IMG_3859.JPG

 « Je n’avais pas prévu d’investissement au cours de ce mandat pour refaire la piste d’athlétisme. » Au moins, les choses explicitement énoncées par le maire, Bruno Peylachon, ont le méritent d’être claires. Il faudra s’y résoudre : la piste du stade Léon-Masson, qui accueille chaque année, depuis plus de 25 ans, le fameux meeting de 400 mètres haies et des sportifs de haut niveau ne sera vraisemblablement pas refaite pour le 30e anniversaire de l’épreuve, en 2017. Pourtant, c’était le le souhait de son organisateur, Jean-Jacques Behm, qui attendait pour l’occasion la venue de Kevin Young, recordman du monde de la discipline.

La piste, qui était la plus performante du département dans les années 1980, est décrite aujourd’hui par ceux qui l’utilisent au quotidien comme étant pleine de « trous », dus à des affaissements. Des affaissements que l’on ressent notamment là où la Turdine passe en dessous. Pour ceux-là, il faudrait tout refaire : montant de la réhabilitation : entre 450 000 et 600 000 €.

Le maire de l’époque, Jean Besson, qui avait installé la piste, confiait dans nos colonnes que quitte à engager des travaux, autant aller jusqu’au bout et « prolonger la ligne droite devant la tribune pour que les arrivées puissent se faire de ce côté-ci ».

« Avant de parler chiffres et montant de réhabilitation, il faut que l’on sache si on doit prévoir des petites ou de grosses réparations. L’idée, c’est d’y voir plus clair », soutient Bruno Peylachon. Lors du dernier conseil municipal, le 29 février, au cours duquel a été voté le budget 2016, le maire et son adjointe aux Finances ont proposé, au rang des investissements de l’année, le financement à hauteur de 5 000 € d’un diagnostic pour évaluer l’état de la piste. Reste à savoir si les conclusions de l’étude diront autre chose que ce que les sportifs répètent depuis de nombreuses années…

TATIANA VAZQUEZ

Selon Roger Bardin

« Au quotidien, on s’adapte à cette piste, on s’y entraîne, on court dessus. Mais cet équipement est totalement caduc. Et je ne parle même pas d’attirer des sportifs vedettes pour le meeting du Quatrache. Aujourd’hui, on ne peut même pas organiser une compétition d’un niveau régional ou départemental, comme peut le faire Villefranche, trois fois dans l’année. Sans parler des installations annexes de la piste. On ne peut plus lancer, on ne peut plus sauter, les tapis sont morts. Rien n’est plus aux normes, j’ai interdit les lancers le samedi quand il y a des enfants. Un jour, il y aura un pépin… Tout est à refaire. Alors ces 5 000 € que la mairie veut investir dans un diagnostic de la piste, je préférerais qu’elle les mette dans une nouvelle aire de lancer. Cela fait cinq ans que l’on met des emplâtres sur cet équipement. Si on veut aller au fond des choses, il faut tout refaire. Mais je suis pessimiste. Je crois que cela n’arrivera pas avant 2020. »

leprog.jpg