compteur

Avertir le modérateur

samedi, 08 juin 2013

Envol Trophée: Un tour au Brotillon

2012_0608Image0115.JPGLe sauteur en longueur (34 ans) a ressuscité à plus de huit mètres en s’imposant pour la huitième fois sur le stade de son record de France (8,42m en 2009)

En débarquant jeudi soir, Salim Sdiri a eu un choc : « Je me suis dit : waouh !, ça a changé ici. » Sans lui dire, on avait refait à neuf l’aire de sauts du stade du Brotillon, son carré chéri, le sautoir de son record de France (8,42m en 2009). Adieu le synthétique usé, fatigué, vieux de 28 ans, mais la magie opère encore. Il ne lui pas fallu plus d’une tentative hier pour se régler avant d’atterrir à 8,23m (+1,8m/s), exactement comme en 2002 lors de la toute première de ses huit victoires à Pierre-Bénite. « Le sol a changé, mais pas mes habitudes, ni le contexte, philosophe-t-il. Ils vont devoir donner mon nom au nouveau sautoir ! »

Il lui manque seulement deux centimètres pour que la fête soit totale. A 8,25m, il réalisait en plus les minima pour les Mondiaux de Moscou (10-18 août). Mais d’une part, cela suffira sans doute pour se hisser parmi les 16 premiers mondiaux à trois athlètes par nation (l’un des critères de sélection pouvant être actionné s’il ne réalise pas les minima). Et surtout, l’essentiel est ailleurs pour le médaillé de bronze aux championnats d’Europe en salle 2007… « Je m’amuse, je me fais plaisir en sautant sans avoir mal, c’est le plus important maintenant. Que demander de plus ? »

Souffrant du tendon rotulien, Sdiri avait dû subir trois injections de plasma (PRP) avant les JO. « Le problème, c’est que la douleur ne part pas comme ça après, raconte-t-il. C’est très long. Ensuite, il y a une certaine appréhension psychologique… Maintenant que j’ai pu reprendre la musculation, les bondissements, forcément ça revient. Ma coach m’a chronométré avant de venir ici. Je savais que je pouvais sauter loin. »

Après des JO décevants (7,71m en qualifications), il peut songer à une sortie des bacs plus clinquante : « Je ne veux pas de revanche, mais une place de finaliste mondiale, personne ne cracherait dessus. A 34 ans, je ne vais pas me raconter d’histoire. Si je ne me sentais pas capable de faire des trucs bien, je ne la ramènerais pas… »

Benjamin Steen

Barber, retour gagnant

Double come-back pour Eunice Barber (38 ans) plus de vingt après avoir débuté en France à Pierre-Bénite et trois ans après avoir pris sa retraite. Et retour gagnant pour l’ancienne double championne du monde qui s’est imposée à la longueur avec un bond à 6,50m (+1,1m/s). «Je reprends pour mes études (Brevet d’État), dit-elle. L’idée, c’est d’abord de retrouver des sensations de sauts. La suite ? Je ne sais pas. J’y vais étape par étape. »

Valentin Lavillenie (perche)

« C’est inexplicable (trois ratés à 5,35m). Comme c’est la première fois qu’il fait beau cette année, j’ai peut-être cru que j’étais chaud alors que je ne l’étais pas du tout. C’est rageant alors que les conditions étaient idéales. Disons que j’ai bronzé ! J’étais peut-être encore sur mon nuage de Montreuil (5,65m lundi). C’est bien de se prendre une claque. »

Ça va passer

Vincent Favretto (1erà la perche)

2012_0705Image0360.JPG

« Après quatre sauts où j’étais frais, je n’avais plus de jambes à la fin pour ma tentative à 5,70m. Je manque encore de solidité du bas du corps après mon problème de ménisque le mois dernier. J’ai dû arrêter un mois. C’est dommage, parce que cette solidité, je l’avais avant. Mais je ne m’en fais pas. J’ai très bien travaillé cet hiver. A l’entraînement, sur élan réduit, je prends des perches super dures et j’arrive à engager… Je suis sûr que ça va passer à 5,70m (soit les minima pour les Mondiaux de Moscou). »

leprog.jpg

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu