compteur

Avertir le modérateur

jeudi, 03 juillet 2014

MEETING DE BRON. Estelle Perrossier : « Décomplexée »

2012_0610Image0132.JPGAprès avoir couru en 52’’45 sur 400m la semaine dernière à Nancy (3e performance française de la saison), l’athlète de l’Entente Sud Lyonnais voit ses ambitions gonfler.

A 24 ans, Estelle Perrossier continue d’explorer son potentiel. Née au 400 m par hasard il y a cinq ans, après avoir longtemps couru les 10 km sur route, elle ne cesse de gravir les échelons. Et tout s’accélère cette année : déjà appelée en équipe de France de relais l’an passé pour les championnats d’Europe par équipes (sans courir), elle en est devenue une adhérente régulière cette saison (challenge mondial des relais et championnats d’Europe par équipes) dans la foulée d’un premier titre national en salle l’hiver dernier à Bordeaux. De quoi nourrir désormais des ambitions internationales en individuel. Intégrée in extremis au meeting de Nancy vendredi dernier, elle en a profité pour raboter singulièrement son record personnel (52’’45 au lieu de 52’’91) à 45 centièmes des minima pour les championnats d’Europe de Zurich (12-17 août). « Elle était au couloir 8, en aveugle et elle s’est endormie dans le virage, fait remarquer son coach Franck Matamba. Il y a de la place pour faire 52’’00. » Prochaine chance ce jeudi soir à Bron sur sa piste d’entraînement.

> Comment avez-vous réagi en voyant votre chrono à Nancy ?

J’étais très contente surtout en ayant couru au couloir 8. J’ai apprécié le moment à sa juste valeur puisque ce n’est que la deuxième fois que je passe sous les 53 secondes. Depuis cinq ans, j’ai une progression constante. Le travail paye.

> Pensiez-vous aux minima avant de réaliser cette performance ?

J’y songeais, mais tant que le chrono ne descend pas, ça ne sert à rien de parler. Maintenant, je me dis qu’avec de bonnes conditions, dans une bonne course, c’est peut-être possible.

> Dès ce jeudi soir à Bron ?

Pourquoi pas ! C’est l’objectif même si je sais que je serai un peu seule. J’espère au moins courir au niveau de ma course à Nancy. De toute façon, je sais qu’il faudra surtout être présente aux championnats de France. Deux filles ont déjà fait les minima (Floria Gueï et Marie Gayot) et d’autres sont capables de les réaliser pour seulement trois places.

> Quel a été l’impact de vos sélections en Bleu avec le relais 4x400m sur vos performances individuelles ?

Elles m’ont décomplexée. L’an dernier, c’était déjà très gratifiant. Mais cette année, courir aux Bahamas (en série du challenge mondial des relais) et en Allemagne (3e au championnat d’Europe par équipe à Braunschweig) m’a beaucoup touchée. Je disais aux autres filles que c’était fou pour moi de me retrouver là alors que je n’ai jamais fait une finale des championnats de France Élites ! Depuis, je crois que j’ai compris comment s’inscrire véritablement dans une démarche de haut niveau.

Recueilli par B.Steen

leprog.jpg

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu