compteur

Avertir le modérateur

samedi, 08 décembre 2012

Cross-country championnats d’Europe. Des fourmis dans les jambes de Hassan Chahdi

1694111128.jpgLe Villeurbannais Hassan Chahdi rêve de podium aux championnats d’Europe de cross, après sa quatrième place de l’an dernier.

Pour son seul cross de l’année, le jeune Villeurbannais Hassan Chahdi a rassuré tout son monde le 18 novembre dernier en prenant la quatrième place du cross d’Allonnes derrière deux Kenyans et un Érythréen, se classant par la même occasion premier Français.

IMG_0144.JPG

La belle impression laissée par le coureur licencié en Haute-Savoie le dispensa du coup du cross de l’acier, l’autre épreuve de sélection et lui permit de repartir dans un cycle de trois semaines de travail pour arriver au top de sa forme à ces championnats d’Europe à Budapest. « J’ai pu me remettre au travail et malgré les conditions météo qui m’ont obligé à modifier un peu mon programme, je suis très content de ce que j’ai fait durant ces trois semaines. J’ai de meilleures sensations que l’an dernier à la même époque », confie le jeune homme qui poursuit des études d’ergothérapie à Villeurbanne et qui reconnaît son envie d’en découdre demain après trois semaines sans compétition officielle. « C’est vrai qu’hormis Allonnes, je n’ai pas fait d’autre compétition. Je me suis complètement rassuré sur ce cross en prenant une belle quatrième place mais maintenant j’ai vraiment envie de courir. J’ai toujours une petite douleur au fessier mais il n’y a rien d’inquiétant et j’aborde ces championnats avec confiance et ambition. »

Quatrième des championnats d’Europe l’an dernier pour sa première participation avec les seniors, le champion d’Europe espoirs 2010 annonce qu’il espère faire mieux que l’an dernier et que le podium est l’objectif minimum avec même une petite idée derrière la tête. « Oui je vise le podium mais j’espère même pouvoir monter sur la plus haute marche. Je sais que ce sera difficile et qu’il faudra se méfier des Espagnols, des Italiens et même les Turcs qui ont a priori de très bons athlètes », annonce Hassan qui espère également conserver le titre par équipe acquis l’an dernier en Slovénie.

leprog.jpg

09:09 Écrit par La Com dans Athlétisme, C'est dans Le Progrès | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

lundi, 03 décembre 2012

SaintéLyon: CathyDubois : « J’ai joué sur ma fraîcheur »

2012_1202Image0104.JPGLa Villeurbannaise a remporté sa 2ième  SaintéLyon après un mois et demi de préparation.

Et dire qu’il y a quelques mois, Catherine Dubois n’était presque plus une coureuse.

Au printemps, la traileuse villeurbannaise victorieuse de la SaintéLyon en 2007 puis 3 e de l’Ultra trail du Mont Blanc et 4 e des Mondiaux 2009 avait plus ou moins tourné la page en ouvrant une salle de fitness à Crémieu-Tignieu (Isère). « Ouverture de 6h à 23h, sept profs, 1300 membres », elle est elle-même saisie de vertige à l’évocation de ces chiffres : « J’avais la tête dans le guidon ! » En tout cas, elle ne l’avait plus franchement à la course à pied. « Et puis l’envie est revenue il y a six semaines, raconte-t-elle. On m’a parlé de refaire la SaintéLyon. J’ai dit pourquoi pas et j’ai appelé l’organisateur… » Deux victoires à la Nuit des Cabornes et au Petit trail du Saint-Jacques, et la Villeurbannaise (39 ans) du team Tecnica a inscrit hier son nom pour la deuxième fois au palmarès de la SaintéLyon.

2012_1202Image0116.JPG

Face à Karine Herry, qui a tout gagné dans la discipline (UTMB, Diagonale, Templiers), elle ne partait pas favorite, loin de là. Mais pas battue non plus : « J’avais regardé ses performances au Grand Trail St Jacques et je me disais que sur une allure de 7heures de course, tout était possible. J’ai joué sur ma fraîcheur. J’avais envie ! » Et elle a survolé l’épreuve prenant la tête au bout de 16 kilomètres pour ne plus la lâcher. « Je suis rentrée tout de suite de dedans. Courir dans la neige a été un pur bonheur. J’ai eu des super-sensations. » Et maintenant ? La désormais double lauréate ne brigue pas spécialement la triple couronne : « Je vais ouvrir une salle de fitness à Lyon. »

2012_1202Image0195.JPG

B.Steen

 

leprog.jpg


SaintéLyon: Emmanuel Gault brise la malédiction

2012_1202Image0061.JPGDeuxième des trois dernières éditions de la SaintéLyon, le coureur d’Uzès s’est imposé hier à sa quatrième tentative en surmontant des conditions extrêmes et un dauphin, Pierre-Laurent Viguier, très accrocheur. Mais il en avait tellement envie.

Parce que son désir était profond, parce que la route avait été longue et rude, et le combat féroce, Emmanuel Gault a commencé par se signer. Puis il a serré les dents une dernière fois, mais cette fois pour lever les poings, avant de brandir la banderole d’arrivée et d’avoir droit à une étreinte de sa compagne qui en avaient les yeux tout rouges. « Je suis super-émue, grelottait Sylvaine. C’est la course qu’il voulait et il a bossé comme un dingue pour l’avoir. Il la mérite… »

S’il lorgnait autant sur la SaintéLyon, c’est parce que la classique nocturne s’obstinait à se refuser à lui. Dauphin trois fois de suite derrière trois vainqueurs différents, il pouvait s’imaginer marabouté. Passe encore en 2009 et 2011 : Malardé et Clavery étaient trop forts. Mais 2010 (victoire de Morel) lui restait en travers. Deux ans après, son erreur de parcours fatale à dix bornes de l’arrivée continuait de le faire cauchemarder. Le voilà guéri : « C’est une course de fin de saison, très dure, qui nécessite beaucoup d’investissement, expliquait-il. Il faut vraiment en vouloir ! Alors quand tu fais trois fois 2 e, c’est dur. Aujourd’hui, il y a un sentiment de revanche. C’est une énorme joie et un soulagement. C’est d’autant plus génial que les conditions ont rajouté de la magie. »

2012_1202Image0188.JPG

C’est toujours comme ça : les éditions les plus mémorables sont les plus « mauvaises ». Celle d’hier a été à la hauteur car la nuit fut très blanche : « Au début, c’était horrible tellement il faisait très froid (-5 °C) sur les crêtes, racontait le vainqueur. Ensuite on est tombé dans 40cm de neige. Et puis après, c’était hyper-glissant. Je suis meurtri. Je ne sais pas combien de fois j’ai chuté. J’ai fait de magnifiques plats (sic). Il fallait que j’en aie envie… »

Si la météo fut hostile, la concurrence aussi. L’inattendu Alexandre Rognon eut beau animer le début de course, il n’y eut pas de surprises au moment de compter les rescapés à Sainte-Catherine (km 28) à la sortie de la piste de ski. Seuls Fabien Chartoire et Pierre-Laurent Viguier avaient réussi à emboîter le pas, tandis que Sébastien Bresle s’accrochait admirablement à la 5 e place. « Sur un parcours comme ça, Fabien et Pierre-Laurent font partie des meilleurs Français, estime Gault. Ils ont des bons pieds de crossman, ils sont bons rouleurs, forts en bosses. Dans la semaine, je me demandais comment j’allais pouvoir les sortir… En étant plus fort. Aujourd’hui, j’étais vraiment costaud. »

Viguier allait s’accrocher jusqu’à la bosse de Beaunant à 10km de l’arrivée avant de baisser pavillon : « On était au coude à coude. Manu avait la hargne. Chaque fois qu’il tombait, il revenait. Quand il est parti, j’ai lâché dans la tête… » Gault avait les pattes un peu plus légères, porté par ce supplément d’âme après une longue préparation menée sur le flux de ses déceptions à l’UTMB et aux Templiers (13 e). « Notre duel a été épique mais je voyais bien que j’étais un peu plus fort dans les côtes, disait-il. J’ai mis un gros coup de vis pour creuser. Et pourtant il me restait assez de force pour terminer à plus de 16km/h. Je ne me suis pas posé 100000 questions. C’était l’occasion ou jamais. »

Vainqueur en 5h16’02’’ au bout des 70km (et plus rapide que les vainqueurs du relais 2 !), il signe une performance majeure qui n’a rien à envier aux 4h54’44’’ d’Erik Clavery en 2011, alors qu’il y avait cette année la neige, deux kilomètres et 200m de dénivelé en plus. Pas sûr qu’il revienne de sitôt : cette fois, il est en paix avec la SaintéLyon.

Benjamin Steen

leprog.jpg

 

18:59 Écrit par La Com dans C'est dans Le Progrès, Résultats | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

dimanche, 02 décembre 2012

ENTRETIEN FABIEN ANTOLINOS. « La saison presque parfaite »

 

2012_0422Image0063.JPGGrosse journée hier pour le Décinois qui a reçu son prix de champion de France de trail puis le trophée de traileur français de l’année, avant de courir la SaintéLyon en relais à 4..

C’est agréable de recevoir tant de prix dans une même journée ?

C’est la reconnaissance du terrain avec les victoires sur des gros trails et celle des traileurs qui ont voté. C’est intéressant de voir que je suis reconnu par les passionnés. D’ailleurs, depuis ma victoire à la Course des Templiers, les sollicitations n’arrêtent plus. Je m’y attendais un peu. C’est un autre aspect des choses. Jusqu’à présent, je ne voyais que le côté sportif.. Là c’est beaucoup large. Mais c’est sympa d’expliquer, ma démarche, mon parcours. Il y a des choses marrantes. J’ai eu plein de félicitations d’élèves et de parents (ndlr : il est prof d’EPS à Meyzieu). Un gars m’a même sauté dans les bras alors que je faisais un footing près d’un canal parce qu’il avait vu dans le journal que j’avais gagné les Templiers !

Vous gagnez cette année le Nivolet-Revard, les Templiers et le classement final du TTN. C’est la saison parfaite ?

Enfin presque parfaite… La 6000D à La Plagne (3 e ; 1 er en 2011) et l’Eco trail de Paris (3 e ; 1 er en 2011) m’embêtent un peu mais j’ai été battu par des très bons traileurs. Je reste sur ma faim parce que je n’ai pas très bien géré. Mais la victoire aux Templiers et au TTN effacent tout.

Vous êtes désormais tourné vers 2013 ?

Oui mais avec deux inconnues : les Mondiaux de trail, dont on ne connaît ni le lieu exact au Pays de Galles, ni la distance, ni le dénivelé; et le premier championnat de France de trail sur une journée auquel j’aimerais participer mais dont on ne sait ni où ni quand il aura lieu… Concernant les Mondiaux, on attendrait un peu mieux… On aura les informations mi-décembre. J’attends d’avoir toutes les cartes en main pour définir réellement ma saison. Mais ce seront mes deux priorités avec les Templiers si c’est possible.

Vous n’êtes plus revenu sur la SaintéLyon solo depuis votre victoire en 2008…

Je fais quand même le relais à 4 à chaque fois avec plaisir, mais aussi avec un peu de frustration, parce qu’en 2008, je n’étais pas encore vraiment traileur. J’aimerais la refaire dans de bonnes conditions avec toute l’expérience que j’ai acquise depuis. J’ai hésité cette année, mais j’ai gagné un trail au Japon après les Templiers (la Kanna mountain run). Ce n’était pas raisonnable d’ajouter la SaintéLyon.

Recueilli par B.Steen

leprog.jpg

19:44 Écrit par La Com dans C'est dans Le Progrès, Coup de Coeur | Commentaires (0) | Tags : antolinos |  Facebook |  Imprimer | |

samedi, 01 décembre 2012

SaintéLyon: Le froid et le show

315749_533460373333157_1938372454_n.jpgLes 12000 coureurs vont rencontrer cette nuit des conditions difficiles avec de la neige sur les hauteurs. Avec un plateau homogène, difficile de dégager une hiérarchie.

Il y a deux ans, c’était neige, verglas et grand froid. Mémorable… L’an dernier, c’était bain de boue. Et cette année, c’est fromage et dessert à la SaintéLyon : dix à vingt centimètres de neige tantôt molle tantôt glacée sur les hauteurs du parcours jusqu’à Sainte-Catherine, de la boue un peu partout ailleurs sauf dans les derniers kilomètres où la route devrait rester sèche. Le tout accompagné de températures en dessous de zéro toute la nuit.

Autant dire que les 12 000 participants de l’édition 2012, dont plus de 6 000 solos engagés sur les 70 km (1 500 m D + ; 1900mD-), vont être servis avec une vraie édition hivernale du trail nocturne dont la saveur se mesure au degré de difficulté. « Ça va être défoncé. Ce sera un vrai champ de bataille. J’adore ça », salivait à l’avance Emmanuel Meyssat. Finalement, le coureur de Larajasse, favori de l’épreuve après sa victoire au Marathon des Causses, verra tout ça en doudoune et en bottes. Après deux abandons en 2010 et 2011, le traileur du Team Asics a renoncé jeudi soir à tenter le diable. Avec un début de fracture de fatigue au 2 e métatarse du pied gauche, le risque était trop important : « Il y a du mieux, mais ce n’est pas suffisant, a-t-il indiqué à l’issue d’un ultime test. Moi-même j’ai du mal à croire que je suis raisonnable. » Il reviendra sans doute.

Photos: Terre de Running

En attendant, il laisse son coéquipier Emmanuel Gault assumer seul le rôle de favori pour succéder à Erik Clavery (absent cette année alors qu’il récupère de la Diagonale des Fous). Trois fois deuxième consécutivement derrière trois vainqueurs différents, il sait où il met les pieds… Même si le plateau a déjà été plus relevé, ce sera dense derrière avec les co-vainqueurs du Grand Trail Saint-Jacques Florian Racinet et Jérôme Challier, les rapides Pierre-Laurent Viguier (8 e de la course des Templiers), Fabien Chartoire (11 e des Templiers) et Romuald de Paepe. Sans oublier Jean-Franck Proietto  qui est ici en terrain conquis ou encore les locaux Yann Nourry, Nizar Sghaier et Sébastien Bresle. En tout cas, c’est « chaud » de parier…

Suivez la SaintéLyon en direct la nuit prochaine sur leprogres.fr et twitter (@saintelyon_BS)

B.Steen

leprog.jpg

lundi, 26 novembre 2012

Plus de 2 000 participants à la 20 e édition des Myriades

2012_1125Image0004.JPGCross. La 20 e édition des Myriades a de nouveau permis de faire partager une même passion autour de la course à pied.

« Quel beau sport ! », n’ont pas manqué de lancer les nombreux spectateurs présents, hier matin, le long du parcours des Myriades pour encourager les futurs talents de demain. Manifestement, la popularité de l’épreuve n’est plus à démontrer. Une épreuve qui a constitué le point d’orgue d’une semaine rythmée par les cross Usep, UNSS et du collège Boris-Vian qui se sont inscrits dans la dynamique des Myriades, en attirant près de 3 500 jeunes. Et la 20 e édition n’a pas dérogé à la règle en attirant plus de 2 000 concurrents. « C’est une très grande fierté que 20 ans après, la manifestation puisse continuer à exister », s’est félicité Jean-Pierre Reydellet, le président de l’ASPTT, à l’origine de la création des Myriades en 1993.

2012_1125Image0176.JPG

Le cross des Gourmands a ainsi manifestement pris de l’altitude, en devenant un véritable laboratoire pour de multiples clubs qui cherchent à dénicher la perle rare. Et pour tous, un seul leitmotiv : faire découvrir aux pitchounes les valeurs essentielles du sport, à savoir le goût de l’effort, du dépassement de soi et du plaisir de la performance. Les Myriades 2012 ont encore attiré beaucoup d’enfants, dont certains avaient à peine 6 ans.

2012_1125Image0160.JPG

La section athlétisme de l’école des sports de la Ville, sous la houlette de Catherine Bossin et François Frascone, n’a pas manqué d’honorer le rendez-vous, en déléguant 10 de ses meilleurs éléments. « J’en suis à ma 2 e année, a confié Helena, élève de CM2. J’ai participé dans la semaine, pour la 1 re fois, au cross Usep où je me suis classée 19 e. Là, avec les Myriades, j’entame ma 2 e course de ma jeune carrière avec l’objectif de poursuivre ma progression. » L’épreuve des Myriades ne se limite pas à l’aspect compétitif. Et dans le cross Intergénérations, une course ouverte à tous ceux qui souhaitent découvrir la course à pied, l’objectif est de réunir les sportifs de tous âges, du plus grand au plus petit, dans une ambiance conviviale. « C’est cet aspect du sport qui nous a attirés, a témoigné un père de famille venu avec ses enfants Alexandre, 8 ans, et Chloé, 5 ans. Une façon de les initier à la course à pied que je pratique régulièrement. Je serai ainsi bientôt au départ de la SaintéLyon. » Le vent n’ayant pas joué les trouble-fête, c’est encore l’esprit festif qui a de nouveau commandé l’édition 2012 des Myriades.

Les Résultats

LES PHOTOS

Album1: Jusqu'à minime

Album 2: A partir de cadet

leprog.jpg

 

Myriades : Francine Niyonizigiye sans rivale

2012_1125Image0335.JPGDéjà victorieuse du cross des Myriades en 2010 et 2011, Francine Niyonizigiye a fait hier la passe de trois. Et pas qu’un peu : la Burundaise de poche (1,55m ; 36kg) s’est isolée dès le départ avant de s’imposer avec vingt secondes d’avance sur la Russe Olga Glok à la moyenne de 18,1km/h sur 4,9km ! « Les concurrentes étaient de bon niveau. Il fallait donc vite marquer le coup », a-t-elle expliqué. Un cran en dessous, Anne-Cécile Thévenot termine cinquième et première Française pour son retour en compétition officielle après avoir souffert de la hanche toute la première partie de l’année : « Je n’ai pas pu m’entraîner de janvier à juillet sans savoir de quoi je souffrais exactement, explique la jeune institutrice de Corbas licenciée à l’US Oyonnax.

2012_1125Image0268.JPG

Du coup, je suis vraiment contente. En venant ici, ma seule ambition était de reprendre le contact avec la compétition et de me faire plaisir. Cela a été le cas. »

B.Steen

Cross des Myriades (Saint-Priest) 20 e Édition. Nizigiyimana a encore plané sur les Myriades

2012_1125Image0446.JPGLe jeune Burundais de Lyon s’est imposé pour la deuxième année consécutive à Saint-Priest à l’issue d’une course très relevée grâce à sa pointe de vitesse dans le dernier tour. Il termine son impressionnant automne en beauté.

Ezechiel Nizigiyimana est pressé… de revenir chez lui. « Cela fait plus de trois mois que je suis en France, décompte-t-il. J’ai un peu la nostalgie de mon pays. » Plus qu’une semaine et une dernière compétition (la Course de l’escalade samedi prochain à Genève), et le jeune Burundais (24 ans) s’en ira retrouver les siens dans sa ville de Songa où il se sait très attendu. C’est que sa victoire aux 20 kilomètres de Paris (58’11’’) le 14 octobre dernier a fait du bruit là-bas : « L’info est passée à la radio. Depuis, j’ai reçu énormément de messages dont un du comité olympique. C’est une grande fierté. »

2012_1125Image0350.JPG

Sa victoire d’hier au cross des Myriades – qu’il avait déjà accroché à son palmarès l’an passé – ne fera sans doute pas les gros titres des gazettes à Bujumbura. Sa démonstration sur les « montagnes russes » qui bordent le stade Mendès-France n’en a pourtant pas été moins éblouissante. Vainqueur sortant, il était en effet ciblé par une meute d’outsiders plus dense que jamais à Saint-Priest (20 e édition oblige). Mais sa condition physique parfaite, ses qualités de finisseur et la confiance accumulée ces dernières semaines lui ont permis de triompher sans trembler. « Il est costaud et intelligent, il n’y a rien d’autre à dire, appréciait son coach Pierre Pompili. Il y avait beaucoup d’intox. Il a placé deux ou trois attaques pour se tester avant de revenir au chaud pour préparer son finish. Mais il fallait quand même les sortir. C’est fort ! »

Alors que l’ancien double vainqueur Onesphore Nkunzimana et la star rwandaise Dieudonné Disi ont rendu les armes prématurément, ils étaient encore sept en tête à deux tours de la fin. Parmi eux, le légionnaire Abel Ndemi et James Theuri qui avaient laissé des plumes en courant samedi à Volvic (3 e et 5 e). Mais le Burundais Jean-Claude Niyonizigiye s’accrochait et le Kenyan Benjamin Kipkurui n’arrêtait pas d’en remettre. « J’ai vite vu que je n’allais pas pouvoir les lâcher de bonne heure. Alors j’ai tout misé sur le dernier tour », racontait Nizigiyimana qui sera de retour au printemps prochain avec l’objectif de passer sous la barre symbolique de l’heure sur semi-marathon.

Derrière, Benjamin Kipkurui décroche au courage une belle deuxième place. « L’année dernière j’avais fait 5 e, cette fois 2 e malgré un rhume, je m’améliore », sourit le Kenyan installé à Décines et licencié à l’AS Aix-les-Bains.

2012_1125Image0356.JPG

A 32 ans, cet ancien détenteur du record du monde junior du 1000m (2’15’’00 en 1999), qui a couru le 1500m en 3’30’’67 en 2001, avait débarqué l’an dernier en France pour relancer sa carrière après avoir tout perdu lors des violences qui avaient suivi les élections kenyannes en 2008. Amaigri des 20 kilos qu’il avait pris depuis sa retraite internationale en 2005, il a déjà recouru l’été dernier en 3’35’’20... En attendant mieux. Et surtout de pouvoir retrouver son épouse et ses trois enfants restés au Kenya : « C’est désormais mon plus grand chalenge. »

Benjamin Steen

leprog.jpg

jeudi, 22 novembre 2012

Myriades, 20ième édition: Jacques Maréchet, « Une motivation toujours intacte »

25683_382554284798_5634927_n.jpgJacques Maréchet est le secrétaire de l’ASPTT. Il est sur les Myriades depuis le début de l’aventure.

Comment ont démarré les Myriades ?

En février 1993, l’ASPTT/Grand Lyon avait organisé les championnats interrégionaux de cross, à Saint-Priest. J’étais encore en activité à cette époque. Tout s’était très bien passé. Et au détour d’une conversation, à l’issue de la course, il a été décidé avec le maire, Bruno Polga, et son adjoint aux Sports, Henri Pacalon, de lancer une épreuve du type du cross de l’Ayçaguer qui connaissait un gros succès. Dès novembre de la même année, les Myriades étaient lancées.

Sur quelles bases ont été lancées les Myriades ?

On était sur un plateau régional. 14 épreuves avaient été programmées. Et on retrouvait déjà cet esprit qui a cimenté la réputation des Myriades, à savoir une cohabitation harmonieuse entre coureurs confirmés et des passionnés du dimanche.

A quel moment, le cross des As s’est-il invité aux Myriades ?

Le cross des As a démarré la 2 e année. Les organisateurs souhaitaient en effet ne pas s’endormir sur leurs lauriers. On a rapidement réussi à proposer un tableau relevé, avec notamment la présence d’athlètes issus du bloc de l’Est.

Quels ont été les arguments utilisés pour attirer, dès le départ, un plateau de très haute qualité ?

Tout d’abord, les Myriades constituent une très bonne préparation pour la saison d’athlétisme. Le sérieux de l’organisation, ainsi qu’un environnement favorable participent à faire des Myriades un événement très prisé par les athlètes.

Vous n’avez pas évoqué l’aspect financier ?

On peut s’appuyer sur de nombreux partenaires qui nous ont accordés leur confiance depuis le début de l’aventure. Ainsi, l’hôtel Kyriad nous assure les nuitées tandis que la Ville de Saint-Priest nous subventionne pour gratifier les concurrents.

A quand remonte la venue d’athlètes africains aux Myriades ?

C’est un manager italien réputé, Jani Demadona qui nous a aidés à les approcher. On n’a pas eu à le regretter d’autant plus que les athlètes du bloc de l’Est étaient devenus plus gourmands.

La 20 e édition des Myriades aura-t-elle une saveur particulière ?

La conférence-débat qui s’est tenue vendredi dernier a connu un franc succès. Pour cette 20 e édition des Myriades, on enregistre le retour de coureurs russes qui ont choisi la France pour préparer les prochaines échéances. Le plateau proposé sera de nouveau particulièrement relevé.

Un moment fort qui vous vient à l’esprit ?

Toutes les éditions des Myriades constituent des moments forts. Il y a eu des éditions qui se sont déroulées dans des conditions climatiques peu favorables.

Votre état d’esprit actuel ?

Au bout de 20 ans, ma motivation est toujours intacte. Les Myriades sont nées sous une bonne étoile. Et l’événement correspond bien à l’image de la Ville. Et je suis très heureux d’avoir participé à son développement.

leprog.jpg

Toutes les infos ICI

Jérôme Sturla, maire de Décines invite le DMA, le CDFC et l'UGA

2012_1120Image0009.JPGL’équipe municipale présente le nouvel équipement sportif du parc Raymond-Troussier.

Mardi soir, les représentants des deux clubs de football (le CDFC et l’UGA) et du Décines-Meyzieu Athlétisme (DMA) étaient invités par Jérôme Sturla, maire de Décines (PS), pour officialiser la fin des travaux de la piste d’athlétisme du terrain de football. Les entreprises présentes ont été remerciées : « Tout s’est fait dans les délais. Entre les deux saisons de football ! », glisse Jean-Jacques Linossier, conseiller délégué au Sport et à la Vie associative.

2012_1120Image0001.JPG

Trois mois de travaux, 887 925 euros de budget. Désormais, le nouvel équipement permettra au club d’athlétisme d’accueillir des meetings régionaux. « Pour des meetings nationaux, il aurait fallu ajouter deux couloirs de virages supplémentaires et empiéter sur la route ! », explique Jean-Jacques Linossier. Pendant les travaux, le stade de football a été agrandi pour atteindre la taille homologuée demandée en national (105 m x 68 m). « Si besoin, nous pourrons le faire évoluer : ajouter des éclairages et une clôture pour que les clubs puissent organiser des compétitions nationales. Mais aucun engin de chantier n’aura plus besoin de traverser la pelouse ! »

Les représentants des clubs étaient satisfaits. Le DMA et le CDFC sont deux clubs intercommunaux. Aussi, la mairie de Meyzieu s’est engagée à participer financièrement à l’achat de matériel encore manquant : haies, startings-blocks… Jérôme Sturla a rappelé la vocation mixte de l’équipement : « Qui pourra être utilisé par les sportifs, le public et les écoles… » Une autre inauguration aura lieu au printemps avec les scolaires.

15:57 Écrit par La Com dans Athlétisme, C'est dans Le Progrès | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

mercredi, 21 novembre 2012

Michèle Chavasse rempile à la présidence de la CDCHS

2008_1103Image0008.JPGImpliquée au sein du comité directeur de l’ESL Francheville, où elle vient de démarrer une quatrième saison, Michèle Chavasse occupe également des fonctions importantes au sein du comité du Rhône d’athlétisme. Elle y préside en effet la CDCHS,qui est la commission départementale des courses hors stade.

2012_1117Image0005.JPG

Michèle Chavasse sur le terrain au Marathon du Beaujolais

Lors d’une récente réunion élective organisée à Grigny, où se sont retrouvées une bonne centaine de personnes, dont 70 organisateurs de courses, elle vient d’être reconduite pour quatre ans à ce poste, et ceci à la grande satisfaction des dirigeants du club franchevillois.

16:14 Écrit par La Com dans Athlétisme, C'est dans Le Progrès | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

lundi, 19 novembre 2012

Foulée vénissiane: Renaud Jaillardon, l’homme qui monte !

2012_1118Image0108.JPGLe Caladois, international de course en montagne, a pris une bonne troisième place, battant au passage son record personnel sur 10km (30’43’’).

«Pour un coureur de montagne, c’est pas trop mal… » Le paradoxe faisait sourire Renaud Jaillardon hier matin à l’arrivée du 10km de la Foulée vénissiane. Le parcours plat comme la main tracé dans le Parc de Parilly et les grandes artères de la ville, n’est effectivement pas le terrain de jeu favori du Caladois (26 ans) tout heureux de se retrouver sur la troisième marche du podium, record personnel en prime pour la première fois de sa vie sous les 31 minutes (30’43’’ au lieu de 31’16’’ en 2007).

« La course s’est déroulée presque idéalement, appréciait-il. C’est parti vite. Comme j’étais là pour me tester et que je n’avais rien à perdre, j’ai pris le risque de suivre. Au 6 e kilomètre, lorsque cela a accéléré, j’ai fait une attaque. Même si j’ai un peu coincé, il m’en restait assez pour le sprint. »

2012_1118Image0106.JPG

Pour tout dire, l’effort de la course en montagne (épreuve courte disputée sur une montée sèche ou une montée/descente), qu’il avait découvert en 2007 avant de s’y consacrer pleinement, s’accorde plutôt bien aux dix bornes. Comme le jeune international n’a pas oublié de faire ses classes sur piste et sur cross, quand la forme est là, tout va. C’est particulièrement le cas en cette fin d’année alors qu’il est enfin débarrassé de ses blessures récurrentes à la cheville : « J’ai trouvé la cause de mes douleurs, explique-t-il. Je pensais que c’était tendineux, alors que c’était plus sûrement dû à une sciatique. Du coup, pour la première fois depuis deux ans, j’aborde les cross en bonne condition après la saison de montagne. » Une saison marquée par une deuxième sélection en équipe de France pour les Mondiaux de course en montagne à Ponte du Legno en Italie (46 e en individuel ; 5 e par équipe), un an après une première expérience à aux Mondiaux de Tirana (46 e). Cela donne des ailes : « Quand tu es aux portes de l’équipe de France, c’est un moteur extraordinaire. A l’entraînement, tu donnes deux fois plus pour continuer d’y être. » En attendant l’été prochain, il va poursuivre sa préparation dans les cross, à commencer la semaine prochaine au cross de Saint-Priest. Affûté comme il est, il n’est pas à l’abri d’une nouvelle surprise.

Benjamin Steen

leprog.jpg

 


dimanche, 18 novembre 2012

A. G. de la FFA. Djamel Boudebibah à la tête des relais 4x100m?

2012_0929Image0090.JPGDéjà animateur des relais 4x400m, l’entraîneur brondillant pourrait voir ses prérogatives étendues aux relais 4x100m pour la prochaine olympiade.

La réélection de Bernard Amsalem hier à la tête de la FFA ouvre la voie à la réorganisation de la Direction technique nationale qui restera dirigée par Ghani Yalouz. Pas de révolution en vue après une olympiade exceptionnelle en termes de médailles internationales, mais un lifting qui devrait, selon nos informations, propulser Djamel Boudebibah à la tête des relais 4x100m en remplacement de Vincent Clarico.

L’entraîneur brondillant avait déjà surpris en récupérant la gestion des relais 4x400m après leurs échecs aux JO de Pékin (élimination en série des hommes et des femmes). Non issu du sérail fédéral, Boudebibah a depuis gagné ses galons de respectabilité en restaurant l’ambiance et un certain niveau de compétitivité des 4x400m (hommes champion d’Europe en salle 2011, les filles 6 e des JO de Londres) tout en brillant avec les athlètes qu’il coache à Bron (triplé sur 400m haies avec Clémenceau, Kéchi et Grillas aux championnats de France 2011).

Apprécié pour ses qualités de meneur d’hommes, son nom est naturellement apparu alors que les relais 4x100m français ont vécu une année 2012 difficile. Les femmes vice-championnes d’Europe en 2010 sont passées à côté aux championnats d’Europe à Helsinki (5 e) et aux JO. Quant aux hommes, champions d’Europe 2010, vice-champions du monde en 2011, ils ont raté la marche aux JO de Londres (4 e à quatre centièmes de Trinité-et-Tobago) malgré un effectif prometteur articulé autour des champions et vice-champion d’Europe du 100m 2012 à Helsinki, Christophe Lemaitre et Jimmy Vicaut. La titularisation de Ronald Pognon au lieu du Lyonnais Emmanuel Biron, plus rapide tout au long de la saison, et le positionnement de Vicaut au départ avaient notamment posé questions… Cette déception avait été d’autant plus durement ressentie qu’elle aurait pu transformer le bon bilan des Bleus (2 médailles dont une en or) en excellent cru.

Benjamin Steen

leprog.jpg

samedi, 17 novembre 2012

Marathon international du beaujolais. Le Beaujolais plein à ras bord

2012_1006Image0076.JPGLe marathon international (s’il vous plaît !) du Beaujolais, 12 e édition, est devenu une grosse machine. Mais l’esprit demeure. Et ici, tout débute et tout s’achève autour d’un banquet : plus de 800 coureurs se sont déjà mis à table hier à ParcExpo à Villefranche pour la pasta party haute en couleurs, avec serveuses à perruques et petit rouge à table. Ils seront plus du double ce soir pour la soirée de gala. Entre-temps, la fête ne va pas cesser même si les 8200 engagés, dont 1750 marathoniens (3050 sur semi et 3400 sur 12km) vont devoir serrer les dents entre deux dégustations. Jamais l’épreuve n’avait accueilli autant de monde. Et encore, les organisateurs ont dû stopper les inscriptions il y a trois semaines : « On aurait pu être plus de 10000 », se félicite l’organisateur Alain Bouhy.

La recette fonctionne. Adossé depuis 2005 aux festivités du beaujolais nouveau, le marathon fait désormais événement au cœur de l’événement grâce à un esprit festif (les coureurs déguisés sont presque majoritaires) et un parcours émaillé de détours par les plus beaux châteaux du coin (Corcelles, Pizay, Terrière, Ravatys, Brasse et Sermezy) où l’on sait recevoir… Libre à chacun de déguster ou de s’enivrer des paysages. Même si le parcours reste roulant, l’essentiel n’est évidemment pas de savoir qui va l’emporter. A l’arrivée, pas de prime mais son poids en vin à gagner pour le grand vainqueur qui pourrait être à nouveau le Burundais Eric Mazimpaka comme l’an dernier, le Kenyan Samy Kemboi ou encore un autre ex-vainqueur Marc Henri Jaunin. Cela ira sans doute plus vite sur les courtes distances où Joseph Rispoli, le boss de l’AS Rispoli, mobilise ses troupes (Nkunzimana et Baguma sur 12km). Chez les femmes, à noter la participation sur le semi de la championne de France du marathon Aline Camboulives et de l’ancienne double championne du monde de cross Annette Sergent.

> Marathon : Fleurie (départ à 10h30), Lancié, Corcelles, Saint-Jean d’Ardières, Cercié, Saint-Larger, Charentay, St-Etienne des O. ; Arnas, Denicé, Gleizé ; Villefranche (arrivée rue de la Paix à partir de 12h50).

> Semi-marathon (13h30) et 12km (15h00) : départ à Arnas. Arrivée à Villefranche.

B.S

leprog.jpg


07:57 Écrit par La Com dans C'est dans Le Progrès | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

vendredi, 16 novembre 2012

Cross des Myriades : 20ième édition !

une_myriades2012_01.jpgLa 20 e édition du cross des Myriades qui se déroulera le dimanche 25 novembre sur le site du complexe sportif Pierre Mendès-France est lancée.

Jeudi, à Lyon, à l'espace Paul-Ricard, une conférence de presse coanimée par la ville de Saint-Priest et l'ASPTT a permis de définir les grandes tendances de cet évènement qui s'est imposé, au fil du temps, comme un rendez-vous d'envergure nationale.

Pour preuve, le cross des As est depuis quelques années inscrit par la FFA (Fédération française d’athlétisme) à son « Cross Country Tour National », regroupant les 10 cross les plus importants de la saison. De quoi attiser les convoitises de grosses pointures de la discipline.

Le plateau féminin sera placé sous le signe de la nouveauté avec la présence de la Biélorusse Natallia Chatkina, la Kenyane Charity Theuri et la Russe Olga Glok.

2011_1127Image0835.JPG

Du côté des hommes, le trio gagnant de l'édition 2011, les Burundais Ezechiel Nizigiyimana, Ndemi Abel Maina et Eric Niyonsaba, seront de nouveau concernés par la victoire finale. Un trio qui devra toutefois se méfier de la présence du Portugais Fernando Da Silva (photo), annoncé en grande forme, et surtout du Russe Evgeny Pishchalov qui sera à coup sûr l'attraction de cette 20 e édition des Myriades.

Demandez le programme !!!

leprog.jpg

MONDIAUX HANDISPORT A LYON (19-28 JUILLET 2013).Assia El Hannouni lance Lyon-2013

2012_1115Image0058.JPGAssia El Hannouni boucle la boucle. Alors qu’elle avait fait ses premiers pas d’athlète handisport à Villeurbanne il y douze ans, la sextuple championne paralympique (sur 100m, 200m, 400m et 800m) a enfilé hier son costume d’ambassadrice des Mondiaux de Lyon 2013 lors d’une conférence de presse. Un rôle sur mesure pour cette porte-parole des sportifs handicapés (depuis son coup de gueule contre Nicolas Sarkozy en 2008), alors qu’elle vient de mettre un terme à sa carrière après ses deux médailles d’or à Londres. « Lorsque je revois les images, je suis un peu nostalgique, mais il faut savoir s’arrêter au bon moment. J’ai envie de me consacrer à ma vie professionnelle et personnelle », explique l’ex-athlète, atteinte d’une déficience visuelle, déterminée à promouvoir Lyon 2013: « Même si je n’avais pas été marraine, je serais venue. Je ne suis pas là pour faire pot de fleur ! »

2012_1115Image0069.JPG

D’une manière générale, le mouvement handisport entend surfer sur les jeux de Londres : « Un bond en avant a été fait. C’est la première fois qu’il y a une telle impulsion. Londres nous a inspirés. Lyon va nous éblouir », lance ainsi le président de la fédération handisport et du comité d’organisation Gérard Masson. Jamais des Mondiaux n’avaient en effet eu un tel poids : 1300 athlètes sont attendus en juillet prochain sur le stade du Rhône à Parilly dont la capacité d’accueil sera portée à 3000 personnes et 217 titres seront décernés (au lieu de 160 aux Mondiaux de Christchurch 2011 et 170 à Londres).

Cette grosse machine, qui mobilisera 25 hôtels, nécessitera près d’un millier de bénévoles par jour selon le comité d’organisation qui a lancé un appel à candidatures.

2012_1115Image0043.JPG

 Je veux être Bénévole

C'est ICI

B.Steen

 

el hannouni


Assia sera à Bron cet après-midi

Huit médailles d’or, deux d’argent en trois olympiades, et un nouveau record du monde en 200 m cet été. Son palmarès ferait pâlir d’envie beaucoup de sportifs. L’athlète non-voyante Assia El Hannouni sera à Bron aujourd’hui. Marraine de la fête des Sports, qui se déroulera ce soir à l’espace Albert-Camus, elle a accepté de prendre un peu de son temps pour rendre visite, dans l’après-midi, aux jeunes pousses de l’école d’athlétisme de l’Asul Bron. La rencontre aura lieu au stade Pierre-Duboeuf, sur la piste d’athlétisme entièrement rénovée pendant l’été.

el hannouni

Jeune retraitée sportive, Assia El Hannouni a stoppé sa carrière en beauté puisqu’elle a fait sa dernière course cet été lors des Jeux olympiques de Londres où elle a obtenu la médaille d’or et signé un nouveau record du monde sur 200 m.

mardi, 13 novembre 2012

Anne-Sophie Vittet l'emporte, Anne-Cécile Thévenot revient en forme !

Satellite.jpgVendredi soir lors des épreuves de démonstration qui ont rythmé la soirée inaugurale de la Hall Stéphane Diagana à Lyon-La Duchère, Anne-Sophie Vittet et Anne-Cécile Thévenot se sont disputé la première place de la course féminine dite à l’Américaine.

 

2012_1109Image0434.JPG

Dès le 4 e tour de 200 mètres, la dernière des 10 concurrentes en piste était éliminée au passage de la ligne d’arrivée. Elles sont restées seules en piste dans le 12 e et dernier tour. La jeune Belleysane de Lyon Athlé a bouclé les 2400 m en 8’08’’54 juste devant Thévenot qui effectuait pour l’occasion son retour à la compétition après une saison gâchée par une blessure à la hanche. Pour ces deux spécialistes du 3 000 steeple, ce résultat est de bon augure avant d’attaquer la saison de cross-country où elles devraient toutes deux évoluer au plus haut niveau rhônalpin.

leprog.jpg

12:29 Écrit par La Com dans Athlétisme, C'est dans Le Progrès | Commentaires (1) | Tags : vittet, thevenot |  Facebook |  Imprimer | |

samedi, 10 novembre 2012

Halle d’Athlétisme de la duchère Meeting inauguraL. Lavillenie met la Halle Diagana sur orbite

2012_1109Image0147.JPGÀ peine baptisée, la Halle Diagana peut déjà s’enorgueillir d’un record haut perché grâce à son invité vedette. Christophe Lemaitre simple spectateur, Renaud Lavillenie a fait le métier hier soir. Douze sauts au cours d’un concours débuté à 4,80m, une barre à 5,70m franchie sur élan réduit (14 foulées au lieu de 20 aux JO) et même trois tentatives à 5,80m, le champion olympique avait les traits tirés mais le sourire aux lèvres à la fin de la soirée : « L’objectif était de faire une bonne séance et de faire le spectacle. C’est pour ça que j’ai commencé si tôt. Au final, je ne pouvais pas espérer mieux. » Le résultat est à peine moins bon qu’à Granville le mois dernier à son retour de vacances (5,71m) mais encore une fois exceptionnel pour l’époque de l’année.

2012_1109Image0608.JPG

 L’heure est en effet davantage au travail de l’ombre au côté de son nouveau coach Philippe d’Encausse, choisi en remplacement de Damien Inocencio. La polémique du divorce passée («J’ai été dégoûté de voir des gens qui n’y connaissent rien m’insulter sur ma page facebook »), il s’applique à poser les bases de la prochaine saison. Techniquement, « il s’agit de développer mes qualités de vitesse et d’améliorer la liaison course-impulsion au moment où je plante». Physiquement, le Clermontois ne chôme pas non plus : 2 heures de VTT mercredi sur le plateau de Gergovie… Si les jambes étaient logiquement lourdes hier, l’envie compense chez le recordman de France (6,03m) complètement « addict » à la perche : « Je ne saute pas pour être bon, mais parce que j’aime ça. Mine de rien, cela fait une grande différence: ce n’est pas parce que j’ai gagné des supers concours que je vais me reposer. Quand j’ai la perche en main, je suis le plus heureux du monde. Je ne suis pas prêt de la lâcher. »

Son titre olympique l’a cependant fait changer de dimension. « Cela a touché le grand public », observe-t-il sans le regretter. Au contraire, sans parler de l’augmentation de 30 % de ses primes d’engagement en meeting : « C’est une certaine fierté lorsque des gens m’arrêtent pour me dire que je leur ai fait vivre un moment extraordinaire. Faire vibrer les gens, ça fait plaisir. »

Les 2100 spectateurs ne lui en demandaient pas plus hier, et le little big man de la perche, auteur cette année du grand chelem (Mondiaux en salle, Ligue de Diamants, championnats d’Europe et JO) a encore été exact au rendez-vous.

 

2012_1109Image0681.JPG

Benjamin Steen

 

leprog.jpg


09:13 Écrit par La Com dans Athlétisme, C'est dans Le Progrès | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

vendredi, 09 novembre 2012

Inauguration de la Halle de la Duchere Stéphane Diagana (19 heures). Des étoiles pour un nouveau toit

2012_0917Image0083.JPGCertes, Christophe Lemaitre et Renaud Lavillenie viennent presque en voisins. N’empêche, la Ville de Lyon et la Ligue Rhône Alpes d’athlétisme se sont offert les deux athlètes français les plus populaires du moment pour l’inauguration officielle de la halle de La Duchère Stéphane Diagana ce soir en présence également de la ministre des Sports Valérie Fourneyron et de l’ancien champion du monde de 400m haies. « Nous avons voulu montrer que nous misons beaucoup sur cet investissement, insiste l’adjoint aux Sports Thierry Braillard. Nous nous étions engagés lors d’une manifestation sur la place Bellecour. Nous nous y sommes tenus… » L’athlétisme régional attendait cet équipement depuis douze ans. Après les fermetures à l’athlé des Palais des Sports de Gerland et de Grenoble (où avaient eu lieu les Euros en salle 72 et 81), le dernier vrai toit rhônalpin avait disparu en 2000 avec la destruction de la salle lyonnaise de Sédaillan. Depuis, toutes les compétitions régionales hivernales avaient dû migrer vers le stadium Pellez à Aubière (Puy-de-Dôme), ouvert en 2002, qui a servi de modèle au projet de la Duchère.

Pensée par le cabinet d’architecture Chabanne, la halle Diagana a vocation à servir de base à l’athlé rhônalpin (le comité du Rhône y a son siège et la Ligue une antenne), surtout lorsque le stade Balmont tout proche aura été doté d’une piste synthétique. D’ores et déjà, le calendrier affiche complet. Les scolaires ont investi les lieux. Quant aux week-ends de décembre à février, ils sont presque tous occupés par des compétitions, dont les championnats de France jeunes et universitaires. Sa capacité de 2100 places interdit en théorie d’y organiser des championnats de France Élites dont le cahier des charges réclame entre 2500 et 3000 sièges. « Construire une salle aux normes nationales aurait coûté 3 à 4 millions de plus. Nous avons fait un choix budgétaire », affirme Thierry Braillard. A la fédération, on ne cache pas toutefois que ces championnats auraient toute leur place à Lyon. L’inauguration en grande pompe de ce soir est une bonne occasion de le vérifier sans attendre.

B.Steen

leprog.jpg


lundi, 29 octobre 2012

Val’lyonnaise. L’heure des braves

vallyonnaise.pngIl fallait une bonne dose de courage pour être au départ à Vaugneray de la Val’Lyonnaise hier matin.

Température glaciale et vent violent, voilà les ingrédients au menu des quelque 900 courageux qui se sont élancés hie rmatin à Vaugneray pour le départ de la 11ème édition de la Val’Lyonnaise.

Malgré ces conditions extrêmes, les organisateurs gardaient le sourire et décidaient simplement de décaler l’arrivée et la collation d’après course à l’intérieur du gymnase.

Dans la course de 26 km, après un petit cafouillage à l’arrivée suite à une erreur d’aiguillage de Dubois et Vinot, le coureur Spode Yoann Stuck était finalement déclaré vainqueur après avoir mené la course d’un bout à l’autre « Au départ de la course, nous étions un petit groupe de 7 ou 8 coureurs puis rapidement le peloton a explosé. Finalement c’est dans la dernière bosse que j’ai fait la différence sur mon partenaire de club François Rousseau. Cela fait deux ans que je suis à Lyon, avant j’étais à Avignon donc avec le mistral qui souffle là-bas je n’étais pas surpris par le vent, en revanche, le froid c’était vraiment dur de lutter. Je pense que le secret c’était d’être bien équipé, avec des vêtements techniques adaptés et de ce côté-là j’avais un petit avantage car je travaille dans un magasin de sport donc je suis bien au courant de tous les produits qui existent » explique Yoann qui prendra prochainement le départ des 30km des Jogg’iles et de la Sainté-Lyon en individuel.

Chez les féminines, la vétérane Pascale Bouly l’emporte en 2h06’25 avec plus de 2 minutes d’avance sur sa dauphine Murielle Carre.

Sur la course de 15km, le vainqueur de l’an dernier Xavier Saguet a dû s’incliner devant Philippe Manchon qui s’est détaché au 10ème kilomètre avant de rallier l’arrivée en 53’45. Chez les féminines, victoire de Leina Hosni avec 39 secondes d’avance sur Patricia Marechet.

Classement :

26km : 1. Stuck 1h41’16 ; 2. Rousseau 1h42’40 ; 3. Dubois 1h43’00 ; 4. Vinot G. 1h43’10 ; 5. Ferel 1h43’47 ; 6. Vinot S. 1h44’50 ; 7. Jodon 1h46’46 ; 8. Ben Maacha 1h47’18 ; 9. Seurat 1h47’33 ; 10. Tarcy 1h47’54

Féminines : 1. Bouly 2h06’25 ; 2. Carre 2h08’40 ; 3. Durand 2h09’10

15km : 1. Manchon 53’45 ; 2. Saguet 54’39 ; 3. Rizzitelli 58’27 ; 4. Faure 59’05 ; 5. Vincent 59’12

Féminines : 1. Hosni 1h05’41 ; 2. Marechet 1h06’20 ; 3. Musset 1h07’39

Tous les résultats

leprog.jpg



 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu