compteur

Avertir le modérateur

samedi, 30 janvier 2016

Tous en salle !

IMG_5393.JPGLemaitre : « J’y crois encore »

Blessé en 2015, le vice-champion d’Europe du 100 m et du 200 m inaugure l’année olympique plein d’espoirs, ce week-end aux Interrégionaux en salle à Lyon.

« C’ est opération “reconquête” ! » Mercredi à Aix-les-Bains, le coach Pierre Carraz moque gentiment l’importance des Interrégionaux en salle à Lyon où Christophe Lemaitre (25 ans) effectue sa rentrée sur 60 m ce samedi (série 13h50 ; finale 15h35) et 200 m dimanche. Mais il y a un peu de ça après un été 2015 gâché par une blessure au fessier (éliminations en demies sur 100 m et 200 m aux Mondiaux à Pékin) et une grosse remise en cause. En définitive, il a choisi le cocon d’Aix au moins jusqu’aux JO Rio (5-21 août). Depuis, la préparation s’est déroulée sans anicroche si ce n’est une alerte au fessier (« Rien à voir avec l’an dernier », dit-il). « Il va déjà plus vite qu’à Pékin », promet Carraz. Premier rebond ce week-end pour la première de ses quatre sorties hivernales (1) ?

Christophe, on vous retrouve à Aix finalement…

Si cela avait été la meilleure solution, je n’aurais pas hésité à partir. Je me suis posé la question. On a eu une réunion avec Pierre et Laurence (ndlr : Bily, la manager nationale du sprint avec qui il souhaitait travailler). On en a conclu que c’était préférable que je reste ici pour cette année olympique.

Quels étaient les arguments pour le statu quo ?

Je voulais rester avec Pierrot qui me connaît depuis mes débuts. Et Laurence estime qu’il y aurait eu une confrontation de styles si je travaillais en même temps avec elle. Cela aurait causé des conflits dans la préparation.

A-t-on essayé de vous influencer ?

J’ai eu vent de ce qu’on aurait voulu que je fasse. Mais sans y prêter attention.

N’aurait-il pas été plus sage de renoncer aux Mondiaux 2015 ?

Je me moque qu’on me fusille (sic). Je voulais me faire plaisir. C’était une décision réfléchie.

L’an passé, vous vouliez retrouver votre “fighting spirit”. Y êtes vous parvenu ?

J’y suis arrivé avant la blessure. Je l’ai aussi montré en allant à Pékin malgré tout. Cela va continuer en s’améliorant cet hiver.

Votre coach estime que vous devez aussi retrouver le plaisir.

Je suis d’accord. C’est ce que je recherche cet hiver. La compète me manque.

Pensez-vous retrouver votre meilleur niveau, celui de 2010-2012 ?

J’y crois toujours. Je sais que j’en suis capable. Il faut juste que je m’entraîne sans pépin.

Avez-vous tiré des enseignements de votre blessure à la fesse l’été dernier ?

C’est la vieillesse (rire) ! On n’a pas pris assez de temps parce que c’était une blessure atypique. L’erreur a été de revenir trop tôt, trop vite.

Selon un sondage de L’Equipe magazine , vous êtes le 12e sportif préféré des Français…

Je m’attendais à ne plus être dans ce classement. Ça me fait plaisir. Cela prouve que j’ai le soutien du public malgré des performances en baisse.

Qu’attendez-vous de la saison en salle ?

Rien à part rester champion de France et courir aux alentours de mon record (6’’55). Ce serait bien de faire comme l’an passé pour ma rentrée à Lyon (6’’57). Je ne m’étais pas pris la tête. Lorsque je cours relâché, ça passe.

(1) Mondeville (6 février), Berlin (13 février), Metz (21 février) et championnats de France élites (27-28 février à Aubière).

Le doublé à l’Euro

Christophe Lemaitre prévoit de s’aligner sur 100m, 200m et 4x100m aux JO de Rio (5-21 août) mais aussi à l’Euro à Amsterdam (6-10 juillet). « Les 12 meilleurs aux bilans n’auront que deux tours, fait-il remarquer. Cela donne un jour de repos en plus. C’est intéressant. »

PROPOS RECUEILLIS PAR BENJAMIN STEEN

leprog.jpg

IMG_5445.JPGGueï en test de vitesse

Floria Gueï ne zappe pas la salle mais c’est tout comme : deux sorties à son programme, ce dimanche aux Interrégionaux sur 200 m et le meeting de Metz (21 février) sur 300 m. Mais aucune apparition sur 400 m. « L’idée, c’est juste de se faire plaisir après une longue période d’entraînement et de voir où j’en suis au niveau de la vitesse. » C’est l’un des axes majeurs de progression de la Lyonnaise qui lorgne une médaille européenne et la finale des JO après sa demie aux Mondiaux de Pékin sur 400 m. « J’aimerais améliorer mon record (23’’39 )», dit-elle en prévision de son affrontement ce dimanche avec Stella Akakpo (série 11h00, finale 15h55).

Marine Mignon, la cadette éclair

Elle est jeune (16 ans), grande (1,75 m), blonde, quasi débutante mais file déjà comme l’éclair à coups de foulées saccadées, de préférence sur 200 mètres. De quoi convoquer le souvenir des premiers pas de Christophe Lemaitre… Même si une dizaine d’athlètes de l’équipe de France font leur rentrée ce week-end aux Interrégionaux, Marine Mignon (Entente Sud Lyonnais) va être scrutée à la Halle de La Duchère.

C’est que la Lyonnaise, lycéenne en 1re S, grille les étapes. Ancienne meneuse au club de Lyon basket féminin, elle n’a bifurqué qu’il y a deux ans. Elle a déjà accroché deux titres de championne de France cadette (100 m en 11’’72 et 200 m en 24’’06) et une médaille d’or au Festival de la jeunesse européenne (200 m) à Tbilissi. « Je ne m’attendais pas à un tel été », dit-elle. Son coach, Franck Matamba, non plus : « Elle me surprend toujours : quand elle gagne le championnat de France du 200 m en 24’’06, alors que son record était de 24’’80, j’ai cru à une erreur… »

C’est trop tôt pour lui prédire une grande carrière, mais elle a toutes les cartes en main assure l’entraîneur brondillant : « Je ne la considère pas comme une pépite. Mais je sais qu’elle a le mental depuis que je l’ai vue s’arracher dans les cross. Elle est sérieuse. Elle aime analyser tout ce qu’elle fait. » L’athlé n’est plus un simple hobby pour elle. Un équipementier mise déjà sur son potentiel, mais elle évite de se projeter : « C’est un loisir, relativise-t-elle, mais un loisir indispensable. Le plaisir, je le prends en m’améliorant. » C’est toujours le cas cet hiver alors qu’elle vient de raboter son record sur 60 m de 11 centièmes (7’’58). Ce week-end, elle double avec le 200 m. Attention au chrono car le record de France en salle cadettes de Fabe Dia (23’’99 en 1994) n’est pas loin…

Marine Mignon

L’athlé est un loisir, mais un loisir indispensable

BENJAMIN STEEN

Les horaires

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu