compteur

Avertir le modérateur

mardi, 25 juillet 2017

Jeux de la francophonie

De l'argent et du bronze pour Anaïs Lufutucu et Farah Clerc.

20232809_10155245473323880_9113484286919101098_o.jpg

10:26 Écrit par La Com dans Athlétisme, Résultats | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

Euro juniors : Mignon en argent

Encore une médaille internationale pour Marine Mignon (ESL) !

IMG_2721.JPG

La jeune Lyonnaise a décroché dimanche la médaille d’argent aux championnats d’Europe junior à Grossetto (Italie) avec le relais 4x100m (44’’03). Un beau lot de consolation pour la championne d’Europe cadette 2016 du 200 m qui a traversé une saison difficile en raison de blessures hivernales et de son bac S. Élève brillante (16,18 de moyenne, mention “très bien” !), elle a eu du mal à concilier sport et révisions en mai et juin, au point de rater la qualification en individuel. « J’ai privilégié les cours, explique la future élève ingénieur à l’Insa. Avoir le bac à l’esprit m’a coûté beaucoup d’énergie. »

À noter également la 10e place de Maxime Nallet (Lyon Athlé) au disque (52,91 m).

leprog.jpg

dimanche, 16 juillet 2017

Duvernay sur orbite

Bloquée à 1,80 m en début de saison, l’athlète de l’ESL a confirmé sa progression fulgurante avec un premier titre national (1,87 m).

Prisca Duvernay est en apesanteur. À 26 ans, l’athlète de l’ESL a décroché son premier titre de championne de France de la hauteur en étant la seule à enrouler la barre à 1,87 m, record personnel en plein air. « C’est une grande joie, dit-elle. Depuis le temps que j’attendais ça ! »

L’image contient peut-être : une personne ou plus et plein air

Photo Jean-Marie Bazin

Elle a pris son temps, effectivement, pour mettre à profit son potentiel. Le temps de voyager dans le monde et de finir ses études d’infirmière à Grenoble. Là-bas, elle oubliait souvent de s’entraîner, à part quelques séances de muscu avec petit ami… Évidemment, c’était compliqué de décoller. Jusqu’à son retour à Lyon il y a un an et demi quand elle a été embauchée au service de réanimation néonatale de l’hôpital HFME à Bron. « Comme je travaille de nuit, c’est parfois dur d’être régulière… », admet-elle. Mais depuis que Daniel Aligne l’a sous la main à Pierre-Bénite, les barres volent. Passée de 1,80 m à 1,88 m l’hiver dernier, puis vice-championne de France en salle et meilleure performeuse française de la saison 2017, elle aurait même pu prétendre à la sélection pour l’Euro par équipes à Lille. « Je n’ai pas été déçue, dit-elle, parce que je n’y pensais pas en début de saison. »

Elle aura sans doute d’autres occasions. Hier, elle s’est frottée à une barre à 1,91 m : « Les deux premières tentatives étaient trop précipitées, estime-t-elle. La troisième n’était pas si moche que ça. C’est la porte d’entrée du haut niveau. J’arrive à un stade où il va falloir être de plus en plus rigoureuse. »

De notre envoyé spécial à Marseille B.Steen

leprog.jpg

10:04 Écrit par La Com dans Athlétisme, Coup de Coeur, Résultats | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

vendredi, 14 juillet 2017

Mayer en bave à Lyon

Le vice-champion olympique travaille régulièrement sa condition physique dans la salle de Jérôme Simian. Des crochets lyonnais aussi douloureux qu’indispensables.

IMG_6891.JPG

Kevin Mayer s’est garé juste devant la mini-salle de Jérôme Simian, perdue dans le quartier de Grange-Blanche. Idéal pour décharger une cagette de figues fraîchement cueillies dans le jardin familial dans la Drôme. « Allez-y !, elles sont délicieuses, conseille-t-il. Je me suis gavé ce week-end. J’ai sur-craqué (sic) ! C’est dingue comme j’ai du mal à rester sérieux après une compète… ».

La nouvelle star de l’athlétisme français avait une bonne excuse : il avait à évacuer le stress après le triathlon du meeting de Paris (1er juillet) monté par et pour lui. « J’avais un poids sur les épaules… », avoue-t-il. Résultat : deux records personnels décapités en moins de deux heures (13’’78 sur 110 m haies et 70,54 m au javelot), mais aussi un vilain pincement au coude « à cause d’une petite erreur technique au javelot », et une légère appréhension avant de passer sur la balance car il n’y avait pas que des figues dans l’assiette…

Pour tout ça, Jérôme Simian a ce qu’il faut. Il y a d’abord sa pince à pli cutané. Verdict : 8,6 % de masse grasse. « Tu n’as jamais été aussi sec. » Ouf ! Car le préparateur ne lui passe rien : « Il ne se gêne plus pour m’engueuler, se marre le vice-champion olympique du décathlon. Il est du genre à m’envoyer des SMS pour me dire : “bon, maintenant, il est temps que t’arrêtes tes conneries”…».

« De moins en moins blessé »

Quant au coude, il sera au centre de ces deux journées de travail calées de longue date en lien avec Bertrand Valcin, le coach de Mayer à Montpellier. « C’est la dernière ligne droite avant les Mondiaux (Londres, du 4 au 13 août), explique Mayer. L’idée, c’est de mettre en place les exercices à faire tous les matins pour être au top et chasser les petits bobos. »

Il suffira d’une matinée de torture pour diviser par deux l’intensité de la douleur au coude. « C’est dur, souffle-t-il. Il y a tellement d’exos à faire pour rééquilibrer un décathlonien que pour deux heures sur le stade, c’est trois heures de muscu. Sur le coup, j’ai la flemme, mais ça fait tellement de bien… »

Mayer s’était rapproché de Simian en 2013. Cet iconoclaste revendiqué, comptable de ses prises de parole, était jusque-là connu pour avoir accompagné Mélina Robert-Michon toute sa carrière. Aujourd’hui, le décathlonien le suit les yeux fermés : « Il fait des choses que personne ne fait. Je n’ai jamais vu quelqu’un ayant autant approfondi le sujet. Il ne devrait pas être l’exception mais c’est le cas. J’aime sa façon de boucler la boucle. C’est-à-dire que pour lui, il ne s’agit pas de juste progresser en puissance, mais d’être globalement bien dans son sport. »

Cette organisation entre Lyon et Montpellier nécessite de la souplesse : « On commence à se connaître, on communique beaucoup et on se déplace, explique Valcin. C’est important : si Kevin est facile à entraîner, on doit éviter le moindre grain de sable. »

Les résultats parlent d’eux-mêmes : vice-champion d’Europe 2014, vice-champion olympique 2016 et champion d’Europe en salle 2017. Un tableau à peine noirci par son forfait pour les Mondiaux de Pékin en 2015 : « Depuis que je travaille avec Jérôme, je suis de moins en moins blessé. Il y a toujours des pépins, mais on arrive à les contrer. On peut se concentrer sur la big performance. » Cette année, il entendait progresser au javelot et sur 110 m haies. Il n’a pas souffert pour rien…

 7 Le nombre de médailles internationales remportées par les athlètes suivis par Jérôme Simian : Mélina Robert-Michon (3), Kevin Mayer (3) et Alexandra Tavernier (1) dont il ne s’occupe plus aujourd’hui.

Benjamin Steen

leprog.jpg

20:21 Écrit par La Com dans Athlétisme, C'est dans Le Progrès | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

Boudebibah hors des bleus

L’entraîneur brondillant ne dirigera plus les relais 4x100m et 4x400m des équipes de France dès cet été.

IMG_9397 (1609x1073).jpg

Djamel Boudebibah ne fera pas partie de l’équipe du nouveau Directeur technique national de l’athlétisme français, Patrice Gergès. Comme plusieurs managers de spécialités réunis autour de l’ex-patron Ghani Yalouz, le coach brondillant n’a pas été conservé à son poste de responsable des relais 4x100m et 4x400m. Il continuera à entraîner Floria Gueï Alors que son contrat s’achèvera à la fin de la saison, il sera remplacé dès les Mondiaux de Londres (4-13 août). Le nouvel organigramme devrait être dévoilé ce week-end à l’occasion des championnats de France à Marseille. À la tête des relais 4x400m depuis 2009, l’entraîneur personnel, entre autres, de Floria Gueï, Fanny Peltier et Emmanuel Biron avait pris les commandes de l’ensemble des relais en 2013 après les JO de Londres. Il a obtenu ses meilleurs résultats avec le 4x400m féminin en bronze aux Mondiaux 2013 à Moscou et en or à l’Euro de Zurich en 2014 grâce au fameux tour de piste de Floria Gueï. Avec le 4x100m hommes, en revanche, il n’aura que rarement pu compter sur les sprinteurs Christophe Lemaitre et Jimmy Vicaut à leur meilleur niveau au même moment. Djamel Boudebibah devrait à l’avenir se recentrer sur l’athlétisme régional tout en continuant à entraîner Floria Gueï et son groupe au Stade Duboeuf de Bron.

leprog.jpg

19:49 Écrit par La Com dans Athlétisme, C'est dans Le Progrès | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu