ng_dbd2ce72aa62eef3aca6-original.jpg Robert-Michon : « De bon augure »
 

Pour une fois, les tribunes étaient pleines de bon matin pour les qualifications du disque féminin. D’accord, ce n’étaient pas celles du stade olympiques, mais une petite structure temporaire montée sur Museum plein, dans le centre-ville d’Amsterdam, et l’entrée gratuite. Mais Mélina Robert-Michon a adoré. Qu’importe qu’il ait fallu s’échauffer deux fois, entrer en chambre d’appel 90 minutes avant, et faire 25 minutes de navette : « Le concept est sympa, dit-elle. Ça attire des gens qui ne seraient peut-être pas venus. Le public était proche, la musique calée sur nous… Avec les Allemandes, on se disait que c’est dommage de ne pas revenir pour la finale. D’autant que les conditions de vent sont très bonnes. »

Les bonnes ondes l’ont stimulée. Avec une barre de qualif’ à 58m, il n’y avait pas trop de suspense. Mais elle a tenu à marquer son territoire au premier jet : 63,99m, le 5e meilleur de ces qualifications qui n’ont laissé personne sur le carreau. « Je sais que j’arrive à faire 60m dans toutes les conditions mais on ne sait jamais, a-t-elle commenté. Il fallait rester vigilante. » Jamais elle ne s’était ouvert les portes de la finale (vendredi à 20h15) aussi largement : « C’est de bon augure. Quand on passe au premier jet, on se dit que tout est bien en place. »

B.S.