compteur

Avertir le modérateur

dimanche, 17 juillet 2016

Le titre et un record pour Marine Mignon

IMG_2724.JPG

Marine Mignon a réalisé un superbe exploit, lors des championnats d’Europe cadettes à Tbilissi. En effet, la sociétaire de l’Entente Sud Lyonnais a décroché le titre de championne d’Europe sur 200 m dans le temps canon de 23’’35. Un chrono énorme pour une cadette qui lui permet de pulvériser le record de France détenu par Fabe Dia en 23’’61.

IMG_2695.JPG

Marine et Franck Matamba (entraîneur)

Voilà en tout cas une nouvelle performance de tout premier choix pour cette jeune athlète lyonnaise ô combien prometteuse, et dont la marge de progression est encore très importante.

leprog.jpg

samedi, 09 juillet 2016

Robert-Michon : « C’était jouable… »

La Lyonnaise, 5e avec 62,47m, a peiné à se hisser à son niveau habituel alors que le podium du disque était dans ses cordes.

A la sortie du stade olympique d’Amsterdam, Mélina Robert Michon retrouve son coach Serge Debié.

2012_1207Image0032.JPG

« On va analyser. Mais je crois que je vais avoir quelques coups de bâton à donner », dit-il, arrachant un petit sourire à la discobole lyonnaise. Cinquième de la finale avec 62,47m au 5e essai, alors qu’elle avait propulsé son disque à 63,99m mercredi en série, la vice-championne du monde 2013 et d’Europe 2014 a loupé le coche. Si la Croate Perkovic était à nouveau hors de portée (69,97m), le podium s’est joué dans sa zone de confort (Fischer 2e avec 65,77m et Craft 3e avec 63,89m). Encore plus rageant pour la recordwoman de France (66,28m)…

Comment analysez-vous votre concours ?

« C’est simple : je n’ai pas bien lancé. Je n’ai jamais réussi à me mettre dedans. C’était mieux sur les deux derniers jets, mais c’était trop tard. C’est frustrant car je ne suis pas loin du podium en n’étant pas très bien. C’était tout à fait jouable. Je n’ai pas su faire ce qu’il fallait. Il va falloir débriefer. »

Qu’est-ce qui vous a gênée ?

« Personne n’a correctement lancé à cause des conditions qui étaient difficiles avec ce vent. Mais il fallait que j’arrive quand même à avoir des trajectoires correctes. Et ça n’a pas été le cas. Peut-être aussi qu’avoir un jour entre les séries et la finale, ça ne me réussit pas. Je ne sais pas. J’ai eu l’impression d’avoir du mal à rentrer dans le concours comme si je n’étais pas assez concernée par le concours. J’ai fait un bon dernier essai d’échauffement. Et je me suis peut-être endormie au début du concours parce que, à quinze, il faut beaucoup attendre… Il n’y a pas d’excuse à chercher : j’ai mal lancé. »

La revanche se jouera à Rio aux JO face aux mêmes adversaires ou presque…

« Ce championnat d’Europe, ce n’était pas l’objectif de l’année. Mais ça ne fait jamais plaisir de finir 5e et une médaille aurait été bonne à prendre. Ce résultat permet de se rendre compte qu’un championnat ne se joue pas sur le bilan de la saison. Il faut toujours savoir s’adapter. Et je n’ai pas su le faire. »

RECUEILLI PAR B.S.

leprog.jpg

Gueï, rien que pour elle !

Deuxième du 400m derrière l’Italienne Grenot, l’héroïne du relais 4x400m à l’Euro de Zurich a décroché sa première médaille internationale en individuelle.

Photo: FFA

« Ça m’a fait bizarre d’être toute seule. J’ai savouré. » Floria Gueï a eu droit à son tour d’honneur en solo, rien que pour elle, drapeau tricolore sur les épaules. Qu’importe si pour la première fois de la saison, la Lyonnaise a eu la vue bouchée depuis la sortie du virage par l’Italienne Libania Grenot qui conserve son titre sur 400m (50’’73).

Un modèle d’opiniâtreté donné en exemple

L’ex-Cubaine, qui avait tapé du poing sur la table en série (50’’43), était la plus forte dans le froid et les bourrasques de vent d’Amsterdam. Pas de regret pour Gueï (2e en 51’’21) devant les Anglaises Onura (51’’47) et Ohuruogu (51’’55). «A la fin, j’essaye de revenir, raconte-t-elle, mais Grenot a fait la plus belle course. Il m’a peut-être manqué un petit grain de folie. Je suis rentrée dans le virage un peu plus tard que d’habitude. Quelque chose a sans doute cloché mais c’est de l’ordre du détail. » Et l’heure n’est pas aux détails : « Il me fallait cette première médaille individuelle. Ça me soulage. »

C’était le principal cette semaine. Jusqu’à présent, le nom de Floria Gueï signifiait « remontée fantastique ». Son tour de magie en finale du relais 4x400m des championnats d’Europe de Zurich en 2014 (à 10m du podium au départ, première à l’arrivée) n’en finit plus de tourner (3,2 millions de vues sur youtube). Plus qu’un exploit, un modèle d’opiniâtreté utilisé récemment par le coach du Toulouse FC Pascal Dupraz dans la dernière ligne de la course au maintien en L1. En cadeau, Gueï a reçu un maillot à son nom.

Elle ne s’en lasse pas : « Je n’en aurais jamais marre !, promet-elle. C’était un moment unique et fou. C’est la seule fois de ma vie que j’ai pleuré de joie. Mais bon, j’ai envie d’avancer. » C’est qu’avant de débarquer à Amsterdam, elle n’avait jamais passé le « cut » des demies en grand championnat individuel. A 26 ans, elle maîtrise désormais ses schémas de course et ses nerfs. « J’ai passé un cap grâce à la complicité avec mon coach (Djamel Boudebibah). La confiance grandit d’année en année. Ma préparatrice mentale (Meriem Selmi) m’apporte aussi un plus non négligeable. »

Et maintenant ? Onzième mondiale à trois athlètes par nation, elle peut rêver d’une finale olympique à Rio (5-21 août). Avant de décoller pour le Brésil elle passera par Londres (22-23 juillet) sur 400m et Castres (20 juillet) sur 200m. Aucun risque de relâchement : « Cette médaille sera un tremplin, assure-t-elle. Ce soir, je suis contente, mais j’en veux plus. »

DE NOTRE ENVOYÉ SPÉCIAL À AMSTERDAM BENJAMIN STEEN

leprog.jpg

12:55 Écrit par La Com dans Athlétisme, Coup de Coeur, Résultats | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

lundi, 20 juin 2016

Meeting de Villefranche: Magand retrouve des couleurs

Sous ses nouvelles couleurs de Décines-Meyzieu Athlétisme, Pierre Magand redécouvre petit à petit ses sensations perdues.

À une semaine des championnats de France, les cadors de la région avaient malheureusement fait l’impasse sur la compétition mais cela n’a pas empêché d’assister à de belles bagarres et à des chronos encourageants. Parmi les belles performances de la journée, saluons la belle impression laissée par Pierre Magand qui a pris ses responsabilités sur 3000 m steeple en faisant exploser le peloton qui tournait jusqu’aux 1000 m à des allures de sénateurs.

IMG_0744.JPG

« Je voulais passer sous les 9’30 donc quand j’ai vu que personne ne donnait du rythme à la course je suis parti seul devant », explique l’athlète qui affichait pourtant le moins bon temps des engagés. Au final, le nouvel élève de Bastien Perraux terminait troisième en 9’34’’60, rattrapé dans le dernier tour par Ouakit et Chanel, mais le scénario de la course et son chrono lui donnait tout de même le sourire.

« J’améliore de plus de 10 secondes mon meilleur temps de l’année. Je retrouve vraiment de bonne sensation et j’espère pouvoir me rapprocher dans quelque temps de mon niveau de 2008 lorsque j’avais fait 3e au France espoirs en 9’09 », explique l’ancien athlète de Feyzin qui a retrouvé un équilibre en intégrant le groupe d’entraînement de Bastien Perraux et qui devrait faire reparler de lui cet hiver sur le cross.

samedi, 18 juin 2016

Robert-Michon prend position

Deuxième à Stockholm avec un jet à 64,96 m, La Lyonnaise a idéalement terminé sa tournée des meetings avant les championnats d’Europe et les JO.

Le ciel était si bas jeudi soir à Stockholm que son disque a disparu dans les nuages pour retomber 64,96m plus loin. La caméra a eu beau lui tourner autour tandis qu’elle renfilait sa doudoune sous la pluie, Mélina Robert-Michon n’a pas esquissé le moindre geste. « J’étais déçue, explique-t-elle, parce que j’ai vu le ruban des 65 m bouger. Je sentais que je pouvais aller au-delà. »

« Pas assez d’angle »

N’empêche, la recordwoman de France (66,28 m) a frappé un grand coup à son 5e jet en « sortant » la 6e meilleure performance de sa carrière pour grimper sur la deuxième marche du podium derrière la championne olympique Sandra Perkovic (68,32 m) et devant la championne du monde Denia Caballero (63,85 m). « C’est un très bon concours en général à la bagarre », apprécie Serge Debié, le coach de la vice-championne du monde 2013, en référence à ses trois autres lancers à plus de 63 m (63,25 m au 2e , 63,49 m au 4e et 64,70 m au 6e ).

2012_1207Image0032.JPG

Tout n’est pas encore parfait. Normal après seulement cinq meetings. Et tant mieux à deux mois des JO de Rio (15 et 16 août pour le disque féminin) : « Techniquement, c’était bon, mais le disque n’avait pas assez d’angle, ce qui explique qu’il a continué 15 m après avoir touché le sol, analyse le coach. Il y a moyen d’aller beaucoup plus loin. » MRM prouve au passage sa capacité d’adaptation aux conditions infernales. C’est loin d’être un détail alors que le concours olympique ne ressemblera à aucun autre avec les qualifications à 20h30 et 21h50, puis la finale le lendemain matin à 11h20. Du jamais vu.

D’ici là, restent deux dernières sorties aux championnats de France (24-26 juin à Angers) et surtout aux championnats d’Europe (6-10 juillet à Amsterdam). « Ce sera encore un gros concours, prévient Debié. Mais Mélina a prouvé que, à part Perkovic qui évolue sur une autre planète, elle peut battre tout le monde. »

B.Steen

leprog.jpg

jeudi, 09 juin 2016

Emmie Charayron : Après Londres, Rio !

12321662_981082341968604_3495449884951359454_n.jpg

Après sa 18ème place à Londres en 2012, la jeune triathlète Emmie Charayron, licenciée en Athlétisme à l’Asvel, vient de se qualifier brillamment pour Rio où elle sera la seule représentante française dans cette discipline exigeante comportant trois épreuves successives : natation, vélo et course à pied. Cette deuxième qualification remarquable mérite d’être mise en valeur.

De nature discrète et très avenante, Emmie est cependant dotée d’un mental d’acier, d’une volonté sans borne et d’une vive intelligence tactique.

Repérée dès son plus jeune âge pour ses qualités de coureuse par notre président d’honneur Firmin Paul, Emmie est toujours restée fidèle à notre club. Malgré ses études puis son travail, sans compter ses entraînements dans les trois sports très difficiles et chronophages, elle s’est souvent arrangée pour venir participer à quelques cross « pour aider le club et revoir ses amis ».

Une fois, aux Myriades, elle a contribué à la victoire et a gagné la prime avec ses copines. Mais elle a préféré laisser sa part à la moins bien classée de son équipe car « elle a plus besoin d’être encouragée que moi ! »

Elle a également brillé aux Foulées de Villeurbanne. En mars 2014, elle y est venue pour battre son record sur 10 km et a remporté l’épreuve en 35’02’’. Les spécialistes apprécieront cette performance! Mais, déçue de ne pas avoir pu améliorer son record, et munie de sa montre GPS, elle est venue me montrer, preuve à l’appui, que la distance réelle de la course était de 10 km 150 m. En effet, le parcours comprenait un dernier virage à gauche et une ligne droite avant l’arrivée qui rajoutaient cette petite distance qui l’avait empêchée de réaliser son objectif !

Ces petites anecdotes démontrent sa gentillesse, sa fidélité mais aussi son souci de perfection et son niveau d’exigence vis-à-vis d’elle-même.

Ses qualités de championne sont tout aussi évidentes dans le choix, l’orientation et la conduite de ses longues préparations très pointues nécessitant une organisation d’une grande rigueur.

Ainsi, malgré son palmarès qui donne déjà le vertige – toujours sur le podium national et européen de toutes les catégories depuis 2008 avec plusieurs titres et surtout sa 18ème place aux J.O. de Londres en 2012- Emmie s’est donné encore les moyens nécessaires pour réussir la suite de sa carrière. Après avoir été formée, entraînée et portée au plus haut niveau par son papa Philippe, elle a quitté Messimy, sa banlieue lyonnaise pour Gigean, dans l’Hérault, afin de s’entraîner avec le groupe de Laurent Vidal.

Elle passe donc l’été en Europe et s’envole, l’hiver venu, vers la Nouvelle Zélande où elle trouve les meilleures conditions d’entraînement et de compétitions. Cet exil l’empêche, à son grand regret, de participer, en France, à certains cross et aux foulées de Villeurbanne sous les couleurs de l’Asvel- Athlétisme, le club qui l’a formée et qui restera toujours cher à son cœur.

Dans ses S.M.S. et courriels, Emmie me confie : « Je ne vous oublie pas et ferai toujours tout pour rendre service au club dans la mesure du possible, mais je voudrais progresser encore, et cela passe par le sacrifice de l’éloignement ».

La fin de sa préparation hivernale 2015-2016 lui a donné entièrement raison puisque, après sa 6ème place à Gold Coast, sa 11ème place à New-Plymouth, Emmie a obtenu sa sélection à Cagliari le 08 mai 2016 pour les Jeux Olympiques de Rio où elle sera la seule représentante française dans cette discipline (c’est dire le degré d’exigence de performances). Elle vise le top 8, « ce qui est très difficile car le niveau s’est amélioré et densifié ».

En Août, au pays du football roi, de la samba et des cariocas, vêtue du maillot tricolore, la gracile athlète, constamment souriante, mais oh combien volontaire, donnera, n’en doutons pas, le meilleur d’elle-même en l’honneur de sa famille, de son entraîneur, hélas décédé depuis, pour porter le plus haut possible les couleurs de la France. L’Asvel, son club d’athlétisme de cœur, sera parmi ses plus fervents supporters.

Trieu NGO

Président de l’Asvel-Athlétisme

17:18 Écrit par La Com dans Autre Sport, Coup de Coeur | Commentaires (3) |  Facebook |  Imprimer | |

dimanche, 05 juin 2016

Jour de renaissances à Parilly

Jennifer Galais (11’’25) et Pierre-Alexis Pessonneaux (10’’33) ont profité des conditions parfaites pour rajeunir leurs records personnels sur 100 mètres.

C’était l’alliance parfaite : du soleil, une température douce et un vent portant pile dans l’axe de la ligne droite du Stade de Parilly. Jennifer Galais et Pierre-Alexis Pessonneaux en ont profité pour sortir du tunnel.

La série a suffi pour la sprinteuse de Décines Meyzieu Athlé (24 ans) : 11’’25 (+1,6 m/s), minima requis pour le championnat d’Europe à Amsterdam (6-10 juillet). Bim ! Si renversant pour elle, qu’elle n’avait plus d’influx en finale (11’’47; +1,3 m/s): «C’était un truc de fou en série, je n’avais plus l’habitude de ce genre de sensations. »

Pessonneaux (AS Aix-les-Bains), lui, a dû attendre la finale pour exploser : 10’’33 (+1,7 m/s), troisième meilleure performance française de la saison derrière Jimmy Vicaut et son pote Christophe Lemaitre. Bam !

Galais : « Un grand soulagement »

IMG_0259.JPG

C’était jour de renaissances à Vénissieux pour les deux Internationaux aux records bloqués respectivement depuis 2014 et 2012. « Je ne sais même plus de quand il date », hésitait même Pessonneaux, incapable de se souvenir de ses 10’’39 en 2012 déjà sur cette même piste.

Galais, elle, comptait les jours depuis ses 11’’40 : « Cela fait deux ans que je courais après. » En proie à des « problèmes personnels », elle avait même fini par sortir du collectif relais 4x100m de l’équipe de France. Après avoir « remis de l’ordre », elle a commencé à battre son record sur 60 m en salle cet hiver (7’’27) avant de confirmer hier son retour au premier plan : « C’est un grand soulagement. Mais je ne m’arrête pas à ça. Maintenant, il faut être régulière à ce niveau. C’est bien beau de faire ce chrono en série des Régionaux. Mais il faudra le refaire avec du monde autour. »

À 28 ans, Pessonneaux n’espérait même plus progresser sur 100 m : « C’est vrai que je ne pensais pas que c’était encore possible. À force de buter dessus… Et puis l’âge n’arrange rien. Mais cela prouve que la méthode aixoise fonctionne. » Pourtant, il y a dix jours, le médaillé de bronze aux JO de Londres avec le 4x100m errait au meeting de Bron (faux départ sur 100m et 21’’12 sur 200 m). « Le lendemain, Pierrot (Carraz, son coach) m’a dit qu’on allait travailler la fréquence de foulée et que je ferai 10’’35 ce week-end… En course, j’avais l’impression de ne pas courir naturellement, mais le résultat prouve que c’est efficace. »

IMG_2762 (1280x853).jpg

La bonne nouvelle dépasse leur cas personnel. Ce sont deux relayeurs qui reviennent dans le jeu à deux mois des JO de Rio. En attendant, ils s’alignent tous les deux ce dimanche aux Régionaux sur 200m, leur distance fétiche.

BENJAMIN STEEN

  Résultats

lundi, 30 mai 2016

Cantero rêve des J.O.

IMG_3750 (1280x853).jpgLes minimas sur 1500m. pour les Championnats d’Europe en poche, Bryan Cantero se tourne désormais vers la qualification pour les Jeux de Rio.

Engagé samedi soir sur le 800m. du meeting National de l’Est Lyonnais, Bryan Cantero est reparti frustré du meeting après une course tronquée par les leaders qui n’ont pas assumé leur rôle « C’est un coup pour rien. J’avais de super bonnes sensations et j’espérais battre mon record mais les leaders n’ont pas pris leur responsabilité » indiquait le coureur d’Aix Les Bains qui termine finalement en 1’50’’06 à plus de 1 secondes de son record.

IMG_3661 (1280x925).jpg

 

De retour à Lyon cet automne pour intégrer le groupe de Bastien Perraux après 3 années passées à l’INSEP, Bryan Cantero s’apprête à vivre quelques semaines cruciales dans sa carrière. « Le premier contrat est rempli avec les minimas pour les Europes qu'il faudra valider en terminant dans les 3 premiers aux championnats de France. Mais le deuxième objectif maintenant c'est d'aller chercher le billet pour les Jeux. » explique Bryan qui aura une belle occasion dès mercredi à Montbéliard d’atteindre son objectif dans une course emmené par l’Allemand Timo Benitz qui dispose d’un record de 3’34 sur 1500m. « À Ostrava la semaine dernière je cours en 3’37 alors que je n’étais pas dans les meilleures conditions avec un voyage de 17h. En ce moment j’ai des sensations incroyables et je pense qu’à Montbéliard je vais me montrer plus ambitieux et je n’hésiterais pas à prendre les choses en main si besoin » explique le coureur originaire d’Aoste dans l’Isère qui a retrouvé le plaisir de se rendre à l’entraînement en intégrant le groupe de Bastien Perraux « A l’INSEP nous étions un petit groupe de 3 coureurs avec des profils et des objectifs différents et il m’arrivait e m’entraîner tout seul. J’avais besoin de changer d’environnement et c’est naturellement que je suis venu à Lyon où une partie de ma famille réside. Maintenant c’est un vrai plaisir de venir aux séances, dans un groupe où l’émulation permet de progresser et de se faire plaisir » conclut le jeune homme de 25 ans qui parallèlement à sa vie d’athlète travaille avec Pierre Antoine Bosse sur la création d’une startup dédiée aux rencontres sur Internet. Mais pour l’instant Bryan se concentre sur l’athlétisme pour ne pas rater son rendez-vous avec les Jeux Olympiques.

IMG_3741 (1280x924).jpg

Gueï déjà à l’heure de Rio

La Lyonnaise a réalisé ce samedi les minima (51’’30) pour les JO en bouclant son deuxième 400 mètres de l’année en 51’’23.

Prévu à 16 h 45 mais couru vingt minutes plus tard, le 400 mètres féminin des championnats du Rhône a échappé de peu à l’orage. C’était moins une, mais Floria Gueï a finalement bénéficié de conditions optimales, si ce n’est un léger vent de face pour finir. C’est ce que l’athlète de l’ESL cherchait en ajoutant à son programme ce détour par le stade de Parilly, une semaine après un premier tour de piste gâché par le froid et la pluie à Sotteville (52’’23).

Elle n’a pas manqué l’occasion d’appliquer son schéma de course : 24’’0 aux 200m et 51’’23 à l’arrivée, sans en baver. C’est pile dans la fenêtre de tir espérée pour sa presque rentrée. « Ce n’était pas indispensable de re-courir dès cette semaine, mais c’est toujours bien de rectifier une erreur, explique-t-elle. Je voulais en particulier modifier ma première partie de course en partant beaucoup plus vite. Ce qui est agréable, c’est qu’avec mon coach (Djamel Boudebibah), on pensait que je pouvais gagner une seconde, et c’est exactement ce que j’ai fait. »

13330909_1319020938112337_3797740068583997989_n.jpg

Photo de Floria Gueï

« J’avoue que c’est plaisant »

Elle n’était pas là pour ça, mais les minima (51’’30) pour les JO de Rio (12-21 août) finissent de l’enchanter : « C’était une course de réglage, mais j’avoue que c’est plaisant. Au moins, je vois que je ne suis pas en retard. »

C’est un euphémisme. Pour l’anecdote, elle s’empare avec ce chrono de la meilleure performance européenne de l’année. Elle signe surtout le 5e meilleur temps de sa carrière, toute seule dans une course départementale, à seulement 34 centièmes de son record personnel (50’’89 en demi-finale des Mondiaux 2015 de Pékin). « Je suis dans les temps par rapport à ce que j’avais prévu », apprécie-t-elle, dix jours avant sa rentrée internationale au meeting de Birmingham où elle aura les meilleures mondiales dans les couloirs voisins : « C’est toujours plus facile d’aller vite quand il y a du monde à aller chercher devant. Je suis déjà super-excitée à l’idée de courir là-bas. »

BENJAMIN STEEN

leprog.jpg

samedi, 28 mai 2016

Élodie Clouvel vice-championne du monde de pentathlon moderne

La Française Élodie Clouvel a terminé ce vendredi à la deuxième place des championnats du monde de pentathlon moderne, à Moscou.

13305201_1077522248988815_6753128515730296381_o.jpg

Vice-championne d’Europe en 2015, vice-championne du monde un an plus tard, où s’arrêtera-t-elle ? À moins de trois mois des Jeux olympiques à Rio, Elodie Clouvel a clairement montré ses ambitions vendredi. Assurée d’être du voyage l’été prochain au Brésil, même si la sélection n’est pas encore définitivement arrêtée, la Française a montré toute la journée une solidité mentale de nature à lui laisser envisager l’avenir proche avec sérénité.
 
Ainsi a-t-elle devancé, par la plus petite des marques possibles, l’Allemande Lena Schöneborn, championne olympique 2008. Quant au titre, il est revenu à la Hongroise Sarolta Kovacs, double championne d’Europe 2011 (équipes et relais). «Je suis contente de cette fin de la journée, car ce n’étais vraiment pas acquis, a déclaré Clouvel.Maintenant, je vais continuer à travailler afin de me préparer au mieux en vue de l’objectif de la saison, les Jeux olympiques.»

En revanche, les deux autres Françaises engagées dans la finale, Marie Oteiza (vingt-troisième) et Julie Belhamri (trente-sixième), sont restées en retrait.
 
Source l'équipe

11:30 Écrit par La Com dans Autre Sport, Coup de Coeur | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

mardi, 24 mai 2016

Courir Pour Elles: Toutes les photos

IMG_1460 (1280x720).jpg

IMG_1486 (1280x853).jpg

IMG_1516 (1280x853).jpg

IMG_1562 (1280x853).jpg

IMG_1606 (1280x853).jpg

IMG_1610 (1280x853).jpg

IMG_1649 (1280x853).jpg

IMG_9674 (1280x623).jpg

IMG_9760 (1280x853).jpg

IMG_1704 (1280x853).jpg

IMG_1764 (1280x853).jpg

IMG_1810 (1280x853).jpg

IMG_1820 (1280x853).jpg

IMG_1887 (1280x853).jpg

IMG_2038 (1280x853).jpg

IMG_2148 (1280x853).jpg

IMG_2182 (1280x853).jpg

IMG_2272 (1280x853).jpg

IMG_2297 (1280x853).jpg

IMG_2310 (1280x853).jpg

IMG_2319 (1280x720).jpg

IMG_2341 (1280x853).jpg

IMG_2393 (1280x853).jpg

IMG_2459 (1280x853).jpg

IMG_2521 (1280x853).jpg

IMG_2550 (1280x853).jpg

Photos

Samedi Soir

Album 1

Album 2 

Album de Gaëlle

14:57 Écrit par La Com dans Coup de Coeur, Radio Parilly | Commentaires (1) |  Facebook |  Imprimer | |

mardi, 17 mai 2016

Courir pour Elles: La 7ième édition à Parilly !

IMG_5986.JPG

Nouveau rendez-vous ce dimanche pour Radio Parilly partenaire de Courir pour Elles depuis la première heure.

Merci Arnaud Borron de m'avoir présenté Sophie Moreau un soir de CDCHS

( Commission Départemental des Courses Hors-Stade).

Depuis cette manifestation reconnue pour son énergie positive n'a fait que grandir.

Pour la 7ième édition c'est le Parc de Parilly qui accueillera 12000 femmes en rose après 6 années au Parc de Lacroix-Laval.

IMG_6209.JPG

Un déménagement pour plus d'espace et un accès plus pratique.

Voici quelques infos :

Pour un dimanche 22 mai plus serein, venez retirer ou faire retirer votre dossard et votre tshirt rose lors de nos remises de dossards :

- mercredi 18 mai à la maison des Associations de Charbonnières, Place Marsonnat, entre 12h30 et 16h

- samedi 21 mai dans l'Atrium de l'Hôtel de Ville de Lyon, entrée par la Place des Terreaux Lyon 1er, de 14 h à 18 h

Si vous ne pouvez pas retirer votre dossard et votre tshirt vous même à l'avance, vous pouvez demander à quelqu'un de le faire pour vous. Et si ce n'est pas possible, vous aurez toujours la possibilité de les retirer sur place le dimanche matin entre 8h et 9h15.

Vous vous demandez comment venir au Parc de Parilly le dimanche 22 mai ?

Retrouvez ici toutes les informations utiles :

 

17:08 Écrit par La Com dans Actualité, Coup de Coeur | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

vendredi, 29 avril 2016

JO : Charayron (presque) à Rio

12321662_981082341968604_3495449884951359454_n.jpgLa course aux quotas olympiques ne s’achève que dans deux semaines et la sélection française ne sera officielle qu’en juin, mais Emmie Charayron a plus qu’un pied à Rio (5-21 août). Grâce à ses bonnes places en World triathlon series (6e à Gold Coast et 17e à Gold Coast) et en coupe du monde (11e à New plymouth), la Lyonnaise s’est hissée à la 42e place du classement olympique, octroyant ainsi un dossard à l’équipe de France féminine. Championne de France en titre et n° 1 nationale, il ne fait aucun doute qu’il devrait lui revenir. Elle assurera juste cette position le 8 mai à la manche de coupe du monde de Cagliari (Italie). « Je suis très contente parce que ce n’était pas évident après ce qui est arrivé (ndlr : son coach Laurent Vidal est décédé l’hiver dernier). J’ai dû m’adapter, mais cela a vite payé. » 18e à Londres en 2012, elle visera plus haut : « Le Top 8 est réalisable, mais ce n’est pas gagné tant le niveau s’est amélioré et s’est densifié en quatre ans. »

B.Steen

leprog.jpg

 

18:16 Écrit par La Com dans Actualité, Coup de Coeur | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

vendredi, 11 mars 2016

Lutte contre le cancer : elles ont dansé place Bellecour

IMG_9204.JPGCe mardi, en fin de journée, à l’occasion de la Journée de la femme mais surtout pour la bonne cause, Courir pour elles avait réuni place Bellecour des centaines de femmes toutes de rose vêtues pour « Danser pour elles » lors d’un cours de zumba gratuit. Un moment festif, plein de joie, de sourires et de rires…

IMG_9112.JPG

Une belle manière de faire un pied de nez à la maladie qu’est le cancer.

IMG_9145.JPG

Née en 2009, l’association de lutte contre le cancer organise tout au long de l’année de nombreuses actions de prévention par l’activité physique auprès du grand public. Le 22 mai, elles se réuniront à nouveau pour courir au parc de Parilly.

IMG_9201.JPG

IMG_9271.JPG

IMG_9127.JPG

IMG_9101.JPG

leprog.jpg

Toutes les Photos

Des vidéos sur la page de Raymond

 

vendredi, 04 mars 2016

EKIDEN de Lyon

Le premier Ekiden de Lyon est organisé le 26 mars prochain.

flyer ekiden.jpg

L'ekiden est un marathon (42,195 km) en relais de 6 coureurs. Les distances sont imposées et sont réalisées par 6 coureurs différents dans l'ordre suivant : 5 km, 10 km, 5 km, 10 km, 5 km, 7,195 km.

Une distance officielle mesurée par Roland CORGIER et Guy MERCIER.

La section Jogging Aventure de l'association Lyon Sport Métropole sera l'organisatrice de l'événement. Elle a déjà une solide expérience puisqu'elle organise La Foulée des Monts d'Or depuis 23 ans.

C'est Le Parc de Parilly qui accueillera les déjà 103 équipes inscrites à ce jour.

Radio Parilly sera impliqué en réalisant les photos.

 

Le Site Officiel

La page facebook

vendredi, 12 février 2016

Sophie Moreau nommée chevalier dans l’ordre national du Mérite

D'une initiative individuelle à une formidable aventure humaine,féminine et collective.Faire toujours plus contre les cancers féminins.

Jeudi 11 février, les amis, les élus, les représentants des associations contre le cancer, ont été accueillis par Pascal Blache, maire du 6e arrondissement, dans les salons de la mairie. Simone André, présidente du Forum International des associations, a remis à Sophie Moreau, présidente de l’association Courir pour elles les insignes de chevalier dans l’Ordre national du mérite.

C’est en 2009, que l’idée de l’association est née à l’école Chavant (Lyon 7e ), fortement touchée par les décès successifs de mamans de l’école, victimes du cancer.

IMG_6345.JPG

Sophie Moreau, marathonienne et mère de trois enfants, accompagnée par Nathalie Moreau, et par Christine Le Guilloux décident de créer Courir pour elles, et avec l’idée d’une course annuelle rassemblant des femmes. En 2010, au parc Lacroix-Laval, 1 650 participantes sont inscrites. Pour la sixième édition, le 22 mai 2016, les organisatrices attendant 12 000 coureuses au parc de Parilly. Depuis 2010, 351 000 € ont été reversés pour des soins de support aux femmes atteintes de cancers féminins.

Avec Courir pour elles, Sophie Moreau, par son dynamisme et sa motivation a lancé un mouvement positif contre le fatalisme, avec une conviction : « Diminuer le nombre des cancers féminins, par la prévention et l’activité physique ».

vendredi, 22 janvier 2016

Appel à votre générosité

1917145_10153830340179530_1107511795579128098_n.jpgJe résume...Gaëlle (ma femme) se lance dans un beau projet.

La récolte de bodies pour enfants prématurés et venir en aide à l'association SOS Préma

Concernant les bodies, il y a un cahier des charges à respecter.
 
- 100% coton (bio si possible)
- Manches longues ou courtes
- Bodies d'occasions en très bon état autorisés
- Tailles 40/42/45 pour préma, naissance et 54 cm pour 1 mois sont autorisés.
- Pas de bodies passant par la tête: uniquement ceux qui s'ouvrent en cache-coeur
 
En savoir plus sur son blog: La vie en rose
La contacter directement
 
Merci pour elle

19:02 Écrit par La Com dans Actualité, Coup de Coeur | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

dimanche, 01 novembre 2015

Le nouveau défi du sprinter du métro

Eh non, Christopher Zombo ne va pas s’élancer de nouveau dans les rues de Lyon pour tenter de courir aussi vite que le métro ! Un an après son exploit entre les stations «Hôtel de Ville» et «Cordeliers», le jeune athlète lyonnais se frotte à un nouveau défi, professionnel celui-là.

photo-joel-philippon-1446301907.jpg

Photo Joël Philippon

Il va créer en janvier son entreprise d’animation de meetings sportifs et autres rendez-vous associatifs. Et parce qu’il a «la gagne», il veut aussi tenter de remporter un concours de la chambre de commerce et d’industrie, autour de ce nouveau projet.

Voici sa vidéo de présentation

 Il y a un an Christopher Zombo défiait le métro lyonnais à la course

 

samedi, 17 octobre 2015

Martin Scorsese a reçu le Prix Lumière à Lyon

 5296922781025532836.gif« Je ne sais pas si je vais survivre à cette émotion »

Prix Lumière 2015. Le plus mythique des cinéastes a reçu le Prix Lumière de Lyon pour l’ensemble de son œuvre. Ni son « Taxi driver » Robert De Niro, ni aucun acteur de son gang, n’a hélas pu assister à la cérémonie, moins émouvante que les précédents hommages à Tarantino et Almodóvar.

photo-pierre-augros-1445062875.jpg

Un seul être manque et toute une cérémonie semble dépeuplée. Robert De Niro, tant espéré, et avec qui Scorsese va prochainement entreprendre « The Irishman », n’est finalement pas venu remettre le Prix Lumière à son complice Marty. Mais il a envoyé une vidéo, toute petite, pour dire : « J’aurais adoré venir à Lyon mais je suis en train de tourner un film sur Bernard Madoff… Amuse-toi ». Vingt secondes, mieux que rien, mais tellement frustrant.

Difficile, après cette désillusion crève-cœur, de retrouver le punch de l’édition Tarantino ou le frisson, particulièrement émouvant, d’Almodóvar. Malgré la reprise de « New York, New York » par Camélia Jordana, malgré les trémolos frémissants de Jane Birkin sur « As time goes by », et malgré un surprenant plan séquence de trois minutes que le cinéaste iranien Abbas Kiarostami, Palme d’or 1997, a offert à l’invité d’honneur : un cheval court dans la neige, l’image semble crasseuse, la vitre se baisse, l’image devient limpide… Une métaphore de la restauration des films, cheval de bataille de Scorsese.

Bertrand Tavernier, qui avait convaincu Scorsese de devenir son acteur dans « Autour de minuit » était aussi absent. Convalescence. C’est donc François Cluzet qui fut chargé de lire, en duo avec Thierry Frémaux, l’hommage au « Kurosawa de la 42e rue », comme se plaît à le surnommer le président de l’institut Lumière. Un beau moment.

Puis arriva la raison d’être d e la soirée, la remise du prix, par l’actrice Salma Hayek, incarnation du cinéma mexicain qui a été célébré durant le festival. « Je ne sais pas si je vais survivre à l’émotion de recevoir cette récompense dans la ville où le cinéma est né » a obligeamment lâché l’immense virtuose du septième art, pour réchauffer l’ambiance. « Ma mission de sauvegarder et de restaurer les films est née d’une colère, du chagrin de voir disparaître ce patrimoine magnifique. Il faut apprendre aux jeunes générations à s’intéresser d’une autre façon aux images qu’en regardant des images de six secondes sur leur iPhone. Ils doivent comprendre que ces images peuvent changer leur vie ». Message reçu, maestro. Mais par pitié, survivez à votre émotion : vos films, eux, ont bouleversé tant de vies et converti tant de cinéphiles.

 

David S. Tran Photos Pierre Augro

10:12 Écrit par La Com dans Actualité, Coup de Coeur | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

jeudi, 01 octobre 2015

La Magic Run, une première en Région Lyonnaise

10984837_1466578646985669_5232444935663074148_n.pngDu son, de la lumière et du fun le 19 décembre à Meyzieu.
 
Le Décines Meyzieu Athlétisme innove cette année en devenant le premier club d'athlé à proposer une course totalement fun.
 
Le principe?
 
Une course de nuit dans le centre de Meyzieu à deux pas du nouveau stade de l'OL à Décines. Mais il ne s'agit pas de courir avec sa frontale. Imaginez du son électro, des effets lumineux, des coureurs munis de multiples objets fluo: vous êtes sur la Magic Run. Une course festive ouverte à tous sans certificat médical, mais aussi une Magic Run Chrono pour tous ceux qui veulent conserver le côté compétition. Ce qui est sûr, c'est que l'ambiance festive et lumineuse sera au rendez-vous. Et après la course une immense soirée DJ dans l'espace Poperen permettra aux plus motivés (et aux premiers inscrits) de poursuivre la fête jusqu'au bout de la nuit. Cette course et cette soirée sont organisés en partenariat avec Virgin Radio.

téléchargement.png

Vous vous demandez encore quel genre de course est la Magic Run?
 
Allez jeter un coup d'oeil sur la video de l'Electric Run, une course du même type:
 
 
3 jours à tarif promo pour les lecteurs de Radio Parilly.
 
N'attendez-plus allez vous inscrire ! Chaque inscription comprend un pack FLUO, avec une paire de lunette fluo, 6 bâtonnets pour former bracelets et colliers, un bandeau fluo Magic Run.
 
 
Avec le code "Radioparilly" vous pouvez vous inscrire au tarif spécial de 20€ au lieu de 25€.
 
Attention cette offre spéciale vous est réservée en exclusivité jusqu'au dimanche 4 octobre minuit!
 
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu