compteur

Avertir le modérateur

vendredi, 04 avril 2014

Cucherat à la barre du sport lyonnais

yann-cucherat-(a-g-)-lors-de-la-remise-des-lions-du-sport-en-2008-avec-gerard-collomb-et-thierry-braillard-photo-le-progres.jpgÀ 34 ans, le double champion d’Europe des barres parallèles va être intronisé aujourd’hui adjoint aux Sports au maire de Lyon. Doté d’une souplesse naturelle, l’ancien gymnaste a vite endossé le costume qu’on lui promettait de longue date.

Avant-veille de second tour. Sur le marché du Point du jour (5e arrondissement), les deux camps jettent leurs dernières forces. Écharpe rose au cou, deux piles de tracts aux couleurs de Gérard Collomb (PS) dans les mains, Yann Cucherat rejoint les soutiens du maire sortant avec un peu de retard après une séance de porte-à-porte dans le vieux Lyon. « La première fois que je suis parti faire campagne, je me suis demandé où j’allais, dit-il. Mais au bout de cinq, minutes, j’ai été pris dans la spirale. »

« Je n’ai aucune ambition politique »

Yann Cucherat

La greffe a pris effectivement à voir l’ancien gymnaste claquer la bise aux militants, s’inquiéter des dernières estimations de report de voix et user de son charme de jeune homme auprès des grands-mères. « Il nous a amené du peps. Il passe très bien », apprécie Thomas Rudigoz, qui menait la liste Évidemment Lyon dans le 5e. Un peu plus tard, il ne coupe pas à la poignée de main avec Michel Havard quand il le croise sur le marché. L’échange sera fair-play même s’il n’a pas apprécié les tentatives de débauchage de l’équipe du candidat UMP.

La politique est un sport comme les autres : « C’est le même engagement que celui mis en œuvre pour les JO, compare-t-il. Avant, je mangeais gym, je dormais gym pour atteindre mes objectifs. De la même manière, cette campagne m’a pris aux tripes. Je suis dedans 18h par jour. » Il jouait gros. Seulement 5e sur la liste, seule une victoire de Thomas Rudigoz face à Michel Havard lui offrait la possibilité d’accéder au poste d’adjoint aux Sports promis par Gérard Collomb en début de campagne. « C’est dans cet arrondissement important qu’il était le plus utile », explique-t-on dans l’entourage du maire. Pari gagné. Il sera intronisé aujourd’hui lors du conseil municipal, devenant le premier sportif depuis Tony Bertrand (1959-1977) à occuper la fonction. Non encarté, il siégera dans le groupe des radicaux de gauche, aux côtés de Thierry Braillard, son parrain en politique à qui il succède.

Une lettre à Gérard Collomb en 2010

Yann Cucherat a fini de convaincre Gérard Collomb lors de son gala de fin de carrière le 16 novembre dernier au Palais des Sports de Gerland : « Je connaissais le sportif. Ce jour-là, j’ai vu le rassembleur et l’organisateur. Je lui ai dit : ‘‘si on gagne, tu seras notre adjoint’’ », confie Collomb. Une simple confirmation car ce n’est pas d’aujourd’hui que le gymnaste a la tête de l’emploi.

« J’ai fait mes premiers JO en 2000 alors que Gérard Collomb a débuté son premier mandat en 2001 », rappelle Cucherat. « Il y a eu un coup de foudre amical entre Thierry Braillard et lui », ajoute un conseiller. Alors qu’il était approché par des clubs parisiens, l’ancien adjoint avait tout fait pour permettre au Lyonnais de rester à la Convention gymnique de Lyon.

Plus tard, ses deux « Lions du sport » (2008 et 2009) récompensant le meilleur sportif lyonnais l’ont spécialement touché : « J’ai eu un parcours sportif riche, mais ces deux trophées ont fait écho. En gym, on est dans l’ombre. Ça m’avait donné une lumière et une légitimité. À partir de là, je me suis dit : ‘‘je suis de quelque part’’. » De là datent les premiers appels du pied de la politique. « À l’époque, j’étais dans ma sphère. Mais j’entendais ces rumeurs en bruit de fond. Et personne ne montait au créneau pour s’élever contre. Peu à peu, cela a fait son chemin. » Au point qu’il se déclare disponible dans une lettre adressée à Gérard Collomb en 2010. Le geste, maladroit, témoigne d’une méconnaissance des arcanes du pouvoir local. « J’ai bien reçu ton courrier qui est très bien écrit. Je garde ça en mémoire », lui aurait cependant répondu le maire.

Depuis, il a emprunté un chemin plus académique. Il a présidé le comité de soutien à Thierry Braillard lors des législatives 2012, a été élu à la commission des athlètes de haut niveau du Comité national olympique (CNOSF) et s’est fait adouber pour devenir directeur sportif au sein de la DTN de la fédé de gym. De quoi éclipser les autres candidats qui ont pu s’estimer plus qualifiés qu’un novice dont les tempes commencent à peine à grisonner. Instinctivement politique, il devance les procès en légitimité : « Je suis à l’aise dans mes baskets, répond-il. J’ai une reconversion très excitante, mais j’ai l’impression d’être davantage de Lyon que de la gym. Et si je n’ai aucune ambition politique ni expérience, j’estime que c’est un atout. J’en ai dans le sport associatif, à haut niveau et avec les instances locales, nationales et internationales. Cela aurait été un gâchis de ne pas exploiter ce bagage pour le développement du sport local. Et j’apprends vite. »

Sans surprise, il inscrit son mandat dans la continuité de celui de son prédécesseur. Il se sait toutefois attendu par le mouvement sportif lyonnais. Outre quelques dossiers chauds (comme la salle de l’Asvel), il devra composer avec un budget constant. Donc faire des mécontents. « Certains essayeront de jouer sur l’affectif », devine-t-il. « Ceux qui pensent qu’ils vont se le mettre dans la poche se mettent le doigt dans l’œil », prévient un proche. Il revendique son côté gendre idéal, lisse et poli (« c’est ce que je suis »), mais il affirme aussi qu’il saura trancher : « Je suis toujours à l’écoute, mais jamais dans le compromis. Sportif, j’ai dû constamment choisir. Une faute de main et il faut réagir en un dixième de seconde. Et après, j’ai assumé. Je vis avec ça depuis vingt ans. »

Bio express

Né le 2 octobre 1979 à Jassans-Riottier (Ain)

Palmarès

JO : 6e barres parallèles 2000 (Sydney) et 2004 (Athènes), 8e barre fixe 2008 (Pékin), 8e général par éq. 2012 (Londres).

Championnats du monde : 2e barre fixe 2005 (Melbourne), 3e barres parallèles 2005 (Melbourne)

Championnats d’Europe : 1er barres parallèles 2009 (Milan) ; 1er barres parallèles 2010 (Birmingham). 9 médailles européennes en tout.

Finale de Coupe du monde : 1er barres parallèles 2008 et 2009

Benjamin Steen

leprog.jpg

17:51 Écrit par La Com dans C'est dans Le Progrès | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu