compteur

Avertir le modérateur

samedi, 17 octobre 2015

Martin Scorsese a reçu le Prix Lumière à Lyon

 5296922781025532836.gif« Je ne sais pas si je vais survivre à cette émotion »

Prix Lumière 2015. Le plus mythique des cinéastes a reçu le Prix Lumière de Lyon pour l’ensemble de son œuvre. Ni son « Taxi driver » Robert De Niro, ni aucun acteur de son gang, n’a hélas pu assister à la cérémonie, moins émouvante que les précédents hommages à Tarantino et Almodóvar.

photo-pierre-augros-1445062875.jpg

Un seul être manque et toute une cérémonie semble dépeuplée. Robert De Niro, tant espéré, et avec qui Scorsese va prochainement entreprendre « The Irishman », n’est finalement pas venu remettre le Prix Lumière à son complice Marty. Mais il a envoyé une vidéo, toute petite, pour dire : « J’aurais adoré venir à Lyon mais je suis en train de tourner un film sur Bernard Madoff… Amuse-toi ». Vingt secondes, mieux que rien, mais tellement frustrant.

Difficile, après cette désillusion crève-cœur, de retrouver le punch de l’édition Tarantino ou le frisson, particulièrement émouvant, d’Almodóvar. Malgré la reprise de « New York, New York » par Camélia Jordana, malgré les trémolos frémissants de Jane Birkin sur « As time goes by », et malgré un surprenant plan séquence de trois minutes que le cinéaste iranien Abbas Kiarostami, Palme d’or 1997, a offert à l’invité d’honneur : un cheval court dans la neige, l’image semble crasseuse, la vitre se baisse, l’image devient limpide… Une métaphore de la restauration des films, cheval de bataille de Scorsese.

Bertrand Tavernier, qui avait convaincu Scorsese de devenir son acteur dans « Autour de minuit » était aussi absent. Convalescence. C’est donc François Cluzet qui fut chargé de lire, en duo avec Thierry Frémaux, l’hommage au « Kurosawa de la 42e rue », comme se plaît à le surnommer le président de l’institut Lumière. Un beau moment.

Puis arriva la raison d’être d e la soirée, la remise du prix, par l’actrice Salma Hayek, incarnation du cinéma mexicain qui a été célébré durant le festival. « Je ne sais pas si je vais survivre à l’émotion de recevoir cette récompense dans la ville où le cinéma est né » a obligeamment lâché l’immense virtuose du septième art, pour réchauffer l’ambiance. « Ma mission de sauvegarder et de restaurer les films est née d’une colère, du chagrin de voir disparaître ce patrimoine magnifique. Il faut apprendre aux jeunes générations à s’intéresser d’une autre façon aux images qu’en regardant des images de six secondes sur leur iPhone. Ils doivent comprendre que ces images peuvent changer leur vie ». Message reçu, maestro. Mais par pitié, survivez à votre émotion : vos films, eux, ont bouleversé tant de vies et converti tant de cinéphiles.

 

David S. Tran Photos Pierre Augro

10:12 Écrit par La Com dans Actualité, Coup de Coeur | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu