compteur

Avertir le modérateur

vendredi, 16 août 2013

Au DMA, un groupe sprint/haies performant !

elea-diarra-et-jennifer-galais-entourent-leur-coach-gregory-duval-photo-pascal-oberson.jpgAu sein du Décines Meyzieu Athlétisme (DMA), on recense plusieurs groupes d’entraînement dans le secteur compétition. Parmi eux, la section sprint et haies est gérée depuis 2006 par Grégory Duval,(Eléa Diarra et Jennifer Galais entourent leur coach, Gregory Duval. Photo Pascal Oberson) ancien coureur de 400 m haies, qui a disputé en 2008 le championnat de France sous les couleurs du club.

Sous sa coupe, se trouve une dizaine d’éléments (lire ci-dessous), des compétiteurs du 100 au 400 m, relais, 400 m haies. « Ils ne viennent pas pour du loisir et le but est de faire quelque chose aux championnats de France. À raison de cinq à six séances variées par semaine, la base est de savoir que le travail paie toujours », confie le coach titulaire du bre d’État 1er degré, ainsi que de plusieurs diplômes fédéraux.

Le groupe tiré vers le haut

« Il n’y a pas de secret. Avec la nouvelle piste de Décines mais aussi la salle de la Duchère, les résultats ont été meilleurs cet hiver que l’an dernier. Les athlètes ont presque tous battu leur record aux Interrégionaux, cela tire le groupe vers le haut », explique-t-il.

Et de poursuivre : « Le but, c’est de former et de performer sur les différentes compétitions, sans pression et avec un bon état d’esprit. D’ailleurs, le bilan de la saison est très bon, notamment au niveau national, avec Stacy Vagao, championne de France Espoir du 100 m, Martin Carrère, 6e aux Nationaux sur 400 m et la 6e place du relais 4x100 m en Élite. »

Pour la prochaine saison, l’ambition sera de faire aussi bien et même mieux, le DMA misant beaucoup sur Jennifer Galais et Eléa Diarra, qui ont vu leur saison perturbée cette année pour diverses raisons.

Jennifer, qui est au club depuis 2009, année où elle a décroché le titre national en cadettes, a connu une saison compliquée. Ne bénéficiant pas d’horaires aménagés pour sa première année en BTS, elle a connu des difficultés pour récupérer et s’entraîner suite à un gros stage effectué aux États-Unis. Battante et résistante selon son coach, elle a réussi 23’’22 au 200 m en 2012, sa spécialité, mais doit encore travailler sa confiance. « Je vais essayer de revenir dans l’entraînement comme il faut car je ne digère pas trop ma déception, on verra si cela se passe mieux. C’est important d’avoir un groupe qui s’entend bien dans le club qui m’a formé. »

Quand à Eléa, au club depuis treize ans, il a fallu concilier études et entraînement mais également faire avec une mononucléose bien embarrassante… « Je vais changer mon rythme de vie et faire une coupure dans mes études (licence de marketing en vue d’un master). Je veux m’entraîner de façon plus professionnelle et m’y mettre quasiment à 100 % car je prépare à moyen terme les Jeux olympiques de Rio en 2016 ! »

leprog.jpg

mercredi, 14 août 2013

Mélina Robert-Michon: De retour à la maison

Mélina  sera de retour demain soir

Rendez-vous le plus nombreux possible pour  20h15 à Saint-éxupéry 


19:44 Écrit par La Com dans Athlétisme, Coup de Coeur | Commentaires (0) | Tags : robert-michon |  Facebook |  Imprimer | |

mardi, 13 août 2013

Mélina Robert-Michon : « Je ne peux pas m’arrêter là ! »

3460109_3_4f0a_melina-robert-michon-a-pris-la-deuxieme-place_754db31d3fcb53ce293c4bd13716e7f7.jpgLa médaillée d’argent du lancer du disque avait encore du mal hier à réaliser la portée de sa performance, qui lui donne l’envie de poursuivre sa carrière, en dépit de ses 34 ans.

Hier à la mi-journée, Mélina Robert-Michon, sourire radieux, avait hâte de recevoir sa médaille d’argent, remportée dimanche soir au lancer du disque. « Je pense que je réaliserai vraiment quand je serai sur le podium », avouait-elle. « Des larmes vont sûrement encore couler… »

Comment s’est passée votre première nuit en tant que médaillée mondiale ?

« Forcément, cela se passe bien. Même avec très peu de sommeil. Cela a été dur de m’endormir… J’avais tellement d’images qui passaient. Le concours de ces Mondiaux, la saison… Tant de choses, tous les messages reçus… C’est tellement d’émotion que cela fait beaucoup d’un coup. »

Lors de ce concours avec deux jets à plus de 65 mètres, avant d’améliorer votre record de France (66,28 m) au dernier essai, vous êtes-vous surprise ?

« Je savais que j’étais bien, capable de faire quelque chose. Mon moteur, pendant tout le concours, a été de me dire : je ne veux pas passer à côté. L’expérience des JO, c’était ça. Me rappeler que je n’avais pas été loin du podium. Et que des occasions comme ça ne se représenteront peut-être pas. Après le deuxième essai, je voyais que je reculais au classement et j’avais la hantise de ne pas passer dans les huit premières (ndlr : qui ont droit à trois essais supplémentaires). Alors, au troisième, je me suis dit : il n’y a plus le choix, c’est maintenant. Il faut que ça passe, je ne peux pas rester aux portes de la finale. Puis après avoir réussi 65 mètres, je me sentais bien, j’en avais encore sous le pied. Si j’avais encore des barrières psychologiques, elles sont tombées à ce moment-là. Il fallait y aller, ne plus réfléchir et prendre du plaisir. J’en ai vraiment pris beaucoup. »

Les yeux embués par l’émotion et un drapeau français sur le dos, Mélina a longuement partagé sa joie avec ses proches, dimanche à Moscou  Photo AFP

Le concours à peine fini, vous traversez la piste, en larmes, vous récupérez un drapeau français et…

« Je cherchais Serge (Debié, son entraîneur) et Loïc (Fournet, son compagnon) dans les tribunes pour pouvoir partager avec eux car c’est un truc qu’on a mis en place ensemble. Le plus beau, dans tout ça, c’est le partage. Nos premiers mots ? Je ne sais même plus, un truc comme : on l’a fait ! »

Et maintenant, comment voyez-vous le futur ?

« On verra… Ce qui est sûr, c’est que je ne peux pas m’arrêter là. Je sais que j’ai encore de belles choses à faire, des pages à écrire. Cette médaille, c’est une source de motivation pour un bon moment. »

Recueilli par Christophe Peralta

leprog.jpg

dimanche, 11 août 2013

Mélina Robert-Michon: Du bel argent pour une fille en or !

Le jour de Gloire est arrivé !!!

Mélina avec 66m28 (record de France) monte enfin sur le podium d'un grand championnat.


La récompense de nombreuses années de travail avec son entraineur Serge Debié et son préparateur Jérome Simian.

Mélina Robert-Michon.jpg

20:30 Écrit par La Com dans Coup de Coeur | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

Kévin Campion : « J’ai tellement envie »

269361_4369810607642_1853494002_n.jpgLe Vénissian Kévin Campion, 25 ans, vivra ses premiers championnats du monde cette après-midi  (15h, heure française) à Moscou, avec l’espoir d’être un des principaux acteurs du 20 km marche.

Kévin, dans quel état d’esprit êtes-vous ?
« Je ne suis arrivé que vendredi en Russie. Ce sont mes premiers Mondiaux, je ne voulais pas trop cogiter. Là, je suis bien reposé et j’ai hâte que ça commence. Je suis en plein questionnement par rapport à ce que je vaux. À l’entraînement, je sais, mais pas en compétition. Il me manque l’expérience de ce genre de rendez-vous. »
Ces Mondiaux, est-ce pour vous une occasion d’apprendre ?
« Non, je n’ai pas envie de perdre de temps. Je veux être acteur, pas spectateur. Je ne suis plus en phase d’apprentissage, j’ai déjà 25 ans quand même, et j’ai tendance à penser que l’expérience viendra en étant dans l’action. Je suis quelqu’un qui n’a pas trop confiance en lui, mais je n’ai vraiment pas envie de me poser des questions cette fois-ci. »

527803_4103272510838_153577537_n.jpg

Votre titre de champion de France du 10 km marche est un bon indicateur ?

« Oui, mais c’est de la piste, ça n’a rien à voir. Il ne suffit pas d’additionner et dire que je vaux 1h18’ sur route… On sera une soixantaine à se taper les coudes, alors qu’aux « France », je me suis très vite retrouvé tout seul devant. L’idée, c’est de faire moins de 1h20’ et d’être dans les douze premiers, voire dans le top 8. Je vais faire une course d’attente, je n’ai pas les moyens de mener. Il faudra réussir à suivre, c’est tout. Et le dernier qui craquera sera champion du monde. Moi, je prendrai ce qu’il y a à prendre. J’ai tellement envie… Faire 16e ou plus de 1h25’ serait un échec. »

Propos recueillis Fabien Rouschop

leprog.jpg

samedi, 10 août 2013

Mélina Robert-Michon: Une belle qualification!

993973_10201108231922162_194566439_n.jpgUn seul essai lui a suffi. Mélina Robert-Michon s'est qualifiée samedi matin pour la finale du lancer du disque aux Championnats du monde de Moscou, avec un jet à 63,16m. «C'est la première fois que je me qualifie comme ça, a-t-elle déclaré. Le scénario idéal se poursuit. L'expérience de l'an dernier, aux Jeux Olympiques de Londres, m'a pas mal servi. J'avais lancé juste en-deçà des minima et j'avais dû attendre la fin de l'autre groupe. Je me suis dit que je ne referai pas ça. Je suis soulagée. Il y en a toujours qui se font avoir en qualifications. J'ai eu de bonnes sensations. Soixante-trois mètres dès le matin, ça laisse augurer de belles choses.» La finale du lancer du disque a lieu dimanche à 18h15 (heure française).

O.P. à Moscou

lequipe_sport.gif

08:24 Écrit par La Com dans Athlétisme, Coup de Coeur, Résultats | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

mercredi, 07 août 2013

Mélina Robert-Michon dans l'Equipe !

2012_1013Image0433.JPGRobert-Michon s'est fait une place

Depuis 2007, Mélina Robert-Michon est quasiment de toutes les finales mondiales. Cette maman de 34 ans, junior talentueuse et recordwoman de France du lancer de disque depuis 2002, a su se réinventer au fil des années pour durer. Aux Mondiaux de Moscou (10-18 août), elle vise le podium

Après quelques années de collaboration, de nombreux athlètes ressentent le besoin d’aller voir ailleurs. Mélina Robert-Michon, elle, n’a jamais eu à changer de structure pour progresser. C’est son entraîneur, Serge Debie, qui s'est diversifié - pour la bonne cause. Le duo s’est connu en 1997 et est devenu trio un an plus tard avec l’arrivée de Jérôme Simian, préparateur physique. Forcément, pour tenir sur la durée, il a fallu se renouveler. «Serge sait se remettre en question, évoluer. Il s’informe et fait des recherches de lui-même, je n’ai pas besoin de lui demander !», s’étonne encore la discobole.

2012_1207Image0033.JPG

Melina Robert-Michon a déjà connu deux finales olympiques et deux autres mondiales. Son nom n’est pas très connu, et pour cause, la détentrice du record de France (65,78 m) n’a jamais recherché la médiatisation. Discrètement, Mélina Robert-Michon s’est peu à peu fait une place dans le gratin mondial de sa discipline. A 34 ans, elle cumule 40 sélections en équipe de France, huit participations à de grands championnats, dont six finales. Son meilleur fait d’arme reste sa sixième place aux Jeux Olympiques de Londres. «Cinquième, en fait, corrige la Lyonnaise. Mais je ne sais pas quand le déclassement de la Russe Darya Pischalnikova (2e du concours mais bannie dix ans par sa fédération suite à un contrôle antidopage quelques mois avant les JO, ndlr), sera officiel.» Cela reste le meilleur résultat absolu pour un lanceur français dans cette compétition. Et ce n’est pas le fruit du hasard.

2009_0517Image0283-001.JPG


La carrière de la jeune maman n’a pas seulement été rythmée par la perpétuelle soif de nouveauté de ses deux entraîneurs. En 2005, une hernie discale l'a freinée une première fois pendant de longs mois. Presque un mal pour un bien : «J’étais arrivée au bout de ce que je pouvais réaliser techniquement, se souvient-elle. A ma reprise, on a effectué beaucoup de changements.» Relancée, elle accroche la finale des Mondiaux d’Osaka, en 2007. Aux JO de Pékin, l’année suivante, et aux Mondiaux de Berlin, en 2009, elle prend la huitième place. Entre-temps, elle a décidé d’arrêter de travailler à mi-temps pour le ministère de la Défense et s'est consacrée uniquement à son sport. En 2010, Melina Robert-Michon a donné naissance à Elyssa et est repartie «presque de zéro, avec de nouvelles envies». Et un nouveau timing aussi, car s’occuper d’un enfant et poursuivre sa carrière au plus haut niveau est un sacré défi. «J’ai moins de temps pour m’entraîner, mais du coup j’optimise tout, explique-t-elle. Je suis vraiment à 100%.» Cette maman épanouie n’en est pas moins une athlète qui sait se transcender dans les grands rendez-vous. Cet été, elle lorgne plus que jamais sur un podium.

Annabelle ROLNIN

lequipe_sport.gif

15:23 Écrit par La Com dans Coup de Coeur | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

jeudi, 25 juillet 2013

Stade du Rhône: La Moisson bleue

IMG_2311.JPGMandy François-Elie a une nouvelle fois décroché l’or sur 100 mètres T37 tout comme Tony Falelavaki titré au lancer de javelot F44.

Les spectateurs ne s’y sont pas trompés et on remplit les tribunes quelques minutes avant ce qui s’annonçait comme le moment phare de la journée et ils n’ont pas été déçus.

IMG_2342.JPG

Mandy François-Elie (hémiplégique) a encore une fois réalisé une course pleine de maîtrise, reléguant ses adversaires à plus d’une longueur, pour s’offrir une nouvelle médaille d’or sur 100 mètres. « Ce deuxième titre c’est un rêve. Surtout ici, en France, soutenue par tout ce public » lâche la Martiniquaise. Reste une déception au niveau du chrono, « mon objectif était de battre le record monde de la catégorie, mais je ne suis pas déçue pour autant. Maintenant je veux battre le record de Marie-José Pérec (triple championne olympique sur 200 et 400 mètres » déclare la Française.

IMG_2369.JPG

 

Tony Falelavaki (handicap membres inférieures) qui a lui aussi pleinement assumé son statut de favori du lancer de javelot. L’athlète originaire de Wallis et Futuna a écrasé le concours avec un deuxième jet mesuré à 54.39 mètres. « Les Wallisiens sont réputés pour être de bons lanceurs et je l’ai encore prouvé ce soir » a-t-il lâché discrètement.

IMG_2030.JPG

Pierre Fairbank a, lui, terminé à une belle 3e place du 200 mètres fauteuil. « Cette médaille n’a tenu qu’à un fil durant le dernier quart de la course. J’ai un peu paniqué car je sentais le Brésilien revenir sur moi » lâche-t-il essoufflé, mais satisfait. Avec cette 2e médaille de bronze obtenue en 3 jours, l’athlète de 42 ans continue de garnir un palmarès déjà bien rempli. Le multiple médaillé olympique ne compte cependant pas s’arrêter en si bon chemin et espère être encore en course sur le 100 m et dans le relais 4x400.

IMG_2265.JPG

J-B. Goin

leprog.jpg

Michel Lafont: Juge-arbitre et bénévole

IMG_1215.JPGLe patron d’Athlé 43 est juge aux championnats du monde handisport. Pas forcément de tout repos

Il faisait très chaud hier dans cette plaine de Parilly, mais il a bien fallu priver Michel Lafont d’une sieste bien méritée pour les besoins de l’interview. Voilà déjà une bonne semaine déjà qu’il est sur la brèche, tôt matin et tard le soir, pour ces championnats du monde handisport, d’abord à l’accueil à Saint-Exupéry et depuis dimanche, sur le tartan comme patron des courses. Rencontre caniculaire.

Michel Lafont, vos championnats n’ont pas commencé avec la cérémonie d’ouverture…
J’étais à l’aéroport pour accueillir les délégations. C’était merveilleux, j’étais avec des jeunes extras, certains, bénévoles comme moi, faisaient pourtant preuve d’un étonnant professionnalisme.
Et quel est exactement votre rôle désormais ?
Je suis juge-arbitre courses. Je supervise toutes les courses, du 100 au 10 000 mètres ; cela concerne les mal-voyants avec ou sans guide et les courses en fauteuil. Il y a 54 catégories en fonction du handicap.

IMG_1756.JPG

Michel et d'autres bénévoles de la ligue d'Athlétisne Rhône-Alpes

Et concrètement ?
Je règle tout problème technique qui m’est signalé par les juges courses. Par exemple, hier on a disqualifié un Vénézuélien qui avait serré un Australien, lequel a été reclassé et a pu ainsi disputer la finale. Ou encore on a disqualifié un Chinois mal-voyant parce que son guide l’avait propulsé avec sa cordelette.
Combien êtes-vous à l’organisation ?

Entre les jurys, les bénévoles en charge de l’organisation et les juges internationaux, les I.T.O., un millier de personnes environ.

Personnellement, qu’est-ce que vous en retirez de travailler aussi avec le handisport ?
Les handisports m’ont fait découvrir que j’avais deux jambes et deux bras. Ils m’ont beaucoup apporté à titre personnel, mais aussi dans l’exercice de mon métier de prof d’EPS. Ca m’a énormément apport. Et puis, on apprend à relativiser nos petits malheurs. Sans parler que souvent, ces athlètes ont une attitude que l’on aimerait voir plus fréquemment chez les valides.

Propos recueillis par Philippe Décot

leprog.jpg

Tony Estanguet au Stade du Rhône pour les Mondiaux Handisport

IMG_1386.JPG

« Le handisport : un élément important du sport français »

Le triple champion olympique de canoë est venu assister ce mardi à la compétition. Une occasion pour le nouveau membre du CIO de découvrir une autre facette des événements sportifs et d’encourager une équipe de France à la peine depuis le début de la compétition.

Qu’est-ce qui vous a donné envie de venir cet après-midi ?
Je suis là car cette compétition est la plus importante dans le handisport après les Jeux Paralympiques. C’est bénéfique pour le sport français en général qui se cherche un peu depuis quelques années et qui peut pousser pourquoi pas à une candidature pour organiser des Jeux Olympiques. Je suis également là dans le but de découvrir le côté pile des événements sportifs. Mon entrée au CIO (Comité international olympique) me pousse à m’intéresser aux coulisses de gros événements sportifs.
Quel regard portez sur ce championnat du monde ?
Cet événement représente l’unité du sport français. Les athlètes handisports, comme les dirigeants, comptent dans la grande famille sportive. Ils ont fait l’effort de venir m’encourager lorsque j’étais athlète et je tiens à ce qu’il y a une réciprocité. Le handisport est un élément important pour l’avenir du sport français.

IMG_1388.JPG

Vous avez suivi les résultats des athlètes français depuis le début de la compétition ?

Un peu oui. Malheureusement, certains espoirs de médailles, comme Arnaud Assoumani, sont passés au travers à cause de petit pépin physique. Et d’un autre côté il y a les révélations, comme Mandy François-Elie qui a pris l’or sur 200 mètres ou encore Marie-Amélie Le Fur. Ce qui est positif malgré tout, c’est cette fraîcheur que j’ai ressenti ce matin en discutant avec quelques athlètes, la réussite ne devrait pas tarder à arriver.

J-B Goin

leprog.jpg

vendredi, 12 juillet 2013

Championnat de France Élite. Les ambitions d’Anne Cécile Thévenot

2012_0506Image0624.JPGCe soir, sur 3 000 mètres steeple, l’Oyonnaxienne, seule représentante d’un club de l’Ain à Paris, partira à la conquête d’un nouveau record départemental et, pourquoi pas, d’une médaille.

Quatre jours après avoir pris la 7e place sur 1 500 mètres du championnat National à Aubagne en 4'32"63, nouveau record personnel, Anne-Cécile Thévenot est montée hier à Paris. Ce soir, à 17 h 35 au stade Charléty, elle disputera le 3 000 mètres steeple, sa distance de prédilection, au championnat de France Elite. Absente des pistes depuis 2010, année où elle avait conquis de haute lutte et à la surprise générale la médaille de bronze, l’Oyonnaxienne savourait d’avance ce retour au sommet.

IMG_4160.JPG

Vos blessures sont désormais un lointain souvenir…

« Un genou puis la hanche m’ont effectivement obligée à lever le pied en 2011 et 2012. J’ai pris mon mal en patience d’autant plus facilement que je m’installais dans la vie professionnelle comme professeur des écoles, en la banlieue lyonnaise. Mais il n’empêche que la course m’a beaucoup manqué, moi qui pratique l’athlé depuis la catégorie poussine. C’est avec plaisir que j’ai repris l’entraînement à la rentrée dernière, sans brûler les étapes, avec un nouvel entraîneur Eric Legat. À la fin de l’hiver, ma 23e place au championnat de France de cross a montré que j’étais sur la bonne voie. »

IMG_4225.JPG

Comment s’est passée la reprise sur la piste ?

« En douceur avec le1er tour des interclubs début mai. Mon nouveau coach a bien programmé ma montée en puissance. Je me suis qualifiée pour le France Élite du 3 000 steeple à la mi-Juin en 10'38"37. Ensuite j’ai affûté ma vitesse de base sur 1 500 mètres à l’occasion du Meeting Rhône-Alpes à Oyonnax, puis dimanche lors du National à Aubagne où j’ai couru avec d’excellentes sensations. La forme est au rendez-vous au bon moment. »

Quels sont vos espoirs pour cette course ?

IMG_4363.JPG

« Au départ, avec le 12e et dernier temps qualificatif, je pensais uniquement à une bonne performance. Mais en début de semaine, avec des forfaits de dernière minute, je peux dire que ma cote a singulièrement augmenté. Derrière la grande favorite Claire Perraux et deux athlètes étrangères licenciées dans un club français, toutes trois sous les 10 minutes, j’ai bon espoir de me retrouver à la lutte pour une médaille. Pour cela, ce serait bien que j’améliore mon record de l’Ain 10'23"56 qui date de 2010. Après je pourrais partir en vacances tranquillement… »

leprog.jpg

10:00 Écrit par La Com dans Actualité, Athlétisme, Coup de Coeur | Commentaires (0) | Tags : thevenot |  Facebook |  Imprimer | |

mardi, 09 juillet 2013

Les Héroïnes du week-end dernier: Farah Clerc, Aretha Touam, Stacy Vagao, Laura Hoarau !

Voir l'article sur le site du comité du Rhône

Farah Clerc.jpg

Aretha Touam.jpg

Stacy Vagao.jpg

130622MeetingST-Etienne.jpg

12:50 Écrit par La Com dans Athlétisme, Coup de Coeur | Commentaires (0) | Tags : clerc, touam, vagao, hoarau |  Facebook |  Imprimer | |

samedi, 06 juillet 2013

Championnats du Monde de Trail

Deux superbes places de 6ième pour mes amis du Team Terre de Running aux championnats du monde de trail à Llanrwst au Pays-de-Galles. Auxquelles il faut rajouter une médaille d'Argent par équipe pour Fabien et l'Or pour Stéphanie.

Fabien Antolinos.jpg

Stephanie Duc.jpg

Les résultats

16:35 Écrit par La Com dans Athlétisme, Coup de Coeur, Résultats | Commentaires (0) | Tags : antolinos, duc |  Facebook |  Imprimer | |

vendredi, 28 juin 2013

Fin de Course d'une Légende du sport français

130628121448848_85_000_apx_470_.jpg

C'est bien une légende du sport français qui vient de nous quitter. C'est aussi le père de tous les marathoniens. Quel coureur s'alignant sur la distance du marathon ne connait Alain Mimoun. Lui qui racontait si bien sa course olympique avec ses mots à lui, ses anecdotes, son mouchoir sur la tête, le prénom d'Olympe qu'il donnera à sa fille, etc...


L'article de la Fédération Française d'Athlétisme:

Le champion olympique du marathon en 1956 s’est éteint jeudi soir, à l’âge de 92 ans. C’est une légende de l’athlétisme et, bien plus largement, du sport tricolore, qui nous a quittés. La famille de l’athlétisme est en deuil.

C’était un enfant de l’athlétisme, né un an après la naissance de la Fédération française d’athlétisme. On se souvient encore de l’émotion de la salle lorsque, fin 2010, à l’occasion de l’anniversaire des 90 ans de la FFA, Alain Mimouns’était avancé sur l’estrade d’un pas lent mais décidé. Il avait sorti de sa poche une grande feuille passablement froissée, tout en affichant un petit sourire de connivence avec son auditoire. Raconter sa course, son histoire, sa légende à toutes les générations, c’était la mission que s’était assigné le natif d’El Telagh, près d’Oran, en Algérie.

alain-mimoun400.jpg

 L’acmé de ce parcours, c’est bien sûr le marathon des Jeux olympiques de Melbourne en 1956, lors duquel le fondeur d’un mètre soixante-dix va entrer dans le cœur des Français. En 2h25 exactement. En Australie, Alain Mimoun porte le dossard numéro 13. La veille du départ, il apprend que son épouse vient de donner naissance à une petite fille. Il la prénomme Olympe. Un Tricolore s’est imposé lors du marathon olympique en 1900 et en 1928. Pour ce coureur tant attaché aux signes, il n’y a pas de hasard.

Au départ de la course, le Français, déjà médaillé d’argent aux JO sur 10 000 en 1948 et sur 5000 m et 10 000 m en 1952, n’est pas le grand favori. Il s’agit en effet de sa première tentative sur la distance des 42,195 km. On attend donc plutôt sur la plus haute marche du podium la locomotive tchèque Emil Zatopek. Sous une chaleur étouffante (36°C à l’ombre), Alain Mimoun commence par observer prudemment ses principaux rivaux. A mi-course, l’Australien Kelly accélère. Le Tricolore lui emboîte le pas puis, quelques centaines de mètres plus loin, attaque à son tour. Il se retrouve rapidement seul dans la fournaise de Dandenong Road, l’artère qui ramène les athlètes vers le stade olympique. Au trente-cinquième kilomètre, c’est l’heure de la défaillance. Mais il s’accroche et franchit en vainqueur la ligne d’arrivée sous les yeux de 100 000 spectateurs, avec 1’32’’ d’avance sur le Yougoslave Mihalic.

1016599_599727903400961_1659390917_n.jpg

Immense fierté pour cet amoureux de la France, grand admirateur du Général de Gaulle et fervent croyant, qui s’était engagé quelques années plus tôt dans l’armée française, au début de la seconde guerre mondiale. Blessé gravement au pied par un éclat d’obus lors de la bataille du Mont Cassin, le 28 janvier 1944, Alain Mimounavait échappé de peu à l’amputation de sa jambe gauche. Aîné d’une fratrie de sept enfants, élevé au sein d’une famille modeste d’agriculteurs,  garçon de café après la guerre 39-45, il louait inlassablement sa patrie d’adoption, sous les couleurs de laquelle il avait gravi les échelons de la gloire.

95135431383B35598D4DA1AB8D2CCD_h313_w306_m2_q80_cIKDjKMDA.jpg

Encore aujourd’hui, son palmarès sportif fait référence. Avec quatre-vingt cinq courses sous le maillot bleu, il détient toujours le record de sélections en  équipe de France. Quadruple médaillé olympique, il remporta trente-deux titres de champion de France, sur piste et en cross. Le fruit d’une incroyable longévité de vingt années au plus haut niveau. Il avait été élu à la fin des années 1990 champion du siècle par les lecteurs d’Athlétisme Magazine, devant Marie-José Pérec, Guy Drut ou encore Michel Jazy.

Après sa carrière, ce passionné de course à pied avait continué d’effectuer, tant que ses jambes le portaient, son footing quotidien dans les allées du Bois de Vincennes. Il y croisait souvent les jeunes talents du sport français, auquel il racontait son histoire, désormais immortelle.

A sa famille et à ses proches, la Fédération française d’athlétisme adresse ses plus sincères condoléances.

subst.news.tiny.gif

Deux très beaux reportages

 Le magnifique documentaire La légende d'Alain Mimoun, réalisé par Benjamin Rassat en 2010, qui retrace la vie et la carrière d'Alain Mimoun avec des images d'archives et d'aujourd'hui.

1956 olympics/ Alain Mimoun: the legend

 

19:01 Écrit par La Com dans Athlétisme, Coup de Coeur | Commentaires (1) |  Facebook |  Imprimer | |

vendredi, 21 juin 2013

MNEL (Meeting National de l'Est Lyonnais): Toutes les PHOTOS !

 

IMG_3061.JPG

 LE MEETING INTERREGIONAL

IMG_3257.JPG

IMG_3518.JPG

IMG_3614.JPG

IMG_3821.JPG

LES ANIMATIONS

IMG_4063.JPG

1m06 sans élan

IMG_4002.JPG

 

IMG_4021.JPG

200m Exhibition

IMG_3959.JPG

Course à l'américaine

LE MEETING NATIONAL

IMG_4096.JPG

IMG_4130.JPG

IMG_4377.JPG

IMG_4510.JPG

IMG_4519.JPG

IMG_4624.JPG

IMG_4632.JPG

IMG_4661.JPG

IMG_4751.JPG

IMG_4761.JPG

PHOTOS

ALBUM 1

ALBUM 2

19:12 Écrit par La Com dans Athlétisme, Coup de Coeur | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

lundi, 17 juin 2013

Le demi-fond à la fête au Meeting National de l’Est-Lyonnais

kDLY-jNRquL-EVF73VeoUVLBinnGsGMIfSNp45slXXM.jpgLe Meeting National de l’Est-Lyonnais, organisé cette année sur la nouvelle piste de Décines, a tenu toutes ses promesses pour sa troisième édition.

Sur le 1500 mètres, Sandra Beuvière a créé la surprise en devançant la locale de l’étape Claire Perraux (ex-Navez), double championne de France Elite en salle en titre sur 1500m, dans l’excellent temps de 4’15’’94. Cette performance permet à la Rémoise de prendre la seconde place au bilan français juste derrière Laurane Picoche (4’15’’72) et d’améliorer son record personnel de près de 4 secondes : 4’19’’73 réalisés à Marseille le 31 mai dernier. Claire Perraux, passée des couleurs du Décines Meyzieu Athlétisme à celle du SCO Sainte Margerite depuis la rentrée, espérait quant à elle mieux que ses 4’18’’63 du jour, même si cette course s’inscrivait dans une semaine d’entraînement dense. En effet, l’ingénieur en Génie Civil diplômée de l’INSA de Lyon depuis septembre dernier, va tenter de décrocher les minima pour les championnats du monde sur 3000m steeple (9’34’’30) après avoir ouvert sa saison à New York en 9’43’’70. Elodie Guégana dû abandonner à 800 mètres de l’arrivée, à cause d’une douleur au tendon d’Achille.

navez,perraux

 Chez les hommes, le Haut-Savoyard Guillaume Adam confirme son potentiel sur le 1500m, neuf jours après avoir abaissé son record personnel à 3’40’’35 lors du meeting de Montbéliard. Il remporte le 1500m en 3’41’’81 devant le Kenyan Benjamin Cheruiyot, vice champion du monde junior sur 1500m en 1998 à Annecy, en 3’41’’93 et Thomas Cattin Masson(3’43’’64). L’étudiant à l’INSA de Lyon en Génie Mécanique signe à Décines sa onzième victoire en 2013 et espère que ces 3’40’’35, quatrième performance française de l’année, lui permettront de rentrer dans des meetings encore plus rapides.

navez,perraux

 Sur 3000m steeple, la Quimpéroise Hasna Tabboussi l’emporte en 10'34"84 (record personnel à 10’15’’17 à Metz en 2010), soit la sixième meilleure performance française de l’année, devant Anne-Cécile Thévenot (10’38’’37) et Nathalie Favreau (10’41’’36). Chez les hommes, l’Espoir Jeffrey De Freitas l’emporte en solitaire et passe pour la première fois sous les 9 minutes : 8’57’’98, améliorant son record personnel de 13 secondes. Le Haut-Savoyard El Houssine Mouzountermine second en 9’08’’86.

navez,perraux

navez,perraux

Les résultats

Plus de 1500 PHOTOS plus tard dans la semaine

 

Source: Culture Athlé

378920_490278201007088_794230923_n.jpg


20:11 Écrit par La Com dans Athlétisme, Coup de Coeur, Résultats | Commentaires (0) | Tags : navez, perraux |  Facebook |  Imprimer | |

samedi, 15 juin 2013

MEETING NATIONAL DE l’EST LYONNAIS.Claire Perraux travaille à la maison

2011_0611Image0718.JPG«exilée» depuis l’an dernier en Alsace et désormais licenciée au SCO Marseille Sainte Marguerite, Claire Perraux (ex-Navez) revient aujourd’hui à domicile pour la 3e édition du meeting national de l’Est Lyonnais (MNEL) organisée pour la première fois sur la piste flambant neuve de Décines. L’ex-Décinoise, triple championne de France de cross court et championne de France 2012 de 3000m steeple, s’aligne sur 1500m (face à sa partenaire d’entraînement Elodie Guegan) afin de travailler la vitesse une semaine avant le championnat d’Europe par équipes (22-23 juin à Gateshead) qu’elle disputera sur 3000m steeple. Meilleure performeuse française de la saison (9’43’’70, record personnel), elle tentera en Angleterre de s’approcher des minima pour les Mondiaux de Moscou (9’34’’30). A suivre aussi ce soir un alléchant 1500m hommes en présence de l’étudiant de l’Insa Guillaume Adam (3’40’’35 cette saison) et du Kenyan Benjamin Cheruiyot.


> Meeting national de l’Est lyonnais, ce soir au stade Troussier à Décines à partir de 16h30.

leprog.jpg


mercredi, 12 juin 2013

Meeting National de l'Est Lyonnais

kDLY-jNRquL-EVF73VeoUVLBinnGsGMIfSNp45slXXM.jpgC’est sur la nouvelle piste, inaugurée mi-avril, du stade Raymond Troussier que se déroulera ce samedi le 3e Meeting National de l’Est Lyonnais (M.N.E.L.).Près de 300 athlètes sont attendus pour cette épreuve de niveau international dont les deux premières éditions s’étaient déroulées à Chassieu.

Une organisation conjointement assurée par les clubs de Chassieu Athlé et Décines Meyzieu Athlétisme (D.M.A.) respectivement présidés par Christell Ganne et Bernard Durousset.

Le programme

De 16 h 30 à 18 h 30 : meeting Interrégional Demi-Fond 1 500 m et steeple. Animations 200 m exhibition, Course à l’américaine, Show surprise. Meeting National de l’Est Lyonnais.

20 h : 1 500 m femmes. 20 h 20 : 1 500 m Hommes. 20 h 30 : 3 000 m steeple hommes. 21 h : 3 000 m steeple femmes.

www.mnel-athle.fr

Pascale Bouly: Spécialiste des 24 heures !

IMG_1992.JPGPascale Bouly qui est licenciée au Décines Meyzieu athlétisme. depuis décembre 1998 est une athlète hors normes. Cette quinquagénaire a en effet déjà couru les plus belles et plus difficiles courses du monde, comme l’Ultra Trail du Mont-Blanc, la 6000 D et le Grand Raid de la Réunion. Après avoir débuté par des 100 km, elle a essayé des courses de 24 heures : « En 2007, j’ai voulu voir ce que c’était que de courir pendant 24 heures, sans aucune assistance. J’en ai fait trois toute seule, en réussissant à dépasser les 200 km », avoue-t-elle, modestement. « Je suis très bien au DMA, avec Roland Schroll qui établit mes plans d’entraînement et m’accompagnait sur des 100 km. »

Le club peut être fier de posséder une athlète qui porte haut ses couleurs au niveau international. Pascale a en effet rejoint l’équipe de France B, après avoir parcouru 213,687 km en 24 heures, étant championne d’Europe, et 3e au championnat du monde (par équipes) et 15e européenne et 23e mondiale (en individuel).

leprog.jpg

mardi, 11 juin 2013

Journée de Dam's: Dimanche, On pensera à Virginie et Damien

Dam's.jpgCe dimanche 16 juin 2013 au stade Pierre Duboeuf à Bron aura lieu la 4ème édition de la "Journée de DAM’S". Cette journée est organisée pour sensibiliser et alerter le public sur un type de cancer : les sarcomes.

A cette occasion les membres de l'association vous accueillent et organisent différents ateliers sportifs pour petits et grands !

Une journée inscrite sous le signe de la convivialité ! Et un moment à partager entre amis et en famille !

La recette de la Journée de DAM’S sera reversée au Centre de Lutte contre le Cancer Léon Bérard, au profit de la recherche sur les sarcomes.

Le 10km : départ 9h

8681_10201540431372316_2031429226_n.jpg

Communiqué d'Héni Kéchi:
Bonjour à tous ! A quelques jours de la journée de Dam's, France 3 diffuse ce soir mardi 11 Juin à partir de 19h, un reportage consacré au cancer du sarcôme et à l'association Dam's. Le tournage a eu lieu au stade de Bron moi, Olivier CHARZAT et Florian CELLI avons été filmé lors d'un entraînement. Puis nous avons été interviewé. Rediffusion Jeudi 13 Juin à partir de 19h sur france 3.

Il manque encore quelques signaleurs vous pour contacter Héni Kéchi

Le site de l'association

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu