compteur

Avertir le modérateur

vendredi, 30 avril 2010

Sandrine Bailly face aux lecteurs

leprog.jpg

La demoiselle de Ruffieu est arrivée pile à l'heure. Élégante, sans tapage, dans son jean blanc et son haut marron, assorti à ses grands yeux finement maquillés.Sandrine Bailly est comme ça. Rigoureuse et souriante. Aimable et précise. La nouvelle retraitée du biathlon s'est prêtée avec grâce au jeu des questions-réponses avec nos lecteurs. Toute de naturel et de sincérité, elle n'a rien esquivé. Tout juste discrète sur sa vie privée. Diserte sur ses débuts sur les skis, sur les grands moments de sa carrière. Évoquant sans détour son futur professionnel.home.jpg

Comment avez-vous débuté le biathlon ?

J'habite à Ruffieu, dans une région où tous les enfants font du ski. Comme mon papa était skieur, je me suis très vite retrouvée sur des skis. J'ai une photo de mois à skis, où je dois avoir 3 ou 4 ans. Ma première course, je l'ai disputée en poussine. Dans cette catégorie, on note la technique et j'étais mauvaise. (Sourire) à ma quatrième course, je m'étais bien appliquée. J'étais sûre d'avoir bien skié et je me suis retrouvée douzième. J'étais déçue. Quand, en minimes, les courses ont été chronométrées, j'ai tout de suite été plus à mon affaire. J'ai commencé le biathlon vers 15 ans. C'est Pascal Étienne, alors entraîneur du comité de l'Ain, qui m'a fait tirer mes premières cartouches, qui m'a fait confiance. C'est parti de là comme à chaque fois que quelqu'un fait confiance à quelqu'un d'autre.

1carriveepoursuitehochfilzen.jpg

Lire la suite

vendredi, 26 février 2010

Sandrine Bailly annonce sa retraite

leprog.jpgSandrine Bailly a su trouver les mots. Simples et intimes. Une médaille d'argent autour du cou,ses coéquipières à ses côtés, la fille du Bugey avait choisi ce moment, au Club France, là où dans un rituel bien huilé, le champagne coule les soirs de podium, pour rendre publique sa décision d'arrêter sa carrière à la fin de la saison.

Elle a remercié les Bleues, le staff, tous ceux qui ont permis à la jolie fille de l'Ain de devenir, en dix ans de Coupe du monde, une des références mondiales de son sport. «J'ai disputé mon dernier relais aux Jeux», souffle-t-elle, les joues un peu rosies par l'émotion.Un relais en argent, une course à la médaille qu'elle a conclue en beauté, effaçant dans un dernier tir parfait les démons de Jeux individuellement décevants.sansan.jpg

«On se fait une montagne des JO. Je ne me mets pas trop de pression mais je crois qu'il y a quelque chose qui ne me convient pas dans cette compétition.»

Il lui manquera toujours la médaille «en solo», trop crispée pour la conquérir à Turin puis à Vancouver, mais qui n'éclipse pas un des plus beaux palmarès du biathlon, vainqueur de la Coupe du monde, championne du monde, victorieuse à vingt reprises en coupe du monde. «J'ai eu la chance d'être la meilleure du monde. Je sais ce que cela nécessite comme efforts, comme implication mais ce que cela apporte comme bonheur, glisse-t-elle.

De ces années, elle retient l'émotion, le travail mais aussi tout ce que le sport de haut niveau lui a permis de découvrir sur elle.

«J'ai connu des joies et des galères. Au fond de moi, je suis une fille assez simple», dit la biathlète de Valromey.

get.aspx.jpg

Elle a juste décidé de mettre un terme à l'aventure, satisfaite du temps qui est passé si vite, heureuse de constater que ses héritières, Marie Dorin et Marie-Laure Brunet, du métal autour du cou, ont déjà repris le flambeau. Sa vie tournera toujours autour du sport, avec l'envie de populariser son sport dans les entreprises, de travailler dans l'événementiel. «Je dis construire des choses» dit-elle.

Avec, avant de tourner la page, une coupe du monde à terminer.

Y.P.

Bailly digest

Née le 25 novembre 1979 à Belley (Ain).

Domiciliée à Ruffieu (Ain).Licenciée au club du Valromey-Retord (Ain) et à l'escadron militaire de Haute Montagne; 1,73m; 58 kg.

Coupe du monde : 1e au classement général final (2005); 1e au classement final poursuite (2008 et 2005); 20 victoires en individuel (9 en poursuite, 9 en sprint, 1 en mass-start), 1e victoire en 2001.

Championnat du monde : 1 médaille d'or: (poursuite 2003 à Khanty Mansiysk); 2 médailles d'argent (relais mixte 2007 à Anterselva; relais féminin 2007 à Anterselva), 5 médailles de bronze (relais 2009 à Pyeongchang; relais 2008 à Ostersund; relais mixte 2006 à Pokljuka; mass start 2004 à Oberhof; mass start 2003 à Khanty Mansiysk).

JO: 1 médaille d'argent (relais 2010 à Vancouver); 1médaille de bronze (relais 2006 à Turin).

mercredi, 24 février 2010

Biathlon Vancouver, et une médaille de plus

leprog.jpgLes filles du relais féminin en biathlon, deuxièmes, et Marion Josserand, "bronzée" en skicross, ont permis à la France de porter son capital à dix médailles depuis le début des JO, alors que le ski alpin a connu une nouvelle "journée sans" cette fois en géant messieurs.

Marie-Laure Brunet et Marie Dorin, déjà médaillées en individuel, Sylvie Becaert et Sandrine Bailly ont décroché la 6e médaille du biathlon français à Whistler, au terme d'une course épique.

sansan.jpg
Les Françaises ont su compenser leurs lacunes au tir par de surperbes performances skis au pied. Le manque de réussite de Marie Dorin, auteur d'un peu courant 3 sur 8 au tir couché puni de deux tours de pénalité, a été rattrapé par un dernier relais étincelant de la doyenne, Sandrine Bailly.

Effondrée, Marie Dorin, médaillée de bronze en individuel (sprint), a été consolée par ses coéquipières dans l'aire d'arrivée.

16:46 Écrit par La Com dans Autre Sport, C'est dans Le Progrès | Commentaires (0) | Tags : bailly, brunet, becaert, dorin |  Facebook |  Imprimer | |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu