compteur

Avertir le modérateur

samedi, 28 janvier 2017

Gueï : « La salle, ça n’a rien à voir »

La vice-championne d’Europe du 400 m en plein air renoue avec la compétition, l’Euro en salle de Belgrade en ligne de mire. Mais sans assurance de nouveau podium.

 

Mardi dernier, Floria Gueï répète en tranches à la halle de La Duchère : 200 m puis deux fois 100 m, histoire de simuler son 400 m de rentrée ce samedi aux Régionaux (16 h 30). Allure de compétition évidemment. Mais « l’important, c’est la technique », insiste Djamel Boudebibah. Pour le coach, la séance consiste avant tout à se familiariser avec l’anneau couvert de 200 m où Gueï n’a pas planté ses pointes de l’hiver.

13330909_1319020938112337_3797740068583997989_n.jpg

Et cela se voit. Après un premier tour de piste rondement mené, elle s’emmêle les crayons : « Rythme, Flo ! », hurle Boudebibah tandis qu’elle lance son 100 m à grandes enjambées derrière son sparring-partner. Mauvais réflexe : « J’ai fait comme en plein air, bougonne-t-elle, alors qu’en salle, avec les virages serrés et relevés, il faut rythmer la foulée. C’est bien de s’être trompé aujourd’hui : je vais m’en souvenir. »

A 26 ans, elle n’a jamais vraiment approfondi l’indoor. Il y a deux ans à l’Euro de Prague - sa seule sélection internationale en salle -, elle avait calé en demie (4e ) : « J’avais fait des erreurs tactiques qui ne pardonnent pas en championnat, se souvient-elle. Depuis, j’ai évolué. J’ai gagné en confiance et en vitesse. »

« J’en veux plus »

Depuis l’an dernier, elle n’est plus uniquement l’héroïne du relais 4x400m de l’Euro de Zurich 2014. Elle a décroché à Amsterdam sa première médaille continentale individuelle (2e ). Désormais abonnée aux chronos sous les 51 secondes (avec un record à 50’’84), il ne lui a manqué que la finale olympique pour être comblée. « J’ai profité un peu de cette médaille. Au moins, j’en ai une ! Mais j’en veux plus. Maintenant je veux être championne d’Europe. »

Pourquoi pas dès cet hiver, alors qu’elle a mis l’Euro en salle à Belgrade à son programme (3-5 mars) ? « En extérieur, j’aurais répondu “oui” sans hésiter parce que j’ai des certitudes, dit-elle. Mais la salle, ça n’a rien à voir : j’ai moins de repères à cause des virages et des autres filles… » Sur une piste deux fois plus courte que dehors, il faut en effet jouer des coudes lors du second tour, après le rabat. Avec un record sur 200 m en salle en 23’’23 et son record de France du 300 m (36’’46) établis l’an dernier, ses jambes doivent a priori la mettre à l’abri des coups…

Reste à voir son état de forme. Après une longue année 2016, elle a prolongé un peu les vacances à l’automne. Le stage à Ténérife début janvier lui a permis de combler le retard mais l’a laissée sur les rotules, au point de renoncer le week-end dernier au meeting de Nantes. « Mais je sens que je remonte la pente, assure-t-elle. Et j’aime voir revenir l’adrénaline de la compétition… »

17:12 Écrit par La Com dans Athlétisme, C'est dans Le Progrès | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

Écrire un commentaire

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu