Robert-Michon a eu chaud

2009_0517Image0296.JPG

Elle l’avait senti venir car Pauline Pousse l’avait déjà rejoint cette année au-delà des 60m. N’empêche, Mélina Robert-Michon, titrée depuis 2000 (sauf en 2010 pour cause de grossesse), s’est laissée surprendre quand Pousse l’a poussé à une course poursuite après un jet à 62,68m (minima olympiques). La vice-championne du monde 2013 et d’Europe 2014 devra attendre son cinquième essai pour se libérer enfin (63,40m, record des championnats de France). «Quand elle m’a passé devant, je me suis dit qu’il fallait que je me bouge, raconte la Lyonnaise. Là, j’ai gâché un ou deux essais en étant pas sur des bonnes intentions. Je voulais vraiment aller loin. Mais je me suis précipitée en partant trop vite au départ. Techniquement, ça se dégradait. Il y avait trop d’envie… Ce qui est bien c’est que j’ai réussi à me recentrer. J’ai souvent besoin d’être au pied du mur pour rebondir.»

400 m : Gueï tournée vers Amsterdam

13330909_1319020938112337_3797740068583997989_n.jpg

Floria Gueï est bien la patronne du tour de piste. La Lyonnaise a conservé avec autorité son titre national avec plus d’une seconde d’avance sur Marie Gayot (2e en 52’’29). Le chrono ne s’est pas envolé (51’’21), à cause du fort de vent de face, ligne opposée. Mais l’or et la manière lui suffisent : « J’ai fait de grosses séances d’entraînement la semaine dernière. Ces championnats de France devaient me servir pour travailler des schémas de courses précis. C’était un très bon exercice. »

La voilà fin prête pour le championnat d’Europe (6-11 juillet à Amsterdam). L’héroïne du relais 4x400m de l’Euro 2014 à Zurich y vise la première médaille individuelle de sa carrière. Meilleure performeuse européenne de la saison depuis sa victoire au meeting de Birmingham (50’’84), elle assume sa pancarte de favorite : « Je ne me laisse pas bercer par le bilan, je sais que la médaille ne viendra pas toute seule, dit-elle. Mais mon statut ne me gêne pas du tout. Je ne suis plus la même que les années précédentes. »

Galais a renoué le fil

IMG_0260.JPG

La Décinoise (24 ans) a décroché sur 200 m son premier titre national (23’’36). Elle va retrouver l’équipe de France après deux ans d’éclipse.

Elle a failli faire la fine bouche. Mais finalement, elle a préféré savourer : « C’est mon premier titre chez les grandes. Je l’ai tellement attendu… » Il n’y a pas eu photo. Tout en puissance, pleine piste, la Décinoise (24 ans) n’a pas laissé passer l’occasion ce dimanche à Angers. Elle avait une revanche personnelle à prendre, 24 heures après sa 4e place en finale du 100 m (11’’34). «J’étais tellement frustrée », avoue-t-elle alors qu’elle avait filé en 11’’26 en série. « Elle est passée complètement à travers, résume son coach Grégory Duval. Finalement, elle a bien rattrapé la situation. »

Seul regret, le chrono (23’’36; +0,1m/s). «Mais avec le vent de face dans le virage, c’était difficile de faire mieux. J’aurais aimé faire les minima pour le championnat d’Europe (23’’04)… Mais je n’oublie pas qu’il y a pile un an, j’étais au fond du trou. »

En 93’’32 il y a un an

En proie à des « problèmes personnels », elle avait quitté les championnats de France à Villeneuve-d’Ascq en larmes. Complètement à côté de ses pointes, elle avait fini dernière de la finale du 200 m en 93’’32, en marchant après avoir stoppé son effort en entrée de ligne droite ! « Même mon petit-neveu aurait pu faire mieux », rigole-t-elle aujourd’hui.

Depuis, elle a d’abord « mis de l’ordre ». « Je savais qu’une fois le problème réglé, ça irait mieux. » Déjà en vue l’hiver dernier, elle a confirmé cet été en réalisant les minima pour l’Euro sur 100 m (11’’25 aux Régionaux) et en échouant à seulement trois centièmes sur 200 m (23’’07 également aux Régionaux). Après deux ans d’éclipse, elle va retrouver le maillot bleu la semaine prochaine à Amsterdam.

Sur quelle distance ? Elle n’a rempli les critères de la Fédération que sur 100 m. Mais sa préférence a toujours été vers le demi-tour de piste. « J’ai plaidé pour qu’elle soit quand même alignée sur 200 m, confie son coach. Elle est mieux placée aux bilans européens (19e ) et surtout, elle a une marge de progression beaucoup plus importante sur cette distance. En courant en 22’’90, il y a moyen de rentrer en finale, alors que sur 100 m, c’est beaucoup plus difficile à envisager. »

Réponse ce lundi à la publication de la liste.

Lufutucu renaît sur 400 m haies

IMG_9595.JPG

Avant de monter sur le podium, Anaïs Lufutucu a pris le temps de se maquiller. « C’est ma première médaille, il faut être belle », souriait l’athlète de l’Asvel. À 24 ans, elle a créé la surprise en décrochant le bronze sur 400 m haies (57’’66) dès sa première année dans la discipline. Espoir prometteuse en sprint, passée sur 400 m après une accumulation de blessures, elle s’est convertie il y a un an au 400 m haies lors du meeting de Tarare : « J’étais tombée à la 9e haie mais j’avais quand même fait 60’’58, raconte-t-elle. J’ai eu un bon feeling. C’est une nouvelle vie qui commence. J’ai encore beaucoup de défauts à gommer. »

Campion titré sans Diniz

IMG_6085.JPG

Kevin Campion a remporté le titre du 5 000 m marche en solitaire (18’59’’46) après l’abandon de Yohan Diniz (allergie au pollen). « Seul, j’ai dû me battre parce que le départ rapide de Yohan m’avait séché. Je fais moins de 19 minutes, avec une bonne technique, c’est pas mal », estime le Feyzinois qui a pris la route de Font-Romeu où il va préparer les JO de Rio.

Diarra avec le relais 4x400m ?

IMG_0456.JPG

5e de la finale du 400 m (52’’74) au couloir 1, Eléa Mariama Diarra s’est placée en candidate pour intégrer le relais 4x400m à l’Euro* et aux JO. « Je regrette juste d’avoir l’impression de commencer ma saison. J’aurais eu besoin de courir plus », explique la Décinoise opérée des tendons d’Achille l’automne dernier. 

*Officiellement sélectionnée pour le relais d'Amstersam

 DE NOTRE ENVOYÉ SPÉCIAL À ANGERS BENJAMIN STEEN

Les résultats

La sélection

leprog.jpg