compteur

Avertir le modérateur

dimanche, 07 décembre 2014

SAINTELYON 2014 – Bringer impose sa fraîcheur, Gobert son expérience

saintelyon2014-YM-Quemener721-e1417944588976.jpgPatrick Bringer et Maud Gobert ont remporté au petit matin l’édition 2014 de la SaintéLyon. Une première victoire pour le Clermontois – en mémoire de son ami Sébastien Bresle – et un 4e succès pour la skieuse de Valloire.

10669198_10152870089311063_2621838237188603783_o.jpg

Une SaintéLyon ne serait pas une SaintéLyon sans des conditions de courses difficiles. Cette année, pas de glace sur la route ni de congères sur les bas-côtés, mais un vent frisquet, de la pluie à la limite de la neige, une température juste supérieure à 0°C, et un terrain plutôt gras auront rendu la progression difficile pour les 14 000 engagés de l’édition 2014.

La suite sur le site Trail Endurance Mag

Félicitations mes amis: Catherine Alfano- Pisu , Joelle Pontus, Patricia Bonhomme,Valerie BonnardelChristophe AucanAurélien Caillet

10301446_420860264737745_1000812964642972379_n.jpg

Sebastien VitaleAlex Pouchet ,Christophe Lapierre,

10518835_10204790146086558_275789320284166265_n.jpg

Philippe Neri, Fabien Juillard, Manu-Raph Renaud Meyzieu....

Les Photos du Progrès


10:49 Écrit par La Com dans Course sur route | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

samedi, 22 novembre 2014

FOULÉE VÉNISSIANE DIMANCHE. Excès de vitesse à prévoir

dimanche-23-novembre-2014-09-00-00-Sport-35eme-Foulee-venissiane-2014_article.pngC’est du jamais vu à la Foulée vénissiane. Les inscriptions ont dû être stoppées dès jeudi après que les 1750 dossards prévus par les organisateurs ont tous trouvé preneurs… Du coup, de nombreux élites se sont retrouvés le bec dans l’eau. Dommage pour eux car c’est l’un des 10km (et semi-marathon) les plus rapides de la région. Mais l’épreuve tracée principalement dans les allées du Parc de Parilly (en sens inverse cette année) pourra quand même compter sur un plateau de tout premier choix.

Sur le 10 km, ce sera très dense en présence de l’Éthiopien Bechere Tura Kumbi et de Guillaume Adam (5e des championnats de France élites de 1500m) qui vient de courir en 29’31’’ à Lausanne. À suivre aussi, le Kenyan de Décines Daniel Kosgei et ses partenaires d’entraînement Othmane Hsain, Samir Tatah et Mounir Akbach. À signaler chez les femmes la présence de l’internationale de course en montagne Christel Dewalle et de la Lyonnaise Anne-Sophie Vittet actuellement en grande forme. Sur le semi-marathon, peu de surprise à attendre puisque le Kenyan de Décines Eliud Sugut (2h14’57’’ au marathon de Rennes et vainqueur du semi de Beaune) est au départ.

IMG_9657.JPG

Foulée vénissiane, dimanche. 10km à 9h00 et semi-marathon à 9h25.

B.Steen

lundi, 17 novembre 2014

La Course des Irréductibles :.512 « irréductibles » ont couru à Sathonay-Village

Sathonay-Village est une petite commune de 2 200 âmes située au Nord de Lyon. Cette bourgade était samedi, le point de chute de 512 sportifs. Paire de runnings bien lacés au pied et lampe frontale « scotchée » sur la tempe, les coureurs se sont ainsi élancés du parc de la Mairie sur l’un des trois parcours proposés à l’occasion de la 7e édition de la course en semi-nocturne des Irréductibles.

Au menu, un peu de bitume et beaucoup de sentiers de sous-bois rendus boueux par la pluie. « Le concept de partir de jour et d’arriver de nuit plaît de plus en plus », remarque Guillaume Schroll, l’organisateur du club de Décines Meyzieu athlétisme.

IMG_0407.JPG

L’homme est aussi président de l’association des Sourires de Niongono, un village du Mali, pour lequel tous les bénéfices sont destinés. Une double casquette qui explique le côté sportif mais aussi caritatif de l’épreuve qui a séduit la marraine de l’année, Estelle Perrossier, championne d’Europe du 4x400m : « J’ai été sensible à l’aspect humanitaire de cette course. Je soutiens moi-même des actions du même genre au Togo. Les côtés convivial et familial de cette épreuve m’ont également touchée ».

IMG_0429.JPG

C’est donc dans cette atmosphère, presque champêtre mais non moins professionnelle, que Marc Simon, de l’ASVEL athlétisme, a remporté le 4,5 km en 19’51’’. « Après trois années ponctuées de blessures, j’ai repris en juillet dernier. Moi qui suis coureur de 400 m, j’ai dû me faire violence ! ». Le 13 km a été remporté par Loïc Burlet  (à droite sur la photo)du Décines Meyzieu athlétisme,

IMG_0527.JPG

en 52’10’’. Enfin, David Martin, de Sallanches athlétisme, s’est imposé sur le 22 km en 1h31’38’’: «Il fallait être vigilant sur ce parcours piégeant. D’autant que j’étais là pour préparer la SaintéLyon », a-t-il expliqué.

IMG_0561.JPG

Les Résultats

Quelques Photos

 

lundi, 10 novembre 2014

FOULÉES MAJOLANES. Des foulées toujours plus relevées

Si les foulées majolanes ont toujours du mal à drainer la grande foule, elles attirent en revanche de plus en plus d’athlètes de haut niveau pour offrir des courses relevées.

IMG_9550.JPG

Avec près de 350 inscrits sur le 5km et le 10km la 5e édition des foulées majolanes ont certes attiré plus de monde que l’an dernier, mais la participation est encore loin de certaines autres épreuves qui se disputent à l’automne dans le département. En revanche au niveau de la qualité du plateau, peu d’épreuves dans le Rhône peuvent se targuer d’avoir une telle densité d’athlète.

La formule de la course bientôt changée

« Bastien Perraux, nous aide beaucoup pour monter un tel plateau mais c’est vrai que nous aimerions attirer plus de monde. Il y a beaucoup de courses en novembre, donc nous réfléchissons pour changer notre formule et basculer sur une course le samedi soir, en centre-ville, la semaine avant noël » indique Pauline Schroll, du club de Décines Meyzieu Athlétisme et responsable des foulées Majolanes, qui espère ainsi toucher un plus large public.

IMG_9568.JPG

Sur le 10km le favori avant la course, le Kenyan Eliud Sugut a fait le travail en bouclant le parcours en 30’34, devant son compatriote et coéquipier de Décines, Daniel Kosgei. Après 5 kilomètres sur un rythme relativement lent, Eliud Sugut haussait le ton et prenait seul les commandes de la course pour signer sa première victoire dans l’épreuve « Je suis plus un coureur de semi et de marathon donc il faut au moins 5 kilomètres pour que mon corps se mette dans le rythme. Je suis venu à Meyzieu surtout pour préparer le semi-marathon de Vénissieux », indique le Kenyan qui s’est classé 8e du marathon de Rennes en 2h14 il y a un 15 jours.

Chez les féminines, les deux amies Godelieve Nizigiyimana et Mercelyne Jeronoh sont restées aux coudes à coudes pendant 8 kilomètres avant que la première nommée ne prenne la poudre d’escampette pour signer une nouvelle victoire après son succès aux 10km de Caluire il y a 3 semaines.

IMG_9602.JPG

Sur la course de 5km, tout aussi relevée, le coureur de Montreuil Mounir Akbache l’emporte d’une petite seconde d’avance sur le Stéphanois Othmane Hsain en 15’01.

Chez les féminines, la locale de l’épreuve Claire Perraux n’a évidemment eu aucune difficulté pour s’imposer en 16’32. « Je suis en pleine préparation pour les championnats du monde d’Ekiden, un marathon en relais par équipe, qui se tiendront au Japon le 24 novembre prochain », indique Claire qui va privilégier la piste cette saison au détriment du cross, où elle suivra un programme allégé cet hiver.

IMG_9433.JPG

Résultats :

10km : 1. Sugut (DMA) 30’34 ; Kosgey (DMA) 31’01 ; 3. Musagirije (ASR) 31’33 ; 4. Kipsang 31’50 ; 5. Babad (ACVS) 31’55 ; 6.Battani32’46 ; 7. Grard 32’47 (Le Creusot) ; 8. Magnin (EOL) 33’20 ; 9. Hernandez 33’23 ; 10. Gras 33’40 ; 11. Soriano 34’03 ; 12. Martin (coq42) 34’04 ; 13. Exbrayat 34’04 ; 14. Laquet 34’05 ; 15. Balas 34’41

Féminines : 1. Nizigiyimana (ASR) 36’44 ; 2. Jeronoh 36’59 ; 3. Sid 40’15 ; 4. Musset (ESL) 41’16 ; 5. Canaguier (ASVEL) 41’45

5km : 1. Akbache (Montreuil) 15’01 ; 2. Hsain (DMA) 15’02 ; 3. Tatah (DMA) 15’12 ; 4. Masciotra (DMA) 15’13 ; 5. Etes (Monaco) 15’46

IMG_0301.JPG

Fem. : 1. Perraux 16’32 ; 2. Rotsaert (AFA) 20’41 ; 3. Carpentier 22’31

Les Résultats

Les PHOTOS

leprog.jpg

samedi, 08 novembre 2014

Claire Perraux et Eliud Sugut aux Foulées majolanes

1538889_623873224399663_418489294123867286_n.jpgGros plateau dimanche matin au départ des Foulées majolanes à Meyzieu. La championne de France du 3000m steeple Claire Perraux est annoncée sur le 5km, tout comme Julien Masciotra et Othmane Hsain ou encore Brice Etes. Sur le 10km, Eliud Sugut,

IMG_6545.JPG

récent 3e du marathon de Rennes (2h14’57’’), sera au départ face à Daniel Kosgei et Richard Musagirije.

Départ à 9h30 (5km) et 10h15 (10km), chemin du gravier blanc à Meyzieu. 300 coureurs sont attendus. Inscriptions possibles sur place (10 et 15 euros).


Ouverture à la Bachasse

Première manche de la Coupe du Rhône de cross, le cross de la Bachasse à Oullins ouvre ce dimanche la saison.

Début des épreuves à 10h20.

TRAIL LUT BY NIGHT

P4060020.JPGLa nuit aussi leur appartient

Déclinaison nocturne du Lyon Urban Trail créé en 2007, le LUT by night va réunir la nuit prochaine plus de 4 000 concurrents pour sa première édition.

La scène se déroule le 22 février 2013. Il fait si froid que les bouches crachent de la fumée. A cheval sur les collines de Fourvière et de la Croix-Rousse, une grosse centaine de coureurs à pied s’amuse à monter et descendre les escaliers et les ruelles des vieux quartiers de Lyon, encore et encore, jusqu’au bout de la nuit. Ils participent aux « Milmils », une organisation « pirate », sans chrono ni déclaration en préfecture, à la fréquence très aléatoire. Le but du jeu : courir jusqu’à ce que le GPS indique 1 000 m de dénivelé positif en cumulé…

Une bonne occasion de tester les frontales avant la SaintéLyon

Créé il y a quinze ans par deux anciens spécialistes des raids-aventure, Pascal Lillaz et Arnaud Borron, ce concept aussi « foutraque » qu’avant-gardiste avait déjà inspiré l’agence Extra Sports quand la société organisatrice de la SaintéLyon avait imaginé le Lyon Urban Trail (LUT) en 2007. Accompagné à ses débuts d’un certain scepticisme, ce format, a priori tout en contradictions, a depuis rencontré son public (7 000 engagés en 2014) et essaimé partout dans le monde au point que des équipementiers ont créé des gammes spécifiques de chaussures. Présents cette nuit-là dans le peloton des « Milmils », les dirigeants d’Extra Sports se laissent séduire : pourquoi ne pas décliner désormais le LUT en version nocturne ?

« En fait, on y pensait depuis longtemps mais on n’osait pas se lancer », précise Romain Houze de la société lyonnaise qui ne pouvait passer à côté de l’opportunité de « mixer » le terrain du LUT avec les jeux de lumières de la SaintéLyon. Sauf que l’effervescence de la vie nocturne lyonnaise a de quoi effrayer. Passe encore de réunir des milliers de coureurs place de Terreaux le dimanche à 8 heures du matin pour le LUT classique. Mais difficile d’imaginer la cohabitation des runners et des « teufers » à la nuit tombée un samedi soir !

Sauf à contourner le problème en évitant le secteur de la Croix Rousse et de la Presqu’Île, ce qui laisse tout de même un beau terrain de jeu sur les innombrables liaisons entre les quais de Saône et le haut de la colline de Fourvière, ou encore en s’aventurant du côté de Sainte-Foy-lès-Lyon.

Classement « anecdotique »

Pour le lancement, ce samedi soir, deux parcours sont proposés : un 14,5 km (550 m D +) et un 24 km (800 m D +) où la lampe sera nécessaire pour y voir clair car c’est évidemment les coupe-gorge les plus sordides qui ont la priorité. Ambiance et points de vue garantis !

D’ailleurs, alors que la jauge avait été fixée à 3 000, les organisateurs ont dû revoir la taille il y a un mois en s’apercevant qu’ils explosaient les compteurs : « On était déjà complet, explique Romain Houze. Du coup, on a fait en sorte de pouvoir accueillir 1 000 personnes de plus. » Pour la grande majorité, qu’importe s’il y a un chrono et un classement au bout. « La course est presque anecdotique, confirme l’organisateur. C’est à peine si on fera un petit podium. » Contrairement au LUT de printemps, peu de cadors font de toute façon le déplacement. Mais pour les plus pointus, à pile un mois de la SaintéLyon, c’est quand même une bonne façon de tester sa frontale.

Benjamin Steen

Stuck en test

 

A un mois de la SaintéLyon, le traileur des Monts d’or dispute au LUT by night sa dernière course de préparation.

IMG_9018.JPG

Yoann Stuck ne s’en cache pas : il a la SaintéLyon dans le viseur. Après un été passé dans les Alpes (7e de la 6000D et 17e de la CCC), le lauréat du trail des Cabornis 2014 s’applique depuis la rentrée à gagner toutes ses courses de préparation. Seule exception, une deuxième place au trail des Trois-Monts à Limonest. Sinon, il s’est imposé au Trail de Roche (31 km), à la Course des neuf clochers (24 km) et enfin à la Val Lyonnaise (26 km)… A un mois du raid nocturne dont il a pris la 13eplace l’an dernier, il accroche un dernier dossard ce samedi soir pour le LUT by night sur 24 km. « J’avais prévu initialement de faire le marathon Nice-Cannes, explique-t-il. Comme ma compagne est enceinte, on a préféré ne pas bouger. Le LUT s’intègre bien dans ma préparation pour la SaintéLyon puisqu’il faut engager un gros travail de vitesse. Hormis la partie sur Fourvière, j’ai l’impression qu’il faudra beaucoup courir, notamment du côté de Sainte-Foy-les-Lyon. Mais on verra l’état des jambes : en ce moment, je fais beaucoup de volume à l’entraînement. Je ne sais vraiment pas ce que ça va donner. Et de toute façon, il faudra faire attention sur les marches si c’est glissant. »

A priori, ça ne se bousculera pas à ses côtés. Seul adversaire annoncé, le Lyonnais Sébastien Hours devrait lui offrir un très bon point de repère.

10:48 Écrit par La Com dans Actualité, Course sur route | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

lundi, 27 octobre 2014

VAL’LYONNAISE À VAUGNERAY. Yoann Stuck a doublé la mise

IMG_9014.JPGDéjà vainqueur en 2012, Yoann Stuck s’est imposé sans coup férir sur les 26 kilomètres de la Val’Lyonnaise. Le coureur de l’Entente Sud Lyonnais s’est servi de cette course pour préparer activement la « Sainté-Lyon ».

La Val’Lyonnaise, 13du nom, s’est disputée hier sous un soleil radieux. 852 coureurs ont pris part aux deux épreuves de cette course d’endurance disputée sur 15 ou 26 kilomètres dans les Vallons du Lyonnais.

L’un d’entre eux est très, très vite sorti du lot sur la plus longue distance. Il s’agit de Yoann Stuck, vainqueur du scratch sans trop forcer. Il s’agissait de la seconde participation du coureur de l’Entente Sud Lyonnais.

Il a devancé… son entraîneur

La première, c’était en 2012. Yoann Stuck, plutôt novice en la matière et encore inconnu dans le milieu, s’était déjà imposé. Deux participations, deux victoires, c’est du 100 % de réussite.

IMG_8782.JPG

Hier, au départ et à l’arrivée de Vaugneray, l’Ecullois a bouclé les 26,964 km (647 de dénivelé positif) en 1 h 42 min 45 s. Soit une minute de plus qu’en 2012. Comme un symbole, le dossard 299 est arrivé avec 2 min 27 s d’avance sur le deuxième qui n’est autre que son propre entraîneur, Emmanuel Duranton, le régional de l’étape.

« On a fait les premiers kilomètres ensemble, relate Yoann Stuck. J’ai profité de pouvoir courir avec lui. J’ai rarement l’occasion de le faire. »

Passé « l’échauffement », plus personne n’a revu le garçon, qui a effectué la course seul en tête. « Cette course était pour moi un entraînement très actif. Je prépare la « Sainté-Lyon ». J’ai remporté les 9 Clochers dans le Beaujolais il y a deux semaines, ainsi que le Trail de Roche le mois dernier », explique Yoann Stuck.

D’autres athlètes ont été mis à l’honneur, ce dimanche. C’est le cas de Corinne Hatin, classée première femme sur 26 km, 36du scratch, et qui a terminé en 2 h 10 min 40 s.

IMG_8906.JPG

Sur le 15 km, le classement a laissé entrevoir quelques disparités en tête de course. Nicolas Maillet (Caluire-et-Cuire) a effectué la course en 52 min 34 s, soit 3 min 14 de mieux que Mickaël Moissonnier (Villeurbanne) et 4 min 40 de mieux que Jean-Philippe Jouannaiest (Lyon 3e). Le Caluirard est le seul des deux épreuves à avoir dépassé la barre des 17 km/h.

Tous les résultats

Des Photos

leprog.jpg


samedi, 25 octobre 2014

Foulées Majolanes: c'est le 9 novembre !

1538889_623873224399663_418489294123867286_n.jpgLe Décines Meyzieu Athlétisme vous donne rendez-vous pour une nouvelle édition des Foulées Majolanes.

Avec un 10km classant et qualificatf pour les championnats de France de la spécialité. Un 5km qui sera marqué par la présence du coureur de 800m international Monégasque Brice Etes qui effectuera une première sortie après une longue blessure.

Et 1.5km pour les plus jeunes.

IMG_9178.JPG

Toutes les infos ICI

dimanche, 19 octobre 2014

10 km de Caluire (les résultats) !

FP Sportevent vous offre le classement du 10km !

ICI

 10514644_574884699307046_8140816057757736971_n.jpg

 La première féminine du 10 est Mizigiymama Godelieve 34 min et 50 s

lundi, 06 octobre 2014

Martin Kosgei dans le raz de marée de Run in Lyon

Vainqueur du marathon en 2h11’55’’ malgré une violente averse, Martin Kosgei a échoué de peu face au record de l’épreuve de son compatriote Kiplagat (2h10’43’’). Ce beau chrono surligne l’énorme succès de cette 5e édition qui a établi un nouveau record de participation avec 21412 finishers sur 25 000 engagés.

IMG_8204.JPG

La courbe n’en finit plus de grimper, grimper, grimper… Lancé avec 9 000 « pionniers » en 2010, qui avaient expérimenté le concept des trois courses en une (10 km, semi-marathon et marathon), Run in Lyon s’installe déjà, après cinq éditions, parmi les plus grandes épreuves de masse françaises. Il fallait voir dimanche matin cette immense foule sortir des bouches de métro en lycra de toutes les couleurs pour s’installer derrière la ligne de départ, et même très loin derrière pour les tout derniers. Ce n’est pas uniquement parce que le soleil se lève pile dans l’axe du Pont de la Guillotière qu’on ne pouvait pas en apercevoir le bout…

Virages glissants et muscles agressés par la pluie

25 000 engagés, plus de 23 000 dossards retirés et finalement 21 412 partants très exactement (10 308 sur 10 km, 9 388 sur semi et 1 716 sur marathon). Record battu ! Et pas qu’un peu puisqu’ils avaient été flashés à 18 057 en 2013. Run in Lyon est un incontestable succès populaire en pleine expansion. « J’en suis fier », se félicitait au départ le Secrétaire d’État aux Sports Thierry Braillard qui avait contribué à la création du concept lorsqu’il était adjoint au maire de Lyon : « Beaucoup n’y croyaient pas, mais aujourd’hui on assiste au plus gros événement sportif de l’histoire de Lyon en terme de participation. »

IMG_8124.JPG

Évidemment, ce « Festival du running » transpire avant tout l’événement de masse puisqu’on y vient surtout pour se faire transporter par la houle mais Run in Lyon est aussi en passe de gagner ses galons sportifs. Pour avoir droit à une dépêche, c’est qu’il ne suffit pas de battre des records d’affluence. Il faut aussi que le chrono donne du relief à l’ensemble. Un premier pas avait été fait l’an passé avec la victoire du Kenyan Eliud Kiplagat en 2h10’45’’. Treize ans qu’un marathon n’avait pas été couru aussi vite à Lyon, depuis le record tous temps de Korir (2h09’43’’ en 1999). Martin Kosgei, vainqueur cette fois en 2h11’55’’, n’a fait que confirmer la détermination des organisateurs (Amaury Sport Organisation) de faire de Run in Lyon le deuxième événement running du pays derrière le marathon de Paris… Certes, ce n’est que la 183performance mondiale de la saison, mais on se rapproche des standards internationaux.

Un Éthiopien disparaît à l’aéroport

Le petit Kenyan à la bouille de gamin (25 ans), lauréat en 2013 du marathon de Marseille, n’a pas eu la partie facile pour s’approcher à 18 secondes de son record personnel (2h11’37’’). Il a fallu se débrouiller avec les moyens du bord. Déjà que le plateau élite n’était pas très large (six athlètes et un lièvre), un des deux Éthiopiens s’est tout simplement évaporé à son arrivée à l’aéroport Saint-Exupéry vendredi. Plus que six. L’autre Éthiopien devait quant à lui rapidement laisser les Kenyans entre eux, alors qu’ils partaient sur les bases de 2h10’ (64’51’’ au semi).

Et c’est là qu’une violente averse est venue rafraîchir la température et les ardeurs : « Dans les virages, il fallait faire très attention. Et les muscles ont commencé à souffrir. Comme je me suis retrouvé seul dès le 28e kilomètre, j’ai trouvé le temps long », racontait le vainqueur, installé à Kapsabet au Kenya où il s’entraîne avec Peter Some (vainqueur du marathon de Paris 2013) et Abraham Kiprotich récemment contrôlé positif à l’EPO. « Après ma 8e place à Séville et ma 4e place à Hanovre cette année, c’est une très belle victoire pour moi, ajoutait-il. D’autant qu’il y a deux semaines, j’ai eu la fièvre typhoïde. » Désormais, il visera « un gros chrono dans un marathon rapide ».

Les organisateurs lyonnais aussi. D’ores et déjà, ils ont annoncé qu’ils lorgneront en 2015 les 2h08’. « C’est un autre palier, explique le chef du plateau René Auguin qui devait faire cette année encore avec un prize money limité à 19800 euros. C’est une autre catégorie d’athlètes. Et il faudra se pencher sur le parcours. Là, on est sans doute au maximum dans cette configuration. » C’est le prix à payer pour continuer à grimper encore…

Benjamin Steen

Tous les Résultats

Des PHOTOS

mercredi, 01 octobre 2014

Run in Lyon passe la vitesse supérieure

131006RunInLyon (1024x819).jpg

Avec 25 000 coureurs engagés, la participation continue de progresser surtout sur 10km et 21km. Sur marathon, le record de Korir (2h9’43’’), vieux de 15 ans, est menacé.

«Je ne jouerai pas de la gâchette pour rien », blaguait hier Yann Cucherat lors de la conférence de presse de présentation de la 5eédition de Run in Lyon. Façon de parler. Car si l’adjoint aux Sports lâchera bien dimanche matin (9h) la plus grosse meute de coureurs jamais vue dans les rues de Lyon, pas sûr que tout au bout du paquet, on entende le coup de pétard…

« Il faut grandir doucement »

L’inflation galopante se poursuit. Alors qu’ils étaient 9 000 en 2010 pour le lancement de l’événement regroupant un marathon, un semi et un 10 km en simultané, puis 18 057 partants (20 000 engagés) l’an passé pour la première édition organisée sous la bannière d’Amaury Sport Organisation (ASO), ils sont cette fois plus de 25 000 à avoir réservé leur dossard sur l’une des trois distances.

Le cap des 30 000 aurait peut-être pu être atteint dès cette année mais le 10 km a sagement été limité à 11 000 participants pour des questions de gestion des flux. « Il faut grandir doucement, posément », estime Thomas Delpeuch d’ASO, même si l’intégration du tube modes doux du tunnel de la Croix-Rousse a permis de tracer des parcours désormais expurgés des zones de tension.

La marge de progression demeure cependant importante sur le marathon qui ne sera disputé que par 2 000 coureurs. C’est 500 de plus que l’an passé, mais sa réputation reste à installer après l’annulation de 2009 et des années de vaches maigres côté chrono du temps où la course était du ressort de Canal + events. « On est en train de construire un beau produit », assure Thomas Delpeuch. La victoire en 2013 du Kenyan Eliud Kiplagat en 2h10’45’’ a redonné un peu de visibilité en approchant le vieux record de Korir (2h9’43’’ en 1999). À confimer dimanche avec un plateau élites petit mais apparemment costaud. Les Kenyans Edwin Kimaiyo (3e à Berlin en 2011 en 2h09’50’’) et Martin Kosgei (2h11’37’’) et les jeunes Ethiopiens Sentayehu Ejigu (2h12’44’’) et Tadesse Dabi (2h14’18’’) ont pour mission de passer sous les 2h10.

Eliud Sugut fait l’impasse

Le Kenyan de Décines Meyzieu Athlé Eliud Sugut a renoncé à courir le marathon dimanche, préférant s’aligner à Rennes le 26 octobre.

Dernier délai jeudi

Les dernières inscriptions (www.asochallenges.com) seront enregistrées jeudi. Il reste seulement des dossards sur semi et marathon.

Benjamin Steen

leprog.jpg


mercredi, 17 septembre 2014

Ce dimanche à Salaise Sur Sanne

FLYER 2014087.jpg

17:40 Écrit par La Com dans Actualité, Course sur route | Commentaires (1) |  Facebook |  Imprimer | |

lundi, 15 septembre 2014

10 KM DE L’HORLOGE (TASSIN-LA-DEMI-LUNE). Sugut inaugure l’Horloge en 30’34’’ chrono

IMG_6342.JPGLe Kenyan installé à Décines est sorti vainqueur d’une belle bagarre pour la première édition de l’épreuve tassilunoise.

«À l’entraînement, ils sont potes. Mais en course, c’est la guerre ! » Le coach Bastien Perraux, qui conseille de nombreux athlètes des hauts plateaux installés à Lyon, le certifie : le groupe de tête, qui a animé dimanche matin la première édition des 10 km de l’Horloge à Tassin-la-Demi-Lune, s’est mis une vraie peignée. Avec cinq types tous déjà flashés en moins de 30 minutes sur dix bornes, cela promettait des étincelles chronométriques.

IMG_6406.JPG

Sauf qu’à se regarder en chiens de faïence en début de course, ils ont finalement concentré la grande explication en cinq kilomètres. Et ça a été violent. Ruben Indongo, qui vient de prendre la 30e place du marathon des championnats d’Europe à Zurich (2h20’39’’), a été le premier à hausser le ton. Mais le parrain de l’épreuve allait se faire contrer au 7e kilomètre par Eliud Sugut qui passait la ligne en vainqueur en 30’34’’ avec onze secondes d’avance sur l’Ougandais Emmanuel Sasia.

IMG_6543.JPG

« Objectif 2h14 au marathon de Lyon »

« J’ai gagné avec mon cerveau », a expliqué le Kenyan qui commence à se faire un nom après avoir rejoint Lyon l’an dernier comme sparring-partner de son compatriote Benjamin Cheruiyot. Vainqueur des championnats du Rhône de cross 2014, puis des 10km de Bron, il sort d’une grosse semaine avec une 2e place au semi de Dijon et une victoire au 10km de Grenoble. « Je cours beaucoup, dit-il, mais c’est pour préparer le marathon de Lyon (5 octobre). Aujourd’hui (hier), c’était sans doute mon dernier test. » Pour sa première expérience sur la distance au printemps, il avait pris la 2e place à Annecy en 2h16’53’’: « L’objectif à Lyon sera d’améliorer mon record en courant en 2h14. »

Même si cela aurait pu aller plus vite, le 10 km de l’Horloge démarre sur des bases élevées. L’épreuve ne devrait pas tarder à s’installer au calendrier des dix bornes qui comptent dans le département. Au pied levé, 600 participants ont testé un parcours a priori taillé pour le chrono. Les organisateurs en attendent 1500 en 2015.

IMG_6922.JPG

Isabelle Serra, la première femme, a également pris ses distances avec Christine Bourlat et Gwenaelle Traub

IMG_6909.JPG

B.Steen

Les résultats 

Les Photos

IMG_6719.JPG

IMG_6851.JPG

leprog.jpg

jeudi, 04 septembre 2014

La Course des filles !

Courir ou Marcher à Brives Charensac en Haute-Loire sur 5km, c'est ce que vous propose mon amie Isabelle (à droite sur la photo) pour une course exclusivement féminine dont le but est de sensibiliser et informer sur le cancer du sein.

La totalité des bénéfices est reversée à la Ligue pour participer à la Recherche sur le cancer du sein (18 000 € remis lors de l'édition 2013 ).

Le site Officiel

La page Facebook

1403274006_media.jpg

10513436_676758259071102_6658787504299423650_n.jpg

16:15 Écrit par La Com dans Actualité, Course sur route | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

lundi, 01 septembre 2014

François D’Haene, le vigneron du Beaujolais, remporte l’Ultra-Trail du Mont-Blanc

François D’Haene, sportif de haut niveau et producteur de beaujolais-village à Saint-Julien a remporté samedi à Chamonix l’édition 2014 de l’Ultra-Trail du Mont-Blanc (UTMB), l’une des courses en montagne les plus difficiles au monde, longue de 168 km avec 9.600 mètres de dénivelé positif.

francois-d-haene-photo-denis-augris.jpg

Photo: Denis Augris

Déjà vainqueur en 2012 et considéré comme l’un des favoris de l’épreuve, D’Haene a remporté l’UTMB en 20 h 11 min 44 sec, pulvérisant le record établi l’année dernière par son compatriote Xavier Thévenard (20h34:57.).

Considéré comme l’un des tout meilleurs traileurs au monde, François D’Haene, 28 ans, est masseur kinésithérapeute et exploitant viticole.
Si D’Haene et ses dauphins espagnols ont terminé la course en 20 heures environ, les derniers ont jusqu’à dimanche 14h30 pour boucler le tour du Toit de l’Europe occidentale.

Venus de 77 pays, les 2 300 compétiteurs de l’UTMB doivent traverser 19 communes dans trois pays (France, Suisse, Italie) et franchir huit cols à plus de 2.000 mètres, dont le plus élevé, le Grand Col Ferret, marque la frontière italo-suisse à 2.537 mètres d’altitude. 
Ils s’étaient élancés vendredi à 17H30 de la place de l’église de Chamonix. 

Créé en 2003, l’UTMB est devenu en dix ans l’épreuve mythique de la course en pleine nature. Alors que 660 coureurs avaient pris le départ de la première édition, ils sont désormais 7.500 à participer à l’UTMB ou à l’une des quatre autres courses créées pour faire face aux nombreuses demandes d’inscription.

leprog.jpg

dimanche, 08 juin 2014

FRANCHEVILL’TRAIL. Bastien Bravais débute en fanfare

Pour sa première participation au trail franchevillois, le Berjallien Bastien Bravais a créé la sensation en l’emportant devant le Tassilunois Clément Couzon.

IMG_9757.JPG

La sixième édition du Franchevill’trail, organisée par le club local de l’ESL Francheville, s’est disputée samedi en fin d’après-midi sous une forte chaleur et avec un vent soutenu. La participation sur le trail de 23 kilomètres et le mini-trail de 5 kilomètres a été équivalente à celle de l’édition 2013, aux alentours de 470 coureurs. C’est le coureur de Bourgoin-Jallieu Bastien Bravais qui s’est imposé, pour une première participation sur l’épreuve. Ce spécialiste des courses ultras, qui revient sur des distances plus courtes après une interruption, s’est imposé dans le final devant Clément Couzon, vainqueur des quatre dernières éditions. Mais il est vrai que le coureur de l’AC Tassin revient de blessure. A noter enfin et ce sera la seule ombre au tableau, que plusieurs coureurs se sont perdus et ont dû abandonner pour certains en raison de problèmes de balisage.

IMG_9943.JPG

Le classement en solo : 1.Bastien Bravais les 23 km en 1h25’10 ; 2.Clément Couzon 1h25’45 ; 3.Lucas Basset 1h27’50 ; 4.Sébastien Bertrand 1h39’59 ; 5.Bruno Achard 1h40’14 ; 6.Hugo Tiercin 1h40’35 ; 7.Eric Féminier 1h41’14 ; 8.Philippe Kopciuch 1h41’20 ; 9.Christophe Pomel 1h41’32 ; 10.Matthieu Poittevin 1h42’14 ;... ; 75e et 1re féminine Perrine Guiraud 2h05’54.

Le classement en duo : 1.Nicolas Reynet-Alexandre Pré les 23 km en 1h33’41 ; 2.Jérémy Chapelle-Didier Thollon 1h38’09 ; 3.Jean-Philippe et Anne-Lise Moly 1h48’25.

Le mini-trail : 1.Yves Palandre les 5 km en 17’08 ; 2.Jérôme Martin 17’29 ; 3.Gianni Marangelli 17’56 ; 15e et 1re féminine Sophie Lefevre 23’23.

Quelques Photos par Gaelle Prolange pour Radio Parilly.

leprog.jpg

dimanche, 01 juin 2014

10 km de Bron

IMG_0171.JPG

Géraldine Simbola (ESL) en 37'08 et Eliud Sugut Kimutai (DMA) en

30'50 sont les deux beaux vainqueurs des 10km de

la Journée de Dam's.

IMG_0158.JPG

 Les bénéfices d'une année de travail seront remis

au centre Léon Bérard.

IMG_0182.JPG

Les Résultats de FP Sportevent

Les Photos

samedi, 03 mai 2014

10 KM DE CHASSIEU. Irrésistibles Kenyans

DSC_5047-1479.jpgDaniel Kosgei chez les hommes et Suzanne Jeptoo chez les femmes s’offrent la victoire mais aussi le record de l’épreuve chasselane !

Une météo idéale, un plateau de qualité et une affluence record, il ne manquait rien ce dimanche matin au Stade Romain Tisserand de Chassieu pour que cette 6e édition des 10km de Chassieu reste dans les annales. Avec plus de 600 coureurs inscrits au départ dimanche matin sur le coup des 9h, la journée démarrait sous les meilleurs hospices, pour la grande plus grande joie de la présidente de Chassieu Athlétisme Christelle Ganne. « On ne s’attendait pas à une telle affluence, car nous sommes en période de vacances scolaires et cette année en plus nous sommes en concurrence avec le marathon et le semi-marathon d’Annecy. Je pense que le bouche à oreille a joué en notre faveur d’autant que nous disposons du label classant et qualifiant pour les championnats de France du 10km ».

Sur le parcours, le kenyan Daniel Chebii Kosgei et le Burundais Emmanuel Nduwayo s’échappaient dès les premiers mètres de course et n’allaient plus se lâcher jusqu’à l’arrivée. Au moment d’entrer sur la piste du Stade Tisserand, Nduwayo semblait avoir pris l’ascendant mais, au prix d’un finish de toute beauté, Kosgei, l’athlète de Lyon Athlétisme, parvenait à repasser devant et à s’adjuger le record de l’épreuve pour une petite seconde (31’16 contre 31’17 pour le précédent record).

Jeptoo gratte plus d’une minute sur le record !

DSC_5686-1381.jpg

« Je n’étais pas spécialement en forme car j’avais couru le 1000m de Caluire vendredi soir. J’ai attendu le sprint pour passer Emmanuel car je savais que j’étais plus rapide. Ce n’est pas une grande performance mais je bats le record donc c’est déjà bien » indiquait après coup le Kenyan qui s’était imposé au 10km de Bourgoin au début du mois d’Avril.

Chez les féminines, Susanne Kipsang Jeptooo n’a pas fait dans le détail en abaissant le record de l’épreuve de plus d’une minute (35’31 contre 36’54 à l’ancien record). Seule en tête du début à la fin, l’athlète Kenyane de l’Athlé Saint-Junien aura littéralement survolé la course. « J’étais bien en jambe sur la première partie de course mais sur les 5 derniers kilomètres j’ai souffert » reconnaissait la gagnante qui n’aura pourtant rien laissé transparaitre.

Résultats hommes : 1. Kosgei (LA) 31’16 ; 2. Nduwayo (Bellegare) 31’16 ; 3. Clementz 32’06 ; 4. Fellague (ASCUL) 32’57 ; 5. Jacquet 33’15 ; 6. Maillet (ASC) 33’17 ; 7. Bretin (ASCUL) 33’36 ; 8. Viallet (Annonay) 33’38 ; 9. Lenoble (Merignac) 34’00 ; 10. Marlot (Louhans) 34’05

Féminines : 1. Jeptooo (Athlé ST Junien) 35’31 ; 2. Martin (EACAR) 39’52 ; 3. Musset (ESL) 40’22 ; 4. Petit (ASVEL) 41’40 ; 5. Sannier (ESL) 42’35

leprog.jpg

Les photos: Album 1, Album 2

Les résultats

 

 

mercredi, 23 avril 2014

10 km de Chassieu ce dimanche

1236192_10151992314273580_1293309252_n.jpgUn dimanche pour courir.

Alors que débutent les interclubs dès ce week-end, qu'Annecy organise son Marathon et son semi-marathon, un autre rendez-vous important est au programme 'Les 10km de Chassieu'.

Bien encré dans le calendrier, ce 10km est devenu un classique ou chaque année les coureurs sont de plus en plus nombreux. L'accueil des organisateurs, un tracé très roulant en font une course très prisé des chasseurs de chronos.

Pour s'inscrire !

Toutes les infos !

2013_0428Image0108.JPG

 

 

lundi, 14 avril 2014

LYON URBAN TRAIL. Jamais on avait visité Lyon aussi vite

Sans expérience dans les escaliers, Sébastien Spehler, le champion de France a survolé la 7e édition de la course aux 6 000 marches, en établissant un nouveau record (2h25’16’’).

Longtemps pris en sandwich par les coureurs du Team Salomon Baronian   et Theodorakokas, Sébastien Spehler (en bleu) s’est envolé après 24km de course. Le Vosgien était vraiment le plus fort sur le LUT 2014.  Photo Maxime Jegat

Le coureur du Lyon urban trail ne ressemble pas aux autres. En règle générale, il passe plus de temps le nez en l’air, la bouche en banane, que les yeux vers ses baskets et la bave aux lèvres… Ici, c’est moins le chrono que la découverte qui compte.

Sébastien Spehler, lui, a réussi à associer les deux en bouclant son tour de la ville en 36 km (1 500 m de dénivelé positif) et 26 ascensions, à saute-mouton sur les deux collines et leurs escaliers les plus vertigineux, en seulement 2h25’16’’ à 14,86 km/h de moyenne ! Il pique ainsi le record à son coach, Julien Rancon, double vainqueur de l’épreuve (2008 et 2013) qui avait pourtant placé la barre très haut l’an passé (2h31’59’’).

14,86 km/h de moyenne sur 36 km

Pourtant, le Vosgien employé du parc animalier de la « Montagne des Singes » (26 ans aujourd’hui) n’avait jamais mis les pieds sur ce terrain-là. « Je partais totalement dans l’inconnu, mais finalement, ça se passe de manière assez naturelle », affirmait après coup le coureur poids plume du team Adidas (1,69 m ; 56 kg) pourvu d’une jolie foulée de routier (30’57’’ sur 10 km). Son coach l’avait prévenu. Il allait adorer. Bien vu ! « Il m’avait dit que je n’allais pas m’ennuyer une seconde. Il avait raison. C’était vraiment génial. »

Le champion de France de trail s’est bien amusé en se jouant des coureurs du Team Salomon. Dès le départ, il s’est retrouvé pris en sandwich entre le Grec Dimitis Theodorakokas (2e en 2013) et son jeune équipier Thibaut Baronian. Mais jamais ils n’ont eu l’espoir de croquer Spehler. Baronian craquait à la mi-course. Quant au marathonien grec, il allait tenir jusqu’au 24e avant de baisser pavillon.

« Sébastien est très fort, sans doute plus fort que Julien l’an dernier, applaudissait Theodorakokas, encore deuxième sur la ligne d’arrivée. On allait plus vite que l’an passé, mais il a été capable de garder le rythme dans la deuxième moitié de la course ! Il faudra que je revienne l’an prochain… »

Cannibale

De toute façon, Spehler les ramasse à la pelle depuis un an. Alors qu’il ne se consacre au trail que depuis 2012, il cannibalise toutes les épreuves auxquelles il participe. Cinq sur cinq depuis le début de l’année et sur tous les terrains !

Vainqueurs de ses départementaux et régionaux de cross, il a ensuite triomphé des trails de la Moselotte et du Ventoux avant de s’offrir le LUT la veille de son 26e anniversaire. Son regard se tourne maintenant vers la Maxi-Race à Annecy (31 mai) où il ira repérer le parcours des Mondiaux de trail 2015. Ancien champion du monde de cani-cross (2011), il a les crocs pour réussir le doublé…

Benjamin Steen

Toutes es photos de Maxime Jegat

Les résultats !

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu