compteur

Avertir le modérateur

dimanche, 19 juin 2011

Christophe Lemaitre, de la constance dans l'exploit

leprog.jpgOnze jours après Montreuil (9’’96), Lemaitre améliore son record de France (9’’95). Il devient régulier sous les dix

Emporté par son élan, il s’est laissé glisser le long des tribunes du stade Olympique de Stockholm en mimant les ailes de l’avion. Le chrono venait d’afficher 9’’96. Il n’allait pas tarder à être corrigé à 9’’95 (+1,0 m/s)… Décidément, ça plane pour Christophe Lemaitre lancé sur une trajectoire ascensionnelle dont le sommet demeure invisible.

Cinquième ligne droite de la saison. Et le chrono ne cesse de descendre. Comme la dernière fois, à Montreuil le 7 juin, il avait déjà battu son record de France, il s’est offert hier après-midi son quatrième record national en moins d’un an.

christophe-lemaitre-a-fait-le-vide-derriere-lui-hier-a-stockholm-dwain-chambers-et-francis-obikwelu.jpg
C’est son banquier qui va être content… Non seulement, Lemaitre est une valeur montante, mais il sait aussi gérer son trésor en père tranquille. Depuis qu’il se l’est mis en poche, le Culozien parvient habilement à le faire progresser centième après centième… Cela peut durer longtemps à ce rythme-là même si le » kid du Bugey » a la gâchette de plus en plus facile ces temps-ci.

D’ailleurs, il avait un regard revolver dans les starting-blocks sous le chaud (23 °C) soleil scandinave. Pas un coup d’oeil pour Francis Obikwelu à sa gauche, ni Dwain Chambers à sa droite. De la tension ? Peut-être un peu. A Barcelone l’été dernier, il avait mis les deux « grognards » au pli. Mais les championnats d’Europe en salle à Bercy sur 60 m (1. Obikwelu, 2. Chambers, 3. Lemaitre) avait instillé le doute. Il n’est plus permis. Un monde a séparé hier le Culozien de l’Anglais (2 e en 10’’07) et du Portugais (3 e en 10’’22) qu’il ne faut quand même pas enterrer.

Ils ont «matché» dix mètres, pas plus. Visuellement, ils étaient dans le tempo au coup de pistolet. Impression trompeuse. Imperturbable malgré le rappel du starter après un premier départ, Lemaitre multiplie les temps de réaction riquiqui : 0’’129 à Rome fin mai, 0’’143 à Montreuil et encore 0’’143 hier. «  ça, c’est bien, ça veut dire qu’il est serein. Pourvu que ça dure », juge son coach, Pierre Carraz depuis Aix-les-Bains.

Quoi que le triple champion d’Europe en dise, la mise en action n’était pas vilaine. Si bien qu’après trente mètres, il avait mis tout le monde dans le vent. C’est ce qui s’appelle marquer des points : douze pour l’équipe de France qui en avait bien besoin au classement du championnat d’Europe par équipes et un surcroît de confiance dans la besace sur le chemin des Mondiaux de Daegu (27 août-4 septembre). Mieux qu’un saut de puce d’un centième, Lemaitre vient d’enchaîner en onze jours avec un deuxième chrono en moins de dix, dès la mi-juin à plus de deux mois du gros rendez-vous de l’année. Fondamentalement, ça ne change pas grand-chose au bilan de la saison : il reste douzième mondial (9 e à trois par nation), à distance encore des 9’’79 de Tyson Gay. Mais il se met au diapason de la densité mondiale (seize athlètes sous les dix cette saison) et prouve sa capacité à répéter les gros chronos susceptibles de l’approcher du podium en Corée-du-Sud.

Et ce n’est pas fini. Si les conditions ne se détériorent pas dans la nuit, difficile de ne pas l’imaginer aujourd’hui battre le record de France du 200m cette fois, qu’il co-détient avec Quénéhervé (20’’16). Et pas que pour un centième…

Benjamin Steen

Mélina Robert-Michon sur avance rapide...

leprog.jpgLa discobole retrouve ce week-end l’équipe de France neuf mois après la naissance de sa fille. Un retour express

Mélina Robert-Michon s’est trompée. La discobole lyonnaise avait pourtant tout préparé, tout planifié. Mais la 8 e des JO de Pékin 2008 et des Mondiaux de Berlin en 2009 ne va pas pester. Neuf mois après avoir donné naissance à sa fille Elyssa, son come-back grille les étapes. Pour quatre centimètres, la voilà revenue beaucoup plus tôt que prévu dans le cercle des 33 filles à plus de 60 mètres cette saison depuis le meeting de Poligny (Jura) le 5 juin (60,04 m). «  ça fait du bien de franchir cette ligne, sourit-elle. C’est une barre symbolique. 59 m, ça n’aurait pas été pareil… ».

2009_0517Image0225.JPG

La recordwoman de France (64,78 m en 2002) n’avait plus franchi cette barrière de séparation entre le haut et le très haut niveau international depuis le meeting de Thessalonique, le 13 septembre 2009. En définitive, la parenthèse aura été extrêmement courte. « Je ne pensais pas que ça allait revenir si vite, confirme son coach, Serge Debié. Avec Jérôme (Simian, son préparateur physique), on avait tout mis en place afin qu’elle remonte progressivement. Les lancers, ce n’est pas comme le sprint ou les sauts. Il y a une rotation qui engendre des tensions au niveau des abdos et du bassin… D’ailleurs, elle a eu un peu de mal à se remettre de son jet à 60 m. » Serait-elle allée plus vite que la musique ? Depuis Poligny, elle n’a pratiquement plus relancé à l’entraînement et a renoncé au meeting de Besançon cette semaine pour se concentrer sur le renforcement. « Mon physique n’est pas encore au niveau de ma technique », avoue-t-elle. Rien d’inquiétant. Au contraire : « Me retrouver à 60 m alors que les conditions n’étaient pas optimales, c’était une surprise, raconte-t-elle. Lorsque mon disque est parti, je n’ai pas eu l’impression que ça partait si loin. J’ai de la marge. »

Envisagés, en début de saison, comme un « bonus », selon Debié, les Mondiaux de Daegu (27 août-4 septembre) ne sont plus si loin. Les minima (62 m) sont visiblement dans ses cordes : « Ce n’est pas infaisable. Il suffit juste de trouver un concours avec des bonnes conditions. »

C’est peut-être pour ce week-end à Stockohlm, au championnat d’Europe par équipes où elle reprend sa place en équipe de France. « Un moment sympa », dit-elle. Et l’occasion de disputer un gros concours, dans une discipline au niveau très relevé sur le vieux continent, en présence notamment de la 3 e mondiale, l’Allemande Nadine Müller (66,05 m cette saison). «  ça va me permettre de me remettre dans l’ambiance d’une grande compétition avec chambre d’appel. Et surtout, ce sera un test pour me situer vraiment. En disque, on sait bien que les bilans ne veulent rien dire. Là, je pourrai comparer. »

Benjamin Steen

dimanche, 12 juin 2011

Meeting National de l’Est Lyonnais, Baptême réussi

leprog.jpgPlus de 500 athlètes étaient réunis pour la première édition hier à Chassieu

Pour sa première édition, le meeting national de l’Est Lyonnais a réussi son coup en réunissant plus de 500 athlètes pour les courses régionales et en proposant quatre courses de haut niveau pour sa partie nationale.

En fin d’après-midi, le cadet Bannour Jerbi donnait le ton en réussissant la 4 e performance française sur 2 000 m steeple en 6’18’’04, à 2 secondes des minimas pour les championnats du monde cadets.

Dans le meeting national, Bryan Cantero ouvrait le bal, sur 1 500 m, en s’imposant dans un chrono un peu décevant de 3’44’’17. L’Aixois tentera de décrocher son billet pour les championnats d’Europe Espoirs dans 15 jours, à Metz, lors du meeting de sélection.

2011_0611Image0596.JPG

Chez les féminines, la Décinoise Claire Navez, bien emmenée par Hélène Guet, ratait pour quelques dixièmes son record personnel en s’imposant en 4’18’’10. « Je réalise un bon temps pour mon premier vrai 1 500 m de la saison, mais je suis un peu déçue car j’ai mal abordé ma course. J’espère battre mon record et même descendre sous le 4’15 au meeting de Nancy dans 15 jours. ».

2011_0611Image0669.JPG

Sur 3 000 m steeple, les frères Pépiot ont animés la course avec la victoire de Tanguy en 8’41’’67 et la deuxième place de son frère Valentin qui bat de plus de 8 secondes son record. « J’étais un peu seul dans le dernier 1 500 m ce qui m’a coûté quelques secondes. Je félicite également mon frère qui était blessé l’an dernier et qui mérite de battre son record. L’objectif sera de nous qualifier tous les deux aux championnats d’Europe Espoirs », confiait Tanguy, l’élève de Bastien Perraux, qui jouera sa qualification pour les championnats d’Europe le 27 juin prochain au meeting de Metz.

2011_0611Image0934.JPG

Dans la dernière course de la soirée, la Quimpéroise Hasna Tabboussi échoue à six dixièmes de son record, mais signe la deuxième meilleure performance française de la saison.

2011_0611Image1028.JPG

 

RÉSULTATS

Meeting régional :

1 500 m H : 1. Malatre (Aix-les-Bains) 3’55’’14.

2 000 m Steeple : 1. Jerbi (AC Val de Saône) 6’18’’04.

Meeting national :

1 500 m H : 1. Cantero (Aix-les-Bains) 3’44’’17 ; 2. Mahmoudi (Lille) 3’45’’78 ; 3. Jolivet (Clermont) 3’46’’13 ; 4. Nael (FAC Andrezieux) 3’46’’81 ; 5. Akbache (EA Grenoble) 3’47’’37.

1 500 m F : 1. Navez (Décines Meyzieu A.) 4’18’’10 ; 2. Coulaud A. (Athle St Junien) 4’19’’95 ; 3. Roquain 4’23’’29 ; 4. Reslinger (Athle78) 4’24’’04 ; 5. Beuviere (Givet Revin) 4’25’’32.

3 000 m steeple H : 1. Pepiot T. (Doubs Sud Athlé) 8’41’’67 ; Pepiot V. (DSA) 8’45’’74 ; 3. Hours (ESL) 8’51’’81 ; 4. Simon (Essones Athlé) 8’53’’75 ; 5. Oumoussa (Martigues) 8’58’’93.

3 000 m steeple F : 1. Tabboussi (Quimper) 10’15’’74 ; 2. Mensing (Lyon Athle) 10’38’’44 ; 3. Roy (Athle St Junien) 10’48’’37 ; 4. Lecoq (CA Balma) 10’50’’88 ; 5. Boucansaud (LemanAC) 10’51’’68.


Tous les résultats

Plus d'un millier de photos....plus tard!

samedi, 11 juin 2011

Envol Trophée: Télie Mathiot malgré tout !

leprog.jpgTélie Mathiot-Marion Lotout, C’était l’un des matches attendus de la soirée. Il a fait pschitt. Les deux premières au bilan français (respectivement avec 4,41 m et 4,40 m), en lutte pour la place en Bleu au championnat d’Europe par équipes (18-19 juin à Stockholm) ont fait chou blanc à Pierre-Bénite. Zéro pour la Bretonne. Et 4,04 m seulement pour la Lyonnaise. « J’étais stressée, dit-elle. Quand Marion a fait zéro, j’ai tout relâché. » Inquiète sur sa sélection après sa 3 e place (2 e Française), elle a finalement été rassurée en fin de soirée : elle sera du voyage en Suède.

 

2011_0610Image0459.JPG

 

Benjamin Steen

Envol Trophée: Kafétien Gomis s'est rebellé

leprog.jpgKafétien Gomis ne savait pas trop sur quel pied danser en débarquant hier à Pierre-Bénite. Le vice-champion d’Europe de la longueur en salle et en plein air en est reparti rassuré, le regard désormais tourné vers les Mondiaux de Daegu (27 août-4 septembre). La tendinite à l’insertion des ischios qui l’avait contraint à quitter le meeting de Hengelo au premier saut le 29 mai n’a pas totalement disparu. Mais c’est tout comme. «  ça me rassure, disait-il après sa victoire grâce à un bond à 8,12 m (+1,1 m/s). Je ne suis pas encore guéri, mais j’arrive à m’en sortir quand même. Maintenant, je me dis que je vais pouvoir reprendre un entraînement normal. »

2011_0610Image0392.JPG

Pour en arriver à cet état de délivrance, il aura mis le temps. Après quatre sauts à chercher ses marques (7,83 m, mordu, 7,47 m et 7,69 m), il était même mis en difficulté par Nicolas Gomont et ses 7,94 m (+2,4 m/s). « Il était inhibé par ses ischios, selon son coach Renaud Longuèvre. Alors au 5 e essai, je lui ai demandé de poser le cerveau… » Présent parmi les spectateurs, son grand pote Garfield Darien lui donnait à peu près le même conseil. « Il m’a dit : ‘‘tu vas quand même pas te faire botter les fesses par des p’tits’’. Je lui ai promis que ça n’arriverait pas. » Pour Gomis, la parole de Darien compte. Les deux hommes ont l’habitude de faire chambre commune lors des grands championnats. Un peu par superstition puisqu’ils ont tous les deux raflé l’argent à Barcelone l’été dernier et cet hiver à Bercy. « Le truc, c’est que celui qui ne monte pas sur le podium dort dehors. J’ai eu chaud à Turin en 2008 quand il a fait 4 e et moi 6 e. Mais depuis l’été dernier, on se porte chance », raconte le hurdler lyonnais. En tout cas, ça a encore marché hier, puisque Gomis retombait aussitôt à 8,12 m (meilleure performance française de la saison), à huit centimètres des minima pour les Mondiaux. « Au début, je pensais à gagner le concours, à faire huit mètres. Finalement, ce n’est qu’après le cinquième que j’ai pensé aux minima. Malheureusement, mon dernier saut était moins bon techniquement (8,07 m). » C’est partie remise. Pourquoi pas la semaine prochaine au championnat d’Europe par équipes à Stockholm puisqu’il a obtenu hier soir sa sélection.

2011_0610Image0205.JPG

Benjamin Steen


Les PHOTOS ....PLUS TARD !

08:55 Écrit par La Com dans Athlétisme, C'est dans Le Progrès | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

mercredi, 08 juin 2011

Emmie Charayron, tout baigne

leprog.jpg

Sa 3e place à Madrid confirme ses nets progrès en natation à un an des JO

Décidément, Madrid lui réussit. Deuxième l’an passé de la manche de Série Mondiale dans la capitale espagnole, Emmie Charayron s’y est à nouveau hissée sur le podium dimanche. Elle a certes « chuté » d’une marche, en prenant la 3 e place derrière la Canadienne Findley et la Britannique Jenkins, mais la jeune triathlète de Messimy (21 ans) en pleurerait presque de joie.

champagne-pour-emmie-charayron-(a-d-)-sur-le-podium-a-madrid-maxppp.jpg

D’abord parce que ce podium au plus niveau planétaire marque la fin d’une demie année de course-poursuite pour effacer le retard dû à une blessure au genou en décembre dernier. « Après tous les moments durs que j’ai vécus, dit-elle, c’est la preuve que le travail paye. On ne sait jamais quand exactement, mais il paye toujours… »

Au-delà de ce retour au premier plan, c’est surtout la manière qui a comblé la championne du monde et d’Europe junior 2009. « L’an dernier, j’avais été très contente, explique-t-elle. Mais j’étais restée lucide. J’avais saisi une occasion rendue possible par les circonstances. Cette année, ce podium est beaucoup mieux construit. »

Autrement dit, la triathlète licenciée au Lagardère Paris Racing récolte le fruit de son investissement à la nage, son talon d’Achille. A Madrid l’an dernier, elle avait pu combler son retard à la sortie de l’eau grâce à un ralentissement du peloton de tête lors de la partie à vélo. De « chasseuse », elle est devenue « meneuse » cette saison en prenant la bonne habitude d’enfourcher sa bicyclette avec les premières. C’est plus confortable.

« L’an passé, c’était impensable. J’avais perdu trop de poids. Je ne me sentais pas à l’aise dans l’eau, j’avais froid. Dorénavant, j’ai trouvé un poids optimal. Je prends du plaisir dans l’eau. Je peux surveiller ce qui se passe, accélérer quand je veux. C’est beaucoup plus agréable. » Et cela change tout dans ses schémas de course.

Dimanche, le groupe de tête s’est entendu pour interdire le retour du groupe de contre-attaque emmené par la double championne du monde Emma Moffat. Du coup, alors qu’elle n’a pas recouvré toute son efficacité à pied, Charayron avait encore de l’énergie pour arracher la troisième place dans les derniers hectomètres. « Je suis longtemps restée à cinq secondes, raconte-t-elle. La foule était déchaînée et m’a encouragée. J’avais très envie mais je suis restée concentrée sur ma technique… »

Voilà qui la rapproche un peu plus de la qualification pour les JO de Londres où elle pourrait avoir son mot à dire… En attendant, elle a le regard braqué vers le championnat d’Europe (24-26 juin à Pontevedra en Espagne). Vu classement de dimanche à Madrid (quatre Européennes dans les dix premières), elle ne pourra pas viser moins que le podium. Totalement relancée, elle ne veut pas s’arrêter là : « En début d’année, ma motivation, c’était de revenir. Maintenant, c’est de continuer à progresser. Je vis des moments fabuleux. »

Benjamin Steen

Athlétisme: L'Actu

leprog.jpgMEETING ENVOL TROPHÉE

Gomis et Lesueur seront là

Copie de 2010_0611Image0036.JPG

Deux belles têtes d’affiche sont à ajouter à la liste des engagés au meeting Envol trophée organisé vendredi à Pierre-Bénite. Légèrement touché à la cuisse la semaine dernière au meeting de Hengelo (Pays-Bas), le vice-champion d’Europe en plein-air et en salle de la longueur a finalement décidé de s’aligner au stade du Brotillon où il entend assurer sa sélection pour le championnat d’Europe par équipes (18-19 juin à Stockholm). Sa partenaire d’entraînement, Eloyse Lesueur, qui domine actuellement la longueur féminine, s’est également engagée.

Le programme

> MEETING DE MARSEILLE

Clémenceau, le troisième homme

On attendait l’un des deux hommes de l’Entente Sud Lyonnais, Heni Kechi ou Hugo Grillas. C’est finalement leur partenaire d’entraînement à Bron, Adrien Clemenceau (EA Mondeville Herouville), qui s’est imposé dans le 400m haies du meeting de Marseille. Le jeune Caennais (23 ans) entraîné par Djamel Boudebibah l’a emporté en explosant son record personnel (50’’13). Il prend ainsi la tête du bilan français de la saison (devant Kechi, 50’’26) et se positionne pour décrocher l’unique billet pour le championnat d’Europe par équipes (18-19 juin à Stockholm).

IMG_4821.JPG
De gauche à droite, Brice Panel, Héni Kéchi, Rémi Wallard, Adrien Clémenceau et Hugo Grillas lors de la journée de Dam's

Déception en revanche pour le 4 e des championnats d’Europe Heni Kechi (4 e en 50’’75) et Hugo Grillas (5 e en 51’’71). A noter sur 200m féminin, la belle victoire de la junior de Décines-Meyzieu Athlétisme Jennifer Galais (23’’57).


> MEETING DE POLIGNY

Robert-Michon proche des minima

Mélina Robert-Michon (Lyon Athlétisme) poursuit allégrement son retour vers son meilleur niveau. Après une saison sabbatique en 2010, le temps de donner naissance à sa fille, la discobole internationale a pour la première depuis un an et demi relancé à plus de 60 mètres au meeting de Poligny (60,04m). La 8 e des JO de Pékin 2008 et des Mondiaux de Berlin 2009 se rapproche ainsi tout près des minima (62m) pour les Mondiaux de Daegu (27 août-4 septembre).

> PILATRAIL

Antolinos sur le podium

Fabien Antolinos (Décines-Meyzieu Athlétisme) a pris dimanche la troisième place du Pilatrail, comptant pour le Trail tour national (TTN). La victoire est revenue au Ligérien Julien Rancon (ACO Firminy) qui domine le classement général provisoire du TTN.

IMG_4220.JPG

> CHAMPIONNATS DE FRANCE UNIVERSITAIRES

Mathiot reprend la tête

Dépassée par la Bretonne Marion Lotout (4,40m à Pézenas), Télie Mathiot (Entente Sud Lyonnais) n’a pas tardé à réagir. La perchiste lyonnaise a remporté le championnat de France universitaire à Saran en reprenant la tête au bilan français pour un centimètre (4,41m). Les deux jeunes femmes se disputeront la place en équipe de France pour le championnat d’Europe par équipe vendredi soir au meeting Envol trophée à Pierre-Bénite.

2011_0122Image0306.JPG

> COUPE D’EUROPE DE 10000 MÈTRES

Murcia a eu chaud

Le record de France du 10000m de Rosario Murcia (31’42’’83 le 25 avril 1992 à Lommel) ne tient plus qu’à un fil. Christelle Daunay, qui s’y attaque depuis plusieurs saisons, a failli parvenir à ses fins à la coupe d’Europe de 10000m à Oslo. Deuxième, la recordwoman de France du marathon a échoué à seulement deux secondes (31’44’’84). La Lyonnaise Christine Bardelle a pour sa part pris la 10 e place en 32’59’’31.

B.Steen

Rendez-vous ce samedi à Chassieu pour le Meeting National de l'Est Lyonnais organisé par le Décines Meyzieu Athlétisme.

affiche MNEL.jpg.png


Toutes les infos sur le site officiel.


16:07 Écrit par La Com dans Athlétisme, C'est dans Le Progrès | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

lundi, 06 juin 2011

Meeting Lara 1/2 fond à Caluire

leprog.jpgPour la première étape du circuit des meetings Rhône-Alpes qui se tenait samedi soir à Caluire, les athlètes n’ont pas été gâtés par les conditions climatiques avec de violents orages qui ont abondamment inondé la piste du Stade Pierre-Bourdan.

Malgré cela, près de 200 concurrents, venus des quatre coins de la région Rhône-Alpes, ont participé à ce meeting de demi-fond avec au programme des courses de 800m et de 3000m. Parmi les résultats, on notera les belles performances du Roannais Gaétan Manceaux qui s’impose sur 800m en 1’53’’28 devant Thibaud Nael ainsi que du Stéphanois Mounir Hsain victorieux du 3000m en 8’21’’33.

Résultats

Masculins :

800m (Finale 1) : 1. Manceaux (CA du Roannais) 1’53’’28 ; 2. Nael (Fac Andrezieux) 1’54’’57 ; 3. Da Silva F. (Lyon Athlé) 1’54’’91 ; 4. Alex (Fac Andrezieux) 1’55’’11 ; 5. Calandreau (Centre Isère) 1’55’’36 ; 6. Hours 1’55’’50

IMG_6666.JPG

 

3000m (Finale 1) : 1. Hsain (Athlé Form 42) 8’21’’93 ; 2. Juge (Athlé St Julien) 8’44’’46 ; 3. Fuster (Lyon Athlé) 8’47’’16 ; 4. Boucheliga (CA Du Roannais) 8’47’’53 ; 5. Perrillat (EA Grenoble) 8’52’’40 ; 6. Fellague (Ascu Lyon) 8’54’’01

Féminines :

800m (Finale 1) : 1. Ceriez (AC Digne) 2’16’’45 ; 2. Alirol (Fac Andrezieux) 2’17’’03 ; 3. Bissay (Entente Ouest Lyonnais) 2’18’’81 ; 4. Marechet C. (Lyon Athlé) 2’24’’41 ; 5. Dupuis (Lyon Athlé) 2’24’’82

3000m (Finale 1) : 1. Delagarde- Charpin (Valence) 10’42’’64 ; 2. Prudent (Athlé 52) 10’52’’49 ; 3. Bonche (CLCS Firminy) 11’11’’94 ; 4. Sastre (AC Tassin) 11’16’’80 ; 5. Garcia Ordonez (AC Tassin) 11’17’’29

IMG_6751.JPG

 

samedi, 04 juin 2011

Triathlon, série mondiale. Emmie Charayron, retour en force

leprog.jpgPeu à peu, Emmie Charayron grignote. Blessée au genou l’hiver dernier aux championnats d’Europe de cross-country et arrêtée plusieurs semaines, la jeune triathlète rhodanienne (21 ans) avait dû débuter la saison avec un gros déficit de préparation. 35e de la manche de Série mondiale (le circuit planétaire le plus huppé) de Sydney pour son retour à la compétition en avril, la championne du monde junior 2009, médaillée de bronze aux Mondiaux espoirs 2010, revient dans la course.

2009_0315Image0685.JPG

Elle vient coup sur coup de terminer 10e de la manche de Coupe du monde de Monterrey (Mexique) puis 9e du Grand-Prix de Dunkerque face à une opposition de niveau mondial.

« Je vais de mieux en mieux, dit-elle. Surtout depuis Dunkerque, je sens que je retrouve mes sensations en course à pied. C’est mon point fort, je sais que ça reviendra… Mais ce qui est bien, c’est que depuis le début de la saison, je sors de l’eau avec les meilleures. Cela prouve que le travail effectué en piscine cet hiver paye. » La forme arrive au bon moment alors que Charayron dispute ce week-end la manche de Série mondiale de Madrid où elle avait fait sensation l’année dernière en s’adjugeant la deuxième place. « Je vais essayer de confirmer, annonce-t-elle. Peut-être que ça peut bien se passer. » Les grands objectifs de sa saison arriveront juste derrière avec les championnats d’Europe (24-26 juin à Pontevedra en Espagne) puis l’étape de Série mondiale de Londres (6-7 août) sur le circuit des JO 2012. « Il faudra être compétitive ce jour-là comme à Pékin (10-11 septembre) car c’est quasiment sur ces deux manches que se jouera la qualification pour les JO. »

B.Steen

16:16 Écrit par La Com dans Autre Sport, C'est dans Le Progrès | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

lundi, 30 mai 2011

Franchevill'trail: Clément Couzon pulvérise son record

leprog.jpgDeux records sont tombés lors de la 3 e édition du Franchevill’trail disputée samedi en fin de journée. Le nombre de participants tout d’abord : avec 424 partants sur la course solo et 88 en duo, la barre des 500 coureurs a donc été dépassée, à la grande satisfaction des organisateurs de l’ESL Francheville. Le deuxième record est celui du temps chronométré réalisé par le vainqueur.

record-de-participants-samedi-au-franchevill-trail-daniel-rollin.jpg

En effet, en bouclant le parcours exigeant de 17 km en moins d’une heure, Clément Couzon, le coureur de l’AC Tassin, a pulvérisé son record de l’an dernier et donc réalisé un beau doublé. L’opposition était pourtant de taille avec des adversaires chevronnés comme Hours, Mercier ou encore Billet. Mais le coureur tassilunois est, en ce moment, au-dessus du lot. Accompagné pourtant jusqu’au 10 e kilomètre par le talentueux Sébastien Hours, c’est là, dans la montée après le Pont de Chêne, qu’il a produit son effort pour se retrouver seul en tête, et ceci jusqu’à l’arrivée. Couzon est bien actuellement dans une forme exceptionnelle et il est en train de réaliser une superbe saison, où il a notamment battu ses records personnels sur semi-marathon à Paris, et sur marathon à Londres. Dans la course en duo, on a assisté à une belle victoire familiale avec Magand père et fils, qui se sont nettement imposés.

Classements

Solo : 1. Couzon (AC Tassin) les 17 km en 59’10’’, 2. Hours (ESL) 1h00’24’’, 3. Boujday 1h03’01’’, 4. Mercier, 5. El Quadi, 6. Billet, 7. Chapelle, 8. Bolle (1 er vétéran), 9. Rousseau, 10. Boishus 1h09’24’’,…, 43. Le Roy (1 er espoir), ...,82. Montet (1 re féminine) .

Duo : 1. Claude et Pierre Magand (Team Running Conseil) les 17 km en 1h03’59’’, 2. Cioffi-Versaud 1h12’03’’, 3. F. & V. Rivoire 1h12’40’’,…, 24. Roux-Prevost-Detruy (1 re équipe féminine).


Tous les résultats

samedi, 28 mai 2011

INTERCLUBS: Retour sur le week-end dernier

leprog.jpg

Les banlieusards lyonnais ont arraché in extremis la 3e place synonyme de montée en Elite


Leur joie n’en a été que plus intense, la fête plus folle. C’est que l’Entente Sud Lyonnais ne s’attendait pas à la divine surprise d’une montée à la fin d’une journée qui lui avait salement échappé. La troisième place synonyme d’accession en Elite, plus personne n’osait y penser, tandis que les officiels s’étaient retirés dans leur local pour établir le résultat final.


Tôt le matin, un zéro au javelot féminin (l’athlète s’était trompée d’horaire) avait lancé cette finale de Nationale 1A sur de mauvaises bases pour l’ESL. Quelques contre-performances plus tard, le club se voyait dégringoler au classement.

Et c’était même fini dans leur esprit quand Blandine Maisonnier était sanctionnée d’un faux-départ éliminatoire sur 100m haies, au point que Heni Kechi et Emmanuel Biron étaient même retirés de la composition des relais 4x100m et 4x400m. « Je n’ai pas volé le départ, mais j’ai bougé dans les starts. ça ne m’était jamais arrivé. C’est la honte », râlait Maisonnier, assise sur un banc, à l’abri de l’averse qui s’était abattue sitôt la fin des épreuves.

Comme un symbole, l’heptathlète internationale avait juste avant mis un point d’honneur à gagner la dernière course, le 4x400m féminin. « J’avais tellement les boules que je voulais me venger », disait-elle.

Une dernière victoire pas pour du beurre. Car quelques secondes plus tard, le speaker annonçait la bonne nouvelle : pour 16,5 petits points, l’ESL arrachait en définitive la 3 e place aux dépens de Martigues. Tout le monde pouvait sprinter vers la rivière de steeple célébrer la montée comme il se doit.

« Tout est bien qui finit bien, résumait le directeur sportif du club Daniel Aligne. L’objectif est rempli, mais je nous voyais mal barrés… » Malgré tout, les leaders du club encore valides (il manquait Dora Jemaa, Térésa Nzola, Hugo Grillas et Sébastien Deschamps) ont tous répondu présent : Heni Kechi solide sur 400m haies (1 er en 50’’90), Emmanuel Biron tenace sur 100m (1 er en 10’’57), Télie Mathiot déjà très au point à la perche (4,36m, record personnel battu), Vincent Favretto au rendez-vous (2 e avec 5,40m derrière Mesnil, 5,60), ou encore Aline Salut régulière au marteau (1 re avec 55,65m)…

Rétrogradée sur tapis vert en Nationale 2 il y a quatre ans, l’Entente Sud Lyonnais conclut ainsi son retour vers le sommet de la hiérarchie nationale : quatre montées en autant de saisons ! « C’est le retour à la normale. Une agglomération comme Lyon doit avoir une équipe en Elite », glissait malicieusement Aligne, tandis que des discussions ont lieu en coulisses pour créer un grand club dans le Grand Lyon. « Il faudra nous renforcer, dit-il. Car l’an prochain, l’objectif ce sera de jouer la finale Elite. »

Benjamin Steen


Les Lyonnais ont déjoué les pronostics en se classant cinquièmes. Ils se maintiennent en N1A

Avant-dernière équipe de N1A au soir du premier tour des Interclubs, la mission semblait quasiment impossible pour Lyon Athlétisme hier à Saran dans la poule de maintien. Pourtant, les hommes de Jean-Pierre Lacroix ont réussi à déjouer les pronostics en prenant la cinquième place de la poule, la dernière assurant le maintien, laissant Saint-Junien, Rennes et Nantes prendre l’ascenseur pour la N1B. Emmenée par la discobole Mélina Robert-Michon victorieuse avec un jet à 54,94m, la jeune équipe de Lyon Athlétisme a pleinement su s’adapter aux nouvelles règles du deuxième tour en cherchant à jouer la place plutôt que la performance. « Les athlètes sont partis le couteau entre les dents. Beaucoup de nos jeunes ont battu leur record personnel en prenant des risques. Mélina a fait une belle performance tout comme nos deux filles qui font le doublé sur 3000m, mais c’est vraiment l’esprit d’équipe qui nous permet de décrocher le maintien. Dans cette période de morosité qui entoure le club, ce maintien va nous permettre de nous ressouder. À la fin de la journée, on a fait un tour d’honneur comme si nous avions décroché un titre. En ce moment notre président multiplie les rendez-vous pour parler de l’avenir du club et c’est toujours mieux de discuter en étant en N1A qu’en N1B. Ce maintien est aussi un message à l’adresse des décideurs pour leur dire qu’il ne faut pas nous laisser tomber. Que nous avons une équipe avec des jeunes qui se battent », explique l’entraîneur lyonnais Jacques Marechet très ému par cette improbable performance.

Même son de cloche pour le président de L.A. qui avoue sa satisfaction et son bonheur après le maintien de son club en N1A. « C’est une grosse joie et un grand soulagement. Contrairement à ce que certains peuvent penser, nous ne sommes pas morts. Nous avons une équipe de combattants et de combattantes et je dois dire que ce maintien a autant de saveur qu’un titre. Nous avons eu peur toute la journée mais chaque athlète s’est donné au maximum, tentant de grignoter une place ou quelques centimètres », jubile le président lyonnais qui sent que ce maintien a fortement ressoudé les liens au sein de l’équipe.

Les lanceurs vers Parilly

Rien n’est encore officiel. Mais selon nos informations, une solution aurait été trouvée pour les lanceurs de Lyon Athlétisme qui seront privés de leurs installations de Saint-Priest en juin. Le groupe de Serge Debié, qui craignait de se retrouver sans domicile fixe, devrait pouvoir s’entraîner à la rentrée prochaine sur le site de Parilly à Vénissieux appartenant au Conseil général du Rhône. Ce dernier aurait accepté l’idée de sécuriser l’aire de lancers et de construire une salle de musculation temporaire. « Avec tout ce que l’on entend depuis un an, je préfère rester prudente mais c’est vrai que si le Conseil général nous propose une solution à Parilly, ce serait une très bonne nouvelle », commente Melina Robert-Michon, 8 e des JO de Pékin et des Mondiaux de Berlin.

F.P.

08:35 Écrit par La Com dans Athlétisme, C'est dans Le Progrès | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

vendredi, 27 mai 2011

Courir Pour Elles: C'était dimanche dernier

leprog.jpgC’est parti ! Une foule de maillots rose vif se met en marche sur la pelouse du parc de Lacroix-Laval. Des femmes de tout âge, de toutes professions ont pris le départ, hier, de deux courses (cinq et dix kilomètres) et d’une marche (cinq kilomètres) à Marcy-l’Etoile. En tête, la secrétaire d’État à la Santé Nora Berra, Élisabeth Queyranne (l’épouse du président de la Région), Caroline Collomb (femme du maire de Lyon) et l’épouse de Michel Mercier, le président du conseil général.

IMG_6024.JPG

Courir pour elles 2011 a fait le plein. Au point de refuser des inscriptions une fois le chiffre de 4 000 atteint, objectif que s’étaient fixé les organisateurs. « L’an prochain, nous doublerons » annonce bravement Sophie Moreau, présidente de l’association.

Née l’an dernier, la manifestation encourage la pratique d’une activité physique, facteur de protection contre le cancer. L’inscription coûte 15 euros, dont une bonne partie reversée à des organismes de lutte contre le cancer. En 2010, avec environ 1 500 participantes, 15 000 euros avaient été redistribués. « Plus on réunit des femmes, plus on se rassemble et plus les institutions bougeront » poursuit Sophie Moreau. Exemples ? Rendre accessibles les clubs de sport avant 18 heures, élargir les horaires de piscine, augmenter l’offre de soins à la sortie de l’hôpital… Des mesures bien concrètes qui valent au moins autant que l’injonction répétée de manger cinq fruits et légumes par jour sans que les prix soient abordables à tous et sans que les distributeurs de fruits promis dans les lycées se multiplient.

IMG_4878.JPG

La santé, ce n’est pas que l’affaire des pouvoirs publics. Chacun en est acteur. On sait que l’activité physique est un facteur de protection. On sait aussi qu’une personne sur deux guérit du cancer. On peut vivre pendant et après. Il faut rompre avec l’image fataliste et avec l’exclusion. En 2010, 47 % des gens pensent qu’avoir un cancer c’est être à l’écart. Ils étaient moins en 2005. Changeons notre regard !

« Un geste sympa »

Martine, 60 ans

Employée de bureau

J’ai été informée de la manifestation à mon travail. C’est la première fois que je participe. Là, j’ai décidé de faire la marche.

Je connais des personnes qui sont touchées. Je trouve que c’est un geste sympa d’organiser cette journée pour les aider.

Le cancer reste quelque chose qui fait toujours très peur à beaucoup de personnes, celles qui sont directement concernées comme les autres.

« Une belle mobilisation »

Aurélie, 54 ans

Dentiste

Je me suis inscrite par Internet dès que j’ai appris l’existence de cette journée. Dans mon travail, je rencontre des gens qui sont touchés par la maladie. Chacun est concerné par la lutte contre le cancer. Moi-même, depuis que j’ai passé les cinquante ans, je me dis que cela risque davantage de m’arriver.

Là, ça fait plaisir de voir cette belle mobilisation de toutes les femmes. Nous sommes très nombreuses.

« Je pense revenir »

Marlène, 20 ans

Assistante dans le secteur télé- événementiel

J’ai vu le projet sur Facebook et je me suis inscrite pour la course de cinq kilomètres. On est venus en famille. Heureusement, je n’ai personne de touché dans mon entourage. C’est une initiative intéressante de réunir toutes ces femmes, je pense revenir l’an prochain. C’est avec des manifestations comme ça que le regard peut changer sur le cancer. On l’accepte mieux et on le combat mieux.

Le cancer du sein représente le tiers des cancers avec environ 10 000 décès par an.

Chez les femmes qui déclarent 5 heures hebdomadaires ou plus d’activités de loisirs à intensité soutenue, la diminution du risque de cancer du sein est plus marquée – de l’ordre de 38 % – par rapport aux femmes qui ne font aucune activité physique.

Chez les sujets traités pour ce type de cancer, 3 à 5 heures de marche hebdomadaire, permettraient de diminuer de 20 à 50 % les risques de décès ou de récidive.

Le type d’activité est variable. : 4 heures de marche par semaine, constituant le seuil minimal efficace pour diminuer les risques de manière significative.

Muriel Florin

Les Photos: Album 1, Album 2 Album 3

MEETING DE ROME: Christophe Lemaitre établit le contact

leprog.jpg

Troisième en 10’’00, le jeune Culozien a fait jeu égal durant 60m avec Bolt (1er en 9’’91) et Powell (2e en 9’’93)

Christophe Lemaitre pourra encadrer la photo. Et s’il ne le fait pas, le jeune Culozien a sans aucun doute de toute façon imprimé dans sa mémoire les soixante premiers mètres du 100m du meeting Ligue de diamant de Rome disputé hier devant 47000 spectateurs au stade olympique. Sacrée sensation ! Installé au couloir 3, juste à côté d’Usain Bolt en personne (au 4), le triple champion d’Europe, auteur du meilleur départ (0’’129 de temps de réaction !), s’est permis de courir épaule contre épaule avec le Jamaïquain triple champion olympique et du monde les deux tiers de la course.

bolt-et-lemaitre-epaule-contre-epaule-hier-soir-au-meeting-de-rome-afp.jpg

Et des deux, celui qui grimaçait le plus n’est pas celui qu’on croit…

Sans se désunir, le « kid du Bugey » (20 ans) devait quand même plier dans les derniers mètres pour couper la ligne en 10’’00, dans le sillage immédiat de Bolt (1 er en 9’’91) et Asafa Powell (3 e en 9’’93). Mais l’essentiel était de ne pas avoir lâché d’une semelle les deux flèches jamaïquaines.

De quoi faire oublier à Lemaitre la « frustration » de sa cinquième place au meeting du Stade de France l’an dernier (5 e en 10’’09 très loin derrière Bolt et ses 9’’84) : « Ça n’a rien à voir, a-t-il commenté au micro d’Orange Sport. J’étais vraiment très bien. Je sentais que j’étais au contact. C’est la première fois que je me retrouve aussi près. C’est sûr qu’à la fin, ils accélèrent, mais c’est très bien. Je n’imaginais pas faire une telle course à cette époque de l’année. »

Il ne disputait effectivement que son deuxième vrai 100m, une semaine après le deuxième tour des Interclubs à Evry (10’’08 ; +0,6m/s).

Seul bémol, le chrono : ses dix secondes tout rond (le 3 e meilleur chrono de sa carrière) ont eu l’air de le frustrer. Echouer si près de son record de France (9’’97)… Mais c’est partie remise pour Lemaitre qui s’est d’un seul coup hissé au 6 e rang mondial au bilan de la saison. « C’est très bien, cela augure de belles choses », a réagi son coach Pierre Carraz, resté à Aix-les-Bains. « Mais on ne va pas s’exciter non plus, ajoutait-il. On sait bien que Bolt n’est pas dans le coup en ce moment. »

La «Foudre» fait toujours le show. Mais pour sa rentrée après neuf mois de parenthèse, le temps de soigner ses blessures au pied et au dos, le recordman du monde (9’’58) n’est pour l’heure que l’ombre de lui-même. C’était quand même suffisant pour damer le pion d’Asafa Powell qui n’a pas su saisir sa chance, comme il en a l’habitude. A trois mois des Mondiaux de Daegu (27 août-4 septembre), il est évidemment trop tôt pour en conclure quoi que soit au sujet de Bolt qui recourt mardi à Ostrava (République Tchèque). Mais une chose est sûre en revanche : Lemaitre sait depuis hier que la finale mondiale de ses rêves est à portée de pointes.

Prochaines étapes, le meeting de Montreuil le 7 juin puis le championnat d’Europe par équipes (18-19 juin à Stockholm) sur 100m avant de recroiser Bolt à Lausanne (30 juin) cette fois sur 200m. Histoire de garder un bon contact…

15:54 Écrit par La Com dans Athlétisme, C'est dans Le Progrès | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

samedi, 21 mai 2011

Interclubs: Des ambitions différentes pour l'ESL et Lyon Athlétisme

leprog.jpgFinale N1A : l’ESL joue la montée à Parilly

Tous les clignotants sont au vert. L’Entente Sud Lyonnais aborde la finale de Nationale 1A dans les meilleures conditions. Premier point positif : l’ESL joue la montée vers l’Elite à domicile au stade de Parilly à Vénissieux. Un avantage sérieux qui assure le club de la banlieue de la présence de la quasi-totalité de son effectif. Autre motif d’espoir, les nombreux blessés du 1 er tour (douze) sont quasiment tous de retour. Alors que l’ESL avait réalisé il y a deux semaines le 6 e total de N1A, la montée redevient possible. Il faudra terminer parmi les trois premiers d’un classement désormais établi à la place. « A part Dora Jemaa (fracture du poignet), on sera au complet. On va jouer la montée et le titre », promet le directeur sportif Daniel Aligne. A noter, la présence à Parilly de Romain Mesnil (Bordeaux) et de la double championne olympique de triple saut Français Mbango Etone (Orléans).

IMG_2780.JPG


Demain à Parilly (11h) : Montpellier AAM, St. Bordelais, Avia Issy, Martigues SA, EC Orléans, ESL, ASPTT Nancy, AJ Blois.

B. Steen

Poule de maintien N1A : Lyon Athlé dos au mur

Mission (presque) impossible pour Lyon Athlétisme. En déplacement demain à Saran (Loiret), le club lyonnais va avoir beaucoup de mal à éviter les trois dernières places (sur huit) et donc à échapper à la relégation en N1B. Le 1 er tour, il y a deux semaines, a en effet entériné la nette baisse de niveau du club qui a eu à déplorer de nombreux départs l’automne dernier. Totalisant 48696 points, « un score de milieu de tableau de N1C » admet le président Jean-Pierre Lacroix, le club de Mélina Robert-Michon (disque) semble clairement distancé par les autres équipes réunies demain à Saran. « On a des retours et on fonde quelques espoirs dans le nouveau classement à la place, explique Lacroix. Mais la probabilité de se maintenir reste infime. On a une chance sur deux de nous maintenir, mais on va la jouer à fond. »

Demain à Saran : Pays de Colmar A., AS Fleury-les-Aubrais, St. Nantais AC, Alsace NA, Montbéliard BA, St. Rennais, Lyon A., AS St Junien.

B. Steen

20:20 Écrit par La Com dans Athlétisme, C'est dans Le Progrès | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

Héni Kechi, l’ambitieux pessimiste

IMG_4606.JPGMalgré sa 4 e place européenne l’an dernier, le Brondillant mesure la difficulté de la qualification aux Mondiaux

Heni Kechi ne s’enflamme jamais. Même sa quatrième place l’été dernier aux championnats d’Europe de Barcelone, arrachée à la fin de la course de sa vie — record personnel raccourci de 31 centièmes (49’’34)! — n’avait pas ébranlé son sens de la pondération et de la réalité. « Quatrième, disait-il ce soir-là, c’est beau comme une victoire. » Pas une once de regret, au contraire…

Ce n’est pas à l’aube de ses 31 ans que le Brondillant de l’Entente Sud Lyonnais va se laisser griser. Seul changement : sa belle année 2010 (également 6 e de la Coupe du monde) lui a permis de lâcher son travail de télévendeur. « Mais je m’implique dans l’association Dam’s (au profit de la lutte contre les Sarcomes), précise-t-il. Je n’aime pas être inactif. »

IMG_4667.JPG

De toute façon, qu’il soit ou non dévoué à 100 % à l’athlétisme, Kechi sait où est sa place : au 29 e rang du bilan mondial de la saison 2010. Dans ces conditions, sa quatrième place européenne ne pèsera pas lourd lorsqu’il s’agira de décrocher sa qualification pour les Mondiaux de Daegu (27 août — 4 septembre) avec des minima français haut perchés (49’’10). Vingt-quatre centièmes à combler… Un gouffre sachant qu’il a réalisé son record dans le contexte exceptionnel de la finale des championnats d’Europe. « Cette 4 e place m’a ouvert des perspectives, mais ce n’est pas gagné pour autant. C’est très rare qu’un athlète de plus de 25 ans batte son record pour réaliser des minima. Je sais que mon potentiel max se situe autour de 49’’00. Mais très peu d’athlètes y arrivent », analyse-t-il froidement. Sans faux-semblant ni frustration. « J’accepte ce que je suis. Si on m’avait dit qu’un jour j’aurais ce niveau, je ne l’aurais pas cru. Je n’ai pas un gros gabarit (1,78 m ; 68 kg), pas beaucoup de puissance, juste un peu d’endurance. Ma fierté, c’est d’exploiter au mieux mes qualités. » Djamel Boudebibah, son entraîneur, confirme : « Il était doué légèrement (sic). Il a fallu qu’il travaille. »

Alors perdu d’avance les Mondiaux ? Pas tout à fait. « Après Barcelone, il aurait pu se dire qu’il a obtenu son bâton de maréchal, ajoute Boudebibah. Au contraire, il en a fait quelque chose de positif. Il a découvert qu’il ne fallait pas se mettre de limite. Aujourd’hui, il s’autorise à… »

Les effets d’annonce, très peu pour lui. Mais l’idée fait son chemin. « Je suis quelqu’un de pessimiste mais toujours très motivé. Je suis à la porte d’obtenir la gloire. Enfin ce que j’estime être la gloire : une demi-finale aux Mondiaux ou aux JO. Là je serais satisfait. Courir en 49’’10 serait un aboutissement. Car tout le reste, les Mondiaux et les JO, viendrait avec. »

Il faudra trouver la bonne fenêtre de tir, la bonne course au bon moment pour combler le trou. « Il peut gagner des centièmes entre la 3 e et la 5 e haie », pense Boudebibah. « Mes réceptions en fin de course étaient perfectibles à Barcelone », estime-t-il. Première possibilité aux championnats d’Europe par équipes (18-19 juin à Stockholm) s’il parvient à se qualifier. Avant cela, il se sera « échauffé » à Forbach (29 mai) puis à Marseille (4 juin) où ses chronos devraient commencer à descendre.

Pas sûr que ce soit le cas demain à Parilly au deuxième tour des Interclubs (il a couru en 51’’26 au 1 er tour), à moins que l’ex-médaillé olympique Naman Keita (Avia Issy-les-Moulineaux) soit de la partie. « Je me suis entraîné dur ces deux dernières semaines. Je suis fatigué. Le principal, ce sera de gagner. » Il sera bien temps ensuite de penser aux 49’’10.

Benjamin Steen

08:22 Écrit par La Com dans Athlétisme, C'est dans Le Progrès, Coup de Coeur | Commentaires (0) | Tags : kechi |  Facebook |  Imprimer | |

lundi, 16 mai 2011

Journée de DAM'S: Le 10km pour Joseph Kipsang

leprog.jpgAprès une première édition qui avait réuni environ 180 coureurs l’an dernier, ils étaient 327 participants hier matin au Stade Pierre-Duboeuf de Bron, inscrits cette année aux 10km de Bron pour honorer la mémoire de l’ancien athlète de Bron Damien Grosso disparu il y a deux ans à la suite d’un sarcome. L’intégralité des bénéfices de cette journée sera versée au Centre de Lutte contre le Cancer Léon Bérard, au profit de la recherche sur les sarcomes.

IMG_4741.JPG

Sous les yeux du président de l’association Dam’s, Guilhem Barthès et du parrain Heni Kechi, le jeune Kenyan de l’Asvel Joseph Kipsang a parfaitement maîtrisé la course en prenant une centaine de mètres d’avance dès les premiers kilomètres pour finalement s’imposer en 32’14’’ avec 45 secondes d’avance sur son dauphin Denis. « Le circuit comporte de nombreux virages et il y avait beaucoup de vent donc le chrono n’est pas très bon », explique le vainqueur de 24 ans, deuxième à Chassieu il y a quelques semaines.

IMG_4659.JPG

Chez les féminines, la victoire est revenue à une athlète locale, Géraldine Simbola, qui entre deux tours d’Interclubs, est venue disputer une épreuve qu’elle ne pouvait pas rater. « J’habite à quelques rues du stade. Donc, je suis venue en voisine pour une épreuve qui me tient à cœur. En ce moment je ne sais pas trop si je dois me consacrer à la piste ou aux courses sur route. Je ferai le 3000m la semaine prochaine lors du deuxième tour des Interclubs mais après je ne sais pas trop », explique Géraldine deuxième la semaine dernière du 3000m à St Etienne en 10’28’’.

> Classement : 1. Kipsang (KEN) 32’14’’ ; 2. Denis 32’59’’ ; 3. Jacquet 33’03’’ ; 4. Buisson 33’05’’ ; 5. Chambron 33’07’’; 6. Hartman 33’08’’ ; 7. Ossedat 33’50’’ ; 8. Picout 34’07’’; Reissner 34’27’’; 10 Henry Kiprono 34’30’’. Féminines : 1. Simbola 37’38’’; 2. Kienzler 39’34’’; 3. Le Beherec 39’48’’.

Les résultats et des photos de la journée

lundi, 09 mai 2011

INTERCLUBS, Nationale 1 A. L’ESL espère, Lyon dévisse

leprog.jpgComme prévu, les banlieusards joueront la montée et les Lyonnais le maintien

Il n’y aura peut-être plus de club Lyonnais en Nationale 1A l’an prochain. Le 1 er tour d’Interclubs hier à Saint-Etienne a, sans surprise, confirmé la courbe de progression des deux principaux clubs du département. L’Entente Sud Lyonnais (55 004 points) a sûrement validé son billet pour la finale de la division dans deux semaines où il jouera l’accession en Élite, tandis que Lyon Athlétisme a sévèrement dévissé (48 696 pts). Le club devra sans doute cravacher en poule de maintien pour conserver sa place dans la deuxième division.

L’ESL rassurée

sebastien-hours-(esl)-vainqueur-hier-du-3000m-steeple-photo-yves-salvat.jpg
Sébastien Hours (ESL), vainqueur hier du 3000m steeple /Photo Yves Salvat

Champion de France de N1B avec le 12 e meilleur total français en 2010, l’Entente Sud Lyonnais n’en menait pas large avant le 1 er tour cette année. Une hécatombe de blessures (12 !) est venue bouleverser sa certitude de se qualifier pour la finale de Nationale 1A. Finalement, il n’y a pas eu de fausse note, à part une disqualification d’un des deux relais 4x100m. Avec 55 004 points — même si les résultats des seize autres clubs de N1A n’étaient pas tous connus hier soir -, ce total devrait suffire pour jouer dans deux semaines la montée en Élite. « On a eu nos soucis avant, mais aujourd’hui (hier), tout s’est bien passé, soufflait le directeur sportif Daniel Aligne. » Dans le détail, ses leaders valides ont tous assuré : les spécialistes du 400m haies Heni Kechi (51’’26) et Hugo Grillas (50’’80), les perchistes Vincent Favretto (5,40m) et Télie Mathiot (4,30m), les sauteurs en longueur Emmanuel Biron (7,12m ; +0,0m/s) et Blandine Maisonnier (5,78m ; +0,5m/s) ou encore le « steepler » Vincent Hours (9’21’’69) ou la lanceuse de marteau Aline Salut (58,37m). Il faudra faire plus pour monter, l’objectif affiché : « Normalement, on va récupérer une majorité de nos blessés, espère Aligne. On doit jouer la montée. »

Lyon « paye la note »

Il n’y a pas eu de miracle. Alors qu’il avait obtenu 54 815 points l’an dernier, Lyon Athlé n’a pu faire mieux que 48 696 points hier à Saint-Etienne. Un résultat prévisible compte des nombreux départs d’athlètes qu’a eu à déplorer le club cette saison et des difficultés de structures qu’il rencontre actuellement. « On est motivé, mais c’est sûr qu’on n’a pas trop la tête à ça », admettait Mélina Robert-Michon qui s’est malgré tout illustrée au disque (57,70m). Mais la discobole internationale est aujourd’hui un peu trop seule. Difficile en effet de se relever de deux zéros à la perche féminine, d’une blessure d’un perchiste homme tandis que le reste de l’équipe était très jeune par rapport à l’an dernier. « On est typiquement dans le cas d’un club qui paye la note. On souffre des départs que nous avons voulu ou subi et des décisions de la mairie de Lyon. On n’a plus aujourd’hui la densité pour nous battre », a commenté son président Jean-Pierre Lacroix qui redoute le pire : « Si on ne redresse pas le tir avec quelques rentrées, la descente est une option qu’on doit envisager. »

Benjamin Steen

Les résultats

dimanche, 08 mai 2011

Interclubs à Parilly: Kévin Campion dans le vent

leprog.jpgLe marcheur a réalisé la meilleure perf de la journée

Les Interclubs, c’est le grand brassage du début de saison. Les meilleurs athlètes cotoient les plus modestes dans une ambiance festive. Hier au stade de Parilly, le marcheur international feyzinois Kevin Campion n’a pas fait faux-bond à son club en disputant le 5000m marche en ouverture du programme avant d’encourager ses partenaires toute l’après-midi. Vainqueur en 21’01’’81, il a évidemment réalisé la meilleure performance de la journée pour son retour en France après deux semaines de stage à Monte-Gordo au Portugal. « J’espérais faire un bon chrono, mais face au vent, j’ai été obligé de lâcher après 2000m. J’ai quand même fait mon boulot en apportant 1000 points à mon club », commentait le jeune Feyzinois qui ne pourra disputer le deuxième tour pour cause de Coupe d’Europe organisée en même temps le 21 mai à Olhao au Portugal où il tentera de battre son record personnel sur 20km (1h24’01’’).

IMG_3526.JPG

A part ça, à noter les 6,75m (+4.2m/s) du cadet Arthur Tourbez (AC Tassin) à la longueur, les 49’’50 des relayeuses 4x100m de l’Asvel ou encore Marie-Christine Plasse (AS Caluire) à la hauteur (1,70m).

B.Steen


samedi, 07 mai 2011

Interclubs 1er Tour: La croisée des chemins

leprog.jpgLes destins des clubs lyonnais se croisent. Réunis depuis l’an dernier en Nationale 1A — juste en dessous du Top 16 de l’Elite -, l’Entente Sud Lyonnais et Lyon Athlétisme (L.A.) « matchent » pour la première fois dans la même catégorie demain à Saint-Etienne au 1 er tour de l’édition 2011 des Interclubs. Le premier ne cesse de gravir les marches une à une. Le second stagne, si ce n’est recule. Et la tendance n’est pas, justement, au retournement de tendance. Si bien que l’égalité parfaite risque de ne pas survivre au deuxième tour dans deux semaines. A moins, bien entendu, que le projet (certes mal engagé) de création d’un club d’agglomération actuellement à l’étude ne réunisse les deux seuls clubs de Nationale 1 du département sous un même maillot… En attendant, l’ESL vise la montée tandis que L.A. se contenterait du maintien en N1A.

L’ESL malgré les blessures

2010_0509Image0075.JPG

Il ne fait pas de doute que l’ESL a sa place en Elite. Pour monter de N1B en N1A l’an passé, l’entente avait totalisé 58712 points, soit le 12 e total hexagonal toutes divisions confondues. Depuis, elle s’est encore renforcée avec les arrivées des groupes de perchistes de Christian Bourguignon et de sauteurs de Jean-Jacques Veillas en provenance de L.A.. « L’objectif, c’est clairement la montée, annonce le directeur sportif Daniel Aligne. Notre niveau doit se situer autour de la cinquième ou sixième place nationale. » Seul hic : les blessures. Les stages de Pâques ont coûté cher à l’ESL. Pas moins d’une douzaine d’athlètes sont hors jeu pour le premier tour et non des moindres : Dora Jemaa (400m haies, poignet cassé), Sébastien Deschamps (hauteur, cheville), Florian Labourel (hauteur, claquage au mollet), Xavier Tromp (perche, tendon d’Achille) ou encore Djoura Brahmi (perche), Nelly Lafortune (sprint) et Adolphe King Umba (triple saut), alors que la recordwoman de France du triple saut Térésa Nzola Meso Ba reprend tout juste l’entraînement après avoir accouché le 26 février. Pas de panique quand même : avec une réserve de 750 licenciés, l’ESL a de la marge (Biron, Kechi, Grillas, Favretto, Maisonnier, Mathiot sont opérationnels). « On vise les 57 000 points. Ce sera suffisant pour se qualifier pour la finale. Mais on n’a pas le droit à l’erreur », admet Aligne.

La der de Lyon Athlé ?

2010_0509Image0289.JPG

Et si L.A. disputait cette année les derniers Interclubs de sa courte existence ? Né il y a quatre ans, le club lyonnais y a obtenu de belles satisfactions (deux titres en N1C puis en N1B) qui cachent mal aujourd’hui ses grandes difficultés. Promis à évoluer sans stade fixe avec la fermeture du complexe de l’ASPTT à Saint-Priest en juin, L.A. n’a pas de solution de repli. Les groupes de perchistes et de sauteurs (voir plus haut) ont déjà fui. Aujourd’hui, c’est l’imposant groupe de lanceurs de Serge Debié, dont Mélina Robert-Michon, qui pourrait partir. Le président du club Jean-Pierre Lacroix avait promis de démissionner en début de semaine si la mairie de Lyon ne trouvait pas de terrain de substitution. Une menace qui n’a pas été mise à exécution pour l’instant. Dans ce contexte, L.A. se contenterait du maintien en N1A. « Après les départs — certains voulus, d’autres non — nous avons renouvelé les effectifs, explique Lacroix. Les athlètes seront motivés. Mais, il faut regarder les choses en face : ce sera difficile après tout ce qu’il s’est passé… »

Benjamin Steen

Les horaires de la compétition

08:38 Écrit par La Com dans Athlétisme, C'est dans Le Progrès | Commentaires (1) |  Facebook |  Imprimer | |

vendredi, 29 avril 2011

Halle de La Duchère: Pour qui pour quoi ?

leprog.jpgA un an de la livraison de la Halle de La Duchère, le projet de création d’un club d’agglo résident est au point mort

Voilà plus de dix ans que Lyon n’avait plus de toit pour ses athlètes en hiver. L’attente a été longue et émaillée d’épisodes à rebondissements dont une manifestation place Bellecour. Mais maintenant que la Halle d’athlétisme sort de terre (livraison prévue mi-2012), elle embarrasse à la fois les collectivités et l’athlétisme lyonnais.

la-future-halle-de-la-duchere-dont-les-travaux-ont-debute-en-octobre-2010-devrait-ouvrir-ses-porte.jpg

C’est que le futur équipement pèse lourd. Avec son coût de 32 millions d’euros tout compris — assumé pour la plus grande part par la ville de Lyon — c’est l’investissement le plus important du deuxième mandat de Gérard Collomb. Un outil au cœur du Grand projet de Ville de La Duchère « structurant » pour le quartier selon le maire. Reste maintenant à structurer l’athlétisme lyonnais qui, en l’état actuel, n’est pas prêt à investir un outil, d’autant qu’il n’y a jamais eu de club à La Duchère et que la discipline est plutôt concentrée sur l’est de la métropole.

A un peu plus d’un an de l’ouverture, l’occupation de la halle et sa gestion (un club, le comité du Rhône, une société de gestion ?) sont toujours très floues. Si elle sera sans nul doute massivement utilisée pour les compétitions et par les scolaires, elle n’a toujours pas de club résident, indispensable pour l’animer et justifier l’investissement réalisé. A ce jour, aucune structure ne peut prétendre (ni ne prétend d’ailleurs) à ce rôle. Surtout pas Lyon Athlé (345 licenciés) actuellement en grande difficulté (lire ci-dessous).

Du coup, la mairie de Lyon vient de lancer un projet de création d’un grand club d’agglomération sur le modèle de Lille Métropole Athlétisme. Il pourrait consister en une extension de l’Entente Sud Lyonnais (qui réunit les clubs de Pierre-Bénite, Bron, Francheville, Grigny, Ternay, 750 licenciés) qui a fait la preuve à son échelle de la réussite de la mutualisation. « Il faut que la salle soit un équipement qui fasse monter l’athlé à Lyon », affirme l’adjoint au Sport Thierry Braillard pour qui La Duchère jouera un rôle moteur… « Au monde de l’athlétisme de se prendre en main », demande-t-il après avoir commandé un audit à l’ancien champion d’Europe de décathlon Christian Plaziat et réuni quelques adjoints aux Sports de villes du Grand Lyon (Bron, Pierre-Bénite, Vénissieux et Tassin) le 17 mars. Dans la foulée, il a été demandé au Comité du Rhône d’animer le débat…

Une première réunion entre présidents de clubs s’est tenue vendredi dernier à Bron mais n’a pas permis d’avancer.

1. Le cas de Lyon Athlé, bientôt privé d’installation en plein air, semble bloquer toute discussion. « Comment parler d’avenir alors que dans deux mois, je mets la clé sous la porte ? », questionne son président Jean-Pierre Lacroix. 2. Les clubs de la banlieue peinent à voir ce qu’ils ont à gagner dans un regroupement justifié par un équipement qu’ils n’utiliseront pas au quotidien. 3. Les clubs s’interrogent sur les ressources qui leur seront allouées : « S’il n’y a pas un budget de 500 000 euros et quatre employés, à quoi sert-il de discuter ? », résume Daniel Aligne (ESL) illustrant le scepticisme général. D’autant plus que le Grand Lyon ne dispose pas de compétence pour subventionner le sport amateur…

« Si l’athlé a un projet, les politiques suivront », répond Thierry Braillard. Un discours relayé par Christian Plaziat : « Soit on reste dans une position d’attente, dit-il, soit on prend l’initiative… » Alors que le calendrier est serré, le consensus sera long à trouver.

Un salle au top

La Halle de La Duchère occupera une surface de 11698m 2 pour un plateau d’athlétisme de 6375m 2. Elle sera dotée des meilleurs équipements avec une piste circulaire à 6 couloirs, une ligne droite de 60m à 8 couloirs, 3 sautoirs de perche, 2 sautoirs de hauteur, 3 sautoirs de longueur, une salle d’échauffement de 640m 2 et une salle de musculation. Des locaux pour le comité du Rhône et le futur club ont été prévus. Les tribunes pourront accueillir plus de 2000 spectateurs, ce qui permettra d’organiser les championnats de France. La halle pourra accueillir des équipements pour la gymnastique, la boxe et l’ escrime.

32 millions d’euros

C'est le coût total de la Halle de La Duchère (28M pour la construction) financée (dans le cadre du Grand Projet de Ville de La Duchère) par la ville de Lyon, le Grand Lyon, le département du Rhône, la région Rhône-Alpes et l’Etat (Anru et CNDS).

Benjamin Steen
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu