compteur

Avertir le modérateur

lundi, 14 janvier 2013

CHAMPIONNATS DU RHÔNE (BELLEVILLE). Le grand jour de Renaud Jaillardon

2013_0113Image0723.JPGL’international de course de montagne a arraché le titre départemental sur ses terres à la fin d’un coude à coude épique avec le vainqueur sortant Fernando Da Silva

Heureusement que Renaud Jaillardon et Fernando Da Silva s’entendent bien, paraît-il ! Autrement, cela aurait pu très mal finir vu ce qu’ils se sont mis pendant une demi-heure hier au complexe sportif de Belleville. En définitive, cela s’est simplement joué à couteaux tirés entre gentlemen le long de la main courante d’un terrain de football où il fallait virer deux fois à angle droit dans les 150 derniers mètres ! Évidemment, cela a frotté, mais les deux hommes ont chacun fini sur leurs jambes, Jaillardon ventre à terre, et Da Silva à plat ventre…

« Fernando a commis une petite erreur, racontait le crossman du club de l’Athlé Calade Val de Saône. Il est entré le premier dans le virage en prenant l’extérieur comme sur piste. J’ai vu l’ouverture, j’ai pu avoir deux ou trois appuis plus rapide et c’était fait ! » Une quarantaine de mètres plus loin, quatre secondes séparaient le nouveau champion du Rhône de son dauphin vainqueur de l’édition 2012. Soit l’écart le plus important enregistré de toute la course entre les deux hommes qui ne se sont pas lâchés d’une semelle.

 2013_0113Image0726.JPG

Une semaine après son chrono canon aux 10km de Nice (30’12’’), le Portugais de Lyon Athlétisme s’est pourtant escrimé à placer de multiples petites mines. Sans résultat : « Après ma gastro de la semaine dernière et la course de Nice, j’étais un peu fatigué, regrettait-il. À la fin j’avais même envie de vomir. C’est une grosse déception parce que je voulais conserver le titre. Mais Renaud était costaud. Sur ce terrain, je perds beaucoup d’énergie sur mes appuis alors qu’il passe sans problème. Il mérite son titre ! »

Pour se consoler, il pourra toujours se dire qu’il a fait très mal à Jaillardon qui fut parfois à la limite de la rupture. Mais le crossman installé à Saint-Jean-d’Ardières juste à la sortie de Belleville, jouait à domicile… « Je suis vraiment surpris par ma perf’, avouait-il l’arrivée. Intrinsèquement, Fernando était plus fort que moi. Plusieurs fois, je me suis retrouvé à deux ou trois mètres. Mais j’avais un moral d’acier : j’étais chez moi, avec ma famille et mes amis autour et c’est incroyable comme ça porte ! À cause d’une petite blessure à la fin de l’automne, j’ai dû beaucoup charger ces dernières semaines à l’entraînement. Mais aujourd’hui (hier) je n’ai rien senti dans les jambes. C’est comme si je m’étais reposé toute la semaine. »

À bientôt 27 ans, il décroche ainsi son deuxième titre de champion du Rhône, quatre ans après avoir remporté le cross court des départementaux déjà à… Belleville. La suite de sa carrière avait été émaillée d’un long chapelet de blessures à l’insertion du tendon d’Achille qui avait contrarié son ascension en course de montagne où il compte deux sélections en Bleu (44 e et 46 e des Mondiaux 2011 et 2012). Débarrassé de ses soucis depuis l’an dernier («A force, j’ai appris à me connaître »), il rattrape le temps perdu. Prochain objectif : la trail Givré à Montanay (3 février) pour la première étape du Trail tour national, ce qui le détournera sans doute des Régionaux de cross (27 janvier à Parilly). « L’objectif principal reste la montagne », dit-il. En tout cas, la base de travail est très solide.

Benjamin Steen

Les résultats

Les Photos

leprog.jpg

dimanche, 16 décembre 2012

Cross des papillotes: Mensing a bien digéré

2011_1211Image0827.JPGDernier rendez-vous 2012, le Cross des Papillotes semble avoir trouvé la bonne recette avec plus de 650 participants dans les différentes courses au programme de la journée. « Cette année la course est programmée un peu plus tôt et ne tombe pas pendant le premier week-end des vacances, je pense que cela explique en partie cette belle assistance » confie Béatrice Pfaender, la responsable technique du club de Miribel Cotière Athlétisme.

Sur le parcours sinueux du Parc de la Sathonette de St Maurice de Beynost, les athlètes ont offert un beau spectacle avec des courses animées et relevées. L’athlète de l’ESL Félicitas Mensing a parfaitement géré sa course en partant prudemment avant de prendre le meilleur sur sa coéquipière Géraldine Simbola. « J’ai vraiment eu du mal à récupérer après la Saintélyon que j’ai gagné en équipe mixte, et j’ai dû renoncer au cross du Mamelon la semaine dernière. Ici j’avais plutôt prévu de courir doucement pour reprendre le rythme mais rapidement le naturel a repris le dessus et je suis passée devant » explique Félicitas qui va maintenant pouvoir passer de bonnes fêtes de fin d’année avant de faire son retour sur les terrains le 13 janvier à l’occasion des championnats départementaux à Belleville.

La belle image de la journée est venue de Romain Cabart qui levé le pied à quelques mètres de l’arrivée pour attendre son coéquipier Guy Noel Rouania. « Nous avions fait quasiment toute la course ensemble, c’était normal de partager la première place » confiait après coup Romain qui visera cette année une qualification aux championnats de France de Cross.

Résultats :

> Masculins (6180m.) :

Cad. : 1. Jerbi (ACVS) 23’09 ; 2. Chanel (EAB) 23’56 ; 3. Debize (ASVEL) 24’22

Jun. : 1. Petit (LA) 22’21 ; 2. Copetti (ESL) 23’00 ; 3. Mainard (ESL) 23’13

Esp. : 1. Hanafi (ASVEL) 21’31 ; 2. Court (ESL) 21’49 ; 3. Lambolez (ESL) 22’03

Sen. : 1. Cabart (LA) 21’01 ; 2. Rouania (LA) 21’01 ; 3. Fellague (ASCUL) 21’03

Vet. : 1. Picout (ASVEL) 21’51 ; 2. Lefebvre (EAB) 23’02 ; 3. Magand (AFA) 23’10

> Féminines (5380m.) :

Jun. : Desroches E. (ASVEL) 23’12 ; 2. Lauquin (ASVEL) 23’49 ; 3. Roger (ACT) 24’32

Esp. : 1. Lebrun (ACT) 23’16 ; 2. Pallieres (SBJ) 27’16 ; 3. Nallet (Chassieu) 29’57

Sen. : 1. Mensing (ESL) 20’21 ; 2. Simbola (ESL) 21’00 ; 3. Vittet (LA) 21’06

Vet. : 1. Roche (ASC) 24’18 ; 2. Vannobel (ESL) 24’38 ; 3. Achard (ASC) 24’52

leprog.jpg

mardi, 11 décembre 2012

Cross du Mamelon: Les Résultats !

2012_1209Image0460.JPG

Les Résultats

08:48 Écrit par La Com dans Cross, Résultats | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

lundi, 10 décembre 2012

Cross du mamelon à décines 42 e édition. Laurent Viant connaît la chanson

2012_1209Image0732.JPGEncore un peu juste pour les cross de la Bachasse et des Myriades, le Tassilunois Laurent Viant s’est mis en évidence pour son premier cross de la saison en signant un succès probant hier lors de la 42ème édition du cross du Mamelon.

Sous une météo clémente, fait très inhabituel au mamelon, Pascal Viant a parfaitement maîtrisé sa course en prenant rapidement les devants en compagnie de Kogo Kius Kipchirchir avant de prendre son envol à mi-parcours et de gérer son avance par la suite « J’ai quand même eu un peu peur sur la fin car derrière ça revenait vite et il a fallu que je relance un peu pour conserver ma première place », avouait l’athlète arrivé à Tassin il y a un peu plus d’un an et qui vise cette année une qualification aux championnats de France par équipe avec ses coéquipiers de Tassin.

Chez les filles la Brondillante Géraldine Simbola a bien contenu la fougue de la jeune Anais Sabrie, en pleine forme en ce début de saison. A noter que cette 42ème édition a réuni dimanche après-midi plus de 700 participants, une hausse sensible par rapport à l’an dernier, témoignant ainsi de la bonne santé du cross-country cette saison.

2012_1209Image0486.JPG

Résultats

> MasculinsPous. (1131m.) : 1. Sghaier (ASVEL) 3’38 ; 2. Miloti (ASVEL) 3’46 ; 3. Carencotte (ACT) 3’47.

Benj. (2056m.) : 1. Visocchi (ACVS) 6’48 ; 2. Goure (LA) 7’04 ; 3. Le Lann (ACVS) 7’05.

 

2012_1209Image0312.JPG

Min. (2931m.) : 1. Samoudi (CSBJ) 9’43 ; 2. Genin (CSBJ) 9’47 ; 3. Chauffrut (ESL) 9’49.

Cad. (5346m.) : 1. Larpin (LA) 12’33 ; 2. Avinenc (CSBJ) 12’46 ; 3. Mingozzi (ACVS) 12’52.

2012_1209Image0433.JPG

Jun. (5346m.) : 1. Bechaa (LA) 17’58 ; 2. Ferra (LA) 18’13 ; 3. Jebari (DMA) 18’34.

Esp. (8946m.) : 1. Basli (CSBJ) 30’08 ; 2. Hanafi (ASVEL) 30’46 ; 3. Marechet (LA) 31’36.

Sen. (8946m.) : 1. Viant (ACT) 29’56 ; 2. Moissonnier (LA) 30’21 ; 3. Couzon (ACT) 30’29 ; 4. Pius Kipchirchir (EOL) 30’31 ; 5. Fuster (LA) 30’34.

Vét. (8946m.) : 1. Girard (ACVS) 31’31 ; 2. Picout (ASVEL) 32’19 ; 3. Magand (AFA) 32’57.

> Féminines

Pous. (1131m.) : 1. Garcia (ESL) 4’09 ; 2. Marzin (ASVEL) 4’12 ; 3. Chastagner (Chaponost) 4’13.

Benj.. (2056m.) : 1. Vella (LA) 7’40 ; 2. Malatray (LA) 7’45 ; 3. Honvo (LA) 7’58.

Min. (2671m.) : 1. Farissier (ACT) 10’23 ; 2. Carre (ESL) 10’32 ; 3. Audubert (ASVEL) 10’42.

2012_1209Image0441.JPG

Cad. (2671m.) : 1. Rajaonaivony (ESL) 10’11 ; 2. Spault (Chambery) 10’13 ; 3. Durupt (CSBJ) 10’21.

Jun. (4731m.) : 1. Sabrie (ACVS) 18’36 ; 2. Desroches E. (ASVEL) 19’50 ; 3. Lauquin (ASVEL) 19’54.

Esp. (4731m.) : 1. Lebrun (ACT) 19’20 ; 2. Sastre L. (ACT) 19’43 ; 3. Desroches L. (ASVEL) 19’48.

Sen. (4731m.) : 1. Simbola (ESL) 17’52 ; 2. Sastre M. (ACT) 18’12 ; 3. Marechet C. (LA) 18’26.

2012_1209Image0528.JPG

Vet. (4731m.) : 1. Meunier (ASC) 20’51 ; 2. Laille (ACT (20’56) ; 3. Achard (ASC) 20’58.

leprog.jpg

Les Résultats ( en attente)

LES PHOTOS


lundi, 03 décembre 2012

SaintéLyon: Emmanuel Gault brise la malédiction

2012_1202Image0061.JPGDeuxième des trois dernières éditions de la SaintéLyon, le coureur d’Uzès s’est imposé hier à sa quatrième tentative en surmontant des conditions extrêmes et un dauphin, Pierre-Laurent Viguier, très accrocheur. Mais il en avait tellement envie.

Parce que son désir était profond, parce que la route avait été longue et rude, et le combat féroce, Emmanuel Gault a commencé par se signer. Puis il a serré les dents une dernière fois, mais cette fois pour lever les poings, avant de brandir la banderole d’arrivée et d’avoir droit à une étreinte de sa compagne qui en avaient les yeux tout rouges. « Je suis super-émue, grelottait Sylvaine. C’est la course qu’il voulait et il a bossé comme un dingue pour l’avoir. Il la mérite… »

S’il lorgnait autant sur la SaintéLyon, c’est parce que la classique nocturne s’obstinait à se refuser à lui. Dauphin trois fois de suite derrière trois vainqueurs différents, il pouvait s’imaginer marabouté. Passe encore en 2009 et 2011 : Malardé et Clavery étaient trop forts. Mais 2010 (victoire de Morel) lui restait en travers. Deux ans après, son erreur de parcours fatale à dix bornes de l’arrivée continuait de le faire cauchemarder. Le voilà guéri : « C’est une course de fin de saison, très dure, qui nécessite beaucoup d’investissement, expliquait-il. Il faut vraiment en vouloir ! Alors quand tu fais trois fois 2 e, c’est dur. Aujourd’hui, il y a un sentiment de revanche. C’est une énorme joie et un soulagement. C’est d’autant plus génial que les conditions ont rajouté de la magie. »

2012_1202Image0188.JPG

C’est toujours comme ça : les éditions les plus mémorables sont les plus « mauvaises ». Celle d’hier a été à la hauteur car la nuit fut très blanche : « Au début, c’était horrible tellement il faisait très froid (-5 °C) sur les crêtes, racontait le vainqueur. Ensuite on est tombé dans 40cm de neige. Et puis après, c’était hyper-glissant. Je suis meurtri. Je ne sais pas combien de fois j’ai chuté. J’ai fait de magnifiques plats (sic). Il fallait que j’en aie envie… »

Si la météo fut hostile, la concurrence aussi. L’inattendu Alexandre Rognon eut beau animer le début de course, il n’y eut pas de surprises au moment de compter les rescapés à Sainte-Catherine (km 28) à la sortie de la piste de ski. Seuls Fabien Chartoire et Pierre-Laurent Viguier avaient réussi à emboîter le pas, tandis que Sébastien Bresle s’accrochait admirablement à la 5 e place. « Sur un parcours comme ça, Fabien et Pierre-Laurent font partie des meilleurs Français, estime Gault. Ils ont des bons pieds de crossman, ils sont bons rouleurs, forts en bosses. Dans la semaine, je me demandais comment j’allais pouvoir les sortir… En étant plus fort. Aujourd’hui, j’étais vraiment costaud. »

Viguier allait s’accrocher jusqu’à la bosse de Beaunant à 10km de l’arrivée avant de baisser pavillon : « On était au coude à coude. Manu avait la hargne. Chaque fois qu’il tombait, il revenait. Quand il est parti, j’ai lâché dans la tête… » Gault avait les pattes un peu plus légères, porté par ce supplément d’âme après une longue préparation menée sur le flux de ses déceptions à l’UTMB et aux Templiers (13 e). « Notre duel a été épique mais je voyais bien que j’étais un peu plus fort dans les côtes, disait-il. J’ai mis un gros coup de vis pour creuser. Et pourtant il me restait assez de force pour terminer à plus de 16km/h. Je ne me suis pas posé 100000 questions. C’était l’occasion ou jamais. »

Vainqueur en 5h16’02’’ au bout des 70km (et plus rapide que les vainqueurs du relais 2 !), il signe une performance majeure qui n’a rien à envier aux 4h54’44’’ d’Erik Clavery en 2011, alors qu’il y avait cette année la neige, deux kilomètres et 200m de dénivelé en plus. Pas sûr qu’il revienne de sitôt : cette fois, il est en paix avec la SaintéLyon.

Benjamin Steen

leprog.jpg

 

18:59 Écrit par La Com dans C'est dans Le Progrès, Résultats | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

lundi, 26 novembre 2012

Plus de 2 000 participants à la 20 e édition des Myriades

2012_1125Image0004.JPGCross. La 20 e édition des Myriades a de nouveau permis de faire partager une même passion autour de la course à pied.

« Quel beau sport ! », n’ont pas manqué de lancer les nombreux spectateurs présents, hier matin, le long du parcours des Myriades pour encourager les futurs talents de demain. Manifestement, la popularité de l’épreuve n’est plus à démontrer. Une épreuve qui a constitué le point d’orgue d’une semaine rythmée par les cross Usep, UNSS et du collège Boris-Vian qui se sont inscrits dans la dynamique des Myriades, en attirant près de 3 500 jeunes. Et la 20 e édition n’a pas dérogé à la règle en attirant plus de 2 000 concurrents. « C’est une très grande fierté que 20 ans après, la manifestation puisse continuer à exister », s’est félicité Jean-Pierre Reydellet, le président de l’ASPTT, à l’origine de la création des Myriades en 1993.

2012_1125Image0176.JPG

Le cross des Gourmands a ainsi manifestement pris de l’altitude, en devenant un véritable laboratoire pour de multiples clubs qui cherchent à dénicher la perle rare. Et pour tous, un seul leitmotiv : faire découvrir aux pitchounes les valeurs essentielles du sport, à savoir le goût de l’effort, du dépassement de soi et du plaisir de la performance. Les Myriades 2012 ont encore attiré beaucoup d’enfants, dont certains avaient à peine 6 ans.

2012_1125Image0160.JPG

La section athlétisme de l’école des sports de la Ville, sous la houlette de Catherine Bossin et François Frascone, n’a pas manqué d’honorer le rendez-vous, en déléguant 10 de ses meilleurs éléments. « J’en suis à ma 2 e année, a confié Helena, élève de CM2. J’ai participé dans la semaine, pour la 1 re fois, au cross Usep où je me suis classée 19 e. Là, avec les Myriades, j’entame ma 2 e course de ma jeune carrière avec l’objectif de poursuivre ma progression. » L’épreuve des Myriades ne se limite pas à l’aspect compétitif. Et dans le cross Intergénérations, une course ouverte à tous ceux qui souhaitent découvrir la course à pied, l’objectif est de réunir les sportifs de tous âges, du plus grand au plus petit, dans une ambiance conviviale. « C’est cet aspect du sport qui nous a attirés, a témoigné un père de famille venu avec ses enfants Alexandre, 8 ans, et Chloé, 5 ans. Une façon de les initier à la course à pied que je pratique régulièrement. Je serai ainsi bientôt au départ de la SaintéLyon. » Le vent n’ayant pas joué les trouble-fête, c’est encore l’esprit festif qui a de nouveau commandé l’édition 2012 des Myriades.

Les Résultats

LES PHOTOS

Album1: Jusqu'à minime

Album 2: A partir de cadet

leprog.jpg

 

lundi, 19 novembre 2012

Foulée vénissiane: Résultats et Photos

2012_1118Image0379.JPG

Sophie LeBeherec félicitée par sa fille après sa brilante victoire sur le semi-marathon en 1h24'01

2012_1118Image0311.JPG

Richard Musagirije vainqueur du semi-marathon en 1h09'25

2012_1118Image0397.JPG

2012_1118Image0135.JPG

Magali Bernard remporte le 10km en 33'24

2012_1118Image0116.JPG

Mounir Akbache 10ième du 10km

2012_1118Image0101.JPG

Eric Nyonsaba, vainqueur des 10km en 30'26

Les 10km

Le semi-marathon

Les Photos

dimanche, 11 novembre 2012

Les Foulées Majolanes: Label c'est pas bête !

2012_1111Image0489.JPGAprès la pluie du samedi, après la pluie du dimanchetôt le matin, l'éclaircie est venue dans le ciel et sur terre pour cette nouvelle édition des Foulées Majolanes qui pour la première fois était une course labélisée signe de qualification aux championnats de France de la spécialité.

 Ce fameux label qui a fait venir aussi des coureurs sur le 5km, reconnaisance que c'est l'organisation toute entière qui en bénéfcie.Une édition qui aura vu son record de coureurs classés battu avec plus de 300 sur l'ensemble des épreuves.

2012_1111Image0197.JPG

Tout cela malgré l'énorme concurrence du cross d'ouverture à La Bachasse à Oullins

Sur 5km , malgré une chute sur la chaussée glissante le coureur du FC Laon Igor Bougnot (en photo) l'emporte devant Clément Hély de Doubs Sud Athlétisme et Jean-Claude Lossinger de l'Ascul Jogging Aventure. En féminine victoire de Sana Ferrnate devant Lore Derail et la minime du DMA, Marie Goncalves.

 2012_1111Image0047.JPG

Le classement du 5km (les chronos seront corrigés)

Sur 10km une course indécise jusqu'au sprint final. Xaviet Saguet l'emporte en 34'08 devant Matthieu Grard en 34'09 et Jérémy Chapelle en 34'13.

En féminine c'est la cadette du Coq 42, Audrey Audiard (en photo) qui l'emporte en 39'04 ( meilleure performance française cadette de la saison 2012) devant la vétérane de l'ESL, Andrée Bel 39'49 et Patricia Maréchet de Raids Euro Sportif Brignais en 40'24.

 2012_1111Image0332.JPG

Le classement du 10km

Le classement de la course des jeunes

2012_1111Image0527.JPG

Toutes les photos



dimanche, 04 novembre 2012

Marion Nuguet-Jérémy Peixoto: Couple à la ville et sur la route

On dit souvent que l'Amour donne des ailes. Cela s'est vérifié ce dimanche au Marathon Nice-Cannes support des championnats de France de la discipline.

nuguet,peixoto

Dans la catégorie espoir les deux athlètes de l'ACVS,Marion pour son premier essai sur la distance remporte le titre tout comme son Ami Jérémy.

Commentaires de Marion:

Concernant Jérémy : "Suite à mon 10kms à Romans sur Isère il y a peu de temps où j'avais réalisé mon record sur la distance, j'ai contracté une élongation aux mollets qui a perturbé la fin de ma préparation marathon. Avec mon coach Patrick Chaunier, nous avions dans l'idée de réaliser 1h17 au passage du premier semi puis d'ajuster en fonction des forces en présence afin de me rapprocher des 2h40, synonyme de meilleure performance espoir française de l'année; malheureusement, pris par de nombreuses crampes pendant la course, j'ai dû me contenter d'un chrono de 2h46"01 qui représente tout de même le titre de champion de France espoir." Pour ma part (Marion) : "Après une seconde place en espoir au championnat de France de semi marathon il y a un mois tout juste à Nancy, étant sur une bonne dynamique, mon coach Patrick Chaunier et moi avions décidé de partir sur des bases de 3h10 pour mon premier marathon. Cette stratégie s'est avérée "payante" puisque bien accompagnée par Patrick, je n'ai pas rencontré de difficulté majeure et n'ai pas souffert durant la course. Je termine donc championne de France en 3h08"11, et améliore la meilleure performance nationale espoir de marathon à ce jour de 12 minutes. Je garderai un magnifique souvenir de cette tout première expérience.

A notre la quatrième place en V4 de Roger Bardin de l'E.O.L. en 3h45

Tous les résultats

19:13 Écrit par La Com dans Athlétisme, Course sur route, Résultats | Commentaires (0) | Tags : nuguet, peixoto |  Facebook |  Imprimer | |

lundi, 29 octobre 2012

Val’lyonnaise. L’heure des braves

vallyonnaise.pngIl fallait une bonne dose de courage pour être au départ à Vaugneray de la Val’Lyonnaise hier matin.

Température glaciale et vent violent, voilà les ingrédients au menu des quelque 900 courageux qui se sont élancés hie rmatin à Vaugneray pour le départ de la 11ème édition de la Val’Lyonnaise.

Malgré ces conditions extrêmes, les organisateurs gardaient le sourire et décidaient simplement de décaler l’arrivée et la collation d’après course à l’intérieur du gymnase.

Dans la course de 26 km, après un petit cafouillage à l’arrivée suite à une erreur d’aiguillage de Dubois et Vinot, le coureur Spode Yoann Stuck était finalement déclaré vainqueur après avoir mené la course d’un bout à l’autre « Au départ de la course, nous étions un petit groupe de 7 ou 8 coureurs puis rapidement le peloton a explosé. Finalement c’est dans la dernière bosse que j’ai fait la différence sur mon partenaire de club François Rousseau. Cela fait deux ans que je suis à Lyon, avant j’étais à Avignon donc avec le mistral qui souffle là-bas je n’étais pas surpris par le vent, en revanche, le froid c’était vraiment dur de lutter. Je pense que le secret c’était d’être bien équipé, avec des vêtements techniques adaptés et de ce côté-là j’avais un petit avantage car je travaille dans un magasin de sport donc je suis bien au courant de tous les produits qui existent » explique Yoann qui prendra prochainement le départ des 30km des Jogg’iles et de la Sainté-Lyon en individuel.

Chez les féminines, la vétérane Pascale Bouly l’emporte en 2h06’25 avec plus de 2 minutes d’avance sur sa dauphine Murielle Carre.

Sur la course de 15km, le vainqueur de l’an dernier Xavier Saguet a dû s’incliner devant Philippe Manchon qui s’est détaché au 10ème kilomètre avant de rallier l’arrivée en 53’45. Chez les féminines, victoire de Leina Hosni avec 39 secondes d’avance sur Patricia Marechet.

Classement :

26km : 1. Stuck 1h41’16 ; 2. Rousseau 1h42’40 ; 3. Dubois 1h43’00 ; 4. Vinot G. 1h43’10 ; 5. Ferel 1h43’47 ; 6. Vinot S. 1h44’50 ; 7. Jodon 1h46’46 ; 8. Ben Maacha 1h47’18 ; 9. Seurat 1h47’33 ; 10. Tarcy 1h47’54

Féminines : 1. Bouly 2h06’25 ; 2. Carre 2h08’40 ; 3. Durand 2h09’10

15km : 1. Manchon 53’45 ; 2. Saguet 54’39 ; 3. Rizzitelli 58’27 ; 4. Faure 59’05 ; 5. Vincent 59’12

Féminines : 1. Hosni 1h05’41 ; 2. Marechet 1h06’20 ; 3. Musset 1h07’39

Tous les résultats

leprog.jpg



dimanche, 21 octobre 2012

10km de Caluire, les résultats !

2012_1021Image0022.JPG

1 km

2 km

5 km

10 km

20:39 Écrit par La Com dans Course sur route, Résultats | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

lundi, 15 octobre 2012

Coupe de France :Jennifer Galais, « J’ai été punie »

IMG_9748.JPGJennifer Galais se souviendra longtemps de sa médaille d’argent avec le relais 4x400m.Dernière relayeuse des Décinoises, la sprinteuse internationale a souffert le martyr pour conserver la troisième place (avant le déclassement de Montbéliard qui avait terminé à la 2 e place). « J’ai été punie, souriait-elle après avoir récupéré. J’avais le feu aux fesses et il ne fallait pas réfléchir. À la fin, je n’en pouvais plus… »

IMG_9717.JPG

 Elle offrait du même coup un deuxième beau podium au club de Décines Meyzieu Athlé après la 3 e place des hommes sur 4x100m.

À part ça, le week-end a souri comme prévu à l’Entente Sud Lyonnais, leurs féminines remportant le 4x100m, le 4x200m, la longueur et la coupe des sauts.

2012_1014Image0061.JPG

Quant aux lanceuses de Lyon Athlé, victorieuses au disque et au poids, elles remportent la coupe des lancers.

2012_1014Image0031.JPG

 

Tous les résultats

leprog.jpg

lundi, 08 octobre 2012

RUN IN LYON: Ils ont battu le pavé mais pas les records

2012_1007Image0054.JPGIl y a au moins un chrono très significatif à Run in Lyon : 17 minutes. C’est le temps qu’il a fallu hier matin pour que la totalité de l’énorme paquet de près de 15000 coureurs s’écoule le long de la Place Bellecour jusqu’à… la ligne de départ. Difficile d’évaluer avec précision la longueur de cet interminable serpentin multicolore qui occupait encore toute la largeur de la chaussée plusieurs kilomètres après le départ… Mais jamais une épreuve de course à pied n’avait investi aussi massivement la ville de Lyon, au risque de déborder les organisateurs : dossards anarchiquement répartis entre les trois distances, ravitaillements insuffisants, passages trop étroits, etc. Pas de quoi cependant altérer l’humeur de la grande majorité des coureurs, heureux d’avoir joui du centre-ville (presque) sans entrave ni vapeur d’échappements.

2012_1007Image0289.JPG

Cet indéniable succès populaire, qui fait de Run in Lyon l’une des dix courses les plus courues de l’hexagone, n’en fait pas pour autant l’une des plus importantes. Sauvée sportivement par la présence des athlètes de l’équipe de la Légion étrangère qui a mis la clé sous la porte cette année, l’épreuve a encore cruellement manqué de hauteur hier. Dans un monde où les secondes se payent en numéraire, les 14950 euros de primes mis en jeu pour la première fois cette année n’ont pas suffi à rameuter un plateau assez dense pour assurer le spectacle. Les deux Burundais volants, Ezechiel Nizigiyimana et Onesphore Nkunzimana ont pourtant du feu dans les jambes en ce début d’automne. Mais les deux athlètes installés dans la région lyonnaise ne boxaient pas dans la même catégorie hier et leurs chemins se séparaient après cinq kilomètres. Le premier a ensuite filé vers la victoire dans le 10km flanqué d’Adel Ndemi et du lauréat du marathon de Lyon 2010 Nourdine Jalal. Seule la victoire inspirait l’athlète coaché par l’entraîneur lyonnais Pierre Pompili qui piquait juste ce qu’il faut de sprint pour s’imposer (30’28’’) une semaine avant d’aller se frotter au très haut niveau aux 20km de Paris… Quant à Nkunzimana, 13 e la semaine passée de Paris-Versailles, mais complètement isolé hier dans le semi-marathon, il coupait la ligne en 1h08’12’’. Autant dire une balade pour l’ancien sélectionné olympique courant sous la casaque de l’AS Rispoli. Leur duel vaudra le coup d’œil fin novembre au cross des Myriades à Saint-Priest que les deux hommes se partagent depuis trois ans.

 

2012_1007Image0383.JPG

Quant au marathon, il est revenu au Ligérien Nordine Hafnaoui (44 ans) qui a fait ce qu’il a pu, complètement seul en tête de course, pour l’emporter en 2h28’53’’ dans les mêmes eaux que Jalal en 2010 (2h30’45’’) et Ghanmouni en 2011 (2h23’14’’). « Seul, avec toutes ces relances et ces petites montées, pour un vieux comme moi, c’est vraiment pas mal. Cela fait plaisir d’avoir ce marathon de Lyon à mon palmarès. »

leprog.jpg

Tous les résultats

10km

Semi Marathon

Marathon

dimanche, 16 septembre 2012

La Course des Irréductibles: Une victoire pour Niongono

2012_0915Image0048.JPGReçu 5/5 pour cette 5ième édition de La Course des Irréductibles à Sathonay Village. Certes tous les records ne sont pas tombés cette année mais le but premier est de mettre en avant le village de Niongono au Mali pour qui est organisée cette manifestation dont les bénéfices servent à aider ses habitants dans le besoin.

Guillaume Schroll mobilse pour l'occasion le personnel et les stagiares de son centre de formation aux métiers du sport , FORMASPORT. Son club de coeur le Décines Meyzieu Athlétisme est aussi sollicité pour ses compétences techniques.

2012_0915Image0162.JPG

Après Garfiled Darien et Eléa Mariama Diarra, c'est Jennfer Galais (sélectionnée pour les championnats d'Europe d'Helsinki sur 4 x 100m) marraine 2012 qui en plus de signer de nombreux autographes aura tenue le rôle de Starter.

2012_0915Image0061.JPG

Comme pour bien représenter l'afrique c'est un coureur du Kénya qui l'emporte sur le 13km, Henry Kiprono Tuwei-Nel de Lyon-Athlétisme. En féminine victoire pour Virginie Barbier.

Sur 22km Sylvain Seydoux l'emporte en masculin, Anne Laure Joubert remportant la course féminine.

2012_0915Image0449.JPG

Sur le 4.5km c'est le tout jeune Maxime Nallet qui l'emporte et Aurore Berthier en féminne. Des courses pour les plus petits étaient aussi au programme de ce bel après-midi.

 

galais

Les résultats: 4.5km13km - 22km

Les PHOTOS

Après comptabilisation, l'édition 2012 rapporte un peu plus de 2500€, objectif atteint de reverser la totalité des droits d'inscription des coureurs pour l'aide à Niongono.

18:05 Écrit par La Com dans Coup de Coeur, Course sur route, Résultats | Commentaires (0) | Tags : galais |  Facebook |  Imprimer | |

lundi, 10 septembre 2012

Pascale Bouly (Décines Meyzieu Athlétisme) championne d'Europe avec l'équipe de France

subst.news.tiny.gifLes équipes de France ont remporté 7 médailles en Pologne, dont 3 individuelles et 4 par équipes. Ce championnat permettait également de décerner les titres européens. Alors que ce groupe avait essentiellement pour objectif de bien figurer sur le plan collectif, deux de ses éléments ont accédé en solo au podium : Ludovic Dilmi 3e du mondial avec une performance de 257,819 km et second européen. Et Cécile Nissen, 4e mondiale suite à un cumul de 234,524 km et 3e européenne.

Les équipes de France hommes et femmes ont été en mesure de rivaliser avec les nations réputées spécialistes de l’ultra. Les messieurs terminent seconds derrière les Allemands mais devant les Américains dans le cadre du mondial, et aussi deuxième à l’échelle européenne. Quand aux dames, elles se classent deuxièmes du mondial derrière les USA et décrochent le graal européen.

Ces résultats sont d’autant plus exceptionnels que jamais cette épreuve n’avait été organisée dans un contexte aussi relevé. En effet, 35 nations avaient inscrits des délégations et, pour la première fois, l’effectif dépassait le nombre de 260 participants.

Sur le plan individuel, plusieurs favoris sont passés à côté. L'Italien Ivan Cudin, en délicatesse avec son dos, a été contraint de renoncer. Quant au Japonais Shingo Inoué, Champion du monde en titre, il ne pointe qu'au 19e rang avec 240,791 km, alors qu’il espérait aller au-delà des 260 km.
Bien que l’Américain Mike Morton dispose d’un palmarès impressionnant, peu de spécialistes de l’ultra l'imaginaient gagner la course. Spécialisé dans le trail et les courses mythiques,  il a pris la tête dès le départ et résisté jusqu’au bout pour l'emporter avec 277,543 km, soit une avance de près de 16 km sur l’Allemand Florian Reus (261,718 km) et pratiquement 20 km de marge sur Ludovic Dilmi. Il s’agissait seulement son second 24 heures.

A posteriori, il reconnaîtra : « C’est plus dur qu’un trail, où j’ai l’impression que le temps passe plus vite. Là, il faut s’accrocher et il est plus difficile de lutter contre la douleur, quand l’on tourne en rond. La perspective de repousser les limites du record US m’ont motivé. Je suis fier d’avoir atteint cet objectif ». Ludovic Dilmi, lui, ne s’imaginait pas obtenir un tel résultat : « Vu le niveau du plateau, je ne m’attendais pas à monter sur la boîte. Nombre de favoris ont abandonné et j’explique ce résultat par ma préparation. Je me suis beaucoup entraîné. Après, je n’ai rien lâché. Je me suis accroché et je dois reconnaître que le staff a été génial. Ils m’ont poussé durant la dernière heure »

Les autres sélectionnés français terminent aux places suivantes : Emmanuel Fontaine est 8e avec 251,128 km, Jean-François Harruis 12e avec 247,762 km, Thierry Douriez 53e (222,461 km), Denis Morel 120e (193,068 km) et Jean-Marc Bordus 160e (177,660 km).

pascale-bouly-court-pendant-24-heures-photo-jean-guinet.jpg

Photo Jean Guinet

En dépit de l’abandon d’Anne-Cécile Fontaine pour blessure, les autres filles se sont bien battues et ont réussi à résister aux attaques des autres européennes.
Outre Anne-Cécile, la Japonaise  Mami Kudo, recordwoman du monde, a été contrainte de renoncer, de quoi ouvrir les perspectives des outsiders. Au final, la Tchèque Michaela Dimitriadu s’impose avec 244,232 km. Elle précède l’Américaine Connie Gardner (240,385 km), l’Anglaise Emily Gelder (238,875 km) et Cécile Nissen (234,524 km). A l’instar des hommes, toutes ces athlètes ont trouvé le parcours difficile en raison de son revêtement comportant un secteur pavé. Quant aux copines de Cécile, elles se classent ainsi : Anne-Marie Vernet 10e avec 223,160 km, Pascale Bouly 23e avec 208,557 km, Sylvie Peuch 34e (194,193 km) et Catherine Massif 56e (175,430 km).

2012-WC24H0072.jpg

Enfin, il importe de signaler qu’au sein du club France il régnait une ambiance très amicale, où chacun a eu à cœur de se mettre au service du groupe. Nul doute qu’au cours des prochaines années, ces coureurs d’ultra ne cesseront d’étonner.

Christophe Rochotte, sur place en Pologne, pour athle.f

Tous les résultats

15:20 Écrit par La Com dans Athlétisme, Coup de Coeur, Résultats | Commentaires (0) | Tags : bouly |  Facebook |  Imprimer | |

dimanche, 02 septembre 2012

Le Tour de 5: Résultats et Photos

2012_0901Image0123.JPGMalgré un temps peu propice, la sixième édition du « Tour de 5 », organisée conjointement par l’association de Fred et les pompiers du SDIS 69, a tenu toutes ses promesses hier au parc de Parilly.

Créé il y a six ans pour venir en aide d’un collègue pompier Fred Siguenza, atteint de la SLA (maladie de Charcot), puis décédé en 2009, le « Tour de 5 » continue son œuvre aujourd’hui afin de soutenir la recherche sur la sclérose. Ainsi, 450 participants (petits et grands) ont pu fouler avec plaisir les chemins de Parilly sur 1,8, 5 ou 10 km, mais aussi s’offrir une ascension de la grande échelle (15 et 30 m), effectuer une compétition de rameurs ou encore assister au spectacle gymnique haut en couleurs, offert par l’équipe spéciale des sapeurs-pompiers du Rhône… Clairement, le clou de la journée.

2012_0901Image0063.JPG

Vainqueur du 10 km: Jérémy Peixoto en 32’ 1 et Marion Nuguet en 38'10.

Les Résultats

Les Photos de Jean-Paul François

Les Photos de R.P.

 

leprog.jpg


19:19 Écrit par La Com dans C'est dans Le Progrès, Résultats | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

samedi, 01 septembre 2012

Paralympiques 2012: Vendredi,trois nouvelles médailles pour la France

jeux-paralympiques-2012.jpgLa France a récolté trois nouvelles médailles, une en argent et deux en bronze hier à Londres, en cyclisme sur piste et en natation, après la médaille d’or gagnée la veille également au centre aquatique.

En soirée, David Smétanine, qui avait déjà remporté quatre médailles à Pékin en 2008 (deux en or, deux en argent), a décroché hier à 37 ans sa première médaille à Londres, en argent, en prenant en 38 sec 75 la deuxième place du 50 m nage libre derrière l’Ukrainien Eksender Mustafaiev (38.26).

Elodie Lorandi, 23 ans, qui souffre d’un handicap aux jambes, est arrivée troisième en 50 m nage libre, en 28 sec 67centièmes, derrière la Canadienne Summer Mortimer, arrivée première en 28.10 et la Néo-Zélandaise Sophie Pascoe (28.24).

Un peu plus tôt dans la journée, Laurent Thirionet, 41 ans, amputé d’une jambe, a lui aussi fini troisième en poursuite individuelle sur piste 3 km en 3:53.547, derrière le Chinois Guihua Liang, premier en 3:45.243 et l’Allemand Tobias Graf (3:48.248).


Laurent Thirionet, amputé d’une jambe, a fini troisième    Photo AFP

Le Français Jean-Baptiste Alaize, qui participait à 21 ans à ses premiers jeux Paralympiques, a connu en revanche une déception en terminant à la 7e place du concours de la longueur avec un bond à 6,19 m, loin derrière le vainqueur, l’Allemand Markus Rehm (7,35 m).

Vers 22h30, la Chine détenait 34 médailles (dont 13 d’or), suivie de l’Australie (19 médailles dont 7 d’or) et de l’Ukraine (16 médailles dont 6 d’or). Loin derrière, la France était quinzième avec quatre médailles dont une d’or.

Plus de 2,4 millions de billets ont été vendus pour les jeux Paralympiques de Londres et la plupart des épreuves se jouent devant des tribunes combles, l’ambiance des compétitions serait parfois plus intense que pour les JO. Les organisateurs des Paralympiques estiment que quasiment la totalité des 2,5 millions de billets disponibles seront vendus, contre 1,8 million aux jeux de Pékin en 2008.

leprog.jpg


vendredi, 24 août 2012

Objectif atteint pour Renaud Lavillenie

2010_0710Image0428.JPG

Le perchiste Français Lavillenie s’est assuré la Ligue de diamant hier. Les Jamaïcains ont également brillé à Lausanne au 100m et 200m, Blake devenant le 2e performer de l’histoire.

Le champion olympique de saut à la perche, le Français Renaud Lavillenie, s’est assuré pour la 3e année consécutive la Ligue de diamant de la perche, en s’imposant avec un saut de 5,80 au 1er essai hier soir à Lausanne.

Lavillenie, le premier à réaliser la passe de trois, a devancé au nombre des essais l’Allemand Malte Mohr, le Britannique Steve Lewis et le Grec Konstantinos Filippidis, qui ont également franchi 5,80 m.

Quel que soit le résultat de la finale de la discipline, le 30 août à Zurich, Lavillenie ne peut donc plus être battu.

Ainsi, le perchiste clermontois a réalisé son 4e et dernier objectif qu’il s’était fixé en début de saison. « Les trois autres objectifs ont été atteints : la victoire aux Mondiaux en salle à Istanbul, conserver le titre de champion d’Europe en plein air à Helsinki et bien sûr l’or olympique. »

Le Jamaïcain Usain Bolt, sextuple champion olympique, a dominé le 200 m en 19 sec 58, mais c’est bien son jeune compatriote et dauphin des Jeux Yohan Blake qui a fait s’enthousiasmer le public en s’adjugeant le 100 m en 9 sec 69, hier soir.

Quand Bolt se contentait de faire le « boulot », à distance de sa marque planétaire (19.19), Blake, également triple médaillé à Londres, mettait le feu à la piste et aux tribunes.

Champion du monde du 100 m, Blake, 22 ans, est devenu sur les hauteurs du lac Léman le 2e performer de l’histoire sur la distance, à égalité avec l’Américain Tyson Gay, derrière Bolt justement, dont le record du monde est perché à 9 sec 58.

Les Américaines Dawn Harper et Carmelita Jeter ont quant à elles remporté respectivement les 100 m haies et 100 m.

Vice-champion olympique à Londres, l’Américain Jason Richardson a fait sien le 110 m haies (13.08). Mais son compatriote Aries Merritt, or olympique et candidat déclaré au record du monde, avait laissé tristement les starting-blocks, éliminé pour faux-départ.

 

lavillenie

Tous les résultats


samedi, 11 août 2012

Le grand bonheur de Renaud Lavillenie

207696_201080266589158_100000615582273_594299_1010107_n.jpgIl sort enfin de la piste, après les interviews et Renaud Lavillenie irradie le bonheur. Toute la famille de la perche était là pour assister à cette exceptionnelle réussite, un titre olympique, doublé d’un record olympique.

 Champion olympique à 5,85 m, c’aurait été trop facile ?

Oh, je ne m’en serais pas privé ! Mais je savais que ce ne serait pas gagné d’avance. Il y a tellement de choses, la place, la performance, le record olympique, la manière. Tout est parfait ce soir !

 Tu n’as pas explosé de joie tout de suite. Pourquoi ?

Parce que le concours n’était pas fini. Je n’étais pas venu pour rien. Je savais que j’avais le potentiel de faire quelque chose de gros, et jusqu’au bout, j’étais parti pour le faire.

Photo AFP

 Que s’est-il passé dans votre tête quand les deux Allemands ont passé 5,91 m ?

Je me suis dit que ce n’est pas fini ! Ce n’est pas fini. Je ne peux pas dire que j’étais surpris non plus, même s’ils étaient un peu en difficulté à 85. Je savais qu’ils avaient ce potentiel-là. Après je suis resté concentré sur ce que j’avais à faire. Ne pas me laisser déstabilisé et je suis assez content de ça.

 Que s’est-il passé au moment de ton dernier essai à 5,97, où tout se joue ?

Je n’y pensais pas. Je pensais à faire un super saut. A bien répéter ce que je fais à l’entraînement. C’est ce qui s’set passé. Je n’ai pas pensé à ce qu’avaient fait les autres. Je n’ai pas pensé à la finalité. Juste à donner le meilleur de moi-même, et à me faire plasiir.

 Quand on passe 5,97 m, on arrive de suite à se dire on repasse une barre. On ne s’arrête pas à être champion olympique ?

Non. J’ai toujours été comme ça. Même au championnat d’Europe en salle, où je fais 6,03 m, je suis tout de suite concentré pour tenter quelque chose d’encore plus haut. Ca fait partie de ma nature. Je ne me satisfais pas de quelque chose quand je crois que je peux aller encore plus haut. Et puis quand je passe 97, il reste encore 1 essai aux 2 autres. C’est pour ça que c’est une erreur de sortir de cette compétition, et cette erreur, je ne l’ai pas faite !

 Succéder à Jean Galfione, qu’est-ce que ça t’inspire ?

Ca fait tellement longtemps que j’y pensais ! Je lui ai succédé il ya 7 mois au championnat du monde en salle. On partage plein de choses. On est les deux seuls Français à avoir fait 6 mètres, à être champion du monde en salle, on est Champions Olympiques. C’est grand, car Jean, ce n’est pas un petit athlète. Quand on parle de Jean Galfione, c’est grand. Pour moi, c’est un grand homme, j’ai énormément de respect pour lui. Ca fait énormément plaisir. C’est un plaisir partagé par tous les deux !

 Est-ce que Daegu t’es revenu en tête par moments ?

Non, je n’ai pas fait cette erreur de repenser à Daegu. Car je sais que chaque concours est différent. J’avais juste en tête de donner le meilleur de moi-même quoi qu’il arrive. J’ai progressé. Même si certains ont pas forcément cru à 100% en mes capacités, j’ai prouvé que ce n’est pas parce qu’on rate une compétition dans la saison, qu’on n’est pas prêt. C’est juste énorme ! Sur certains articles, on a l’impression que parce qu’on a raté une compétition, on n’est plus prêts, il faut se mettre dans le doute. Il faut arrêter. Et juste dire que quand on arrive sur un championnat, c’est quelque chose de différent !

 Quelles vont être tes prochaines ambitions ?

Gagner la Diamond League. Je suis en tête, et dans moins d’un an, j’aurais l’opportunité de décrocher une 4ème place pour un potentiel français pour le Championnat du monde à Moscou en 2013. C’est quelque chose qui peut être exceptionnel ! Faire la place de 3 au niveau de la Diamond League. Remporter tout ce qui est majeur.

 C’est le plus beau jour de ta vie aujourd’hui ?

Oui. Enfin, si je ne sais pas si c’est aujourd’hui ou demain. Je dirais que les 24 heures à partir du début du concours jusqu’à ma médaille, ce seront les plus belles 24 heures de ma vie. Jusqu’à demain 19 heures, je serai dans ma plage horaire la plus impressionnante !

 Comment avez-vous senti ce stade ? Car vous passez 97 en plein dans le relais, au moment où la foule hurle sur les anglais du relais.

Je n’ai pas fait gaffe ! Justement quand je passe 97, je suis vraiment concentré sur ce que j’ai à faire et pas sur le reste. Le stade a été juste magique. L’ambiance était phénoménale ! On aurait eu les Jeux à la maison, c’était pareil. C’est tellement plaisant de vivre quelque chose comme ça sur le plus grand rendez-vous de sa carrière que c’en est grisant. C’est anecdotique, mais les juges, les volontaires, étaient tellement adorables avec nous ! Là, on avait carte blanche sur tout. C’était juste magique ! C’est un grand merci à toute cette organisation londonienne, ils ont fait un travail exceptionnel…

08:08 Écrit par La Com dans J.O., Résultats | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

mercredi, 08 août 2012

Mathieu Rosset : « Je suis fier de moi »

15 e aux JO et champion d’Europe : le Lyonnais repartira de Londres sans regrets, mais plus fort d’une riche expérience.

L’aventure olympique de Matthieu Rosset s’est arrêtée en demi-finale. Le champion d’Europe était le sixième continental hier, mais cela ne lui laisse aucun regret. « Vu le niveau de l’éliminatoire de la veille, je suis bien content d’avoir fait cette demi-finale. Même si je ne suis pas du matin, et que ça s’est senti, même si je suis un peu déçu d’un ou deux sauts, je suis satisfait de ma compétition. C’était très relevé, et certains on fait zéro, pas moi. J’ai pris du plaisir, notamment sur le dernier saut, quand j’ai vu que ce n’était plus possible d’aller en finale, je me suis laissé aller, je n’avais plus rien à perdre ».

PHOTO AFP

Le Lyonnais va retenir de Londres de belles images et quelques leçons. « Je n’avais jamais vu un pareil public, même aux championnats du monde. Quand l’Anglais (Chris Mears) passait, je me disais que si ces Jeux avaient eu lieu à Paris, j’aurai peut-être bénéficié des mêmes encouragements. Si je suis qualifié pour Rio, je saurais comment ça se passe, je serai moins impressionné ».

Le cap est fixé. Mais le plongeur de l’Usol Vaugneray va d’abord couper après une saison intense qui l’a vu signer une page d’histoire. « Cette saison a été magique, j’ai fait des choses que je n’avais jamais faites et que personne en France n’avait faites. Quinzième aux JO et champion d’Europe, je suis fier de moi ».

Matthieu va soigner des blessures qu’il avait laissé traîner, prendre un peu de recul la saison prochaine. « Après, on repartira sur trois saisons intenses pour préparer Rio. On attend une piscine pour 2014 à l’Insep qui donnera peut-être enfin des conditions dignes de viser un podium à la France. En attendant, j’envisage de me préparer à l’étranger, aux USA ou ici en Angleterre. Les Russes et les Chinois sont très forts, mais il faut parler la langue et être très fort mentalement pour partir travailler chez eux ».

leprog.jpg


08:56 Écrit par La Com dans J.O., Résultats | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu