compteur

Avertir le modérateur

lundi, 04 novembre 2013

Dominique Guebey: Décines 39 ans plus tard !

Dominique Guebey est dans les années 70/80 un des grands spécialistes français de la marche athlétique. International, il participe aux Jeux Olympiques de Los Angeles en 1984, il y prendra une belle douzième place sur le 50km en 4h01'01.

Ci-dessous: Dominique sur la piste de Décines en 1974 et 2013.

Decines740224c.jpg

24 février 1974

IMG_6805.JPG

29 septembre 2013

12:33 Écrit par La Com dans Athlétisme, Coup de Coeur | Commentaires (1) | Tags : guebey |  Facebook |  Imprimer | |

samedi, 26 octobre 2013

Douzième édition de la Val’Lyonnaise

index.jpgUn millier de participants est attendu à la douzième édition de la Val’Lyonnaise qui se court demain matin sur deux distances (15km et 26km) sur des boucles vallonnées tracées autour de Vaugneray, passant par Pollionnay, Ste-Consorce et Grézieu-la-Varenne. Départs à 9h00 (26km) et 9h15 (15km). Inscriptions aujourd’hui à la piscine inter-communale à Vaugneray (14h-18h). Pas d’engagement avant le départ.

Plus d'infos

26e semi-marathon à Grigny

Environ 200 coureurs devraient disputer ce dimanche matin le semi-marathon de Grigny soit sur 21km, soit sur 10,5km.

Les deux distances sont courues sur la même boucle. Engagement possible au départ (13 euros). Départs à 9h00.

08:42 Écrit par La Com dans Actualité, Coup de Coeur | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

jeudi, 10 octobre 2013

Les bienfaits de la marche nordique

090329Parcoursducoeur 062.jpgSport et santé. Depuis six ans, Renaud Jaillardon encadre des séances de marche nordique dans le Beaujolais. Une discipline qui fait de plus en plus d’adeptes.

Lorsque Renaud Jaillardon ne court pas, il fait marcher les autres. Le champion de course en montagne est employé par le club de Villefranche (ACVS) en qualité de coach athlé santé. Une activité par le biais de laquelle il propose des séances de remise en forme, de running et de marche nordique. Lancée par les skieurs finlandais, qui voulaient maintenir leur niveau d’entraînement pendant l’été, la marche nordique s’est depuis grandement développée à travers le monde (plus de 8 millions d’adeptes), mais aussi dans le Beaujolais. Formé par la fédération française d’athlétisme, Renaud Jaillardon a ouvert une section en Calade, il y a de cela six ans. Aujourd’hui, il encadre près d’une centaine de personnes (une majorité de femmes âgées en moyenne de 50 ans) chaque semaine. Des groupes de niveaux ont été mis en place. Agés de 67 et 59 ans, Jean-Pierre et Mariannick Bernard débutent dans la discipline. « Cela n’a rien à voir avec la marche en montagne », constate ce couple de Pommiers. « Là, on allonge les foulées et on est obligé de se tenir droit. Avec l’action des bâtons, c’est tout le corps qui travaille ». Mariannick, qui relève de maladie, apprécie les bienfaits de la marche nordique. Des bienfaits reconnus au point d’être « remboursés par la sécurité sociale allemande », certifie Renaud Jaillardon, qui intervient dans un centre médical à Charnay, auprès d’anciens fumeurs. « 90 % des muscles sont en action et il n’y a pas de choc. Cette pratique est idéale pour reprendre de la caisse (sic). Il en va des malades comme des sportifs de haut niveau… »

090329Parcoursducoeur 098.jpg

Son BLOG

T.A.

leprog.jpg

16:03 Écrit par La Com dans C'est dans Le Progrès, Coup de Coeur | Commentaires (0) | Tags : jaillardon |  Facebook |  Imprimer | |

samedi, 05 octobre 2013

Fabien Antolinos armé pour la grande première

2013_0427Image0003.JPGPour la première fois cette année, le titre de champion de France de trail sera décerné sur une course d’un jour demain matin à Gap (57km ; 3200m D +). Déjà vainqueur des plus grandes épreuves du calendrier (SaintéLyon, 6000D, Eco trail de Paris, Nivolet-Revard et Course des Templiers), Fabien Antolinos a coché l’événement. « Que tout le monde se rencontre le même jour, sur un site très intéressant qui consacrera un coureur complet, ne peut être que motivant », dit-il. Opéré l’hiver dernier du genou, le Décinois était tout juste revenu pour les Mondiaux début juillet (6e ). Depuis, il s’est consacré exclusivement à la préparation de cet objectif. « J’ai passé les mois de juillet et août à m’entraîner avec quelques petites compétitions. Je n’ai plus de douleurs. Tous les voyants sont au vert. Maintenant, il ne faudra faire aucune erreur, d’autant que tous les meilleurs ou presque sont présents. » Frais après son début de saison tronqué, le coureur du Team Terre de Running a prévu d’enchaîner avec la course des Templiers et la SaintéLyon où il n’est plus revenu en solo depuis sa victoire en 2008.

B.Steen

En savoir plus sur le site Fédéral, le site du championnat

leprog.jpg

08:30 Écrit par La Com dans Athlétisme, Coup de Coeur | Commentaires (0) | Tags : antolinos |  Facebook |  Imprimer | |

mardi, 01 octobre 2013

Le Ruban de l'Espoir et Courir Pour Elles: Rendez-vous le 7 octobre !

1378719_667751416576991_802485091_n.jpgLundi 7 octobre, l'association Courir POUR ELLES en lien avec les associations locales de lutte contre le cancer et ses partenaires de proximité, organisent l'étape lyonnaise du Ruban de l'Espoir : une action nationale, de sensibilisation et d'information grand public sur le cancer du sein.

Deux temps forts sont proposés :
Rendez-vous dès 12h au coeur du Centre Commercial de la Part-Dieu pour une après-midi d'animations et d'échanges. Pour que prévention rime directement avec action, une ballade à vélo, gratuite, ouverte à tous et encadrée par l'association « La Ville à Vélo » est également organisée de 19h30 à 21h dans les rues de Lyon.
Nutrition et activité physique : 2 thèmes majeurs du Ruban de l'Espoir 2013

Cet événement, fédérateur, a lieu en octobre, le mois international de lutte contre le cancer du sein. Le Ruban de l’Espoir est initié par le Collectif K qui réunit des associations impliquées dans la lutte contre le cancer et le soutien aux malades.

Du 28 septembre au 27 octobre 2013, journées de sensibilisation et soirées festives se conjuguent dans toute la France, pour faire passer des messages de prévention santé, d'incitation au dépistage ainsi que de sensibilisation au cancer du sein. Une flamme est portée en relais d’étape en étape. Elle symbolise le lien d’espoir qui unit les associations et les villes partenaires autour du cancer.

942761_10153307830065164_1559989752_n.jpg

Lundi 7 octobre : une étape lyonnaise sur la thématique de « l'activité physique, meilleur moyen de prévention contre le cancer »
A l'instar de ces 3 dernières années, Courir POUR ELLES a pris les rênes de l'organisation de l'étape lyonnaise en lien avec La Ligue contre le Cancer, Adémas 69, Activ'Ra et Europa Donna. Cette année, l'événement aura lieu au coeur du Centre Commercial de la Part-Dieu, tout de rose vêtu : un emplacement de choix pour sensibiliser le grand public à la nécessité d'être acteur de sa santé en pratiquant régulièrement une activité physique et ayant une alimentation équilibrée.

Au programme :
de 12h à 18h, des animations (inauguration d’un tandem, show cycling suivi de l'opération « Venez Rouler POUR ELLES – 1km = 1€ », concours culinaire animé par le chef Olivier Chaput...) et un espace information-prévention (stands d'information, conseils Nutrition avec Bénédicte Van Creyst, nutritionniste de « Au sein des femmes », exposition-photos « Projet Vénus III » par Space Junk, ateliers d'Activité Physique Adaptée par la section STAPS de l'Université Lyon 1.)

de 19h30 à 21h : une ballade à vélo récréative et encadrée dans les rues de Lyon
Départ au niveau du Parking des Cuirassiers et arrivée Boulevard Vivier Merle (voir le parcours). Chaque participant, en tenue rose, la couleur solidaire, est invité à venir avec son vélo.

Informations complémentaires

A propos de Courir POUR ELLES

Courir POUR ELLES est une association loi 1901 créée en 2009. A travers l'engagement de ses membres et de son comité éthique, l'association a pour principales missions de :

SENSIBILISER le plus grand nombre à la prévention des cancers féminins par l'activité physique.

REUNIR et MOBILISER à travers 3 événements annuels :

en OCTOBRE, Rouler POUR ELLES, à l’occasion de l’étape lyonnaise du RUBAN DE L’ESPOIR, autour de la pratique du vélo.

en MARS, Danser POUR ELLES, à l’occasion de la Journée des Droits des femmes, autour de la danse,

en MAI, Courir POUR ELLES, souvent à l’occasion de la Fête des Mères, autour de la marche et de la course.

DISTRIBUER la totalité des bénéfices pour les soins de support adaptés aux femmes victimes de cancer.
A noter : Depuis 2010, Courir POUR ELLES a déjà reversé le somme de 161 000€ directement à 4 associations locales (LA LIGUE 69, EUROPA DONNA, ACTIVR’RA et ADEMAS 69.)

15:53 Écrit par La Com dans Actualité, Coup de Coeur | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

lundi, 23 septembre 2013

Ils sont ' FORMIDABLE' !!!

L'équipe de France se drape d'or

Après deux médailles d'argent olympique et deux autres à l'Euro, l'équipe de France masculine s'offre enfin son premier titre international grâce à sa victoire en finale sur la Lituanie (80-66), dimanche à Ljubljana. Plus qu'une victoire en fait : un bijou de match.

30e9e.jpg

05:48 Écrit par La Com dans Autre Sport, Coup de Coeur | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

samedi, 21 septembre 2013

Euro 2013 : demi-finale la France réussit l’exploit de battre l’Espagne (72-75 a.p.). Fantastico !

avec-32-points-parker-a-ete-l-immense-bonhomme-de-cette-demi-finale-photo-afp.jpgLe géant espagnol est à terre et les Bleus en finale ! La France a terrassé, hier soir, son grand rival et affrontera ce dimanche la Lituanie (à 21h sur France 2). Elle disputera là sa deuxième finale consécutive à l’Euro, et tentera de décrocher enfin le premier titre européen de son histoire.

Ils l’ont fait ! Hier soir, dans l’Arena de Ljubljana, les matadors tricolores ont enfin dompté leur bête noire. Cela faisait trois ans que les Bleus courraient après ce succès, trois longues années d’hibernation marquées par huit défaites de rang.

Tony Parker et sa clique ont mis fin à ce qui ressemblait de plus en plus à une sorte de malédiction et ils y sont parvenus à l’issue d’un affrontement dantesque, d’une prolongation insoutenable, puisqu’il a fallu recourir au temps additionnel pour départager les deux meilleures nations européennes du moment.

Parce que la seleccion espagnole a si souvent été le fossoyeur des espoirs français – en finale du championnat d’Europe il y a deux ans, en quart de finale des JO de Londres l’an dernier pour ne prendre que les deux exemples les plus récents -, l’exploit de ce vendredi n’en est que plus jubilatoire. Double champion d’Europe en titre et vice-champion olympique, le colosse ibère a été déboulonné de son socle et l’équipe de France retrouvera la Lituanie demain, une formation contre laquelle elle s’était inclinée (76-62) au deuxième tour, pour tenter de décrocher le premier titre européen de son histoire.

La France a eu le mérite de se relever d’une première mi-temps indigente sur le plan offensif. A la pause, les Bleus avaient en effet été limités à 20 points, dont 14 pour Tony Parker. Sur la lancée de son époustouflant quart de finale contre la Slovénie, le meneur tricolore était le seul à tirer son épingle du jeu (7 sur 9 au tir), là où ses coéquipiers cumulaient un affreux 3 sur 20 !

Portés par Tony Parker (au centre), les Bleus se sont arrachés pour venir à bout de l’Espagne  Photo AFP

Par Aguilar, Rodriguez et San Emeterio, les Espagnols avaient planté trois banderilles primées pour se faire la belle au début du deuxième acte, alors que la France, elle, était stérile derrière l’arc (0 sur 8 à mi-parcours). Vincent Collet avait pourtant largement ouvert son banc, envoyé Lauvergne et Kakudi au front pour muscler le jeu, rien n’y avait fait. Ce 13-0, la France l’a traîné comme un boulet et la faute antisportive de Boris Diaw sur Sergio Llull à la fin du deuxième quart-temps, qui a manqué de mettre le feu aux poudres, en disait long sur la frustration des vice-champions d’Europe.

La main de Diot et une défense de zone permettaient aux Bleus de revenir dans le match au retour des vestiaires. Parker poursuivait son récital et les coéquipiers de Marc Gasol pouvaient sentir le souffle de leurs adversaires dans leur nuque (44-41, 28e’, puis 46-43, 30e’). Pietrus retrouvait ses jambes de 20 ans et Gelabale, puis Diaw effaçaient presque entièrement l’ardoise (52-51, 33E’). Gelabale, touché à la cheville en allant au combat, était contraint de quitter ses coéquipiers au début du money-time, mais Batum inscrivait ses premiers points de la soirée à 6,75m pour entretenir l’espoir.

La bande à Collet était héroïque et Parker remettait les compteurs à zéro. Sur un nuage, encore une fois, le meneur tricolore donnait même l’avantage aux Bleus (63-64) à deux minutes du terme. Un lancer franc d’Ajinça figeait la marque à l’issue du temps réglementaire, l’ultime tentative de Calderon manquant la cible. Le suspense était à son comble. Parker et Diot ne tremblaient pas sur la ligne de réparation – huit lancers francs consécutifs pour le duo – et envoyaient les Bleus au nirvana.

Le monarque d’Espagne a donc laissé choir sa couronne et c’est la France qui, aujourd’hui, rêve haut et fort de la coiffer. Ce dimanche, la génération dorée du basket hexagonal se voit offrir une deuxième chance – après 2011- de se parer d’or, le seul métal qui manque à sa collection. Quarante minutes seulement l’en séparent encore.

Régis Schneider

leprog.jpg

08:20 Écrit par La Com dans Autre Sport, Coup de Coeur | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

jeudi, 19 septembre 2013

La Course des Irréductibles c'est samedi !!!

2012_0915Image0048.JPGNouvelle édition de 'La Course des Irréductibles'.

Organisée par l'association 'Des sourires à Niongono' et le Décines Meyzieu Athlétisme.

A présent bien encré dans le calendrier, se sont pas moins de trois courses de trail format courte distance au programme de cette fin d'après-midi du 21 septembre.

L'occasion de faire 'une belle sortie' et de tester sa forme au retour des vacances.

Plus d'infos sur le site officiel

La course des irréductibles vous convie à une matinée reconnaissance du parcours le samedi 31 août à 9h. Gratuit et ouvert à tous, rendez-vous dans le parc de la Mairie de Sathonay Village. Programme: le parcours du 4,5 kms et du 13 kms (qui est commun avec le 22 kms).

560816_10201993151734546_862742609_n.jpg

Inscriptions sur place

16:55 Écrit par La Com dans Coup de Coeur, Course sur route | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

vendredi, 13 septembre 2013

Tanguy Pépiot, étape aux jeux de la Francophonie avant les Etats-Unis

IMG_6055 (1280x853).jpgA l’occasion des Jeux de la Francophonie organisés à Nice (l’athlétisme a lieu du mardi 10 au samedi 14 septembre), focus sur ces athlètes qui fêtent leur première sélection internationale senior. Aujourd’hui, Tanguy Pepiot, en lice sur 3 000 m steeple samedi.

Avec Romain Collenot Spriet, il représente la génération montante du 3 000 m steeple tricolore derrière les Mahiedine Mekhissi, Yoann Kowal ou Nouredine Smail. Avec un très bon record personnel (8’33’’42 à Botrop en 2012), Tanguy Pepiot a confirmé ses bonnes dispositions cet été à Tampere, aux championnats d’Europe espoirs, où il a pris la 3eplace (en 8’38’’07), après la disqualification du Bulgare Tsenov, coupable d’avoir mis un pied à l’extérieur de la piste. «Je retiens l’état d’esprit que j’avais pendant la finale, car j’ai vraiment couru pour gagner. J’ai vraiment tout mis cette année pour être en forme aux Europe espoirs. Je suis content que la médaille vienne récompenser mon approche de la compétition. C’est vraiment une consécration même si je visais le titre » relève t-il. Seul regret, ne pas avoir profité de sa forme pour améliorer son record personnel. « Il ne pas manqué grand-chose. Je me suis blessé à l’adducteur mi mai. Je n’ai jamais été aussi fort à l’entraînement que cette année. J’ai fait 8’38 dans une course tactique. Je n’ai pas eu de courses intéressantes au moment où j’étais en forme » explique le Franc-Comtois.

IMG_6034 (1280x853).jpg

Invité au Décanation il y a dix jours –il n’a pas été classé, c’est Yoann Kowal qui représentait la France - Tanguy Pepiot a éprouvé quelques difficultés, terminant en 8’56’’69. « Ce n’était vraiment pas bon. Je suis parti à Font Romeu du 26 juillet au 12 août. On s’est dit que c’était bien de tenter un stage en altitude comme je n’ai pas trop l’habitude. J’ai mis presque trois semaines à bien récupérer. Je n’avais toujours pas “surcompensé“ ce stage. C’est intéressant car ça va me servir. Je “découvre“ l’entraînement senior, car la plupart des athlètes font un, deux ou trois stages en altitude par an ».

Quand il dit « on », le champion de France espoir 2012 inclut son entraîneur Bastien Perraux. Un coach qu’il n’a pas souvent vu cette saison –excepté en stage- Bastien Perraux s’occupant de la préparation de Bouabdellah Tahri.  « C’était un peu compliqué » convient Tanguy Pepiot.

IMG_6011 (1280x853).jpg

« Si je pars aux Etats-Unis, c’est que je suis ambitieux »

S’il avait la possibilité de s’entraîner avec le Messin, Tanguy Pepiot a choisi une autre option : partir un an aux Etats-Unis poursuivre son « double projet », dans l’université d’Oregon à Eugene, alors qu’il était à l’INSA à Lyon, tout comme Guillaume Adam. « Je vais avoir une très bonne structure d’entraînement. Je ne connais pas trop les partenaires d’entraînement. Je sais qu’il y a un coureur qui a fait 28’30 au 10 000, un autre 13’18 au 5 000.  J’ai envie de continuer mon double projet dans un pays qui vit l’athlétisme à fond. La vie universitaire américaine tout en m’entraînant, c’est vraiment quelque chose que je voulais vivre. Et m’entraîner comme un athlète professionnel, je pourrais le faire plus tard » souligne celui qui sera désormais entraîné par Andy Powell (et Bastien Perraux quand il s’entraînera en France).

Mais avant, il y a cette première sélection internationale senior à Nice. « C’est une continuité. J’ai été médaillé en espoir,  j’étais déjà dans le haut niveau senior depuis quelques années. Je commence à toucher le haut niveau international senior ». Et à 21 ans, Tanguy Pepiot a déjà des ambitions particulièrement aiguisées. « Si je pars aux Etats-Unis, c’est que je suis ambitieux. Là bas, les coureurs au dessus de 13’50 sur 5 000 m n’existent pas. Mon objectif à terme, ce sont les Jeux Olympiques 2016. L’an prochain, l’objectif est d’aller en finale des championnats d’Europe (à Zurich).  J’attends de voir comment ça va se passer aux Etats-Unis car la saison va être longue. Je ne sais pas si je serais capable  d’enchaîner toute la saison. Les Américains arrivent à faire de très bonnes choses dans les championnats du Monde tout en étant universitaires, alors pourquoi pas moi ? »

Source

207696_201080266589158_100000615582273_594299_1010107_n.jpg

19:23 Écrit par La Com dans Athlétisme, Coup de Coeur | Commentaires (0) | Tags : pepiot |  Facebook |  Imprimer | |

lundi, 02 septembre 2013

Jean-Christophe Rolland : Un lyonnais au sommet

Le-Francais-Jean-Christophe-Rolland-elu-a-la-tete-de-l-aviron-mondial_image_article_large.jpgLe Lyonnais Jean-Christophe Rolland élu président de la fédération internationale d’aviron

C’est une grande nouvelle pour le sport français : le Lyonnais Jean-Christophe Rolland a été élu ce lundi en Corée, président de la fédération internationale d’aviron. L’ancien champion, au palmares impressionnant (champion olympique à Sydney avec Michel Andrieux, deux fois champion du monde entre autres) est licencié à l’AUN Lyon.

Le Lyonnais Jean-Christophe Rolland a été élu ce lundi en Corée, président de la fédération internationale d’aviron, succède au Suisse Denis Oswald, à la tête de l’aviron mondial depuis 24 ans. Il l’a emporté au premier tour de scrutin lors du congrès de la FISA à Chungju, en Corée du Sud, avec 117 voix sur 179 votants. Il était en concurrence avec l’Australien John Boultbee et la Canadienne Trica Smith.
Agé de 45 ans, l’ingénieur en énergie nucléaire originaire de la région lyonnaise n’occupait pas de fonction au sein de la FISA. Mais il a bénéficié du soutien du président sortant, Denis Oswald, un avocat suisse en course pour la succession de Jacques Rogge à la tête du Comité international olympique (CIO).
«Cette désignation constitue un très grand honneur pour moi», a déclaré le nouveau président, assurant ses pairs qu’il mettrait toute son «énergie» au service de l’aviron.
«Le score que j’ai obtenu dépasse mes espérances, je le prends comme un message fort de la part des membres de la FISA. Une nouvelle aventure commence pour moi. Je vais devoir relever les défis de demain. Le monde bouge, notre sport doit rester dans la course».
Ingénieur chez EDF, responsable du partenariat entre l’entreprise française et les JO de Londres en 2012, Jean-Christophe Rolland avait bâti sa campagne sur l’importance d’un renforcement de la position de l’aviron au sein du mouvement olympique.
Ses autres priorités, martelées au cours des derniers mois auprès des 132 fédérations nationales de la FISA: le développement de la discipline sous toutes ses formes (aviron de mer, handi aviron, indoor...), l’ouverture vers l’aviron loisir et la nécessité de prendre le virage du multimédia et des réseaux sociaux.

Il ne prendra seul les commandes de l’aviron mondial qu’en juillet 2014
Détaché par son employeur à Lausanne, où siège la FISA, il ne prendra seul les commandes de l’aviron mondial qu’en juillet 2014. Dans l’intervalle, il fera ses classes aux côtés de Denis Oswald, le sortant ayant été prolongé pour une dizaine de mois, afin de former son successeur et d’assurer une sereine transition.

Avec cette élection, la France compte désormais trois présidents de fédération internationale dans un sport olympique. Rolland rejoint Yvan Mainini, président de la Fédération internationale de basket-ball (FIBA) depuis 2010, et Bernard Lapasset, à la tête du rugby mondial (IRB) depuis 2008.

vendredi, 16 août 2013

Au DMA, un groupe sprint/haies performant !

elea-diarra-et-jennifer-galais-entourent-leur-coach-gregory-duval-photo-pascal-oberson.jpgAu sein du Décines Meyzieu Athlétisme (DMA), on recense plusieurs groupes d’entraînement dans le secteur compétition. Parmi eux, la section sprint et haies est gérée depuis 2006 par Grégory Duval,(Eléa Diarra et Jennifer Galais entourent leur coach, Gregory Duval. Photo Pascal Oberson) ancien coureur de 400 m haies, qui a disputé en 2008 le championnat de France sous les couleurs du club.

Sous sa coupe, se trouve une dizaine d’éléments (lire ci-dessous), des compétiteurs du 100 au 400 m, relais, 400 m haies. « Ils ne viennent pas pour du loisir et le but est de faire quelque chose aux championnats de France. À raison de cinq à six séances variées par semaine, la base est de savoir que le travail paie toujours », confie le coach titulaire du bre d’État 1er degré, ainsi que de plusieurs diplômes fédéraux.

Le groupe tiré vers le haut

« Il n’y a pas de secret. Avec la nouvelle piste de Décines mais aussi la salle de la Duchère, les résultats ont été meilleurs cet hiver que l’an dernier. Les athlètes ont presque tous battu leur record aux Interrégionaux, cela tire le groupe vers le haut », explique-t-il.

Et de poursuivre : « Le but, c’est de former et de performer sur les différentes compétitions, sans pression et avec un bon état d’esprit. D’ailleurs, le bilan de la saison est très bon, notamment au niveau national, avec Stacy Vagao, championne de France Espoir du 100 m, Martin Carrère, 6e aux Nationaux sur 400 m et la 6e place du relais 4x100 m en Élite. »

Pour la prochaine saison, l’ambition sera de faire aussi bien et même mieux, le DMA misant beaucoup sur Jennifer Galais et Eléa Diarra, qui ont vu leur saison perturbée cette année pour diverses raisons.

Jennifer, qui est au club depuis 2009, année où elle a décroché le titre national en cadettes, a connu une saison compliquée. Ne bénéficiant pas d’horaires aménagés pour sa première année en BTS, elle a connu des difficultés pour récupérer et s’entraîner suite à un gros stage effectué aux États-Unis. Battante et résistante selon son coach, elle a réussi 23’’22 au 200 m en 2012, sa spécialité, mais doit encore travailler sa confiance. « Je vais essayer de revenir dans l’entraînement comme il faut car je ne digère pas trop ma déception, on verra si cela se passe mieux. C’est important d’avoir un groupe qui s’entend bien dans le club qui m’a formé. »

Quand à Eléa, au club depuis treize ans, il a fallu concilier études et entraînement mais également faire avec une mononucléose bien embarrassante… « Je vais changer mon rythme de vie et faire une coupure dans mes études (licence de marketing en vue d’un master). Je veux m’entraîner de façon plus professionnelle et m’y mettre quasiment à 100 % car je prépare à moyen terme les Jeux olympiques de Rio en 2016 ! »

leprog.jpg

mercredi, 14 août 2013

Mélina Robert-Michon: De retour à la maison

Mélina  sera de retour demain soir

Rendez-vous le plus nombreux possible pour  20h15 à Saint-éxupéry 


19:44 Écrit par La Com dans Athlétisme, Coup de Coeur | Commentaires (0) | Tags : robert-michon |  Facebook |  Imprimer | |

mardi, 13 août 2013

Mélina Robert-Michon : « Je ne peux pas m’arrêter là ! »

3460109_3_4f0a_melina-robert-michon-a-pris-la-deuxieme-place_754db31d3fcb53ce293c4bd13716e7f7.jpgLa médaillée d’argent du lancer du disque avait encore du mal hier à réaliser la portée de sa performance, qui lui donne l’envie de poursuivre sa carrière, en dépit de ses 34 ans.

Hier à la mi-journée, Mélina Robert-Michon, sourire radieux, avait hâte de recevoir sa médaille d’argent, remportée dimanche soir au lancer du disque. « Je pense que je réaliserai vraiment quand je serai sur le podium », avouait-elle. « Des larmes vont sûrement encore couler… »

Comment s’est passée votre première nuit en tant que médaillée mondiale ?

« Forcément, cela se passe bien. Même avec très peu de sommeil. Cela a été dur de m’endormir… J’avais tellement d’images qui passaient. Le concours de ces Mondiaux, la saison… Tant de choses, tous les messages reçus… C’est tellement d’émotion que cela fait beaucoup d’un coup. »

Lors de ce concours avec deux jets à plus de 65 mètres, avant d’améliorer votre record de France (66,28 m) au dernier essai, vous êtes-vous surprise ?

« Je savais que j’étais bien, capable de faire quelque chose. Mon moteur, pendant tout le concours, a été de me dire : je ne veux pas passer à côté. L’expérience des JO, c’était ça. Me rappeler que je n’avais pas été loin du podium. Et que des occasions comme ça ne se représenteront peut-être pas. Après le deuxième essai, je voyais que je reculais au classement et j’avais la hantise de ne pas passer dans les huit premières (ndlr : qui ont droit à trois essais supplémentaires). Alors, au troisième, je me suis dit : il n’y a plus le choix, c’est maintenant. Il faut que ça passe, je ne peux pas rester aux portes de la finale. Puis après avoir réussi 65 mètres, je me sentais bien, j’en avais encore sous le pied. Si j’avais encore des barrières psychologiques, elles sont tombées à ce moment-là. Il fallait y aller, ne plus réfléchir et prendre du plaisir. J’en ai vraiment pris beaucoup. »

Les yeux embués par l’émotion et un drapeau français sur le dos, Mélina a longuement partagé sa joie avec ses proches, dimanche à Moscou  Photo AFP

Le concours à peine fini, vous traversez la piste, en larmes, vous récupérez un drapeau français et…

« Je cherchais Serge (Debié, son entraîneur) et Loïc (Fournet, son compagnon) dans les tribunes pour pouvoir partager avec eux car c’est un truc qu’on a mis en place ensemble. Le plus beau, dans tout ça, c’est le partage. Nos premiers mots ? Je ne sais même plus, un truc comme : on l’a fait ! »

Et maintenant, comment voyez-vous le futur ?

« On verra… Ce qui est sûr, c’est que je ne peux pas m’arrêter là. Je sais que j’ai encore de belles choses à faire, des pages à écrire. Cette médaille, c’est une source de motivation pour un bon moment. »

Recueilli par Christophe Peralta

leprog.jpg

dimanche, 11 août 2013

Mélina Robert-Michon: Du bel argent pour une fille en or !

Le jour de Gloire est arrivé !!!

Mélina avec 66m28 (record de France) monte enfin sur le podium d'un grand championnat.


La récompense de nombreuses années de travail avec son entraineur Serge Debié et son préparateur Jérome Simian.

Mélina Robert-Michon.jpg

20:30 Écrit par La Com dans Coup de Coeur | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

Kévin Campion : « J’ai tellement envie »

269361_4369810607642_1853494002_n.jpgLe Vénissian Kévin Campion, 25 ans, vivra ses premiers championnats du monde cette après-midi  (15h, heure française) à Moscou, avec l’espoir d’être un des principaux acteurs du 20 km marche.

Kévin, dans quel état d’esprit êtes-vous ?
« Je ne suis arrivé que vendredi en Russie. Ce sont mes premiers Mondiaux, je ne voulais pas trop cogiter. Là, je suis bien reposé et j’ai hâte que ça commence. Je suis en plein questionnement par rapport à ce que je vaux. À l’entraînement, je sais, mais pas en compétition. Il me manque l’expérience de ce genre de rendez-vous. »
Ces Mondiaux, est-ce pour vous une occasion d’apprendre ?
« Non, je n’ai pas envie de perdre de temps. Je veux être acteur, pas spectateur. Je ne suis plus en phase d’apprentissage, j’ai déjà 25 ans quand même, et j’ai tendance à penser que l’expérience viendra en étant dans l’action. Je suis quelqu’un qui n’a pas trop confiance en lui, mais je n’ai vraiment pas envie de me poser des questions cette fois-ci. »

527803_4103272510838_153577537_n.jpg

Votre titre de champion de France du 10 km marche est un bon indicateur ?

« Oui, mais c’est de la piste, ça n’a rien à voir. Il ne suffit pas d’additionner et dire que je vaux 1h18’ sur route… On sera une soixantaine à se taper les coudes, alors qu’aux « France », je me suis très vite retrouvé tout seul devant. L’idée, c’est de faire moins de 1h20’ et d’être dans les douze premiers, voire dans le top 8. Je vais faire une course d’attente, je n’ai pas les moyens de mener. Il faudra réussir à suivre, c’est tout. Et le dernier qui craquera sera champion du monde. Moi, je prendrai ce qu’il y a à prendre. J’ai tellement envie… Faire 16e ou plus de 1h25’ serait un échec. »

Propos recueillis Fabien Rouschop

leprog.jpg

samedi, 10 août 2013

Mélina Robert-Michon: Une belle qualification!

993973_10201108231922162_194566439_n.jpgUn seul essai lui a suffi. Mélina Robert-Michon s'est qualifiée samedi matin pour la finale du lancer du disque aux Championnats du monde de Moscou, avec un jet à 63,16m. «C'est la première fois que je me qualifie comme ça, a-t-elle déclaré. Le scénario idéal se poursuit. L'expérience de l'an dernier, aux Jeux Olympiques de Londres, m'a pas mal servi. J'avais lancé juste en-deçà des minima et j'avais dû attendre la fin de l'autre groupe. Je me suis dit que je ne referai pas ça. Je suis soulagée. Il y en a toujours qui se font avoir en qualifications. J'ai eu de bonnes sensations. Soixante-trois mètres dès le matin, ça laisse augurer de belles choses.» La finale du lancer du disque a lieu dimanche à 18h15 (heure française).

O.P. à Moscou

lequipe_sport.gif

08:24 Écrit par La Com dans Athlétisme, Coup de Coeur, Résultats | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

mercredi, 07 août 2013

Mélina Robert-Michon dans l'Equipe !

2012_1013Image0433.JPGRobert-Michon s'est fait une place

Depuis 2007, Mélina Robert-Michon est quasiment de toutes les finales mondiales. Cette maman de 34 ans, junior talentueuse et recordwoman de France du lancer de disque depuis 2002, a su se réinventer au fil des années pour durer. Aux Mondiaux de Moscou (10-18 août), elle vise le podium

Après quelques années de collaboration, de nombreux athlètes ressentent le besoin d’aller voir ailleurs. Mélina Robert-Michon, elle, n’a jamais eu à changer de structure pour progresser. C’est son entraîneur, Serge Debie, qui s'est diversifié - pour la bonne cause. Le duo s’est connu en 1997 et est devenu trio un an plus tard avec l’arrivée de Jérôme Simian, préparateur physique. Forcément, pour tenir sur la durée, il a fallu se renouveler. «Serge sait se remettre en question, évoluer. Il s’informe et fait des recherches de lui-même, je n’ai pas besoin de lui demander !», s’étonne encore la discobole.

2012_1207Image0033.JPG

Melina Robert-Michon a déjà connu deux finales olympiques et deux autres mondiales. Son nom n’est pas très connu, et pour cause, la détentrice du record de France (65,78 m) n’a jamais recherché la médiatisation. Discrètement, Mélina Robert-Michon s’est peu à peu fait une place dans le gratin mondial de sa discipline. A 34 ans, elle cumule 40 sélections en équipe de France, huit participations à de grands championnats, dont six finales. Son meilleur fait d’arme reste sa sixième place aux Jeux Olympiques de Londres. «Cinquième, en fait, corrige la Lyonnaise. Mais je ne sais pas quand le déclassement de la Russe Darya Pischalnikova (2e du concours mais bannie dix ans par sa fédération suite à un contrôle antidopage quelques mois avant les JO, ndlr), sera officiel.» Cela reste le meilleur résultat absolu pour un lanceur français dans cette compétition. Et ce n’est pas le fruit du hasard.

2009_0517Image0283-001.JPG


La carrière de la jeune maman n’a pas seulement été rythmée par la perpétuelle soif de nouveauté de ses deux entraîneurs. En 2005, une hernie discale l'a freinée une première fois pendant de longs mois. Presque un mal pour un bien : «J’étais arrivée au bout de ce que je pouvais réaliser techniquement, se souvient-elle. A ma reprise, on a effectué beaucoup de changements.» Relancée, elle accroche la finale des Mondiaux d’Osaka, en 2007. Aux JO de Pékin, l’année suivante, et aux Mondiaux de Berlin, en 2009, elle prend la huitième place. Entre-temps, elle a décidé d’arrêter de travailler à mi-temps pour le ministère de la Défense et s'est consacrée uniquement à son sport. En 2010, Melina Robert-Michon a donné naissance à Elyssa et est repartie «presque de zéro, avec de nouvelles envies». Et un nouveau timing aussi, car s’occuper d’un enfant et poursuivre sa carrière au plus haut niveau est un sacré défi. «J’ai moins de temps pour m’entraîner, mais du coup j’optimise tout, explique-t-elle. Je suis vraiment à 100%.» Cette maman épanouie n’en est pas moins une athlète qui sait se transcender dans les grands rendez-vous. Cet été, elle lorgne plus que jamais sur un podium.

Annabelle ROLNIN

lequipe_sport.gif

15:23 Écrit par La Com dans Coup de Coeur | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

jeudi, 25 juillet 2013

Stade du Rhône: La Moisson bleue

IMG_2311.JPGMandy François-Elie a une nouvelle fois décroché l’or sur 100 mètres T37 tout comme Tony Falelavaki titré au lancer de javelot F44.

Les spectateurs ne s’y sont pas trompés et on remplit les tribunes quelques minutes avant ce qui s’annonçait comme le moment phare de la journée et ils n’ont pas été déçus.

IMG_2342.JPG

Mandy François-Elie (hémiplégique) a encore une fois réalisé une course pleine de maîtrise, reléguant ses adversaires à plus d’une longueur, pour s’offrir une nouvelle médaille d’or sur 100 mètres. « Ce deuxième titre c’est un rêve. Surtout ici, en France, soutenue par tout ce public » lâche la Martiniquaise. Reste une déception au niveau du chrono, « mon objectif était de battre le record monde de la catégorie, mais je ne suis pas déçue pour autant. Maintenant je veux battre le record de Marie-José Pérec (triple championne olympique sur 200 et 400 mètres » déclare la Française.

IMG_2369.JPG

 

Tony Falelavaki (handicap membres inférieures) qui a lui aussi pleinement assumé son statut de favori du lancer de javelot. L’athlète originaire de Wallis et Futuna a écrasé le concours avec un deuxième jet mesuré à 54.39 mètres. « Les Wallisiens sont réputés pour être de bons lanceurs et je l’ai encore prouvé ce soir » a-t-il lâché discrètement.

IMG_2030.JPG

Pierre Fairbank a, lui, terminé à une belle 3e place du 200 mètres fauteuil. « Cette médaille n’a tenu qu’à un fil durant le dernier quart de la course. J’ai un peu paniqué car je sentais le Brésilien revenir sur moi » lâche-t-il essoufflé, mais satisfait. Avec cette 2e médaille de bronze obtenue en 3 jours, l’athlète de 42 ans continue de garnir un palmarès déjà bien rempli. Le multiple médaillé olympique ne compte cependant pas s’arrêter en si bon chemin et espère être encore en course sur le 100 m et dans le relais 4x400.

IMG_2265.JPG

J-B. Goin

leprog.jpg

Michel Lafont: Juge-arbitre et bénévole

IMG_1215.JPGLe patron d’Athlé 43 est juge aux championnats du monde handisport. Pas forcément de tout repos

Il faisait très chaud hier dans cette plaine de Parilly, mais il a bien fallu priver Michel Lafont d’une sieste bien méritée pour les besoins de l’interview. Voilà déjà une bonne semaine déjà qu’il est sur la brèche, tôt matin et tard le soir, pour ces championnats du monde handisport, d’abord à l’accueil à Saint-Exupéry et depuis dimanche, sur le tartan comme patron des courses. Rencontre caniculaire.

Michel Lafont, vos championnats n’ont pas commencé avec la cérémonie d’ouverture…
J’étais à l’aéroport pour accueillir les délégations. C’était merveilleux, j’étais avec des jeunes extras, certains, bénévoles comme moi, faisaient pourtant preuve d’un étonnant professionnalisme.
Et quel est exactement votre rôle désormais ?
Je suis juge-arbitre courses. Je supervise toutes les courses, du 100 au 10 000 mètres ; cela concerne les mal-voyants avec ou sans guide et les courses en fauteuil. Il y a 54 catégories en fonction du handicap.

IMG_1756.JPG

Michel et d'autres bénévoles de la ligue d'Athlétisne Rhône-Alpes

Et concrètement ?
Je règle tout problème technique qui m’est signalé par les juges courses. Par exemple, hier on a disqualifié un Vénézuélien qui avait serré un Australien, lequel a été reclassé et a pu ainsi disputer la finale. Ou encore on a disqualifié un Chinois mal-voyant parce que son guide l’avait propulsé avec sa cordelette.
Combien êtes-vous à l’organisation ?

Entre les jurys, les bénévoles en charge de l’organisation et les juges internationaux, les I.T.O., un millier de personnes environ.

Personnellement, qu’est-ce que vous en retirez de travailler aussi avec le handisport ?
Les handisports m’ont fait découvrir que j’avais deux jambes et deux bras. Ils m’ont beaucoup apporté à titre personnel, mais aussi dans l’exercice de mon métier de prof d’EPS. Ca m’a énormément apport. Et puis, on apprend à relativiser nos petits malheurs. Sans parler que souvent, ces athlètes ont une attitude que l’on aimerait voir plus fréquemment chez les valides.

Propos recueillis par Philippe Décot

leprog.jpg

Tony Estanguet au Stade du Rhône pour les Mondiaux Handisport

IMG_1386.JPG

« Le handisport : un élément important du sport français »

Le triple champion olympique de canoë est venu assister ce mardi à la compétition. Une occasion pour le nouveau membre du CIO de découvrir une autre facette des événements sportifs et d’encourager une équipe de France à la peine depuis le début de la compétition.

Qu’est-ce qui vous a donné envie de venir cet après-midi ?
Je suis là car cette compétition est la plus importante dans le handisport après les Jeux Paralympiques. C’est bénéfique pour le sport français en général qui se cherche un peu depuis quelques années et qui peut pousser pourquoi pas à une candidature pour organiser des Jeux Olympiques. Je suis également là dans le but de découvrir le côté pile des événements sportifs. Mon entrée au CIO (Comité international olympique) me pousse à m’intéresser aux coulisses de gros événements sportifs.
Quel regard portez sur ce championnat du monde ?
Cet événement représente l’unité du sport français. Les athlètes handisports, comme les dirigeants, comptent dans la grande famille sportive. Ils ont fait l’effort de venir m’encourager lorsque j’étais athlète et je tiens à ce qu’il y a une réciprocité. Le handisport est un élément important pour l’avenir du sport français.

IMG_1388.JPG

Vous avez suivi les résultats des athlètes français depuis le début de la compétition ?

Un peu oui. Malheureusement, certains espoirs de médailles, comme Arnaud Assoumani, sont passés au travers à cause de petit pépin physique. Et d’un autre côté il y a les révélations, comme Mandy François-Elie qui a pris l’or sur 200 mètres ou encore Marie-Amélie Le Fur. Ce qui est positif malgré tout, c’est cette fraîcheur que j’ai ressenti ce matin en discutant avec quelques athlètes, la réussite ne devrait pas tarder à arriver.

J-B Goin

leprog.jpg

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu