compteur

Avertir le modérateur

dimanche, 01 mars 2015

CHAMPIONNATS DE FRANCE (DIMANCHE AUX MUREAUX). L’heure de Chahdi ?

Affiche-2015-Championnats-de-France-Cross-Country-400x600.jpgEn pleine confiance depuis le début de l’année, le vice-champion d’Europe 2012 a une occasion en or de décrocher enfin son premier titre national senior en cross.

Avec Hassan Chahdi, quand la tête va, les jambes suivent. Et en ce moment, le crossman originaire de Cluses (25 ans) a un moral en béton. La preuve pas plus tard que la semaine dernière aux championnats de France en salle où il pose rarement les pointes. Parti bille en tête lors du 3000m («Je voulais faire une bonne séance de train en visant un chrono sous les 8 minutes », a-t-il expliqué), il a failli s’en mordre les doigts quand il a vu la meute rappliquer à 1000m de l’arrivée… Mais il a tenu bon et trouvé les ressources pour aller chercher le tout premier titre national senior de sa carrière.

« Je suis content de mon finish, appréciait-il à l’arrivée de cette épreuve normalement un peu courte pour lui. Ce n’était pas facile de voir les autres revenir mais j’ai montré que j’avais un mental de guerrier. » Une médaille d’or, surtout la première, est toujours bonne à prendre, mais ce n’est pas celle-ci qui transcende l’ancien Lyonnais désormais installé à l’Insep où il s’entraîne sous la férule de Jean-Claude Vollmer. Cet hiver, il entend surtout mettre fin à un paradoxe : meilleur crossman français du moment (champion d’Europe espoir 2009, vice-champion d’Europe 2012, 23e des Mondiaux 2011), il a toujours échoué dans sa quête du titre national. Ce n’était vraiment pas passé loin en 2011 à Paray-le-Monial (2e au sprint derrière Mohrad Amdouni). Et depuis, il a souvent fini ses hivers à rallonge sur les rotules…

Les Mondiaux de cross dans la foulée ?

Cette année, c’est l’inverse. À court de préparation aux championnats d’Europe à Samokov en Bulgarie début décembre (39e ), il monte en régime depuis janvier (record personnel aux 10km de Nice, 5e au cross du Mans). Dimanche dans la boue du circuit des Mureaux (Yvelines), il sera le grand favori : « Il faudra aussi compter avec Yohan Durand, Timothée Bommier et Abdellatif Meftah, dit-il, mais je sais depuis un mois que je serai bien. Ça ne me gêne pas d’avoir à assumer la course. »

A 25 ans, triompher de ce championnat lui permettrait de tourner encore plus facilement la page. Après deux saisons estivales sans éclair sur piste (5000m et 10000m), il a désormais pris le chemin de la route, les JO de Rio 2016 et surtout de Tokyo 2020 sur marathon pour objectif. Dans une semaine, il se testera pour la première fois sur semi-marathon à Paris où il s’attend à souffrir faute d’avoir travaillé la distance… Puis il s’aventurera sur 42,195km à Berlin à l’automne ou à Paris au printemps 2016. En attendant, il s’offrira peut-être un détour par les Mondiaux de cross (28 mars à Guiyang Chine) : « Mon coach trouve que ça ferait beaucoup, mais j’ai envie. On verra. » Quand il a le moral…

Benjamin Steen

Les chances des clubs du Rhône aux Mureaux seront essentiellement entre les mains des coureurs de Décines Meyzieu (DMA). Le champion Rhône-Alpes Julien Masciotra, en grande forme, peut espérer un Top 20. Il sera associé en équipe avec Daniel Kosgey et Eliud Sugut. Chez les femmes, Hélène Guet (DMA) vise aussi une place parmi les 20 premières, tout comme la championne Rhône-Alpes Anne-Sophie Vittet (ESL).

Le LIVE

lundi, 09 février 2015

INTERRÉGIONAUX CENTRE-EST À PONTCHARRA. Les triathlètes ont fait le tri

En s’échappant dès le départ, les triathlètes Étienne Diemunsch (1er ) et Simon Viain (2e ) ont surpris tout le monde, y compris le champion Rhône-Alpes Julien Masciotra qui complète le podium.

On aurait dit une opération concertée. Mais Étienne Diemunsch (Clermont AA) et Simon Viain (ASPTT Valence) ont juré le contraire. Si les deux triathlètes ont fait le départ pour se donner une trentaine de mètres d’avance après seulement 500m, à les écouter, c’était un pur concours de circonstances… « J’ai juste suivi », a expliqué Viain. « En fait, c’est que je ne me suis pas bien échauffé. Du coup, j’ai fait n’importe quoi. On est parti beaucoup trop vite », ajoutait l’autre détonateur. Mais à quatre semaines de leur départ pour les antipodes pour le début de la saison de triathlon, les deux compères tiennent une telle forme que leur coup de folie s’est transformé en coup de maître.

« Ça me laisse un goût amer, parce que je n’ai pas bien géré ce départ. J’aurais dû les reprendre beaucoup plus tôt. Pourtant, Diemunsch est un habitué de ce genre de stratégie. Et aujourd’hui, il était très fort », analysait après coup Julien Masciotra. Sacré champion Rhône-Alpes il y a deux semaines dans la gadoue de La Tour-de-Salvagny, le Décinois avait l’occasion de bisser dans la crasse épaisse du circuit de Pontcharra (Isère). Mais après avoir dû chasser en solitaire durant les deux tiers de la course pour revenir sur les talons du duo de tête, Masciotra n’avait plus de cartouche dans l’emballage finale. « J’étais un peu inquiet, avouait Diemunsch, parce que j’étais vraiment bien, mais une douleur apparaissait sur ma jambe gauche quand je voulais accélérer. En plus, la boue, ce n’est vraiment pas mon truc. Mais quand j’ai accéléré, Julien s’est accroché 300m avant de craquer… »

À 24 ans, le triathlète décroche pour la première fois un titre interrégional de cross : « C’est la preuve que le niveau baisse, blague-t-il à moitié. Sans Hassan (Chahdi), ce n’est pas la même course. »

Dans trois semaines, il ira aux championnats de France (1er mars aux Mureaux) sans autre ambition que d’apporter sa pierre à l’édifice du club de Clermont Auvergne Athlétisme, renforcé entre-temps par les retours du Kenya de Badredine Zioini et Timothée Bommier… « L’objectif, c’est le triathlon, mais c’est vrai qu’on se doit d’être performant sur 10km, sourit-il. Un cross, ça correspond à une bonne séance. Ce n’est pas un hasard si les frères Brownlee (les deux stars du triathlon, ndlr) en font depuis tout petit. »

D’ailleurs, après avoir craqué, Viain s’est arraché pour finaliser le doublé des triathlètes au sprint devant Masciotra, qui a sans doute laissé passer sa chance en temporisant au lieu de prendre l’initiative à son retour à l’avant. Il n’aura pas de difficulté à digérer car il n’a sans doute jamais été aussi efficace avant les championnats de France. « J’espère au moins un top 30, dit-il. Mais cette fois, faudra être réveillé au départ. Sinon, ça ne pardonnera pas. »

Femmes : Hawling double

Elle n’en revient pas. Déjà surprise par sa victoire aux Régionaux à La Tour-de-Salvagny, Beth Hawling (AS Aix-les-Bains) a remis ça à Pontcharra aux Interrégionaux. «Je pensais que je n’avais aucune chance face à des filles aussi fortes. En plus, j’avais des moins bonnes jambes qu’il y a deux semaines», a commenté la jeune Anglaise (20 ans) de passage en Savoie dans le cadre du programme Erasmus, avant de s’envoler début mars pour l’Allemagne. Hier, elle a devancé sa partenaire de club Laura Miclo. De retour de blessure (ischios), l’ancienne championne de France de cross court monte en régime pour sa première saison sur le cross long. Derrière, la Décinoise Hélène Guet réapparaît au premier plan en prenant la 4e place (2e Française) alors que la championne régionale Anne-Sophie Vittet a reculé en fin de course (5e ) : «L’état de forme commence à décliner», redoute-elle. 

Tous les résultats

Benjamin Steen

leprog.jpg

dimanche, 08 février 2015

Championnats interrégionaux de cross à Pontcharra: Une place à prendre

En l’absence d’Hassan Chahdi, la demi-finale des championnats de France est très ouverte. Une chance pour les Décinois Masciotra et Kosgey ?

Finalement, Hassan Chahdi a préféré Mondeville (lire par ailleurs) à Pontcharra (Isère) sur le chemin des championnats de France de cross (1er mars aux Mureaux). Tant pis pour le spectacle, car c’est toujours un spectacle quand le Haut-Savoyard tient une telle forme. Tant mieux aussi pour le suspense des championnats interrégionaux centre-est (Ligues Rhône-Alpes et Auvergne).

photo-joel-philippon (4).jpg

Photo: Joël Philippon

En réalité, l’absence du meilleur crossman français du moment semble laisser le champ libre à l’Éthiopien tenant du titre Haile Masha (Clermont AA). Mais un an après avoir disposé au sprint du Kenyan de Décines Meyzieu (DMA) Eliud Sugut sur le circuit d’Annonay, il devra composer avec les Rhônalpins qui ont l’air de se rapprocher. En particulier les hommes en bleu du DMA. Pas Sugut, actuellement en phase de reprise, mais le vainqueur des championnats du Rhône Daniel Kosgey devrait trouver à Pontcharra un parcours à son goût, a priori très roulant autour d’un stade et en sous-bois. Ce n’est pas franchement pour avantager Julien Masciotra qui préfère les bains de boue comme il l’a démontré il y a deux semaines à La Tour-de-Salvagny en décrochant le titre régional, mais il va vite en ce moment… « Je miserais bien sur Daniel », pronostique leur coach commun Bastien Perraux. Le Burundais Onesphore Nkunzimana (AS Rispoli), les autres Clermontois Munyutu et Diemunsch, le Grenoblois Julien Rancon ou encore les coureurs du Fac Andrézieux Thibaud Nael et Nicolas Gacon seront également à surveiller.

Chez les femmes, en l’absence de la tenante du titre Martha Komu, les animatrices des Régionaux, l’Anglaise Beth Hawling (AS Aix-les-Bains) et la coureuse d’Entente Sud Lyonnais Anne-Sophie Vittet ont l’occasion de rejouer leur duel. Enfin, la course juniors garçons aura de l’allure. Entre le prodige franco-suisse Julien Wanders (EA de l’Arve), le prometteur Anthony Pontier (Clermont) et l’Algérien d’Oyonnax Kenzi-Ahmed Saidia, c’est une vraie répétition des championnats de France.

> Interrégionaux à Pontcharra à partir de 11h00.

En savoir plus

B.Steen

leprog.jpg

lundi, 26 janvier 2015

Julien Masciotra d’humeur boueuse

photo-joel-philippon (5).jpgTrès à l’aise dans la boue du parcours de la Tour-de-Salvagny, le Décinois (29 ans) a pris le meilleur sur son partenaire de club kenyan Daniel Kosgey pour remporter son premier titre régional. Il y a 6 ans, Julien Masciotra portait encore les couleurs de l’US Oyonnax.

Plus ça tombait et plus il avait le sourire. « Quand j’ai vu cette semaine qu’il n’arrêtait pas de pleuvoir et de neiger, je savais que ça jouait en ma faveur. » En débarquant au Parc de l’Hippodrome de la Tour-de-Salvagny (Rhône), Julien Masciotra n’a pas été déçu. Le bourbier espéré était bien là.

Une boue bien grasse, bien gluante, sur plusieurs centimètres qui a valu à quelques malchanceux d’y laisser leurs pointes… « A chaque foulée, il fallait forcer pour ressortir les pieds. Ça partait dans tous les sens », râlait après coup Julien Rancon.

julien-masciotra-s-est-paye-le-luxe-de-couper-la-ligne-d-arrivee-devant-les-etrangers-photo-joel-philippon.jpg

Sur un vrai parcours de cross, qui n’a d’hippodrome que le nom, il fallait d’abord veiller à rester debout dans les dévers. « Forcément, ça bouleverse la hiérarchie », admet Masciotra.

Suivez son regard. Grand favori, son partenaire kenyan au club de Décines Meyzieu Athlé, Daniel Kosgey, s’y est embourbé. Incapable de développer sa foulée, le vainqueur des championnats du Rhône n’a pas supporté les coups de boutoir de Masciotra dans les parties les plus techniques.

Également accompagnés depuis le départ par le spécialiste de course en montagne Julien Rancon (EA Grenoble) et le champion de la Loire Nicolas Gacon (Fac Andrézieux), le duo ne tolérait finalement que le jeune triathlète Simon Viain (ASPTT Valence).

Mais Julien Masciotra ne pouvait pas laisser passer cette occasion de décrocher son premier titre régional, alors qu’il avait buté sur Hassan Chahdi (absent cette année) en 2010 à Mably (2e).

« Ce n’est pas parti très vite, racontait-il. Au troisième tour, j’ai pris la décision de durcir. Je savais que les parties boueuses m’avantageaient. En plus, la longue ligne droite ne permettait pas de revenir avec ce vent de face. Mais Simon m’a donné du fil à retordre. »

Récompense pour son opiniâtreté

Cela valait bien un grand sourire et un doigt levé en franchissant la ligne. Ce n’est pas tous les ans que le champion Rhône-Alpes passe la ligne en vainqueur devant les étrangers : « Dans des conditions de course normales, Daniel (Kosgey) aurait été devant. C’est vraiment le crossman pur. Il faudra se méfier de lui aux championnats de France (1er mars aux Mureaux). Mais ça fait plaisir de gagner. »

A bientôt 30 ans (il les aura le 14 mars), l’athlète originaire de Nantua, passé par les clubs d’Oyonnax et de Grenoble et sélectionné une fois en équipe de France espoir (championnats d’Europe 2006 à San Giorgio su Legnano), tournait autour de cette récompense depuis des années.

Une opiniâtreté sans faille malgré un emploi du temps chargé pour cet ingénieur en génie civil d’un bureau d’études de Saint-Priest : « L’été, c’est difficile car je dois passer beaucoup de temps dehors. En revanche, l’hiver, je fais des horaires de bureau qui me permettent de bien me préparer. » Et ça ne rigole pas à l’entraînement dans le groupe de Bastien Perraux, où il croise le fer tous les jours avec un bataillon de Kenyans et de Burundais : « Ça stimule ».

Et maintenant ? Il sera forcément attendu dans deux semaines aux Interrégionnaux à Pontcharra (8 février). « On verra parce qu’il va falloir s’entraîner fort pendant dix jours en vue des championnats de France. Et a priori, ce sera roulant… » Que dit la météo d’ici là ?

Vittet y prend goût

Deuxième derrière l’Anglaise Beth Hawling, la Lyonnaise a confirmé son titre de championne du Rhône.

photo-joel-philippon (1).jpg

Quand les chaperons du contrôle antidopage lui sont tombés dessus, Anne-Sophie Vittet (Entente Sud Lyonnais) les a accueillis avec un grand sourire : « C’est la première fois ! » Décidément, c’était la journée des premières pour la Lyonnaise. Deuxième de la course féminine derrière la jeune Anglaise Beth Hawling (AS Aix-les-Bains), elle a surtout décroché son premier titre régional, deux semaines après avoir survolé les championnats du Rhône.

Dans la boue de La Tour-de-Salvagny, l’ex-athlète de l’AS Aix-les-Bains et de Lyon Athlétisme n’a pas volé sa victoire devant la Kenyanne Jeronoh – qui a certes perdu une chaussure à mi-course -, la championne de la Loire Adeline Roche, l’ancienne Internationale Hélène Guet ou encore Laura Miclo. Bref, il y avait du monde derrière, mais Anne-Sophie Vittet n’est plus la même depuis cette saison. Ancienne championne de France cadette du 1 500 m steeple, avant un arrêt de deux ans en espoir, cette Villeurbannaise s’est relancée cette année en rejoignant le groupe d’entraînement de Philippe Rémy où elle effectue ses séances avec les garçons : « Elle est passée de 40/45 kilomètres par semaine à 80/90 kilomètres, explique le coach lyonnais. À haut niveau, c’est indispensable. Comme elle est réceptive et qu’elle a des capacités, ça fonctionne. » Septième de Marseille-Cassis à l’automne, cette passionnée de cani-cross explose cet hiver : « En ce moment, même avec de la fatigue, je fais des bonnes séances. Aujourd’hui, je me sentais facile. C’est pour ça que j’ai pris la course à mon compte jusqu’à ce que l’Anglaise me relaye… »

Un relais très appuyé qui a permis à Beth Hawling (20 ans) de l’emporter. À la grande surprise de cette étudiante en français et en allemand installée en Savoie jusque début mars : « J’aime la boue, dit-elle. Mais je n’avais pas gagné depuis si longtemps… »

L’hommage à Moussa Barkaoui

Il aurait dû courir le cross court des championnats Rhône-Alpes. Quarante-huit heures après son décès des suites d’une crise cardiaque survenue à l’entraînement, le souvenir de Moussa Barkaoui (43 ans) a accompagné tous les coureurs à La Tour-de-Salvagny. Une minute d’applaudissements a été dédiée à l’ancien international de cross devenu coach au Fac Andrézieux. « C’était le gentleman des pelotons », lui a rendu hommage le vice-président de son club Eric Legat. Une expression qui résume bien cet excellent demi-fondeur dont la gentillesse était unanimement appréciée. Moussa Barkaoui sera enterré mardi (12 h 50 à la Mosquée d’Andrézieux).

Benjamin Steen

Tous les résultats

Les superbes photos de Joël Phlippon du Progrès

leprog.jpg


lundi, 12 janvier 2015

Championnats du Rhône à Grigny

Fabien Fuster s’accroche à sa belle histoire

Deuxième derrière le Kenyan Daniel Kosgey, le Lyonnais a décroché son troisième titre départemental, le deuxième de suite, malgré une grave blessure qui l’a handicapé deux ans et dont il ressent toujours les effets.

daniel-kosgey-chebii-a-fait-une-demonstration-de-force-a-grigny-ou-il-n-a-ete-ralenti-que-par-les-cailloux-j-ai-du-faire-attention-a-mes-chevilles-dit-il-le-kenyan-de-decines-meyzieu-sera-.jpg

Cela commence à ressembler sinon à un « règne », du moins à une belle petite série. Déjà champion du Rhône 2011 et 2014, à chaque fois à Décines où il résidait jusque cette année, Fabien Fuster a réalisé la passe de trois ce dimanche sur le circuit de Grigny où on n’avait plus couru de cross depuis 19 ans. À l’époque, Jacques Maréchet y avait décroché l’un de ses treize titres départementaux… C’est tentant, mais impossible d’établir un début de comparaison selon Fabien Fuster : « Vis-à-vis des glorieux aînés tels que Jacques, c’est un honneur, disait-il à l’arrivée, le long du bassin de joûtes en bordure du Rhône. Mais je ne leur arrive pas à la cheville ! »

Malaise et paralysie du côté droit

Question talent intrinsèque, peut-être, car le coureur de Lyon Athlétisme est avant tout un exemple d’opiniâtreté. Petit, il a longtemps dû porter un corset et se dépatouiller avec une cheville bloquée. Après des années d’efforts, ça ne l’avait pas empêché d’arracher un premier titre départemental senior. Mais une mauvaise chute allait immédiatement après le stopper deux ans : « La moelle épinière a été touchée, raconte-t-il. Peu à peu, j’ai commencé à avoir des malaises et à perdre toute la sensibilité côté droit. Je commençais à être très inquiet. Tous les spécialistes que je consultais ne trouvaient rien. Finalement, la solution est venue d’un osthéo. »

Une année lui sera nécessaire pour recouvrer ses moyens avant son second titre… « Il va de mieux en mieux, mais il n’est pas encore tout à fait à 100 %, confie Jacques Maréchet. On le fait très peu courir pour l’épargner. A la reprise, ce n’était vraiment pas gagné. Et encore cette semaine, il était loin d’être le meilleur du groupe à l’entraînement. »

Il faut croire que les départementaux le subliment : « Je ne pensais pas que je serais aussi bien que ça », souriait-il après avoir manœuvré au plus juste dans la foulée du Kenyan Daniel Kosgey Chebii. Grandissime favori de la course, mais hors concours pour le titre puisqu’il est étranger, l’athlète de Décines Meyzieu a comme prévu imprimé un train d’enfer : « ça allait vite pour nous, mais c’était un footing pour lui. Il en avait sous le pied », selon Fuster. Un par un, les coureurs ont quand même décramponné jusqu’à ce qu’ils ne se retrouvent plus que trois avec Samir Tatah (Décines Meyzieu Athlé également). « On savait que ce serait le plus dangereux pour le titre, expliquait Jacques Maréchet. Fabien a su se servir de Daniel pour lâcher Samir. Il a été très intelligent. Et très fort aussi parce qu’il n’est pas un spécialiste de ce genre de parcours rapide. Lui, c’est plutôt les bosses et la boue ! Mais j’ai tout de suite vu qu’il était dans le coup. C’est sa course ! C’est vraiment quelqu’un qui le mérite. »

Et maintenant ? « Je ne vois qu’à court terme, dit-il. Je ne pense qu’aux Régionaux (25 janvier à La Tour-de-Salvagny). » Ce sera une paire de manches mais sa saison est d’ores et déjà réussie…

Vittet sur le bon chemin

Anne-Sophie Vittet était venue pour faire troisième : « Je pensais qu’Emmie (Charayron) et Hélène (Guet) seraient au-dessus. » La première est en fait en Nouvelle-Zélande. Quant à la seconde, qui défendait son titre, elle n’est plus tout à fait aussi concernée : « Je m’entraîne beaucoup moins, dit-elle. Mes priorités ont changé. Mon objectif est juste d’aller aux championnats de France avec mon compagnon. Aujourd’hui, je savais que je prendrais une tarte (sic). »

anne-sophie-vittet-s-est-imposee-devant-helene-guet-et-geraldine-simbola-en-imprimant-le-rythme-toute-la-course-photo-maxime-jegat.jpg

La bonne formule

L’ancienne internationale y va un peu fort. Le suspense a tenu jusqu’au dernier tour, quand Anne-Sophie Vittet était toute surprise de prendre son envol: « Hélène est une fille super-forte, dit-elle. Je suis vraiment contente de la battre pour la première fois. »

L’ancienne championne de France cadettte du 1 500 m steeple a beau faire l’étonnée, elle était presque la grande favorite. Septième à l’automne de Marseille – Cassis, elle a trouvé à 25 ans la bonne formule. « En espoirs, j’avais arrêté deux ans, raconte cette comptable installée à Villeurbanne. A ma reprise, je me suis entraînée avec Jacques (Maréchet), Yvan (Bourdeau), Jimmy (Jean-Joseph) avant de travailler avec Philippe (Rémy) et de m’entraîner avec des athlètes de l’Insa. Avec eux, je me suis mise à faire du long. J’ai perdu du poids. Je crois que c’est ce qu’il me faut. »

De quoi lui ouvrir l’appétit : « Je vais faire toute la saison de cross, mais l’objectif, c’est de me qualifier pour les championnats de France sur 3 000 m steeple. »

Inséparables

Ce fut sans conteste la plus belle bataille des championnats du Rhône. Incapables de se départager sur 3,2 km à tombeaux ouverts, Julien Masciotra, Naïm Mekraldi (Décines Meyzieu) et Igor Bougnot (Entente Sud Lyonnais) ont terminé le cross court au sprint. Tenant du titre, ce dernier avait quelques mètres de retard avant l’emballage, mais a su faire parler ses qualités de finisseur pour revenir sur les Décinois. Dans un dernier sursaut, Mekraldi parvenait à rester à la hauteur de Bougnot. Les deux hommes coupaient la ligne dans un même élan. En l’absence de photo-finish, les juges ont décidé de les classer ex aequo.

photo-maxime-jegat.jpg

Toutes les photos sont de Maxime Jegat

B.Steen

Tous les résultats

Quelques photos des vétérans

lundi, 15 décembre 2014

CROSS DU MAMELON À DÉCINES. Soukhal et Kosgey Chebii s’imposent

IMG_2662.JPGLa sociètaire de Lyon Athlé et le licencié du club organisateur ont remporté la 44e édition.

Après Oullins (La Bachasse) et Saint Priest (Les Myriades) en novembre, la coupe du Rhône de Cross faisait étape ce dimanche à Décines.

La 44° édition du cross du Mamelon, compétition à label régional et doyenne de ce type d’épreuves dans le département a proposé un beau plateau.

D’abord en quantité puisque le club organisateur du Décines Meyzieu Athlétisme (D.M.A.) en accueillant 820 coureurs a battu un nouveau record mais également au niveau du spectacle proposé.

Sur un circuit qui en janvier dernier avait déjà servi de support aux championnats du Rhône, les spécialistes de la discipline s’en sont donnés à coeur joie par une douce journée et de surcroît sur terrain sec.

Sur la course reine masculine, le kenyan du Décines Meyzieu AthLétisme, Daniel Kosgey Chebii a mené de bout en bout pour s’imposer facilement en moins de 29 minutes et une minute d’avance sur ses poursuivants qui ont lutté au sprint pour les autres places du podium.

IMG_3180.JPG

La course féminine a vu la belle victoire de l’espoir algérienne Hadjer Soukhal,licenciée à Lyon Athlé, devant sa camarade de club Anne Le Cunuder et la sociétaire de l’ASVEL et première vétéran, Florence Reignier.

IMG_3250.JPG

Sur le cross pour tous, le local Julien Masciotra s’est imposé avec 53 secondes d’avance alors qu’en féminines, c’est la jeune Solène Flurian, non licenciée qui franchissait la première la ligne d’arrivée.

IMG_2483.JPG

Les résultats

Espoirs et seniors hommes (8946 mètres): 1. Daniel Kosgey Chebii (Décines Meyzieu Athlétisme) 28’56, 2. Sylvain Chaumelle (CO Champagne) 29’ 56, 3. Ignacio Sanchez Garcia (EA Bourg) 29’ 58.

Equipes: 1. Asvel ,2. Lyon Athlé, 3. Entente Ouest Lyonnais.

Femmes (Espoir,senior et vétéran (4731 mètres): 1. Hadjer Soukhal (Lyon Athlé) 17’25, 2. Anne Le Cunuder (Lyon Athlé) 17’34, 3. Florence Reignier (Asvel) 17’ 50.

Equipes: 1. Asvel, 2. AC Tassin.

Juniors: 1. Thibault Larpin (Lyon Athlé) 18’ 38, 2. Océane Chauvet (AC Villefranche) 19’ 44.

Cross pour tous

Hommes: Julien Masciotra (DMA) 18’ 08

Femmes: 1° Solène Flurian (NL)

Vétérans: Philippe Robin (CA Bellegarde) 31’22.

leprog.jpg

Tous les résultats

Les PHOTOS

lundi, 01 décembre 2014

CROSS DES MYRIADES: Nizigiyimana triple la mise en beauté

IMG_2031.JPGLauréat en 2011 et 2012, Ezechiel Nizigiyimana signe son retour à Saint-Priest en s’offrant une troisième victoire devant l’Ethiopien Kumbi.

Bloqué à Marseille l’an dernier à la Légion Etrangère pour faire ses classes, Ezechiel Nizigiyimana a repris ses bonnes habitudes hier après-midi au complexe sportif Pierre Mendes France de Saint-Priest.

Kumbi, lièvre de luxe

IMG_2316.JPG

Favori, le Burundais, diminué par une tendinite ces dernières semaines, a réalisé une course tactique parfaite en laissant ses adversaires mener durant la majeure partie de la course avant de porter son attaque dans le dernier tour.

IMG_2337.JPG

« Il faut vraiment féliciter l’Éthiopien Kumbi qui a fait un boulot exceptionnel devant durant les trois quart de la course » confiait d’ailleurs à l’arrivée Pierre Pompili, l’entraîneur d’Ezechiel impressionné par le train imprimé par Kumbi.

Si l’Éthiopien a fait forte impression durant sept kilomètres, Nizigiyimana a pour sa part parfaitement bien mener son affaire en attendant le dernier tour pour porter son estocade et reprendre les commandes de la course avant de lâcher définitivement son dauphin dans les derniers 200m au terme d’une dernière accélération qui en dit long sur son état de forme.

« J’ai vu que l’Ethiopien était un peu moins bien sur la fin et ça m’a donné confiance » explique Ezechiel qui apprécie particulièrement cette victoire après quelques semaines de doute.

« J’étais un peu moins bien ces derniers temps. Je pensais à ma tendinite au talon mais là tout c’est bien passé et cette victoire est très importante pour la confiance et pour la suite de la saison » explique l’athlète de 25 ans qui participera la semaine prochaine à la corrida de Genève avant de s’attaquer aux grands cross internationaux en début d’année 2015.

Derrière les deux hommes, seul le Kenyan Abel Maina Ndemi est parvenu à suivre le rythme endiablé du dernier tour avant de lâcher prise dans l’emballage final et d’accuser 19 secondes de retard à l’arrivée.

Plus loin, le vice-champion de France de semi-marathon James Theuri n’a pu faire mieux qu’une 5e place derrière le Kenyan de Décines Daniel Kosgey (photo).

IMG_2328.JPG

Si la course homme a tenu toutes ses promesses, la Russe Kristina Danilenko a éclaboussé la course femme de toute sa classe.

IMG_2142.JPG

Après une première partie de course prudente dans le sillage de la Grenobloise Magalie Bernard, Danilenko a pris les choses en main en imprimant un train d’enfer et en laissant Susan Kipsang et Bernard loin derrière se disputer la seconde place.

IMG_2032.JPG

« Tout s’est passé comme nous l’avions espérer avec mon coach. Je savais en début de course que j’avais les moyens de gagner et j’ai bien respecté les consignes » indiquait la lauréate qui succède au palmarès à sa compatriote Elena Sedova victorieuse en 2013.

IMG_2047.JPG

Tous les résultats

Les Photos

Les photos du Progrès

IMG_2217.JPG

samedi, 29 novembre 2014

CROSS DES MYRIADES : Nizigiyimana en terrain conquis

IMG_1073.JPGDouble vainqueur du cross de Saint-Priest en 2011 et 2012, le Burundais de l’équipe de la Légion étrangère sera ce dimanche le grand favori, malgré de récents résultats en demi-teinte.

Depuis qu’il a rejoint l’équipe de la Légion étrangère, Ezechiel Nizigiyimana avait disparu de la région. Deux ans après son second succès consécutif au cross des Myriades en 2012, le Burundais va faire son retour à Saint-Priest demain. Sur un tracé qu’il maîtrise à la perfection, l’ancien athlète de l’Asvel Villeurbanne partira avec une immense pancarte de favori dans le dos, même si ses derniers résultats (13e de Marseille-Cassis) n’ont pas le lustre de ce qu’ils furent en 2012 (1er des 20km de Paris).

Il aura à surveiller ses compatriotes Onesphore Nkunzimana (également double vainqueur des Myriades en 2009 et 2010) et Eric Niyonsaba. Mais la menace devrait davantage venir du récent champion de France de semi-marathon James Theuri, du Kenyan Abdel Maina Ndemi ou encore de l’Éthiopien Bechere-Tura Kumbi, deuxième la semaine dernière des 10km de Vénissieux. À suivre aussi le Russe Andrey Minyakov et le Lyonnais Guy Rouania, actuellement en grande forme.

Côté femmes, les Russes Kristina Danylenko et Marina Kovalova sont annoncées, mais les Burundaises Francine Niyionizigiye et Godelieve Nizigiyimana devraient être difficiles à lâcher. Les chances régionales seront défendues par la Grenobloise Magali Bernard, la Décinoise Hélène Guet et la Lyonnaise Anne-Sophie Vittet.

IMG_0797.JPG

> Le cross des Myriades, ce dimanche au stade Mendès-France de Saint-Priest.

Début des épreuves à 9h30. Cross des As femmes à 15h00. Cross des As hommes à 15h30.

Le Programme

Les principaux engagés

 

10553757_815935988448026_1895580870540311589_o.png

 

10749900_815936115114680_3496904161504227075_o.png


B.Steen

leprog.jpg

lundi, 17 février 2014

CHAMPIONNATS INTERRÉGIONAUX (ANNONAY). Thévenot monte d’un cran

IMG_4002 (683x1024).jpgToujours placée, l’athlète de l’US Oyonnax installée à Lyon a décroché sa première victoire dans des championnats Interrégionaux. Chahdi et Cheruiyot absents, l’Ethiopien Haile s’est imposé chez les hommes.

Il y a deux semaines aux championnats régionaux à Aix-les-Bains, Anne-Cécile Thévenot (27 ans) avait fait forte impression (2e ). Une prestation éclipsée par la victoire d’Emmie Charayron qui soufflait une fois encore la victoire à l’athlète de l’US Oyonnax (institutrice dans l’est lyonnais) qui ne s’était plus imposée aux Régionaux ou aux Interrégionaux depuis les championnats Rhône-Alpes 2010… Deux fois deuxième en 2013, elle a hier brisé le cycle dans le Parc de Déomas à Annonay. En l’absence d’Hélène Guet, Thévenot largement dominé la marathonienne Aline Camboulives (2e ) tandis que la triathlète Emmie Charayron, en pleine préparation hivernale, échoue cette fois au pied du podium.

IMG_3914.JPG

Chez les hommes, les deux grands animateurs des Régionaux manquaient à l’appel. Le Kenyan Benjamin Cheruiyot souffre depuis sa victoire à Aix-les-Bains d’une inflammation à la cheville, tandis qu’Hassan Chahdi était malade. L’Éthiopien de Clermont-Ferrand Haile Masha en a profité pour l’emporter d’un souffle devant le Kenyan de Décines Meyzieu Eliud Sugut (1er des championnats du Rhône) qui l’a poussé à disputer un sprint à couteaux tirés.

IMG_4107.JPG

Le Stéphanois Mounir Hsain, déjà troisième des Régionaux, complète le podium. La saison s’achèvera dans deux semaines aux championnats de France au Pontet (2 mars).

IMG_4110.JPG

 B.Steen

leprog.jpg

Tous les résulats

Des Photos

lundi, 13 janvier 2014

Fabien Fuster, c’est fabuleux !

IMG_3142.JPGDéjà vainqueur surprise des championnats du Rhône en 2011 à Décines, le coureur de Lyon Athlétisme a remis ça, sur le même circuit du Mamelon après avoir été gravement malade et manqué deux saisons.

C’est sa course ! Déjà vainqueur surprise des championnats du Rhône de cross en 2011 à Décines, Fabien Fuster a remis ça hier sur le difficile circuit du Mamelon. Bon, les circonstances lui ont facilité les choses. Le tenant du titre, Renaud Jaillardon, et son dauphin, Fernando Da Silva, étaient forfaits. D’autres costauds avaient choisi de disputer le cross court. Et le dernier favori restant, Guy-Noël Rouania, a été fauché en pleine course par un point de côté l’obligeant à stopper deux fois. Cela dit, la sensation n’est pas moins forte, car Fabien Fuster revient de très loin.

«Deux années d’arrêt à essayer de trouver de quoi je souffrais»

Il y a trois ans, le coureur de Lyon Athlétisme était rapidement passé de la joie d’avoir décroché la plus belle victoire de sa carrière au cauchemar, en raison d’un mal mystérieux responsable de malaises et d’une paralysie du côté droit du corps. « C’était un problème de moelle épinière dû à un choc, explique-t-il. Un jour, il m’a fallu 1h05 pour faire trois kilomètres soutenu par mon père. Avec une canne, il allait plus vite que moi ! Après deux années d’arrêt à essayer de trouver de quoi je souffrais, c’est finalement un ostéopathe qui a remis les choses en place… »

IMG_3194.JPG

Autorisé à reprendre la course à pied en début 2013, il en était à l’époque bien incapable. « En septembre, il était encore à la rue, très loin derrière les autres gars du groupe », témoigne son coach Jacques Maréchet. A bientôt 29 ans, ce comptable aurait eu toutes les raisons de s’estimer déjà heureux de marcher. Mais ce n’est pas le genre… « Je sais que je n’ai pas beaucoup de talent, admet-il. Mais je compense avec le travail. J’ai repris sérieusement l’entraînement en octobre à raison de cinq ou six séances par semaine. C’est allé de mieux en mieux. Pendant les vacances, j’en ai profité pour doubler. Je savais que j’avais une petite chance. »

« Il n’a aucun talent, rectifie son coach. Son seul talent, il est dans la tête. Petit, il a dû porter un corset pendant deux ans et il a une cheville bloquée. Voilà pourquoi il court un peu voûté avec cette impression d’amortir la foulée. C’est quelqu’un qu’on montre en exemple au club. Cette victoire, c’est la victoire de la pugnacité. »

De quoi transformer, en tout cas, son rictus de douleur en large sourire dans les derniers mètres, tandis qu’il avait le titre assuré, loin toutefois derrière le Kenyan Eliud Sugut Kimutai (hors concours car étranger). Déjà que sa victoire en 2011 avait eu une sacrée saveur, « celle-ci a encore plus de valeur d’autant que je suis né à Décines et que j’ai toujours vécu ici », souligne-t-il. D’ores et déjà comblé, il va maintenant enchaîner les championnats régionaux, interrégionaux jusqu’aux championnats de France… Avec un seul objectif : « Y arriver sans être malade ni blessé. La dernière fois que je les ai courus, j’ai fini 115e … »

 

IMG_3030.JPGGuet à la cool, Charayron dans le rythme.Entre elles, c’est une longue histoire… Et les deux dernières championnes du Rhône de cross, Emmie Charayron (2012) et Hélène Guet (2013), ont encore transformé l’épreuve en duel. Avantage cette fois à la Décinoise qui s’est envolée au train… « Je me suis accrochée le plus longtemps possible, mais Hélène, c’est Hélène… », disait Charayron sans rien regretter.

D’ailleurs, les deux jeunes femmes pouvaient avoir le sourire. Alors qu’elle envisage l’athlétisme avec beaucoup plus de recul depuis deux saisons, Guet ne va visiblement pas moins vite que lors de ses grandes années : « Je me suis fait plaisir, expliquait-elle. J’apprends à courir autrement et essayant d’être beaucoup relâchée qu’avant. Cela marche parce que je suis beaucoup mieux dans ma tête. Aujourd’hui, j’ai couru sur l’euphorie.»

IMG_2923.JPG

Pour son premier cross de la saison, Charayron était elle-aussi à la recherche de « sensations » après une année 2013 à oublier. Le résultat est concluant : « Je savais que je n’étais pas mal vu mes chronos à l’entraînement, mais c’est toujours bien de le valider en compétition dans un contexte différent. De courir contre Hélène me donne un bon repère », expliquait la championne d’Europe de triathlon 2011 avant de filer directement pour l’Alpe d’Huez où elle s’installe régulièrement pour des courts séjours de quatre jours depuis l’automne dernier. Au programme, natation, course à pied et même ascension à vélo de la montée aux 21 virages… Un menu casse-pattes qui ne l’empêchera pas de disputer les championnats régionaux et interrégionaux de cross.

Benjamin Steen


Tous les résultats

Les PHOTOS: Album 1 - Album 2

vendredi, 13 décembre 2013

Championnat de france universitaire de cross-country: L’INSA Lyon récidive !

IMG_1889.JPGDéjà sacrée en 2012, l’équipe masculine de l’INSA Lyon a récidivé cette année en s’adjugeant le titre de champion de France universitaire par équipe de cross country. Valentin Pepiot (Besançon) et Floriane Chevalier (Pharma Clermont/AC Bourges) se sont imposés en individuel.

Quatre cent vingt-trois étudiants (six cents initialement inscrits) ont bravé le froid et le brouillard de l’écrin du complexe Mendès-France de Saint-Priest, théâtre des championnats de France Universitaire 2013 de cross-country.

Et comme en 2012, l’équipe masculine de l’INSA, emmenée par le quatuor Bougnot -Lambert-Hely-Basset est montée sur la plus haute marche du podium. Les Insaliens devançant in extremis (de cinq points) la redoutable formation de l’UT3 Paul Sabatier de Toulouse et l’université de Lorraine.

IMG_1929.JPG

Chez les filles, les Toulousaines portées par la vice-championne de France Jacquet, ont relégué quant à elles les féminines de l’école d’ingénieur lyonnaise à la seconde place, équipe constituée de Riccitiello-Bailly-Basset-Mercat.

IMG_1927.JPG

En individuel, le titre est revenu chez les filles à l’expérimentée Floriane Chevalier de l’école de Pharmacie de Clermont-Ferrand et pensionnaire de l’AC Bourges. « Je me suis sentie bien dès l’entame. J’ai alors attendu un tour pour me mettre dans le bain. Puis le parcours très technique m’a permis de faire plusieurs relances et de m’échapper seule » s’est réjoui la Berruyère qui a validé son billet pour les Mondiaux universitaires qui se tiendront en Ouganda en mars prochain. Chevalier qui sera notamment accompagnée du Bisontin Valentin Pepiot (Doubs Sud Athlé),

IMG_1810.JPG

victorieux chez les hommes devant le Tourangeau Collenot, qu’il ajusta au sprint. Déception côté rhodanien où Igor Bougnot (INSA Lyon) n’a pris que la huitième place, laquelle devrait le priver des championnats du monde.

IMG_1828.JPG

Tous les résultats

Quelques Photos

leprog.jpg

 

lundi, 25 novembre 2013

CROSS DES MYRIADES : La seconde jeunesse de Cheruiyot

IMG_1078.JPGLe Kenyan (32 ans) installé à Meyzieu a remporté une éclatante victoire devant son compatriote Salim.

Il n’y avait pas foule pour voir ça dans les bourrasques de vent glacial du stade Mendès-France à Saint-Priest. Mais Benjamin Kipkurui Cheruiyot a offert une démonstration hier après-midi au cross des Myriades. Un sacre annoncé qui plus est! En découvrant qu’il avait le dossard n°2, un an après sa deuxième place derrière le Burundais Ezechiel Nizigiyimana (absent cette année), il avait assuré qu’il aurait le n°1 en 2014: «Je suis en forme après ma victoire à Pontcharra (Isère). Je vais gagner.» Pari tenu!

IMG_1146.JPG

Cela n’a pas été facile pour autant. «Avec ce froid, j’avais du mal à respirer», grimaçait après coup ce personnage aussi délicieux en civil qu’hargneux les pointes aux pieds. Son compatriote Saiti Salim a pu le constater en tentant plusieurs fois de le décramponner. A chaque passage dans la bosse à escalader cinq fois, il prenait quelques longueurs. Mais à chaque fois, Benjamin Cheruyiot faisait parler sa puissance pour recoller avant de s’imposer au finish grâce à ses qualités de miler. Une victoire presque à domicile pour le Kenyan installé à Meyzieu depuis son arrivée en France en 2011. Ancien recordman du monde junior du 1000m, il avait fui son pays sans sa femme et ses trois enfants après avoir tout perdu lors de la guerre civile. Alors qu’il pesait 80kg (pour un poids de forme de 57kg!), il a aussitôt relancé sa carrière auprès du coach décinois Bastien Perraux. Quelques mois lui ont suffi pour courir à nouveau en 3’35’’20 sur 1500m au meeting de Bottrop (Allemagne). «Je me suis entraîné très fort pour ça. Revenir à ce niveau a été une surprise et une immense satisfaction», dit-il.

IMG_1161 (1280x853).jpg

Un retour qu’il a eu du mal à confirmer l’été dernier en raison d’une suite de blessures aux ischios et au tendon d’Achille. «J’ai peut-être trop couru sur route et ma situation n’est pas facile», explique l’athlète licencié à l’AS Aix-les-Bains qui affiche la photo de Christophe Lemaitre sur son téléphone portable. Avec le retour à Lyon de son coach parti un an en Alsace, et les retrouvailles avec son épouse même si ses enfants sont toujours au Kenya, ce pur talent n’a pas tardé à s’exprimer à nouveau. Tout l’automne, il a fait le sparring-partner pour Bob Tahri en préparation pour le marathon de New York. Il en tire les bénéfices: «Il commence à retrouver un équilibre. Il va être très fort», pronostique Perraux.

Alors qu’il passera en 2014 sur 5000m, il espère en profiter auparavant aux championnats de France de cross au Pontet (2 mars). Un résultat à la hauteur de son talent pourrait en plus donner corps à ses envies d’équipe de France....


IMG_0907.JPGElena Sedova n’a pas fait le voyage pour rien. La jeune Russe (23 ans), qui repart cette semaine pour sa Sibérie à Novosibirsk, a terminé hier victorieusement une prolifique tournée en France marquée par ses victoires au semi-marathon Saint-Pol – Morlaix et au cross du Val de Marne la semaine dernière à Créteil. La vice-championne de Russie et championne d’Europe espoir par équipes de cross a fait cavalier seul. « A Volvic hier (samedi), le terrain était très glissant et je n’ai pas insisté (7e). Ici, le sol convenait beaucoup mieux à ma foulée », a-t-elle commenté.

IMG_0821.JPG

La Russe, qui n’ira pas aux championnats d’Europe à Belgrade (8 décembre) a devancé la championne régionale et inter-régionale Magali Bernard qui avait pris la 4e place la veille à Volvic. Un bon week-end pour la Grenobloise qui observe une forme de coupure après une grosse saison en 2012 avec des sélections aux Mondiaux de semi (31e ) et aux championnats d’Europe de cross (28e ). « Je m’entraîne peu, assure-t-elle. Je cours juste pour me faire plaisir. Je verrai où cela me mène. »

Tous les résulats

Les PHOTOS

Album 1

Album 2

Benjamin Steen

leprog.jpg


16:33 Écrit par La Com dans Athlétisme, Cross, Résultats | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

samedi, 23 novembre 2013

Cross des Myriades: La 21e édition c’est demain

138409_small.jpgLa 21e édition du cross des Myriades est lancée. Mélina Robert-Michon, vice-championne du monde de disque et Hyacinthe Deleplace, médaillé de bronze aux championnats du monde handisport d’athlétisme en sont les parrains. « Ce cross constitue un événement d’envergure rassemblant tous les âges, confie ce dernier qui s’est vu décerner la médaille de la ville. Je ne pourrai malheureusement pas y participer, mais j’aurai une pensée pour les participants qui devront composer, selon les prévisions de la météo, avec un froid intense. La compétition promet d’être rude. »Le cross des Myriades peut s’appuyer cette année sur des parrains prestigieux : Mélina Robert-Michon et Hyacinthe Deleplace.  Photo Sarah Djazouli

Photo Sarah Djazouli

Pérenniser la manifestation

« Il s’agit pour nous d’un challenge à relever consistant à pérenniser la manifestation qui a passé le cap des 20 ans avec succès, renchérit Philippe Treynard, le directeur du service des Sports. Ainsi, pour cette édition, nous avons introduit deux nouveautés, à savoir l’organisation du championnat de France universitaire programmé pour le 12 décembre, ainsi qu’une modification du parcours. »

2012_1125Image0348.JPG

Un tracé plus rapide

Un changement justifié par les aménagements effectués sur le site du Parc de loisirs du Fort. « Nous proposons un circuit avec un tracé certes plus rapide, mais qui comporte plus de virages et de bosses, précise Jacques Maréchet, le secrétaire général du club de l’ASPTT. Une évolution qui devrait plaire aux coureurs comme aux spectateurs. Mais que les débutants se rassurent, la petite et la grande boucle restent toujours d’actualité, afin d’ouvrir la course à tous. » Comme à l’accoutumée, le cross des Myriades accueillera des coureurs de calibre international. « Le Burundais Ezechiel Nizigiyimana, déjà vainqueur des deux dernières éditions, tentera de réaliser la passe de 3, confirme Jacques Maréchet. Mais il n’aura pas la partie facile face aux trois Kenyans et au Français James Theuri, vice-champion de France sur 10 km route, qui pourrait créer la surprise. Chez les femmes, Francine Nyonzigiye, vainqueur ce dimanche des 10 km de la Foulée Vénissiane, est en très grande forme. Avec 3 victoires au compteur sur les Myriades, elle est la favorite logique de cette édition. L’opposition promet toutefois d’être intéressante avec la présence d’une délégation russe et de Julie Coulaud, championne de France sur 1 500 m. »

2012_1125Image0203.JPG

La locale Anne-Sophie Vittet

Comme à l’accoutumée, le cross Usep du 19 aura donné le ton de l’ambiance bon enfant qui animera la grande fête du dimanche 24 novembre. « Nous ambitionnons de réunir l’an prochain les trois collèges de la commune », informe Eric Nallet, le président délégué de Lyon Athlétisme

Le programme

leprog.jpg



10:58 Écrit par La Com dans Actualité, Athlétisme, Cross | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

lundi, 28 janvier 2013

Championnats Rhône-Alpes à Parilly: Hassan Chahdi, tout le plaisir est pour lui

2013_0127Image0651.JPGLe vice-champion d’Europe a fait très forte impression sous la pluie glaciale qui tombait hier sur le Parc de Parilly. Même si ce n’étaient « que » les Régionaux, le voilà rassuré à un mois des championnats de France.

Hassan Chahdi a décidément les yeux de l’amour pour le cross : « Je me suis fait plaisir », soutenait-il hier, un petit sourire aux lèvres, à la sortie de la tente où il s’était réfugié pour se changer à sa descente de la plus haute marche du podium. Une pluie fine à vous glacer les os n’avait pourtant pas cessé de tomber toute l’après-midi sur les championnats Rhône-Alpes où le vice-champion d’Europe n’a plus à faire ses preuves.

Venu pour donner un coup de pouce à son club de l’AA Bonneville, le jeune Villeurbannais (23 ans) en a profité pour faire ses gammes au milieu d’un bloc de travail en salle axé sur la vitesse en vue d’un 3000m au meeting de Val de Reuil (12 février). « La semaine dernière, j’avais vraiment des sales sensations », révélait-il hier après-coup. Mais ce pur crossman de grand style se sent pousser des ailes dès qu’il plante les pointes dans la boue, ce qui ne lui était plus arrivé depuis le cross d’Edimbourg il y a trois semaines (19e en étant malade). « J’y ai pensé en courant, confirmait-il hier. En cross, ça passe tout seul. »

2013_0127Image0579.JPG

Il lui a donc suffi de quelques foulées pour balayer les (petits) doutes qui l’accompagnaient au départ. Il oubliait aussitôt ses intentions préalables de laisser la course se dessiner avant d’intervenir. « J’ai tout de suite senti que j’étais bien. Du coup, j’ai quand même décidé de prendre mes responsabilités parce que je me suis dit que je suis le vice-champion d’Europe, et que si je les laissais mener, ils allaient me détester. » Seul Mounir Hsain put suivre le train, encouragé par… Chahdi lui-même qui aurait aimé être accompagné un peu plus longtemps sur ce circuit sans relief : « Pour moi, l’objectif était de m’accrocher le plus longtemps possible pour faire le trou avec le 3e et de m’accrocher pour finir », expliquait le Stéphanois qui lâchait finalement prise peu après la mi-course avant de résister à Julien Rancon (3e ). Hassan Chahdi pouvait finalement lâcher les chevaux, « pour (se) tester » avant de reprendre véritablement le travail long la semaine prochaine.

2013_0127Image0595.JPG

Alors qu’il ne recourra plus de cross d’ici les championnats de France (3 mars à Lignières-en-Berry), il peut espérer – sauf accident – en finir dans un mois avec les deuxièmes places en grands championnats, deux ans après son sprint pour le titre perdu sur le fil contre Morhad Amdouni à Paray-le-Monial. « Aujourd’hui (hier), c’était tout bénéf pour la confiance. Ça fait du bien d’avoir des bonnes sensations et surtout de gagner, parce que ça fait longtemps que je n’avais plus gagné un cross (depuis les Interrégionaux 2011 !). C’est important même si ce sont les Régionaux. Quand on fait des grosses courses relevées, on se fait plaisir différemment, mais pas autant qu’avec une victoire ! »J’ai décidé de prendre mes responsabilités parce que je me suis dit que je suis le vice-champion d’Europe et que si je les laissais mener, ils allaient me détester Hassan Chahdi

Magali Bernard à toute vitesse

2013_0127Image0486.JPGL’Internationale grenobloise, passée dans une autre dimension depuis un an, a survolé le cross long

En une année, Magali Bernard (27 ans) en a parcouru du chemin. Battue par Hélène Guet l’an passé aux Régionaux dans la neige sur l’hippodrome d’Aix-les-Bains, la Grenobloise a comme un symbole survolé la course hier à Parilly. Entre-temps, cette ancienne triathlète poids plume (1,65m ; 50kg), désormais à 100 % coureuse à pied, a changé de dimension. Huitième des championnats de France 2012, elle a surtout connu dans la foulée ses deux premières sélections en équipe de France aux Championnats du monde de semi-marathon (31e ) puis aux championnats d’Europe de cross (28e ). « J’ai changé beaucoup de choses dans mon entraînement, et cela a mis du temps à payer, explique ce maître-nageur à la Tour-du-Pin. Cela m’a permis de vivre une saison exceptionnelle. J’ai eu l’impression qu’à chaque foulée j’évoluais. » Plutôt « routière », elle n’envisageait pas de faire une saison de cross. « Mais je me suis dit que la perspective de faire les Europe était intéressante… »

2013_0127Image0417.JPG

Malgré sa victoire très nette hier, pas sûr qu’elle poursuivra la saison dans les labours. « Je ne sais pas si j’irai aux Interrégionaux (10 février à Riom). Tout dépendra de mon mari (Florian Aureille). On fait les choses ensemble. S’il y va, j’irai. Mais je ne sais vraiment pas de quoi sera fait la suite de ma saison. »

Deuxième hier, Anne-Cécile Thévenot sait en revanche qu’elle sera dans le Puy-de-Dôme dans deux semaines. Blessée sept mois l’an passé, l’instit’lyonnaise licenciée à l’US Oyonnax veut donner un prolongement à sa belle deuxième place d’hier. « Quand Magali est partie, cela ne m’a pas traversé l’esprit d’essayer de la suivre tellement elle allait vite. Mais j’ai eu un second souffle… Je suis contente car ça revient. Mais j’ignore ce que je peux attendre aux Inter. Je manque encore trop de repères. »

2013_0127Image0465.JPG

> Abandon pour Guet

Hélène Guet a abandonné après 1500m de course hier. La championne du Rhône ne souffrirait d’aucune blessure et devrait pouvoir poursuivre sa saison.

Benjamin Steen

leprog.jpg

 

Tous les Résultats

Les Photos

lundi, 14 janvier 2013

Hélène Guet se prend en main

2013_0113Image0543.JPGLa championne du Rhône s’entraîne désormais toute seule. Mais avec une certaine réussite.

Certes cette année la concurrence n’était pas franchement au rendez-vous de ces championnats du Rhône. Après 500 mètres de course, Hélène Guet avait déjà fait le trou. Néanmoins l’athlète de Décines Meyzieu Athlétisme a laissé entrevoir de belles promesses. Très affûtée, Hélène n’a jamais faibli et terminait avec plus d’une minute d’avance sur sa dauphine, Géraldine Simbola. Pourtant depuis le départ de son entraîneur Bastien Perraux pour Strasbourg en septembre l’ancienne vice-championne de France de 5000m n’avait plus de structure d’entraînement et l’interrogation planait quant à son niveau de forme avec ces championnats départementaux. « Avec Bastien nous avions commencé à concocter un entraînement à distance mais ça ne fonctionnait vraiment pas.

2013_0113Image0522.JPG

Donc, d’un commun accord, nous avons mis un terme à notre collaboration. Depuis je m’entraîne seule. Je me sers de ce que je faisais avec Bastien ainsi que des programmes de mon premier entraîneur Claude Lundi, mais c’est vrai que ce n’est pas évident toute seule. Parfois je n’ai pas trop envie. Mais j’ai deux amis qui m’aident, m’encouragent et me donnent des conseils. On verra bien où cela va me mener, je ne sais pas si sur la durée, ça peut marcher mais au moins maintenant, je fais ce que j’ai envie », explique Hélène qui malgré sa nette victoire n’est pas repartie totalement rassurée de Belleville et se prépare donc sans trop de repères à disputer les championnats régionaux dans 15 jours à Parilly : « Je savais qu’Emmie n’était pas en grande forme mais j’ai été un peu surprise qu’elle lâche si tôt. Du coup, je n’ai pas pu aller à la bagarre et c’est justement dans ce domaine que j’ai des interrogations. On verra comment ça se passe dans 15 jours car aux championnats régionaux, là c’est sûr que ce sera plus relevé. »

F.P

Les résultats

Les Photos

leprog.jpg

17:49 Écrit par La Com dans Athlétisme, Coup de Coeur, Cross, Résultats | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

CHAMPIONNATS DU RHÔNE (BELLEVILLE). Le grand jour de Renaud Jaillardon

2013_0113Image0723.JPGL’international de course de montagne a arraché le titre départemental sur ses terres à la fin d’un coude à coude épique avec le vainqueur sortant Fernando Da Silva

Heureusement que Renaud Jaillardon et Fernando Da Silva s’entendent bien, paraît-il ! Autrement, cela aurait pu très mal finir vu ce qu’ils se sont mis pendant une demi-heure hier au complexe sportif de Belleville. En définitive, cela s’est simplement joué à couteaux tirés entre gentlemen le long de la main courante d’un terrain de football où il fallait virer deux fois à angle droit dans les 150 derniers mètres ! Évidemment, cela a frotté, mais les deux hommes ont chacun fini sur leurs jambes, Jaillardon ventre à terre, et Da Silva à plat ventre…

« Fernando a commis une petite erreur, racontait le crossman du club de l’Athlé Calade Val de Saône. Il est entré le premier dans le virage en prenant l’extérieur comme sur piste. J’ai vu l’ouverture, j’ai pu avoir deux ou trois appuis plus rapide et c’était fait ! » Une quarantaine de mètres plus loin, quatre secondes séparaient le nouveau champion du Rhône de son dauphin vainqueur de l’édition 2012. Soit l’écart le plus important enregistré de toute la course entre les deux hommes qui ne se sont pas lâchés d’une semelle.

 2013_0113Image0726.JPG

Une semaine après son chrono canon aux 10km de Nice (30’12’’), le Portugais de Lyon Athlétisme s’est pourtant escrimé à placer de multiples petites mines. Sans résultat : « Après ma gastro de la semaine dernière et la course de Nice, j’étais un peu fatigué, regrettait-il. À la fin j’avais même envie de vomir. C’est une grosse déception parce que je voulais conserver le titre. Mais Renaud était costaud. Sur ce terrain, je perds beaucoup d’énergie sur mes appuis alors qu’il passe sans problème. Il mérite son titre ! »

Pour se consoler, il pourra toujours se dire qu’il a fait très mal à Jaillardon qui fut parfois à la limite de la rupture. Mais le crossman installé à Saint-Jean-d’Ardières juste à la sortie de Belleville, jouait à domicile… « Je suis vraiment surpris par ma perf’, avouait-il l’arrivée. Intrinsèquement, Fernando était plus fort que moi. Plusieurs fois, je me suis retrouvé à deux ou trois mètres. Mais j’avais un moral d’acier : j’étais chez moi, avec ma famille et mes amis autour et c’est incroyable comme ça porte ! À cause d’une petite blessure à la fin de l’automne, j’ai dû beaucoup charger ces dernières semaines à l’entraînement. Mais aujourd’hui (hier) je n’ai rien senti dans les jambes. C’est comme si je m’étais reposé toute la semaine. »

À bientôt 27 ans, il décroche ainsi son deuxième titre de champion du Rhône, quatre ans après avoir remporté le cross court des départementaux déjà à… Belleville. La suite de sa carrière avait été émaillée d’un long chapelet de blessures à l’insertion du tendon d’Achille qui avait contrarié son ascension en course de montagne où il compte deux sélections en Bleu (44 e et 46 e des Mondiaux 2011 et 2012). Débarrassé de ses soucis depuis l’an dernier («A force, j’ai appris à me connaître »), il rattrape le temps perdu. Prochain objectif : la trail Givré à Montanay (3 février) pour la première étape du Trail tour national, ce qui le détournera sans doute des Régionaux de cross (27 janvier à Parilly). « L’objectif principal reste la montagne », dit-il. En tout cas, la base de travail est très solide.

Benjamin Steen

Les résultats

Les Photos

leprog.jpg

dimanche, 16 décembre 2012

Cross des Papillotes: Les Résultats !

2012_1125Image0086.JPG

LE CROSS DES PAPILLOTES

Tous les Résultats !

12:30 Écrit par La Com dans Actualité, Athlétisme, Cross | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

Cross des papillotes: Mensing a bien digéré

2011_1211Image0827.JPGDernier rendez-vous 2012, le Cross des Papillotes semble avoir trouvé la bonne recette avec plus de 650 participants dans les différentes courses au programme de la journée. « Cette année la course est programmée un peu plus tôt et ne tombe pas pendant le premier week-end des vacances, je pense que cela explique en partie cette belle assistance » confie Béatrice Pfaender, la responsable technique du club de Miribel Cotière Athlétisme.

Sur le parcours sinueux du Parc de la Sathonette de St Maurice de Beynost, les athlètes ont offert un beau spectacle avec des courses animées et relevées. L’athlète de l’ESL Félicitas Mensing a parfaitement géré sa course en partant prudemment avant de prendre le meilleur sur sa coéquipière Géraldine Simbola. « J’ai vraiment eu du mal à récupérer après la Saintélyon que j’ai gagné en équipe mixte, et j’ai dû renoncer au cross du Mamelon la semaine dernière. Ici j’avais plutôt prévu de courir doucement pour reprendre le rythme mais rapidement le naturel a repris le dessus et je suis passée devant » explique Félicitas qui va maintenant pouvoir passer de bonnes fêtes de fin d’année avant de faire son retour sur les terrains le 13 janvier à l’occasion des championnats départementaux à Belleville.

La belle image de la journée est venue de Romain Cabart qui levé le pied à quelques mètres de l’arrivée pour attendre son coéquipier Guy Noel Rouania. « Nous avions fait quasiment toute la course ensemble, c’était normal de partager la première place » confiait après coup Romain qui visera cette année une qualification aux championnats de France de Cross.

Résultats :

> Masculins (6180m.) :

Cad. : 1. Jerbi (ACVS) 23’09 ; 2. Chanel (EAB) 23’56 ; 3. Debize (ASVEL) 24’22

Jun. : 1. Petit (LA) 22’21 ; 2. Copetti (ESL) 23’00 ; 3. Mainard (ESL) 23’13

Esp. : 1. Hanafi (ASVEL) 21’31 ; 2. Court (ESL) 21’49 ; 3. Lambolez (ESL) 22’03

Sen. : 1. Cabart (LA) 21’01 ; 2. Rouania (LA) 21’01 ; 3. Fellague (ASCUL) 21’03

Vet. : 1. Picout (ASVEL) 21’51 ; 2. Lefebvre (EAB) 23’02 ; 3. Magand (AFA) 23’10

> Féminines (5380m.) :

Jun. : Desroches E. (ASVEL) 23’12 ; 2. Lauquin (ASVEL) 23’49 ; 3. Roger (ACT) 24’32

Esp. : 1. Lebrun (ACT) 23’16 ; 2. Pallieres (SBJ) 27’16 ; 3. Nallet (Chassieu) 29’57

Sen. : 1. Mensing (ESL) 20’21 ; 2. Simbola (ESL) 21’00 ; 3. Vittet (LA) 21’06

Vet. : 1. Roche (ASC) 24’18 ; 2. Vannobel (ESL) 24’38 ; 3. Achard (ASC) 24’52

leprog.jpg

mardi, 11 décembre 2012

Hassan Chahdi veut en profiter

489372612.JPGIl revient de très loin, Hassan Chahdi. Blessé aux ischios et proche du renoncement l’été dernier après un nouvel échec sur piste, le jeune crossman haut-savoyard installé à Villeurbanne (23 ans) n’a donc pas boudé son plaisir après sa 2 e place aux championnats d’Europe de cross dimanche dans le « frigo » de Budapest. « Je suis très content, affirmait hier le 4 e de l’édition 2011. C’est ma première médaille internationale chez les seniors. J’espérais mieux, mais j’ai tout donné et l’Italien (Andréa Lalli) était au-dessus du lot. »

Pouvait-il espérer mieux d’ailleurs ? Sans doute pas vu les circonstances. Vendredi, il crut en effet ne pas pouvoir joindre Budapest en raison d’un incendie dans la tour de contrôle de l’aéroport. La délégation bleue arriva finalement à bon port par bus (via Vienne) après un voyage éreintant… « Ça ne pouvait pas être pire », résume Chahdi même si ses jambes n’en ont pas subi les conséquences. Il valait mieux car le champion d’Europe espoir 2010 a dû prendre ses responsabilités : « Je voulais une course au train, raconte-t-il. Je suis parti sur un rythme normal mais personne ne m’a suivi sauf Lalli. On s’est retrouvé à deux. On s’est un peu tiré la bourre jusqu’à ce qu’il me lâche… »

L’essentiel était de monter sur le podium : « C’est une médaille qui permet de passer un cap, avoue-t-il. Ces dernières semaines ont été dures. Pas au niveau physique parce que j’étais frais. Mais psychologiquement, j’attendais beaucoup de cette course. »

Il entend maintenant surfer sur ce nouvel élan. Alors qu’il coupait habituellement après les championnats d’Europe, il va cette fois enchaîner avec le cross de Bruxelles (23 décembre), la Corrida des Houilles (30 décembre), le cross d’Edimbourg (5 janvier), le cross Ouest France au Mans (13 janvier), plus une sortie en salle sur 3000m. « C’est la première fois que je ferai ces cross à l’étranger. J’ai envie de me faire plaisir et de m’étalonner face aux étrangers avant de penser aux championnats de France (3 mars à Lignières). » Quant aux Mondiaux (à Bydgoszcz le 24 mars), il s’interroge : « On verra. Ça dépendra du programme pour la saison estivale que je ferai sur 5000m et 10000m. » Son prochain défi.

Bientôt un nouveau coach

Séparé de Bastien Perraux depuis l’été dernier, Chahdi va continuer de travailler avec le jeune coureur Benoît Calandreau qui l’assiste depuis la rentrée. Mais il devrait se rapprocher d’un nouveau coach : « J’attends une réponse pour bientôt », dit-il.

B.Steen

leprog.jpg

Cross du Mamelon: Les Résultats !

2012_1209Image0460.JPG

Les Résultats

08:48 Écrit par La Com dans Cross, Résultats | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu