Jennifer Galais (11’’25) et Pierre-Alexis Pessonneaux (10’’33) ont profité des conditions parfaites pour rajeunir leurs records personnels sur 100 mètres.

C’était l’alliance parfaite : du soleil, une température douce et un vent portant pile dans l’axe de la ligne droite du Stade de Parilly. Jennifer Galais et Pierre-Alexis Pessonneaux en ont profité pour sortir du tunnel.

La série a suffi pour la sprinteuse de Décines Meyzieu Athlé (24 ans) : 11’’25 (+1,6 m/s), minima requis pour le championnat d’Europe à Amsterdam (6-10 juillet). Bim ! Si renversant pour elle, qu’elle n’avait plus d’influx en finale (11’’47; +1,3 m/s): «C’était un truc de fou en série, je n’avais plus l’habitude de ce genre de sensations. »

Pessonneaux (AS Aix-les-Bains), lui, a dû attendre la finale pour exploser : 10’’33 (+1,7 m/s), troisième meilleure performance française de la saison derrière Jimmy Vicaut et son pote Christophe Lemaitre. Bam !

Galais : « Un grand soulagement »

IMG_0259.JPG

C’était jour de renaissances à Vénissieux pour les deux Internationaux aux records bloqués respectivement depuis 2014 et 2012. « Je ne sais même plus de quand il date », hésitait même Pessonneaux, incapable de se souvenir de ses 10’’39 en 2012 déjà sur cette même piste.

Galais, elle, comptait les jours depuis ses 11’’40 : « Cela fait deux ans que je courais après. » En proie à des « problèmes personnels », elle avait même fini par sortir du collectif relais 4x100m de l’équipe de France. Après avoir « remis de l’ordre », elle a commencé à battre son record sur 60 m en salle cet hiver (7’’27) avant de confirmer hier son retour au premier plan : « C’est un grand soulagement. Mais je ne m’arrête pas à ça. Maintenant, il faut être régulière à ce niveau. C’est bien beau de faire ce chrono en série des Régionaux. Mais il faudra le refaire avec du monde autour. »

À 28 ans, Pessonneaux n’espérait même plus progresser sur 100 m : « C’est vrai que je ne pensais pas que c’était encore possible. À force de buter dessus… Et puis l’âge n’arrange rien. Mais cela prouve que la méthode aixoise fonctionne. » Pourtant, il y a dix jours, le médaillé de bronze aux JO de Londres avec le 4x100m errait au meeting de Bron (faux départ sur 100m et 21’’12 sur 200 m). « Le lendemain, Pierrot (Carraz, son coach) m’a dit qu’on allait travailler la fréquence de foulée et que je ferai 10’’35 ce week-end… En course, j’avais l’impression de ne pas courir naturellement, mais le résultat prouve que c’est efficace. »

IMG_2762 (1280x853).jpg

La bonne nouvelle dépasse leur cas personnel. Ce sont deux relayeurs qui reviennent dans le jeu à deux mois des JO de Rio. En attendant, ils s’alignent tous les deux ce dimanche aux Régionaux sur 200m, leur distance fétiche.

BENJAMIN STEEN

  Résultats