compteur

Avertir le modérateur

samedi, 08 novembre 2014

TRAIL LUT BY NIGHT

P4060020.JPGLa nuit aussi leur appartient

Déclinaison nocturne du Lyon Urban Trail créé en 2007, le LUT by night va réunir la nuit prochaine plus de 4 000 concurrents pour sa première édition.

La scène se déroule le 22 février 2013. Il fait si froid que les bouches crachent de la fumée. A cheval sur les collines de Fourvière et de la Croix-Rousse, une grosse centaine de coureurs à pied s’amuse à monter et descendre les escaliers et les ruelles des vieux quartiers de Lyon, encore et encore, jusqu’au bout de la nuit. Ils participent aux « Milmils », une organisation « pirate », sans chrono ni déclaration en préfecture, à la fréquence très aléatoire. Le but du jeu : courir jusqu’à ce que le GPS indique 1 000 m de dénivelé positif en cumulé…

Une bonne occasion de tester les frontales avant la SaintéLyon

Créé il y a quinze ans par deux anciens spécialistes des raids-aventure, Pascal Lillaz et Arnaud Borron, ce concept aussi « foutraque » qu’avant-gardiste avait déjà inspiré l’agence Extra Sports quand la société organisatrice de la SaintéLyon avait imaginé le Lyon Urban Trail (LUT) en 2007. Accompagné à ses débuts d’un certain scepticisme, ce format, a priori tout en contradictions, a depuis rencontré son public (7 000 engagés en 2014) et essaimé partout dans le monde au point que des équipementiers ont créé des gammes spécifiques de chaussures. Présents cette nuit-là dans le peloton des « Milmils », les dirigeants d’Extra Sports se laissent séduire : pourquoi ne pas décliner désormais le LUT en version nocturne ?

« En fait, on y pensait depuis longtemps mais on n’osait pas se lancer », précise Romain Houze de la société lyonnaise qui ne pouvait passer à côté de l’opportunité de « mixer » le terrain du LUT avec les jeux de lumières de la SaintéLyon. Sauf que l’effervescence de la vie nocturne lyonnaise a de quoi effrayer. Passe encore de réunir des milliers de coureurs place de Terreaux le dimanche à 8 heures du matin pour le LUT classique. Mais difficile d’imaginer la cohabitation des runners et des « teufers » à la nuit tombée un samedi soir !

Sauf à contourner le problème en évitant le secteur de la Croix Rousse et de la Presqu’Île, ce qui laisse tout de même un beau terrain de jeu sur les innombrables liaisons entre les quais de Saône et le haut de la colline de Fourvière, ou encore en s’aventurant du côté de Sainte-Foy-lès-Lyon.

Classement « anecdotique »

Pour le lancement, ce samedi soir, deux parcours sont proposés : un 14,5 km (550 m D +) et un 24 km (800 m D +) où la lampe sera nécessaire pour y voir clair car c’est évidemment les coupe-gorge les plus sordides qui ont la priorité. Ambiance et points de vue garantis !

D’ailleurs, alors que la jauge avait été fixée à 3 000, les organisateurs ont dû revoir la taille il y a un mois en s’apercevant qu’ils explosaient les compteurs : « On était déjà complet, explique Romain Houze. Du coup, on a fait en sorte de pouvoir accueillir 1 000 personnes de plus. » Pour la grande majorité, qu’importe s’il y a un chrono et un classement au bout. « La course est presque anecdotique, confirme l’organisateur. C’est à peine si on fera un petit podium. » Contrairement au LUT de printemps, peu de cadors font de toute façon le déplacement. Mais pour les plus pointus, à pile un mois de la SaintéLyon, c’est quand même une bonne façon de tester sa frontale.

Benjamin Steen

Stuck en test

 

A un mois de la SaintéLyon, le traileur des Monts d’or dispute au LUT by night sa dernière course de préparation.

IMG_9018.JPG

Yoann Stuck ne s’en cache pas : il a la SaintéLyon dans le viseur. Après un été passé dans les Alpes (7e de la 6000D et 17e de la CCC), le lauréat du trail des Cabornis 2014 s’applique depuis la rentrée à gagner toutes ses courses de préparation. Seule exception, une deuxième place au trail des Trois-Monts à Limonest. Sinon, il s’est imposé au Trail de Roche (31 km), à la Course des neuf clochers (24 km) et enfin à la Val Lyonnaise (26 km)… A un mois du raid nocturne dont il a pris la 13eplace l’an dernier, il accroche un dernier dossard ce samedi soir pour le LUT by night sur 24 km. « J’avais prévu initialement de faire le marathon Nice-Cannes, explique-t-il. Comme ma compagne est enceinte, on a préféré ne pas bouger. Le LUT s’intègre bien dans ma préparation pour la SaintéLyon puisqu’il faut engager un gros travail de vitesse. Hormis la partie sur Fourvière, j’ai l’impression qu’il faudra beaucoup courir, notamment du côté de Sainte-Foy-les-Lyon. Mais on verra l’état des jambes : en ce moment, je fais beaucoup de volume à l’entraînement. Je ne sais vraiment pas ce que ça va donner. Et de toute façon, il faudra faire attention sur les marches si c’est glissant. »

A priori, ça ne se bousculera pas à ses côtés. Seul adversaire annoncé, le Lyonnais Sébastien Hours devrait lui offrir un très bon point de repère.

10:48 Écrit par La Com dans Actualité, Course sur route | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu