compteur

Avertir le modérateur

mercredi, 17 septembre 2014

Pierrot: Deux ans déjà !

10353723_808344552551770_3052961124012720480_n.jpgDeux ans aujourd'hui que tu es partis loin, mais chaque entraînement, chaque semaine, chaque compétition, chaque 17 du mois tu n'as Jamais quitté mes pensées ... 
L'ASVEL Athlétisme n'est plus le même Club sans toi, celà s'est ressenti dès le premier jour de ton absence, tu étais le Pilier du Club 
Et je te remercie encore aujourd'hui d'avoir choisi comme successeur Saïd !

Léa


De si beaux souvenirs, Pierrot 

Ces sourires sont plus parfait que la médaille !

"Dans cette comédie sans fin que nous appelons la vie, chacun joue un rôle. Mais pour que la pièce soit réellement captivante il faut un héros et un méchant..."
Desperate housewives.

Eloïse

302618_250013938384651_580481009_n.jpg


17:35 Écrit par La Com dans Coup de Coeur | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

samedi, 13 septembre 2014

MÉLINA ROBERT-MICHON. « Je ne suis pas arrivée au bout »

photo-afp.jpgAlors qu’elle en termine avec sa saison ce samedi à Marrakech, la vice-championne du monde et d’Europe du disque se projette à présent vers les JO de Rio.

Mercredi matin, Mélina Robert-Michon ouvre le container qui abrite ses disques au Parc de Parilly. « Dernier entraînement de la saison !, sourit-elle. Il était temps. »

La vice-championne du monde en 2013 à Moscou et d’Europe à Zurich cet été met un terme à sa saison ce samedi à Marrakech, à la Coupe continentale où elle sera associée à sa grande rivale croate Sandra Perkovic, sous le maillot de l’Europe. Un avant-goût de ce qui l’attend en 2015 aux Mondiaux à Pékin et surtout en 2016 aux JO de Rio.

Qu’est-ce que cela vous inspire de concourir en tandem avec Perkovic qui vous a battu à Moscou et à Zurich ?
On va faire une belle équipe ! Mais toutes les meilleures mondiales seront là, dont l’Américaine (Lewis-Smallwood) et l’Australienne (Samuels) pour qui c’est l’objectif de l’année. C’est un beau concours pour finir. Perkovic n’est pas la lanceuse avec qui j’ai le plus d’affinités. On ne se connaît pas beaucoup. Je la respecte parce qu’elle réalise une sacrée carrière. Elle est au-dessus. A Zurich, mon objectif était d’aller la chercher à 67 ou 68 m. J’en avais les capacités (65,33 m en finale) mais elle sort une performance historique (71,08 m). A moi de progresser.
Vous n’êtes pas comblée par votre saison ?

Il y a beaucoup de positif. Je ne suis pas déçue. Mais à Zurich, j’espérais une performance au-delà de mon record (66,28 m). Le concours a été difficile. Je me suis mis beaucoup de pression parce que je voulais montrer que ma médaille à Moscou n’était pas un accident. Ça m’est tombé dessus. Pour la première fois, j’étais attendue. Tous mes proches étaient là… Cela s’est ressenti pendant le concours. Finalement, j’ai savouré d’autant plus.

« Il me reste à trouver une motivation en meeting »

Cette médaille vous fait passer un nouveau cap…

Je sais maintenant que dans toutes les situations, je suis capable de m’en sortir. A l’avenir, je serai encore plus en confiance. C’est une arme de plus. Il me reste à trouver la motivation en meeting. Mais inconsciemment, ce qui se passe avant et après les championnats, je m’en fous.

L’affaire de dopage de Quentin Bigot et du manager des lancers Raphaël Piolanti vous a-t-elle également ébranlée ?
Beaucoup plus que ce que je pensais. C’est tombé au pire moment pendant le stage de préparation. Ça m’a touché parce que ce sont des gens que je côtoyais et que cela (le dopage, ndlr) va à l’encontre de ma vision du sport. On avait eu des discussions à ce sujet. Je l’ai vécu comme une sorte de trahison. Pour moi, on avait les mêmes objectifs, les mêmes envies… Ce qui m’a fait le plus de mal, ce sont les amalgames. On m’a même appelé en me disant : « Alors, votre entraîneur est en prison ? » Forcément, il y a eu de la suspicion sur mes résultats. Et ça, cela me met en colère.
Vous avez 35 ans. Vous fixez-vous une limite ?
Quand j’ai repris en 2011, c’était pour les JO de Londres et peut-être un an de plus. Finalement, depuis l’an passé, j’ai fait le choix de repartir au moins jusqu’aux JO de Rio. La motivation, l’envie, les résultats détermineront la suite. Pour l’instant, je me dis que ce serait dommage d’arrêter parce que je sens que je ne suis pas arrivée au bout de ce que je peux faire.
En vous remettant dans la peau de la Mélina de 2010, l’auriez-vous cru si on vous avait prédit ces deux médailles ?

Non. Mais, je travaillais pour ça et c’est ce que je voulais. Sans la coupure de ma grossesse en 2010, rien ne serait arrivé. Après, je suis repartie avec plus d’envie, reposée et avec un regard nouveau. Je savais qu’il ne me restait pas beaucoup de temps et je voulais en profiter au maximum.

Recueilli par Benjamin Steen

 

leprog.jpg


12:09 Écrit par La Com dans Actualité, Athlétisme, Coup de Coeur | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

mercredi, 27 août 2014

Mon Retour de Vacances: L'émotion Floria Guei

Je rentre de vacances, j'ai seulement vécu les championnats d'Europe sur ma page fb. Je sais que les résultats de l'Equipe de France ont été Fabuleux, tout le monde parle de Floria Guei et de son exploit. Je laisse passer quelques jours et enfin je visionne la course....

Floria-Guei.jpg

....et bien même en n'ayant tout lu , tout écouté, j'au du mal à croire que la vidéo que je regarde est bien la bonne et pourtant !

france600-9268.jpg

Si comme moi, vous avez rien vu de ces championnats, petit retour sur cet Enorme relais 4 x 400m.

LA COURSE !

 

18:39 Écrit par La Com dans Athlétisme, Coup de Coeur | Commentaires (1) |  Facebook |  Imprimer | |

lundi, 14 juillet 2014

Manon Doyelle, ça roule sous le soleil, enfin !

10382628_1458194547762590_8892433546222357605_n.jpgUn petit retour rapide sur l'étape du jour, Thonon - Genève.
La première où je me fais vraiment plaisir, avec une journée fraîche mais ensoleillée.
On a enfin pu sortir de la nationale et prendre des départementales, plus au calme donc.
Un bon temps : 41.13 km, 3H16 d'efforts et 4H00 au total.
Deux arrêts alimentation aujourd'hui, pour éviter l'hypoglycémie de fin d'étape d'hier, et un changement de roues à 8 km de l'arrivée à cause d'une crevaison.

A l'arrivée de cette troisième étape : 115.59 km parcourus, 9h14 d'efforts et 11H22 au temps total. Il reste 65/70 km, on est donc bien sur le temps prévu.

10550829_1458194577762587_5774368205971523262_n.jpg

A nouveau une belle équipe de sécurité avec Jean Marc, Denis et Jacqueline.
Beaucoup de proches et partenaires à l'arrivée, ça fais plaisir !
Marie Marie Amélie Le Fur m'a accompagné sur les premiers mètres, merci à elle pour ce moment.

Et une pensée toute particulière pour tous ceux qui sans me connaitre, m'ont encouragé sur la route de ces deux dernières étapes, et qui pour certains ont fait le déplacement à l'arrivée !

Aujourd'hui 14 Juillet !

1979374_719876511384079_5115192772000398908_o.jpg


13:27 Écrit par La Com dans Coup de Coeur, Handisport | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

samedi, 12 juillet 2014

Christine Bardelle, clap de fin en argent ?

À bientôt 40 ans, Christine Bardelle a peut-être fait ses adieux hier soir à Reims. Un au revoir sans larme pour la Lyonnaise installée depuis mars à Buis les Baronnies où elle a ouvert une brasserie. Mais pas sans regret. Distancée à mi-course, elle a ensuite trouvé un second souffle pour terminer en trombe.

462841_724275860976098_8096861217133511023_o.jpg

Sur l’élan, elle déposait la championne d’Europe de cross Sophie Duarte, mais échouait en 16’03’52 à quatre secondes de Laïla Traby (13’59’’69)… « J’ai mal couru, analysait-elle. Quand j’ai eu un coup de moins bien, j’aurais dû faire l’effort car l’écart s’est vite stabilisé… Bon, c’est une médaille, mais ce n’est pas celle que je voulais. » A deux secondes cette saison des minima (15’25’’00) pour les championnats d’Europe, sa saison et sa carrière risquent donc de s’arrêter là, à moins d’un geste de la DTN : « Ce qui est rageant, c’est que j’ai fait 15’27’’30 à Carquefou en courant seule 4 500 m et qu’il n’y a pas beaucoup de 5 000 m, dit-elle… Déjà que j’ai eu du mal à me motiver pour cet été, c’est dur. Mais bon, je crois que j’ai bien fait le tour de la question. »

B.Steen

leprog.jpg

Claire Perraux garde son dossard en or

Claire Perraux montre son dossard. « L’objectif, c’était de garder ça. » Ça, c’est le dossard couleur or attribué pour la première fois cette année aux champions de France en titre. 

troisieme-titre-national-consecutif-pour-claire-perraux-sur-3000m-steeple-photo-afp.jpg

La Décinoise licenciée au SCO Marseille Ste Marguerite l’aura encore sur le ventre l’année prochaine après avoir remporté son troisième titre consécutif, soit 100 % de réussite depuis que cette ancienne spécialiste du 1 500 m s’est convertie au 3 000 m steeple. Meilleure Française de la saison et pancarte de tenante du titre épinglée au maillot, elle a maîtrisé la situation sans trembler : « Je voulais courir exactement de cette façon avec un départ tranquille et qu’on accélère peu à peu. Tout s’est déroulé comme prévu. Un nouveau titre, ça fait plaisir. Et je n’ai pas trop puisé. » C’est qu’il lui faudra des jambes la semaine prochaine à Heusden (Belgique) pour aller chercher les minima (9’40’’00) pour les championnats d’Europe de Zurich, trois secondes sous son record personnel (9’43’’70) : « J’y crois, assure-t-elle, parce que j’ai fait 9’49’’64 cette saison en faisant beaucoup d’erreurs. J’ai travaillé les franchissements, en faisant même remplir la rivière à Décines, et la forme monte… »

Benjamin Steen

leprog.jpg

Eau Tour de Manon: Manon Doyelle sous la pluie

ETAPE 1 : DEBRIEF

Lausanne - Villeneuve : 31.6 km / 2h39 d’efforts et 3h02 temps total (comprenant les pauses, les arrêts pour respecter la circulation etc)
Satisfaisant pour une première et dans ces conditions.

Partie à 9h45 de Lausanne, devant la fontaine Olympique en bas des jardins du Musée Olympique. 
Les médias ont largement répondu présents pour cette première journée avec notamment les équipes de La Télé (suisse), France 3 Alpes, 909 Productions et Radio Chablais. 

Une étape de dénivelé compliquée par la pluie omniprésente, rendant la chaussée et les mains courantes très glissantes. 
Le manque d'adhérence m'a posé problème surtout dans les montées, nous allons ajuster le matériel en conséquence. 
"Eau Tour" aura bien porté son nom aujourd'hui  

Une belle équipe était rassemblée pour ce départ, avec le soutien d'Alain Bernard (Team EDF). 
Les cyclistes en charge de ma sécurité (Lionel, Jean et Bruno) ont parfaitement bien rempli leur rôle ce qui m'a permis d'être dans l'effort sans me préoccuper davantage de la circulation. 
Un grand merci à Eux ! 

Sans oublier Fred (Médical 69) qui a assuré seul toute la gestion du matériel, et l'équipe EDF, responsable des belles vidéos de retour d'étape. 

Les liens des reportages : 


- France 3 Alpes : http://france3-regions.francetvinfo.fr/alpes/2014/07/11/le-defi-de-manon-5-jours-pour-parcourir-190-km-en-fauteuil-autour-du-lac-leman-515699.html
- La télé (Vaud - Fribourg) : http://www.latele.ch/play?i=47196 (direct 19h)
- 24 H : presse, web à venir ? 
- Radio Chablais : http://www.radiochablais.ch/informations/16186-manon-doyelle-a-entame-aujourd-hui-son-tour-du-lac-leman

09:54 Écrit par La Com dans Coup de Coeur, Handisport | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

mercredi, 09 juillet 2014

Tour du Léman en fauteuil : le défi de Manon Doyelle

10380420_1442620402653338_2015093655210497153_o.jpgL‘idée de ce défi sportif était née en 2010, peu de temps après que la maladie a fait perdre à Manon Doyelle l’usage de ses jambes. « Mais je n’acceptais pas mon état à ce moment-là, » avoue la jeune femme.

L’été 2013, elle passe quelques jours au Centre olympique de Lausanne afin de faire des recherches pour son mémoire dans le cadre d’un Master en médiation. Une table lui est réservée quelques jours. En face d’elle, une baie vitrée donnant sur le Léman. « Ce fut le déclic. Le 14 juillet 2013, en me levant, j’ai accepté mon handicap et j’ai décidé de faire le tour du lac en fauteuil roulant. C’est un cadre tellement magnifique, » explique-t’elle.

En cadeau d’anniversaire

Ce projet va se concrétiser du 11 au 15 juillet prochain. Un challenge symbolique : le départ et l’arrivée se feront au Musée olympique de Lausanne et le marathon se conclura le jour même des 25 ans de Manon. « Tout s’est accéléré, en partie grâce à ma victoire en octobre à l’appel au projet “Réalise ton rêve sportif” d’EDF, qui a amené un apport financier. ». Outre cet aspect, la compagnie lui offre également un parrain et pas des moindres : Tony Estanguet, seul athlète français à avoir gagné trois médailles d’or dans trois jeux différents. Elle a également démarché d’autres partenaires qui lui ont permis de s’acheter, entre autres, un fauteuil d’athlétisme.

Si la jeune femme a toujours été passionnée de sport, elle n’a commencé les entraînements qu’en août dernier. Elle n’a ainsi eu que dix mois pour se préparer. « J’ai fait des repérages en janvier sur les bords du lac, sinon je m’entraîne à Bron, au parc Parilly. Mais j’ai des gens sur place qui vérifient les routes pour moi, bénévolement, car ils ont eu un véritable coup de cœur pour mon projet, » indique Manon Doyelle, reconnaissante envers toutes ces personnes qui ont permis de rendre son rêve concret.

Un défi et un projet au bout de la route

Elle roulera tous les matins, entre 8 et 12 heures. « Après, tout dépend de l’état dans lequel je serai et de la météo. Je n’ai jamais fait cinq jours de marathon, donc… » précise-t-elle avec un sourire. Et personne n’ayant à ce jour réalisé ce tour du lac en fauteuil, aucun élément de comparaison n’est possible.

Un périple compliqué donc. « Surtout que je traverse deux pays, donc deux différentes législations ! » s’amuse Manon. Suivant les routes, il lui faudra ainsi être encadrée de voitures ou de cyclistes. Le terrain offrira également quelques défis, puisque Manon Doyelle ne roulera pas uniquement sur du béton et que descentes et montées ne manqueront pas de rendre son challenge plus ardu. Elle passera la nuit du 12 au 13 juillet à Thonon, seul arrêt français. « Et je n’ai reçu mon fauteuil que fin juin, directement des USA. Avant, je me suis entraînée avec celui qu’on m’a prêté, qui sera le fauteuil de remplacement si j’ai un problème avec l’autre. »

Un planning serré qui ne lui fait pas froid aux yeux, au contraire. « J’aime les défis. Et ce sport, qui mêle à la fois force et technique, me plaît énormément ! Dès septembre, je vais essayer d’intégrer une équipe pour continuer le handisport dans le cadre des championnats nationaux et internationaux. »

À côté de ce projet intitulé « Léman 2014 », Manon a créé une association « Eau tour de Manon ». Celle-ci a plusieurs objectifs. Premièrement, être à l’origine de nouveaux challenges. « J’ai envie de faire d’autres marathons, toujours autour de lacs ou sur des îles » En effet, à travers ces courses, Manon Doyelle aimerait à la fois mettre en valoir un territoire particulier tout en faisant parler du handicap.

Ce dernier aspect lui tient très à cœur. Toujours dans le cadre de son association, elle a lancé un autre projet, plus civique. « Je vais en septembre agir dans les écoles, surtout chez les tout petits. En emmenant ma fille de bientôt 4 ans à l’école, je remarque que ses camarades posent beaucoup de question, me demandent si je suis en poussette ou en vélo. Je veux sensibiliser les très jeunes, qui seront les adultes de demain, et surtout dédramatiser le handicap. » annonce Manon, regrettant que les actions soient surtout menées dans les collèges et lycées.

La jeune femme recherche en parallèle un travail, idéalement dans l’organisation d’événements culturels ou sportifs. Depuis toute jeune, elle a participé et créé des associations, et la maladie ne lui a pas du tout donné l’envie d’arrêter.

Son association n’a pas pour seul objectif de sensibiliser le très jeune public et de soutenir le handisport. Elle voudrait aussi être une oreille attentive pour les personnes se trouvant en situation de handicap physique. « J’aurais aimé avoir quelqu’un à qui parler » regrette Manon « Ce n’est pas toujours facile d’évoluer dans un monde de valides en étant handicapé. Assis sur un fauteuil, on n’a pas la même manière de voir les choses ! ».

Manon ne manque pas de projets. Et, pour cause : elle ne voudrait pas se retrouver sans rien à faire une fois Léman 2014 terminée. « Même si je compte bien m’accorder quelques semaines de vacances avec mon mari et ma fille ! ».

Maxime LOEB M. L. pour Le Dauphiné

Photo Julien Rambaud

Le site officiel et la page facebook 

samedi, 05 juillet 2014

Décines en forme le 10 juillet : inscrivez-vous !

La journée du jeudi 10 juillet sera placée sous le signe du sport et de la santé. Seul ou en famille, sportif régulier ou occasionnel, venez découvrir et vous initier à différentes pratiques sportives, au travers d'animations menées par les élèves de FormaSPORT, en partenariat avec des associations locales. Rendez-vous à partir de 14h, au parc des sports Raymond Troussier.

Affiche DECINES EN FORME.jpg

Demandez le programme !

  • 14h - 17h : ateliers gratuits de découverte "forme et santé", pour tous : rameur, marche nordique, test endurance, stretching, renforcement musculaire, fitness, nutrition, massages, ostéopathie...

  • 17h - 19h : "Découverte Fitness" pour tous (sur inscription : payant)
      - 17h - 18h : Zumba session découverte

      - 18h - 19h : STEP débutant

  • 19h - 22h30 : "Convention Fitness" pour pratiquants confirmés et professionnels de la forme (sur inscription : payant)
  •   - 19h - 20h15 : MasterClass Zumba
      - 20h15 - 21h15 : STEP confirmé
      - 21h15 - 22h30 : LIA confirmé

Inscriptions

Pour les ateliers sur inscription (payants), réservations au 04 78 39 08 59, ou par courriel : adeline.matera@formasport.fr, ou en ligne sur www.lesportif.com.  

11:34 Écrit par La Com dans Actualité, Autre Sport, Coup de Coeur | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

jeudi, 03 juillet 2014

MEETING DE BRON. Estelle Perrossier : « Décomplexée »

2012_0610Image0132.JPGAprès avoir couru en 52’’45 sur 400m la semaine dernière à Nancy (3e performance française de la saison), l’athlète de l’Entente Sud Lyonnais voit ses ambitions gonfler.

A 24 ans, Estelle Perrossier continue d’explorer son potentiel. Née au 400 m par hasard il y a cinq ans, après avoir longtemps couru les 10 km sur route, elle ne cesse de gravir les échelons. Et tout s’accélère cette année : déjà appelée en équipe de France de relais l’an passé pour les championnats d’Europe par équipes (sans courir), elle en est devenue une adhérente régulière cette saison (challenge mondial des relais et championnats d’Europe par équipes) dans la foulée d’un premier titre national en salle l’hiver dernier à Bordeaux. De quoi nourrir désormais des ambitions internationales en individuel. Intégrée in extremis au meeting de Nancy vendredi dernier, elle en a profité pour raboter singulièrement son record personnel (52’’45 au lieu de 52’’91) à 45 centièmes des minima pour les championnats d’Europe de Zurich (12-17 août). « Elle était au couloir 8, en aveugle et elle s’est endormie dans le virage, fait remarquer son coach Franck Matamba. Il y a de la place pour faire 52’’00. » Prochaine chance ce jeudi soir à Bron sur sa piste d’entraînement.

> Comment avez-vous réagi en voyant votre chrono à Nancy ?

J’étais très contente surtout en ayant couru au couloir 8. J’ai apprécié le moment à sa juste valeur puisque ce n’est que la deuxième fois que je passe sous les 53 secondes. Depuis cinq ans, j’ai une progression constante. Le travail paye.

> Pensiez-vous aux minima avant de réaliser cette performance ?

J’y songeais, mais tant que le chrono ne descend pas, ça ne sert à rien de parler. Maintenant, je me dis qu’avec de bonnes conditions, dans une bonne course, c’est peut-être possible.

> Dès ce jeudi soir à Bron ?

Pourquoi pas ! C’est l’objectif même si je sais que je serai un peu seule. J’espère au moins courir au niveau de ma course à Nancy. De toute façon, je sais qu’il faudra surtout être présente aux championnats de France. Deux filles ont déjà fait les minima (Floria Gueï et Marie Gayot) et d’autres sont capables de les réaliser pour seulement trois places.

> Quel a été l’impact de vos sélections en Bleu avec le relais 4x400m sur vos performances individuelles ?

Elles m’ont décomplexée. L’an dernier, c’était déjà très gratifiant. Mais cette année, courir aux Bahamas (en série du challenge mondial des relais) et en Allemagne (3e au championnat d’Europe par équipe à Braunschweig) m’a beaucoup touchée. Je disais aux autres filles que c’était fou pour moi de me retrouver là alors que je n’ai jamais fait une finale des championnats de France Élites ! Depuis, je crois que j’ai compris comment s’inscrire véritablement dans une démarche de haut niveau.

Recueilli par B.Steen

leprog.jpg

mardi, 01 juillet 2014

400 m haies : Martin Carrère novice en or

Martin Carrère a frappé un gros coup ce week-end à Albi aux championnats de France Nationaux. L’athlète de Décines Meyzieu Athlé s’est payé le luxe de s’imposer en finale du 400 m haies en 51’’12 devant le spécialiste de l’Entente Sud Lyonnais Hugo Grillas (51’’21). A 23 ans, Carrère ne disputait que sa cinquième compétition sur 400 m haies alors qu’il courait auparavant sur 400 m plat. Visiblement, les haies lui vont bien. Pour sa première expérience dans cette spécialité, lors du 1er tour des Interclubs, il avait bouclé le tour de piste en seulement 54’’22. Depuis, il n’a fait améliorer son chrono… Avec ce succès, il devrait obtenir sa qualification pour les championnats de France Elites (11-13 juillet à Reims).

IMG_7571.JPG

400 m : Perrossier grignote

Estelle Perrossier (Entente Sud Lyonnais), 4e du 400 m du meeting de Nancy vendredi dernier, a amélioré son record personnel (52’’45 au lieu de 52’’91 la saison dernière). L’athlète brondillante, sélectionnée en équipe de France avec le 4x400m pour le Challenge mondial des relais puis le championnat d’Europe par équipes, occupe la 4e place au bilan national et se rapproche un peu plus d’une sélection pour les championnats d’Europe (12-17 août à Zurich). Elle effectuera une dernière répétition avant les championnats de France jeudi soir au meeting de Bron.

Trail : Fleureton brille à Chamonix

Cédric Fleureton a remporté le week-end dernier le cross du Mont-Blanc (23 km ; 1 665 m D +) organisé en marge des Mondiaux de Skyrunning. L’ancien vice-champion d’Europe de triathlon, qui s’amuse de temps en temps en trail, avait déniché un dossard à la dernière minute.

TRIATHLON

Charayron 20e à Chicago

Emmie Charayron s’est classée 20e de la manche de Chicago des World triathlon series. La Lyonnaise participera le 12 juillet à l’étape de Hambourg.

B.Steen

leprog.jpg


samedi, 28 juin 2014

A Radio Parilly on construit l'avenir...!

RADIO PARILLY.jpg

09:49 Écrit par La Com dans Actualité, Coup de Coeur, Radio Parilly | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

mercredi, 25 juin 2014

Radio Parilly soutient Manon Doyelle dans son défi 'Léman 2014'

DSC_0032 - Copie.JPGProjet pilote de l’association ETDM, Léman 2014 sera réalisé par Manon Doyelle, sportive en fauteuil roulant, du 11 au 15 juillet 2014.

Le défi consiste à parcourir en solitaire le tour du lac Léman soit, 190 km, en cinq étapes et moins de 25 heures cumulées.

Le projet Léman 2014 est né de la volonté de s’affranchir des contraintes imposées par le handicap et la maladie. Le sport est un moyen de s’engager dans une démarche volontaire et ludique.

En savoir plus sur Le Site Officiel

PHOTOS: Julien Rambaud

10286807_1442607415987970_1244196165699202925_o.jpg10380420_1442620402653338_2015093655210497153_o.jpg

17:37 Écrit par La Com dans Coup de Coeur, Handisport | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

dimanche, 22 juin 2014

Mélina Robert-Michon, ça promet !

La Lyonnaise s’est imposée dans le concours du disque (65,51 m) en réalisant sa 3e meilleure performance en carrière, tout proche de son record de France (66,28 m).

Elle a compris tout de suite. Le disque venait tout juste de quitter sa paume que Mélina Robert-Michon sautillait déjà de joie. Une bonne impression aussitôt confirmée. En lançant à 65,51 m dès son deuxième jet, la Lyonnaise s’assurait la victoire et amenait de gros points aux Bleus. « J’étais surtout contente que le disque sorte de la cage après y avoir envoyé mon premier essai, raconte-t-elle. Je pensais à l’équipe, c’est peut-être ce qui m’a donné un petit plus. Mais c’est vrai que je sentais bien le disque… »

Il fallait bien ça, car l’Allemande Shanice Craft a fait le match (65,05 m à son premier essai). Mais MRM (35 ans le 18 juillet) ne quitte plus le petit nuage sur lequel elle surfe depuis sa médaille d’argent aux Mondiaux de Moscou l’été dernier assortie d’un nouveau record de France (66,28 m).

Victorieuse en mars à la Coupe d’Europe des lancers hivernaux à Leiria (64,20 m), son niveau moyen continue de s’affoler. Autrefois régulière autour de 60 m, c’est devenu son « minimum syndical ». Ses trois concours de l’année en Ligue de Diamant se sont ainsi traduits par des jets autour de 63 m (62,66 m à Shanghai, 63,65 m à Eugene et 63,08 m à Oslo). « Pourtant, je ne me suis pas fait plaisir. A Oslo, j’étais au fond du trou physiquement », assure-t-elle. « Aujourd’hui, c’était mon premier concours avec une vraie préparation précompétition dans la semaine. Lundi j’avais des super-sensations. J’avais envie de confirmer. » Résultat, un jet à 77 centimètres de son record de France (3e performance en carrière et 6e perf européenne de la saison) dès le mois de juin…

« Maintenant, c’est une patronne… »

2012_1207Image0032.JPG

Serge Debié, son coach

« L’explication est psychologique, estime son coach Serge Debié. Pour le reste, rien n’a changé. On avait modifié sa technique en 2011 après sa maternité. Physiquement, elle fait à peu près la même chose. Quand tu as une médaille, soit tu t’emballes, soit tu capitalises. Maintenant, c’est une patronne… ». En stage à la Réunion au printemps, elle avait déjà vu la différence en constatant un gain de deux mètres avec ses disques d’entraînement de 1,2 kg (au lieu de 1 kg). Un bond en avant qui se vérifie depuis le début de la saison estivale par rapport à ses temps de passage de l’an dernier… « C’est de bon augure : je fais comme l’année dernière avec 2m de plus ! Et ça fait du bien de voir que je suis capable de gagner dans cette compète relevée que j’avais gagnée en 2013 (63,75 m à Gateshead) », disait-elle hier à cinquante jours des championnats d’Europe de Zurich (12-17 août) où elle trouvera toutefois la reine de la discipline, la Croate Perkovic, sur son chemin (70,52 m cette saison).

Benjamin Steen

leprog.jpg


mercredi, 18 juin 2014

Une Marseillaise pour Galais

«C’est ma première Marseillaise ! Ça fait plaisir même si ce n’était pas une énorme compétition. » Jennifer Galais est revenue les mains pleines des championnats méditerranéens espoirs à Aubagne.

IMG_6607.JPG

La jeune sprinteuse de Décines Meyzieu Athlétisme (22 ans) a survolé dimanche le 200 m, s’imposant en 23’’06 (vent nul) avec 73 centièmes d’avance sur l’Italienne Siragusa, fracassant du même coup son record personnel (23’’22 en 2012). La pluie déversait pourtant des torrents d’eau sur la piste : « Quand j’ai vu la météo, je me suis dit qu’il fallait se concentrer sur la victoire, dit-elle. Finalement, j’ai tout eu… » Seul petit regret : elle échoue de peu à passer sous la barre symbolique des 23’’00: «Le pire, c’est que le chrono a affiché 22’’99 avant correction. Ce sera pour la prochaine fois. » Après avoir couru en 11’’40 sur 100 m, Galais confirme en tout cas qu’elle a les minima pour les championnats d’Europe de Zurich (12-17 août) dans les jambes (11’’30 sur 100 m et 22’’95 sur 200 m). »

SALUT EN ARGENT : Aline Salut (Lyon Athlé) a pris à Aubagne la deuxième place au marteau (63,36) derrière Alexandra Tavernier (66,37 m).

B.Steen

leprog.jpg


dimanche, 01 juin 2014

10 km de Bron

IMG_0171.JPG

Géraldine Simbola (ESL) en 37'08 et Eliud Sugut Kimutai (DMA) en

30'50 sont les deux beaux vainqueurs des 10km de

la Journée de Dam's.

IMG_0158.JPG

 Les bénéfices d'une année de travail seront remis

au centre Léon Bérard.

IMG_0182.JPG

Les Résultats de FP Sportevent

Les Photos

Ligue de Diamant: 63.65 pour Mélina Robert-Michon

afp-photo-adrian-dennis.jpgEn mètres, la distance du jet effectué par Mélina Robert-Michon au meeting de Eugene (Etats-Unis) remporté ce vendredi par la Croate Sandra Perkovic (69,32m). La vice-championne du monde du lancer du disque a réalisé sa meilleure performance de la saison estivale après ses 62,66m du meeting de Shanghai (3e ). Une mauvaise opération toutefois au classement de la Ligue de diamant puisque la Lyonnaise a terminé 5e du concours (alors que seules les trois premières marquent des points). Elle glisse par conséquent à la 4e place du classement provisoire de ce fil rouge de la saison.

Prochain meeting à Oslo le 11 juin.

 

leprog.jpg


Meeting de Marseille: Jennfer Galais confirme !

Une semaine après avoir réalisé la meilleure performance française de la saison sur 100m à Forbach (11’’40; +1,8m/s), Jennifer Galais s’est imposée ce samedi au meeting de Marseille en 11’’47 avec un léger vent défavorable (-0,2m/s).

jennifer-galais-photo-dr.jpg

La sprinteuse décinoise a devancé Emilie Gaydu (11’’66) alors que le Trinidadienne Michelle-Lee Ahye (11’’04 cette saison), qui était annoncée au départ, n’a pas couru. Chez les hommes, Adrien Clemenceau s’est classé 4e du 400m haies en 50’’90. Une déception pour le Brondillant 4e des championnats d’Europe 2012: « Je m’attendais à descendre le chrono, avoue-t-il. J’ai commis pas mal de fautes, ça ne pardonne pas surtout quand il y a de petites rafales de vent. Mais ça ne remet pas en cause tout le travail que j’ai fait. Ça va venir. »

Régionaux: Deschamps devant Chapon à la hauteur

Championnats Rhône-Alpes (Aix-les-Bains), journée 1. Principaux résultats:

HOMMES - 100m (+1,1m/s): 1. Pessonneaux (AS Aix-les-Bains) 10’’52; 400m: 1. Vilaine (Ain AEA) 46’’80; 1500m: 1. Rouania (Lyon A) 3’51’’85; Hauteur: 1. Deschamps (ESL) 2,13m; 2. Chapon (Coq 42) 2,13m; Longueur: 1. Mbatang (Lyon A) 7,13m (+0,3m/s).

FEMMES - 100m (-0,9m/s): 1. Ndiaye (Asvel) 12’’04; 400m: 1. Lufutucu (Asvel) 54’’50; Triple saut:1. Touam (Asvel) 12,56m (+1,8m/s).

leprog.jpg

MAXI RACE A ANNECY (86 KM). Fabien Antolinos « Content de rivaliser à 37 ans »

Fabien Antolinos s’est classé deuxième de la course qui accueillera l’an prochain les Mondiaux de trail.

Près de 9 heures de course autour du lac d’Annecy, la Maxi Race (86 km) s’est finalement jouée ce samedi dans un mouchoir de poche. À l’arrivée, trois minutes ont séparé le vainqueur, Sébastien Spehler, de Fabien Antolinos (2e ), Patrick Bringer (3e ) et Xavier Thévenard (4e ) qui se sont partagé les accessits au sprint. À nouveau dauphin de Spehler comme aux championnats de France 2013, l’International décinois (6e des Mondiaux 2013) avait quand même de quoi se montrer satisfait de cette reconnaissance grandeur nature du circuit des championnats du monde 2015, à trois mois de sa première participation à l’Ultra trail du Mont Blanc.

IMG_5872.JPG

Fabien, vous finissez main dans la main avec Patrick Bringer, mais cette Maxi Race a été une bataille…
C’était vraiment très serré. Si Sébastien et moi avions déjà notre billet, Bringer et Thévenard jouaient leurs places pour les Mondiaux sur cette course. On a fini au taquet ! C’est fou après une course de 86 km et plus de 6 000 m de dénivelé positif.

« Cette course va laisser des traces »

Personnellement, ce n’était pas vraiment un objectif prioritaire. J’y allais surtout pour reconnaître le parcours. J’avais un peu coupé l’entraînement ces derniers jours, mais je suis encore dans une phase de travail de qualité. Il m’a manqué un peu d’endurance et des séances avec beaucoup de dénivelé. Je l’ai senti dans les descentes. Cette course va laisser des traces !
Sébastien Spehler est-il devenu votre bête noire ?
Il est vraiment très costaud ! Si l’année dernière, il lui arrivait d’avoir des trous d’air, il n’en a plus (ndlr : sept victoires en sept courses cette saison pour le lauréat du Lyon urban trail). C’est un jeune (26 ans) qui a de très grosses qualités et qui apprend très vite. C’est gentil de dire que c’est ma bête noire, mais moi, je suis plus près de la fin. Je suis plutôt content de voir qu’à 37 ans, je peux encore rivaliser avec les jeunots.
Vous allez courir pour la première fois l’Ultra trail du Mont Blanc (165 km) en août. Avec quels objectifs ?

Déjà, je vais prendre deux semaines « off » pour récupérer. Ensuite, je ferai une course en juillet, l’Ice trail Tarentaise, avant de finir la préparation. Je considérais cette Maxi Race comme un point de passage. C’est positif donc. Mais de là à savoir ce que je pourrai viser… Physiquement, mentalement, c’est l’inconnu pour moi de courir pendant 20h et plus. J’ai voulu tenter le coup cette saison parce qu’il n’y a pas d’échéance importante, mais je ne sais même pas si ça me plaira.

Recueilli par B.Steen

leprog.jpg


dimanche, 04 mai 2014

INTERCLUBS. « 60 mètres, mon minimum syndical »

2012_1207Image0038.JPGMélina Robert-Michon teste sa forme aux Interclubs (1er tour aujourd'hui à Annecy) avant d’enchaîner les meetings.

A 34 ans, Mélina Robert-Michon est au sommet de son art. Sur la lancée de sa médaille d’argent aux Mondiaux de Moscou, record de France en prime en finale (66,28m), la Lyonnaise a traversé l’hiver sur un nuage. Après avoir frappé d’entrée lors des championnats hivernaux de lancers longs à Châteauroux (64,12m), elle a prolongé l’euphorie en s’imposant à la coupe d’Europe de la spécialité à Leiria (64,20m). Minima pour les championnats d’Europe de Zurich en poche et confiance gonflée avant de débuter la saison estivale cet après-midi au 1er tour des Interclubs à Aix-les-Bains.

Vous êtes rentrée jeudi d’un stage de deux semaines à la Réunion. Dans quel état de forme débutez-vous la saison ?
Tout s’est parfaitement passé. C’était un stage dans la continuité avec des grosses séances. J’étais encore sur du lourd et de la quantité. J’ai participé au meeting de Saint-Denis où j’ai lancé à 60,96m. Ce n’est pas si mal vu la période. Petit à petit, les sensations commencent à revenir à l’approche de la compétition.

Vu le cap que vous avez franchi, le défi pour votre rentrée aux Interclubs n’est-il pas de lancer au moins à 60 mètres ?
C’est sûr que maintenant, dans ma tête, ce doit être mon minimum syndical. Mais j’y arrive dans la continuité du stage, sans préparation spécifique. Ce sera l’occasion de voir où j’en suis. Ensuite j’enchaînerai avec le meeting de Montgeron (11 mai), puis Shanghai (18 mai) et Eugene (31 mai) en Ligue de Diamant.

Comme l’an dernier, les meetings de la Ligue de diamant vont rythmer votre approche des championnats d’Europe ?
Je vais participer à toutes les étapes (sauf Doha le 9 mai). Selon moi, c’est nécessaire d’aller se confronter aux meilleures.

Cela oblige à se bouger quel que soit le contexte, même si la météo est mauvaise, ou si on est fatigué à cause du voyage, histoire de ne pas être ridicule. Cela permet de me mettre en position de devoir être performante dans n’importe quelle situation, alors que dans une compétition où il n’y a pas grand monde, c’est plus dur. C’est un gros plus quand on arrive en grand championnat.

Recueilli par B.S

leprog.jpg

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu