compteur

Avertir le modérateur

vendredi, 18 novembre 2011

Cross d’allonnes (dimanche). Chahdi remonte la pente

leprog.jpg

Revigoré par un stage au Kenya après un été gâché par une grosse fatigue, le champion d’Europe espoir de cross renoue avec la compétition dimanche à Allonnes.

Ça lui est tombé dessus sans prévenir : plus d’énergie, les batteries à plat. Une grosse carence en fer et l’été d’Hassan Chahdi est tombé à l’eau début juin, après trois sorties sur piste à l’agonie et un chrono sans relief (3’50’’97 sur 1500m à Pézenas).

hassan.jpg

Dur retour sur terre après un hiver à surfer sur les labours dans l’allégresse : champion d’Europe espoir, vice-champion de France senior, 23 e des Mondiaux seniors (2 e Européen). Sacré enchaînement ! Sacrée tirée de six mois surtout… « J’ai mal géré les périodes pleines et les périodes de repos, reconnaît le jeune Savoyard installé à Villeurbanne (22 ans). Je me suis laissé emporter par mes résultats. J’ai été dépassé par mes résultats, mon excès de motivation. »

Pareille mésaventure lui était pourtant déjà arrivée les saisons précédentes. A croire qu’il n’aime pas la piste où il n’a jamais obtenu confirmé ses excellents en cross : « Non, cela m’excite tout autant », jure-t-il. Séparé de l’entraîneur de ses débuts Christian Dunand et désormais coaché à 100 % par le Lyonnais Bastien Perraux, il devrait cette fois diviser par deux sa saison de cross avant de se consacrer à la préparation des Championnats d’Europe (27 juillet-1er juillet) voire des JO de Londres (27 juillet-12 août). Pas question de prolonger l’hiver au-delà des championnats d’Europe (11 décembre à Velenje en Slovénie) où il devrait anticiper d’un an son passage chez les seniors. « Cela aurait été beau de conserver mon titre espoir, mais je préfère passer senior. Une place dans les dix, ce serait bien, un top 5 si je suis en forme. »

Reste à décrocher son billet en Bleu à partir de dimanche au cross d’Allonnes, la première des deux courses de sélection avant le cross de l’Acier à Leffrinckoucke la semaine prochaine. « Je suis forme. Je pense que je suis au niveau », assure-t-il de retour d’un stage d’un mois à Iten au Kenya. « Ma carence en fer n’était pas résolue au début du stage. J’ai donc été assez prudent mais c’est revenu peu à peu. Je reviens beaucoup plus fort. On verra dimanche à Allonnes où il y aura de très bons Kenyans et les meilleurs Français. » Dans sa voix, beaucoup d’impatience à l’idée de rechausser les pointes. Mais aussi un soupçon de sagesse, histoire de voir enfin l’été.

B.Steen

lundi, 14 novembre 2011

Le Foulées Majolanes. Records à la pelle à Meyzieu

leprog.jpgPas moins de trois records ont été battus pour cette deuxième édition des foulées Majolanes

Pour leur deuxième bougie, les foulées Majolanes ont réuni hier matin à Meyzieu plus de 250 coureurs sur 5km et 10km, une participation en forte hausse par rapport à l’an dernier

2011_1113Image0022.JPG

« Nous avons doublé notre participation et nous espérons continuer sur cette voie l’an prochain d’autant que la course sera classante et qualifiante pour les championnats de France de 10km. Nous avons un parcours très roulant et je pense que les athlètes seront intéressés pour venir faire un chrono sur notre épreuve » expliquait Bastien Perraux qui avait troqué pour une fois sa casquette d’entraîneur pour celle d’organisateur.

2011_1113Image0256.JPG

Sous une météo idéale, les deux courses ont donné lieu à de jolies empoignades, notamment sur le 10km avec une lutte acharnée pour la victoire entre le Kenyan, Benjamin Kipkurui et le Burundais, Emmanuel Nduwayo. Après avoir imprimé un rythme soutenu d’entrée de course que seul Richard Musagirije parvenait à suivre, les deux hommes s’envolaient à mi-course pour se livrer un duel épique. Au terme d’un sprint très disputé, il fallait finalement l’œil expert du juge arbitre Bernard Pelletier pour trancher en faveur de Kipkurui qui prend ainsi sa revanche sur Nduwayo qui l’avait devancé il y a quelques semaines lors du 10km de Caluire. Avec un chrono de 31’12, Kipkurui s’adjuge le record de l’épreuve établi l’an dernier par Abate en 33’07. « Je suis très content de m’imposer ici car je suis licencié à Décines Meyzieu Athlétisme donc c’est une bonne chose de briller à domicile. La victoire s’est jouée à rien mais je suis très heureux de m’imposer » explique le Kenyan qu’il faudra surveiller la semaine prochaine aux 10km de Vénissieux.

Chez les féminines, la petite Kenyane Jeptoo Kipsang n’a eu aucun mal à s‘adjuger le record de l’épreuve en s’imposant en 37’31 avec 1’40 d’avance sur la locale Coralie Bailly.

2011_1113Image0407.JPG

Enfin, troisième record de la journée sur 5km, avec le retour gagnant pour Carlos Da Silva qui s’impose en 15’32, prouvant ainsi que sa blessure au mollet n’est plus qu’un vieux souvenir. Chez les féminines, victoire de la Drômoise Margaux Reboulet qui s’impose sous les yeux de son entraineur Bastien Perraux.

Résultats

10km : 1. Kipkurui (KEN) 31’12 ; 2. Nduawayo (BUR) 31’12 ; 3. Musagirije (BUR) 32’07 ; 4. Muleki Seya (ASVEL) 33’02 ; 5. Saguet 33’09 ; 6. Grard 34’19 ; 7. Kemboi Kiplagat 34’25 ; 8. Hali 34’26 ; 9. Veyet (CSBJ) 34’32 ; 10. Hustache 35’42 ;

Féminines : 1. Kipsang (KEN) 37’31 ; 2. Bailly (DMA) 39’11 ; 3. Marechet 39’53 ; 4. Gros 40’15 ; 5. Petit 42’05

5km : 1. Da Silva 15’32 ; 2. Duque 15’34 ; 3. Hely (Doubs Sud Athle) 15’54 ; 4. Fellague (ASCUL) 16’09 ; 5. Lebouteiller (Mondeville) 16’19

Féminines : 1. Reboulet (Tain-Tournon) 18’46 ; Bel (ESL) 19’27 ; 3. Rotsaert 19’58

Tous les résultats

Les photos

samedi, 12 novembre 2011

Fabien Antolinos nominé

Il y a les césars, les awards, les victoires de la musique....Et les Trophées du Trail 2011.


Fabien Antolinos du Décines Meyzieu Athlétisme est nominé dans la catégorie meilleur traileur de l'année 2011 et la catégorie révélation de l'année. Alors tous a vos claviers, ça prend deux minutes.

19336958.jpg

Attention un seul vote par boite mail (bien la saisir). Pour valider votre vote, il faut voter dans les cinq catégories, même si vous ne connaissez pas trop votez quand même.
GO GO GO GO......


Pour voter c'est ICI

Fabien Antolinos : Le Blog

08:21 Écrit par La Com dans Autre Sport, Coup de Coeur | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

mercredi, 26 octobre 2011

Fabien Antolinos: Templiers 2011, 4ème, satisfaction ou déception ?

 Il y a des dates qu’on oublie pas, des rendez-vous incontournables dans la vie comme dans le sport, La Grande course des Templiers fait partie de ces évènements exceptionnels à vivre et à préparer.

Cette course je l’avais déjà faite dans ma tête des dizaines de fois, je connaissais les difficultés, je savais où accélérer, temporiser, tout donner !!! La « guerre des Team » était annoncée, l’épreuve était excitante avec une concurrence sans précédant. C’est pour ces moments que je cours, j’étais prêt et impatient, je devais faire un podium pour l’emporter au TTN, ne pas me trouer au risque de me faire rattraper, bref il y avait un peu de pression sur cette ligne de départ à 6h15 du matin avec musique et feux de Bengale.

templiers-2011-0194.jpg

De la pression et un patron, Thierry B devant, les autres derrière. La course est lancée sur des bases rapides, j’ai des bonnes jambes mais pas de GPS, nous devons filer bon train mais Thierry est 20 mètres devant nous comme pour nous dire « je suis bien aujourd’hui je n’ai peur de personne, il faudra venir me chercher ». C’est un grand champion, je me dis qu’il est sacrément gonflé, ça va être compliqué mais j’espère pouvoir arriver à finir devant. La montée de Carbassas passe bien, nous alternons marche et course dans la piste raide, les voyants sont au vert et je trouve que beaucoup de monde cherche à se placer.

Sur le plateau des Causses nous sommes un bon peloton de 25 à 30 coureurs. C’est l’occasion de voir les forces en présence en observant les attitudes des coureurs. Je trouve certains bien optimistes, d’autres paraissent extrêmement lucides et se replacent toujours bien. Quelques discussions ça et là, toujours quand même assez brèves. Au fil des kilomètres je me rapproche de la tête, je sais qu’après le petit hameau il y aura un single et veux rester au contact. Ca tombe bien, dès la sortie de la piste Thierry B, Fabien Chartoire ou encore Sylvain Court mènent un train d’enfer et le groupe s’étire et explose. Je me demande si tout le monde a bien lu le profil et la longueur de l’épreuve ? Je n’ai pas grand-chose à perdre et beaucoup à gagner, seules les premières places m’intéressent, je dois prendre raisonnablement des risques et colle. Avant la descente sur Peyreleau nous ne sommes plus qu’une petite douzaine d’unité et Thierry en remet une couche. Cette fois je temporise, c’est bien de pas être loin mais je ne veux pas me suicider non plus.

 

templiers-2011-0184.jpg

J’arrive 12 ou 13 au ravito à 1’ et dis à Virginie de ne pas s’inquiéter : « c’est parti super vite ça va bientôt péter de partout ». La suite est bien raide pour monter au champignon préhistorique avec un petit groupe. Au champignon David Pasqio me dépasse puis Manu Gault, je me ravitaille et peste après mon porte bâton improvisé la veille qui ne tient rien du tout… C’est dur de relancer et mes deux adversaires m’aident bien à ce moment de la course.

Je passe 9ème à Saint André de Vézines (36.5km) déjà loin des 4 de tête, recolle sur Sylvain Court puis David et Manu que je double dans la montée de Roques Altes. Nous courons à 3 jusqu’au dessus de la Roque Sainte Marguerite, Fabien Chartoire est en vue mais ça revient aussi dans la descente avec Nicolas Martin (running conseil) qui paraît bien en jambes.

Les 3 premiers sont à 10’30, Martin Reyt à 6’30 au pied de la montée sur Pierrefiche. Je double dans la montée Nicolas qui est septique sur notre retour vers l’avant. Devant ils sont partis vite et l’écart commence à se stabiliser. Je fais l’effort à ce moment pour voir si je peux me rapprocher dès Pierrefiche. Les cuisses sont dures mais les jambes tournent encore et au ravito j’ai 5’ de retard sur Martin. J’y crois et fais une grosse descente sur le Mona. Je n’ai plus que 3’ de retard dans les premières pentes de la dernière longue côte et les spectateurs m’informe que Martin marchait là où je cours. Je m’attends donc à le voir dans la montée ou sur le faux plat terminal. C’est le cas, je le passe, il a un mot sympathique pour moi, il doit être dans le dur et je l’informe que derrière les écarts sont importants.

Je sais à ce moment que, sauf incident, je terminerai 4ème et cette place me satisfait au plus au point car je crois dur comme fer que les étrangers ne compte pas dans le décompte de points du TTN. Pour moi je dois être champion de France virtuellement.

Dans la foulée j’arrive au dernier ravito à la Cade et vois bondir la copine Pauline. Je me dis que je leur fais une belle surprise. Je compte bien m’accrocher à cette place et prends même des risques pour essayer de rattraper Thierry et Thomas qu’on m’annonce « bien entamés » depuis pas mal de kilomètres. Sur ce coup là je ne m’enflamme pas trop, ils savent gérer ces moments… mais bon, on ne sait jamais !

Je termine survolté à 3’ des deux hommes que j’avais volontiers placés sur la boîte avec moi avant la course et certain de gagner le TTN. ERREUR GRAVE ! à l’arrivée personne n’avait envisagé ce cas de figure et les officiels se penchent sur un règlement qui au final ne donne aucune indication. Il y a un flou artistique, les points seront marqués par ce brillant écossais qui a survolé la course.

Bien entendu c’est la déception qui l’emporte pour le classement au TTN, je croyais tenir un titre à ma portée mais qui se dérobe finalement. J’ai bataillé toute la saison pour ce classement, accumulant les entrainements, mini stages et compétitions éprouvantes aux 4 coins de la France. J’ai progressé, ai recherché la concurrence des meilleurs partout et sur tous les formats de courses sans jamais passer au travers. Je relativise maintenant, Julien, devant moi, est sans doute le meilleur athlète français en course en montagne et trails, le plus complet et le plus talentueux également.

Pour la course des Templiers c’est indéniablement la satisfaction qui l’emporte. Je pense que ce 23 Octobre je pouvais difficilement faire mieux, j’ai tout donné physiquement et mentalement pendant 6h48 d’une course à rebondissements dans laquelle j’ai su gérer mon effort tout en prenant des risques. Je suis cependant au pied du podium et pense déjà à l’année prochaine où j’espère encore progresser…

Je remercie l’organisation de cette course pour son professionnalisme, ma femme et mes amis pour les ravitaillements, les spectateurs pour les chaleureux encouragements ainsi que les coureurs du premier au dernier d’avoir été présents dans l’effort. Merci aussi au soutien de la famille et des amis qui vous mettent dans l’obligation de réussir ! Merci à mes partenaires, Sigvaris, Punch Power, Mizuno et évidemment Arnaud et Patrick de Running Conseil.

Au final j’aurais couru 10 trails cette saisons pour 6 victoires, une 2ème, une 3ème et deux 4ème places.

Une belle récompense pour cette régularité, avec une place de Vice champion de France de trail 2011.

293317_10150438588636844_94094586843_10343144_1007354153_n.jpg

Quels seront les challenges de l’an prochain : En priorité être performant sur un Trail l’été prochain puis me présenter aux Templiers avec l’espoir de monter sur la boîte. A côté de ça de la préparation et des courses qui me font plaisir, que je ne connais pas ou que j’aimerais gagner

Enfin, merci aux internautes appelés « Amis » que je ne connais pas toujours mais qui me suivent et me soutiennent. Je suis heureux des rencontres que j’ai pu faire cette saison dans un milieu ou la simplicité, le goût de l’effort et du dépassement ainsi que l’humilité doivent permettre à chacun de gagner ou de perdre mais surtout de progresser.

Bonnes courses au plus grand nombre, bonne recup aux autres.

Blog Officiel

22:49 Écrit par La Com dans Autre Sport, Coup de Coeur | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

dimanche, 23 octobre 2011

Fabien Antolinos en quête aux Templiers

leprog.jpgC’est la dernière ligne droite même si ce n’est pas une petite affaire. Fabien Antolinos est à 72 km du titre de champion de France de trail. Deuxième du classement provisoire, il « suffit » au Décinois de terminer aujourd’hui à l’une des trois premières places du Trail des Templiers (dernière manche du Trail tour national) pour passer devant le Ligérien Julien Rancon qui fait l’impasse sur la classique des Causses. « Qu’il soit là ou pas, ce ne sera pas simple du tout, affirme cependant Antolinos.

19336958.jpg

Les Templiers, c’est une course mythique (17 e édition) qui réunit toujours les meilleurs spécialistes. » Le gotha du trail, il en fait maintenant partie. Entré autoritairement dans ce petit cercle en 2008 en raflant la SaintéLyon à la surprise générale, Antolinos progresse à vitesse grand V, tendu vers son objectif: « la sélection pour les Mondiaux de trail en 2013». « Grâce un entraînement spécifique avec des côtes et beaucoup de sorties en nature, j’ai passé un cap, explique ce professeur d’EPS de 33 ans formé à l’école de l’athlé sur piste. Je me rapproche des tout meilleurs même si j’aimerais être plus dominant. » Sa blessure au genou de l’année 2009 oubliée, 2010 lui a permis de prendre ses marques. Et 2011 de briller en s’adjugeant l’Ecotrail de Paris en mars avant de triompher de la 6000D fin juillet à la Plagne. Deux références dans la galaxie des épreuves « ultra » (distance supérieure au marathon). « L’Ecotrail, c’était médiatique avec l’arrivée à la Tour Eiffel, dit-il. Mais la 6000D, c’est autre chose, c’est une course historique avec 4000m de dénivelé positif, des passages à 3000m d’altitude. Rejoindre au palmarès un coureur comme Dawa Sherpa, c’est quelque chose ! Maintenant, si jamais je pouvais devenir champion de France, ce serait champagne ! » Avant de savourer, il en a sué pour espérer faire mieux que l’an dernier (8 e) : un stage à Font-Romeu et deux reconnaissances du parcours. La couronne des Templiers est à ce prix.

Benjamin Steen

jeudi, 20 octobre 2011

Adrien Clémenceau: Champion de France Elite de l’EA Mondeville-Hérouville mais aussi de l'Asul Bron....

subst.news.tiny.gifAdrien Clémenceau n’est pas le plus connu des champions de France Elite 2011. Mais il est certainement l’un des plus talentueux. Meilleur performeur de la saison sur 400 m haies en 49’’72, le hurdleur de l’EA Mondeville-Hérouville s’est imposé en juillet dernier à Albi en 50’’15, dans des conditions climatiques difficiles. A 23 ans, il a franchi un grand palier en rejoignant le très relevé groupe lyonnais de Djamel Boudebibah. Il fera partie des prétendants à un billet pour les Jeux olympiques de Londres, aux côtés de ses camarades d’entraînement Héni Kéchi et Hugo Grillas, ou encore de Fadil Bellaabouss. Pour cela, il devra au moins courir en 49’’10. Il reste donc encore du chemin à parcourir. Difficile. Mais pas impossible.

2011_0709Image0600.JPG

Athle.com : Adrien, de nombreux passionnés d’athlétisme vous ont découvert en juillet dernier, lorsque vous avez remporté le titre de champion de France Elite du 400 m haies…
Adrien Clémenceau : Avant l’an dernier, j’avais un record à 50’’67 et j’avais terminé sixième des Elite. Une performance honorable mais qui ne permet pas de se faire connaître. J’ai gagné presque une seconde et demie en douze mois et j’ai décroché l’or aux Championnat de France. C’est vrai, c’est une énorme progression. Ca m’a fait passer du statut de jeune espoir à celui de prétendant à l’équipe de France.

Quel est votre secret ?
Je suis arrivé l’an dernier à Lyon, après quatre belles années passées à l’Insep au sein du groupe d’Olivier Vallaeyes, dont fait notamment partie Dimitri Bascou. Jusque-là, ma progression avait été plutôt régulière puisque je courais en 51’’78 en 2008. A l’été 2010, j’ai décidé de changer de vie et de lieu d’entraînement. J’avais envie de découvrir un nouveau groupe et de me lancer dans une nouvelle aventure pour passer un cap. Je connaissais Djamel (Boudebibah) de réputation et je voyais que Héni (Kéchi) et Hugo (Grillas) marchaient fort. J’ai donc intégré le groupe de l’ASU Bron (section locale de l’Entente Sud Lyonnais).

2011_0709Image0627.JPG

Qu’est-ce qui a changé dans votre préparation ?
J’ai beaucoup travaillé mes points faibles, comme le sprint long et mon relâchement. J’ai aussi changé mon schéma de course. Avant, je partais en treize foulées jusqu’à la cinquième haie. Maintenant, je pars en quatorze, ce qui me permet d’être plus fluide et relâché. En plus, il y a une grosse émulation à l’entraînement avec un vrai groupe de 400 m haies. On est obligé de s’accrocher tout au long de l’année. Ca permet de passer un cap. En fait, ma progression repose sur un ensemble de choses. Toutes les pièces du puzzle sont dans l’ordre, ce qui m’a permis de perfer assez rapidement en 2011 et de prendre de la confiance.

Vous avez tout de même connu un coup dur en juin, en étant obligé de décliner une sélection pour les Championnats d’Europe par équipes…
La décision entre Héni et moi a été prise au dernier moment et j’ai finalement été sélectionné. Mais je me suis fait quatre ou cinq jours avant la course une petite blessure à l’ischio. Ca aurait été dangereux de courir, pour moi mais aussi pour l’équipe.

Ce forfait n’a pas été trop dur à digérer ?
Sur le coup, j’étais un peu dans le trou. Ca a été dur. C’était ma première sélection chez les seniors. J’aurais aimé honorer cette première cape avec les Championnats d’Europe par équipes. Mais la suite de la saison a vraiment été très bonne et j’ai donc pu vite oublier cet épisode.

Notamment avec ce titre de champion de France…
Les Elite, c’était clairement l’objectif de ma saison quand je suis arrivé dans le groupe. Au fur et à mesure de la saison, j’ai commencé à penser à la victoire. Je n’avais jamais été champion de France, même chez les jeunes. Ca a donc été une grosse satisfaction et une forme de premier accomplissement. Les conditions n’étaient malheureusement pas très bonnes et on n’a pas pu courir aussi vite que prévu alors qu’on était tous très en forme. En même temps, quand j’ai franchi la ligne d’arrivée, le chrono était anecdotique pour moi. C’était la victoire qui m’importait. Et j’ai, en plus, eu la satisfaction de voir mes deux camarades d’entraînement prendre les deuxième et troisième places.

Vous n’avez cependant pas été du voyage à Daegu…
Sur le moment, je n’ai pas eu de regrets par rapport aux Mondiaux. Les modalités étaient bien définies, avec des minima à 49’’10, et je ne les avais pas remplies. Mais après, je me suis dit que je n’avais quand même pas souvent bénéficié de bonnes conditions de course pendant la saison. En plus, le niveau à Daegu n’a pas été très bon. Mais ça aurait été quand même compliqué d’aller en Corée du Sud.

Après la Corée, place à Londres et aux Jeux olympiques de Londres en 2012. Que vous inspire cette compétition ?
Je me projetais déjà sur Londres cet été. Les Jeux, c’est l’objectif de plusieurs années de travail, la compétition à laquelle tout athlète de haut niveau rêve de participer. Les minima sont a priori les mêmes que pour Daegu. Il va donc falloir que je progresse.

Dans quels secteurs ?
Je dois beaucoup m’améliorer en sprint long. J’ai vu mes faiblesses sur 400 m plat l’an dernier. Ce n’est pas forcément physique. Il y a quelque chose que je n’ai pas encoure pigé. Et pour aller vite sur les haies, il faut aller vite sur le plat. C’est un compromis à trouver. En tout cas, je pense que j’ai encore beaucoup à gagner.

Propos recueillis par Florian Gaudin-Winer pour athle.com

15:41 Écrit par La Com dans Athlétisme, Coup de Coeur | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

vendredi, 14 octobre 2011

Fabien Antolinos aux Templiers

 
bando.jpgToujours dans la course pour le titre !
Fabien Antolinos sera l'un des grands favoris de cette édition 2011.
 
Bien placé au TTN, il est second à l'amorce de cette dernière étape, celui-ci peut viser le coup double, la victoire et la titre de champion de France.
Pour cela, cet ancien (et toujours) bon marathonien est venu deux fois effectuer le repérage complet du tracé qu'il trouve magnifique.
2010_0117Image0588.JPG
Une fois en août puis il y a moins de deux semaines, il a arpenté ces sentiers, ces pistes et et ces zones sauvages pour savoir comment il allait doser son effort.
 
Par ailleurs, le lyonnais a peu couru depuis sa participation à la 6000 D, juste une course de trail de 22 km pour se distraire. Place à l'entraînement rien qu'à l'entraînement pour celui qui avait fini 8ème en 2010.
 
Quelque soit, le résultats de dimanche prochain, Fabien Antolinos a déjà réussi une belle saison en trail avec 4 podiums en 5 courses, vainqueur de l'Eco Trail de Paris et de la 6000 D, second à Gérardmer et 3ème à Véranne.
 
Preuve qu'il est polyvalent sur tous les types de circuit même sur des formats ultra comme l'Eco Trail. Il faut d'ailleurs se souvenir de sa victoire à la Saintélyon en 2008 preuve qu'il a le moteur pour courir vite et longtemps.
 
Tiré du site officiel

08:43 Écrit par La Com dans Actualité, Autre Sport, Coup de Coeur | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

mardi, 11 octobre 2011

Cathy Dubois au Grand Raid de La Réunion

images.jpgA 48 heures du départ de cette course mythique, interview de Cathy Dubois (Team Tecnica) qui participe à cette épreuve pour la seconde fois.

Elle a terminé troisième en 2010, s’est illustrée cette année avec une victoire sur la Maxi Race du Lac d’Annecy et à l'X-Trail de Courchevel avant de prendre la 3ème place de la CCC®.

Elle s’était révélée en 2007 en gagnant la Sainté-Lyon puis avait terminé 3ème de l’UTMB® 2008.

Elle fera partie des favorites pour un podium.

2011_1002Image0019.JPG

1/ Comment as tu préparé cette course ou tu n'avais pas prévu d'aller ?

Je m’étais bien préparée pour la CCC®... mais je n'avais pas prévu de faire cette course à La Réunion.

J’étais restée sur ma faim après la CCC®, avec l’envie de repartir sur d’autres courses après avoir super bien récupéré de cette épreuve.

J’ai reçu une invitation pour le Grand Raid... je n'ai pas réfléchi bien longtemps…..

J’ai alors repris l’entraînement pour cet objectif avec du vélo autour de Lyon et une grosse rando-trail dans les Ecrins.

2/  Tu réalises une belle saison avec notamment 2 victoires à la Maxi Race et à Courchevel, quelle est la différence entre Cathy 2010 et 2011 ?

J’ai toujours la même passion pour le trail et la même envie de courir.

J’ai depuis cet été changé d’orientation professionnelle avec un nouveau rythme de vie et plus de disponibilité :

J’ai donc plus de temps pour m'occuper de mes enfants et également pour m’entraîner et récupérer.

Je suis très contente de mes victoires cette saison, j’ai donc envie d'aller en chercher d'autres ou de me lancer divers défis ...

3/  Quel endroit du parcours, redoutes tu le plus ?

Je redoute la sortie de Marlat et la traversée de Mafate, qui correspond à la seconde nuit ou j'avais vraiment souffert du sommeil en 2010.

La sortie de Possession est également un point clé de la course avec cette fin de parcours qui n'en finit pas !

4/ Quels conseils peux-tu donner à 48h du départ ?

Bien se reposer, bien manger, et pas se prendre la tête avec une logistique trop lourde sur les ravitaillements, il y a tout ce qu’il faut sur le parcours.

On a tout fait pour être prêt  le jour J, y'a plus qu'à...

5/ Quel sera ton programme après cette course ?

Du repos ...

J’ai quelques idées de courses pour 2012 et 2013 mais rien de validé pour le moment….

J’ai également un projet personnel (professionnel) à construire.

15:26 Écrit par La Com dans Actualité, Coup de Coeur | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

lundi, 10 octobre 2011

Courir Pour Elles à l'Elysée !!!

Le président de la République a reçu lundi 10 octobre 2011 des acteurs de la lutte contre le cancer du sein, soignants, patients, associations, à l'occasion d'octobre rose, mois du dépistage organisé contre le cancer du sein, en présence de M. Xavier BERTRAND, ministre du travail, de l'emploi et de la santé, Mme Valérie PECRESSE, ministre du budget, des comptes publics et de la réforme de l'État, Mme Nora BERRA, Secrétaire d'État chargée de la santé et Mme Marie-Anne MONTCHAMP Secrétaire d'État auprès de la ministre des solidarités et de la cohésion sociale.

T6-IMG_7091.jpg

A cette occasion, le chef de l'État a rappelé l'importance de ce dépistage organisé pour prévenir et lutter contre le cancer du sein et qui fait partie des actions prioritaires du plan Cancer 2009-2013.

Parce que le cancer du sein représente aujourd'hui la première cause de décès par cancer chez les femmes avec plus de 11 000 décès par an, la mobilisation pour encourager les femmes entre 50 et 74 ans à pratiquer ce dépistage organisé doit être générale.

T6-IMG_9725.jpg

Le président de la République a pu saluer l'ensemble des initiatives prises par les acteurs associatifs, les soignants, les services de l'État et de l'Assurance Maladie pour assurer cette mobilisation.

22:39 Écrit par La Com dans Actualité, Coup de Coeur | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

dimanche, 09 octobre 2011

Marathon de Chicago: Christelle Daunay 5ème en 2h 26'41

207696_201080266589158_100000615582273_594299_1010107_n.jpgAprès avoir disputé le 10 000 m des Mondiaux de Daegu, Christelle Daunay a très vite repris une préparation marathon pour disputer Chicago. Elle termine 5ème en 2h 26'41".

Pour la troisième fois de suite la russe Liliya Shobukhova remporte le marathon de Chicago.

 Mais cette fois, elle ne s’est pas contentée de la victoire, elle y a mis la manière en battant le record du parcours en réalisant l’excellent temps de 2h 18’20 » après être passée à mi parcours en 1h 09’25 » soit une belle leçon de negativ split. Au passage, la marathonienne russe se classant première de la World Marathon Major, remporte 500 000 $.

Dans ce pack, la française Christelle Daunay réalise une belle course, terminant 5ème en 2h 26’41» et confirma sa régularité sur cette distance dans un contexte international.

 Elle a tenté un gros coup en partant sur des bases élevées passant au semi marathon en 1h 12’13 » pour ensuite céder du terrain entre le 25ème et le 35ème km. Puis elle stabilisait sa vitesse de progression pour finir en 3’10 » au km (contre 2’50 » pour Shobukhova).

 A noter également la très belle seconde place de l’Ethiopienne Ejegayehu Dibaba. La sœur aînée des Dibaba après deux années en demie teinte réalise un très beau chrono pour son premier marathon qu’elle boucle en 2h 22’09 ».

MOSES MOSOP S'IMPOSE CHEZ LES HOMMES

Chez les hommes, Moses Mosop était venu uniquement pour la victoire. Car faute à une blessure, il ne pouvait pas envisager courir sur les bases du record du Monde.

 Mais le favori n'a pas failli dans sa dure besogne. Il s'impose en 2h 05'37" nouveau record du parcours. Les kenyans réalisent le triplé avec Wesley Korir second en 2h 06'15" et Bernard Kipyego troisième en 2h 06'29".

 Ryan Hall, le chéri des foules termine quant à lui 5ème en 2h 08'04".

vendredi, 07 octobre 2011

Alain Mimoun: Une monographie sort en Angleterre

207696_201080266589158_100000615582273_594299_1010107_n.jpgA 90 ans, Alain Mimoun est devenu une légende. Pat Butcher, un journaliste anglais, ami du champion olympique sacré à Melbourne en 1956, vient de sortie une monographie.

Pat Butcher est l'un des grands spécialistes de l'athlétisme en Angleterre.

 Cet ancien miler devenu journaliste a produit de nombreux documentaires télévisés et a rédigé plusieurs ouvrages consacrés au demi fond.

 Le dernier en date est une monographie sur la vie de Alain Mimoun « The destiny of Ali Mimoun ».

7d88277dbb.jpg

 L'auteur anglais raconte la vie de ce gamin algérien, enrôlé très tôt dans une salle guerre qui ensuite choisira la France comme mère patrie.

 Il sera sacré champion olympique du marathon en 1956 à Melbourne et domina le grand fond pendant près de 20 ans.

 Il s'agit d'un petit livre, 32 pages seulement, écrit en anglais, un ouvrage où l'auteur ami de longue date avec Alain Mimoun trouve une proche complicité pour raconter un destin hors du commun.

 

> Pour commander le livre : cliquez ici

 

Du même auteur:

 

book-coe.jpg

15:47 Écrit par La Com dans Athlétisme, Coup de Coeur | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

mercredi, 05 octobre 2011

Matumaïni: communiqué de presse de rentrée

MATUMAINI.jpgLA RENTREE 2011/2012 DE MATUMAINI ANNONCE UNE ANNEE REMPLIE.


Le groupe d’entrainement encadré par Bastien Perraux a effectué sa rentrée sportive à Hauteville, où les athlètes se sont retrouvés pour accueillir les nouveaux.


Un groupe toujours plus dense


Deuxième rentrée pour les coureurs de demi-fond lyonnais, toujours plus nombreux à vouloir intégrer le groupe. En effet, « les demandes se sont multipliées fin aout. Nous avons dû faire des choix pour conserver la qualité d’encadrement et d’accompagnement » explique Bastien Perraux.

DSCN0786.JPG

Sur les 12 demandes reçues, 6 ont été acceptées et 2 autres sont en attente. Le taux de renouvellement est élevé, ce qui permet de confronter les niveaux et les expériences.


Arrivent cette année :


 Abdel EL HAJJAMI - Doux Sud Athletisme (international junior)
 Cécile MERIAUX - Martigue (international espoir- championnat d'Europe de cross l'an
passé)
 Mael LAMBERT Paimpol Athlétisme (finaliste au France jeune sur 3000 steeple junior
l'an passé)
 Vickie AUDUBERT (17 ans !) Asvel (finaliste aux championnats de France cadette sur
3000m)
MATUMAINI apporte son soutien deux kényans arrivés cet été en France :
 Benjamin Kipkurui CHERUYOT (Vice champion du monde junior en 1998 sur 1500m
recordman du monde junior du 1500m et du 1000m (toujours en possession du 1000m)
4ème au championnat du monde indoor sur 1500m)
 Sammy Kiplagat KEMBOI (2h14 au marathon)

DSCN0762.JPG

« De l’esprit collectif nait la performance »
« C’est dans ce schéma que les meilleurs athlètes du groupe tenteront de se qualifier pour Londres
tels que Hassan Chahdi, Claire Navez, Brice Etes et peut -être d’autres comme les frères Pépiot, qui
sait ? » Bastien Perraux.


Stages prévus pour 2011/2012 :
- Stage de septembre – Font Romeu – 10 au 28 sept.
- Stage d’intégration – Hauteville – 01 et 02 oct.
- Stage Cross Europe – Kenya (Iten) – 10 oct. au 03 nov.
- Stage Cross – Kenya (Iten) – 17 déc. au 20 janv.
- Stage Salle – Portugal – du 02 au 14 janvier 2012.
- Stage Pâques – à définir.


En route pour les Jeux !

MATUMAÏNI – Groupement d’athlètes
www.matumaini.fr
Contact presse : Quentin Willems – 06 88 65 19 60 – quentin.willems@gmail.com

22:17 Écrit par La Com dans Actualité, Athlétisme, Coup de Coeur | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

dimanche, 02 octobre 2011

Run In Lyon: La Photo du Jour

Un homme en chemise rose a joué le jeu pour la Promotion de Courir pour Elles....Un Grand Merci à Lui :-)

D'autres photos ....plus tard ...

2011_1002Image0212.JPG

17:39 Écrit par La Com dans Coup de Coeur, Course sur route | Commentaires (1) |  Facebook |  Imprimer | |

lundi, 19 septembre 2011

La course des Irréductibles, une épreuve qui grimpe

2011_0917Image0809.JPGPour la quatrième édition de La Course des Irréductibles, il faut bien dire que tous se sont mouillés.

De Guillaume Schroll et toute son équipe de bénévoles toujours aussi solidaire pour que ce petit village du Mali améliore son quotidien.

Même la marraine Eléa Maraima Diarra (championne de France du 400m en photo).

Et ne parlons pas des coureurs qui se sont élancés sur trois distances de 4.5-13 et 22km juste après un orage des plus violent. Les courses étant devenues encore plus difficile et nombreuses furent les chutes mais sans gravités.

 

2011_0917Image0830.JPG

L'objectif est donc atteint avec quelques records, pas sur les chronos mais sur la participation avec 250 adultes et une centaine d'enfants. La journée se soldant avec 3500euros récoltés pour Niangono.

2011_0917Image1015.JPG

Le podium du 22km

L'histoire retiendra la victoire de Jordan Dubuisson de Caluire sur le 4.5km, du doublé kényan sur 13km, l'athlète du DMA Sammy Kemboi devançant Benjamin Cheruyot de Matumaïni et Julien Lantuejoul qui remporte le 22km.

Résultats:

4.5km - 13km - 22km

L'article du Progrès

Les Photos

 

19:45 Écrit par La Com dans Coup de Coeur, Course sur route | Commentaires (1) |  Facebook |  Imprimer | |

samedi, 17 septembre 2011

La course des Irréductibles pour Niongono

images.jpgLa course des Irréductibles, un Trail pas comme les autres

 

Depuis 4 ans, FormaSport soutient le projet humanitaire de l'association "Des sourires à Niongono" en participant activement à l'organisation de "La course des Irréductibles". La 4ème édition aura lieu le samedi 17 septembre 2011, à 19h30, sur la commune de Sathonay village. Cette manifestation, à la fois sportive et humanitaire, a pour but de reverser l'intégralité des sommes perçues à l'association "Des sourires à Niongono". L'objectif sera de rassembler familles et sportifs autour d'une cause, afin d'aider le village de Niongono - Mali - dans les domaines de la santé et de l'éducation. Des animations seront mises en place à partir de 16h (exposition photos, joueurs de djembé, buvette,…) et de nombreuses courses auront lieu:

2010_1002Image0942.JPG

- 3 courses autour du village (départ du parc de la Mairie à 18h30)

- 2 courses de 4,5km et 13km en fin d'après-midi

- 1 course de 22km en nocturne (lampe frontale obligatoire !)

+ de nombreuses courses pour les enfants nés à partir de 1999 (de 1 à 3 tours du parc)

Inscriptions en ligne

2010_1002Image0983.JPG
Garfield Darien était le parrain de l'édition 2010

C'est Eléa Mariama Diarra du Décines Meyzieu Athlétisme, sélectionnée pour les championnats du monde de Daegu qui sera la marraine de cette édition 2011.

formasport

09:20 Écrit par La Com dans Coup de Coeur, Course sur route | Commentaires (0) | Tags : formasport |  Facebook |  Imprimer | |

jeudi, 25 août 2011

Annette Sergent élue lors du Congrès de l’IAAF

Même si Pierre Weiss et Jean Poczobut, respectivement secrétaire général et trésorier honoraire de l’IAAF, quitteront leurs fonctions en fin d’année, la France restera très bien représentée au sein de l’IAAF. Le congrès électif de la fédération internationale d’athlétisme, qui s’est tenu mercredi et jeudi, a en effet permis à trois Français d’intégrer ou de réintégrer ses instances. Bernard Amsalem, Président de la FFA, fait partie des 21 membres élus au du Conseil de l’IAAF (l'équivalent du Comité Directeur de nos instances fédérales). A noter également l’élection d’Annette Sergent, double championne du monde dans les labours en 1987 et 1989, au sein de la commission cross-country. Enfin, Pierre Delacour a vu son mandat renouvelé au sein du comité technique.

Annette8902.jpg

« La Fédération est très satisfaite de ses résultats, a réagi Bernard Amsalem. A titre personnel, je suis fier de succéder à des personnalités de l’athlétisme telles que Pierre Dasriaux, Robert Bobin et Jean Poczobut. » Le nouveau secrétaire général de l’IAAF (un poste qui ne donne pas lieu à une élection) sera également un Français. Il s’agit de Gabriel Essar, qui a précédemment été directeur général du comité d’organisation des Mondiaux 2003 de Paris Saint-Denis et directeur des Jeux olympiques de la Jeunesse au sein du Comité international olympique (CIO).

Il faut noter, pour être tout à fait complet, la non élection des autres Français en lice : Edouard ANTCZAK (Comité Marche), Doris SPIRA (Comité Féminin) et Jean THOMAS (Comité Vétéran)

source FFA

16:18 Écrit par La Com dans Athlétisme, Coup de Coeur | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

dimanche, 07 août 2011

Triathlon,Serie mondiale : Charayron prend date pour Londres 2012

leprog.jpgMalgré une mauvaise transition, la Lyonnaise a pris une bonne 10 e place

Elle a d’abord accusé le coup. Emmie Charayron (en bleu), espérait mieux qu’une dixième place dans la manche de Série mondiale de Londres. « J’étais très déçue à l’arrivée, ne cachait pas la championne d’Europe (21 ans). Mais il faut relativiser. C’est plutôt positif. »

emmie-charayron-(4-e-en-partant-de-la-droite)-au-depart-afp.jpg

Dans l’absolu, ce résultat (à seulement 46 secondes de la Britannique Helen Jenkins) confirme son appartenance au Top 10 mondial puisqu’il ne manquait pas une des meilleures spécialistes de la planète, toutes venues en repérage à l’occasion du « Test event » sur le parcours des prochains JO… Avec des circonstances un peu plus favorables, la jeune Lyonnaise aurait même pu se mêler d’un peu plus près à la bagarre pour le podium.

Tout avait parfaitement débuté à l’heure du breakfast (départ à 8h30) dans le lac Serpentine dont elle sortait dans le peloton de tête avec près d’une minute sur le groupe de chasse. « Nous étions une trentaine à l’avant et de très bonnes coureuses à pied se sont fait piéger, raconte-t-elle. Mais on n’a pas roulé. C’est dommage parce qu’un gros regroupement s’est produit dans le dernier tour (à vélo). Je me dis que si c’étaient les JO, ça ne se serait pas passé comme ça… » Toujours est-il qu’hier, une bonne cinquantaine de triathlètes parvenaient groupées dans le parc à vélo. Résultat : un gros embouteillage fatal à Charayron : « Le parc a une géométrie spéciale. Je me suis retrouvée coincée. Dans l’histoire, je perds quinze secondes… » Sa chance était passée. Obligée de produire un gros effort dès les premières foulées, elle allait le payer en fin de course. « C’est décevant parce que je réalise le 8 e chrono à pied. Il y avait moyen de faire mieux. La conclusion, c’est que beaucoup de choses peuvent se jouer en une fraction de seconde. Mieux vaut se rater cette année et que tout soit parfait l’année prochaine… »

Alléchée par ce qu’elle a vu hier, elle a hâte d’être dans 363 jours : « On sent la pression monter. L’organisation était grandiose. ça donne envie… »

B.Steen

samedi, 06 août 2011

Triathlon / série mondiale : Londres. Emmie Charayron au banc d’essai

leprog.jpg363 jours avant, la Lyonnaise championne d’Europe teste ce matin le parcours des J.O.

« C’est stressant. » Emmie Charayron aurait pourtant de quoi être zen après son début de saison sur les podiums. Troisième de la manche de Série mondiale de Madrid, elle a surtout décroché le mois dernier le titre européen à Pontevedra. Mais le gros morceau de l’été, c’est pour demain matin à Londres, 5 e étape du circuit mondial, sur le parcours des prochains JO. « Pour tout le monde, c’est LA course de l’année, estime le jeune Lyonnaise (21 ans). C’est même plus important que Pékin (les championnats du monde, les 10 et 11 septembre). »

emmie-charayron-t-deketelaere-(triathlete-magazine).jpg

Emmie Charayron / / T.DEKETELAERE (Triathlète Magazine)

 

Voici pourquoi elle stresse :

Un parcours à dompter

Un an presque jour pour jour avant l’épreuve de triathlon féminin des J.O. (4 août), la manche de ce matin se déroule exactement de la même façon. Même horaire (8h30 heure locale ; 9h30 heure française) assez inhabituel : « Il faudra se réveiller à 4h30 », prévoit Charayron. Et surtout même parcours essentiellement dans Hyde park et dans le centre ville. « La nage se fait dans la Serpentine, un plan d’eau sans courant, détaille-t-elle. La particularité, c’est qu’il n’y a qu’une boucle de 1500m. Il faudra être bien placée, sinon, ce sera difficile de revenir. La partie vélo a été tracée pour passer devant le Palais de Buckingham. C’est rapide, roulant, mais il y a des rond-points et quelques virages serrés. Attention aux chutes ! Enfin, la course à pied, autour de la Serpentine est aussi très rapide. Il ne faudra pas avoir les grosses cuisses après la partie vélo… »

Des données à recueillir

Dès hier, lors de la reconnaissance, Philippe Charayron, son père et entraîneur, avait équipé le vélo de la championne d’Europe d’une caméra « pour se repasser la bande durant l’hiver histoire de s’en imprégner ». En course, sa machine est équipée d’un SRM (un capteur de puissance). Ce type de matériel n’est généralement pas utilisé en compétition. Mais les résultats enregistrés seront décortiqués. Une équipe scientifique de l’Insep entoure également les Bleus ce week-end. Toutes les données recueillies permettront d’affiner la préparation. « On avait pris des mesures il y a deux ans lors de la manche londonienne sur un parcours presque identique, explique-t-elle. On ne prépare pas les JO une saison avant, mais bien avant. On sait déjà quelles qualités il faut développer sur ce type de circuit. Mais toutes ces informations seront intéressantes.»

Une qualification à confirmer

Sur le chemin des JO, Charayron a rempli un critère en devenant championne d’Europe. Elle pourrait quasi définitivement s’assurer l’un des trois dossards français en prenant aujourd’hui l’une des huit premières places. « Cela peut m’enlever un peu de pression, admet-elle. Mais je ne suis pas dans une logique de participation. Je veux aller aux JO pour faire quelque chose. Je suis jeune. Ce sera peut-être un peu juste en 2012. Mais, pour le moment, je ne suis concentrée que sur cet objectif. »

Benjamin Steen

08:03 Écrit par La Com dans Autre Sport, Coup de Coeur | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

vendredi, 05 août 2011

Fabien Antolinos vainqueur de la 6000D vous raconte son aventure

198763 2199257551101 1537148904 2349891 3408065 n[1]

 « Ma course la plus aboutie ! » ; voilà ce que je lance à chaud à l’arrivée au speakeur lorsqu’il me demande mes impressions sur cette 6000D 2011.

Je cherchais une course référence et qui fait référence dans le Trail, j’ai été comblé ce 30 Juillet.

Cette victoire je l’ai rêvée avant et pendant, construite depuis le mois de Décembre en m’entraînant très dur, en sacrifiant certains plaisirs et beaucoup de glace sur mes genoux !!!

Cette première place n’aurait pas été possible sans le soutien quotidien de Virginie, les copains qui poussent à l’entrainement, le ravito des parents, l’aide de mes partenaires, les soins de mon kiné David, les petits ou grands conseils d’ici ou là… et sans la concurrence toujours plus vive sur ce TTN qui vous oblige à vous surpasser

972270d799

Ce 30 Juillet sur la ligne de départ je suis plutôt détendu mais concentré. En l’absence de Julien Rancon je suis le favori  logique  même si la 6000D est très spécifique et qu’il y a un plateau de spécialistes. La nuit a été trop courte, j’ai renversé mon thé ce matin mais je ne compte pas m’endormir sur le parcours !

Le 1er quart d’heure sur le plat est assez rapide sous l’impulsion de Pascal Giguet. Dans les premières pentes nous nous retrouvons rapidement à 5 : Pascal, Romuald De Paepe, Sylvain Camus, Xavier Thévenard et moi. J’ai pris l’option bâtons dès le début ainsi que Xavier, ce choix a été je pense payant sur la fin.

Les pentes ne sont jamais très importantes mais quand elles se redressent sous Aime La Plagne Sylvain Camus accélère et nous prend assez rapidement 1’, nous gérons avec Pascal, Xavier est un peu plus loin et Romuald n’est plus là.

 

Ce 30 Juillet sur la ligne de départ je suis plutôt détendu mais concentré. En l’absence de Julien Rancon je suis le favori  logique  même si la 6000D est très spécifique et qu’il y a un plateau de spécialistes. La nuit a été trop courte, j’ai renversé mon thé ce matin mais je ne compte pas m’endormir sur le parcours !

Le 1er quart d’heure sur le plat est assez rapide sous l’impulsion de Pascal Giguet. Dans les premières pentes nous nous retrouvons rapidement à 5 : Pascal, Romuald De Paepe, Sylvain Camus, Xavier Thévenard et moi. J’ai pris l’option bâtons dès le début ainsi que Xavier, ce choix a été je pense payant sur la fin.

Les pentes ne sont jamais très importantes mais quand elles se redressent sous Aime La Plagne Sylvain Camus accélère et nous prend assez rapidement 1’, nous gérons avec Pascal, Xavier est un peu plus loin et Romuald n’est plus là.

Lire la suite

15:44 Écrit par La Com dans Coup de Coeur, Course sur route | Commentaires (1) | Tags : antolinos |  Facebook |  Imprimer | |

lundi, 01 août 2011

Championnats de France d'Athlétisme: Décines perce

leprog.jpgLes championnats de France l’ont confirmé ce week-end à Albi : l’Entente Sud Lyonnais reste le club rhodanien le plus puissant. Les banlieusards lyonnais ont totalisé dans le Tarn quatre podiums : Blandine Maisonnier (1re de l’heptathlon), Télie Mathiot (3e de la perche), Héni Kechi (2e du 400m haies) et Hugo Grillas (3e du 400m haies) alors que Vincent Favretto (perche) et Térésa Nzola (triple saut) ont de peu loupé la marche (4e). De son côté, Lyon Athlé s’est reposée sur Mélina Robert-Michon (1re du disque)…

Mais l’info du week-end, c’est la percée du Décines Meyzieu Athlétisme.

279514_2198605920362_1103698349_32633637_3088260_o.jpg

Pour la première fois, le club de l’estlyonnais présentait quatre athlètes qui ont toutes brillé : la junior Jennifer Galais, seule finaliste de moins de 23 ans en sprint (8e du 100m et 6e du 200m), Hélène Guet (4e et 5e sur 1500m et 5000), Claire Navez (4e sur 1500m) et surtout l’espoir Elea Mariama Diarra qui a créé la surprise en s’imposant sur 400m. Du coup le club sera même représenté aux Mondiaux à Daegu (27 août-4 septembre) puisque la spécialiste du tour de piste sera sélectionnée dans le relais 4x400m.

B.Steen
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu