compteur

Avertir le modérateur

dimanche, 16 avril 2017

Qui est prêt à défier “la joëlette de Pat” et son équipage ?

En 2008, un grave accident prive Patrick Fluixa*, marathonien du Décines-Meyzieu athlétisme (DMA), de l’usage de ses jambes. Grâce à l’élan de générosité de ses proches et des adhérents du DMA, il court à nouveau en joëlette…

IMG_5748 (1073x1609).jpg

Lors de Déci’Jogg, un étrange équipage a forcé l’admiration. C’est celui de Patrick Fluixa, ex-marathonien, qui à la suite d’un grave accident en montagne, se déplace en fauteuil. Dimanche 9 avril, Fabien Antolinos, Thierry Bonnot, Thierry Crussy, Frédéric Parce, Laurent et Richard Ottino, coureurs de haut niveau du Décines-Meyzieu athlétisme (DMA), ont testé la toute nouvelle acquisition du club : une joëlette.

IMG_5841 (1609x1163).jpg

“La joëlette de Pat”, précise Laurent Ottino, un des coéquipiers de Patrick Fluixa. « Une joëlette est un fauteuil monoroue. Imaginez une brouette très perfectionnée. On peut la conduire à deux : l’un tire devant, tandis qu’un autre pousse derrière. Dans ce cas, c’est parfait pour de la randonnée. Nous, on ne cherche pas à nous balader : pour Déci’Jogg nous nous sommes relayés à six pour aller vite ! » Patrick Fluixa était un sportif de très haut niveau. « Il affectionnait les épreuves longues et rapides, soulignent ses équipiers. Un de ses chronos : 1 heure 14 minutes pour un semi-marathon (21 km 100) ! Alors si on va vite, c’est pour lui faire plaisir. Et ça se voit, son visage s’illumine… » Jusqu’à présent, les sorties étaient difficiles à organiser. « L’équipement est onéreux. Et pour avoir du bon matériel, on était obligé d’en louer une. Seulement, on n’en trouve pas partout. On allait la chercher à Grenoble. »

Deux animations caritatives ont été menées. Grâce à la mobilisation des adhérents du DMA et de leurs alliés les Vétérans de la Rosette, qui ont organisé un match de rugby face aux Costos Rotis d’Ampuis, 4 500 € ont été récoltés et ont permis l’achat d’une joëlette de course. « Maintenant, on va pouvoir s’entraîner régulièrement et améliorer nos temps. L’idéal serait de trouver un équipage concurrent », espèrent-ils. Le défi est lancé. En attendant, vous les croiserez peut-être dimanche au parc de Miribel.

 

*En 1999, les sections d’athlétisme de Décines et Meyzieu, dirigées respectivement par Patrick Fluixa et Marcel Combépine, ont commencé par mettre en place une entente entre les deux sections, avant de fusionner en 2008 : le Décines Meyzieu athlétisme (DMA) est né.

leprog.jpg

lundi, 10 avril 2017

Décijogg :Mathien et Tatah inaugurent la nouvelle formule

Nouvelle date et nouvelle zone d’arrivée pour le Decijogg qui a réussi sa transformation avec un nouveau record de participation (650 engagés) pour sa 18e édition. Les Décinois Elodie Mathien (10 km) et Samir Tatah (21 km) ont tenu à s’imposer.

IMG_5552.JPG

Soleil estival, des centaines d’enfants soutenus par leurs parents, stands d’animation sur le parvis de la mairie : la nouvelle formule du Decijogg a fait un tabac dimanche matin à Décines. En choisissant de déplacer la date de l’événement de février à avril et de ramener la zone de départ et d’arrivée au cœur de la ville, les organisateurs du club de Décines Meyzieu Athlétisme ont visé juste et semblent tenir la bonne formule pour faire de cette course un des événements phares du début de printemps dans les années à venir.

Mohamed Battani devant Hugo Altmeyer sur 10 km

« C’est vraiment une belle réussite. Nous avons communiqué un peu tard sur la nouvelle date mais, malgré cela, nous battons notre record de participation avec plus de 650 participants contre 600 pour le précédent record. La mairie nous soutient et veut nous aider à développer la course et l’an prochain, l’objectif est de passer à 1 000 inscrits », explique le président du club de DMA, Guillaume Schroll.

Sur le 10 km, Mohamed Battani, vainqueur cet hiver du cross de la Feyssine et des 10 km de Saint-Priest, s’est offert une belle victoire après avoir bataillé durant 7 km avec le polyvalent Hugo Altmeyer. « J’ai placé une bonne accélération au 7e kilomètre et ensuite j’ai géré mon avance. J’avais de bonnes sensations, surtout avec ce beau soleil qui fait vraiment du bien. Je suis content de mon hiver durant lequel j’ai accumulé pas mal de victoires. Mais maintenant, je vais préparer la piste avec l’objectif de passer sous les 3’50 sur 1 500 m », annonce l’athlète de Vienne licencié à Vernon.

IMG_6321.JPG

Chez les féminines, la Décinoise Elodie Mathien, récente 3e des championnats de France en salle sur 1 500 m, a effectué un petit crochet réussi sur 10 km avec une victoire avant, elle aussi de préparer sa saison de piste avec en ligne de mire le 1er tour des interclubs le 7 mai.

IMG_5667.JPG

Enfin dans la course de 20 km, le stéphanois Samir Tatah licencié au DMA, s’est illustré avec une belle victoire construite un peu après la mi-course lorsqu’il a décroché au train son coéquipier Eliud Sugut.

IMG_6351.JPG

Chez les féminines, Florence Regnier, s’impose avec autorité et poursuit sa bonne série après sa 3e place aux championnats de France de semi-marathon.

IMG_6395.JPG

La Foulée Muroise remporte le challenge du nombre....et de l'ambiance

Les résultats

Les PHOTOS

Album 1 

Album 2

leprog.jpg

dimanche, 26 mars 2017

Prochainement sur Radio Parilly, les photos de l'Ekiden de Lyon 2017

170325Ekiden.jpg

11:57 Écrit par La Com dans Coup de Coeur, Course sur route | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

samedi, 18 mars 2017

Dans une semaine, Photographe pour l'Ekiden de Lyon à Parilly !!!

16114519_1198176346969658_1387365823112118066_n.jpg

Toutes les infos

09:44 Écrit par La Com dans Actualité, Coup de Coeur | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

vendredi, 10 mars 2017

Danser pour le « droit à la santé des femmes »

 

IMG_3360 (1609x1073).jpg

La Journée des droits des femmes est aussi celle de Danser pour elles, place Bellecour, où les participantes, toutes de rose vêtues, ont pu profiter d’un cours de Zumba®. L’occasion pour Sophie Moreau, la présidente de Courir pour elles, de défendre « un droit à la santé des femmes ».

IMG_3253 (1609x1073).jpg

La course caritative se tiendra le 14 mai au parc de Parilly. Il reste encore 3 000 places sur les 16 000 inscriptions ouvertes. Les fonds servent à financer des soins de support pour les malades du cancer dans les hôpitaux comme à Louis-Pradel, Villefranche, Lyon Sud et le centre Léon-Bérard avec lequel une convention vient d’être signée.
 
Pour s'inscrire: Courir Pour Elles
 
 
Pour commander des tirages
 
C'est ICI

Identifiant: Danser

Mot de passe: DSL

 

leprog.jpg

jeudi, 23 février 2017

Une Joëlette pour Patrick, épisode deux !

Second épisode de la collecte de fonds  pour l'achat d'une Joëlette pour Patrick Fluixa, premier président du Décines Meyzieu Athétisme.

Victime d'un accident de montagne en 2008, il est aujourd'hui lourdement handicapé.

Ses amis se mobilisent cette fois lors d'un match de rugby le 3 mars prochain.

L'entrée est à deux euros avec possibilité de restauration sur place.

Les bénéfices seront intégralement destinés à l'achat de la Joëlette.

VENEZ NOMBREUX

 

16665618_10210475074806083_650714130007453854_o.jpg

16:49 Écrit par La Com dans Actualité, Coup de Coeur | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

jeudi, 09 février 2017

Bosse et Cantero :Ces sportifs qui surfent sur la vague du “GAME DATING”

Les sites de rencontres ne se montrent pas toujours à la hauteur de nos espérances. Trop superficiels, pas assez sélectifs, voire trop frontaux, il est dur d’y établir un vrai premier contact. C’est pourquoi, l’on a récemment vu se développer une toute nouvelle tendance en la matière : le game dating. L’objectif est de rendre l’expérience plus ludique et plus authentique ! Et c’est ce sur quoi ont voulu tabler les athlètes Bryan Cantero et Pierre-Ambroise Bosse en créant leur application Deserve Her, en février 2017. Zoom sur ce projet novateur !

Deserve-her-1-e1486137408614

 

Sportifs de haut niveau et séducteurs dans l’âme, nos deux demi-fondeurs ont souhaité créer une appli qui leur ressemble. L’enjeu était donc, pour eux, de réintroduire une forme de jeu de séductiondans les rencontres dématérialisées. Il était, en effet, important que le rapport établi entre les utilisateurs soit plus personnel et impliquant, mais tout en conservant toujours une petite pointe d’humour et de légèreté. Et, on ne pouvait pas moins en attendre de celui qui a littéralement enflammé la toile aux derniers JO, en faisant de son chat Rab’s, sa mascotte (ndlr : Pierre-Ambroise Bosse). Avec Deserve Her, Cantero et Bosse se sont alors lancés le pari fou de créer la première compétition de séduction entièrement dématérialisée !

Le principe est simple. En se connectant sur l’appli, on remplit son profil et ses critères de sélection (âge, silhouette, origines, centres d’intérêt). Par la suite, on pourra directement visualiser, sur une carte, les profils correspondant à nos critères selon leur proximité géographique. Lorsque trois joueurs masculins manifestent un intérêt commun pour un profil féminin, la partie est lancée ! Les prétendants sont alors embarqués dans une compétition qui se joue en trois rounds : à la fille de choisir, aux garçons de tout faire pour être “l’élu” !

Première étape : le “eye contact”. La fille ne devra retenir que deux profils sur les trois proposés en ne les jugeant que sur leur photo. Deuxième étape : le message vocal. Les deux finalistes n’auront que 15 secondes top chrono pour tenter de briser la glace et devront préparer leur meilleure accroche pour taper dans l’oeil de la demoiselle. Dernière étape : le béguin. Le garçon et la fille se sont maintenant trouvés. Il ne leur reste plus qu’à chatter tous les deux pour voir si ça colle !

Deserve-her-2-paris-zigzag

Tout au long du jeu, les participants sont accompagnés par de petites phrases d’encouragement humoristiques les invitant à continuer la partie ou à en redémarrer une nouvelle. Le but étant que chacun puisse saisir sa chance et s’amuser quoi qu’il arrive. Les fondateurs ont, par ailleurs, veiller à ce que tous les participants se sentent toujours libres de dire stop. Pour éviter toute forme de harcèlement, une fonctionnalité de Deserve Her permet notamment de bloquer les personnes avec qui l’on ne souhaite plus discuter.

Au total, on pourra jouer jusqu’à cinq parties simultanément dans un délai de 24h maximum. Avec ça, on aura tout le temps de trouver son date idéal pour la Saint-Valentin

Souce http://www.pariszigzag.fr/

13:20 Écrit par La Com dans Actualité, Coup de Coeur | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

mardi, 07 février 2017

Melina Robert-Michon sacrée aux «Lionnes» du sport

Machos les sportifs ? Peut-être mais pas ceux (élus, internautes, jury) qui ont procédé au choix des Lions du sport 2016.

16426144_728369337328205_294841091911060584_n.jpg

Ce lundi soir, à la Sucrière, Melina Robert-Michon s’est vu offrir le Lion d’or consacrant le meilleur sportif (là le masculin l’emporte encore) lyonnais. La lanceuse, médaillée d’argent à Rio à 37 ans, méritait ce disque d’or, elle qui est une superbe ambassadrice de l’athlétisme, qui conjugue talent, abnégation et humilité.

Elle succède au palmarès à une autre femme, Amandine Henry. Ses camarades de l’OL féminin, championnes d’Europe, ont obtenu le Lion d’argent, le bronze - la même couleur qu’aux Jeux de Rio - revenant au rameur Franck Solforosi.

Franck Solforosi, Melina Robert-Michon, Wendie Renard (capitaine de l’OL), voilà un podium qui ne manquait pas d’allure pour l’album 2016 du sport lyonnais.  Photo Philippe JUSTE

Franck Solforosi, Melina Robert-Michon, Wendie Renard (capitaine de l’OL), voilà un podium qui ne manquait pas d’allure pour l’album 2016 du sport lyonnais. Photo Philippe JUSTE

 

En cette année olympique le jury aura laissé hors du podium Alexandre Lacazette, présent comme nombre de sportifs hier, le coup de cœur du jury allant à Maxime Thomas, pongiste médaillé aux Paralympiques. (J.E)

 

BD : la drôle de grossesse de Céline Charlès

La Lyonnaise Céline Charlès, fondatrice du blog “Kopines”, publie dans l’album Que du bonheur , ses dessins sur sa première grossesse. Elle sera en dédicace ce mercredi, dans le 6e arrondissement.

Si elle avait voulu le faire exprès, Céline Charlès n’aurait pas fait mieux… Alors que sa première BD Que du bonheur , qui retrace sa première grossesse, sort dans les kiosques, elle est enceinte… de plus de sept mois de son troisième enfant ! « Une grossesse marketing, comme se moque gentiment mon mari. Mais je vous assure que ce n’était pas du tout prévu ! », dit-elle en riant.

dessin-celine-charles-1486418836.jpg

Mais bonne joueuse, elle va assurer un minimum de promotion et faire une séance de dédicaces à Lyon, ce mercredi dès 16 heures (voir par ailleurs).

Un blog de “Kopines”

Mais revenons un peu en arrière. Bien avant l’album, il y avait un blog, lancé à Paris. « En 2010, mon mari m’a poussé à dessiner sur Internet. J’ai créé ce blog où je racontais et dessinais des anecdotes sur la vie de mes copines, d’où le nom. Puis je suis tombé enceinte de mon fils Noah et tout naturellement, je me suis mise en scène. Et l’audience a commencé à décoller : le public a mis un visage sur la personne derrière le blog, créant l’impression d’une relation plus intime… » En 2014, le couple s’installe à Lyon, avec la volonté d’y trouver une meilleure qualité de vie. Elle décide de se consacrer au blog à 100 %. « Nous avons refait l’infrastructure du blog, l’orientant vers la maternité et la grossesse. Et j’ai proposé gratuitement une BD numérique de mes aventures qui a été téléchargée plus de 50 000 fois et ils sont plusieurs dizaines de milliers à être abonnés à ma newsletter, un public majoritairement féminin… »

celine-charles-fondatrice-du-blog-kopines-enceinte-de-sept-mois-se-livre-dans-un-ouvrage-sur-sa-premiere-grossesse-photo-david-tapissier-1486418836.jpg

La grossesse ? Pas que du bonheur !

Et l’album ? Une nouvelle fois, c’est son mari qui la pousse à envoyer une ébauche de ses dessins fin 2015. En février 2016, les Éditions Bamboo sont partantes… « Je pensais que ça allait prendre quelques mois seulement. Sauf que c’est beaucoup plus long ! L’album ne devait pas être une compilation de dessins. Je voulais raconter une histoire, celle du parcours des parents. Le ton du livre est drôle, mais comme souvent, on passe par des moments de doute, de douleur comme lorsque survient une fausse couche. Mais il faut en parler, car ça permet d’avancer et de déculpabiliser… » précise Céline Charlès.

À la demande de l’éditeur, elle refait tous les dessins en en fonction de choix graphiques uniformes, rajoute des inédits : elle se retrouve avec 160 pages qui retracent sa première grossesse. « J’ai fait avancer la sortie afin de pouvoir accoucher tranquillement… », précise-t-elle en souriant.

Et l’avenir ? « Je vais pouvoir parler à l’avenir de famille nombreuse, puisque j’attends mon 3e enfant… Mais plus tard, car même si j’ai un mari qui m’aide beaucoup, je ne vais pas avoir le temps de m’ennuyer les prochaines semaines ! ».

 

Céline Charlès ne s’en défend pas : dessins sans case, sans fond, ton pastel : c’est album “girly” qui plaît aux femmes « même si les hommes le lisent également car ça leur parle ». Mais contrairement à la plupart des auteurs qui viennent dans des librairies, c’est dans une boutique spécialisée pour les nouveaux-nés qu’elle dédicacera ce mercredi, de 16 à 19 heures, son ouvrage Que du bonheur (Édition Bamboo).

« Ce sont des amis et ils vendent le livre. J’ai trouvé plus sympa et original de faire la promotion ici, dans la boutique spécialisée pour les naissances. »

Pratique Dédicace de Céline Charlès, chez Aux enfants rêveurs , place Maréchal-Lyautey à Lyon (6e ), ce mercredi 8 février, de 16 à 19 heures.

David Tapissier

leprog.jpg

mercredi, 25 janvier 2017

Duvernay, le grand bond en avant

Après avoir amélioré son record de six centimètres (1,87 m) aux Pré-Régionaux en salle, la sauteuse en hauteur de l’ESL découvre l’ambition à 25 ans.

IMG_2928.JPG

A ce niveau-là, c’est exceptionnel. En un concours, aux Pré-Régionaux en salle à la Halle de La Duchère, Prisca Duvernay a amélioré son record personnel de six centimètres, le portant de 1,81 m à 1,87 m. Si elle a échoué – de peu – face aux minima (1,90 m) pour les championnats d’Europe en salle de Belgrade (3-5 mars), la sixième performeuse mondiale de la saison tape dès sa rentrée à la porte du haut niveau. « Je suis hyper contente parce que je ne m’y attendais pas, avoue-t-elle. Bon, j’espérais passer 1,84 m/1,85 m cet hiver. Mais là, je me suis sentie très bien à 1,90 m. Auparavant, je me serais dit : « Mon dieu ! c’est haut ! » Au contraire, j’étais bien, sans pression. C’est accessible. »

L’effet de surprise est partagé. A 25 ans, l’athlète de l’Entente Sud Lyonnais ne compte qu’une sélection en équipe de France pour un match international junior à Madrid en 2009. Depuis, elle a connu un parcours « décousu », comme elle le présente elle-même. « Je me suis mis à la hauteur à Villefranche où il n’y avait pas de coach, raconte-t-elle. Je suis passée ensuite par Anse et puis je suis partie à Londres et à Grenoble pour mes études d’infirmière. Toute seule là-bas, je n’avais pas trop de motivation… »

Vice-championne de France en salle sans entraînement

La voir ramer à 1,80 m a longtemps fait enrager son coach Daniel Aligne : « C’était dommage parce que c’est une fille qui a de grandes qualités : elle est grande (1,80 m), elle saute bien techniquement et elle n’est pas fainéante… » Le hic, c’est qu’elle n’était pas suffisamment à l’entraînement pour en profiter.

Elle a eu le « déclic » l’an passé en décrochant la médaille d’argent des championnats de France en salle avec deux séances d’entraînement dans les jambes : « J’avais juste fait un peu de muscu avec mon copain. Avoir ce résultat dans ces conditions, ça motive. »

Depuis, elle s’est installée à Lyon. Elle travaille comme infirmière au service de réanimation néonatale de l’hôpital Femme-mère-enfant de Bron (trois fois 12h, de jour comme de nuit), et vient au stade du Brotillon de Pierre-Bénite trois à quatre fois par semaine. « Elle n’en fait pas autant que les autres filles de son niveau. Mais elle devient ambitieuse », apprécie Daniel Aligne.

Il lui reste deux occasions pour franchir 1,90 m : aux Régionaux ce week-end (28-29 janvier) puis aux championnats de France (18-19 février à Bordeaux). Elle n’ira pas sur la pointe des pointes de pieds : « Tout a changé depuis les Pré-Régionaux… »

Benjamin Steen

leprog.jpg

jeudi, 05 janvier 2017

Une Joëlette pour Patrick

Le Décines Meyzieu Athlétisme organise une soirée ce samedi 7 janvier à la salle des fêtes de Décines.

15844419_10210130196024329_2557076728372625149_o.jpg

Le but est de récolter des fonds pour l'achat d'une Joëlette pour Patrick Fluxia (ancien président du club)  victime d'un très grave accident de montagne en 2008.

joelette-mono-roue-nouvelle-generation-face-avant-1000x750.png

Une buvette sera mise en place avec possibilité de restauration.

Entrée à deux euros.

Vous êtes tous les bienvenus…

Pour tout autre renseignement: 06 22 74 15 52.

 

 

16:08 Écrit par La Com dans Actualité, Athlétisme, Coup de Coeur | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

lundi, 02 janvier 2017

Voeux 2017

161211Mamelon01.jpg

 

21:32 Écrit par La Com dans Coup de Coeur, Radio Parilly | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

vendredi, 09 décembre 2016

Hommage à Kirk Douglas: 100 ans aujourd'hui !

842bc5bd95fb7bf680073bff1e1bd833.jpg

Spartacus-1960-movie-poster-Kirk-Douglas-021214.jpg

18463418.jpg

1211.jpg

la-caravane-de-feu-affiche-de-film-35x55-1968-john-wayne-kirk-douglas-burt-kennedy.jpg

Filmographie

15:43 Écrit par La Com dans Actualité, Coup de Coeur | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

samedi, 29 octobre 2016

La course des Irréductibles...de Meyzieu !

Une 9ème édition 100% renouvelée

Réservez votre samedi 12 novembre 2016

13501781_1182376738460419_2739192549019321069_n.png

La course des irréductibles devient "Les irréductibles de Meyzieu". C'est dans le nouveau nom, nous avons décidé d'organiser la course sur un nouveau site aux abords du canal de Miribel-Jonage sur la commune de Meyzieu. Vous aurez bientôt plus de détail sur le parcours qui restera "irréductible" en semi-nocturne avec des chemins très techniques. Marche nordique, course solidaire des enfants, des courses adultes sur 5, 13 et 22 kms, vous retrouverez les caractéristiques sportives et festives de cet évènement, tout ce qui a fait le succès des 8 premières éditions. L'organisation sera assurée par le Décines Meyzieu Athlétisme, déjà partenaire de la course depuis le début, la collaboration avec l'association "Des sourires à Niongono" sera poursuivie pour maintenir le caractère humanitaire de cette course.

14192531_1231211466910279_5165965340829125911_n (1).png

Nous souhaitons ici remercier la commune de Sathonay Village ainsi que son comité des fêtes pour ces huit belles années vécues qui aura vu la course passer de 100 coureurs en 2007 à 550 coureurs en 2015. Nous espérons vous accueillir encore plus nombreux en 2016.

Le Teaser

Inscriptions

Devenir bénévoles

lundi, 26 septembre 2016

Simian, mécano à médailles

Quels points communs entre Mélina Robert-Michon et Kevin Mayer ? Leurs médailles d’argent aux JO de Rio et leur préparateur physique : Jérôme Simian. Un « iconoclaste », comme il dit, qui ne laisse pas indifférent.

« Il n’y a pas de mot… », dit-il. Il n’a plus de voix non plus, Jérôme Simian, ce 18 août dans les tribunes du stade olympique de Rio après le concours du javelot du décathlon. Il reste le 1 500 mètres à courir, mais c’est sûr : Kevin Mayer fonce vers la médaille d’argent des Jeux Olympiques. A-t-il trop tiré sur ses cordes vocales ? « C’est plutôt à cause du cigare que Serge (Débié, le coach de Mélina Robert-Michon) m’a fait fumer l’autre jour… », répond-il.

14370185_1275051365858494_2084756351301292099_n.jpg

Photo Eric Nallet: Réception à l'Hôtel de Ville

 

La semaine carioca a été épuisante pour le préparateur physique lyonnais : « J’ai perdu cinq kilos, raconte ce costaud au physique de deuxième ligne de rugby. Mais ça valait le coup. » Par l’entremise de la discobole et du décathlonien, deux médailles olympiques se sont ajoutées à “son palmarès” (voir par ailleurs). Un tiers des breloques des athlètes français à Rio !

Une réussite totale pour cet autodidacte hors système. Aux diplômes, « je préfère prouver par les médailles », savoure-t-il. Une revanche écrirait-on s’il ne s’amusait pas lui-même de son image d’« iconoclaste », exerçant en « ermite ».

Son repaire se cache au rez-de-chaussée d’un petit immeuble du 8e arrondissement de Lyon où il reçoit une trentaine de sportifs sans exclusive, des athlètes aux golfeurs, des patineurs aux grimpeurs. Aucun panneau dehors. Juste une boîte aux lettres. La porte d’entrée s’ouvre sur une mini-salle d’attente entre un sombre bureau encombré par une table de massage et une salle de musculation de 35m2 et une dizaine d’appareils, pas plus… Aux murs, deux tableaux blancs noircis de hiéroglyphes détaillants les plans d’entraînement et un poster de Mélina Robert-Michon.

La trajectoire de Simian trace une parallèle avec celle de la vice-championne olympique. Leur collaboration remonte à 1998. Alors vice-championne du monde junior, MRM venait de se blesser à la cheville en… sautant à la perche. Simian n’a pas encore sa maîtrise STAPS. Il sort de l’Université de Montréal où il a joué au football américain et étudié les systèmes d’économie et de gestion et le commerce international tout en se formant sur le tas à la prépa physique.

« Il m’a apporté des solutions en étant au bon endroit au bon moment », se souvient Serge Debié. Près de deux décennies plus tard, le trio ne fait plus qu’un. « Jérôme s’est imprégné des lancers pour adapter la préparation, salue MRM. Parfois, c’est lui qui va permettre de faire passer un détail technique en me permettant de tenir physiquement une position. Pour lui, la muscu est au service du lancer. »

D’autres ont adhéré comme le décathlonien Romain Barras, remis sur pied après quatre ans de galères. Ce dernier a conseillé son copain d’entraînement Kevin Mayer de s’adjoindre ses services en 2014 malgré la distance (il s’entraîne à Montpellier) : « J’ai accroché sur le personnage, raconte le vice-champion olympique. Il est sur la rééquilibration du corps plus que dans l’augmentation de la puissance. »

C’est le credo de Jérôme Simian qui préfère indiquer « Performance sportive » sur sa carte de visite plutôt que « Préparateur physique » : « Le beau mouvement, c’est une séquence de contractions et de relaxations exécutée dans le bon ordre, le bon rythme, à vitesse optimale et à puissance élevée, explique-t-il. Plein de freins s’y opposent. Je travaille sur les moyens non spécifiques pour améliorer la performance. » Quitte à suivre un l’itinéraire bis.

Le coup de projecteur des JO a suscité la curiosité de ses homologues. « C’est vrai qu’il y avait beaucoup d’interrogations. On a tendance à me classer sans rien me demander. J’entends plein de choses dans lesquelles je ne me reconnais pas », avoue-t-il.

« Trucs farfelus »

Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il ne fait pas l’unanimité. On dit qu’il serait allergique aux haltères… « Avec Jérôme, j’ai senti un décalage quand autour de moi, des filles soulevaient 70 kilos à l’arraché alors que je faisais des rebonds », confie ainsi la lanceuse de marteau Alexandra Tavernier (3e des Mondiaux de Pékin) qui ne travaille plus avec lui depuis juillet.

À l’évocation de son nom, beaucoup se crispent, comme ce coach d’athlétisme qui préfère rester anonyme : « J’aime bien comprendre. Alors, j’observe, je discute. Je n’ai trouvé aucune explication d’une méthode quelconque. Quand je vois des trucs farfelus, je ne cautionne pas et je préfère prendre mes distances. »

Debié le défend : « Jérôme n’est pas que sur le muscle. Il a une démarche globale sur la mécanique de l’athlète. Il amène des choses qui sortent de l’ordinaire, ce qui génère des doutes. Certains ont peut-être l’impression d’être dépossédés de leur boulot. »

Et Simian, conscient d’un « intéressant contraste d’opinions » à son égard, de conclure lui-même par un SMS : « Une de mes histoires préférées, écrit-il. Le père convoque son fils et lui dit : “tu as commencé ta carrière il y a 10 ans. J’ai enquêté à ton sujet. Je dois dire que je suis extrêmement déçu. Je n’ai pas pu trouver quiconque pour me dire du mal de toi. Cela prouve que tu n’as rien accompli qui soit digne d’envie”. »

6 Le nombre de médailles internationales remportées depuis trois ans par les athlètes suivis par Jérôme Simian : Mélina Robert-Michon au disque (2e aux Mondiaux 2013, 2ede l’Euro 2014 et 2e des JO 2016), Kevin Mayer au décathlon (2e de l’Euro 2014 et des JO 2016) et Alexandra Tavernier au marteau (3e des Mondiaux 2015).

Benjamin Steen

leprog.jpg

jeudi, 18 août 2016

Robert-Michon : «Tellement d’émotions»

La Lyonnaise savoure d’autant plus sa médaille d’argent au disque que le chemin parcouru pour y parvenir a été difficile.

ca-a-ete-long-pour-avoir-une-premiere-medaille-mais-je-l-ai-eue-quand-meme-jubilait-melina-robert-michon-photo-afp-1471390627.jpg

Avez-vous le sentiment d’avoir réalisé le concours parfait avec quatre jets à plus de 64,80 et le record de France (66,73m) ?

« C’est le concours que je voulais faire. Quand j’ai vu les start-lists et que j’étais la première à lancer, j’y ai vu un signe. Il fallait que je prenne mon destin en main pour mener une guerre psychologique. Avec 65,52m au premier jet, je savais que c’était bien parti mais je suis restée concentrée. Je ne voulais surtout pas terminer au pied du podium. »

Avez-vous pensé à l’or ?

« A la fin, je lance pour gagner. Mais c’était trop. Je suis incapable de me souvenir ce que j’ai fait. Je pourrais dire que j’avais de la marge. Mais je ne vais pas chipoter… »

Vous refaites le même coup qu’en 2013 quand vous terminez 2e (derrière Perkovic déjà) en battant le record de France…

« Mais les circonstances sont différentes. En 2013, j’étais la seule à y croire. Cette fois, tout le monde m’attendait. J’avais dit que je voulais une médaille. La saison 2015 a été très dure (10e aux Mondiaux et blessure au dos) mais elle m’a permis de me remettre question. J’avais été rongée par le stress. Je ne voulais pas revivre cette situation. J’ai souvent besoin d’être au pied du mur pour réussir. »

Qu’avez-vous ressenti quand la médaille a été acquise ?

« Ce sont tellement d’émotions. Ç’a été tellement dur pour y arriver que tout remonte. Je pense à mon compagnon Loïc, ma fille Elyssa, mes coaches. Loïc, cela fait 16 ans qu’il est à mes côtés. Il gère tout quand je ne suis pas là. Avec Serge (Debié), on a créé une relation qui va bien au-delà du sport.

2012_1207Image0032.JPG

Avec Jérôme (Simian), on forme un trio. Je suis tellement heureuse de pouvoir partager ça avec eux ici. J’aimerais aussi partager avec les gens du Parc de Parilly, mon groupe au club de Lyon Athlé. Sans eux, ce serait plus dur d’aller à l’entraînement. »

Quel regard portez-vous sur votre carrière ?

« Il n’y a pas de carrière idéale. Ça a été long pour avoir une première médaille. Mais je l’ai eue quand même. Et tout s’est enchaîné. Peu importe le chemin pourvu qu’on y arrive. C’est un peu ce qui résume ma carrière. »

Est-ce que ce sont vos derniers JO ?

« Oui, mais je préfère ne pas m’avancer. J’avais déjà dit que c’était les derniers à Londres. En tout cas, ce n’est pas ma dernière saison. »

Comment allez-vous vous remotiver ?

« Je fonctionne au plaisir. Je pense que faire une saison en tant que vice-championne olympique, ce sera sympa. Et il y a peut-être encore des choses à aller chercher. »

A Rio, recueilli par B.S.

 

MERCI MELINA !

une_17082016_v65.jpg

13:45 Écrit par La Com dans Athlétisme, Coup de Coeur | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

mardi, 16 août 2016

Mélina Robert-Michon en finale du disque olympique

Mélina Robert-Michon s'est qualifiée lundi pour sa troisième finale olympique du disque d'affilée. En réussissant 62,59m dès son premier jet, la Française disputera la finale du disque mardi à 16h20.

Athlétisme - JO 2016 - Rio - Melina Robert-Michon s'est qualifiée au premier jet. (Pawel Kopczynski/Reuters)

Dans l'autre groupe de qualification, Pauline Pousse n'a pu faire mieux que 58,98m, après deux tentatives ratées.

04:49 Écrit par La Com dans Athlétisme, Coup de Coeur, Résultats | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

jeudi, 04 août 2016

Rio 20116 : Jennifer Galais joue collectif

jo-rio-2016.jpgCette fois, c’est la bonne. Il y a quatre ans, Jennifer Galais avait manqué de très peu les Jeux Olympiques de Londres alors qu’elle émergeait tout juste au plus haut niveau. Cette année, pas question de louper le voyage à Rio. "C’était l’objectif de ma saison. Ne pas y aller aurait été une énorme déception", reconnait celle qui a décroché sa place dans le relais 4X100 m, "j’ai raté de peu la qualif’ en individuel. Sur 100 m comme sur 200 m, cela s’est joué à très peu de chose. Tant pis… Cette aventure du relais est tout de même une très belle opportunité".

La Lyonnaise de 24 ans, qui s’est essayée, plus jeune, à la gymnastique et au twirling bâton, s’est imposée au fil des années comme une référence du sprint féminin tricolore. Une progression récompensée par un premier titre national en élite. En juillet à Angers, la Kréopolitaine est devenue championne de France du 200 m. Elle sourit : "Clairement, c’est ma plus belle saison depuis que j’évolue à ce niveau. Un bel hiver, un bel été. Je ne pouvais pas espérer mieux. Et j’espère bien que ce n’est pas fini".

IMG_0896.JPG

"Tout peut arriver…"

Une fois de plus Jennifer Galais a dû renoncer à l’idée de passer des vacances à la Réunion. Elle est née à Lyon mais a gardé des attaches affectives fortes avec l’île de ses racines. Une preuve ? Son margouillat "974" tatoué sur le ventre. Son papa est originaire de Bellemène, sa maman vient de la Ravine des Cabris. "Ils ont la chance de revenir plus souvent que moi à la Réunion. Concilier le sport de haut niveau et les études, c’est parfois compliqué. C’est difficile de me dégager de longues périodes de vacances", reconnaît celle qui entamera à la rentrée un Master en management. Ce sera après avoir vécu l’expérience la plus excitante de sa jeune carrière. "C’est exactement ça. Je suis très excitée ! Je m’attends à vivre quelque chose de grand. J’ai tellement hâte d’y être. C’est la première fois que je fais une saison aussi longue. J’avais un peu d’appréhension par rapport à ça. Finalement, ça va. Je me sens bien".

Sur le papier, le relais 4X100 m français part de loin dans la course à la médaille olympique. Dans l’histoire des Jeux, les Bleues n’ont décroché qu’une seule médaille, en bronze, à Athènes en 2004. "Mais nous sommes conscientes que l’on peut faire quelque chose de bien. Nous avons une belle équipe. L’objectif, c’est d’aller en finale. Et après, tout peut arriver dans un relais", assure Jennifer Galais, qui a participé aux championnats d’Europe à Amsterdam en juillet. Eliminée en demi-finale du 100 m, elle a ensuite pris part au relais qui s’est classé sixième de la finale. "La priorité était alors de décrocher notre billet pour les Jeux Olympiques. Il n’était pas question de prendre des risques, nous avons bien assuré tous les passages de témoin. À Rio, ce sera différent. Nous allons pouvoir nous lâcher". Premier tour de piste le 18 août.

Lukas Garcia

Source http://www.clicanoo.re

17:48 Écrit par La Com dans Actualité, Athlétisme, Coup de Coeur | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

samedi, 30 juillet 2016

Elea Diarra : « On se dit qu’on n’a pas travaillé pour rien. »

IMG_0456.JPG

Blessure, préparation, objectif, financement participatif… A 8 jours du début des Jeux Olympiques c’est très simplement qu’Elea Diarra, qui prendra part au 4×400 m s’est confiée.

Sportives.net : Comment vous sentez-vous à quelques jours du début des Jeux ?
Elea Diarra : Je ne sais pas trop. Pour le moment j’ai un peu de mal à rentrer dans les Jeux mais ça va sûrement venir avec le voyage. Là j’ai mes dernières compétitions individuelles (elle a participé au 400 m à Ninove en Belgique et a amélioré son record personnel, ndlr) donc j’essaie de me concentrer là-dessus et puis sur l’entraînement. On va aller doucement vers les JO début août.

Quand avez-vous su que étiez qualifiée pour les Jeux Olympiques ?
Je l’ai su quand la sélection officielle a été annoncée, le mercredi 13 juillet.

Vous y attendiez-vous ?
Oui et non. On nous avait dit qu’ils garderaient sûrement la même équipe. Que celle qui irait aux Championnats d’Europe irait aux Jeux Olympiques. Donc oui je savais que c’était possible mais parfois il vaut mieux attendre.

« C’était plutôt un défi de revenir au niveau le plus rapidement possible pour espérer aller aux Jeux Olympiques » à propos de son entraînement suite à sa blessure.

Vous en rêviez de ces Jeux ?
Oui, j’en rêvais ! C’était plutôt un défi pour moi parce que je me suis faite opérée en août dernier des deux tendons d’Achille. En faisant cette opération c’était à risque puisque je n’étais pas sûre d’être prête et remise sur pied pour les JO. Je me suis dit que l’opération allait me faire reprendre l’entraînement plus tard, j’en avais discuté avec mon entraîneur. C’était un risque : soit ça passait, soit ça cassait. Surtout que pendant les années olympiques il faut être prêt plus tôt que d’habitude parce que la saison est avancée, les Championnats d’Europe, de France… C’était plutôt un défi de revenir au niveau le plus rapidement possible pour espérer aller aux Jeux Olympiques. Et c’est réussi, c’est plutôt cool.

Que ressent-on quand on sait qu’on est qualifiée pour les Jeux ?
De la fierté pas encore, mais ça commence. On est content, on se dit qu’on n’a pas travaillé pour rien parce que les années olympiques sont les plus importantes pour les sportifs. C’est l’année qu’on n’a pas envie de louper et qu’il ne faut pas manquer, on fait plus de sacrifices que les autres années. J’ai eu de gros aménagements d’horaires au niveau de mes études, j’ai déplacé mon stage de fins d’études pour pouvoir m’entraîner correctement. C’est vrai que si on n’est pas qualifié on est un peu triste. Mais pour le coup tout ça c’est oublié, le jeu en vaut la chandelle.

Comment s’est passée votre préparation ?
J’ai commencé en fauteuil roulant et puis il y a eu toute la partie réathlétisation puisque après une opération on ne reprend pas de zéro, on reprend dans le négatif (rires). Finalement, ça c’était la partie la plus dure. Les premiers mois il faut se remuscler après ne pas avoir bougé pendant un mois. Clairement, en deux semaines d’immobilisation tu perds tous tes muscles, tu les vois fondre. C’est très très long pour revenir ensuite en condition physique potable. J’ai eu une partie assez difficile de septembre à novembre/décembre puis ensuite j’ai commencé à reprendre la course. J’ai pris plus de plaisir et ça allait mieux.

Pour pouvoir se préparer correctement, Elea Diarra a du lancer une campagne de financement participatif. Photo Facebook Elea Diarra

Ça n’a vraiment pas du être facile moralement…
Oui c’est difficile parce qu’on est dans une condition vraiment dure. On ne connaît pas ça, on n’a pas l’habitude d’être en aussi mauvaise condition quand on est athlète. Il faut accepter. Au début on se prend une claque et puis il faut vraiment se donner pour que ça revienne le plus vite possible.

« La plupart des athlètes qui vont aux Jeux Olympiques sont amateurs et doivent se débrouiller financièrement comme ils peuvent. »

Pour pouvoir être du voyage à Rio vous avez lancé une campagne de financement participatif. Il fallait que vous trouviez 3500€. Expliquez nous.
C’est le site Sponsorise Me qui m’a démarché parce qu’au début je cherchais plutôt des sponsors privés. Ils ont du voir ça sur Linkedin et ils m’ont proposé de lancer une campagne. J’ai trouvé ça cool et j’ai accepté de le faire sans trop savoir si ça allait marcher ou pas. J’ai réussi à atteindre l’objectif de 3500€ ce qui n’est pas rien. C’est vachement bien, ça m’a beaucoup aidé pour ma préparation et puis ça m’a permis de gagner de la visibilité et d’être contactée par des entreprises qui ont voulu me soutenir, comme Pagès par exemple.

A un moment donné, vous êtes-vous dit que si ça ne fonctionnait pas vous n’iriez pas à Rio ?
Non je ne me suis pas dit ça parce qu’on trouve toujours des solutions. Quand on a vraiment un objectif on trouve toujours des moyens. Ça aurait été beaucoup plus compliqué et dans des conditions difficiles. Je n’aurais pas pu aller en stage pour m’entraîner comme je voulais, je n’aurais pas pu avoir les soins médicaux dont j’ai besoin…

Au final, en combien de temps avez-vous la somme ?
C’était une campagne de 45 jours et ça m’a à peu près pris la totalité pour arriver à la somme. Les gens se sont pas mal mobilisés sur la fin de la campagne.

Trouvez-vous normal que les sportifs de haut-niveau soient obligés de lancer des actions comme la vôtre pour pouvoir représenter leur pays ?
Clairement non, je ne trouve pas ça normal ! Mais on n’a pas le choix, c’est notre passion donc ce n’est pas possible d’arrêter pour des raisons financières. A côté il faut savoir se débrouiller tout seul, ce n’est pas facile tout le temps. Je sais que moi j’ai beaucoup de chances de pouvoir faire cette campagne, d’être ensuite contactée par une ou deux entreprises qui ont bien voulu m’aider. La plupart des athlètes n’ont pas toutes ces aides et c’est très compliqué financièrement quand on fait du sport à haut niveau. Si on enlève deux-trois sports un peu privilégiés comme le foot ou le basket, la plupart des athlètes qui vont aux Jeux Olympiques sont amateurs et doivent se débrouiller financièrement comme ils peuvent.

Après toute cette préparation et ce financement participatif, la médaille vous y croyez toutes ?
Ah bah oui on y croit ! De toute façon comme tout le monde on ne court pas pour le plaisir, on a toujours notre objectif d’être les meilleures possibles, on pense à cette médaille, on fera tout pour aller la chercher. Quoi qu’il arrive de toute façon je pense qu’on ne pourra pas avoir beaucoup de regrets parce que je sais que ce sont les Jeux Olympiques, que c’est l’objectif de l’année. On donnera le maximum.

Source: http://www.sportives.net/

11:51 Écrit par La Com dans Athlétisme, Coup de Coeur | Commentaires (3) |  Facebook |  Imprimer | |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu