Quels points communs entre Mélina Robert-Michon et Kevin Mayer ? Leurs médailles d’argent aux JO de Rio et leur préparateur physique : Jérôme Simian. Un « iconoclaste », comme il dit, qui ne laisse pas indifférent.

« Il n’y a pas de mot… », dit-il. Il n’a plus de voix non plus, Jérôme Simian, ce 18 août dans les tribunes du stade olympique de Rio après le concours du javelot du décathlon. Il reste le 1 500 mètres à courir, mais c’est sûr : Kevin Mayer fonce vers la médaille d’argent des Jeux Olympiques. A-t-il trop tiré sur ses cordes vocales ? « C’est plutôt à cause du cigare que Serge (Débié, le coach de Mélina Robert-Michon) m’a fait fumer l’autre jour… », répond-il.

14370185_1275051365858494_2084756351301292099_n.jpg

Photo Eric Nallet: Réception à l'Hôtel de Ville

 

La semaine carioca a été épuisante pour le préparateur physique lyonnais : « J’ai perdu cinq kilos, raconte ce costaud au physique de deuxième ligne de rugby. Mais ça valait le coup. » Par l’entremise de la discobole et du décathlonien, deux médailles olympiques se sont ajoutées à “son palmarès” (voir par ailleurs). Un tiers des breloques des athlètes français à Rio !

Une réussite totale pour cet autodidacte hors système. Aux diplômes, « je préfère prouver par les médailles », savoure-t-il. Une revanche écrirait-on s’il ne s’amusait pas lui-même de son image d’« iconoclaste », exerçant en « ermite ».

Son repaire se cache au rez-de-chaussée d’un petit immeuble du 8e arrondissement de Lyon où il reçoit une trentaine de sportifs sans exclusive, des athlètes aux golfeurs, des patineurs aux grimpeurs. Aucun panneau dehors. Juste une boîte aux lettres. La porte d’entrée s’ouvre sur une mini-salle d’attente entre un sombre bureau encombré par une table de massage et une salle de musculation de 35m2 et une dizaine d’appareils, pas plus… Aux murs, deux tableaux blancs noircis de hiéroglyphes détaillants les plans d’entraînement et un poster de Mélina Robert-Michon.

La trajectoire de Simian trace une parallèle avec celle de la vice-championne olympique. Leur collaboration remonte à 1998. Alors vice-championne du monde junior, MRM venait de se blesser à la cheville en… sautant à la perche. Simian n’a pas encore sa maîtrise STAPS. Il sort de l’Université de Montréal où il a joué au football américain et étudié les systèmes d’économie et de gestion et le commerce international tout en se formant sur le tas à la prépa physique.

« Il m’a apporté des solutions en étant au bon endroit au bon moment », se souvient Serge Debié. Près de deux décennies plus tard, le trio ne fait plus qu’un. « Jérôme s’est imprégné des lancers pour adapter la préparation, salue MRM. Parfois, c’est lui qui va permettre de faire passer un détail technique en me permettant de tenir physiquement une position. Pour lui, la muscu est au service du lancer. »

D’autres ont adhéré comme le décathlonien Romain Barras, remis sur pied après quatre ans de galères. Ce dernier a conseillé son copain d’entraînement Kevin Mayer de s’adjoindre ses services en 2014 malgré la distance (il s’entraîne à Montpellier) : « J’ai accroché sur le personnage, raconte le vice-champion olympique. Il est sur la rééquilibration du corps plus que dans l’augmentation de la puissance. »

C’est le credo de Jérôme Simian qui préfère indiquer « Performance sportive » sur sa carte de visite plutôt que « Préparateur physique » : « Le beau mouvement, c’est une séquence de contractions et de relaxations exécutée dans le bon ordre, le bon rythme, à vitesse optimale et à puissance élevée, explique-t-il. Plein de freins s’y opposent. Je travaille sur les moyens non spécifiques pour améliorer la performance. » Quitte à suivre un l’itinéraire bis.

Le coup de projecteur des JO a suscité la curiosité de ses homologues. « C’est vrai qu’il y avait beaucoup d’interrogations. On a tendance à me classer sans rien me demander. J’entends plein de choses dans lesquelles je ne me reconnais pas », avoue-t-il.

« Trucs farfelus »

Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il ne fait pas l’unanimité. On dit qu’il serait allergique aux haltères… « Avec Jérôme, j’ai senti un décalage quand autour de moi, des filles soulevaient 70 kilos à l’arraché alors que je faisais des rebonds », confie ainsi la lanceuse de marteau Alexandra Tavernier (3e des Mondiaux de Pékin) qui ne travaille plus avec lui depuis juillet.

À l’évocation de son nom, beaucoup se crispent, comme ce coach d’athlétisme qui préfère rester anonyme : « J’aime bien comprendre. Alors, j’observe, je discute. Je n’ai trouvé aucune explication d’une méthode quelconque. Quand je vois des trucs farfelus, je ne cautionne pas et je préfère prendre mes distances. »

Debié le défend : « Jérôme n’est pas que sur le muscle. Il a une démarche globale sur la mécanique de l’athlète. Il amène des choses qui sortent de l’ordinaire, ce qui génère des doutes. Certains ont peut-être l’impression d’être dépossédés de leur boulot. »

Et Simian, conscient d’un « intéressant contraste d’opinions » à son égard, de conclure lui-même par un SMS : « Une de mes histoires préférées, écrit-il. Le père convoque son fils et lui dit : “tu as commencé ta carrière il y a 10 ans. J’ai enquêté à ton sujet. Je dois dire que je suis extrêmement déçu. Je n’ai pas pu trouver quiconque pour me dire du mal de toi. Cela prouve que tu n’as rien accompli qui soit digne d’envie”. »

6 Le nombre de médailles internationales remportées depuis trois ans par les athlètes suivis par Jérôme Simian : Mélina Robert-Michon au disque (2e aux Mondiaux 2013, 2ede l’Euro 2014 et 2e des JO 2016), Kevin Mayer au décathlon (2e de l’Euro 2014 et des JO 2016) et Alexandra Tavernier au marteau (3e des Mondiaux 2015).

Benjamin Steen

leprog.jpg