compteur

Avertir le modérateur

dimanche, 23 juin 2019

Corrida de Sathonay - Camp le 6 juillet à 20h

64564146_631451697333058_1589166001491017728_n.jpg

Ali Fellague qu'on ne présente plus car il écume les courses de la région avec brio, vous invite à ' La Corrida de l'Eté ' à Sathonay - Camp.

C'est quoi une corrida ? Une course sur une distance plutôt réduite avec plusieurs boucles afin d'assurer le spectacle pour les coureurs et les spectateurs.

C'est sur 8km qu'il faudra en découdre pour la course des cadets à masters.

Des courses sur 1km sont proposées pour les plus petits.

Et ensuite il sera temps de penser aux vacances !

Inscriptions ICI

 

15:07 Écrit par La Com dans Actualité, Course sur route | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

lundi, 15 avril 2019

Max Laurent retrouve la victoire, Cheruyot facile sur 10 km

Lauréat en 2016 et troisième en 2017 et 2018, l’Isérois a renoué avec la victoire pour la vingtième édition de l’épreuve à Décines.

Les organisateurs avaient annoncé une édition record pour ce vingtième Déci’Jogg et ils ont tenu parole avec plus de 1100 participants sur les courses de 5km, 10km et 20km.

IMG_4122 (1609x904).jpg

Il faut dire qu’ils s’étaient donné les moyens d’atteindre leur objectif avec la mise en place d’un challenge entreprise et d’une épreuve de marche nordique sur 10km. Si la quantité était donc bien présente dimanche matin sur le parvis de la mairie de Décines, le plateau était en revanche légèrement moins relevé que les années précédentes.

Sur 20km, Max Laurent s’est offert un petit retour dans le temps en renouant avec le succès, 3 ans après s’être imposé pour la première fois à Décines.

IMG_4549 (1073x1609).jpg

« En 2017 et 2018 j’avais terminé troisième mais il y avait des avions de chasse devant moi. Cette année je suis parti avec les premiers du 10km puis j’ai continué la course à mon rythme. Le vent était assez pénible mais si ça l’était pour moi, ça l’était pour tout le monde » s’amuse d’ailleurs ce coureur qui n’est licencié dans aucun club et qui s’entraîne en solo toute l’année. « Je suis kiné libéral et avec mon emploi du temps, ce serait compliqué d’intégrer un club et un groupe d’entraînement. Avec mon métier je connais bien mon corps et je m’entraîne à raison de deux sorties de 20km par semaine. Ça me convient bien », indique Max qui s’était imposé sur 21km au printemps d’Ozon courir il y a un mois et qui va maintenant basculer en mode trail avec la préparation du Trail de Paladru dans quelques semaines. Chez les féminines, Nathalie Chaffraix

IMG_4625 (1073x1609).jpg

s’offre une victoire aussi belle qu’inattendue en terminant avec 8 secondes d’avance sur Chantal Loridant et 14 secondes sur Corine Catholand Nemoz.

Sur la course de 10km, le coureur kényan de l’ESL, Benjamin Cheruyot n’a vraiment pas forcé pour s’offrir une victoire tranquille en 32’19,

IMG_4188 (1073x1609).jpg

loin du 29’35 réalisé il y a un mois aux foulées de Villeurbanne. Chez les femmes, la vétérane Siham Hosni

IMG_4223 (1609x1073).jpg

a fait la course en tête du début à la fin pour l’emporter en 39’37, près de 2 minutes devant Léa Jacquin.

IMG_4237 (1073x1609).jpg

LOGO-PROGRES.jpg

Tous les résultats

Les Photos

Album 1

Album 2

lundi, 25 mars 2019

EKIDEN DE LYON: L’ESL Francheville en force

Le club franchevillois a pu compter sur un gros contingent pour réaliser des performances sur cet Ekiden lyonnais.

IMG_2804 (1609x1073).jpg

Samedi à Parilly, le Lyon Sport Métropole organisait son 4e Ekiden et le club lyonnais peut se féliciter d’avoir battu son record d’affluence. Avec 273 équipes au départ, soit plus de 1600 coureurs ce cru 2019 a été une véritable réussite. Si on ajoute à cela le soleil radieux et la température estivale, tout y est.

Chez les hommes, on a eu le droit à une course pleine de suspense. L’AS Caluire, emmenée par Ali Fellague en premier relayeur partait sur des bases rapides (15 :50 pour les 5 premiers kilomètres).

IMG_2935 (1167x1609).jpg

Les kilomètres s’égrenaient et les caluirards maintenaient leur avance sur leurs poursuivants directs : l’ESL Francheville et les Tête d’or Runners. Mais après 30 km en total contrôle, Caluire flanchait et était relégué à la troisième place. La lutte finale se jouait donc entre les lyonnais des Tête d’Or Runners et les franchevillois de l’ESL. Et à ce jeu-là, c’est l’expérience de la figure de l’ESL, Emmanuel Duranton qui a primé. Ce dernier a mis le coup de boost qu’il fallait dans la dernière boucle pour offrir une revanche à Francheville qui avait été battu par les Tête d’Or Runners l’année passée. « Je suis un peu bridé en vitesse en ce moment, donc j’ai laissé les avions de chasse de l’équipe partir sur les relais courts, ce qui est pourtant ma préférence. Mais le fait de courir en dernier c’était pour moi l’obligation de me mettre la pression malgré le manque de séances. C’était loin d’être facile », lâchait Emmanuel Duranton au terme d’une course éprouvante.

IMG_3599 (1609x1073).jpg

Présents en nombre sur l’Ekiden, les Franchevillois ont, hier, aligné pas moins de 15 équipes dans les différentes catégories soit 90 coureurs.

Chez les femmes, on retrouvait d’ailleurs l’ESL sur le podium avec la jolie troisième place des Franchevilloises dans une course dominée par l’EARV (Entente Athlétique Vercors) en un peu plus de 3 heures.

IMG_3855 (1609x1073).jpg

De notre correspondant ADAM BENDALI AHCENE

LOGO-PROGRES.jpg

Les Résultats

PHOTOS

IMG_4009 (1609x1073).jpg

ALBUM 1

ALBUM 2

ALBUM 3

 

samedi, 02 février 2019

Ekiden de Lyon 2019

Radio Parilly vous donne rendez-vous le samedi 23 mars pour la quatrième édition de l'Ekiden de Lyon.

Radio Parilly sera encore une fois Photographe Officiel de l'événement.

46449304_1917299895057296_211756198523830272_n.jpg

Toutes les infos.

Site Officiel

Page Facebook

dimanche, 11 novembre 2018

Un dixième anniversaire et un record aux Irréductibles

Un beau record avec plus de 800 coureurs pour cette 10ième édition des Irréductibles, la 3ième sur le site du Grand Large.

IMG_0030 (1609x1073).jpg

Un départ des Voiles du Grand Large  pour une belle épreuve nocturne. Le président Guillaume Schroll était très satisfait de cette édition. Il espère pouvoir atteindre les 1000 participants en 2019.

IMG_9913 (1609x1073).jpg

IMG_9983 (1073x1609).jpg

IMG_0091 (1609x1073).jpg

IMG_0116 (1073x1609).jpg

IMG_0138 (1073x1609).jpg

IMG_0212 (1609x1073).jpg

IMG_0320 (1609x1073).jpg

IMG_0363 (1609x1164).jpg

IMG_0421 (1609x1073).jpg

IMG_0413 (1609x1073).jpg

IMG_0437 (1609x1073).jpg

IMG_0443 (1609x1162).jpg

IMG_0456 (1609x1073).jpg

Tous les résultats

Les PHOTOS

14:51 Écrit par La Com dans Course sur route, Résultats | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

dimanche, 28 octobre 2018

Marathon de Francfort

téléchargement.png

Belles performances de nos coureurs régionaux.

Julien Masciotra: 2h18'06

Junien Rancon: 2h23'04

Sebastien Hours: 2h29'08

Clément Couzon: 2h30'24

Mickael Moissonnier: 2h30'07

Jérome Finot: 2h38'26

 

Tous les résultats

 

13:41 Écrit par La Com dans Course sur route, Résultats | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

dimanche, 03 juin 2018

Sébastien Hours s’impose à domicile

Vainqueur de l’épreuve en 2015, le coureur de l’ESL faisait évidemment figure d’archi favori ce samedi au départ du Trail du Fort à Francheville (25,5km). Sébastien a assumé son statut en démarrant fort d’entrée malgré un état de fatigue avancé.

IMG_2804 (1609x1166).jpg

« J’ai couru le marathon Maxi Race la semaine dernière à Annecy où j’ai vraiment galéré. Au départ de la course je n’avais absolument pas récupéré et j’avais encore des courbatures. J’avais donc choisi de partir vite pour prendre une marge de sécurité pour pouvoir gérer mon effort dans la deuxième partie de course », confiait Sébastien Hours quelques minutes après l’arrivée avant d’évoquer la suite la saison « Fin juin je vais participer au cross du Mont-Blanc puis mi-juillet il y a les championnats de France de Trail au Montgenèvre. » Après ces deux épreuves, Sébastien pourra s’octroyer quelques semaines de repos avant de basculer dans la préparation du Marathon de Francfort où il tentera de battre son record de 2h35’. « Je viens de changer de travail en intégrant un éditeur de logiciel juste à côté de chez moi. Je gagne beaucoup de temps dans les trajets et cela me permet d’effectuer les entraînements avec le club avec notamment des séances de fractionnés ou sur piste », conclut Sébastien qu’il faudra suivre avec beaucoup d’attention ces prochains mois.

Résultats

➤  Trail du fort (25.5km) : 1. Hours (ESL) 1h41’56 ; 2. Garros (VEGA) 1h48’52 ; 3. Petit 1h50’45 ; 4. Créange (TOR) 1h56’17 ; 5. Tacquard (ACT) 1h57’09 ; 6. Chemin (JOCEL) 1h59’52 ; 7. Gronowski 2h01’06 ; 8. Estassy 2h03’01 ; 9. Rosain 2h0441 ; 10. Bru 2h06’06.

➤  Féminines : 1. Rousselet 2h03’36 ; 2. Carbonnel (AAAL) 2h06’59 ; 3. Canaud 2h10’09.

➤  Trail de l’Yzeron (10km) : 1. De Bonnieres (ACT) 40’58 ;

IMG_3023 (1609x1160).jpg

2. Boishus 41’28 ; 3. Moreau (TOR) 41’43 ; 4. Fayolle 41’53 ; 5. Compagne 42’22.

➤  Féminines : 1. Dinsen (ACT) 50’07 ;

IMG_3129 (1609x1163).jpg

2. Cherivesse 51’22 ; 3. Rouvet 52’27.

leprog.jpg

Des Photos

vendredi, 01 juin 2018

Franchevill'Trail

En voisin, Radio Parilly sera présent pour quelques photos.

 

L’image contient peut-être : plein air

10:22 Écrit par La Com dans Actualité, Course sur route | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

Courir Pour Elles: Toutes les photos

IMG_2259 (1609x1073).jpg

 

IMG_2279 (1609x1073).jpg

IMG_2318 (1609x1073).jpg

IMG_2366 (1609x1073).jpg

IMG_2375 (1609x783).jpg

IMG_2383 (1609x980).jpg

IMG_2400 (1609x1163).jpg

IMG_2407 (1609x1073).jpg

IMG_2424 (1609x1073).jpg

IMG_2480 (1609x1161).jpg

IMG_2466 (1609x904).jpg

IMG_2492 (1609x905).jpg

IMG_2666 (1073x1609).jpg

IMG_2709 (1609x1073).jpg

IMG_2738 (1609x1073).jpg

IMG_2752 (1609x1162).jpg

IMG_2775 (1609x1073).jpg

Les Photos

Pasta-Party

Album 1

Album 2

Album Gaëlle

10:10 Écrit par La Com dans Coup de Coeur, Course sur route, Le Parc | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

lundi, 09 avril 2018

Décijogg: Sugut inverse les rôles

Deuxième l’an dernier derrière Samir Tatah, Eliud Sugut a cette année inversé les rôles en dominant le décinois sur le 20km du Décijogg.

IMG_9450.JPG

Pour cette 19e édition du DéciJogg qui a réuni 475 participants dimanche matin à Décines le podium ressemblait à s’y méprendre à celui de l’an dernier avec pour seule différence la victoire d’Eliud Kimutai Sugut devant Samir Tatah tandis que Max Laurent complète le podium.

« Presque une victoire à domicile »

« Tu es plus mince que l’an dernier » s’amuse Samir Tatah à l’arrivée tandis qu’Eliud Sugut le taquine sur les excès de chocolat de pâques. « Je suis en préparation pour le marathon de Nantes et j’avais un plan de course précis. J’ai vu que ça n’avançait pas assez vite donc dès le 3e kilomètre je me suis échappé. J’ai couru sur des bases de 3’10 puis 3’20 au kilomètre et j’ai respecté l’objectif que je m’étais fixé. Après cette sortie longue à Décines, je vais faire le 10km de Valencienne la semaine prochaine pour travailler la vitesse. Mon objectif à Nantes est de passer sous les 2h20 » explique Eliud Sugut licencié à Marseille depuis 2017 après 3 saisons au club de Décines.

« C’est presque une victoire à domicile pour moi, je connaissais parfaitement le parcours » reconnaîtra d’ailleurs à l’arrivée Eliud tandis que Samir Tatah reconnaissait la supériorité de son adversaire « Dès le départ j’ai vu qu’Eliud était mieux que moi donc je n’ai pas insisté d’autant que je pars en stage en début de semaine et que je voulais garder du jus » explique l’athlète de Décines qui vise une qualification sur 5000m aux championnats de France Elite.

Chez les féminines, Géraldine Milioti, après un départ prudent, s’est offert une belle remontée dans la deuxième partie de course « J’avais fait un rallye vélo samedi et j’ai commencé avec des courbatures aux jambes. J’étais mieux après 10km et j’ai pu remonter sur les autres filles » indique Géraldine qui participera au trail de Paladru dans quelques semaines.

Enfin sur 10km, Clément Lentillon l’emporte en costaud devant Pierre Magand « Je me suis accroché à Magand pendant longtemps et dans la dernière bosse, à 1km de l’arrivée, j’ai produit mon effort » indique Clément qui sera au départ de la soirée kilomètre à Caluire à la fin du mois. Chez les femmes, Florence Reignier s’est imposé avec 9 secondes d’avance sur Vanessa Dubost.

leprog.jpg

Les résultats

Les Photos:

Album 1

Album 2

lundi, 19 mars 2018

Korir et Sabrie à grandes foulées

L’image contient peut-être : une personne ou plus et plein air

Photo Jean-Marie Bazin

C’est donc possible de filer à toute allure cours Emile-Zola et dans les rues alentours… Ça change de l’heure de pointe. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’ils étaient près de 1 300 ce dimanche au départ du dix kilomètres de la 27e édition des Foulées de Villeurbanne où la boucle de cinq bornes constitue l’un des terrains de jeu les plus propices de la région pour chasser les secondes.

Le vieux record du Burundais Ezechiel Nizigiyimana (29’08’’ en 2009) n’a pas été inquiété, mais Charles Korir a quand même été tout prêt de passer sous la barre symbolique des trente minutes (30’01’’) à l’issue de son duel avec l’Éthiopien de Clermont-Ferrand Masha Hailé.

Entre autres double vainqueur des 10 km de Caluire et tenant du titre à Villeurbanne, le Kenyan de l’AS Rispoli n’a pas cherché autre chose que la victoire pour son premier dix kilomètres de l’année : « Je connaissais à la fois le parcours et Masha, et finalement, cela n’a pas été trop dur, disait-il à l’arrivée. C’était avant tout une préparation pour le 10 km de Moirans la semaine prochaine où j’ai fait deuxième l’année dernière (en 28’45’’). Cette fois, ce sera très relevé (ndlr : Mekhissi, Kowal et Chahdi seront au départ). L’idée, ce sera d’essayer de suivre le plus longtemps possible pour réaliser un très gros chrono. »

La suite sur le site du Progrès

Les Résultats

18:29 Écrit par La Com dans Athlétisme, Course sur route | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

jeudi, 15 mars 2018

Les Foulées de Villeurbanne c'est dimanche !

26220819_1585374458164807_1708250945747485572_o.jpg

Depuis 25 ans, les Foulées de Villeurbanne réunissent des coureurs, compétiteurs et amateurs, expérimentés et jeunes villeurbannais.

Promouvoir la pratique physique est une priorité à Villeurbanne. L’Office du Sport et ses 100 associations adhérentes réunissent leurs bénévoles pour organiser cette manifestation populaire et conviviale. Le temps d’une matinée, la basketteuse est signaleur, la trésorière du club de gym se charge de l’accueil, le maître de Kung-Fu distribue les ravitaillements…Ensemble et forte de sa diversité, l’équipe d’organisation fédère tout le tissu associatif sportif de la ville.

Nous privilégions une approche partenariale, basée sur la confiance et la réciprocité. Tous les enfants scolarisés à Villeurbanne peuvent s’inscrire gratuitement. Ils étaient près de 1000 à s’élancer sur la ligne de départ lors de notre dernière édition. Cette dynamique est possible grâce à l’implication des enseignants de l’Union Scolaire de l’Education Populaire du premier et du second degrés.

Une place importante est faite aux personnes éloignées de la pratique physique. Courir 5 km, en famille, entre amis, gratuitement, est un concept qui réunit, chaque année, toujours plus de participants. Découvrir sa ville, se faire du bien, échanger avec des professionnels sur la santé tout en s’amusant, c’est aussi notre projet, simple mais essentiel.

De grands champions s’affrontent également sur notre légendaire 10 km labellisé par la Fédération Française d’Athlétisme. Les plus grands coureurs viennent chercher un titre, une qualification ou une performance.

La force des Foulées de Villeurbanne est ainsi de réunir les publics et de répondre aux enjeux de santé en cultivant la diversité et la richesse de notre ville.

Le nouveau tracé du semi-marathon, sur une boucle de 21 km, donnera une nouvelle dimension à la manifestation. Il permettra de valoriser davantage encore notre patrimoine, renforcer l’engagement des bénévoles et permettre à tous de devenir acteur de sa condition physique.

Dimanche 19 mars 2017 26e Edition - 21 KM CHRONO - 10 KM CHRONO - 5 KM CHRONO - 5 KM LOISIR - 1 KM ENFANTS - Nouveau tracé du SEMI-MARATHON.

Le site officiel

vendredi, 01 décembre 2017

Saintélyon 2017, C. Dubois de retour 5 ans après sa victoire

Cathy Dubois, 44 ans, sera l’une des favorites discrètes de cette 64ème édition de la doyenne.
Vainqueur de La Saintélyon en 2007 et 2012,

2012_1202Image0132.JPG

2nde en 2008 et 2009, elle s’est aussi illustrée avec une 3ème place à l’UTMB® 2008,  une 3ème place au Grand Raid 2010 et une 3èmeplace à la CCC 2011.

2012_1202Image0116.JPG


Membre du Team Asics Trail et du Team Tecnica, elle a quitté le milieu en 2012.
Après 5 ans d’absence elle revient sur une course qui lui tient à cœur et qui se déroule dans sa ville natale.
Motivée, préparée elle va faire jouer son expérience pour en découdre avec de la fraîcheur et l’envie de ne pas décevoir.
Rencontre avec l’énergique et attachante chef d’entreprise, sportive et maman.

Que deviens tu ? en 2011 tu parlais de vouloir te consacrer à un projet personnel et professionnel ?

Oui, en effet depuis 2012 j’ai mis les baskets de côté pour m’investir dans ce projet professionnel, de monter une salle de fitness.
En 2012, j’ouvre mon 1er club l’Appart fitness à Crémieux (38) sur une surface de 1 700 m2.
En 2015, j’ouvre un second club à Beynost (01), 2 500 m2, plus de 2 500 adhérents et 20 employés.
Pendant ces 5 années je me suis investit dans ce projet jusqu’à revendre cette année le 1erclub ce qui me permet de souffler un peu depuis la rentrée même si les aléas de la vie d’une entreprise réservent toujours des surprises et que depuis la rentrée je suis toujours bien occupée.
Je pense que je vais pouvoir trouver du temps en 2018 pour développer les activités outdoor au sein de ce club, il y a une vraie demande et ça me motive aussi pour m’y remettre.

« Je me demande ce qui m’a pris » : Cathy Dubois

Pourquoi cette envie de revenir sur cette course 5 ans après ?

Je me demande ce qui m’a pris, j’avais déjà failli remettre un dossard en 2016, mais je n’étais pas prête.
C’est une course mythique, j’aime bien l’ambiance, les conditions météos ne me font pas peur et en plus c’est à Lyon, ma ville natale.
Le niveau est sans doute plus élevé qu’en 2012, le tracé a changé, c’est plus long avec un peu plus de dénivelé.
C’est aussi lié à une dynamique de groupe avec mon club, j’ai plusieurs adhérents qui vont faire la course, on s’entraîne ensemble, je leur ai donné quelques conseils et du coup le déclic est venu mi octobre.
De toute façon, je n’ai pas le goût pour m’entraîner et me faire mal seule, le groupe est une belle source de motivation.

Tu t’es préparé de façon sérieuse en affichant tes sorties sur les réseaux sociaux, as tu un objectif ?

Quel objectif ? (un petit temps de silence)…..je ne sais pas encore, même si je me dis qu’un Top 3 serait génial, un Top 8 j’accepterai aussi.
Depuis 1 mois ½ je m’entraîne même si j’ai toujours le même mon fonctionnement au quotidien, il a fallu que je chamboule un peu mon emploi du temps pour me préparer.
C’est une course qui se gagne à plus de 10 km/h, il faut courir en dessous de 7h pour prétendre au podium.
Je ne veux pas décevoir mon environnement, j’assume ce choix d’avoir pris un dossard et on verra.
La météo annoncée (neige et froid) me convient, j’ai peut-être pas fait assez de volume, je crains les douleurs musculaires en fin de course, mais je me dis, tu l’as voulu, tu y vas !
Ca se joue aussi au mental et je sais que c’est l’un de mes points forts (voir sa page facebook – tout est dit).
J’ai juste participé à une course il y a 3 semaine, le Jog iles, un 30km en 2h26′ ou je termine 4ème féminine.

« C’est un beau challenge à relever » : C. Dubois

Retrouve t-on les mêmes sensations qu’est ce qui est le plus dur ?

Je suis dans l’inconnu, par rapport à 2012 je ne sais pas trop ou j’en suis physiquement mais mentalement j’ai l’envie.
J’aime le long et l’endurance, je pense aussi que c’est génétique, j’ai parfois du mal à lancer la machine, au bout de 2-3 heures, je passe un cap et ça revient avec de la fraîcheur. J’avais déjà ces sensations par le passé, ça ne m’inquiète pas.
Si je fais une séance de fartleck j’ai parfois du mal à suivre mes coéquipiers, mais j’arrive à bien tenir une vitesse régulière dans le temps, il ne faudra pas s’affoler…c’est un beau challenge à relever.

Tu n’as pas fait de compétition pendant 5 ans, quel regard portes-tu sur la discipline ?

J’ai effectivement un peu perdu le fil, je ne suis pas resté connecté à ce milieu, j’avais même abandonné mon blog et ma page Facebook, remplacée par une page pro pour mon activité professionnelle.
Je trouve que la discipline reste très jeune, qu’il y a de plus en plus de retombées médiatiques, sans doute liées à l’émergence des réseaux sociaux, qu’il y a de plus en plus de coureurs et pas mal de création de courses.
On est dans une dynamique de bien être au niveau de la société, les gens prennent conscience qu’il faut bouger pour être bien dans son corps.

Des projets pour 2018 ?

Je vais déjà terminer cette Saintélyon et on en reparle la semaine prochaine !!!
Mais oui, j’ai vraiment envie de reprendre les sports outdoor mais je ne sais pas dans quelle discipline forcément, les raids multisport, les trails….à voir.
La course de Xavier Thévenard dans l’Ain – Ultra XTO1 m’intéresse, à voir quel format choisir.
En 2018, c’est aussi les 10 ans des gazelles, le team de 21 filles que l’on avait constitué en 2008, on est resté copine, on va essayer de refaire une course ensemble pour cet anniversaire.

Par Fred Bousseau – © Fred Bousseau – 

Source TRAILS-ENDURANCE.COM

samedi, 18 novembre 2017

Objectif chrono à la Foulée vénissiane

C’est LE rendez-vous de la région pour faire un chrono. Tracé dans le Parc de Parilly et les larges avenues voisines, la Foulée vénissiane attire chaque année (c’est la 38eédition) la population des coureurs en quête de chrono sur 10 km et semi-marathon. Vainqueur des 10 km de Caluire, le Kenyan sera ce dimanche le grand favori sur la distance face à Sébastien Hours et Benjamin Cheruiyot (ESL). Il pourrait même s’attaquer au record de l’épreuve (29’34’’). Chez les femmes, Anne-Sophie Vittet (ESL) vise aussi un beau chrono. Sur semi, le double tenant du titre Alaa Hrioued revient pour le coup du chapeau.

IMG_9597.JPG

leprog.jpg

Du nouveau dans le Beaujolais !

Le forfait du double vainqueur sortant Cédric Fleureton laisse la porte ouverte à l’incertitude dans une 13e édition record

On ne va pas se mentir : la quasi-totalité des 16 500 coureurs engagés sur les trois courses du marathon du Beaujolais (marathon, semi et 13 km) sont là pour s’en payer une bonne tranche. Leur bonheur ? Traverser le vignoble dans ses couleurs d’automne, d’un caveau à un autre. Leur exploit ? Rallier l’arrivée sans s’entraver dans leur déguisement ni trébucher à la sortie des ravitos en beaujolais nouveau…

L’image contient peut-être : 11 personnes, personnes assises et plein air

N’empêche qu’ils sont quand même quelques-uns à se distinguer en shorts/débardeurs pour faire la course. Le doublé de Cédric Fleureton en 2015 (2h33’27’’) et 2016 (2h29’41’’) a donné du relief sportif à cette énorme procession bariolée, qui pointe au 3erang régional en terme de participation derrière Run in Lyon et la SaintéLyon.

Pierre Barbet l’a bien préparé

Désormais licencié au club des Beaujolais runners en souvenir de ses liens familiaux qui le ramènent vers Villefranche, Fleureton se serait bien vu graver un triplé dans le marbre. Mais une douleur persistante au tendon rotulien l’empêche de refermer en beauté son incroyable saison (3e des Mondiaux de trail, 5e  des Mondiaux de triathlon XTerra à 43 ans).

« Cela m’attriste, dit-il, mais ce serait une grosse erreur de courir 2h30 sur le bitume. Il y en aura d’autres. »

C’est une opportunité à saisir pour Pierre Barbet, un vrai Caladois qui défilait rue Nationale en janvier dernier, gibus sur la tête avec ses potes de « la classe en 7 » pour ses 30 ans. « Jamais aucun conscrit n’a gagné le marathon du Beaujolais, rigole-t-il. Il faut dire que ce n’est pas très compatible… »

Fils du vice-président des Beaujolais runners et de la responsable des bénévoles du marathon, il s’est donné les moyens de descendre la rue nat’au sommet de la vague en fin de matinée, même s’il aura fort à faire face au Burundais Eloge Mpundu et Sébastien Baron. « Ma préparation s’est bien passée, sans blessure avec quelques petites courses qui se sont bien passées (4e du 10 km de Run in Lyon ; 1 h 09 à Marseille-Cassis). Mais comme c’est ma première expérience sur marathon, j’ai un peu d’appréhension. »

 Cela m’attriste, mais ce serait une grosse erreur de courir 2h30 sur le bitume. Il y en aura d’autres

Cédric Fleureton

 21 500 Il va y avoir du monde sur les routes du département ce week-end. 21 500 coureurs sont en effet engagés dans les trois grosses épreuves traditionnellement organisées le troisième week-end de novembre. Ils seront 16 500 au marathon du Beaujolais, 3 000 au Jogg’îles et 2 000 à la Foulée vénissiane. Dans deux semaines, ils seront 17 000 à la SaintéLyon. La course à pied se porte bien.

Benjamin Steen

09:28 Écrit par La Com dans Athlétisme, Course sur route | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

lundi, 13 novembre 2017

Les irréductibles n’ont peur de rien !

IMG_5785 (1609x1073).jpg

Avec 522 inscrits, la seconde édition de la course des Irréductibles, organisée samedi par le Décines Meyzieu athlétisme (DMA), enregistre une excellente participation malgré la pluie et la grisaille. Ils étaient 470 en 2016. « Pour certains trailers, habitués aux conditions défavorables, la pluie, le vent et la boue ajoutent du piment à la course », confie Guillaume Schroll, président du DMA.

IMG_5568 (1609x1161).jpg

« Les enfants et les marcheurs ne se sont pas découragés non plus », souligne-t-il.

IMG_5531 (1609x1073).jpg

« L’idée est d’offrir un événement adapté à tous : compétiteurs ou loisirs, enfants ou marcheurs nordiques. Tous peuvent profiter des espaces naturels du Grand Large tout en supportant une cause humanitaire : 3 € par participant seront reversés à l’école d’un village du Mali, Niongono. » La marraine du jour était la championne Elea Diarra, arrivée 4e aux championnats du monde de Londres 2017.

IMG_5828 (1609x1073).jpg

leprog.jpg

IMG_5954 (1609x1073).jpg

IMG_6012 (1609x1073).jpg

Des Photos

Les Résultats

samedi, 11 novembre 2017

Athlétisme: Dans le Progrès aujourd'hui

Le cross de la Bachasse ouvre la saison

Le cross de la Bachasse, organisé ce dimanche à Sainte-Foy-les-Lyon donne le top départ de la saison de cross dans le département, en tant que 1re manche de la Coupe du Rhône, challenge Paul-Messner. Ce fil rouge de l’hiver sera constitué de six manches avec le cross des Myriades à Saint-Priest (26 novembre), le cross du Mamelon à Décines (10 décembre), le cross des Papillotes à Saint-Maurice-de-Beynost (16 décembre), le championnat du Rhône à Belleville (14 janvier) et le cross de la Feyssine à Villeurbanne (11 février).

> Programme 26e Cross de la Bachasse ce dimanche : début des courses à 10 h 20 (femmes à 14 h 30 et hommes à 15 h 00).

Les “Irréductibles” : Miribel by night

21462560_1631119950252760_2809842096846894702_n.jpg

Trail en semi-nocturne, la course des Irréductibles autrefois organisée à Sathonay se dispute ce samedi soir au Parc de Miribel-Jonage à 17 h 30 avec départ et arrivée à la Voile du Grand-Large à Meyzieu. Trois distances figurent au programme : 5 km, 13 km et 22 km. Inscriptions au départ jusqu’à 17 h 00.

Jennifer Galais à Clermont

Jennifer Galais a quitté le club de Décines Meyzieu Athlétisme pour s’engager avec celui de Clermont Auvergne. La Lyonnaise, coachée depuis ses débuts par Grégory Duval, avait déjà annoncé son départ pour Montpellier pour s’entraîner avec Bruno Gajer.

Cédric Fleureton revient à la maison

Caladois d’origine, Cédric Fleureton a signé au club des Beaujolais runners après deux saisons à Bellegarde.

samedi, 04 novembre 2017

Les Irréductibles de Meyzieu, c'est dans une semaine avec Radio Parilly

Depuis l'année dernière, La Course des Irréductibles a déménagée pour le magnifique Parc de Miribel Jonage. Une nouvel élan a été donné pour cette course qui se veut sportive et solidaire. Les bénéfices sont consacrés pour l'aide au Village de Niongono au Mali.

21462560_1631119950252760_2809842096846894702_n.jpg

La Course nocturne des Irréductibles de Meyzieu s'ouvre également aux entreprises en créant une offre personnalisée par équipe de 3 à 5 personnes :
- Dossards personnalisés
- Photo d'équipe envoyée à votre société
- Package "Course / Soirée"
- Table réservée "Aux Voiles du Grand Large", partenaire de la course, avec diner et bouteille offerte après la course.
Le Challenge Entreprise récompensera les 3 meilleures équipes en additionnant les temps des 3 premiers coureurs de l'équipe !

 

22728909_1655007181197370_8099353563810601335_n.jpg

 

IMG_9111.JPG

 La page Facebook

Les inscriptions

 

10:52 Écrit par La Com dans Athlétisme, Course sur route | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

vendredi, 06 octobre 2017

La Band'Rill, course solidaire

La Band'Rill est organisée par la ville de Rillieux La Pape pour Cassie avec l'aide de la famille de Cassie, amis et associations rilliardes au profit de l'AFIF SSR/PAG 

Au programme un 5 et un 10km.

21457886_501398110239828_6819313829503186819_o.jpg

Toutes les infos sur le site officiel

vendredi, 29 septembre 2017

Hours avec vue sur Amsterdam

Sixième de l’édition 2016 du marathon, l’athlète lyonnais s’aligne dimanche sur le 10 km en guise de préparation pour… le marathon d’Amsterdam (15 octobre).

Sébastien Hours lors de l’édition 2016 de Run in Lyon où l’athlète de l’ESL avait pris la 6 e place.  Photo Maxime JEGAT

Il y a un an, Sébastien Hours s’était décidé trois semaines avant le marathon de Run in Lyon. La distance manquait au catalogue de cet athlète multicarte aussi à l’aise sur 3 000 m steeple chez les jeunes qu’en trail aujourd’hui. « Je voulais faire un chrono pour me qualifier pour les championnats de France, raconte-t-il. J’avais juste eu le temps de faire une séance spécifique de 3x5 km dix jours avant… »

Suffisant pour décrocher une belle sixième place en 2h34’37’’ (2eFrançais) et confirmer son désir d’approfondir la question. « J’aime ce type d’efforts qui reste quand même de la vitesse, détaille-t-il. Je reviens un peu à ce que je faisais dans ma jeunesse. »

Objectif 2h24

Blessé lors de la SaintéLyon 2016, cet ingénieur en informatique a dû repousser à l’automne sa deuxième expérience sur marathon, préférant Amsterdam le 15 octobre à Run in Lyon ce dimanche : « L’an dernier, j’avais trouvé que le parcours n’était pas très roulant et surtout, je m’étais retrouvé tout seul derrière les athlètes capables de courir en 2 h 10. A Amsterdam, il y a beaucoup plus de densité. »

Pour la même raison, d’autres marathoniens lyonnais comme Julien Rancon et Julien Masciotra avaient préféré s’aligner à Paris au printemps (terminant respectivement en 2h20’47’’ et 2h21’23’’). « Un déplacement à Amsterdam ou à Paris est un petit investissement par rapport à l’investissement que nécessite un marathon », comprend le coach Bastien Perraux qui conseille notamment Masciotra.

Après trois mois de préparation, seulement entrecoupés par les championnats de France de trail à Gérardmer (6e ), Sébastien Hours partira sur les bases de 2h24. En attendant, il « travaille le rythme » sur le 10 km de Run in Lyon. Son vieux record personnel (31’08’’ en 2008) pourrait tomber loin devant une masse de 17 500 coureurs.

 "A Amsterdam, il y a beaucoup plus de densité"

Sébastien Hours

leprog.jpg

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu