compteur

Avertir le modérateur

samedi, 23 décembre 2017

Décines:un véritable parc urbain va voir le jour sur le site du stade Troussier

Mardi lors du conseil municipal, Laurence Fautra (LR), maire de Décines, a détaillé le projet auquel la Ville consacrera 4 millions d’euros. Sur 94 000 m² , le tout nouveau parc urbain Raymond-Troussier sera livré en septembre 2019.
 
 

Un lieu aujourd’hui fréquenté par les sportifs mais délaissé par les Décinois

« Ce parc date des années 1970. Il est largement utilisé par les associations sportives (athlétisme, football, boules, tennis), mais délaissé par les Décinois, a constaté Laurence Fautra. Notre volonté : le transformer en un lieu intergénérationnel, tout en donnant une grande place au végétal avec deux prairies et 180 nouveaux arbres ».

La suite sur Le Progrès

 

 

11:09 Écrit par La Com dans Actualité, C'est dans Le Progrès | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

vendredi, 01 décembre 2017

Cross et Trail du Mamelon le 10 décembre

Rendez-vous le 10 décembre à Décines pour le plus vieux cross du département (47ième édition).

Programme et Horaires.

Toutes les infos

Cette année les organisateurs ont ajoutés un trail avec Le Mamelon à grimper 5 fois.

Inscriptions ICI  

 

L’image contient peut-être : une personne ou plus et texte

Aucun texte alternatif disponible.

14:35 Écrit par La Com dans Actualité, Athlétisme, Cross | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

Saintélyon 2017, C. Dubois de retour 5 ans après sa victoire

Cathy Dubois, 44 ans, sera l’une des favorites discrètes de cette 64ème édition de la doyenne.
Vainqueur de La Saintélyon en 2007 et 2012,

2012_1202Image0132.JPG

2nde en 2008 et 2009, elle s’est aussi illustrée avec une 3ème place à l’UTMB® 2008,  une 3ème place au Grand Raid 2010 et une 3èmeplace à la CCC 2011.

2012_1202Image0116.JPG


Membre du Team Asics Trail et du Team Tecnica, elle a quitté le milieu en 2012.
Après 5 ans d’absence elle revient sur une course qui lui tient à cœur et qui se déroule dans sa ville natale.
Motivée, préparée elle va faire jouer son expérience pour en découdre avec de la fraîcheur et l’envie de ne pas décevoir.
Rencontre avec l’énergique et attachante chef d’entreprise, sportive et maman.

Que deviens tu ? en 2011 tu parlais de vouloir te consacrer à un projet personnel et professionnel ?

Oui, en effet depuis 2012 j’ai mis les baskets de côté pour m’investir dans ce projet professionnel, de monter une salle de fitness.
En 2012, j’ouvre mon 1er club l’Appart fitness à Crémieux (38) sur une surface de 1 700 m2.
En 2015, j’ouvre un second club à Beynost (01), 2 500 m2, plus de 2 500 adhérents et 20 employés.
Pendant ces 5 années je me suis investit dans ce projet jusqu’à revendre cette année le 1erclub ce qui me permet de souffler un peu depuis la rentrée même si les aléas de la vie d’une entreprise réservent toujours des surprises et que depuis la rentrée je suis toujours bien occupée.
Je pense que je vais pouvoir trouver du temps en 2018 pour développer les activités outdoor au sein de ce club, il y a une vraie demande et ça me motive aussi pour m’y remettre.

« Je me demande ce qui m’a pris » : Cathy Dubois

Pourquoi cette envie de revenir sur cette course 5 ans après ?

Je me demande ce qui m’a pris, j’avais déjà failli remettre un dossard en 2016, mais je n’étais pas prête.
C’est une course mythique, j’aime bien l’ambiance, les conditions météos ne me font pas peur et en plus c’est à Lyon, ma ville natale.
Le niveau est sans doute plus élevé qu’en 2012, le tracé a changé, c’est plus long avec un peu plus de dénivelé.
C’est aussi lié à une dynamique de groupe avec mon club, j’ai plusieurs adhérents qui vont faire la course, on s’entraîne ensemble, je leur ai donné quelques conseils et du coup le déclic est venu mi octobre.
De toute façon, je n’ai pas le goût pour m’entraîner et me faire mal seule, le groupe est une belle source de motivation.

Tu t’es préparé de façon sérieuse en affichant tes sorties sur les réseaux sociaux, as tu un objectif ?

Quel objectif ? (un petit temps de silence)…..je ne sais pas encore, même si je me dis qu’un Top 3 serait génial, un Top 8 j’accepterai aussi.
Depuis 1 mois ½ je m’entraîne même si j’ai toujours le même mon fonctionnement au quotidien, il a fallu que je chamboule un peu mon emploi du temps pour me préparer.
C’est une course qui se gagne à plus de 10 km/h, il faut courir en dessous de 7h pour prétendre au podium.
Je ne veux pas décevoir mon environnement, j’assume ce choix d’avoir pris un dossard et on verra.
La météo annoncée (neige et froid) me convient, j’ai peut-être pas fait assez de volume, je crains les douleurs musculaires en fin de course, mais je me dis, tu l’as voulu, tu y vas !
Ca se joue aussi au mental et je sais que c’est l’un de mes points forts (voir sa page facebook – tout est dit).
J’ai juste participé à une course il y a 3 semaine, le Jog iles, un 30km en 2h26′ ou je termine 4ème féminine.

« C’est un beau challenge à relever » : C. Dubois

Retrouve t-on les mêmes sensations qu’est ce qui est le plus dur ?

Je suis dans l’inconnu, par rapport à 2012 je ne sais pas trop ou j’en suis physiquement mais mentalement j’ai l’envie.
J’aime le long et l’endurance, je pense aussi que c’est génétique, j’ai parfois du mal à lancer la machine, au bout de 2-3 heures, je passe un cap et ça revient avec de la fraîcheur. J’avais déjà ces sensations par le passé, ça ne m’inquiète pas.
Si je fais une séance de fartleck j’ai parfois du mal à suivre mes coéquipiers, mais j’arrive à bien tenir une vitesse régulière dans le temps, il ne faudra pas s’affoler…c’est un beau challenge à relever.

Tu n’as pas fait de compétition pendant 5 ans, quel regard portes-tu sur la discipline ?

J’ai effectivement un peu perdu le fil, je ne suis pas resté connecté à ce milieu, j’avais même abandonné mon blog et ma page Facebook, remplacée par une page pro pour mon activité professionnelle.
Je trouve que la discipline reste très jeune, qu’il y a de plus en plus de retombées médiatiques, sans doute liées à l’émergence des réseaux sociaux, qu’il y a de plus en plus de coureurs et pas mal de création de courses.
On est dans une dynamique de bien être au niveau de la société, les gens prennent conscience qu’il faut bouger pour être bien dans son corps.

Des projets pour 2018 ?

Je vais déjà terminer cette Saintélyon et on en reparle la semaine prochaine !!!
Mais oui, j’ai vraiment envie de reprendre les sports outdoor mais je ne sais pas dans quelle discipline forcément, les raids multisport, les trails….à voir.
La course de Xavier Thévenard dans l’Ain – Ultra XTO1 m’intéresse, à voir quel format choisir.
En 2018, c’est aussi les 10 ans des gazelles, le team de 21 filles que l’on avait constitué en 2008, on est resté copine, on va essayer de refaire une course ensemble pour cet anniversaire.

Par Fred Bousseau – © Fred Bousseau – 

Source TRAILS-ENDURANCE.COM

samedi, 25 novembre 2017

Plateau d’anniversaire à Saint-Priest

 

tract_myriades_2017.jpg

Le club organisateur a changé de nom, passant de l’ASPTT à Lyon Athlé. Le spectaculaire parcours aussi a subi, au fil des années, de légers liftings en même temps que le complexe Mendès-France. Mais 25 ans après sa création, les Myriades campent toujours sur leur position de cross le plus important de la région avec près de 3 000 athlètes attendus ce dimanche tout au long de la journée à Saint-Priest.

Il y aura du beau monde pour souffler les 25 bougies à commencer par Ezechiel Nizigiyimana. Absent en 2015 (victoire de Kumbi Bechere) et 2016 (Anou), le Burundais de la Légion étrangère est de retour pour agrandir sa collection de succès après ses victoires en 2011, 2012 et 2014. S’il revient en terrain conquis, il va surtout croiser une vieille connaissance. Le Kenyan Benjamin Cheruiyot (37 ans), qui lui avait donné du fil à retordre en 2012, retrouve sa foulée légère. En dominant la semaine dernière le 10 km de la Foulée vénissiane (30’’06), l’athlète de l’ESL a montré qu’il avait les moyens d’effacer ses mauvais souvenirs aux Myriades (contrôle positif en 2013 et deuxième en 2015 après avoir perdu l’une de ses pointes). Les deux hommes – devront se méfier du Kenyan Peternjoroge Ndegwa, alors que Mickaël Gras (Alès), premier Français la semaine dernière au cross d’Allonnes, finalise à Saint-Priest sa préparation pour les championnats d’Europe (10 décembre à Samorin en Slovaquie). Chez les femmes, Mercelyne Jeronoh (St Julien 74), victorieuse en 2016, et sa dauphine Anne-Sophie Vittet (ESL) prolongent leur duel, arbitré par la Kenyanne Susan Kipsang Jeptoo (St Julien 74).

Programme Cross des Myriades à Saint-Priest. Début des épreuves à 9 h 30. As femmes à 15 h 00. As hommes à 15 h 30.

leprog.jpg

samedi, 18 novembre 2017

Cross des Myriades 2017

Rendez-vous dans une semaine pour le plus grand cross-country du sud-est de la France.

tract_myriades_2017.jpg

Toutes les infos ICI

12:26 Écrit par La Com dans Actualité, Athlétisme, Cross | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

vendredi, 06 octobre 2017

La Band'Rill, course solidaire

La Band'Rill est organisée par la ville de Rillieux La Pape pour Cassie avec l'aide de la famille de Cassie, amis et associations rilliardes au profit de l'AFIF SSR/PAG 

Au programme un 5 et un 10km.

21457886_501398110239828_6819313829503186819_o.jpg

Toutes les infos sur le site officiel

vendredi, 29 septembre 2017

Hours avec vue sur Amsterdam

Sixième de l’édition 2016 du marathon, l’athlète lyonnais s’aligne dimanche sur le 10 km en guise de préparation pour… le marathon d’Amsterdam (15 octobre).

Sébastien Hours lors de l’édition 2016 de Run in Lyon où l’athlète de l’ESL avait pris la 6 e place.  Photo Maxime JEGAT

Il y a un an, Sébastien Hours s’était décidé trois semaines avant le marathon de Run in Lyon. La distance manquait au catalogue de cet athlète multicarte aussi à l’aise sur 3 000 m steeple chez les jeunes qu’en trail aujourd’hui. « Je voulais faire un chrono pour me qualifier pour les championnats de France, raconte-t-il. J’avais juste eu le temps de faire une séance spécifique de 3x5 km dix jours avant… »

Suffisant pour décrocher une belle sixième place en 2h34’37’’ (2eFrançais) et confirmer son désir d’approfondir la question. « J’aime ce type d’efforts qui reste quand même de la vitesse, détaille-t-il. Je reviens un peu à ce que je faisais dans ma jeunesse. »

Objectif 2h24

Blessé lors de la SaintéLyon 2016, cet ingénieur en informatique a dû repousser à l’automne sa deuxième expérience sur marathon, préférant Amsterdam le 15 octobre à Run in Lyon ce dimanche : « L’an dernier, j’avais trouvé que le parcours n’était pas très roulant et surtout, je m’étais retrouvé tout seul derrière les athlètes capables de courir en 2 h 10. A Amsterdam, il y a beaucoup plus de densité. »

Pour la même raison, d’autres marathoniens lyonnais comme Julien Rancon et Julien Masciotra avaient préféré s’aligner à Paris au printemps (terminant respectivement en 2h20’47’’ et 2h21’23’’). « Un déplacement à Amsterdam ou à Paris est un petit investissement par rapport à l’investissement que nécessite un marathon », comprend le coach Bastien Perraux qui conseille notamment Masciotra.

Après trois mois de préparation, seulement entrecoupés par les championnats de France de trail à Gérardmer (6e ), Sébastien Hours partira sur les bases de 2h24. En attendant, il « travaille le rythme » sur le 10 km de Run in Lyon. Son vieux record personnel (31’08’’ en 2008) pourrait tomber loin devant une masse de 17 500 coureurs.

 "A Amsterdam, il y a beaucoup plus de densité"

Sébastien Hours

leprog.jpg

mercredi, 20 septembre 2017

Ce dimanche à Fleurieux sur l'Arbresle

18738637_1355055497948616_1175978082625444601_o.jpg

Toutes les infos

lundi, 18 septembre 2017

Floria Gueï et Jennifer Galais avec Bruno Gajer

Jennifer Galais quitte la région lyonnaise pour s’installer à Montpellier. La sprinteuse de Décines Meyzieu athlétisme s’entraînera au Creps avec Bruno Gajer, aux côtés notamment de Floria Gueï qui a également annoncé son départ pour l’Hérault. La championne de France 2017 du 200 m s’entraînait depuis ses débuts en 2009 avec Grégory Duval. « C’est une décision commune, explique Duval. Jennifer était arrivée à un stade de sa carrière où il fallait qu’elle s’émancipe. Ce sera l’occasion d’abandonner un peu le 100 m pour se consacrer pleinement au 200 m où elle n’a pas encore réalisé ce dont elle est capable. »

IMG_7312.JPG

Floria Gueï (27 ans) a annoncé ce mercredi dans un communiqué de la Fédération française d’athlétisme qu’elle quittait son coach Djamel Boudebibah après cinq années de collaboration. L’athlète de l’Entente Sud Lyonnais s’entraînera à partir du mois d’octobre au Creps de Montpellier avec Bruno Gajer qui l’avait déjà coachée à l’Insep entre 2008 et 2012. Elle restera néanmoins licenciée au sein de l’ESL.

« J’avais besoin de casser mes habitudes, d’un nouvel environnement pour repartir sur un nouveau cycle pour cette nouvelle olympiade. Djamel restera mon meilleur conseiller », a-t-elle expliqué.

Floria Gueï sort d’une saison estivale difficile. Après avoir remporté la médaille d’or du 400m aux championnats d’Europe en salle à Belgrade l’hiver dernier, elle a dû renoncer aux Mondiaux de Londres en raison d’un problème de santé survenu en juillet.

L’image contient peut-être : 1 personne, terrain de basketball et plein air

Photo: Jean Marie Bazin

leprog.jpg

dimanche, 27 août 2017

10 km de l'Horloge: Changement de tarif

Changement de tarif le 2 septembre prochain.

Pensez à vous inscrire !

IMG_7650.JPG

Soyez à l'Heure !

Inscriptions ICI

14:59 Écrit par La Com dans Actualité, Athlétisme | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

dimanche, 06 août 2017

Garfield Darien, le rescapé

Enfin épargné par les pépins physiques alors que ses compatriotes sont tous sur le flanc, le Lyonnais entend rattraper le temps perdu.

Garfield Darien (ici le 28 juin à Ostrava) entend ratraper le temps perdu.  AFP

D’ordinaire, les Français se la jouent Mousquetaires sur 110m haies. Pas cette fois : les trois hurdlers aux JO de Rio – Bascou (3e), Martinot-Lagarde (4e) et Belocian – sont tous ‘‘out’’ à Londres. Pour partir en quête des joyaux de la couronne, ne reste que Garfield Darien sabre au clair. Quatrième mondial, le Lyonnais représente l’une des principales chances de podium pour les Bleus. Ça change après quatre ans de placard : mononucléose en 2013, chikungunya en 2014, déchirure aux ischios aux Mondiaux de Pékin 2015 (8e) et saison blanche en 2016 (micro-déchirure mal soignée).

« Je ne le vis pas comme une renaissance »

« Je ne le vis pas comme une renaissance », assure-t-il. « Ma chance, c’est que je n’ai jamais eu de gros coups durs. Mon corps n’est pas touché. Même quand je ne faisais pas les championnats, je m’entraînais. A la reprise, ça revient vite. »

Il n’a pas été loin, cependant, de tout envoyer valser. Il a fait l’expérience du costume-cravate dans la banque entre 2014 et 2015 avant d’être rattrapé par la manche par son père et coach, Daniel : « Avec Teddy (Tamgho), on a dû le convaincre plusieurs fois alors qu’il était découragé. »

A 29 ans, il entend éviter les chausse-trappes et rattraper le temps perdu. « Il me reste quatre ans, je ne veux plus rien louper. Maintenant, il faut des médailles », dit le vice-champion d’Europe 2010 et 2012, toujours en quête d’un podium mondial en plein-air.

Alors son père l’a placé en couveuse : « Garfield est un fada de l’entraînement, il faut tout le temps le freiner. On ne fait plus que du qualitatif et je l’ai mis à l’écoute de son corps. » Il a fait le mauvais élève en zappant le championnat d’Europe par équipes puis le championnat de France, en raison d’une « alerte » aux adducteurs. Une stratégie payante : jamais il n’est arrivé en grand championnat en telle position de force. C’est l’année ou jamais ? « Non, il est juste au niveau où il aurait dû être depuis longtemps. Si ce n’est pas cette année, ce sera plus tard », selon son père.

Mais les circonstances sont favorables en cette saison post-olympique : depuis qu’il a fait tomber son vieux record (13’’15 en 2012) à Ostrava (13’’09), il nage avec les requins comme McLeod (12’’90 en 2017), Shubenkov (13’’01) ou Merritt (12’’80 mais 13’’09 cette saison). « Avant, il y avait toujours des monstres. Cette fois, je regarde tout le monde d’égal à égal. Et limite, je peux être le plus fort… »

leprog.jpg

Diarra : « Une grande surprise »

IMG_9394.JPG

La spécialiste du 400m de Décines Meyzieu, Eléa Mariama Diarra (27 ans), dispute à Londres son premier grand championnat en individuel (série à 12h55) grâce à sa victoire au championnat de France (51’’92) et un assouplissement des règles.

Après votre victoire au championnat de France, vous envisagiez de courir au meeting d’Heusden pour approcher les minima (51’’50). Finalement, cela n’a pas été nécessaire…

J’ai appris ma sélection deux jours après (les championnats de France) à ma grande surprise. J’étais habituée à l’ancienne DTN qui ne vous prenait pas pour un centième ou un jour de retard. Je ne pensais pas aller aux Mondiaux en étant à quatre dixièmes des minima. Je ne savais même pas que j’avais fait les minima IAAF (Fédération internationale) et que ça pourrait être suffisant…

Cette sélection récompense votre progression cette saison. À quoi l’attribuez-vous ?

Avant mon opération des plantaires grêles (tendon d’Achille) en août 2015, mon quotidien, c’était de gérer la douleur. Ne plus avoir mal du tout depuis cette année, ça change tout. Depuis la fin des JO (remplaçante du 4x400m), j’ai pu travailler dans la continuité. Avec mon coach, on a tenté de partir de manière plus agressive. Ça a porté ses fruits au championnat de France. Bosser sereinement, ça fait la différence.

Que pouvez-vous espérer à Londres ?

L’objectif, c’est de passer un tour, puis de baisser encore mon chrono et de répondre présent. Après une période de deux jours de décompression, j’ai retrouvé des bonnes sensations en réalisant des chronos que je n’ai jamais faits. C’est de bon augure.

Recueilli par B.Steen

leprog.jpg

jeudi, 03 août 2017

10 km de l'Horloge: C'est déjà le mois prochain !

L’image contient peut-être : 9 personnes, personnes debout, chaussures et plein air

Les inscriptions c'est ICI

La page Facebook

Le site officiel

17:53 Écrit par La Com dans Actualité, Athlétisme, Coup de Coeur | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

samedi, 24 juin 2017

Robert-Michon en alerte

Mélina Robert-Michon espère redécoller à Villeneuve d’Ascq en retrouvant le maillot bleu.  Photo AFP

Photo AFP

Bloquée sous la barre des 62 m depuis le début de la saison, la vice-championne olympique du disque s’impatiente.

À la sortie du meeting d’Oslo, la semaine dernière, Mélina Robert-Michon s’est lâchée : « 59,88 m. Quel concours de M... Je crois que c’est plutôt bien résumé », twittait-elle. Elle assume : « Il n’y avait rien d’autre à dire. » Même si elle a réagi deux jours plus tard à Stockholm (4e avec 61,91 m), la vice-championne olympique commence à s’agacer de buter sous les 62 mètres, alors qu’un concours lui avait suffi cet hiver pour propulser son disque à 63,14 m.

Pas d’affolement, tout s’explique selon elle : des sollicitations en pagaille (« Maintenant, je sais dire non »), un déménagement éprouvant nerveusement, un torticolis inopportun et tous ces voyages à courir après les manches de Ligue de Diamant : « À cause du changement de règlement, il faut se qualifier pour la finale, mais si j’avais eu le choix, je ne serais pas allée à Oslo et Stockholm. Entre les deux, je n’ai rien fait, juste dormi. Ça m’a fait du bien. »

Ayant coché depuis longtemps le championnat d’Europe par équipes à Villeneuve d’Ascq, la recordwoman de France espère enfin décoller ce samedi. Les conditions s’y prêtent en tout cas. « Je sens qu’il ne manque plus grand-chose. J’apprécie de lancer devant Serge (Debié, son coach). Il n’était pas là pour les manches de Ligue de Diamant. Déjà que je n’étais pas dedans, c’était encore plus dur sans son œil. » Et elle compte sur le maillot bleu, de surcroît à domicile : « C’est le petit truc en plus qui permet de se stimuler. Ce n’est pas inutile en ce moment. »

leprog.jpg

Haies d’honneur pour le Quatrache

Photo :
 

Suprématie régionale en jeu chez les féminines

Pour l’occasion, le grand manitou du « 4H », Jean-Jacques Behm ne change pas une recette éprouvée depuis qu’il avait improvisé ce meeting en 1987 à l’issue d’un stage fédéral. Après un colloque matinal (10h à l’hôtel Burnichon) autour de Kevin Young sur un thème en forme d’hommage (« Comment devient-on et reste-t-on recordman du monde »), pas moins de 21 courses sont programmées à partir de 17h sur la piste du Stade Léon-Masson.

Chez les hommes, le plateau est cette année encore très international. L’Algérien Abdelmalik Lhoulou, demi-finaliste des JO de Rio, présente le plus beau CV avec un record en 48’’62. De quoi pousser les Français Ludvy Vaillant et le jeune Victor Corroler. Côté rhodanien, Hugo Grillas (ESL) et Martin Carrere (Décines Meyzieu) sont à la recherche d’un chrono tandis que Benjamin Chevrol profite de l’événement pour tirer sa révérence.

Chez les féminines, place à une bataille régionale. Anaïs Seiller (ESL), en quête de minima (57’’50) pour l’Euro espoir, Farah Clerc (Lyon A) et Anaïs Lufutucu (Asvel)

IMG_5187.JPG

font l’affiche aux côtés de la championne de France 2015 Maëva Contion.

> Programme Meeting Quatrache de Tarare à partir de 17 h 00 au stade Léon-Masson.

B.S.

leprog.jpg

Cantero revient avec application

 

IMG_3661.JPG

À 26 ans, cet intermède était nécessaire pour l’international après une saison 2016 frustrante (pas de JO et une élimination en série à l’Euro sur 1500m). « Cela m’a fait du bien de couper, dit-il. Je reviens très motivé. » Reste à rattraper le temps perdu : « Comme j’avais du retard, avec Bastien (Perraux, son coach), on a pris des risques. Finalement, j’ai réussi à “passer” des séances que je ne pensais pas réussir. Je me suis surpris. Malheureusement, depuis le début du mois, je ressens un contrecoup et je suis en délicatesse avec mes tendons. » Il a quand même réussi une bonne rentrée sur 1 500 m à Huelva (3’40’’40) pour obtenir sa sélection pour les Jeux de la Francophonie (Abidjan, 23-27 juillet). Mais il espère mieux. Pour cela, il passe un test important ce samedi sur 800m au meeting national de l’Est Lyonnais en prévision du 1 500 m de Nancy mercredi prochain : « Normalement, espère-t-il, le chrono doit commencer à baisser. »

> Programme Meeting national de l’est Lyonnais au stade Troussier à partir de 19 h 30. 200 m F : Mignon, Galais) ; 800 m H : Tura (ETH), Renaudie, Cantero ; 1 500 m H : Kenouche, Adam, Messaoudi (ALG) ; 3 000 m steeple H : Zillali, Zerrifi, Bedrani, Bougnot. 3 000 m steeple F : Soukhal, Navarro, Vittet.

B.S.

leprog.jpg

vendredi, 23 juin 2017

Quatrache 2017: Avec Kévin Young

Photo :

 

Kévin Young est l'Invité d'Honneur du 30e meeting Quatrache de Tarare, le recordman du monde du 400m haies donnera une conférence samedi à 10h à l’hôtel Burnichon.

Plus d'infos

18:24 Écrit par La Com dans Actualité, Athlétisme | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

Radio Parilly vous donne rendez-vous le 10 septembre !

Les 10 km de l’Horloge auront lieu le Dimanche 10 septembre à Tassin. Départ à 9h45.

IMG_7621.JPG

Les 5km Entre Elles, auront lieu le Dimanche 10 septembre, départ à 9h

IMG_7477.JPG

La course aura lieu sur un parcours de 10km roulant en ville, propice à la performance. Départ avenue des Tuileries et arrivée à l’école Leclerc, à Tassin.

Des primes seront attribuées aux 3 premiers (hommes et femmes) du classement scratch : 1er : 200€, 2ème 100€, 3ème 50€ – Prime au record Masculin et féminin : 100€.

 

Meeting National de l'Est Lyonnais ce samedi !

58f1193b11546_17436100158806027790067995538970242493436o.jpg

 

Le Meeting National de l'Est Lyonnais revient pour la septième année le samedi 24 juin 2017 sur la piste Roland Schroll au Parc des Sports Raymond Troussier à Décines-Charpieu. Véritable lieu de rassemblements des meilleurs coureurs de demi-fond hommes et femmes nationaux et internationaux.
Le meeting propose aussi des courses de niveau interrégional en début de programme avant les courses nationales à partir de 20h.
Le meeting a obtenu pour la deuxième année le label national et fait donc parti du Circuit National des Meetings de la Fédération Française d'Athlétisme et il fait aussi parti du circuit régional des meetings de la Ligue d'Athlétisme Auvergne-Rhône-Alpes.

Toutes les infos sur le site officiel

La page facebook

17:10 Écrit par La Com dans Actualité, Athlétisme | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

lundi, 27 mars 2017

L'incontournable du mois d'Avril, le Décijogg !

17353315_1286594094761555_3992172227328794931_n.jpg

 

Bonjour,
Nous vous invitons à découvrir le DECIJOGG 2017, un peu plus printanier et plus proche du centre de Décines !
Le parcours vous emmènera à nouveau vers l'anneau bleu du Grand Large mais le départ s'effectuera en centre-ville. Autre nouveauté cette année, le 5 de cœur, une course de 5km à la portée de tous et dont les bénéfices seront reversés pour la lutte contre le cancer. Et pour passer le dimanche en famille, des courses sont réservées aux enfants nés entre 2006 et 2010.

IMG_7911.JPG

 
Sportivement,
L'équipe d'organisation du DECIJOGG
 
En savoir plus
 
La page facebook
 
Le site officiel
 
 
A chaque inscription , il est possible de faire un don au profit de la ligue contre le cancer
Logo comite ligue rhone coul

18:08 Écrit par La Com dans Actualité | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu