compteur

Avertir le modérateur

vendredi, 07 octobre 2011

Alain Mimoun: Une monographie sort en Angleterre

207696_201080266589158_100000615582273_594299_1010107_n.jpgA 90 ans, Alain Mimoun est devenu une légende. Pat Butcher, un journaliste anglais, ami du champion olympique sacré à Melbourne en 1956, vient de sortie une monographie.

Pat Butcher est l'un des grands spécialistes de l'athlétisme en Angleterre.

 Cet ancien miler devenu journaliste a produit de nombreux documentaires télévisés et a rédigé plusieurs ouvrages consacrés au demi fond.

 Le dernier en date est une monographie sur la vie de Alain Mimoun « The destiny of Ali Mimoun ».

7d88277dbb.jpg

 L'auteur anglais raconte la vie de ce gamin algérien, enrôlé très tôt dans une salle guerre qui ensuite choisira la France comme mère patrie.

 Il sera sacré champion olympique du marathon en 1956 à Melbourne et domina le grand fond pendant près de 20 ans.

 Il s'agit d'un petit livre, 32 pages seulement, écrit en anglais, un ouvrage où l'auteur ami de longue date avec Alain Mimoun trouve une proche complicité pour raconter un destin hors du commun.

 

> Pour commander le livre : cliquez ici

 

Du même auteur:

 

book-coe.jpg

15:47 Écrit par La Com dans Athlétisme, Coup de Coeur | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

mercredi, 05 octobre 2011

Matumaïni: communiqué de presse de rentrée

MATUMAINI.jpgLA RENTREE 2011/2012 DE MATUMAINI ANNONCE UNE ANNEE REMPLIE.


Le groupe d’entrainement encadré par Bastien Perraux a effectué sa rentrée sportive à Hauteville, où les athlètes se sont retrouvés pour accueillir les nouveaux.


Un groupe toujours plus dense


Deuxième rentrée pour les coureurs de demi-fond lyonnais, toujours plus nombreux à vouloir intégrer le groupe. En effet, « les demandes se sont multipliées fin aout. Nous avons dû faire des choix pour conserver la qualité d’encadrement et d’accompagnement » explique Bastien Perraux.

DSCN0786.JPG

Sur les 12 demandes reçues, 6 ont été acceptées et 2 autres sont en attente. Le taux de renouvellement est élevé, ce qui permet de confronter les niveaux et les expériences.


Arrivent cette année :


 Abdel EL HAJJAMI - Doux Sud Athletisme (international junior)
 Cécile MERIAUX - Martigue (international espoir- championnat d'Europe de cross l'an
passé)
 Mael LAMBERT Paimpol Athlétisme (finaliste au France jeune sur 3000 steeple junior
l'an passé)
 Vickie AUDUBERT (17 ans !) Asvel (finaliste aux championnats de France cadette sur
3000m)
MATUMAINI apporte son soutien deux kényans arrivés cet été en France :
 Benjamin Kipkurui CHERUYOT (Vice champion du monde junior en 1998 sur 1500m
recordman du monde junior du 1500m et du 1000m (toujours en possession du 1000m)
4ème au championnat du monde indoor sur 1500m)
 Sammy Kiplagat KEMBOI (2h14 au marathon)

DSCN0762.JPG

« De l’esprit collectif nait la performance »
« C’est dans ce schéma que les meilleurs athlètes du groupe tenteront de se qualifier pour Londres
tels que Hassan Chahdi, Claire Navez, Brice Etes et peut -être d’autres comme les frères Pépiot, qui
sait ? » Bastien Perraux.


Stages prévus pour 2011/2012 :
- Stage de septembre – Font Romeu – 10 au 28 sept.
- Stage d’intégration – Hauteville – 01 et 02 oct.
- Stage Cross Europe – Kenya (Iten) – 10 oct. au 03 nov.
- Stage Cross – Kenya (Iten) – 17 déc. au 20 janv.
- Stage Salle – Portugal – du 02 au 14 janvier 2012.
- Stage Pâques – à définir.


En route pour les Jeux !

MATUMAÏNI – Groupement d’athlètes
www.matumaini.fr
Contact presse : Quentin Willems – 06 88 65 19 60 – quentin.willems@gmail.com

22:17 Écrit par La Com dans Actualité, Athlétisme, Coup de Coeur | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

dimanche, 02 octobre 2011

Run In Lyon: La Photo du Jour

Un homme en chemise rose a joué le jeu pour la Promotion de Courir pour Elles....Un Grand Merci à Lui :-)

D'autres photos ....plus tard ...

2011_1002Image0212.JPG

17:39 Écrit par La Com dans Coup de Coeur, Course sur route | Commentaires (1) |  Facebook |  Imprimer | |

lundi, 19 septembre 2011

La course des Irréductibles, une épreuve qui grimpe

2011_0917Image0809.JPGPour la quatrième édition de La Course des Irréductibles, il faut bien dire que tous se sont mouillés.

De Guillaume Schroll et toute son équipe de bénévoles toujours aussi solidaire pour que ce petit village du Mali améliore son quotidien.

Même la marraine Eléa Maraima Diarra (championne de France du 400m en photo).

Et ne parlons pas des coureurs qui se sont élancés sur trois distances de 4.5-13 et 22km juste après un orage des plus violent. Les courses étant devenues encore plus difficile et nombreuses furent les chutes mais sans gravités.

 

2011_0917Image0830.JPG

L'objectif est donc atteint avec quelques records, pas sur les chronos mais sur la participation avec 250 adultes et une centaine d'enfants. La journée se soldant avec 3500euros récoltés pour Niangono.

2011_0917Image1015.JPG

Le podium du 22km

L'histoire retiendra la victoire de Jordan Dubuisson de Caluire sur le 4.5km, du doublé kényan sur 13km, l'athlète du DMA Sammy Kemboi devançant Benjamin Cheruyot de Matumaïni et Julien Lantuejoul qui remporte le 22km.

Résultats:

4.5km - 13km - 22km

L'article du Progrès

Les Photos

 

19:45 Écrit par La Com dans Coup de Coeur, Course sur route | Commentaires (1) |  Facebook |  Imprimer | |

samedi, 17 septembre 2011

La course des Irréductibles pour Niongono

images.jpgLa course des Irréductibles, un Trail pas comme les autres

 

Depuis 4 ans, FormaSport soutient le projet humanitaire de l'association "Des sourires à Niongono" en participant activement à l'organisation de "La course des Irréductibles". La 4ème édition aura lieu le samedi 17 septembre 2011, à 19h30, sur la commune de Sathonay village. Cette manifestation, à la fois sportive et humanitaire, a pour but de reverser l'intégralité des sommes perçues à l'association "Des sourires à Niongono". L'objectif sera de rassembler familles et sportifs autour d'une cause, afin d'aider le village de Niongono - Mali - dans les domaines de la santé et de l'éducation. Des animations seront mises en place à partir de 16h (exposition photos, joueurs de djembé, buvette,…) et de nombreuses courses auront lieu:

2010_1002Image0942.JPG

- 3 courses autour du village (départ du parc de la Mairie à 18h30)

- 2 courses de 4,5km et 13km en fin d'après-midi

- 1 course de 22km en nocturne (lampe frontale obligatoire !)

+ de nombreuses courses pour les enfants nés à partir de 1999 (de 1 à 3 tours du parc)

Inscriptions en ligne

2010_1002Image0983.JPG
Garfield Darien était le parrain de l'édition 2010

C'est Eléa Mariama Diarra du Décines Meyzieu Athlétisme, sélectionnée pour les championnats du monde de Daegu qui sera la marraine de cette édition 2011.

formasport

09:20 Écrit par La Com dans Coup de Coeur, Course sur route | Commentaires (0) | Tags : formasport |  Facebook |  Imprimer | |

jeudi, 25 août 2011

Annette Sergent élue lors du Congrès de l’IAAF

Même si Pierre Weiss et Jean Poczobut, respectivement secrétaire général et trésorier honoraire de l’IAAF, quitteront leurs fonctions en fin d’année, la France restera très bien représentée au sein de l’IAAF. Le congrès électif de la fédération internationale d’athlétisme, qui s’est tenu mercredi et jeudi, a en effet permis à trois Français d’intégrer ou de réintégrer ses instances. Bernard Amsalem, Président de la FFA, fait partie des 21 membres élus au du Conseil de l’IAAF (l'équivalent du Comité Directeur de nos instances fédérales). A noter également l’élection d’Annette Sergent, double championne du monde dans les labours en 1987 et 1989, au sein de la commission cross-country. Enfin, Pierre Delacour a vu son mandat renouvelé au sein du comité technique.

Annette8902.jpg

« La Fédération est très satisfaite de ses résultats, a réagi Bernard Amsalem. A titre personnel, je suis fier de succéder à des personnalités de l’athlétisme telles que Pierre Dasriaux, Robert Bobin et Jean Poczobut. » Le nouveau secrétaire général de l’IAAF (un poste qui ne donne pas lieu à une élection) sera également un Français. Il s’agit de Gabriel Essar, qui a précédemment été directeur général du comité d’organisation des Mondiaux 2003 de Paris Saint-Denis et directeur des Jeux olympiques de la Jeunesse au sein du Comité international olympique (CIO).

Il faut noter, pour être tout à fait complet, la non élection des autres Français en lice : Edouard ANTCZAK (Comité Marche), Doris SPIRA (Comité Féminin) et Jean THOMAS (Comité Vétéran)

source FFA

16:18 Écrit par La Com dans Athlétisme, Coup de Coeur | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

dimanche, 07 août 2011

Triathlon,Serie mondiale : Charayron prend date pour Londres 2012

leprog.jpgMalgré une mauvaise transition, la Lyonnaise a pris une bonne 10 e place

Elle a d’abord accusé le coup. Emmie Charayron (en bleu), espérait mieux qu’une dixième place dans la manche de Série mondiale de Londres. « J’étais très déçue à l’arrivée, ne cachait pas la championne d’Europe (21 ans). Mais il faut relativiser. C’est plutôt positif. »

emmie-charayron-(4-e-en-partant-de-la-droite)-au-depart-afp.jpg

Dans l’absolu, ce résultat (à seulement 46 secondes de la Britannique Helen Jenkins) confirme son appartenance au Top 10 mondial puisqu’il ne manquait pas une des meilleures spécialistes de la planète, toutes venues en repérage à l’occasion du « Test event » sur le parcours des prochains JO… Avec des circonstances un peu plus favorables, la jeune Lyonnaise aurait même pu se mêler d’un peu plus près à la bagarre pour le podium.

Tout avait parfaitement débuté à l’heure du breakfast (départ à 8h30) dans le lac Serpentine dont elle sortait dans le peloton de tête avec près d’une minute sur le groupe de chasse. « Nous étions une trentaine à l’avant et de très bonnes coureuses à pied se sont fait piéger, raconte-t-elle. Mais on n’a pas roulé. C’est dommage parce qu’un gros regroupement s’est produit dans le dernier tour (à vélo). Je me dis que si c’étaient les JO, ça ne se serait pas passé comme ça… » Toujours est-il qu’hier, une bonne cinquantaine de triathlètes parvenaient groupées dans le parc à vélo. Résultat : un gros embouteillage fatal à Charayron : « Le parc a une géométrie spéciale. Je me suis retrouvée coincée. Dans l’histoire, je perds quinze secondes… » Sa chance était passée. Obligée de produire un gros effort dès les premières foulées, elle allait le payer en fin de course. « C’est décevant parce que je réalise le 8 e chrono à pied. Il y avait moyen de faire mieux. La conclusion, c’est que beaucoup de choses peuvent se jouer en une fraction de seconde. Mieux vaut se rater cette année et que tout soit parfait l’année prochaine… »

Alléchée par ce qu’elle a vu hier, elle a hâte d’être dans 363 jours : « On sent la pression monter. L’organisation était grandiose. ça donne envie… »

B.Steen

samedi, 06 août 2011

Triathlon / série mondiale : Londres. Emmie Charayron au banc d’essai

leprog.jpg363 jours avant, la Lyonnaise championne d’Europe teste ce matin le parcours des J.O.

« C’est stressant. » Emmie Charayron aurait pourtant de quoi être zen après son début de saison sur les podiums. Troisième de la manche de Série mondiale de Madrid, elle a surtout décroché le mois dernier le titre européen à Pontevedra. Mais le gros morceau de l’été, c’est pour demain matin à Londres, 5 e étape du circuit mondial, sur le parcours des prochains JO. « Pour tout le monde, c’est LA course de l’année, estime le jeune Lyonnaise (21 ans). C’est même plus important que Pékin (les championnats du monde, les 10 et 11 septembre). »

emmie-charayron-t-deketelaere-(triathlete-magazine).jpg

Emmie Charayron / / T.DEKETELAERE (Triathlète Magazine)

 

Voici pourquoi elle stresse :

Un parcours à dompter

Un an presque jour pour jour avant l’épreuve de triathlon féminin des J.O. (4 août), la manche de ce matin se déroule exactement de la même façon. Même horaire (8h30 heure locale ; 9h30 heure française) assez inhabituel : « Il faudra se réveiller à 4h30 », prévoit Charayron. Et surtout même parcours essentiellement dans Hyde park et dans le centre ville. « La nage se fait dans la Serpentine, un plan d’eau sans courant, détaille-t-elle. La particularité, c’est qu’il n’y a qu’une boucle de 1500m. Il faudra être bien placée, sinon, ce sera difficile de revenir. La partie vélo a été tracée pour passer devant le Palais de Buckingham. C’est rapide, roulant, mais il y a des rond-points et quelques virages serrés. Attention aux chutes ! Enfin, la course à pied, autour de la Serpentine est aussi très rapide. Il ne faudra pas avoir les grosses cuisses après la partie vélo… »

Des données à recueillir

Dès hier, lors de la reconnaissance, Philippe Charayron, son père et entraîneur, avait équipé le vélo de la championne d’Europe d’une caméra « pour se repasser la bande durant l’hiver histoire de s’en imprégner ». En course, sa machine est équipée d’un SRM (un capteur de puissance). Ce type de matériel n’est généralement pas utilisé en compétition. Mais les résultats enregistrés seront décortiqués. Une équipe scientifique de l’Insep entoure également les Bleus ce week-end. Toutes les données recueillies permettront d’affiner la préparation. « On avait pris des mesures il y a deux ans lors de la manche londonienne sur un parcours presque identique, explique-t-elle. On ne prépare pas les JO une saison avant, mais bien avant. On sait déjà quelles qualités il faut développer sur ce type de circuit. Mais toutes ces informations seront intéressantes.»

Une qualification à confirmer

Sur le chemin des JO, Charayron a rempli un critère en devenant championne d’Europe. Elle pourrait quasi définitivement s’assurer l’un des trois dossards français en prenant aujourd’hui l’une des huit premières places. « Cela peut m’enlever un peu de pression, admet-elle. Mais je ne suis pas dans une logique de participation. Je veux aller aux JO pour faire quelque chose. Je suis jeune. Ce sera peut-être un peu juste en 2012. Mais, pour le moment, je ne suis concentrée que sur cet objectif. »

Benjamin Steen

08:03 Écrit par La Com dans Autre Sport, Coup de Coeur | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

vendredi, 05 août 2011

Fabien Antolinos vainqueur de la 6000D vous raconte son aventure

198763 2199257551101 1537148904 2349891 3408065 n[1]

 « Ma course la plus aboutie ! » ; voilà ce que je lance à chaud à l’arrivée au speakeur lorsqu’il me demande mes impressions sur cette 6000D 2011.

Je cherchais une course référence et qui fait référence dans le Trail, j’ai été comblé ce 30 Juillet.

Cette victoire je l’ai rêvée avant et pendant, construite depuis le mois de Décembre en m’entraînant très dur, en sacrifiant certains plaisirs et beaucoup de glace sur mes genoux !!!

Cette première place n’aurait pas été possible sans le soutien quotidien de Virginie, les copains qui poussent à l’entrainement, le ravito des parents, l’aide de mes partenaires, les soins de mon kiné David, les petits ou grands conseils d’ici ou là… et sans la concurrence toujours plus vive sur ce TTN qui vous oblige à vous surpasser

972270d799

Ce 30 Juillet sur la ligne de départ je suis plutôt détendu mais concentré. En l’absence de Julien Rancon je suis le favori  logique  même si la 6000D est très spécifique et qu’il y a un plateau de spécialistes. La nuit a été trop courte, j’ai renversé mon thé ce matin mais je ne compte pas m’endormir sur le parcours !

Le 1er quart d’heure sur le plat est assez rapide sous l’impulsion de Pascal Giguet. Dans les premières pentes nous nous retrouvons rapidement à 5 : Pascal, Romuald De Paepe, Sylvain Camus, Xavier Thévenard et moi. J’ai pris l’option bâtons dès le début ainsi que Xavier, ce choix a été je pense payant sur la fin.

Les pentes ne sont jamais très importantes mais quand elles se redressent sous Aime La Plagne Sylvain Camus accélère et nous prend assez rapidement 1’, nous gérons avec Pascal, Xavier est un peu plus loin et Romuald n’est plus là.

 

Ce 30 Juillet sur la ligne de départ je suis plutôt détendu mais concentré. En l’absence de Julien Rancon je suis le favori  logique  même si la 6000D est très spécifique et qu’il y a un plateau de spécialistes. La nuit a été trop courte, j’ai renversé mon thé ce matin mais je ne compte pas m’endormir sur le parcours !

Le 1er quart d’heure sur le plat est assez rapide sous l’impulsion de Pascal Giguet. Dans les premières pentes nous nous retrouvons rapidement à 5 : Pascal, Romuald De Paepe, Sylvain Camus, Xavier Thévenard et moi. J’ai pris l’option bâtons dès le début ainsi que Xavier, ce choix a été je pense payant sur la fin.

Les pentes ne sont jamais très importantes mais quand elles se redressent sous Aime La Plagne Sylvain Camus accélère et nous prend assez rapidement 1’, nous gérons avec Pascal, Xavier est un peu plus loin et Romuald n’est plus là.

Lire la suite

15:44 Écrit par La Com dans Coup de Coeur, Course sur route | Commentaires (1) | Tags : antolinos |  Facebook |  Imprimer | |

lundi, 01 août 2011

Championnats de France d'Athlétisme: Décines perce

leprog.jpgLes championnats de France l’ont confirmé ce week-end à Albi : l’Entente Sud Lyonnais reste le club rhodanien le plus puissant. Les banlieusards lyonnais ont totalisé dans le Tarn quatre podiums : Blandine Maisonnier (1re de l’heptathlon), Télie Mathiot (3e de la perche), Héni Kechi (2e du 400m haies) et Hugo Grillas (3e du 400m haies) alors que Vincent Favretto (perche) et Térésa Nzola (triple saut) ont de peu loupé la marche (4e). De son côté, Lyon Athlé s’est reposée sur Mélina Robert-Michon (1re du disque)…

Mais l’info du week-end, c’est la percée du Décines Meyzieu Athlétisme.

279514_2198605920362_1103698349_32633637_3088260_o.jpg

Pour la première fois, le club de l’estlyonnais présentait quatre athlètes qui ont toutes brillé : la junior Jennifer Galais, seule finaliste de moins de 23 ans en sprint (8e du 100m et 6e du 200m), Hélène Guet (4e et 5e sur 1500m et 5000), Claire Navez (4e sur 1500m) et surtout l’espoir Elea Mariama Diarra qui a créé la surprise en s’imposant sur 400m. Du coup le club sera même représenté aux Mondiaux à Daegu (27 août-4 septembre) puisque la spécialiste du tour de piste sera sélectionnée dans le relais 4x400m.

B.Steen

dimanche, 31 juillet 2011

400 metres haies hommes. Inséparables...

leprog.jpgClémenceau, Kechi et Grillas ont réalisé le triplé

Sept centièmes! C’est l’écart infime qui a séparé sur la ligne d’arrivée du 400m haies, le vainqueur Adrien Clémenceau (50’’15) du médaillé de bronze, Hugo Grillas (50’’22).

Copie de 2011_0709Image0681.JPG

 

Entre les deux s’était intercalé Heni Kechi (2e en 50’’19). Autant dire qu’ils ont été inséparables jusqu’au bout: partenaires d’entraînement à Bron, tous les trois sous la férule de Djamel Boudebibah, titulaires des trois meilleures performances françaises de la saison. Et finalement tous les trois réunis sur le podium. Une première, paraît-il dans l’histoire des championnats de France, savourée à sa juste valeur par le coach. Il n’était pas loin d’avoir la larme à l’oeil: «C’est une très belle récompense au travail accompli, disait-il parce que ce n’était pas facile d’être favoris. Tout le monde nous parlait de ce triplé. C’était beaucoup de pression.»

Ils y ont résisté. Comme ils ont résisté au départ ultra-rapide Naman Keita. Mais l’ancien médaillé olympique s’est fait piéger par le vent... A cent mètres du but, ne restaient plus que les trois Brondillants en lice pour le titre. La bagarre allait être indécise jusqu’au bout, Kéchi passant furtivement en tête à la dernière haie. Mais Clémenceau emportait la décision dans un dernier coup de rein. Logique presque (il avait le meilleur temps d’engagement) même si des trois, il est celui qui avait le moins long palmarès. «Le public me découvre, dit-il. Mais je n’ai pas perdu de la saison contre d’autres Français. J’étais le plus régulier. Je visais le titre.» Avec ce vent, il n’était pas question de s’attaquer au minima (49’’10) hier. Mais le trio va insister. D’ici la date limite, ils vont voyager deux fois en Belgique et une fois en Angleterre pour tenter le coup jusqu’au bout. A chaque fois, ils se retrouveront à trois dans la même course. Décidément, inséparables...

B.Steen

Championnats de France. 400m : Diarra en or !

leprog.jpgElle a pris sa tête dans ses mains. impossible de croire à ce qu’elle venait de réaliser... Et pourtant, Elea Mariama Diarra est bien montée hier sur la plus haute marche du podium du 400m.

diarra-devant-hurtis-afp.jpg

L’espoir (22 ans) de Décines Meyzieu Athlétisme est revenue de très loin. En cinquième position à la sortie du virage elle a réalisé une impensable dernière ligne droite, tandis que Muriel Hurtis coinçait complètement dans les derniers mètres. A la photo-finish, Diarra s’imposait pour trois centièmes devant l’Amienoise Gayot : « Je sors loin mais je sais qu’un 400m, cela ne dure pas 300m, a-t-elle expliqué. Et j’avais confiance en ma fin de course. » N’empêche, la liane décinoise crée la sensation des championnats. Victime d’une double fracture de fatigue en 201O, elle a souffert toute cette saison des tendons d’Achille. Revenue juste à temps pour les championnats d’Europe espoir où elle battait son record personnel (53’’99), elle enchaînait avec un titre national espoir sur 200m la semaine dernière. Avant le feu d’artifice d’Albi où elle a raboté son record d’une seconde (53’’01): «Cette victoire représente beaucoup de choses pour moi, dit-elle. Il y a un mois, je ne pouvais faire que du vélo ! J’ai beaucoup de chance (sic). C’est un grand bonheur que je vais savourer sans penser au lendemain vu tous mes ennuis de santé. »

B.S.teen

vendredi, 29 juillet 2011

Kévin Campion médaille d'argent derrière Yohan Diniz

Communiqué de presse de l'AFA Feyzin Vénissieux

Kevin Campion confirme aux France Elite

Ce vendredi 29 juillet, à Albi, Kevin Campion a pris la deuxième place du 10 000m marche des championnats de France Elite en 40’14’’14 ! Il termine derrière un Yohan Diniz intouchable(38’44’’97, meilleure performance mondiale de l’année), mais avec une avance confortable sur le 3ème (40’59’’97). Ce temps est d’ailleurs le record personnel de Kevin sur la distance, un record qu’il a amélioré d’une minute au centième près (41’14’’14 en 2010) !

RTEmagicC_campion1_JPG.jpg

Une superbe performance et un nouveau podium pour le sociétaire de l’AFA Feyzin-Vénissieux, qui confirme ainsi sa médaille d’argent acquise l’année dernière à Valence. « Je suis évidemment très heureux, appréciait Kevin à l’issue de sa course. J’étais venu pour un podium, j’ai fait ma course et je termine avec un record personnel et une médaille, c’est excellent ! Parti en deuxième position, Kevin a marché de façon très régulière (20’06 pour le premier 5000m, 20’08 pour le second). « J’ai marché sur mes temps de passage. Je ne me suis pas occupé des autres. Certains ont essayé de me suivre mais ils ont craqué. » Son entraîneur Philippe Dols cachait lui aussi difficilement sa joie. « Après sa performance sur 20km marche à Dublin, il confirme et prouve qu’il mérite sa place. Il réalise une très belle course, c’est vraiment un athlète hors du commun. »

Podium_Albi.jpg

A 23 ans, Kevin remporte là sa quatrième médaille d’argent au plus haut niveau de l’athlétisme français et s’installe indubitablement parmi les trois meilleurs marcheurs français.
Avec des records personnels battus sur 20km marche (1h22’48 contre 1h24’01 en 2010), 10000m marche (40’14’’14 contre 41’14’’14 en 2010) et 50km marche (4h10’40), le tout agrémenté de trois médailles françaises, Kevin a réalisé une saison pleine, répondant présent d’octobre à juillet.
La saison n’est toutefois pas totalement finie, puisqu’il est reparti aussitôt en stage à Font-Romeu pour soutenir son copain Bertrand Moulinet, qui partira aux championnats du Monde à Daegu en Corée. Un dernier meeting sera au menu du Feyzino-Vénissian avec un 5000m marche à La-Rochesur-
Yon le mercredi 10 août.


Merci à tous ceux qui soutiennent Kevin et Philippe dans cette belle aventure ! C’est grâce à
vous que Kevin peut atteindre ses objectifs, nous ne l’oublions pas !

19:25 Écrit par La Com dans Athlétisme, Coup de Coeur | Commentaires (1) | Tags : campion |  Facebook |  Imprimer | |

Championnats de France d'Athlétisme. 4H:Amis et adversaires

leprog.jpgA Bron, Kéchi, Grillas et Clémenceau partagent tout. Même les premières places françaises…

Ce sont un peu les frères Schleck du 400m haies. Sauf qu’ils sont trois. Et qu’ils préféraient qu’aucun Cadel Evans ne vienne leur souffler la victoire… Héni Kechi, Hugo Grillas et Adrien Clémenceau partagent tout : leur discipline (le 400m haies), leur stade (Pierre-Duboeuf à Bron), Djamel Boudebibah, leur coach, les trois premières places au bilan français de la saison, et fatalement, l’ambition de monter sur la plus haute marche du podium demain après-midi à Albi…

2011_0709Image0587.JPG

Tout au long de l’année, la cohabitation ne pose pas problème. « On est une équipe, on fait bloc », considère même Boudebibah. Loin derrière les deux autres l’an passé, Adrien Clémenceau attribue l’essentiel de ses progrès à sa greffe avec le groupe l’an dernier. Question d’émulation. « En fait, on est amis, raconte Benjamin Chevrol, le 4 e frérot (10 e Français). La porte du stade est celle qu’on passe le plus souvent. Déjà qu’on ne fait pas ça pour l’argent. Alors si on devait se retrouver avec des cons… » Le coach « veille au grain ». Il couve tout le monde de la même façon même si son « histoire » avec Kéchi est plus riche. « Je ne tolérerais pas que la concurrence pollue nos rapports, assure-t-il. Ce sont des garçons intelligents. Je ne dis pas que c’est toujours simple, mais on est d’accord pour dire que si l’objectif, c’est de se battre les uns contre les autres, alors on reste à Bron… Tout le monde vise plus haut. L’adversaire, c’est le chrono. » Un discours qui passe d’autant mieux qu’aucun des trois n’a réalisé les minima (49’’10) pour les Mondiaux de Daegu. N’empêche, l’ambiance s’est tendue depuis une semaine, imperceptiblement. Chacun plus ou moins concentré sur sa course. Le soir à l’entraînement, les trois hommes évitaient soigneusement d’évoquer les championnats de France. Il n’en a été question qu’hier soir au cours d’une balade en commun. Il était prévu d’aller visiter la Cathédrale d’Albi. Ça ou autre chose, l’essentiel était de sortir des chambres d’hôtel que les trois favoris partagent également… Inséparables. Mais il faudra bien un vainqueur. Boudebibah ne se risque pas au pronostic : « Ils sont tous différents. Héni, c’est le félin. Il revient bien après un creux en cours de saison. Hugo, c’est la teigne. Il a faim après sa blessure de l’an passé (pied). Adrien, c’est le renard. Il partait de loin, mais c’est lui le plus régulier cette saison… Difficile de prédire qui va gagner. Mais une chose est sûre: on peut faire un, deux et trois. »

Kechi, l’expérience

Agé de 30 ans, Heni Kechi a connu la consécration l’an dernier aux championnats d’Europe à Barcelone (4 e en 49’’34). Cette saison, il peine à passer sous les 50 secondes (50’’22). Mais avec sa technique sûre, le 3 e au bilan ne s’est jamais raté aux championnats de France.

Grillas sur sa lancée

Son été 2010 promettait. Il a été fauché par une longue blessure au pied dont il n’est débarrassé que depuis quelques semaines. Juste à temps pour que Grillas (22 ans) prenne il y a quinze jours la 5 e place du championnat d’Europe espoir à Ostrava, record perso en prime (49’’76). Il est 2 e au bilan.

Clémenceau, la surprise

Personne ne l’attendait à ce niveau cette année. Le Jeune Caennais (23 ans) a explosé sous la férule de Djamel Boudebibah. Meilleur performeur français de l’année (49’’72), il a gagné cette saison près d’une seconde.

B.Steen

mardi, 26 juillet 2011

Athlétisme / championnats d’Europe junior (tallinn). Galais grille les étapes

leprog.jpg

Après deux ans d’athlé, elle est médaillée sur 200m (3 e)

Et en plus, il paraît qu’elle était déçue. « Sa première réaction a été de dire : ‘‘j’aurais préféré l’argent’’, rapporte son entraîneur Grégory Duval. L’Anglaise (la prodige Jodie Williams, 1 re en 22’’94 ; -1,5m/s) était hors d’atteinte mais elle se voyait devant la Néerlandaise (Jamile Samuel, 2 e en 23’’31). » Il s’en est fallu de peu, mais Jennifer Galais (19 ans) a dû se « contenter » de la médaille de bronze (23’’55) en finale du 200m des championnats d’Europe juniors samedi à Tallinn (Estonie). Après réflexion, le plaisir l’emporte néanmoins : « En fait, j’étais arrivée avec l’ambition de rentrer en finale, corrige la jeune sprinteuse du club de Décines-Meyzieu installée à Vaulx-en-Velin. Alors monter sur le podium, c’était du bonus même si j’ai fait un mauvais virage. Je ne m’attendais surtout pas à battre mon record (23’’35 ; -1,5m/s en demie) avec ce vent de face… »

2009_0912Image0096.JPG
Première médaille internationale pour Galais / Bernard Suzat (CAR)

La Lycéenne en bac STT à Villeurbanne ne peut pas se plaindre. Depuis ses premiers pas sur une piste d’athlétisme il y a deux ans, l’ex-licenciée en twirling bâton grille les étapes. « Elle a commencé en mars 2009. Dès le mois de juillet suivant, elle devenait championne de France cadette du 200m ! Elle dispose d’un gros talent naturel. Avec elle, pas besoin de faire de musculation. Et techniquement, elle assimile très vite. Elle bosse, même si on se limite pour l’instant à quatre ou cinq séances par semaines. C’est une passionnée : quand elle a débarqué, elle ne connaissait rien. Elle s’est forgé une bonne culture de l’athlé en peu de temps », raconte son coach. « J’ai trouvé mon sport », confirme-t-elle.

Son plaisir suit la courbe de ses résultats. Dès sa deuxième saison, l’an dernier, elle se qualifie pour les Mondiaux juniors à Moncton au Canada. « Pour sa première grande compétition, ça a été difficile (élimination en demie du 200m), mais elle a beaucoup appris, estime Grégory Duval. Cela a été très utile à Tallinn. »

Malade l’hiver dernier, elle n’a toutefois pas tardé à confirmer son immense potentiel sur 200m plutôt que sur 100m où « elle a encore du mal à démarrer », selon son coach. Début juin, elle avait déjà frappé fort en s’imposant sur le demi-tour de piste au meeting de Marseille devant la Camerounaise Delphine Atangana et les meilleures Françaises sauf Myriam Soumaré. Un succès aussi surprenant que prometteur qui l’avait incité à renoncer à disputer le 100m aux championnats d’Europe juniors.

D’ores et déjà comblée par sa saison, elle s’alignera en revanche sur les deux distances aux championnats de France Elites à Albi vendredi et samedi : «  ça va être dur, mais j’espère entrer en finale. » Troisième performeuse nationale de la saison sur 200m, elle peut voir plus haut… « Je ne crois pas qu’elle soit au courant, tempère Duval. L’idée, c’est simplement de se faire plaisir en courant avec des filles qu’elle voit habituellement à la télé. »

Benjamin Steen

lundi, 11 juillet 2011

Kévin Young reviendra en 2012

leprog.jpgKevin Young voulait voir ça : un meeting consacré exclusivement au 400m haies. Il a vu : « C’est incroyable... » Pas sûr que le recordman du monde de la spécialité depuis son titre olympique en 1992 (46’’78) savait exactement où il mettrait les pieds quand il a accepté l’invitation de Jean-Jacques Behm, l’organisateur.

2011_0709Image0024.JPG

Mais l’Américain (44 ans), qui œuvre aujourd’hui pour l’athlétisme dans l’Etat de Georgie, n’a pas à regretter son week-end. Il était hier comme un poisson dans l’eau dans le Beaujolais vert. « Kevin est un champion sur la piste comme en dehors, disait Behm. Il se prête à tout avec le sourire. Le 400m haies peut être fier d’avoir des ambassadeurs comme lui ou Diagana. Mais ce n’est peut-être pas un hasard… » Kevin Young a tant aimé l’expérience tararienne qu’il se propose même de retraverser l’Atlantique rapidement : « L’an prochain, le meeting fêtera son 25 e anniversaire et moi le 20 e anniversaire de mon record. Je viendrai pour courir », promet-il. Comme il veut. La légende du 4H est chez elle à Tarare.

B.Steen

09:03 Écrit par La Com dans Athlétisme, Coup de Coeur | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

samedi, 09 juillet 2011

Meeting Quatrache: Le Président dans la Capitale

leprog.jpgLe seul meeting 100 % 400m haies de la planète accueille aujourd’hui le recordman du monde Kevin Young

Il n’en a pas cru ses oreilles. Invité il y a deux ans à un colloque à Bonneuil, Kevin Young n’en est pas revenu lorsqu’on lui a parlé d’une réunion d’athlétisme entièrement consacrée au 400m haies à Tarare. Unique au monde. Alors il s’est tourné vers Jean-Jacques Behm, le grand manitou du Quatrache, qui animait ce jour-là le débat :

- « C’est pas vrai, hein ? »

- « Si, si ! »

L’ex-recordman de France, sélectionné au JO de Tokyo en 1964, a sauté sur l’occase. Et c’est ainsi que pour la 24 e édition de son meeting, il a cassé sa petite tirelire (14000 euros de budget) pour recevoir la légende de la discipline, toujours détenteur du record du monde (46’’78) établi en finale des JO au stade de Montjuic à Barcelone en 1992. Après avoir accueilli le recordman d’Europe Stéphane Diagana (47’’37) pour le 20 e anniversaire de l’épreuve, Behm doit se pincer pour le croire. « Il va traverser l’Atlantique depuis Atlanta uniquement pour venir à Tarare ! »

Pour le commun des mortels, cela signifie sans doute grand-chose. Mais pour Behm et la confrérie des coureurs de 4H, cela veut dire beaucoup. Il faut préciser que « JJ » se présente lui-même comme un « affolé perdu, passionné de foulées ». Déjà en 1988, il s’était rapproché du grand Young (1,95m) pour lui confier ses « fiches d’observation » qui avaient suscité l’intérêt de l’Américain. « Statistiquement, explique l’organisateur, Kevin a fait ce que personne n’a fait : il a couru en onze foulées entre la 3 e et 4 e haie en série à Barcelone. Cela signifie des foulées de plus de trois mètres ! Je n’imaginais que c’était possible. C’était un événement historique. Je croyais que cela préfigurait le coureur de 4H du XXIe siècle. »

2011_0708Image0264.JPG
Kévin Young a honoré hier soir par sa présence Les Trophées du Comité d'Athlétisme du Rhône


En fait, il attend toujours un successeur. Et reste une référence pour les athlètes contemporains : « J’avais 12 ans en 1992 mais sa course en finale des JO m’a marqué à vie, raconte le Brondillant Heni Kechi, 4 e des championnats d’Europe l’an dernier à Barcelone et fidèle d’entre les fidèles du Quatrache. J’ai sa course dans mon ordinateur. C’est hallucinant de voir un gars de son gabarit maîtriser comme il le fait. Cela va me faire quelque chose de le rencontrer. C’est une sacrée coïncidence, car moi aussi j’ai réalisé mon record personnel au stade de Barcelone l’an dernier (49’’34). Tout de suite après j’y avais pensé. »

Kechi pourra le lui dire de vive voix lors d’un petit colloque organisé à 14h30. Puis il sera temps de se concentrer pour la compétition qui débute à 17 heures. « Et là, Kevin n’a pas fini d’être surpris », prédit Behm : ce ne sont pas moins de 22 séries (127 inscrits représentants 12 nations) qui vont se courir jusqu’au feu d’artifice de la course des cadors chez les hommes en présence du vice-champion d’Europe, le Britannique Rhys Williams.

Plus que jamais, Tarare fait sa fête au 400m haies.

24e QUATRACHE, AUJOURD’HUI A TARARE (Stade Léon-Masson). Début des courses à 17 heures. Principaux engagés – HOMMES : Williams (GBR), Robertson (JAM), Kunkle (CAN), Kechi (Entente Sud Lyonnais), Grillas (Entente Sud Lyonnais), Clémenceau (EA Mondeville). FEMMES : Lahbze (MAR), Petersen (DAN), Kinney (IRL), Babin (FRA), Bernaleu (FRA), Kassambara (FRA), Derycke (FRA).

Benjamin Steen

dimanche, 26 juin 2011

TRIATHLON / distance olympique : CHAMPIONNATS D’EUROPE (Pontevedra). Charayron comme une grande

leprog.jpgLa Lyonnaise a été sacrée championne d’Europe élite. A 21 ans, elle a les moyens de ses ambitions olympiques

Ne pas se fier à son visage angélique. Emmie Charayron a la tête dure. Il y avait pourtant de quoi avoir les jambes flasques en débarquant au championnat d’Europe à Pontevedra. Sa 3 e place à la manche de Série mondiale de Madrid au début du mois l’avait évidemment placée en position de favorite. On lui avait d’ailleurs concocté une conférence de presse officielle et réservé le dossard n° 1 en l’absence de Helen Jenkins, la meilleure Européenne du moment. Mais rien ne l’a ébranlé hier dans la fournaise de la cité du nord ouest de l’Espagne où la triathlète a écrasé la course au titre continental pour décrocher sa première grande victoire depuis son passage chez les seniors il y a un an et demi… Philippe Charayron, son père et entraîneur, verse rarement dans l’euphorie, mais il applaudit : « Elle avait à gérer une pression forte dans la mesure où on lui demandait — enfin pas moi — de ramener une médaille. Et elle l’a fait. » Il n’y a pas eu photo.

emmie-charayron-hier-a-pontevedra-ou-elle-a-decroche-l-or-europeen-photo-c-guiard-(triathlete-m.jpg
Emmie Charayron hier à Pontevedra où elle a décroché l’or européen / Photo C.Guiard (Triathlète Magazine)

Ce n’est pas pour autant qu’elle ne s’est pas fait des frayeurs. En très net progrès cette saison en natation, rien n’a été facile dans l’eau hier dans une rivière brassée par le courant. Sans s’affoler, elle réussissait à limiter les dégâts pour sortir de l’eau dans le gros du peloton. Devant, cinq concurrentes avaient pris le large. Pas pour très longtemps. Sous l’impulsion de Charayron, le parcours vélo favorisait un regroupement, avant que la Lyonnaise s’envole dès le début de la course à pied, sa spécialité. « C’était gonflé, raconte son père. Mais c’est ce qu’elle avait prévu de faire… Ce que j’apprécie, c’est qu’elle a été lucide. Et qu’elle a voulu peser sur la course comme le font les grandes au niveau mondial. » Le niveau européen est encore un cran en dessous. Mais son rêve olympique prend forme. « On n’avait pas optimisé la préparation, confie son père. C’est prometteur, mais ça reste une étape. Si elle va aux JO, a minima, elle visera une place de finaliste (dans les 8 premières) ». Prochain grand rendez-vous à la manche de Série mondiale de Londres le 6 août pour un test grandeur nature.

Classement : 1. Charayron (FRA) 2h04’00’’ ; 2. Frintova (CZE) à 1’27’’ ; 3. Mazzetti (ITA) à 1’28’’.

Benjamin Steen

07:40 Écrit par La Com dans Autre Sport, Coup de Coeur, Résultats | Commentaires (0) | Tags : charayron |  Facebook |  Imprimer | |

dimanche, 19 juin 2011

Christophe Lemaitre, de la constance dans l'exploit

leprog.jpgOnze jours après Montreuil (9’’96), Lemaitre améliore son record de France (9’’95). Il devient régulier sous les dix

Emporté par son élan, il s’est laissé glisser le long des tribunes du stade Olympique de Stockholm en mimant les ailes de l’avion. Le chrono venait d’afficher 9’’96. Il n’allait pas tarder à être corrigé à 9’’95 (+1,0 m/s)… Décidément, ça plane pour Christophe Lemaitre lancé sur une trajectoire ascensionnelle dont le sommet demeure invisible.

Cinquième ligne droite de la saison. Et le chrono ne cesse de descendre. Comme la dernière fois, à Montreuil le 7 juin, il avait déjà battu son record de France, il s’est offert hier après-midi son quatrième record national en moins d’un an.

christophe-lemaitre-a-fait-le-vide-derriere-lui-hier-a-stockholm-dwain-chambers-et-francis-obikwelu.jpg
C’est son banquier qui va être content… Non seulement, Lemaitre est une valeur montante, mais il sait aussi gérer son trésor en père tranquille. Depuis qu’il se l’est mis en poche, le Culozien parvient habilement à le faire progresser centième après centième… Cela peut durer longtemps à ce rythme-là même si le » kid du Bugey » a la gâchette de plus en plus facile ces temps-ci.

D’ailleurs, il avait un regard revolver dans les starting-blocks sous le chaud (23 °C) soleil scandinave. Pas un coup d’oeil pour Francis Obikwelu à sa gauche, ni Dwain Chambers à sa droite. De la tension ? Peut-être un peu. A Barcelone l’été dernier, il avait mis les deux « grognards » au pli. Mais les championnats d’Europe en salle à Bercy sur 60 m (1. Obikwelu, 2. Chambers, 3. Lemaitre) avait instillé le doute. Il n’est plus permis. Un monde a séparé hier le Culozien de l’Anglais (2 e en 10’’07) et du Portugais (3 e en 10’’22) qu’il ne faut quand même pas enterrer.

Ils ont «matché» dix mètres, pas plus. Visuellement, ils étaient dans le tempo au coup de pistolet. Impression trompeuse. Imperturbable malgré le rappel du starter après un premier départ, Lemaitre multiplie les temps de réaction riquiqui : 0’’129 à Rome fin mai, 0’’143 à Montreuil et encore 0’’143 hier. «  ça, c’est bien, ça veut dire qu’il est serein. Pourvu que ça dure », juge son coach, Pierre Carraz depuis Aix-les-Bains.

Quoi que le triple champion d’Europe en dise, la mise en action n’était pas vilaine. Si bien qu’après trente mètres, il avait mis tout le monde dans le vent. C’est ce qui s’appelle marquer des points : douze pour l’équipe de France qui en avait bien besoin au classement du championnat d’Europe par équipes et un surcroît de confiance dans la besace sur le chemin des Mondiaux de Daegu (27 août-4 septembre). Mieux qu’un saut de puce d’un centième, Lemaitre vient d’enchaîner en onze jours avec un deuxième chrono en moins de dix, dès la mi-juin à plus de deux mois du gros rendez-vous de l’année. Fondamentalement, ça ne change pas grand-chose au bilan de la saison : il reste douzième mondial (9 e à trois par nation), à distance encore des 9’’79 de Tyson Gay. Mais il se met au diapason de la densité mondiale (seize athlètes sous les dix cette saison) et prouve sa capacité à répéter les gros chronos susceptibles de l’approcher du podium en Corée-du-Sud.

Et ce n’est pas fini. Si les conditions ne se détériorent pas dans la nuit, difficile de ne pas l’imaginer aujourd’hui battre le record de France du 200m cette fois, qu’il co-détient avec Quénéhervé (20’’16). Et pas que pour un centième…

Benjamin Steen

Mélina Robert-Michon sur avance rapide...

leprog.jpgLa discobole retrouve ce week-end l’équipe de France neuf mois après la naissance de sa fille. Un retour express

Mélina Robert-Michon s’est trompée. La discobole lyonnaise avait pourtant tout préparé, tout planifié. Mais la 8 e des JO de Pékin 2008 et des Mondiaux de Berlin en 2009 ne va pas pester. Neuf mois après avoir donné naissance à sa fille Elyssa, son come-back grille les étapes. Pour quatre centimètres, la voilà revenue beaucoup plus tôt que prévu dans le cercle des 33 filles à plus de 60 mètres cette saison depuis le meeting de Poligny (Jura) le 5 juin (60,04 m). «  ça fait du bien de franchir cette ligne, sourit-elle. C’est une barre symbolique. 59 m, ça n’aurait pas été pareil… ».

2009_0517Image0225.JPG

La recordwoman de France (64,78 m en 2002) n’avait plus franchi cette barrière de séparation entre le haut et le très haut niveau international depuis le meeting de Thessalonique, le 13 septembre 2009. En définitive, la parenthèse aura été extrêmement courte. « Je ne pensais pas que ça allait revenir si vite, confirme son coach, Serge Debié. Avec Jérôme (Simian, son préparateur physique), on avait tout mis en place afin qu’elle remonte progressivement. Les lancers, ce n’est pas comme le sprint ou les sauts. Il y a une rotation qui engendre des tensions au niveau des abdos et du bassin… D’ailleurs, elle a eu un peu de mal à se remettre de son jet à 60 m. » Serait-elle allée plus vite que la musique ? Depuis Poligny, elle n’a pratiquement plus relancé à l’entraînement et a renoncé au meeting de Besançon cette semaine pour se concentrer sur le renforcement. « Mon physique n’est pas encore au niveau de ma technique », avoue-t-elle. Rien d’inquiétant. Au contraire : « Me retrouver à 60 m alors que les conditions n’étaient pas optimales, c’était une surprise, raconte-t-elle. Lorsque mon disque est parti, je n’ai pas eu l’impression que ça partait si loin. J’ai de la marge. »

Envisagés, en début de saison, comme un « bonus », selon Debié, les Mondiaux de Daegu (27 août-4 septembre) ne sont plus si loin. Les minima (62 m) sont visiblement dans ses cordes : « Ce n’est pas infaisable. Il suffit juste de trouver un concours avec des bonnes conditions. »

C’est peut-être pour ce week-end à Stockohlm, au championnat d’Europe par équipes où elle reprend sa place en équipe de France. « Un moment sympa », dit-elle. Et l’occasion de disputer un gros concours, dans une discipline au niveau très relevé sur le vieux continent, en présence notamment de la 3 e mondiale, l’Allemande Nadine Müller (66,05 m cette saison). «  ça va me permettre de me remettre dans l’ambiance d’une grande compétition avec chambre d’appel. Et surtout, ce sera un test pour me situer vraiment. En disque, on sait bien que les bilans ne veulent rien dire. Là, je pourrai comparer. »

Benjamin Steen
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu