compteur

Avertir le modérateur

lundi, 10 février 2014

TRAIL GIVRÉ MONTANAY. Renaud Jaillardon encore vainqueur

1464664_262618253913993_71652204_n.jpgDéjà vainqueur l’année dernière, Renaud Jaillardon a su prendre la course par le bon bout pour s’imposer tranquillement.

Sous un soleil de plomb et un vent frais, le Trail Givré 2014 a offert à Renaud Jaillardon une seconde victoire consécutive sur le parcours. Avec une course menée tambour battant, le coureur du Val de Saône Athlétisme, club organisateur, a terminé en tête devant Emmanuel Meyssat, comme l’an dernier.

« C’est un parcours plus agréable que l’an passé. Il y a une difficulté supplémentaire dès le départ mais une fois lancé, la traversée des sentiers et champs montanois permet de dérouler facilement. Je n’étais pas trop entraîné pour cette édition mais finalement je me suis senti très bien tout au long de la course », commentait le vainqueur.

1795259_10203135449327588_1927115186_o.jpg

Les Photos

Pour Emmanuel Messat, le constat est plus mitigé : « Je me sentais pas très bien cette semaine, ça s’est vu aujourd’hui, Renaud allait plus vite. » Avec une moyenne de 20km/h en fin de parcours, le double vainqueur a créé un trou avec ses poursuivants.

Chez les féminines, la surprise vient de Séverine Bovero qui termine en tête : « Dès le départ nous étions un groupe de 4 mais nous avons fait une erreur de parcours. Nous avons couru 800 mètres de plus et perdu 3-4 minutes avant de rejoindre la bonne route. Mentalement il a fallu s’accrocher car les autres sont revenues. Je suis très heureuse de cette victoire car Céline Lafaye, championne de France et vainqueur l’an dernier était aussi présente donc terminer devant elle est une fierté. »

Pour la Montanoise de 9km, Nicolas Mayet, vainqueur lui aussi de la dernière édition termine sur la plus haute marche du podium en 33’30’’.

Chez les femmes, c’est la coureuse locale Léa Salah, inscrite au dernier moment qui s’adjuge le parcours en 41’41’’.

Les résultats

leprog.jpg

 

lundi, 03 février 2014

Régionaux de cross à Aix-les-Bains: Cheruiyot gagne la drôle de course

IMG_3671.JPGLe Kenyan s’est imposé après avoir perdu deux fois sa chaussure dans la boue et sprinté un tour trop tôt avec Hassan Chahdi qui conserve son titre régional.

Le duel annoncé entre Benjamin Cheruiyot et Hassan Chahdi a bien eu lieu sur l’Hippodrome d’Aix-les-Bains. Mais difficile de dire si l’un des deux l’a gagné et pas seulement parce que les deux anciens partenaires d’entraînement ont partagé la plus haute marche du podium, le Kenyan en tant que vainqueur de la course et le vice-champion d’Europe 2012 en tant que champion Rhône-Alpes…

Chahdi : « Je voulais abandonner »

Quelle drôle de course dans la boue ! Ce n’était pas un cloaque, plutôt un long tapis de colle forte qui obligea les premiers à en découdre plus de 37 minutes, soit au moins cinq de plus que d’habitude pour boucler 10,670 km… « De toute ma carrière, c’est la première fois que j’ai autant à me battre. Je n’avais jamais vu ça ! », râlait après coup Benjamin Cheruiyot (33 ans), ancien recordman du monde junior du 1 000 m, qui découvre le cross depuis son arrivée en France il y a trois ans. Par deux fois, son pied est même ressorti de la boue sans sa chaussure. Les deux incidents ne l’ont néanmoins pas empêché à chaque fois de se replacer dans la foulée d’Hassan Chahdi, preuve que le 5e des derniers championnats d’Europe a du mal « dans cette période un peu creuse » comme il dit. A l’orgueil, le nouveau pensionnaire de l’Insep aurait pourtant bien voulu franchir la ligne en vainqueur, histoire de conserver son titre régional avec la manière.

IMG_3587.JPG

Mais alors que les deux leaders avaient lancé le sprint, ils trouvaient l’accès à la dernière ligne droite fermée. Et pour cause puisqu’il restait en réalité un tour de 1 800 m à effectuer… « On s’est planté avec d’autres coaches », a plaidé coupable Bastien Perraux, ex-entraîneur de Chahdi et toujours celui de Cheruyiot à Décines… « Sur le coup, j’étais tellement cuit que je voulais abandonner, racontait le meilleur crossman français du moment. En plus je n’aime pas me tromper comme ça… Finalement, je suis reparti doucement. » Trop tard pour gagner mais suffisant pour devancer le Stéphanois Mounir Hsain et Julien Rancon exactement comme en 2013 à Vénissieux… Il n’en fait pas une maladie : « Je n’attendais pas grand-chose de cette course. J’ai quand même essayé de me faire plaisir », dit-il sans vraiment convaincre alors qu’il sera dans deux semaines aux Interrégionaux à Annonay et peut-être aux championnats de France dans un mois au Pontet s’il est en capacité de décrocher enfin le titre national. « Ça fait un peu tache à mon palmarès.»

IMG_3601.JPG

Cheruiyot paraît beaucoup plus déterminé. « Je vise le top trois », dit-il alors que le Kenyan licencié à Aix-les-Bains souffre depuis deux semaines de maux de ventre liés, sans doute, à sa situation administrative (il est dans l’attente d’une carte de séjour compétence et talent). Sur sa condition physique, le vainqueur du cross des Myriades à Saint-Priest en novembre peut en revanche être rassuré.

IMG_3690.JPG

 

Benjamin Steen

leprog.jpg

La renaissance de Charayron

IMG_3537.JPG

Évidemment, Emmie Charayron n’a gagné hier que les championnats Rhône-Alpes de cross. Mais son premier titre régional en course à pied a illuminé le visage de la triathlète internationale, championne d’Europe 2011. Cela tranche avec son vague à l’âme de l’année dernière passée à remâcher sa désillusion des JO de Londres (18e) et à soigner une fracture de fatigue au tibia. « Elle aurait pu tout arrêter, confie Philippe Charayron, son père et entraîneur. Au contraire, elle a grandi. Elle s’est aperçue qu’elle voulait trop bien faire étant donné tout le boulot qu’elle avait fait. Maintenant, elle est partie pour aborder la prochaine olympiade d’une autre manière avec une grosse notion de plaisir… » Elle a donc tout remis à plat cet hiver. Direction dorénavant l’Alpe d’Huez quatre jours par semaine. Au programme, un tout petit peu de course à pied, de la natation et 20km de ski de fond par jour à 2000m d’altitude… Un travail foncier atypique qui porte visiblement ses fruits. Deuxième des championnats du Rhône de cross il y a trois semaine derrière Hélène Guet, elle a déposé hier l’ancienne internationale de cross au train à l’amorce de la dernière boucle. La boue l’a peut-être avantagé, mais elle ne boude pas sa joie de retrouver la première marche du podium : « Je ne pensais vraiment pas être aussi bien. J’étais tellement mal samedi en footing que je me disais que je ferais mieux de rester couchée. Voilà pourquoi, je suis restée en retrait en début de course. Puis je me suis sentie de mieux en mieux. Cela va me faire du bien parce que dès que c’est un peu difficile, je repense à ma période de doute de l’an passé... »

IMG_3469.JPG

Elle tentera d’enfoncer le clou dans deux semaines aux Interrégionaux avant un stage vélo au Portugal avec l’équipe de France de VTT. Puis il sera temps de se tourner vers la saison de triathlon début avril avec une rentrée en douceur en Coupe d’Europe (à Quarteira au Portugal) avant de retrouver la coupe du monde en Afrique du Sud. Avec le souvenir d’Aix-les-Bains dans un coin de la tête…

IMG_3574.JPG

 Tous les résultats

Des Photos

lundi, 13 janvier 2014

Fabien Fuster, c’est fabuleux !

IMG_3142.JPGDéjà vainqueur surprise des championnats du Rhône en 2011 à Décines, le coureur de Lyon Athlétisme a remis ça, sur le même circuit du Mamelon après avoir été gravement malade et manqué deux saisons.

C’est sa course ! Déjà vainqueur surprise des championnats du Rhône de cross en 2011 à Décines, Fabien Fuster a remis ça hier sur le difficile circuit du Mamelon. Bon, les circonstances lui ont facilité les choses. Le tenant du titre, Renaud Jaillardon, et son dauphin, Fernando Da Silva, étaient forfaits. D’autres costauds avaient choisi de disputer le cross court. Et le dernier favori restant, Guy-Noël Rouania, a été fauché en pleine course par un point de côté l’obligeant à stopper deux fois. Cela dit, la sensation n’est pas moins forte, car Fabien Fuster revient de très loin.

«Deux années d’arrêt à essayer de trouver de quoi je souffrais»

Il y a trois ans, le coureur de Lyon Athlétisme était rapidement passé de la joie d’avoir décroché la plus belle victoire de sa carrière au cauchemar, en raison d’un mal mystérieux responsable de malaises et d’une paralysie du côté droit du corps. « C’était un problème de moelle épinière dû à un choc, explique-t-il. Un jour, il m’a fallu 1h05 pour faire trois kilomètres soutenu par mon père. Avec une canne, il allait plus vite que moi ! Après deux années d’arrêt à essayer de trouver de quoi je souffrais, c’est finalement un ostéopathe qui a remis les choses en place… »

IMG_3194.JPG

Autorisé à reprendre la course à pied en début 2013, il en était à l’époque bien incapable. « En septembre, il était encore à la rue, très loin derrière les autres gars du groupe », témoigne son coach Jacques Maréchet. A bientôt 29 ans, ce comptable aurait eu toutes les raisons de s’estimer déjà heureux de marcher. Mais ce n’est pas le genre… « Je sais que je n’ai pas beaucoup de talent, admet-il. Mais je compense avec le travail. J’ai repris sérieusement l’entraînement en octobre à raison de cinq ou six séances par semaine. C’est allé de mieux en mieux. Pendant les vacances, j’en ai profité pour doubler. Je savais que j’avais une petite chance. »

« Il n’a aucun talent, rectifie son coach. Son seul talent, il est dans la tête. Petit, il a dû porter un corset pendant deux ans et il a une cheville bloquée. Voilà pourquoi il court un peu voûté avec cette impression d’amortir la foulée. C’est quelqu’un qu’on montre en exemple au club. Cette victoire, c’est la victoire de la pugnacité. »

De quoi transformer, en tout cas, son rictus de douleur en large sourire dans les derniers mètres, tandis qu’il avait le titre assuré, loin toutefois derrière le Kenyan Eliud Sugut Kimutai (hors concours car étranger). Déjà que sa victoire en 2011 avait eu une sacrée saveur, « celle-ci a encore plus de valeur d’autant que je suis né à Décines et que j’ai toujours vécu ici », souligne-t-il. D’ores et déjà comblé, il va maintenant enchaîner les championnats régionaux, interrégionaux jusqu’aux championnats de France… Avec un seul objectif : « Y arriver sans être malade ni blessé. La dernière fois que je les ai courus, j’ai fini 115e … »

 

IMG_3030.JPGGuet à la cool, Charayron dans le rythme.Entre elles, c’est une longue histoire… Et les deux dernières championnes du Rhône de cross, Emmie Charayron (2012) et Hélène Guet (2013), ont encore transformé l’épreuve en duel. Avantage cette fois à la Décinoise qui s’est envolée au train… « Je me suis accrochée le plus longtemps possible, mais Hélène, c’est Hélène… », disait Charayron sans rien regretter.

D’ailleurs, les deux jeunes femmes pouvaient avoir le sourire. Alors qu’elle envisage l’athlétisme avec beaucoup plus de recul depuis deux saisons, Guet ne va visiblement pas moins vite que lors de ses grandes années : « Je me suis fait plaisir, expliquait-elle. J’apprends à courir autrement et essayant d’être beaucoup relâchée qu’avant. Cela marche parce que je suis beaucoup mieux dans ma tête. Aujourd’hui, j’ai couru sur l’euphorie.»

IMG_2923.JPG

Pour son premier cross de la saison, Charayron était elle-aussi à la recherche de « sensations » après une année 2013 à oublier. Le résultat est concluant : « Je savais que je n’étais pas mal vu mes chronos à l’entraînement, mais c’est toujours bien de le valider en compétition dans un contexte différent. De courir contre Hélène me donne un bon repère », expliquait la championne d’Europe de triathlon 2011 avant de filer directement pour l’Alpe d’Huez où elle s’installe régulièrement pour des courts séjours de quatre jours depuis l’automne dernier. Au programme, natation, course à pied et même ascension à vélo de la montée aux 21 virages… Un menu casse-pattes qui ne l’empêchera pas de disputer les championnats régionaux et interrégionaux de cross.

Benjamin Steen


Tous les résultats

Les PHOTOS: Album 1 - Album 2

vendredi, 13 décembre 2013

Championnat de france universitaire de cross-country: L’INSA Lyon récidive !

IMG_1889.JPGDéjà sacrée en 2012, l’équipe masculine de l’INSA Lyon a récidivé cette année en s’adjugeant le titre de champion de France universitaire par équipe de cross country. Valentin Pepiot (Besançon) et Floriane Chevalier (Pharma Clermont/AC Bourges) se sont imposés en individuel.

Quatre cent vingt-trois étudiants (six cents initialement inscrits) ont bravé le froid et le brouillard de l’écrin du complexe Mendès-France de Saint-Priest, théâtre des championnats de France Universitaire 2013 de cross-country.

Et comme en 2012, l’équipe masculine de l’INSA, emmenée par le quatuor Bougnot -Lambert-Hely-Basset est montée sur la plus haute marche du podium. Les Insaliens devançant in extremis (de cinq points) la redoutable formation de l’UT3 Paul Sabatier de Toulouse et l’université de Lorraine.

IMG_1929.JPG

Chez les filles, les Toulousaines portées par la vice-championne de France Jacquet, ont relégué quant à elles les féminines de l’école d’ingénieur lyonnaise à la seconde place, équipe constituée de Riccitiello-Bailly-Basset-Mercat.

IMG_1927.JPG

En individuel, le titre est revenu chez les filles à l’expérimentée Floriane Chevalier de l’école de Pharmacie de Clermont-Ferrand et pensionnaire de l’AC Bourges. « Je me suis sentie bien dès l’entame. J’ai alors attendu un tour pour me mettre dans le bain. Puis le parcours très technique m’a permis de faire plusieurs relances et de m’échapper seule » s’est réjoui la Berruyère qui a validé son billet pour les Mondiaux universitaires qui se tiendront en Ouganda en mars prochain. Chevalier qui sera notamment accompagnée du Bisontin Valentin Pepiot (Doubs Sud Athlé),

IMG_1810.JPG

victorieux chez les hommes devant le Tourangeau Collenot, qu’il ajusta au sprint. Déception côté rhodanien où Igor Bougnot (INSA Lyon) n’a pris que la huitième place, laquelle devrait le priver des championnats du monde.

IMG_1828.JPG

Tous les résultats

Quelques Photos

leprog.jpg

 

lundi, 09 décembre 2013

SaintéLyon 2013: Toute la presse et quelques photos

IMG_1551.JPGBenoît Cori (31 ans) a remporté sa plus grande victoire de sa courte carrière spécifique en trail. Le Basque a bouclé les 75km en solitaire, franchissant l’arrivée à 5h32 hier matin.

Cette soixantième édition aura célébré un vainqueur surprise comme seule la SaintéLyon peut en fournir. A l’image de Denis Morel en 2010 ou du Décinois Fabien Antolinos en 2008.

« Elle est placée en fin de saison et entre ceux qui ont quasiment coupé, ceux qui sont fatigués, d’autres qui sont en recherche de résultats, elle réserve pas mal de surprises», note le Rhodanien qui connaît la recette. « Comme moi en 2008, Benoît était sûrement bien préparé. A cette période de l’année, la fraîcheur joue un grand rôle. »

IMG_1568.JPG

Benoît Cori (31 ans) a donc remporté sa plus grande victoire, lui le touche à tout «qui prend tout ce qui se présente. » Ce Bayonnais d’Ustaritz avait malgré tout déjà réalisé de jolies performances cette saison (3e des 100km de Millau, 2e sur Le Trail aux Etoiles).

« Je le félicite car nous derrière avec Thomas (Lorblanchet), on n’a vraiment pas amusé la galerie derrière sur les derniers kilomètres. Il a su être malin en se glissant dans le groupe de ceux qui partent toujours très forts mais il a su tenir.»

A Saint-Christo en Jarez, au premier point de passage (17e km), Cori était pointé dans le sillage de Julien Navarro à une vingtaine de secondes de Mikaël Pasero mais 35’’ devant le duo Gault-Lorblanchet. A Sainte-Catherine (35e km), il était devant avec Navarro, 3’30’’ devant les anciens vainqueurs et à Saint-Genoux, il comptait 4’45’’ d’avance sur Navarro, près de 6’ sur Gault et Lorblanchet, avantage porté à 8 minutes à Soucieu-en-Jarez.

Le lauréat basque, militaire de carrière dans l’armée de terre, n’en revenait toujours pas une heure après son arrivée à 5h32 au Palais des Sports de Gerland. Lui qui s’était pris la tête entre les mains, incrédule, au bord des larmes en franchissant la ligne. « Je n’avais aucune stratégie de prévue. Je me sentais bien, et j’ai décidé d’aller devant dès les premiers kilomètres en me disant qu’on verrait bien ce qui se passerait. J’ai encore accéléré après le deuxième ravito alors que Navarro a baissé de pied. Je ne pensais pas aller au bout. C’est un truc de fou. Ils ne me connaissaient pas, ils se sont dit, on va laisser faire ce rigolo... »

IMG_1571.JPG

Venu en terre lyonnaise car son frère habite à Lyon, « sans lui, rien n’aurait été possible », il tenait aussi à remercier sa femme Nathalie « qui a su me prendre en mains diététiquement. D’ordinaire, j’avale cinq « Snikers » par jour. Là pendant quinze jours ce fut pâtes le midi et légumes le soir. J’ai perdu trois kilos et c’est certainement ce qui a fait la différence, notamment dans les montées. »

Cet amoureux de la nature, qui se définit coureur à pied multi-terrains et toutes distances (du 10 au 100 km), papa d’un garçon Eneko (4 ans) et d’une fille Amaia (2 ans), s’est peut-être découvert un nouveau profil. « Je n’avais jamais couru de nuit, c’est particulier. Il a fallu aussi faire attention aux pièges du parcours, au verglas dans sa première partie. Je suis tombé deux fois, sans gravité. Avec mon métier, je ne peux pas m’engager sur les belles courses un an à l’avance. Je dois les cibler et penser aussi à ma famille qui me supporte...»

Norbert Bonnet

Une victoire personnelle sur le sort

Emmanuel Gault (2e )

IMG_1579.JPG

« Cette quatrième 2e place (après celles de 2009, 2010 et 2011) a une saveur de retour. C’est comme une victoire personnelle sur le sort après tous les ennuis que j’ai connus en 2013. Une fracture du fémur en début de saison et aux Templiers cette fracture de deux métatarses à cause d’une ardoise. Avoir connu autant de malchance en quelques mois, c’est vraiment incroyable. Mais au sein du team, on s’est toujours accroché, sans rien changer au niveau de la préparation. On a toujours cru en notre travail. Là, je pense à mes enfants. Ça va leur faire du bien. Après les Templiers, ils ont cru que j’étais mort (sic). J’ai obtenu ce résultat sur le jus et l’envie. C’est une grande fierté car la SaintéLyon, c’est toujours une épreuve très difficile, particulière. Et cela va me rebooster pour bien attaquer 2014. »

Près de cinq cents courageuses

IMG_1695.JPG

A minuit, ils furent finalement 5 802 concurrents à s’élancer du Parc des Expositions de Saint-Etienne pour couvrir les 75 kilomètres et les 1 800 mètres de dénivelé positif de la SaintéLyon, sur les 12 180 partants recensés sur les trois épreuves, dont 473 féminines soit 8,15 % des engagés. Elles étaient près de 30 % à s’aligner sur la SaintéExpress (2 500 engagés) et 15 % sur le sprint (1 500 engagés). Sans oublier les relais

Jérémy Pignard entre deux sentiments

Au sein du team régional Terre de Running Ronhill, on attendait plutôt le Décinois Fabien Antolinos, lauréat surprise en 2008, certes en manque de préparation spécifique après son succès sur les Templiers. Mais ce dernier a abandonné au ravito de Saint-Genoux.

« J’ai pu suivre le groupe de tête jusqu’à Sainte-Catherine. Après j’ai payé mon manque de fond. Je n’avais plus la fraîcheur physique ni le mental pour continuer et je ne voulais pas effectuer la course de trop en prévision de 2014. »

IMG_1594.JPG

Pour sa part, son coéquipier Jérémy Pignard a terminé à la 6e place au Palais des Sports de Gerland. Où le licencié du FAC d’Andrézieux avait du mal à masquer sa déception. « Je suis déçu et frustré car j’avais les moyens de terminer dans le top-5 quand je pense que je me suis perdu à 3,5 km de l’arrivée et que cela me coute 3 à 4 minutes », confiait ce gendarme basé à Lille, pour qui il s’agissait de sa 3e participation « après avoir fini très très loin les deux premières fois. »

Deuxième du trail de la Côte d’Opale, le Forézien, qui vaut 31’14 sur 10 000 m, spécialiste également des courses de montagne, s’est mis au trail depuis trois ans avec une belle marge de progression. « Cela convient, je pense, à mes qualités. Je vais assez vite et je suis assez endurant à la base. J’avais comme objectif de rentrer dans le top-10. Terminer aux portes du top-5 n’était pas attendu. C’est pourquoi je suis déçu mais je pense être capable de rééditer une telle performance à l’avenir. Même si la SaintéLyon est une épreuve particulière, changeante d’une année sur l’autre...»

N.B

Nathalie Mauclair en visite

La championne du monde de trail 2013, qui avait préféré faire l’impasse pour récupérer de son succès à la Diagonale des Fous, était néanmoins présente à l’arrivée au Palais des Sports de Gerland, pour accueillir ses copines.

IMG_1537.JPG

« Je me devais d’être présente à cette grande fête que représente la SaintéLyon, si particulière. Le trail c’est aussi ça, avant tout du partage, avec un esprit différent. Terminer ici à Lyon est toujours un moment particulier. C’est une grande satisfaction qui prime pour tous ceux qui parviennent à franchir la ligne d’arrivée...»

Rubin, enfant roi de la SaintéLyon

C’était l’heure de l’arrivée de la SaintéLyon. Alors Rubin a dévoilé son joli minois. Comme s’il ne voulait pas manquer ça. Son papa, Benjamin Steen, a du coup déserté une épreuve qui lui est chère pour assister à la naissance du petit frère de Pilar. Félicitations à notre confrère des sports du Progrès, spécialiste d’athlé (auteur du livre des 60 ans de la SaintéLyon) et à la maman, également journaliste de votre quotidien. On réservera à vie un dossard pour le petit, né le jour des Lumière

Les résultats

Solo (75 km)
Hommes 1. Benoît Cori 5h32’30 ; 2. Emmanuel Gault 5h44’34 ; 3. Alexandre Mayer 5h45’37 ; 4. Thomas Lorblanchet 5h53 ; 5. Mikael Pasero 6h04 ; 6. Jérémy Pignard 6h06 ; 7. Benoit Charles-Mangeon 6h07 ; 8. Alexandre Hayetine 6h09 ; 9. Paul Attwood-Philippe 6h13 ; 10. Nicolas Bichon 6h14
Femmes : 1. Maud Gobert 6h58

IMG_1609.JPG

; 2. Laureline Gaussens 7h28 ;3. Sylvaine Cussot 7h28 ;4. Christine Denis Billet 7h29 ;5. Maria Sermajian 7h52; 6. Cécile Faulcon 8h14; 7. Alice Olivier 8h24 ; 8. Fanny Coyne, 8h26; 9. Magali Moreau 8h35; 10. Marylene Lyonnaz 08h40.

• Saintexpress (45 km)
Hommes : 1. Pierre Chalandon 2h33’26 ; 2. Bruno Rey 2h33’28 ; 3. Sebastien Farano 2h36.
Femmes : 1. Nathalie Pascal 3h10 ; 2. Fanny Cospain 3h18 ; 3. Martine Volay 3h31.
• Saintesprint (21 km)
Hommes : 1. Flavien Thomas 1h22’11 ; 2. Martin Reyt 1h26’07 ; 3. Rémi Thivolle 1h27’46.
Femmes : 1. Sophie Martin 1h43’54 ; 2. Laura Chastaing 1h44’13 ; 3. Camille Faes 1h46’39

IMG_1539.JPG

IMG_1591.JPG

IMG_1612.JPG

IMG_1617.JPG

IMG_1659.JPG

IMG_1677.JPG

IMG_1756.JPG

Tous les résultats

Quelques Photos

leprog.jpg

mardi, 26 novembre 2013

Claire Perraux remporte Gujan-Mestras

IMG_8371 (853x1280).jpgQuatrième l’an passé, la Marseillaise a pris une belle revanche, hier.

Elle a fini en boulet de canon. Pourtant assurée de couper le ruban en première position au regard de son avance conséquente sur sa dauphine, la Kényane Joan Maiyo, Claire Perraux a encore allongé sa foulée dans la dernière ligne droite. Au moment de lever les bras, l’impression visuelle était éloquente : Maiyo, à quatorze secondes, semblait terriblement loin. Claire Perraux était bien inaccessible, hier, sur le circuit roulant de Gujan-Mestras.

« Je suis bien en forme, j’ai bien la caisse », avouait-elle en descendant du podium. « La course est partie doucement, ça aide ». C’est en fait dans les derniers hectomètres que la victoire s’est jouée. Le podium, lui, était entériné dès lors que Maiyo, Perraux et sa coéquipière, et championne de France de cross, Clémence Calvin, se détachaient de la meute.

Plus habituée aux distances courtes, Perraux accélérait pourtant irrésistiblement, pour s’offrir le bouquet si convoité. De bon augure avant les championnats d’Europe de Belgrade, pour lesquels Claire et Clémence vont défendre les couleurs de la France.

IMG_8345 (1280x853).jpg

photo d'archive

Les derniers réglages

« C’étaient les derniers réglages », souriait Claire Perraux. « Aux championnats d’Europe, je vais essayer de faire la meilleure course possible. Je n’ai pas d’ambition personnelle démesurée, mais je me sens bien et je crois qu’il est possible de faire une performance par équipe. »

À noter par ailleurs la très belle performance d’Amandine Bourgeix. Partie avec les meilleures, la périgourdine s’est accroché toute la course pour signer une sixième place au-delà de ses espérances. « J’avais de supers sensations, de supers jambes, un super cœur. Tout était parfait aujourd’hui ! » Voilà une saison qui ne pouvait commencer sous de meilleurs auspices.

A-O

Sud Ouest

15:58 Écrit par La Com dans Athlétisme, Coup de Coeur, Résultats | Commentaires (0) | Tags : perraux |  Facebook |  Imprimer | |

lundi, 25 novembre 2013

CROSS DES MYRIADES : La seconde jeunesse de Cheruiyot

IMG_1078.JPGLe Kenyan (32 ans) installé à Meyzieu a remporté une éclatante victoire devant son compatriote Salim.

Il n’y avait pas foule pour voir ça dans les bourrasques de vent glacial du stade Mendès-France à Saint-Priest. Mais Benjamin Kipkurui Cheruiyot a offert une démonstration hier après-midi au cross des Myriades. Un sacre annoncé qui plus est! En découvrant qu’il avait le dossard n°2, un an après sa deuxième place derrière le Burundais Ezechiel Nizigiyimana (absent cette année), il avait assuré qu’il aurait le n°1 en 2014: «Je suis en forme après ma victoire à Pontcharra (Isère). Je vais gagner.» Pari tenu!

IMG_1146.JPG

Cela n’a pas été facile pour autant. «Avec ce froid, j’avais du mal à respirer», grimaçait après coup ce personnage aussi délicieux en civil qu’hargneux les pointes aux pieds. Son compatriote Saiti Salim a pu le constater en tentant plusieurs fois de le décramponner. A chaque passage dans la bosse à escalader cinq fois, il prenait quelques longueurs. Mais à chaque fois, Benjamin Cheruyiot faisait parler sa puissance pour recoller avant de s’imposer au finish grâce à ses qualités de miler. Une victoire presque à domicile pour le Kenyan installé à Meyzieu depuis son arrivée en France en 2011. Ancien recordman du monde junior du 1000m, il avait fui son pays sans sa femme et ses trois enfants après avoir tout perdu lors de la guerre civile. Alors qu’il pesait 80kg (pour un poids de forme de 57kg!), il a aussitôt relancé sa carrière auprès du coach décinois Bastien Perraux. Quelques mois lui ont suffi pour courir à nouveau en 3’35’’20 sur 1500m au meeting de Bottrop (Allemagne). «Je me suis entraîné très fort pour ça. Revenir à ce niveau a été une surprise et une immense satisfaction», dit-il.

IMG_1161 (1280x853).jpg

Un retour qu’il a eu du mal à confirmer l’été dernier en raison d’une suite de blessures aux ischios et au tendon d’Achille. «J’ai peut-être trop couru sur route et ma situation n’est pas facile», explique l’athlète licencié à l’AS Aix-les-Bains qui affiche la photo de Christophe Lemaitre sur son téléphone portable. Avec le retour à Lyon de son coach parti un an en Alsace, et les retrouvailles avec son épouse même si ses enfants sont toujours au Kenya, ce pur talent n’a pas tardé à s’exprimer à nouveau. Tout l’automne, il a fait le sparring-partner pour Bob Tahri en préparation pour le marathon de New York. Il en tire les bénéfices: «Il commence à retrouver un équilibre. Il va être très fort», pronostique Perraux.

Alors qu’il passera en 2014 sur 5000m, il espère en profiter auparavant aux championnats de France de cross au Pontet (2 mars). Un résultat à la hauteur de son talent pourrait en plus donner corps à ses envies d’équipe de France....


IMG_0907.JPGElena Sedova n’a pas fait le voyage pour rien. La jeune Russe (23 ans), qui repart cette semaine pour sa Sibérie à Novosibirsk, a terminé hier victorieusement une prolifique tournée en France marquée par ses victoires au semi-marathon Saint-Pol – Morlaix et au cross du Val de Marne la semaine dernière à Créteil. La vice-championne de Russie et championne d’Europe espoir par équipes de cross a fait cavalier seul. « A Volvic hier (samedi), le terrain était très glissant et je n’ai pas insisté (7e). Ici, le sol convenait beaucoup mieux à ma foulée », a-t-elle commenté.

IMG_0821.JPG

La Russe, qui n’ira pas aux championnats d’Europe à Belgrade (8 décembre) a devancé la championne régionale et inter-régionale Magali Bernard qui avait pris la 4e place la veille à Volvic. Un bon week-end pour la Grenobloise qui observe une forme de coupure après une grosse saison en 2012 avec des sélections aux Mondiaux de semi (31e ) et aux championnats d’Europe de cross (28e ). « Je m’entraîne peu, assure-t-elle. Je cours juste pour me faire plaisir. Je verrai où cela me mène. »

Tous les résulats

Les PHOTOS

Album 1

Album 2

Benjamin Steen

leprog.jpg


16:33 Écrit par La Com dans Athlétisme, Cross, Résultats | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

lundi, 18 novembre 2013

FOULÉE VENISSIANE 10 km. Disi signe son retour

IMG_9653.JPGCinq ans après sa victoire au semi de Lyon et deux années d’arrêt, le Rwandais (35 ans) retrouve peu à peu son niveau. Objectif marathon de Paris 2014.

De loin, on aurait dit qu’il s’affolait de ne pas distinguer la ligne d’arrivée. Mais ses grands mouvements de bras étaient en fait des gestes de joie. Dieudonné Disi en a pourtant connu beaucoup d’autres. Il a déjà été deux fois sixième des Mondiaux de semi-marathon (2007-2008), sélectionné pour les JO d’Athènes 2004 (17e du 10000m), vainqueur de classiques telles que Marseille-Cassis et les 20 km de Paris, mais sa victoire hier dans le 10km de Vénissieux l’a comblé.

IMG_9713.JPG

« Je suis très, très content. C’est la deuxième fois que je cours à Lyon et je n’y ai que des bons amis et des bons souvenirs depuis ma victoire au semi de Lyon (1h01’54’’ en 2007).

« Qu’importe si le record de l’épreuve lui a finalement échappé de peu. Mais après un départ ultra-rapide, seul l’accrocheur Alaa Hrioued avait tenu le choc… Dix bornes à deux, même si le vent était nul et la température presque idéale, c’est long ! « Je ne connaissais pas le deuxième, mais sur le bord de la route, tout le monde me disait qu’il est très bon et rapide au sprint, disait-il. J’ai abandonné l’idée de battre le record pour me concentrer sur la tactique et mon finish. Je l’ai laissé démarrer avant de placer mon accélération. Il a rapidement craqué ce qui m’a laissé le temps de célébrer. »

Ancien vice-président de la Fédération du Rwanda

A 35 ans, le Rwandais installé depuis l’été dernier à Vénissieux chez son ami l’ancien coureur burundais Egide Manirakiza signe sa première victoire significative depuis son retour à la compétition l’an dernier après deux années d’interruption. L’athlète coaché par le Nordiste Philippe Plancke avait brutalement mis un terme à sa carrière en 2010. Un peu à cause d’insondables douleurs au nerf sciatique qui s’étaient déclarées alors qu’il filait en tête du marathon des Mondiaux 2009 à Berlin. Beaucoup à cause de son élection à la vice-présidence de la Fédération du Rwanda. « Il y a eu des problèmes entre moi et les autres autorités de la fédération au bout de deux ans. Je voulais faire progresser les athlètes mais on n’avait pas les mêmes points de vue. Je leur ai demandé de me laisser partir. »

Il pèse alors 72 kilos (au lieu de 56 aujourd’hui) et a perdu son contrat lucratif avec Adidas. « C’était difficile de repartir de zéro d’autant que c’est la crise. Mais il faut relativiser : avant de courir à pied, je n’imaginais pas que je pourrais avoir une vie aussi aisée avec de belles maisons au Rwanda », raconte Disi qui a perdu toute sa famille durant le génocide. « L’an dernier, j’ai recouru pour me prouver que j’étais encore athlète, ajoute-t-il. Cette année, depuis fin juillet, je suis toujours sur le podium (2e de Taulé-Morlaix), j’ai recouru en 29’18’’ sur 10 km à Suresnes, et surtout je n’ai plus de blessure. »

Avec sa victoire à Vénissieux, s’achève la première phase de son come-back mais le marathon de Paris 2014 occupe déjà son esprit. « Je sais que je peux courir en 2h08 ou 2h09, assure-t-il. A Paris en 2007, j’avais fait 2h12’51’’ en craquant complètement. Je ne suis pas allé au bout de mon histoire avec cette distance. » Mercredi, il s’envolera pour trois petites semaines de vacances à Kigali avant de prendre ses quartiers au Kenya avec le groupe du nouveau recordman du monde Wilson Kipsang (2h03’23’’). « Quand on était jeune, on était du même niveau sur semi… Je ne pourrai pas courir en 2h03 ou 2h04 comme lui. Mais je suis sûr que je peux encore faire un bon chrono et bien représenter mon pays… »

Benjamin Steen


10km

1. Disi (RWA, Lille MA) 29’58’’; 2. Hrioued (Coq 42) 30’00’’; 3. Boutria (Antony Athlé 92) 30’37’’; 4. O. Hsain (Athleform’42) 30’40’’; 5. Charnay (Pont de Vaux 01 Pulsion) 30’45’’; 6. Bougnot (ESL) 30’48’’;

IMG_9724.JPG

7. Tatah (Athléform’42) 30’51’’; 8. Akbache (CA Montreuil) 30’55’’; 9. Musagirije (BDI, AS Rispoli) 30’56’’; 10. Jaillardon (A Calade VS) 31’04’’; 11. Poupart (AC Tassin) 31’05’’; 12. Ribeiro (EA Bourg) 31’05’’; 13. Fournel (Athleform’42) 31’09’’...; 18. Hanafi (Lyon Athlétisme) 31’42’’; 30. Maillet (AS Caluire) 32’25’’.

Femmes : 1. Niyonizigiye (BDI, AS Rispoli) 34’18’’;

IMG_9769.JPG

2. Camboulives (A St Julien 74) 34’29’’; 3. Nizigiyimana (BDI, AS Rispoli) 35’10’’; 4. Idmhand (Villeneuve d’Ascq) 35’25’’; 5. Kraytiff (CA du Roannais) 35’28’’; 6. Simbola (ESL) 35’58’’.

IMG_9798.JPG

 SEMI-MARATHON

Une semaine après sa victoire aux Foulées majolanes sur 10km (31’41’’), le Kenyan Michael Kipkemboi s’est imposé devant David Chege.

1. Kipkemboi (KEN) 1h07’28’’;

IMG_9946.JPG

2. Chege (St Germain en Lay) 1h07’28’’; 3. Baguma (BDI, AS Rispoli) 1h09’32’’; 4. Kemboi (Athlé St Julien) 1h11’40’’; 5. Chirchir (OM) 1h12’02’’; 6. Rushbrook (GBR) 1h12’20’’; 7. Robin (CABB) 1h12’36’’; 8. Muleki (Asvel) 1h13’34’’; 9. Rousseau (Free run 72) 1h14’00’’; 10. Borlido (AAAL) 1h14’15’’. Femmes : 1. Kipsang (Athle St Julien) 1h15’59’’; 2. Chemutai (UGA, AS Rispoli) 1h21’19’’; 3. Reignier (Asvel) 1h22’15’’;4. Bauda (Echirolles) 1h23’27’’; 5. Hosni (Asvel) 1h25’16’’.

Résultats du 10km

Résultats du semi-marathon

Quelques Photos

lundi, 11 novembre 2013

Foulées Majolanes. Kipkemboi se fait un nom !

IMG_9001.JPGArrivé à Lyon au mois d’Aout, Michael Kipkemboi signe une première victoire significative dans la région.

Seul du début à la fin Michael Kipkemboi a eu tout le loisir de lever la tête et d’apprécier le paysage pour découvrir une région où il vient tout juste d’emménager. Arrivé du Kenya à Lyon en Aout, le coureur des hauts plateaux n’avait pas encore eu l’occasion de briller dans le département mais s’était déjà illustré en septembre en gagnant un semi-marathon dans le Nord en 1h07’26 et en octobre en remportant le 10km de Grande-Synthe en 31’11.

IMG_9017.JPG

En remportant la 4ème édition des Foulées Majolanes ce dimanche, le coureur qui se cherche encore un club, va sans doute se faire une petite renommée dans le microcosme de la course à pied du Rhône. « Je serais aussi au départ du semi-marathon de Vénissieux la semaine prochaine avec je l’espère une grosse densité pour pouvoir réaliser un bon chrono » indique Michael qui annonce un record personnel sur semi-marathon en 1h02 et en 29’52 sur 10km. Ce dimanche le vent et l’absence de concurrence n’ont pas permis au Kenyan de se rapprocher de ses temps de référence mais nul doute que la densité et la qualité du plateau Vénissian permettront au Kenyan de démontrer l’étendue de son talent.

Chez le féminines, victoire kenyane également avec la ballade de santé de Susanne Kipsang-Jeptoo,

IMG_9033.JPG

qui termine avec près de 5 minutes d’avances sur la Burundaise de l’AS Rispoli Catherine Webomdessa.

Enfin sur 5km, belle démonstration d’Igor Bougnot

IMG_8856.JPG

qui s’impose devant son camarade d’entraînement Clément Hély tandis que l’Ardéchoise Margaux Reboulet l’emporte chez les féminines.

Résultats :

10km : 1. Kipkemboi 31’41 ; 2. Clementz (Fort-de-France) 32’29 ; 3. Prus Kipchirchir (LA) 32’58 ; 4. Grard Le Creusot) 33’18 ; 5. Kemboi (33’34) ; 6. Perraux (DMA) 34’07 ; 7. Masciotra (DMA) 34’07

IMG_9178.JPG

; 8. Germain (EACR) 34’22 ; 9. Grison (CRV) 34’30 ; 10. Veysseyre 34’31 ; 11. Liberge (Serre Chevalier) 34’46 ; 12. Kenneth (ASVEL) 34’58 ; 13. Messah (DMA) 34’58 ; 14. Plisson (BGSA) 35’12 ; 15. Lekhal (ASR) 35’19

Féminines : 1. Kipsang-Jeptoo 35’35 ; 2. Webombessa (ASR) 40’14 ; 3. Faure 40’21

IMG_9200.JPG

5km : 1. Bougnot (ESL) 15’20 ; 2. Hely (Doubs) 15’47 ; 3. Duranton (ESL) 16’21 ; 4. Chaunier (ACVS) 16’24

IMG_8864.JPG

; 5. Bouillard 16’41

Fém. : 1. Reboulet (Tain Tournon) 19’19

IMG_8830.JPG

; 2. Durupt (CSBJ) 19’51 ; 3. Matera (ESL) 21’38

IMG_8918.JPG

Les résultats

Toutes les PHOTOS

leprog.jpg

 

jeudi, 31 octobre 2013

Val Lyonnaise:Philippe Manchon signe le doublé

IMG_8716.JPGVainqueur du 15km l’an dernier, Philippe Manchon s’adjuge le 26km cette année et signe un joli doublé.

Il était venu pour ça, il a réussi son pari en s’imposant au bout de la souffrance en 1h40’15 sur le difficile parcours de 26km de la 12ème édition de la Val’lyonnaise. Rien n’a été simple pourtant pour Philippe Manchon qui a fini dans le stand des secouristes après la ligne d’arrivée franchie, vidé par l’effort.

« Franchement les 6 derniers kilomètres ont été très durs. Je suis plutôt un coureur de 10km donc passer sur 26km ce n’était pas évident et je remercie Didier Bec, l’entraîneur de Tassin et Emmanuel Meyssat, vice-champion de France de course de montagne pour tous les conseils de préparation et de nutrition qu’il m’a donné » indiquait le vainqueur après avoir récupéré de ses efforts mais aussi de ses émotions car rien ne lui a été épargné durant son parcours « Je tiens sincèrement à m’excuser car vers le 12ème kilomètre j’ai touché de l’épaule une participante dans une montée étroite et elle est tombée. Je crois qu’elle ne sait pas fait mal mais je ne voulais vraiment pas la faire tomber. Par contre, après, une personne qui a vu la scène a voulu me mettre un coup-de-poing et comme je l’ai évité il m’a poussé et franchement je trouve ce comportement très dommageable. Je regrette vraiment ces deux incidents et je présente une nouvelle fois mes excuses à la personne que j’ai fait tomber » indique le vainqueur qui se souviendra sans doute longtemps de sa matinée dans les Monts du Lyonnais.

Chez les féminines aussi l’histoire est belle avec la victoire de Géraldine Simbola qui a dû se faire violence pour son retour à la compétition suite à une tendinite au genou.

IMG_8660.JPG

« Je l’ai senti passée celle-là. Je faisais mon retour et je suis venue ici pour me faire plaisir, sans pression » indique l’athlète de l’ESL qui sera au départ à Vénissieux dans quelques semaines mais sans savoir si ce sera sur le 10km ou le 21km.

Sur le 15km, Mickaël Moissonnier a confirmé sa belle forme du moment en signant une deuxième victoire consécutive après son succès la semaine dernière à Caluire tandis que Marjorie Moron s’imposait chez les féminines devant Cynthia Wust.

>>Résultats :

>26km : 1. Manchon 1h45’15 ; 2. Tanguy 1h41’44 ; 3. JeanJean 1h43’03 ; 4. Billet 1h43’43 ; 5. Ange 1h44’18 ; 6. Duranton 1h45’12 ;

IMG_8650.JPG

7. Chamel 1h45’21 ; 8. Puillet 1h47’20 ; 9. Bournand 1h48’33 ; 10. Rey 1h49’17 ; 11. Rivoire 1h51’19 ; 12. Confort 1h51’42 ; 13. Bonnet 1h52’56 ; 14. Pomel 1h53’16 ; 15. Ferraro 1h53’31

Féminines : 1. Simbola 1h49’55 ; 2. Mensing 1h54’48 ;

IMG_8680.JPG

3. Hache 2h12’20 ; 4. Picot 2h13’59 ; 5. Carrez 2h19’33

>15km : 1. Moissonnier 53’54 ; 2. Boukerchi 54’40 ; 3. Paillasson 55’21 ; 4. Guimont 55’51 ; 5. Thivolle 57’26

Féminines : 1. Moron 59’03 ; 2. Wust 59’26 ; 3. Hosni 1h05’06

Tous les résultats

Quelques Photos

leprog.jpg


dimanche, 06 octobre 2013

Marathon de Lyon: un double record pour le RUN in LYON

IMG_7604 (1280x853).jpg18067 personnes exactement ont participé dimanche matin à la quatrième édition de Run in Lyon sur les trois distances au programme (8792 sur 10km, 7743 sur semi-marathon et 1532 sur marathon).

Jamais une épreuve de course à pied n’avait rencontré un tel succès populaire à Lyon.

IMG_7705.JPG

Cet engouement s’est doublé d’un succès sportif, le Kenyan Eliud Kiplagat (27 ans) remportant le marathon en 2h10’45’’. Il s’agit du record pour Run in Lyon, tout près du record « lyonnais » sur 42,195km (Korir en 2h9’43’’ en 1999). Un excellent chrono compte tenu de la faible densité du plateau élite et de la physionomie du parcours qui ne favorise pas la haute vitesse. Chez les femmes, la victoire est revenue comme l’an dernier à Immaculate Chemutai (2h48’54’’).

Sur le 10km, le vice-champion d’Europe de cross Hassan Chahdi s’est imposé facilement en 30’13’’.

IMG_7663.JPG

Les résultats

Marathon
Hommes
1. Eliud Kiplagat (KEN) 2h10’45”
2. Samuel Demie (ETH) 2h11’05”
3. William Biama (KEN) 2h12’27”
Femmes
1. Immaculate Chemutai (KEN) 2h48’54”
2. Gadise Fita (ETH) 2h59’41”
3. Murielle Brionne (FRA) 3h05’45”

Semi-marathon
Hommes
1. Mathieu Brulet 1h08’06”

IMG_7731.JPG


2. Julien Masciotra 1h09’06”

IMG_7749.JPG

3. Samir Baala 1h09’08”


Femmes
1. Felicitas Mensing 1h21’08”

IMG_7781.JPG

2. Odile Brakebusch-Leveque 1h25’14”
3. Anne-Sophie Pont 1h25’47”

10km
Hommes
1. Hassan Chahdi 30’13”
2. Anthony Guillard 30’40”
3. Geoffrey Clavier 31’01

IMG_7668.JPG

2449.Thierry Braillard 62'05

IMG_7725.JPG


Femmes
1. Sophie Le Beherec 37’35”

IMG_7699.JPG

2. Samantha Woodward 39’36”
3. Amélie Mettler 40’16”

Les Résultats

Les PHOTOS


leprog.jpg


jeudi, 26 septembre 2013

Le DMA était bien à l'heure

IMG_6898.JPGLe Décines Meyzieu Athlétisme a superbement organisé les championnats Lara de durée.

Mickael Thomas, du Coquelicot 42, a remporté, parmi 20 candidats seniors et vétérans, l’épreuve des 60 minutes de marche athlétique, dimanche sur la nouvelle piste d’athlétisme du parc des sports Raymond-Troussier, dont le Lyonnais Dominique Guebey

IMG_6696.JPG

, ancien spécialiste du 50 km aux Jeux olympiques de 1984. A noter aussi la présence de la cadette Jeanne Billa, championne de France du 3 000 m.

IMG_6897.JPG

Mickael Thomas, domicilié dans l’Ain, a son club dans la Loire. Il prépare en novembre prochain, le championnat de France des 50 km. Classé 2e Français du 20 km en 1 h 30' et présent en Coupe du monde à Turin en 2013, il effectue 120 à 130 km par semaine, pour tenter de réaliser une belle performance dans un mois, soit mieux que 4 h 15' au 50 km.

IMG_6682.JPG

Sous un soleil printanier, cette compétition a remporté un beau succès, d’autant qu’il était dédié à Patrick Fluixa, avec un challenge remis en jeu chaque année.

Classement masculin de l’épreuve de l’heure : 1. Mickael Thomas (Coquelicot 42) 12,555 km ; 2. Gilles Sahuc (Entente Rhône Vercors) ;

IMG_6631.JPG

3. Martin Come (Tassin)

Classement féminin de l’épreuve de l’heure :

1. Chloé Bouchet-Liou (Entente Rhône Vercors) 11,029 km ;

IMG_6653.JPG

2. Marit Naumann (Allemagne) 10,964 km ;

3. Marine Florindi (Coquelicot 42) 10,409 km.

IMG_6656.JPG

Classement des jeunes de l’épreuve des 30 minutes : 1. Jeanne Billa a parcouru 5,525 km dans la demi-heure.

IMG_7023.JPG

Tous les résultats

Les PHOTOS

IMG_6846.JPG

Marc Giono le seul disqualifié du jour après 55'....il était le seul représentant du club organisateur sur l'heure.


08:42 Écrit par La Com dans Athlétisme, Résultats | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

samedi, 10 août 2013

Mélina Robert-Michon: Une belle qualification!

993973_10201108231922162_194566439_n.jpgUn seul essai lui a suffi. Mélina Robert-Michon s'est qualifiée samedi matin pour la finale du lancer du disque aux Championnats du monde de Moscou, avec un jet à 63,16m. «C'est la première fois que je me qualifie comme ça, a-t-elle déclaré. Le scénario idéal se poursuit. L'expérience de l'an dernier, aux Jeux Olympiques de Londres, m'a pas mal servi. J'avais lancé juste en-deçà des minima et j'avais dû attendre la fin de l'autre groupe. Je me suis dit que je ne referai pas ça. Je suis soulagée. Il y en a toujours qui se font avoir en qualifications. J'ai eu de bonnes sensations. Soixante-trois mètres dès le matin, ça laisse augurer de belles choses.» La finale du lancer du disque a lieu dimanche à 18h15 (heure française).

O.P. à Moscou

lequipe_sport.gif

08:24 Écrit par La Com dans Athlétisme, Coup de Coeur, Résultats | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

lundi, 15 juillet 2013

Championnats de France, 400m: Floria Gueï, la greffe a pris

2012_1216Image0011.JPG

Huit mois après son arrivée à Lyon, la jeune Nantaise a décroché son premier titre de championne de France

Elle a déjoué les pronostics. Partie derrière Marie Gayot et Muriel Hurtis, Floria Gueï a surpris les deux favorites en comblant le décalage au bout de 200m. En tête à la sortie du virage, elle s’arrachait tellement qu’elle conservait même un centième d’avance sur la Sénégalaise ancienne championne du monde Amy Mbacké Thiam pour s’imposer en 52’’05. Objectif rempli : « C’est mon premier titre, c’est ce que j’espérais », souriait la Nantaise d’origine licenciée à Lille, installée depuis le 1er décembre à Lyon.

Après les JO de Londres (6e du 4x400m avec l’équipe de France), Floria Gueï (23 ans) avait ressenti le besoin de se lancer « dans une nouvelle aventure ». « J’avais fait le tour à l’Insep. Mon départ s’est fait naturellement, en accord avec mon ancien coach Bruno Gajer qui m’a dit : vas-y, fonce ! » L’entraîneur national et son athlète savaient qu’elle ne partait dans l’inconnu lorsqu’elle a rejoint Djamel Boudebibah, collègue du premier à la DTN et patron de la seconde en tant que responsable des relais de l’équipe de France.

2012_1216Image0021.JPG

La greffe a pris illico : « Je connaissais bien Djamel et son groupe : je n’ai pas été dépaysée », affirme cette étudiante en formation de négociateur immobilier… Ralentie l’hiver dernier par une blessure au ménisque, puis une opération mineure au printemps, elle a trouvé la bonne carburation au bon moment : « Au meeting de Nancy (52’’41), je n’avais pas réussi à me lâcher par manque de compétition. Pour les championnats de France, il fallait prendre des risques. » Assurée d’aller aux Mondiaux avec le relais 4x400m, elle n’a pas abandonné l’idée de réaliser les minima (51’’30) même s’il faudra raboter son chrono sans compter (51’’96). «Il faut que je vois avec le coach quels meetings je peux faire mais je sais que j’ai les minima dans les jambes. Il faut juste que je trouve la bonne musique. »

De notre envoyé spécial à Paris B.Steen

leprog.jpg

10:48 Écrit par La Com dans Athlétisme, Résultats | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

samedi, 13 juillet 2013

Championnats de France à Paris . Mélina Robert-Michon et Térésa Nzola Meso en or

11095_big.jpg

Et de 13 ! Mélina Robert-Michon (Lyon Athlétisme) a décroché son treizième titre national au disque ce vendredi sur le stade de Charléty à Paris. Déjà qualifiée pour les Mondiaux de Moscou (10-18 août), la Lyonnaise 5e des JO de Londres a dû se contenter d’un jet à 59,55m, sa troisième moins bonne performance de la saison loin de ses 63,75m réalisés à Gateshead lors des championnats d’Europe par équipes…

« Je n’ai jamais réussi à rentrer dans le concours, j’ai eu un moment d’absence », soufflait-elle après coup. « Cela confirme que dorénavant, j’ai besoin d’être poussée. C’est quand même décevant parce que je pensais que j’arriverais à me bouger dans n’importe quelle circonstance. » Sans concurrence, dans un stade totalement vide en ouverture de programme, ce n’était - il est vrai - pas le contexte idéal pour la Lyonnaise qui effectuera un dernier test au meeting de Monaco (19 juillet) avant de s’envoler pour la Russie des espoirs de médaille en tête.

2009_0517Image0296.JPG

Térésa Nzola Meso (Entente Sud Lyonnais), 29 ans, a pour sa part renoué avec la première marche du podium aux championnats de France cinq ans après son dernier titre acquis en 2008. La Lyonnaise s’est très largement imposée grâce à un triple bond à 13,95m (+2,7m/s) qui lui a permis de surclasser Nathalie Marie-Nely (13,37m). « C’est hyper important pour moi, je suis très contente, a-t-elle déclaré. J’ai surtout retrouvé de très bonnes sensations. C’est de bon augure. Il me reste quelques jours pour faire les minima (14,40m). »

2013_0512Image0336.JPG

Lemaitre titré avec le 4x100m
Deux autres athlètes régionales se sont illustrées : l’ancienne Décinoise désormais licenciée à Marseille Claire Perraux (ex-Navez) a conservé son titre sur 3000m steeple en prenant la deuxième place derrière la Portugaise Pinho. Et Christine Bardelle, 38 ans, décroche une nouvelle médaille en terminant 3e du 5000m dix jours après son titre aux Jeux méd’.
A noter enfin que l’AS Aix-les-Bains s’est imposée dans le 4x100m (39’’96) avec Christophe Lemaitre et Pierre-Alexis Pessonneaux dans ses rangs. Une bonne mise en jambe pour Lemaitre qui affronte ce samedi Jimmy Vicaut dans un 100m à suspense. « C’était bien de gagner ce titre, plus pour le club que pour moi. Cela m’a aussi permis de me débarrasser de la fatigue du voyage. »

B.Steen (à Paris)

Tous les Résultats

leprog.jpg

samedi, 06 juillet 2013

Avec le Meeting régional, l’Asul Bron a lancé un été d’athlétisme

IMG_7992.JPGLa grande manifestation organisée par le club brondillant, mardi soir, a lancé un été dédié à l’athlétisme à Bron. La ville accueillera les mondiaux handisport à partir du 19 juillet.

Le meeting annuel de l’Asul Bron n’a pas récolté les faveurs du ciel, mardi en fin d’après-midi, au stade Pierre-Duboeuf.

Près de 300 athlètes, pour la plupart Rhônalpins, ont bravé le vent et la pluie. Des conditions qui n’ont pas favorisé les performances sportives, malgré la nouvelle piste bleue rénovée l’été dernier. Le concours de saut à la perche masculin a même été annulé pour raisons de sécurité lorsque l’orage a éclaté.

IMG_7701.JPG

Pas de quoi décourager le club organisateur de la manifestation, et à sa tête, Sylvain Meyer, son président. « Pour des raisons financières, nous n’avons pas demandé le label national, mais c’est un meeting régional qui est très réputé et qui possède un meilleur plateau que certains meetings nationaux ».

IMG_7683.JPG

Entre les gouttes, plusieurs têtes d’affiches ont répondu présentes. Sur les pistes, Pierre-Alexis Pessoneaux (photo), champion d’Europe du relais 4x100m en 2010, étudiant à Lyon, ou encore Vanessa Boslak (photo), la perchiste licenciée à Lille et détentrice du record de France de saut à la perche. Dans les tribunes, Mélina Robert-Michon, 6e des derniers Jeux Olympiques de Londres de lancer de disque, venue encourager ses partenaires du club de Lyon athlétisme.

IMG_7858.JPG

Des petites innovations

Peu nombreux, les spectateurs ont pu profiter de la nouvelle sono, chargée d’assurer l’ambiance entre les épreuves. Autre nouveauté de cette édition 2013, des podiums,

IMG_7894.JPG

après chaque course, récompensent les meilleures performances. Une façon d’améliorer l’accueil des sportifs, gage de réussite pour Sylvain Meyer : « Si des athlètes comme Vanessa Boslak reviennent ici, alors qu’on ne rembourse pas les frais de déplacement, c’est parce qu’ils sont contents de l’accueil, et qu’ils savent qu’ils auront de bonnes performances. C’est un meeting de qualité, qui en plus bénéficie d’une bonne date ». En espérant une météo plus clémente l’année prochaine.

IMG_8104.JPG

 Jérémy Jeantet

Les résultats

Les PHOTOS

leprog.jpg

19:31 Écrit par La Com dans Athlétisme, Résultats | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

Championnats du Monde de Trail

Deux superbes places de 6ième pour mes amis du Team Terre de Running aux championnats du monde de trail à Llanrwst au Pays-de-Galles. Auxquelles il faut rajouter une médaille d'Argent par équipe pour Fabien et l'Or pour Stéphanie.

Fabien Antolinos.jpg

Stephanie Duc.jpg

Les résultats

16:35 Écrit par La Com dans Athlétisme, Coup de Coeur, Résultats | Commentaires (0) | Tags : antolinos, duc |  Facebook |  Imprimer | |

lundi, 24 juin 2013

Meeting National à Saint-etienne. Les Ligériens se font une place

IMG_5514 (1280x853).jpgÀ Saint-Étienne, le meeting organisé par le comité de la Loire a tenu toutes ses promesses : animé par des athlètes étrangers, mais aussi – et c’est nouveau – par des Ligériens bien présents dans les « grosses » finales.

Déjà, comme pour chauffer la salle, on avait vu au terme des courses régionales un jeune Érythréen caracoler en tête du 3000m ; à l’arrivée, la 10e perf mondiale de sa catégorie. Bravo Abel et merci d’être venu !

IMG_5536.JPG

On pouvait alors aborder les grosses séries ; on misait sur Crapanne dans la 3e du 800m, Boucheliga en vieux briscard, part de loin et rafle la mise.

IMG_5712.JPG

Deux Ligériens en tête, on ne pouvait espérer mieux en ouverture de ce meeting. On passera sur la seconde série, supposée meilleure mais qui « ne voulut pas suivre son lièvre ».

Dans la 3e , il y avait là Manceaux. Trop de pression ? De son propre aveu, le Roannais a commis deux erreurs, attaquant par deux fois, sans succès. Résultat, un temps moyen pour lui et une honnête 8e place dans une finale très relevée. « On ne peut pas gagner à chaque fois », commentait-il avec philosophie.

IMG_5777.JPG

Dans le 800m dames, Tiphanie Laurenson, invitée de la dernière heure, signe un joli chrono.

IMG_5650.JPG

Restait alors à voir quel serait le rôle d’Audrey Audiard dans le 3000m. Mais dès l’entame, une Érythréenne, haute comme trois pommes, allait imposer son rythme.

Seule Julie Coulaud, désormais Mulhousienne, allait pouvoir suivre cette infernale cadette de poche. Plus loin, Audrey était en compagnie d’Hélène Guet et de la Roannaise Khaddouj Krétif.

IMG_5900.JPG

Elle les dominera au finish pour prendre une belle 3e place. Quant à Miss Frezghi, elle a filé au dernier tour avec une aisance désespérante.

À la clé, un chrono de niveau mondial.

Il y avait aussi ce 5000, lancé « à un train de sénateur ». À mi-course, 4 Africains sont devant, gérant tranquillement.

En tête du groupe de chasse, Mounir Hsaïn qui en a profité, à 6 tours de la fin, pour recoller devant. Mais à 600m de la ligne, l’explication finale laisse Mounir voir filer ses adversaires, terminant tout de même à la 5e place.

Ph. Décot

Les Résultats

Les PHOTOS

leprog.jpg

lundi, 17 juin 2013

Le demi-fond à la fête au Meeting National de l’Est-Lyonnais

kDLY-jNRquL-EVF73VeoUVLBinnGsGMIfSNp45slXXM.jpgLe Meeting National de l’Est-Lyonnais, organisé cette année sur la nouvelle piste de Décines, a tenu toutes ses promesses pour sa troisième édition.

Sur le 1500 mètres, Sandra Beuvière a créé la surprise en devançant la locale de l’étape Claire Perraux (ex-Navez), double championne de France Elite en salle en titre sur 1500m, dans l’excellent temps de 4’15’’94. Cette performance permet à la Rémoise de prendre la seconde place au bilan français juste derrière Laurane Picoche (4’15’’72) et d’améliorer son record personnel de près de 4 secondes : 4’19’’73 réalisés à Marseille le 31 mai dernier. Claire Perraux, passée des couleurs du Décines Meyzieu Athlétisme à celle du SCO Sainte Margerite depuis la rentrée, espérait quant à elle mieux que ses 4’18’’63 du jour, même si cette course s’inscrivait dans une semaine d’entraînement dense. En effet, l’ingénieur en Génie Civil diplômée de l’INSA de Lyon depuis septembre dernier, va tenter de décrocher les minima pour les championnats du monde sur 3000m steeple (9’34’’30) après avoir ouvert sa saison à New York en 9’43’’70. Elodie Guégana dû abandonner à 800 mètres de l’arrivée, à cause d’une douleur au tendon d’Achille.

navez,perraux

 Chez les hommes, le Haut-Savoyard Guillaume Adam confirme son potentiel sur le 1500m, neuf jours après avoir abaissé son record personnel à 3’40’’35 lors du meeting de Montbéliard. Il remporte le 1500m en 3’41’’81 devant le Kenyan Benjamin Cheruiyot, vice champion du monde junior sur 1500m en 1998 à Annecy, en 3’41’’93 et Thomas Cattin Masson(3’43’’64). L’étudiant à l’INSA de Lyon en Génie Mécanique signe à Décines sa onzième victoire en 2013 et espère que ces 3’40’’35, quatrième performance française de l’année, lui permettront de rentrer dans des meetings encore plus rapides.

navez,perraux

 Sur 3000m steeple, la Quimpéroise Hasna Tabboussi l’emporte en 10'34"84 (record personnel à 10’15’’17 à Metz en 2010), soit la sixième meilleure performance française de l’année, devant Anne-Cécile Thévenot (10’38’’37) et Nathalie Favreau (10’41’’36). Chez les hommes, l’Espoir Jeffrey De Freitas l’emporte en solitaire et passe pour la première fois sous les 9 minutes : 8’57’’98, améliorant son record personnel de 13 secondes. Le Haut-Savoyard El Houssine Mouzountermine second en 9’08’’86.

navez,perraux

navez,perraux

Les résultats

Plus de 1500 PHOTOS plus tard dans la semaine

 

Source: Culture Athlé

378920_490278201007088_794230923_n.jpg


20:11 Écrit par La Com dans Athlétisme, Coup de Coeur, Résultats | Commentaires (0) | Tags : navez, perraux |  Facebook |  Imprimer | |

dimanche, 09 juin 2013

Championnats Rhône-Alpes: Perrossier et Biron en progrès

IMG_0906.JPGEstelle Perrossier a profité hier des bonnes conditions à Annecy pour améliorer de nouveau son record personnel sur 400 m. La jeune athlète de l’Entente Sud Lyonnais, qui avait couru l’an passé en 54’’04, avait déjà fait mieux lors du 2e tour des Interclubs (53’’35), avant de passer pour la première fois sous les 53 secondes hier aux championnats Rhône-Alpes (52’’91). La Lyonnaise devient du coup la 4e performeuse française de la saison. La journée d’hier a également souri à Emmanuel Biron. En courant en série en 10’’39 (+0,2m/s), le sprinteur lyonnais récupère sa 3e place au bilan de la saison derrière Jimmy Vicaut et Christophe Lemaitre. En finale, le Lyonnais n’a pas réussi à faire mieux (1er en 10’’47).

Principaux résultats

> HOMMES – 100m (+0,2m/s) : 1. Biron (ESL) 10’’47 ; 2. Maurice (Bourgoin) 10’’68 ; 3. Pessonneaux (AS Aix) 10’’73. Série 11 (+0,2m/s): 1. Biron (ESL) 10’’39. 400m : 1. Carrère (Décines Meyzieu A) 48’’63. Hauteur : 1. Labourel (ESL) 2,10m ; 2. Chapon (Coq 42) 2,04m. > FEMMES – 400m : 1. Perrossier (Entente Sud Lyonnais) 52’’91 ; 2. Lufutucu (Asvel) 55’’97.

Tous les résultats

leprog.jpg

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu