compteur

Avertir le modérateur

mardi, 30 août 2016

10km de l'Horloge: Soyez à l'heure pour votre inscription

logo.png

 

Après le beau succès de l’édition 2015, les nouveautés seront à l’honneur le 11 septembre 2016 à Tassin

  • On démarre avec le 10km qui bénéfice désormais du label FFA. Gage de qualité dans l’organisation de la course, le label assure la qualification pour les championnats de France sur cette distance. Alors, prêts à faire tomber votre record?! Attention nouvel horaire à 9h45 avenue des Tuileries.

    IMG_3345.JPG

 

  • Un 5KM 100% féminin ! Au départ de l’École Leclerc, nous vous proposons une boucle roulante, festive et chronométrée. Ce 5km « entre elles » est idéal si vous préparer un 10km ou si vous n’osez pas encore vous lancer sur cette distance. L’occasion aussi de partager un moment convivial et sportif entre filles.

    IMG_3306.JPG

  • Pour les inscriptions c'est ICI

Le site officiel

11:25 Écrit par La Com | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

DEUXIÈME ÉDITION DE THETOWERRUN LYON OXYGÈNE

the-tower-run-lyon-oxygene-5462.png

REPARTEZ A L’ASSAUT DES 622 MARCHES DE LA TOUR OXYGÈNE Pour la deuxième année consécutive,

TheTowerRun proposera à tous de monter le plus rapidement possible les 622 marches (110 m de dénivelés) de la Tour Oxygène, le dimanche 30 octobre prochain. 1000 à 1500 participants sont attendus pour (re)découvrir des sensations de course pas vraiment comme les autres !! Communiqué de presse, le 12 juillet 2016

Arrêtons de courir à plat !

Le 30 octobre 2016, TheTowerRun est de retour à Lyon, pour la deuxième édition de la course d’escaliers TheTowerRun Lyon Oxygène, étape majeure de la plus grande aventure verticale jamais organisée en France. Pour les meilleurs de l’étape lyonnaise, c'est l'occasion de décrocher une qualification directe pour la Verticale de la Tour Eiffel® 2017!

Grimpons pour une cause solidaire !

Les courses TheTowerRun s’inscrivent dans une démarche solidaire, et l’étape lyonnaise se fera au profit de l’association Handicap International. Les frais d’inscription de 15€ sont accompagnés d’un don libre de minimum 2€ versé à l’association. Handicap International intervient dans près de 60 pays aux côtés des personnes handicapées et vulnérables. Partout où « vivre debout » ne va pas de soi, l’association répond aux besoins essentiels et spécifiques des personnes handicapées, améliore leurs conditions de vie et s'engage à promouvoir le respect de leur dignité et de leurs droits fondamentaux. Inscriptions sur le site internet de la course : http://www.thetowerrun.org/fr/les-tours/lyon-tour-oxygene-5

Grimpons pour Halloween !

La course verticale est un nouveau concept de courses: originale, vecteur d’énergie positive et accessible à tous, elle répond à cette nouvelle demande de parcours combinant sensations fortes et convivialité. De nombreuses surprises attendront d’ailleurs les participants dans les escaliers de la tour et dans le village aux couleurs d’Halloween : foodtruck, dj sets, cours de zumba géants, massages, cosplay, atelier maquillage, déguisement, village et tour hantés, etc. Venez déguisés, une récompense sera remise pour le meilleur costume !

Inscriptions sur le site internet de la course 

 

10:53 Écrit par La Com dans Actualité | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

jeudi, 18 août 2016

Robert-Michon : «Tellement d’émotions»

La Lyonnaise savoure d’autant plus sa médaille d’argent au disque que le chemin parcouru pour y parvenir a été difficile.

ca-a-ete-long-pour-avoir-une-premiere-medaille-mais-je-l-ai-eue-quand-meme-jubilait-melina-robert-michon-photo-afp-1471390627.jpg

Avez-vous le sentiment d’avoir réalisé le concours parfait avec quatre jets à plus de 64,80 et le record de France (66,73m) ?

« C’est le concours que je voulais faire. Quand j’ai vu les start-lists et que j’étais la première à lancer, j’y ai vu un signe. Il fallait que je prenne mon destin en main pour mener une guerre psychologique. Avec 65,52m au premier jet, je savais que c’était bien parti mais je suis restée concentrée. Je ne voulais surtout pas terminer au pied du podium. »

Avez-vous pensé à l’or ?

« A la fin, je lance pour gagner. Mais c’était trop. Je suis incapable de me souvenir ce que j’ai fait. Je pourrais dire que j’avais de la marge. Mais je ne vais pas chipoter… »

Vous refaites le même coup qu’en 2013 quand vous terminez 2e (derrière Perkovic déjà) en battant le record de France…

« Mais les circonstances sont différentes. En 2013, j’étais la seule à y croire. Cette fois, tout le monde m’attendait. J’avais dit que je voulais une médaille. La saison 2015 a été très dure (10e aux Mondiaux et blessure au dos) mais elle m’a permis de me remettre question. J’avais été rongée par le stress. Je ne voulais pas revivre cette situation. J’ai souvent besoin d’être au pied du mur pour réussir. »

Qu’avez-vous ressenti quand la médaille a été acquise ?

« Ce sont tellement d’émotions. Ç’a été tellement dur pour y arriver que tout remonte. Je pense à mon compagnon Loïc, ma fille Elyssa, mes coaches. Loïc, cela fait 16 ans qu’il est à mes côtés. Il gère tout quand je ne suis pas là. Avec Serge (Debié), on a créé une relation qui va bien au-delà du sport.

2012_1207Image0032.JPG

Avec Jérôme (Simian), on forme un trio. Je suis tellement heureuse de pouvoir partager ça avec eux ici. J’aimerais aussi partager avec les gens du Parc de Parilly, mon groupe au club de Lyon Athlé. Sans eux, ce serait plus dur d’aller à l’entraînement. »

Quel regard portez-vous sur votre carrière ?

« Il n’y a pas de carrière idéale. Ça a été long pour avoir une première médaille. Mais je l’ai eue quand même. Et tout s’est enchaîné. Peu importe le chemin pourvu qu’on y arrive. C’est un peu ce qui résume ma carrière. »

Est-ce que ce sont vos derniers JO ?

« Oui, mais je préfère ne pas m’avancer. J’avais déjà dit que c’était les derniers à Londres. En tout cas, ce n’est pas ma dernière saison. »

Comment allez-vous vous remotiver ?

« Je fonctionne au plaisir. Je pense que faire une saison en tant que vice-championne olympique, ce sera sympa. Et il y a peut-être encore des choses à aller chercher. »

A Rio, recueilli par B.S.

 

MERCI MELINA !

une_17082016_v65.jpg

13:45 Écrit par La Com dans Athlétisme, Coup de Coeur | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

mardi, 16 août 2016

Mélina Robert-Michon en finale du disque olympique

Mélina Robert-Michon s'est qualifiée lundi pour sa troisième finale olympique du disque d'affilée. En réussissant 62,59m dès son premier jet, la Française disputera la finale du disque mardi à 16h20.

Athlétisme - JO 2016 - Rio - Melina Robert-Michon s'est qualifiée au premier jet. (Pawel Kopczynski/Reuters)

Dans l'autre groupe de qualification, Pauline Pousse n'a pu faire mieux que 58,98m, après deux tentatives ratées.

04:49 Écrit par La Com dans Athlétisme, Coup de Coeur, Résultats | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

Djamel Boudebibah, l’homme aux deux casquettes, est à Rio

Adjoint aux Sports de Bron, Djamel Boudebibah est actuellement aux JO en tant que manager des relais français d’athlétisme et de Floria Gueï, qui court dès ce samedi.

IMG_2602.JPG

Il fait partie des incontournables du microcosme brondillant. Élu depuis 1995, cinq ans après avoir rejoint le club de l’Asul athlétisme, Djamel Boudebibah partage sa vie entre son portefeuille d’adjoint aux Sports, depuis 2008, et l’athlétisme. Un mélange des genres qui pourrait interroger. Celui qui se définit comme un « pur brondillant » le sait et balaye toutes les potentielles remarques. « Je ne mélange pas », rappelle-t-il.

« Si j’ai tout bien fait, ça devrait aller »

Il faut dire que sa destinée sportive s’écrit bien au-delà des enjeux du stade Pierre-Dubœuf. Manager des relais de l’équipe de France d’athlétisme, le Brondillant est aussi entraîneur de Floria Gueï, l’une des plus talentueuses athlètes tricolores. Une athlète qu’il suivra, ce samedi, depuis les tribunes du stade olympique. « Elle a un nouveau statut à gérer. Pour le moment elle n’a pas de pression, expliquait-il avant son départ au Brésil, début août. L’objectif, c’est la finale olympique ». Une ambition élevée pour celui qui était sprinteur sous les couleurs algériennes lors des JO de Los Angeles, en 1984 (lire par ailleurs). Une ambition qu’il décline aussi avec « ses » relais. « Le 4x100 m masculin est bien. Pour le 4x400 m féminin, on peut viser un classement entre la 3e et la 6e place. Le masculin peut réaliser une belle performance et le 4x100 m féminin est celui qui peut amener une belle surprise », déclare-t-il, conscient que l’histoire lui échappe un peu désormais. « Je ne suis pas dans l’excitation. Je n’ai pas de doute, mais des interrogations. Maintenant, c’est leur histoire (aux athlètes, Ndlr). Si j’ai tout bien fait, ça devrait aller », avançait-il. Une mission pas forcément évidente pour des sprinteurs arrivés tôt au Brésil, parmi lesquels certains ne courront qu’à la toute fin des Jeux. « Le plus dur, ça va être de les tenir malgré les sollicitations, le village olympique. Il faut qu’ils soient acteurs sans se disperser ».

Réponse le 21 août au soir… Il sera ensuite temps de refaire ses valises. Il lui faudra à nouveau jongler entre le survêtement tricolore et le costume brondillant.

Cyrille Seux

Djamel Boudebibah,

en 2013 au sujet des JO de Los Angeles auxquels il participa avec l’Algérie

«Je n’en garde pas un bon souvenir. On était dans une période de guerre froide et l’esprit initial des JO était gâché par ce contexte politique.»

leprog.jpg

Floria Gueï : « Forcément déçue »

Quatrième de sa demi-finale du 400m en 51’’08, Floria Gueï est passée soir à côté de la qualification pour la finale olympique .

floria-guei.jpg

Au couloir 8, à l’extérieur de la piste, la Lyonnaise a rapidement été rattrapée par la Jamaïquaine Jackson (1re en 49’’99) et l’Américaine Hastings (2e en 49’’90) avant d’être devancée sur le fil par la Bahreïnienne Salwa Eid Naser (50’’88).

« Je suis forcément déçue, a commenté la vice-championne d’Europe. 51’’08, ce n’est pas ce que j’attendais. Je voulais au moins repartir avec mon record (50’’84). Ça passe à 50’’75… A chaud, je ne peux pas dire ce qui a cloché. Je pense avoir pris assez de risques au départ. Mais cela faisait un moment que je n’étais plus partie en aveugle. Ce n’est pas une excuse. Ça donne envie de continuer de bosser. J’aimerais que ça passe un jour en finale… Il faut que je progresse. En attendant, je dois me remobiliser pour le 4x400m. » 

B.S., notre envoyé spécial à Rio

02:32 Écrit par La Com dans Athlétisme, C'est dans Le Progrès | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

samedi, 13 août 2016

Kevin Campion : « J’ai besoin de déconnecter »

220371.jpgKevin Campion, le marcheur de Feyzin s’est classé 49e du 20km marche ce vendredi lors de la première journée des épreuves d’athlétisme. Une déception. Mais il se tourne déjà vers les prochains grands championnats.

Comment analysez-vous votre course ?

« C’est une très bonne expérience. On est aux JO ! Je n’ai pas répondu présent aujourd’hui. Mais je ne vais pas me morfondre. Je suis parti sur les allures que j’avais prévu de tenir. Je me sentais bien. Et d’un coup, ça a dégringolé. Ce n’était pas le bon jour. »

« Ce n’était pas le bon jour »

On vous a vu en deuxième position. Pourquoi ?

« Je cherchais à suivre mon plan de course. Le problème, c’est que le circuit est très étroit. À 80 sur une route de deux mètres de large, ça ne le fait pas. Je voulais surtout ne pas me faire marcher dessus. Peut-être que j’aurais dû être plus prudent, vu la météo. En partant du village, il pleuvait et il faisait froid, et quand je suis arrivé ici, il faisait grand beau. Mais il n’y a pas d’excuse. »

« Il n’y a pas d’excuse »

Est-ce que ça marque la fin d’un cycle ?

« Non, je vais continuer sur ma lancée. J’ai fait le pari de changer d’entraîneur en septembre (ndlr : Gilles Garcia). C’était une année un peu test. On apprend à se connaître. Le travail a été fait et bien fait. On ne va pas s’arrêter là. Il y a des Mondiaux l’année prochaine, des JO dans quatre ans… Avant, je vais souffler un peu en profitant des JO. J’irai voir l’athlé et d’autres sports. J’ai besoin de déconnecter. »

À Rio, recueilli par B.S.

leprog.jpg

Le classement général

11:09 Écrit par La Com dans Athlétisme, Résultats | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

samedi, 06 août 2016

Rio 2016: Quelques liens utiles !

jo-rio-2016.jpg

Quelques liens utiles

Le programme par discipline

Pour tout suivre de l'Athlétisme

ESPRITBLEU

(Le site des équipes de France)

francetvsport

WP_20160806_04_49_39_Pro.jpg

(photo prise par mon téléphone cette nuit)

11:24 Écrit par La Com dans Actualité, J.O. | Commentaires (1) |  Facebook |  Imprimer | |

jeudi, 04 août 2016

Rio 20116 : Jennifer Galais joue collectif

jo-rio-2016.jpgCette fois, c’est la bonne. Il y a quatre ans, Jennifer Galais avait manqué de très peu les Jeux Olympiques de Londres alors qu’elle émergeait tout juste au plus haut niveau. Cette année, pas question de louper le voyage à Rio. "C’était l’objectif de ma saison. Ne pas y aller aurait été une énorme déception", reconnait celle qui a décroché sa place dans le relais 4X100 m, "j’ai raté de peu la qualif’ en individuel. Sur 100 m comme sur 200 m, cela s’est joué à très peu de chose. Tant pis… Cette aventure du relais est tout de même une très belle opportunité".

La Lyonnaise de 24 ans, qui s’est essayée, plus jeune, à la gymnastique et au twirling bâton, s’est imposée au fil des années comme une référence du sprint féminin tricolore. Une progression récompensée par un premier titre national en élite. En juillet à Angers, la Kréopolitaine est devenue championne de France du 200 m. Elle sourit : "Clairement, c’est ma plus belle saison depuis que j’évolue à ce niveau. Un bel hiver, un bel été. Je ne pouvais pas espérer mieux. Et j’espère bien que ce n’est pas fini".

IMG_0896.JPG

"Tout peut arriver…"

Une fois de plus Jennifer Galais a dû renoncer à l’idée de passer des vacances à la Réunion. Elle est née à Lyon mais a gardé des attaches affectives fortes avec l’île de ses racines. Une preuve ? Son margouillat "974" tatoué sur le ventre. Son papa est originaire de Bellemène, sa maman vient de la Ravine des Cabris. "Ils ont la chance de revenir plus souvent que moi à la Réunion. Concilier le sport de haut niveau et les études, c’est parfois compliqué. C’est difficile de me dégager de longues périodes de vacances", reconnaît celle qui entamera à la rentrée un Master en management. Ce sera après avoir vécu l’expérience la plus excitante de sa jeune carrière. "C’est exactement ça. Je suis très excitée ! Je m’attends à vivre quelque chose de grand. J’ai tellement hâte d’y être. C’est la première fois que je fais une saison aussi longue. J’avais un peu d’appréhension par rapport à ça. Finalement, ça va. Je me sens bien".

Sur le papier, le relais 4X100 m français part de loin dans la course à la médaille olympique. Dans l’histoire des Jeux, les Bleues n’ont décroché qu’une seule médaille, en bronze, à Athènes en 2004. "Mais nous sommes conscientes que l’on peut faire quelque chose de bien. Nous avons une belle équipe. L’objectif, c’est d’aller en finale. Et après, tout peut arriver dans un relais", assure Jennifer Galais, qui a participé aux championnats d’Europe à Amsterdam en juillet. Eliminée en demi-finale du 100 m, elle a ensuite pris part au relais qui s’est classé sixième de la finale. "La priorité était alors de décrocher notre billet pour les Jeux Olympiques. Il n’était pas question de prendre des risques, nous avons bien assuré tous les passages de témoin. À Rio, ce sera différent. Nous allons pouvoir nous lâcher". Premier tour de piste le 18 août.

Lukas Garcia

Source http://www.clicanoo.re

17:48 Écrit par La Com dans Actualité, Athlétisme, Coup de Coeur | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu