compteur

Avertir le modérateur

dimanche, 29 janvier 2017

Floria Gueï est sur orbite

La vice-championne d’Europe du 400 m en plein air a validé son billet pour l’Euro en salle de Belgrade en réalisant les minima dès sa rentrée (52’’38) hier à La Duchère. Elle visera haut.

Ce n’étaient “que” des Régionaux en salle. Autant dire le bas de l’échelle pour Floria Gueï. Mais quand elle a débarqué à la halle de La Duchère, la vice-championne d’Europe n’y était pour personne. « C’est vrai, j’étais très concentrée, rigolera-t-elle après coup. Mais je ne cours pas pour courir. Je fais en sorte que chaque course soit efficace. » C’est réussi.

Floria Guei a démarré la saison pied au plancher : 52’’38 dès sa rentrée sur 400 m hier à La Duchère.  Photo Maxime JEGAT

Photo Maxime Jegat

Deux tours de piste plein pot ont fait valser l’appréhension du premier 400 m de l’année et éclipsé tous les doutes. Sans véritable concurrence, mais appliquée à surfer sur les ondulations de l’anneau de 200 m, la Lyonnaise s’est mise sur orbite : 52’’38, meilleure performance européenne de la saison (2e mondiale), à quatre centièmes de son record (52’’34 en 2015) et sous les minima (53’’20) pour l’Euro en salle de Belgrade (3-5 mars) sans préambule. Soulagée ? « J’ai fait quelques erreurs mais je suis super contente, souriait-elle en sortie de piste. J’espérais faire moins de 53 secondes et mettre en place mon schéma de course. Je ne pouvais pas rêver mieux… Il n’y a plus qu’à affiner. »

Dans l’euphorie de sa première médaille individuelle l’été dernier à Amsterdam, Floria Gueï avait très tôt fait une entorse à ses habitudes en mettant la salle à son programme de l’hiver. Elle parlait même du record de France de Marie-José Pérec (51’’41 en 1996 à Liévin). Pas convaincu, Djamel Boudebibah avait répondu : « on verra ». Depuis hier, c’est tout vu, en tout cas pour l’Euro : « Par rapport à ce qu’elle montre à l’entraînement, c’est une performance monstrueuse qui valide le fait de faire la saison indoor avec de vrais objectifs », admet le coach.

En retard à l’automne, puis séchée par le stage fédéral de dix jours à Ténérife au début du mois, elle avait pourtant encore les batteries à plat la semaine dernière : « Elle était complètement à la rue, confie le coach. Mais c’est une vraie compétitrice... »

Alors qu’elle n’osait pas l’avouer avant sa première course, elle ira à Belgrade pour grimper la dernière marche : « L’objectif, ce sera la première place », confirme-t-elle. Il y a deux ans à l’Euro en salle de Prague, elle avait calé en demie (4e ). Mais depuis, elle a étoffé son jeu : plus de vitesse (23’’00 sur 200 m), plus de constance sous les 51 secondes en plein air et une confiance affirmée. De quoi se simplifier la vie tactiquement. « Je sais que le “rabat” (après 200 m) sera primordial, explique-t-elle. Il y a deux ans, je m’étais retrouvée bloquée en ne partant pas assez vite. Tout se joue à ce moment-là. Il faudra passer en tête aux 200 m. J’en suis capable… » Il y a deux ans, l’Ukrainienne Pyhyda avait été couronnée en 51’’96. «Mais, ça ne me fait pas peur, dit-elle. C’est à la bagarre qu’on fait les meilleurs chronos... »

leprog.jpg

14:13 Écrit par La Com | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu