compteur

Avertir le modérateur

samedi, 23 décembre 2017

Décines:un véritable parc urbain va voir le jour sur le site du stade Troussier

Mardi lors du conseil municipal, Laurence Fautra (LR), maire de Décines, a détaillé le projet auquel la Ville consacrera 4 millions d’euros. Sur 94 000 m² , le tout nouveau parc urbain Raymond-Troussier sera livré en septembre 2019.
 
 

Un lieu aujourd’hui fréquenté par les sportifs mais délaissé par les Décinois

« Ce parc date des années 1970. Il est largement utilisé par les associations sportives (athlétisme, football, boules, tennis), mais délaissé par les Décinois, a constaté Laurence Fautra. Notre volonté : le transformer en un lieu intergénérationnel, tout en donnant une grande place au végétal avec deux prairies et 180 nouveaux arbres ».

La suite sur Le Progrès

 

 

11:09 Écrit par La Com dans Actualité, C'est dans Le Progrès | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

lundi, 04 décembre 2017

Une piste Mélina Robert Michon

Mélina Robert-Michon.  Photo Le DL

La nouvelle piste d’athlétisme de la Plaine des jeux de Gerland inaugurée ce samedi porte le nom de Mélina Robert Michon, vice-championne olympique du lancer de disque 2016 encore en activité. « C’était important d’ancrer son nom dans le marbre » souligne Yann Cucherat, conscrit de Mélina (1979) et qui a disputé à ses côtés, les JO de Pékin 2008 et Londres 2012. La piste sera réservée au club de Lyon athlétisme.

leprog.jpg

16:30 Écrit par La Com dans Athlétisme, C'est dans Le Progrès | Commentaires (1) |  Facebook |  Imprimer | |

lundi, 27 novembre 2017

Un anniversaire à la Kényane

Pour les 25 ans du cross de Saint-Priest, Peterjoroge Ndegwa s’est imposé devant ses compatriotes Kemoi et Cheruiyot.

Pour ses 25 ans, le cross des Myriades avait invité l’un de ses plus illustres vainqueurs : Ezechiel Nizigiyimana (2011, 2012, 2014). Le Burundais a fait faux bond, victime d’un pépin physique en milieu de semaine. Les Kényans ont sauté sur l’occasion pour faire main basse sur le cross de Saint-Priest en réalisant un triplé, sinon original dans la discipline, du moins inédit au complexe Pierre-Mendès-France.

Le suspense n’a pas survécu au premier tour de ce joli parcours, tout en cassures, mais tellement sec qu’il offrait aux coureurs des hauts plateaux un terrain d’expression idéal (19,5 km/h en moyenne sur 9 340 mètres). Auteur d’un départ canon, Daniel Kemoi (vainqueur la semaine dernière du semi de Vénissieux) s’est d’abord isolé avant de voir rappliquer son compatriote Peterjoroge Ndegwa. Au-dessus du lot, le jeune athlète (25 ans) à la foulée aérienne a alors pris la tête avant de conclure l’affaire au sprint avec deux secondes d’avance sur Kemoi.

Derrière, Benjamin Cheruiyot (36 ans) a bien mené sa barque pour prendre la troisième place malgré la menace de Michael Gras en fin de course : « Je ne connaissais pas Ndedwa mais Daniel (Kemoi) m’avait battu au cross de Pontcharra, expliquait le Kenyan de l’Entente Sud Lyonnais à l’arrivée. Ils étaient trop forts pour moi. J’ai attendu le dernier tour pour fournir mon effort et assurer le podium. Je suis content alors que je reviens seulement après une année 2016 gâchée par les blessures. »

Les Kényans placent quatre coureurs parmi les six premiers avec la 6e  place d’Ezechiel Meli derrière les jumeaux Michael et Damien Gras (4et 5e ).

Une domination sans partage parachevée par le succès de Mercyline Jeronoh chez les femmes. Un « happy birthday » chanté en chœur.

Anne-Sophie Vittet et Mercyline Jeronoh.  Photo Maxime JEGAT

Photo Maxime Jegat

Elles ne se quittent plus. Enfin sauf quand la Kényane décide de prendre les devants… Hier, Mercyline Jeronoh a attendu la mi-course après avoir laissé Anne-Sophie Vittet mener.

À l’arrivée, où elle a levé les deux bras, la Kényane du club d’Athlé Saint-Julien 74 a encore devancé l’athlète de l’Entente Sud Lyonnais. Elles étaient déjà arrivées dans le même ordre la semaine dernière aux 10 km de Vénissieux. Une copie conforme des résultats des deux courses en 2016…

« Comme le niveau était très dense, j’ai préféré partir vite, explique Vittet. C’était sympa de courir devant ! Mais quand Mercyline est partie, je n’ai rien pu faire. Maintenant, elle a pris le dessus. Quand je l’ai vue accélérer, je me suis dit : “elle est facile, on dirait qu’elle est en footing”. »

Cela n’a pas toujours été comme ça. « Au début, quand elle est arrivée à Saint-Julien, j’arrivais à la battre. Mais depuis, elle a atteint un très haut niveau. »

En deux ans, la vice-championne de France du 3 000 mètres steeple n’est parvenue qu’une seule fois à inverser l’ordre. C’était lors de la demi-finale du championnat de France de cross à Yzeure. Une seconde les avait séparées sur la ligne : « Mais c’était sur un terrain bien gras qu’elle n’aime pas du tout », reconnaît Vittet.

Pas de quoi ôter le sourire de la Lyonnaise qui apprécie autant cette rivalité que sa rivale : « Il ne tient qu’à moi de me hisser à son niveau, dit-elle. Je m’entraîne pour la rattraper. Je ne peux pas lui en vouloir. C’est une fille vraiment sympa. » Prochain affrontement ? Sans doute aux championnats régionaux en 2018.

FEMMES AS 1. Jeronoh (KEN, St Julien) 15’26’’; 2. Vittet (ESL) 15’43’’; 3. Mathien (Décines MA) 15’54’’; 4. Jepkoech (KEN, Asvel) 16’07’’; 5. Guillaumot (Lyon A) 16’10’’; 6. Tassion (St Julien) 16’12’’;… 9. Sabrie (A Calade VS) 16’22’’; 10. Reignier (Asvel) 16’24’’; 12. Seiller (ESL) 16’24’’. JUNIORS : 1. Fulchiron (Valence) 16’16’’; 2. Girard (Décines MA) 16’33’’; 3. Hager (Lyon Athlé) 16’34’’. CADETTES 1. Duprat (AC Tassin) 12’55’’.

HOMMES AS : 1. Ndegwa (KEN) 28’40’’; 2. Kemoi (KEN, Annecy) 28’42’’; 3. Cheruiyot (KEN, ESL) 29’02’’; 4. M. Gras (Alès) 29’15’’; 5. D. Gras (Alès) 29’31’’; 6. Meli (KEN, Annecy) 29’45’’; 9. Masciotra (Décines MA) 30’07’’; 14. Bosio (ESL) 31’04’’; 15. Betron (Beaujolais R) 31’17’’. JUNIORS : 1. Soulet (Chalon sur Saône) 21’43’’; 2. Goujon (Gap) 21’56’’; 3. Poncet (Lyon Athlé) 22’08’’. VETERANS : 1. El Hadafe (Nîmes) 22’13’’; 2. Fellague (Asvel) 22’21’’; 3. Chamonard (AS Caluire) 22’22’’. CADETS : 1. Ibanez (Gap 13’08’’) ; 2. Thibault (Décines MA) 13’28’’; 3. Coindard (A Calade VS) 13’34’’.

leprog.jpg

Tous les résultats

samedi, 25 novembre 2017

Plateau d’anniversaire à Saint-Priest

 

tract_myriades_2017.jpg

Le club organisateur a changé de nom, passant de l’ASPTT à Lyon Athlé. Le spectaculaire parcours aussi a subi, au fil des années, de légers liftings en même temps que le complexe Mendès-France. Mais 25 ans après sa création, les Myriades campent toujours sur leur position de cross le plus important de la région avec près de 3 000 athlètes attendus ce dimanche tout au long de la journée à Saint-Priest.

Il y aura du beau monde pour souffler les 25 bougies à commencer par Ezechiel Nizigiyimana. Absent en 2015 (victoire de Kumbi Bechere) et 2016 (Anou), le Burundais de la Légion étrangère est de retour pour agrandir sa collection de succès après ses victoires en 2011, 2012 et 2014. S’il revient en terrain conquis, il va surtout croiser une vieille connaissance. Le Kenyan Benjamin Cheruiyot (37 ans), qui lui avait donné du fil à retordre en 2012, retrouve sa foulée légère. En dominant la semaine dernière le 10 km de la Foulée vénissiane (30’’06), l’athlète de l’ESL a montré qu’il avait les moyens d’effacer ses mauvais souvenirs aux Myriades (contrôle positif en 2013 et deuxième en 2015 après avoir perdu l’une de ses pointes). Les deux hommes – devront se méfier du Kenyan Peternjoroge Ndegwa, alors que Mickaël Gras (Alès), premier Français la semaine dernière au cross d’Allonnes, finalise à Saint-Priest sa préparation pour les championnats d’Europe (10 décembre à Samorin en Slovaquie). Chez les femmes, Mercelyne Jeronoh (St Julien 74), victorieuse en 2016, et sa dauphine Anne-Sophie Vittet (ESL) prolongent leur duel, arbitré par la Kenyanne Susan Kipsang Jeptoo (St Julien 74).

Programme Cross des Myriades à Saint-Priest. Début des épreuves à 9 h 30. As femmes à 15 h 00. As hommes à 15 h 30.

leprog.jpg

samedi, 18 novembre 2017

Objectif chrono à la Foulée vénissiane

C’est LE rendez-vous de la région pour faire un chrono. Tracé dans le Parc de Parilly et les larges avenues voisines, la Foulée vénissiane attire chaque année (c’est la 38eédition) la population des coureurs en quête de chrono sur 10 km et semi-marathon. Vainqueur des 10 km de Caluire, le Kenyan sera ce dimanche le grand favori sur la distance face à Sébastien Hours et Benjamin Cheruiyot (ESL). Il pourrait même s’attaquer au record de l’épreuve (29’34’’). Chez les femmes, Anne-Sophie Vittet (ESL) vise aussi un beau chrono. Sur semi, le double tenant du titre Alaa Hrioued revient pour le coup du chapeau.

IMG_9597.JPG

leprog.jpg

lundi, 13 novembre 2017

Retour gagnant pour Hours

Deux ans après son dernier cross, Sébastien Hours est revenu de la plus belle des manières en s’imposant avec aisance à Oullins.

Cavalier seul de Sébastien Hours.  Photo Fabrice Petit

C’est une habitude qui perdure depuis maintenant 25 ans, la saison de cross reprenait ses droits ce dimanche à Oullins pour le traditionnel Cross de la Bachasse. Dans un parc copieusement arrosé depuis quelques jours et jonché de feuilles mortes près de 1200 athlètes de tous âges ont rechaussé les pointes pour une première épreuve qui a permis de faire un premier état des forces en présence.

Chez les hommes, Sébastien Hours qui retrouvait les terrains de cross après une année blanche l’an dernier n’a pas mis longtemps à retrouver ses sensations. Après un premier tour de chauffe, le coureur de l’ESL a préféré jouer la prudence lorsque le Francilien Sulian Courjal a pris la poudre d’escampette avant de revenir au train pour finir la course tambour battant « J’avais fait une grosse sortie de 37km et 1700m de dénivelé vendredi en prévision de la Sainte-Lyon donc je manquais un peu de jus et j’étais surtout venu faire une séance d’entraînement donc je suis resté sur ce que j’avais prévu au départ. Je suis content car j’avais vraiment de bonnes sensations. J’ai eu du mal à récupérer après la LUT by Night de la semaine dernière et c’est pour ça que je voulais faire une grosse sortie vendredi pour me mettre dans une situation identique à celle que je risque de vivre sur la fin de la Sainté-Lyon » indique Sébastien qui avouait après la course tout son plaisir de retrouver les terrains et l’ambiance des cross.

u Résultats :

Masculins (8167m.) : 1. Hours ; (ESL) 26’44 ; 2. Courjal (Athle 91) 27’23 ; 3. El Yacoubi (ASVEL) 27’32 ; 4. Moissonnier (LA) 27’42 ; 5. Meunier (ASVEL) 27’46 ; 6. Mattrand (ASVEL) 27’49 ; 7. Rouanina (LA) ; 8. El Marghi (LA) 28’04 ; 9. Couzon (ACT) 28’10 ; 10. Fuster (LA) 27’17 ; 11. Lossinger (ASVEL) 28’25 ; 12. Lhopital (ASC) 28’48 ; 13. Passelaigue (ACT) 28’54 ; 14. Tardy (LA) 28’58 ; 15. Pillet (ASVEL) 29’17

Féminines (4111m.) : 1. Vella (LA) ; 2. Hager (LA) ; 3. Wust (ACT) ; 4. Serban-Penhoat (LA) ; 5. Zoellin-Jilliot (LA) ; 6. Goncalves (DMA) ; 7. Bruneau (ESL) ; 8. Pain (LA) ; 9. Audubert (DMA) ; 10. Sannier (ESL) ; 11. Montmayeur (LSM) ; 12. Bouvard (EOL) ; 13. Muzy (EAB) ; 14. Micoud (LA) ; 15. Forat (AFA)

leprog.jpg

Tous les résultats

Les irréductibles n’ont peur de rien !

IMG_5785 (1609x1073).jpg

Avec 522 inscrits, la seconde édition de la course des Irréductibles, organisée samedi par le Décines Meyzieu athlétisme (DMA), enregistre une excellente participation malgré la pluie et la grisaille. Ils étaient 470 en 2016. « Pour certains trailers, habitués aux conditions défavorables, la pluie, le vent et la boue ajoutent du piment à la course », confie Guillaume Schroll, président du DMA.

IMG_5568 (1609x1161).jpg

« Les enfants et les marcheurs ne se sont pas découragés non plus », souligne-t-il.

IMG_5531 (1609x1073).jpg

« L’idée est d’offrir un événement adapté à tous : compétiteurs ou loisirs, enfants ou marcheurs nordiques. Tous peuvent profiter des espaces naturels du Grand Large tout en supportant une cause humanitaire : 3 € par participant seront reversés à l’école d’un village du Mali, Niongono. » La marraine du jour était la championne Elea Diarra, arrivée 4e aux championnats du monde de Londres 2017.

IMG_5828 (1609x1073).jpg

leprog.jpg

IMG_5954 (1609x1073).jpg

IMG_6012 (1609x1073).jpg

Des Photos

Les Résultats

samedi, 11 novembre 2017

Athlétisme: Dans le Progrès aujourd'hui

Le cross de la Bachasse ouvre la saison

Le cross de la Bachasse, organisé ce dimanche à Sainte-Foy-les-Lyon donne le top départ de la saison de cross dans le département, en tant que 1re manche de la Coupe du Rhône, challenge Paul-Messner. Ce fil rouge de l’hiver sera constitué de six manches avec le cross des Myriades à Saint-Priest (26 novembre), le cross du Mamelon à Décines (10 décembre), le cross des Papillotes à Saint-Maurice-de-Beynost (16 décembre), le championnat du Rhône à Belleville (14 janvier) et le cross de la Feyssine à Villeurbanne (11 février).

> Programme 26e Cross de la Bachasse ce dimanche : début des courses à 10 h 20 (femmes à 14 h 30 et hommes à 15 h 00).

Les “Irréductibles” : Miribel by night

21462560_1631119950252760_2809842096846894702_n.jpg

Trail en semi-nocturne, la course des Irréductibles autrefois organisée à Sathonay se dispute ce samedi soir au Parc de Miribel-Jonage à 17 h 30 avec départ et arrivée à la Voile du Grand-Large à Meyzieu. Trois distances figurent au programme : 5 km, 13 km et 22 km. Inscriptions au départ jusqu’à 17 h 00.

Jennifer Galais à Clermont

Jennifer Galais a quitté le club de Décines Meyzieu Athlétisme pour s’engager avec celui de Clermont Auvergne. La Lyonnaise, coachée depuis ses débuts par Grégory Duval, avait déjà annoncé son départ pour Montpellier pour s’entraîner avec Bruno Gajer.

Cédric Fleureton revient à la maison

Caladois d’origine, Cédric Fleureton a signé au club des Beaujolais runners après deux saisons à Bellegarde.

vendredi, 29 septembre 2017

Hours avec vue sur Amsterdam

Sixième de l’édition 2016 du marathon, l’athlète lyonnais s’aligne dimanche sur le 10 km en guise de préparation pour… le marathon d’Amsterdam (15 octobre).

Sébastien Hours lors de l’édition 2016 de Run in Lyon où l’athlète de l’ESL avait pris la 6 e place.  Photo Maxime JEGAT

Il y a un an, Sébastien Hours s’était décidé trois semaines avant le marathon de Run in Lyon. La distance manquait au catalogue de cet athlète multicarte aussi à l’aise sur 3 000 m steeple chez les jeunes qu’en trail aujourd’hui. « Je voulais faire un chrono pour me qualifier pour les championnats de France, raconte-t-il. J’avais juste eu le temps de faire une séance spécifique de 3x5 km dix jours avant… »

Suffisant pour décrocher une belle sixième place en 2h34’37’’ (2eFrançais) et confirmer son désir d’approfondir la question. « J’aime ce type d’efforts qui reste quand même de la vitesse, détaille-t-il. Je reviens un peu à ce que je faisais dans ma jeunesse. »

Objectif 2h24

Blessé lors de la SaintéLyon 2016, cet ingénieur en informatique a dû repousser à l’automne sa deuxième expérience sur marathon, préférant Amsterdam le 15 octobre à Run in Lyon ce dimanche : « L’an dernier, j’avais trouvé que le parcours n’était pas très roulant et surtout, je m’étais retrouvé tout seul derrière les athlètes capables de courir en 2 h 10. A Amsterdam, il y a beaucoup plus de densité. »

Pour la même raison, d’autres marathoniens lyonnais comme Julien Rancon et Julien Masciotra avaient préféré s’aligner à Paris au printemps (terminant respectivement en 2h20’47’’ et 2h21’23’’). « Un déplacement à Amsterdam ou à Paris est un petit investissement par rapport à l’investissement que nécessite un marathon », comprend le coach Bastien Perraux qui conseille notamment Masciotra.

Après trois mois de préparation, seulement entrecoupés par les championnats de France de trail à Gérardmer (6e ), Sébastien Hours partira sur les bases de 2h24. En attendant, il « travaille le rythme » sur le 10 km de Run in Lyon. Son vieux record personnel (31’08’’ en 2008) pourrait tomber loin devant une masse de 17 500 coureurs.

 "A Amsterdam, il y a beaucoup plus de densité"

Sébastien Hours

leprog.jpg

mercredi, 27 septembre 2017

Pourquoi le business du running s’est littéralement envolé

Dimanche prochain, plus de 30 000 coureurs sont attendus à l’occasion de la 8e édition de la course Run in Lyon. Un engouement qui illustre parfaitement la montée en puissance du marché du running.

Faire un jogging, c’est ringard ; maintenant on fait un running. Le running concerne désormais les coureurs du dimanche mais aussi, plus largement, toutes celles et ceux qui s’adonnent occasionnellement ou pour la performance à la course à pied et ses déclinaisons comme le trail, le triathlon, etc.

IMG_9648.JPG

« Après la montée en puissance du trail il y a une dizaine d’années, on a assisté il y a trois ans au boom du running. Toutes les catégories socio-professionnelles, toutes les tranches d’âges sont concernées par cette discipline qui se pratique dans les rues, les parcs, les montagnes etc. toute l’année. Le boom s’explique notamment par les effets cumulés de la féminisation de la pratique mais aussi par l’avènement de pratiques collectives et ludiques qui ont envahi le calendrier des courses et attiré de plus en plus de participants », souligne Virgile Caillet, Délégué général de l’Union sport & cycle.

Désireux d’entretenir leur capital santé, de « déstresser » sans contrainte d’emploi du temps, d’espace, les coureurs, dont le nombre a considérablement crû ces trois dernières années (voir ci-contre), ont accompagné l’explosion du marché.

Ce qui a fait les affaires des grandes surfaces spécialisées, offert de belles croissances d’activités à des magasins hyperspécialisés dont le nombre avoisinerait aujourd’hui les 250 unités dans l’Hexagone, dont une dizaine dans la métropole lyonnaise (voir ci-contre). Mais aussi fait le bonheur des organisateurs d’épreuves, et alimenté l’activité des équipementiers sportifs.

IMG_9151.JPG

À grands coups marketing, ceux-ci en ont profité pour valoriser leurs technologies de plus en plus avant-gardistes. Le running est donc devenu un sport « très sophistiqué, « qui ne nécessite plus d’être simplement équipé d’une paire de basket, d’un short et d’un tee-shirt ». Désormais le coureur est de plus en équipé. De plus en plus connecté.

850

C’est, en millions d’euros, le poids global du marché du running estimé par le syndicat professionnel Union Sport & Cycle. Ce marché de la course à pied représente 850 millions d’euros de ventes, soit deux fois moins que celui du vélo (1,7 milliard), mais quasiment deux fois plus que celui du football (450 millions d’euros environ).

EN CHIFFRES

8

En millions, le nombre de paires de chaussures vendues chaque année. La vente de chaussures pèserait 500 millions d’euros. Selon le syndicat, les coureurs compétiteurs consomment environ 2 paires par an.

524

C ’est, en euros, le panier moyen annuel estimé par le syndicat professionnel Union Sport & Cycle pour les coureurs compétiteurs.

Un budget qui serait pour 34 % dédié à l’achat des chaussures, 28 % pour les frais d’inscription pour les courses, 21 % pour le textile et 19 % pour les accessoires.

5 800

C’est le nombre de courses, dont 57 marathons, qui se dérouleraient chaque année dans l’Hexagone. Un nombre de courses qui pourrait être amené à réduire dans les prochaines années. Disparition de courses peu ou pas rentables, normes de sécurité drastiques, seront probablement à l’origine de cette baisse des épreuves. Autre phénomène, les coureurs pourraient être à l’avenir « plus dans une logique de communauté qu’une logique de compétition ».

 8,9 C’est, en millions, le nombre de Français de 18 ans et plus qui se sont adonnés à la course à pied au moins une fois au cours des douze derniers mois selon le syndicat professionnel Union Sport & Cycle. Parmi ces 8 millions, on distingue trois catégories de coureurs : les réguliers (au moins une fois par semaine), 5 millions de Français ; les occasionnels (moins d’une fois par semaine), soit 3,9 millions.

Franck Bensaid

leprog.jpg

lundi, 18 septembre 2017

Floria Gueï et Jennifer Galais avec Bruno Gajer

Jennifer Galais quitte la région lyonnaise pour s’installer à Montpellier. La sprinteuse de Décines Meyzieu athlétisme s’entraînera au Creps avec Bruno Gajer, aux côtés notamment de Floria Gueï qui a également annoncé son départ pour l’Hérault. La championne de France 2017 du 200 m s’entraînait depuis ses débuts en 2009 avec Grégory Duval. « C’est une décision commune, explique Duval. Jennifer était arrivée à un stade de sa carrière où il fallait qu’elle s’émancipe. Ce sera l’occasion d’abandonner un peu le 100 m pour se consacrer pleinement au 200 m où elle n’a pas encore réalisé ce dont elle est capable. »

IMG_7312.JPG

Floria Gueï (27 ans) a annoncé ce mercredi dans un communiqué de la Fédération française d’athlétisme qu’elle quittait son coach Djamel Boudebibah après cinq années de collaboration. L’athlète de l’Entente Sud Lyonnais s’entraînera à partir du mois d’octobre au Creps de Montpellier avec Bruno Gajer qui l’avait déjà coachée à l’Insep entre 2008 et 2012. Elle restera néanmoins licenciée au sein de l’ESL.

« J’avais besoin de casser mes habitudes, d’un nouvel environnement pour repartir sur un nouveau cycle pour cette nouvelle olympiade. Djamel restera mon meilleur conseiller », a-t-elle expliqué.

Floria Gueï sort d’une saison estivale difficile. Après avoir remporté la médaille d’or du 400m aux championnats d’Europe en salle à Belgrade l’hiver dernier, elle a dû renoncer aux Mondiaux de Londres en raison d’un problème de santé survenu en juillet.

L’image contient peut-être : 1 personne, terrain de basketball et plein air

Photo: Jean Marie Bazin

leprog.jpg

lundi, 11 septembre 2017

Julien Masciotra, brillant vainqueur des 10 km de l’Horloge

Julien Masciotra, Haut-Savoyard licencié au club de Décines-Meyzieu athlétisme, a brillamment réalisé un temps de 31’20 sur le 10 km de l’Horloge. Mille coureurs ont participé à cette compétition, dimanche.

IMG_3424.JPG

1 000 coureurs environ se sont élancés, dimanche, dans les rues du centre-ville pour participer aux deux courses : un 10 km qualificatif pour les championnats de France et un 5 km “Entre elles”.

IMG_3346.JPG

IMG_3109.JPG

L’ambiance était au beau fixe sur les deux lignes de départ prévues par les organisateurs de l’association Running en Rhône-Alpes, avec le concours de la mairie de Tassin et des AAAL.

« Une belle effervescence »

À 9 heures, après la séance d’échauffements et un trotting de reconnaissance, les féminines ont pris place sous l’arche située avenue Leclerc. Il n’a fallu que 18’35 à Anne Lebrun pour franchir la ligne d’arrivée,

IMG_3159.JPG

devant une centaine de concurrentes. En grand nombre, les Tassilunois se sont retrouvés au départ de la promenade des Tuileries quarante-cinq minutes plus tard, pour le départ des pointures de la course à pied, mais pas que ! Chacun a voulu partager un bon moment, soit pour faire un chrono, soit en course de rentrée, comme c’est le cas de Clément Couzon du club de Tassin.

IMG_3437.JPG

« Je ne serai pas dans le premier wagon, mais je me prépare pour le semi du running-Lyon ».

La foule, nombreuse tout au long de ce circuit en boucle, a pu suivre les coureurs et les encourager.

Il n’aura fallu que 31’20 à Julien Masciotra pour franchir la ligne devant Eliud Sugut et Nestor Nibaruta.

IMG_3370.JPG

« Parti sur un tempo modéré, j’ai durci la course au 5e km. Les virages nous ont obligés à des relances mais le parcours était roulant. J’ai trouvé une belle effervescence dans cette course », témoigne le finaliste.

 

leprog.jpg

Tous les résultats

PHOTOS

Album 1

Album 2 

Album 3

IMG_3058.JPG

IMG_3074.JPG

IMG_3130.JPG

IMG_3329.JPG

IMG_3364.JPG

IMG_3384.JPG

IMG_4360.JPG

IMG_4367.JPG

 

lundi, 14 août 2017

Mélina Robert-Michon : « Une grande fierté »

La discobole lyonnaise (3e ; 66,21m) a remporté, à 38 ans, sa quatrième médaille en cinq ans. Après trois deuxièmes places à l’Euro 2014, aux Mondiaux 2013 et aux JO 2016, elle expérimente avec bonheur le bronze.

Photo AFP

On vous a vu hésiter entre deux sentiments. Lequel l’emporte ?


« C’est vrai que tout de suite après le concours, j’étais dégoûtée. J’avais envie de faire mieux. Mais avec le recul, c’était un concours de très haut niveau comme il n’y en a pas eu depuis longtemps. J’étais venu pour faire mieux que ce que j’avais déjà fait. Et puis, je repense à la saison hyper dure que j’ai vécue. Mais j’ai quand même été chercher cette médaille. Ça valait le coup de s’accrocher. Ça fait du bien. On sait que ça tourne pas mal sur les podiums. Faire mon quatrième podium en cinq ans, c’est une grande fierté. Je montre que je suis toujours à mon meilleur niveau et qu’il faut toujours compter sur moi. »

Seul regret : la gestion des deuxième et troisième jets ?

« Je fais un très bon premier essai. Et derrière, il y a une forme de décompression. Je sors un peu du concours. Mais j’ai su réagir. Je savais qu’à tout instant, ça pouvait revenir derrière. Je ne voulais surtout pas sortir du podium. J’aurais aimé battre mon record (66,73m). J’en avais les capacités. Mais Perkovic (70,31m) et Stevens (69,64m) étaient très fortes devant. Je n’avais pas encore le niveau. »

Vous prouvez à nouveau votre capacité à répondre présente le jour J.

« Je remercie mes coaches (Serge Debié et Jérôme Simian). Je leur faisais confiance et ils ont vraiment su gérer. Il n’y a que les championnats qui comptent pour moi. Je savais qu’en arrivant ici, il y aurait le truc en plus. J’ai eu un coup de stress après l’échauffement. Je ne savais pas si j’allais réussir à gérer tout ça. C’est pour ça que j’étais si soulagée après le premier essai. »

Vous donnez une note féminine au bon bilan des Bleus.

« C’est vrai que ça allait manquer de femmes sur la photo. Je me suis dévouée… Cela manquait de vieux aussi avant aujourd’hui (ndlr : et le titre de Yohann Diniz, 39 ans)… C’est à l’image de cette équipe. Il y a de tout et chacun a envie d’amener sa pierre à l’édifice. J’avais envie de participer aussi à la fête. »

Avoir votre famille au bord de la piste vous a-t-il aidée ?

« C’était la motivation supplémentaire : je me disais que je ne pouvais pas sortir du podium avec eux dans les tribunes. C’est une occasion que je ne revivrai peut-être pas. Je voulais partager cette médaille avec eux. Ça m’avait manqué à Rio. »

Pour combien de temps êtes-vous encore là ?

« Tant que je gagne je joue. Déjà, j’aimerais battre mon record en fin de saison. Et à l’avenir, je n’ai pas envie de bouger des podiums. »

A Londres, recueilli par B.Steen

leprog.jpg

16:01 Écrit par La Com dans Athlétisme, C'est dans Le Progrès | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

dimanche, 13 août 2017

Kevin Mayer : «Le moment le plus intense de ma vie»

Sacré champion du monde du décathlon, le Drômois raconte comment il est passé par toutes les émotions, notamment lors du concours de la perche durant lequel il a frôlé le zéro.

Monter sur la 1ère marche du podium et entendre La Marseillaise, une émotion beaucoup plus forte pour Kevin Mayer que sa 2e place aux JO de Rio. / Photo AFP

Quel est votre premier sentiment ?

C’est le calme après la tempête. Quand je m’écroule après le 1500m, je me suis dit que c’était enfin fini. Il y avait tellement de pression ces derniers mois. Je n’ai pas eu un seul moment tranquille où je ne pensais pas à ces championnats du monde… Lâcher la pression, c’était la plénitude totale.

Le moment le plus stressant, c’est la perche quand évitez le zéro de justesse ?

Evidemment. Je suis tombé à Marseille aux championnats de France. J’ai perdu en préhension de ma main en me brûlant. Sur 14 appuis, je ne pouvais pas sauter. J’étais haut mais je n’arrivais pas à faire avancer ma perche. Je me suis mis sur 10 foulées, j’ai pris ce que j’ai entre les jambes, et j’ai sauté. C’était le moment le plus intense de ma vie. J’ai regardé ma grand-mère dans les tribunes pour savoir comment elle allait parce que c’était un moment assez fort. C’était un soulagement tellement énorme ! Si je ne passe pas, je ne fais rien. Si je passe, je suis champion du monde. Tout se jouait là. C’est peut-être de la chance, mais je ne veux pas savoir. »

Dans quel état étiez-vous avant de sauter ?

J’étais tétanisé. Entre le moment où je prends ma perche et le moment où je pique, je me dis : ‘‘tu joues ta vie, tu joues ta vie’’. Jusqu’au moment où ça passe. Chaque fois que je pense à ce saut, je me dis qu’il n’aurait pas dû passer. Mais il est passé. »

Avez-vous apprécié le 1500m ?

Je me suis dit : ‘‘essaye d’en profiter’’. Mais j’ai commencé à avoir des crampes. En fait, c’était un compte à rebours. Dans ma tête, je fais le décompte : plus que trois tours avant d’être champion, plus que deux, etc. Je ne pensais qu’à ça. Le chrono, je m’en foutais.

C’était un triomphe annoncé…

Vous voyez, hein ! J’étais favori, alors ? Je vous aurai défoncés (ndlr : les journalistes) si je n’étais pas passé à la perche. Clairement, je me demandais tous les jours comment ce décathlon allait se passer avec mes problèmes de main et de coude qui m’empêchent de bien sauter à la perche et de bien lancer au javelot.

Allez-vous entrer dans une nouvelle dimension médiatique ?

Je ne me pose pas cette question. Vu ce que (Pierre-Ambroise) Bosse a vécu, je m’attends à ce que ce soit un peu lourd, mais je le prends comme un jeu.

On vous a vu pleurer sur le podium. A quoi avez-vous pensé ?

Je me rends compte à cet instant que je suis champion du monde. J’ai chialé parce que ça me rappelle tout ce que j’ai vécu depuis que je suis arrivé à Montpellier il y a dix ans. J’ai pensé à mon staff, mon coach Bertrand Valcin et mon préparateur physique Jérôme Simian. Grâce à eux, je suis de plus en plus technique et de moins en moins blessé. Et je pense à mon entourage qui me supporte. Ce n’est pas facile. Mon plus gros point fort, c’est mon entourage. »

L’émotion est-elle différente de celle que vous aviez ressentie aux JO de Rio (2e) ? 

Complètement ! Cette fois, j’ai eu la Marseillaise. Et je l’ai eue juste après le 1500m. C’est un cadeau énorme. Cela fait remonter toutes les émotions. C’était un moment incroyable avec la team ‘‘Kéké la braise’’ juste à côté qui chantait. C’était énorme !

Quels seront les prochains défis ?

Je ne me lance pas de défi. Ma motivation, c’est de progresser. On voit que je progresse chaque année. Et ce qui est énorme, c’est que je sens que je peux encore beaucoup progresser.

A Londres, recueilli par B.S.

leprog.jpg

vendredi, 11 août 2017

Mélina Robert-Michon (qualifiée pour la finale du disque) : "Ça fait du bien"

Un jet à 63,97m a suffi à la Lyonnaise ce vendredi pour se qualifier pour la finale du disque (dimanche). Une entrée en matière qui rassure la vice-championne olympique après un début de saison difficile.

Mélina Robert-Michon a obtenu son billet dès son premier essai avec un jet à 63,97 m, soit sa meilleure performance de la saison, alors que la limite des qualifications avait été fixée à 62,50 m. Photo AFP

Ce concours de qualification ne pouvait pas se dérouler mieux…

« Premier jet, meilleure perf de la saison, ça fait du bien à la tête. Cela confirme les sensations que j’ai à l’entraînement. C’est de bon augure pour la finale. Je pense qu’il y a un peu de marge. Ce n’est pas que je n’ai pas fini mon jet, mais je n’ai pas pris trop de risques. Le but, c’était juste que cela tombe derrière la ligne (de qualification à 62,50m, ndlr). C’est fait. »

Etes-vous soulagée ?

« Cela rassure ceux qui étaient inquiets. Je l’étais moi-même au mois de mai. Malgré tout, je savais que mes entraîneurs (Serge Debié et Jérôme Simian) maîtrisent leur sujet pour que j’arrive en forme et dans de bonnes dispositions au grand championnat. Je leur fais toute confiance, il n’y avait pas de doute, mais cela fait quand même du bien quand ça se concrétise. »

Qu’avez-vous ressenti en lançant dans ce stade où vous aviez terminé 5e en 2012 aux JO ?

« Ce matin, on avait des conditions parfaites. Le plateau de lancers est bon, le public aussi. Je pense que dimanche soir (finale) ce sera plein. C’est un de mes stades préférés. Il n’y a plus qu’à… »

Tirez des conclusions de ce concours de qualification ?

« J’ai vu que Sandra Perkovic (69,67m) a confirmé sa bonne forme, ce qui n’est pas étonnant. Il y a une Allemande (Anna Rüh) qui se fait sortir, mais sinon, il n’y a pas trop de surprise. La finale sera dense. »

Que ferez-vous samedi ?

« Je ne sais pas encore, mais je ferai peut-être deux ou trois éducatifs pas trop loin de l’hôtel pour ne pas perdre de temps dans les transports. »

En finale, il faudra se lâcher tout de suite ?

« Il faudra faire un premier jet pour être dans les huit premières et pouvoir prendre ensuite des risques sur les cinq autre essais. Il n’y a pas vraiment de stratégie. A Rio, j’étais la première à lancer, je m’étais dit qu’il y avait un truc à faire (pour mettre la pression sur ses adversaires, ndlr). Mais tous les concours sont différents… »

A Londres, recueilli par B.Steen

leprog.jpg

dimanche, 06 août 2017

Garfield Darien, le rescapé

Enfin épargné par les pépins physiques alors que ses compatriotes sont tous sur le flanc, le Lyonnais entend rattraper le temps perdu.

Garfield Darien (ici le 28 juin à Ostrava) entend ratraper le temps perdu.  AFP

D’ordinaire, les Français se la jouent Mousquetaires sur 110m haies. Pas cette fois : les trois hurdlers aux JO de Rio – Bascou (3e), Martinot-Lagarde (4e) et Belocian – sont tous ‘‘out’’ à Londres. Pour partir en quête des joyaux de la couronne, ne reste que Garfield Darien sabre au clair. Quatrième mondial, le Lyonnais représente l’une des principales chances de podium pour les Bleus. Ça change après quatre ans de placard : mononucléose en 2013, chikungunya en 2014, déchirure aux ischios aux Mondiaux de Pékin 2015 (8e) et saison blanche en 2016 (micro-déchirure mal soignée).

« Je ne le vis pas comme une renaissance »

« Je ne le vis pas comme une renaissance », assure-t-il. « Ma chance, c’est que je n’ai jamais eu de gros coups durs. Mon corps n’est pas touché. Même quand je ne faisais pas les championnats, je m’entraînais. A la reprise, ça revient vite. »

Il n’a pas été loin, cependant, de tout envoyer valser. Il a fait l’expérience du costume-cravate dans la banque entre 2014 et 2015 avant d’être rattrapé par la manche par son père et coach, Daniel : « Avec Teddy (Tamgho), on a dû le convaincre plusieurs fois alors qu’il était découragé. »

A 29 ans, il entend éviter les chausse-trappes et rattraper le temps perdu. « Il me reste quatre ans, je ne veux plus rien louper. Maintenant, il faut des médailles », dit le vice-champion d’Europe 2010 et 2012, toujours en quête d’un podium mondial en plein-air.

Alors son père l’a placé en couveuse : « Garfield est un fada de l’entraînement, il faut tout le temps le freiner. On ne fait plus que du qualitatif et je l’ai mis à l’écoute de son corps. » Il a fait le mauvais élève en zappant le championnat d’Europe par équipes puis le championnat de France, en raison d’une « alerte » aux adducteurs. Une stratégie payante : jamais il n’est arrivé en grand championnat en telle position de force. C’est l’année ou jamais ? « Non, il est juste au niveau où il aurait dû être depuis longtemps. Si ce n’est pas cette année, ce sera plus tard », selon son père.

Mais les circonstances sont favorables en cette saison post-olympique : depuis qu’il a fait tomber son vieux record (13’’15 en 2012) à Ostrava (13’’09), il nage avec les requins comme McLeod (12’’90 en 2017), Shubenkov (13’’01) ou Merritt (12’’80 mais 13’’09 cette saison). « Avant, il y avait toujours des monstres. Cette fois, je regarde tout le monde d’égal à égal. Et limite, je peux être le plus fort… »

leprog.jpg

Diarra : « Une grande surprise »

IMG_9394.JPG

La spécialiste du 400m de Décines Meyzieu, Eléa Mariama Diarra (27 ans), dispute à Londres son premier grand championnat en individuel (série à 12h55) grâce à sa victoire au championnat de France (51’’92) et un assouplissement des règles.

Après votre victoire au championnat de France, vous envisagiez de courir au meeting d’Heusden pour approcher les minima (51’’50). Finalement, cela n’a pas été nécessaire…

J’ai appris ma sélection deux jours après (les championnats de France) à ma grande surprise. J’étais habituée à l’ancienne DTN qui ne vous prenait pas pour un centième ou un jour de retard. Je ne pensais pas aller aux Mondiaux en étant à quatre dixièmes des minima. Je ne savais même pas que j’avais fait les minima IAAF (Fédération internationale) et que ça pourrait être suffisant…

Cette sélection récompense votre progression cette saison. À quoi l’attribuez-vous ?

Avant mon opération des plantaires grêles (tendon d’Achille) en août 2015, mon quotidien, c’était de gérer la douleur. Ne plus avoir mal du tout depuis cette année, ça change tout. Depuis la fin des JO (remplaçante du 4x400m), j’ai pu travailler dans la continuité. Avec mon coach, on a tenté de partir de manière plus agressive. Ça a porté ses fruits au championnat de France. Bosser sereinement, ça fait la différence.

Que pouvez-vous espérer à Londres ?

L’objectif, c’est de passer un tour, puis de baisser encore mon chrono et de répondre présent. Après une période de deux jours de décompression, j’ai retrouvé des bonnes sensations en réalisant des chronos que je n’ai jamais faits. C’est de bon augure.

Recueilli par B.Steen

leprog.jpg

mardi, 25 juillet 2017

Euro juniors : Mignon en argent

Encore une médaille internationale pour Marine Mignon (ESL) !

IMG_2721.JPG

La jeune Lyonnaise a décroché dimanche la médaille d’argent aux championnats d’Europe junior à Grossetto (Italie) avec le relais 4x100m (44’’03). Un beau lot de consolation pour la championne d’Europe cadette 2016 du 200 m qui a traversé une saison difficile en raison de blessures hivernales et de son bac S. Élève brillante (16,18 de moyenne, mention “très bien” !), elle a eu du mal à concilier sport et révisions en mai et juin, au point de rater la qualification en individuel. « J’ai privilégié les cours, explique la future élève ingénieur à l’Insa. Avoir le bac à l’esprit m’a coûté beaucoup d’énergie. »

À noter également la 10e place de Maxime Nallet (Lyon Athlé) au disque (52,91 m).

leprog.jpg

vendredi, 14 juillet 2017

Mayer en bave à Lyon

Le vice-champion olympique travaille régulièrement sa condition physique dans la salle de Jérôme Simian. Des crochets lyonnais aussi douloureux qu’indispensables.

IMG_6891.JPG

Kevin Mayer s’est garé juste devant la mini-salle de Jérôme Simian, perdue dans le quartier de Grange-Blanche. Idéal pour décharger une cagette de figues fraîchement cueillies dans le jardin familial dans la Drôme. « Allez-y !, elles sont délicieuses, conseille-t-il. Je me suis gavé ce week-end. J’ai sur-craqué (sic) ! C’est dingue comme j’ai du mal à rester sérieux après une compète… ».

La nouvelle star de l’athlétisme français avait une bonne excuse : il avait à évacuer le stress après le triathlon du meeting de Paris (1er juillet) monté par et pour lui. « J’avais un poids sur les épaules… », avoue-t-il. Résultat : deux records personnels décapités en moins de deux heures (13’’78 sur 110 m haies et 70,54 m au javelot), mais aussi un vilain pincement au coude « à cause d’une petite erreur technique au javelot », et une légère appréhension avant de passer sur la balance car il n’y avait pas que des figues dans l’assiette…

Pour tout ça, Jérôme Simian a ce qu’il faut. Il y a d’abord sa pince à pli cutané. Verdict : 8,6 % de masse grasse. « Tu n’as jamais été aussi sec. » Ouf ! Car le préparateur ne lui passe rien : « Il ne se gêne plus pour m’engueuler, se marre le vice-champion olympique du décathlon. Il est du genre à m’envoyer des SMS pour me dire : “bon, maintenant, il est temps que t’arrêtes tes conneries”…».

« De moins en moins blessé »

Quant au coude, il sera au centre de ces deux journées de travail calées de longue date en lien avec Bertrand Valcin, le coach de Mayer à Montpellier. « C’est la dernière ligne droite avant les Mondiaux (Londres, du 4 au 13 août), explique Mayer. L’idée, c’est de mettre en place les exercices à faire tous les matins pour être au top et chasser les petits bobos. »

Il suffira d’une matinée de torture pour diviser par deux l’intensité de la douleur au coude. « C’est dur, souffle-t-il. Il y a tellement d’exos à faire pour rééquilibrer un décathlonien que pour deux heures sur le stade, c’est trois heures de muscu. Sur le coup, j’ai la flemme, mais ça fait tellement de bien… »

Mayer s’était rapproché de Simian en 2013. Cet iconoclaste revendiqué, comptable de ses prises de parole, était jusque-là connu pour avoir accompagné Mélina Robert-Michon toute sa carrière. Aujourd’hui, le décathlonien le suit les yeux fermés : « Il fait des choses que personne ne fait. Je n’ai jamais vu quelqu’un ayant autant approfondi le sujet. Il ne devrait pas être l’exception mais c’est le cas. J’aime sa façon de boucler la boucle. C’est-à-dire que pour lui, il ne s’agit pas de juste progresser en puissance, mais d’être globalement bien dans son sport. »

Cette organisation entre Lyon et Montpellier nécessite de la souplesse : « On commence à se connaître, on communique beaucoup et on se déplace, explique Valcin. C’est important : si Kevin est facile à entraîner, on doit éviter le moindre grain de sable. »

Les résultats parlent d’eux-mêmes : vice-champion d’Europe 2014, vice-champion olympique 2016 et champion d’Europe en salle 2017. Un tableau à peine noirci par son forfait pour les Mondiaux de Pékin en 2015 : « Depuis que je travaille avec Jérôme, je suis de moins en moins blessé. Il y a toujours des pépins, mais on arrive à les contrer. On peut se concentrer sur la big performance. » Cette année, il entendait progresser au javelot et sur 110 m haies. Il n’a pas souffert pour rien…

 7 Le nombre de médailles internationales remportées par les athlètes suivis par Jérôme Simian : Mélina Robert-Michon (3), Kevin Mayer (3) et Alexandra Tavernier (1) dont il ne s’occupe plus aujourd’hui.

Benjamin Steen

leprog.jpg

20:21 Écrit par La Com dans Athlétisme, C'est dans Le Progrès | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

Boudebibah hors des bleus

L’entraîneur brondillant ne dirigera plus les relais 4x100m et 4x400m des équipes de France dès cet été.

IMG_9397 (1609x1073).jpg

Djamel Boudebibah ne fera pas partie de l’équipe du nouveau Directeur technique national de l’athlétisme français, Patrice Gergès. Comme plusieurs managers de spécialités réunis autour de l’ex-patron Ghani Yalouz, le coach brondillant n’a pas été conservé à son poste de responsable des relais 4x100m et 4x400m. Il continuera à entraîner Floria Gueï Alors que son contrat s’achèvera à la fin de la saison, il sera remplacé dès les Mondiaux de Londres (4-13 août). Le nouvel organigramme devrait être dévoilé ce week-end à l’occasion des championnats de France à Marseille. À la tête des relais 4x400m depuis 2009, l’entraîneur personnel, entre autres, de Floria Gueï, Fanny Peltier et Emmanuel Biron avait pris les commandes de l’ensemble des relais en 2013 après les JO de Londres. Il a obtenu ses meilleurs résultats avec le 4x400m féminin en bronze aux Mondiaux 2013 à Moscou et en or à l’Euro de Zurich en 2014 grâce au fameux tour de piste de Floria Gueï. Avec le 4x100m hommes, en revanche, il n’aura que rarement pu compter sur les sprinteurs Christophe Lemaitre et Jimmy Vicaut à leur meilleur niveau au même moment. Djamel Boudebibah devrait à l’avenir se recentrer sur l’athlétisme régional tout en continuant à entraîner Floria Gueï et son groupe au Stade Duboeuf de Bron.

leprog.jpg

19:49 Écrit par La Com dans Athlétisme, C'est dans Le Progrès | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu