est mon rêve. Aucun perchiste chinois n’y est jamais parvenu. » Les Chinois auraient même proposé à Inocencio de s’installer à Pékin. Que Lavillenie se rassure : « ça fait un peu loin. »

Benjamin Steen


Les PHOTOS

Le saut à 4m87

Villeurbanne sur le site de l'IAAF

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu