compteur

Avertir le modérateur

samedi, 19 novembre 2016

Marcel Ferrari : « C’est très hard »

Président de la Ligue Rhône-Alpes d’Athlétisme depuis 12 ans, Marcel Ferrari (65 ans) va prendre la tête ce samedi de la nouvelle Ligue d’Auvergne Rhône-Alpes à l’issue de l’Assemblée générale de la nouvelle entité à Saint-Etienne. Une première étape pour le Chambérien également candidat de rupture pour la présidence de la FFA face à André Giraud pour succéder à Bernard Amsalem dans une élection à couteaux tirés.

IMG_8586.JPG

 

La fusion des Ligues de Rhône-Alpes et d’Auvergne constitue-t-elle un gros bouleversement ?

Cela aura un impact, bien sûr. Il y a une grosse disparité entre Rhône-Alpes et l’Auvergne. Il va falloir une harmonisation. Nous aurons besoin d’une vue commune pour que les choix faits en Rhône-Alpes – qui ont a priori porté leurs fruits – soient pris en compte par les Auvergnats.

La nouvelle Ligue représente deux tiers des médaillés aux JO de Rio…

Nous allons constituer une région très forte. L’Auvergne est dans la même dynamique à haut niveau. La différence, c’est qu’un club, celui de Clermont, représente un tiers des effectifs de la Ligue d’Auvergne. La Haute-Loire et le Cantal sont à la traîne de part leur géographie. Est-ce qu’on sera capable de faire pour eux ce qu’on a fait en Drôme-Ardèche ? Le challenge est intéressant.

Y aura-t-il une Ligue à deux têtes ?

Non, l’athlé n’attend pas. On va essayer d’aller le plus vite possible pour l’intégration de l’ensemble, même s’il y a aura des adaptations à faire, ne serait-ce que pour le personnel.

Une liste unique se présente pour l’élection du comité directeur. Une volonté de transition en douceur ?

Oui, tout le monde a joué le jeu. J’aurais pu ne pas le faire.

Resterez-vous à la tête de la Ligue si vous êtes élu président de la FFA le 17 décembre ?

Je me donnerai un délai de réflexion jusqu’aux AG financières au mois de mars. Il n’y a pas d’urgence.

Pourquoi cette candidature à la présidence de la FFA ?

En théorie, je n’étais pas parti pour me présenter à la Ligue. L’organisation des Mondiaux vétérans 2015 m’a fatigué. Mais il y a eu la fusion obligatoire des Ligues et la demande d’Alain Martres (ndlr : président de la Ligue d’Auvergne) pour que je prenne la grande Ligue. J’ai répondu “pourquoi pas”. Mais si j’y allais, je ne me voyais pas vivre avec une Fédération dans la continuité de la précédente.

Que lui reprochez-vous ?

Ses relations avec les structures déconcentrées. Et à plus forte raison lorsqu’on n’a pas fait allégeance. J’ai vécu quatre années difficiles. On n’a pas arrêté de me dénigrer, de minimiser tout ce qu’on a fait.

Le bilan de l’olympiade semble pourtant bon pour la FFA.

Ce n’est pas une critique du bilan. J’ai des choses à faire valoir. Je considère qu’il y a des manques vis-à-vis des comités et des ligues. C’est un fonctionnement trop vertical. Il y a aussi un problème de finances : la FFA présente un déficit de plus d’un million d’euros alors qu’on est passé en dix ans de 15M à 22,5M d’euros de budget. Qu’a-t-on fait de cet argent ? Je ne sais pas. On a beaucoup demandé aux clubs. D’un côté, on veut qu’ils se structurent et de l’autre on leur pompe de plus en plus. À un moment donné, cela coince.

On vous reproche la gestion financière des Mondiaux vétérans que vous avez terminés avec une ardoise de 50 000 dollars envers la fédération internationale vétérans…

C’est réglé : la WMA a acheté pour cette somme nos process d’organisation. On a exactement 74 euros de bénéfice. Pour cette grande organisation, qui a généré 10 millions d’euros de retombées, j’estime que c’est dommage, mais on n’a pas eu du tout d’aide de la fédération.

Ce face-à-face entre vous et Bernard Amsalem et son successeur désigné André Giraud n’est-il pas devenu personnel ?

On tente de me casser. C’est de la politique politicarde. C’est très hard. Il y a beaucoup de coups de pied et de peaux de banane. Et ça vient pourrir la vie de la Ligue, ce qui est plus grave.

Alain Martres figure sur la liste d’André Giraud. Cela peut-il nuire au fonctionnement de la Ligue ?

Il a été démarché avant que je me lance. Je lui en ai parlé. Il a voulu rester fidèle. Pour l’instant, j’ai essayé de ne pas en faire cas. Mais je crois qu’il va falloir mettre les choses au point car certains en profitent pour me casser.

leprog.jpg

Commentaires

Patricia Mournetas
L'athlétisme est aujourd'hui gérée par la politique , moi simple passionnée par le sport je ne comprend pas les clubs qui ne pensent pas à leur besoin mais uniquement à garder une équipe qui ne souhaite que garder des acquits qu'ils ont depuis maintenant 4 mandats. Mais surtout qu'ils ne se plaignent pas de ne pas avoir de moyens et qu'on les oublie . Oui je suis pour Marcel Ferrari car lui il est sur le terrain pas pour les petits fours mais pour valider les performances de nos athlètes. Marcel je partage ta philosophie du sport

Écrit par : Mournetas Patricia | dimanche, 20 novembre 2016

Répondre à ce commentaire

Bonjour ,

fait attention Patricia , si Marcel passe un poste de premier Ministre te sera attribuer , après ce sera la vie parisienne le bling bling + le fouquet's !

pour être sérieux , a chaque fois qu'une région organise un grand Championnat jeunes ou moins jeunes , la Fédération réclame un montant trop élevé de droit a l’événement , c'est à croire que l'argent tombe du ciel , mais le plus comique c'est le nombre d'expert en tout genre de la fédé , un Docteur es chrono puis le surveillant du Docteur es chrono , puis le surveillant du surveillant es chrono puis le surveillant du surveillant du surveillant docteur es chrono et ainsi de suite sur l'ensemble des postes (c'est un exemple).
l'organisateur de l’événement dans sa région , il est dans premier content d'avoir sa compétition puis il pleure
car il se demande comment il s'en sortira financièrement sans trop de perte .
l'autre curiosité c'est le travail au black des bénévoles ,
je n'écris pas qu'il faut une rémunération pour les bénévoles mais au regard de la récupération des droits de la fédé la question se pose , ou va l'argent ?

si le nouveau Président arrive a remettre a plat la surenchère d'attribution d’événement ce sera un plus pour l'athlé .

Marcel a des compétences , a lui de faire son tour de France des Comités , Ligues .

moi , je ne veux aucun poste , bon-dieu a force d'écrire , j'ai soif , vite un verre d'eau .

bien amicalement .

Écrit par : PEPITO | mardi, 29 novembre 2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu