compteur

Avertir le modérateur

samedi, 15 février 2014

MEETING DE BIRMINGHAM (60 METRES HAIES). Darien : « Ça ne leur a pas fait plaisir… »

2013_0225Image0048.JPGAprès une saison blanche, le vice-champion d’Europe croque dans la saison en salle à pleines dents. Vainqueur du meeting de Moscou devant Roblès et Shubenkov, le Lyonnais entend marquer de nouveaux points à Birmingham, à trois semaines des Mondiaux.

Garfield Darien reçoit au sous-sol de la Halle de La Duchère seul dans la salle de muscu. Il porte un survêtement et des baskets d’une marque qui n’est pas celle de l’équipementier qui l’accompagnait depuis ses débuts. Nouveau sponsor ? « Non, j’attends de voir », dit-il. Après une saison blanche en 2013, son contrat n’a pas été reconduit. Mais il devrait vite être rhabillé. Vainqueur du meeting de Moscou devant l’ex-recordman du monde Dayron Roblès et le champion d’Europe Sergueï Shubenkov, le Lyonnais s’est propulsé au 3e rang mondial de la saison sur 60m haies (7’’53, record personnel). Une position provisoire à l’écouter alors qu’il a rendez-vous à Birmingham avec ses adversaires des Mondiaux de Sopot (7-9 mars), y compris le champion olympique Aries Merritt et Pascal Martinot-Largarde détenteur de la meilleure performance mondiale (7’’45) à trois centièmes du record de France de Ladji Doucouré (7’’42)…

Vivez-vous une forme de résurrection cet hiver ?
Ce n’est pas parce qu’on rate une saison qu’on est fini. J’ai juste eu une mononucléose ! Faut faire avec et repartir même si c’est frustrant de s’entraîner pour être au top et d’être stoppé au moment des compétitions.
Des rumeurs prétendaient que vous vouliez arrêter l’athlétisme, que vous aviez pris beaucoup de poids…
Je n’ai jamais porté d’intérêt à ce qui se dit sur moi. Je savais très bien où je voulais aller… Du poids, j’en ai pris mais juste six ou sept kilos. J’en ai profité pour manger au fastfood. Mais j’ai vite perdu ces kilos à la reprise.
«S’il faut gagner en dessous de 7’’40, j’irai »

Votre orgueil a-t-il été atteint quand vous couriez en 14 secondes l’an passé ?
Je ne me suis pas posé de question. Quand on est malade, on va au boulot, non ? J’ai des contrats qui m’obligent à courir. J’ai été professionnel en allant à la rencontre des jeunes lors des meetings, même si ça ne me faisait pas plaisir de savoir que j’allais perdre.
Vous étiez à l’aéroport pour accueillir votre ami Teddy Tamgho après son titre mondial. Son comeback vous a-t-il inspiré ?
J’étais surtout heureux pour lui. Je savais d’où il revenait ! On s’est dit « Cool, l’année prochaine, on sera au top tous les deux ». Et il s’est blessé à nouveau… Mes galères à moi ne sont pas comparables. L’année dernière, j’étais déjà fort et ce n’est pas passé. Cette année, ce n’est pas encore passé (sic) mais je bats mes records, je gagne mes courses…
Ce n’est pas encore « passé » ?
Non, à Moscou, j’ai eu un souci avec la piste qui ne répondait pas. J’aimerais que ça commence à sortir à Birmingham même s’il ne faut pas être trop pressé. Ça fait trois ans que je n’ai plus fait de salle.
Et vous devez intégrer votre nouveau départ en sept appuis au lieu de huit. Est-ce une révolution ?
C’était dans la logique des choses. J’ai gagné en puissance. J’étais obligé de me freiner devant la première haie. C’est un coup à prendre. C’est comme si on décide d’écrire de la main gauche à la place de la droite. Je sens déjà que cela devient plus naturel.
Quel bénéfice en attendez vous ?
Je sais que cela va me faire gagner du temps mais c’est difficile à quantifier. L’idée, c’est d’être mieux après le franchissement de la première haie. Le gain sera plus important sur 110m haies.
Cela change-t-il quelque chose d’avoir battu pour la première fois Roblès et Shubenkov ?
Je ne cache pas que ça m’a fait plaisir. Mais ça ne m’a pas fait passer de cap parce que je savais que je pouvais les battre. En revanche, eux, ça ne leur a pas fait plaisir : Shubenkov est parti directement de l’hôtel… Tant mieux ! C’est important de marquer des points.

Vous serez attendu à Birmingham…
Je suis là pour gagner toutes les courses. Et j’espère que tout le monde sera à fond. Plus je dominerai de gars avant les Mondiaux, plus j’arriverai là-bas avec un avantage. J’y vais avec l’intention de m’améliorer. Passer sous les 7’’50 serait une bonne chose.

L’émulation franco-française avec Martinot Lagarde, ça vous parle ?
Je suis là pour battre tout le monde. Que les Français aillent vite tant mieux, je ne leur souhaite que du bien. Quand il battra des records on en reparlera, mais je veux battre les références avant tout.

Quel chrono pouvez-vous espérer cet hiver ?
Aucune idée. Je sais juste que je peux passer largement en-dessous des 7’’50. S’il faut gagner en dessous des 7’’40, j’irai… Je ne me fixe aucune limite comme Teddy pour passer les 18m.

Recueilli par B.S

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu