compteur

Avertir le modérateur

dimanche, 31 janvier 2016

Hier à La Duchère

2012_0917Image0047.JPGLemaitre à l’ordinaire

Le Culozien a fait une rentrée plus appliquée que rapide sur 60 mètres (6’’65) aux Interrégionaux à la halle de La Duchère.

Pas de poings serrés, ni de sauts de cabri comme après ses 6’’57 aux Interrégionaux en salle 2015 sur la piste bleutée de la halle de La Duchère. Même lieu, même contexte un an plus tard, Christophe Lemaitre a cette fois quitté la scène tête basse. Déjà frustré en série (6’’66), il venait de grignoter un petit centième en finale du 60 mètres (6’’65).

Une rentrée ordinaire, en fait, tout à fait dans ses standards. Pas de quoi bouder. Mais après une préparation foncière sans accroc, un stage de deux semaines sous le soleil de l’Afrique du Sud et des sensations prometteuses à l’entraînement, le vice-champion d’Europe du 100 m et du 200 m et son coach Pierre Carraz misaient sur un chrono « au moins sous les 6’’60 ».

«C’était la rentrée, il fallait surtout s’amuser et ça m’a fait plaisir de courir ici, mais j’espérais mieux, admet Lemaitre. Je pensais au moins faire aussi bien que l’année dernière. Mais ce n’était pas le moment de faire un chrono. A moi de bien bosser et de régler les détails. »

Pierre Carraz : « Ça avançait fort… »

Comme souvent avec lui, c’est au départ que se terrent ces détails : « Les deux fois (série et finale), je me marche dessus. Dommage car le temps de réaction est bon. » Manquait aussi Emmanuel Biron, qui l’avait tiré l’an dernier, et qui cette année a fait faux bond (lire par ailleurs) : « Son absence m’a déçu. Avoir à côté un gars comme ça, habitué de la salle, bon partant, ça m’aurait aidé. Tant pis, j’ai fait sans… »

Il y aura atelier départs à l’entraînement cette semaine, alors qu’il n’avait plus remis les pieds dans les starting-blocks en compétition depuis le 13 septembre et le meeting de Rieti. Pour le reste, les quarante derniers mètres ont donné satisfaction : « Il a confondu vitesse et précipitation, mais il est très fort, martèle Carraz. Une fois lancé, c’était fluide. Ça avançait fort… »

Pour le transformer en chrono, il lui reste quatre occasions en un mois jusqu’aux championnats de France en salle (27-28 février à Aubière). L’an passé, après son départ canon, il n’avait fait que plonger. Cette fois, « je ne peux que m’améliorer », dit-il une semaine avant de se rendre au meeting de Mondeville où il aura du répondant dans les couloirs voisins.

En attendant, il va finalement profiter aujourd’hui d’un dimanche de repos au lieu de s’aligner sur le 200 m comme c’était prévu. Les deux tours de piste à boucler lui ont fait un peu peur : « J’ai un mois de compétition devant moi, explique-t-il. Je n’ai pas envie de me défoncer dès le premier week-end. » Sage décision car le fessier, qui lui a gâché l’existence l’été dernier, s’est à nouveau manifesté cet hiver. L’origine du mal est maintenant connue (un déséquilibre au niveau du sacrum) mais le travail de renforcement reste en cours…

BENJAMIN STEEN

Jennifer Galais passe le cap

jennifer-galais-a-confirme-son-retour-au-premier-plan-sur-60m-(7-35)-photo-maxime-jegat-1454191382.jpg

Photo: Maxime Jegat

Après sa série gagnée en 7’’40 tout rond, Jennifer Galais pestait : « Mais pourquoi ne veulent-ils (les juges) pas corriger mes chronos à 7’’39?» Il y a deux semaines, aux Régionaux, la sprinteuse décinoise avait déjà buté sur cette barrière psychologique (7’’40) avant de se rater il y a huit jours à Nantes (7’’50 en série et en finale) : « En dehors de mon périmètre régional, je n’y arrive pas. »

Sa frustration s’est vite envolée en finale sur sa piste lyonnaise avec une victoire en 7’’35 devant Eloyse Lesueur (7’’44). Qu’importe si son départ dans le coup de pistolet a flirté avec l’anticipation. « Ça fait du bien de passer sous les 7’’40, sourit-elle. C’est encourageant et motivant. Je sais que je peux faire mieux. »

D’ores et déjà à seulement quatre centièmes de son record personnel (7’’31 en 2013), elle confirme son retour après deux saisons noires. « J’ai été plus vite l’an dernier (7’’32) mais uniquement aux championnats de France (3e ), remarque-t-elle. Cela fait longtemps que je ne me suis pas sentie aussi bien en cours de saison. »

Pas besoin d’en rajouter donc. Avec son coach, Grégory Duval, elle a décidé de ne plus courir en compétition jusqu’aux championnats de France (27-28 février), organisés à Aubière (Puy de Dôme) où elle est comme chez elle : « C’est dans mon périmètre… »

B.S.

leprog.jpg

Tous les résultats

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu