compteur

Avertir le modérateur

mardi, 27 novembre 2012

Thibaud Nael dans le Team Terre de Running Ronhill

photo arnaud.jpgCommuniqué de presse – 26/11/ 2012 –Team Terre de Running Ronhill

Thibaud Nael rejoint Terre de Running Ronhill

Le Team Terre de Running Ronhill (www.team-tdr.com )  poursuit son recrutement pour la saison 2013. La nouvelle recrue n’est autre que Thibaud Nael qui vient de s’engager pour 3 ans avec pour objectif un passage progressif sur le Trail.

Pour Arnaud Borron manager du Team «  Nous avions très envie d’intégrer une recrue avec un fort potentiel athlétique. Avec Thibaud c’est le cas, et malgré son opération à venir, nous sommes confiants pour qu’il progresse en trail vers le plus haut niveau. C’est juste une question de temps et d’adaptation. Il est en plus entrainé par Eric Legat qui lui fera profiter de son expérience »

Rencontre avec Thibaud en 3 questions :

Thibaud peux tu un peu nous dire d’où tu viens ? Ton parcours d’athlète mais aussi d’homme ?

Je viens d'Andrézieux, une petite ville situé à 15km de Saint Etienne.

J'ai pris ma première licence dans le club local à l'âge de 12 ans. 

Depuis, les années et les kilomètres se sont enchainés mais je suis toujours resté licencié au FAC sous la houlette d'Eric LEGAT.

Plus que des plans d'entrainement, il a su construire un vrai groupe d'amis et nous transmettre le gout de l'effort et bien d'autres valeurs.

C'est dans cette ambiance que j'ai réussi à passé d'un niveau régional au haut niveau. 

J'ai eu la chance d'intégrer l'équipe de France pour la première fois en 2003 pour les championnats d'Europe junior de Cross. Puis l'histoire s'est répété à 5 reprises : 2 fois en cross en espoir, 2 fois sur piste (sur 5000m et 3000m) et 1 sélection en sénior sur semi marathon.

En parallèle j'ai suivi des études en STAPS dans le but de devenir professeur d'EPS, mais j'ai par la suite changé d'orientation pour devenir Pompier Professionnel en 2010 à St Etienne.

Pourquoi faire le choix de rentrer dans le Team Terre de Running Ronhill pour 3ans ?

J'ai choisi d'intégrer un Team Trail car il n'est plus possible aujourd'hui de parler de course hors stade sans parler de Trail. C'est une discipline qui a le vent en poupe et tous les médias derrière elle. 

De plus j'ai décidé d'orienter ma carrière vers le hors stade et de délaisser la piste à cause de blessures à répétition au niveau du tendon d'Achille. 

Dans un premier temps je me suis plutôt fixé des objectifs sur la route, avec notamment un retour sur marathon pour fin 2013 ou printemps 2014. 

Mais si je rentre dans un Team trail c'est aussi pour avoir un premier pied dans cette discipline. Je participerai à certaines manches du TTN court dès 2013 pour commencer à prendre de l'expérience. J'imagine qu'on ne devient pas traileur en une saison, donc même si je ne me fixe pas encore de gros objectifs en trail pour 2013, ça sera toujours bénéfique pour la suite...

Avec Terre de Running Ronhill j'aurai également la chance de pouvoir m'aguerrir aux cotés d'athlètes qui font partis des meilleurs traileurs français. Je pourrai bénéficier de leur expérience et de leurs conseils lors des différents regroupements du Team.

Quel sera ton programme pour 2013 sur la route et en Trail ?

Pour 2013 tout n'est pas encore défini. Je dois me faire opérer le 18 décembre d'une excroissance osseuse au niveau du calcanéum qui me cause des tendinites à répétition. Du coup la saison sera en fonction de ma récupération.

Dans l'idéal j'espère reprendre en Avril et participer à quelques trails avant l'été! Ensuite si tout se passe bien je préparerai un marathon à l'automne dans le but de passer sous les 2h20...

 Thibaud en chiffres :

Palmarès : 
3e performeur français sur 10km en 2012 avec 28'58
Champion de France N2 sur 5000m (2011)
Champion de France espoir sur 5000m (2006)
3e au Chpt de France 10km route (2007)
3e au Chpt de France de Cross espoir (2006)
4e au Chpt de France de semi marathon (2008)

Records :
1500 : 3'46"6
3000 : 8'07"0
5000 : 13'55"0

10km : 28'58
Semi : 1h05'06
Marathon : 2h22

 

16:40 Écrit par La Com dans Actualité, Athlétisme | Commentaires (0) | Tags : nael |  Facebook |  Imprimer | |

lundi, 26 novembre 2012

Plus de 2 000 participants à la 20 e édition des Myriades

2012_1125Image0004.JPGCross. La 20 e édition des Myriades a de nouveau permis de faire partager une même passion autour de la course à pied.

« Quel beau sport ! », n’ont pas manqué de lancer les nombreux spectateurs présents, hier matin, le long du parcours des Myriades pour encourager les futurs talents de demain. Manifestement, la popularité de l’épreuve n’est plus à démontrer. Une épreuve qui a constitué le point d’orgue d’une semaine rythmée par les cross Usep, UNSS et du collège Boris-Vian qui se sont inscrits dans la dynamique des Myriades, en attirant près de 3 500 jeunes. Et la 20 e édition n’a pas dérogé à la règle en attirant plus de 2 000 concurrents. « C’est une très grande fierté que 20 ans après, la manifestation puisse continuer à exister », s’est félicité Jean-Pierre Reydellet, le président de l’ASPTT, à l’origine de la création des Myriades en 1993.

2012_1125Image0176.JPG

Le cross des Gourmands a ainsi manifestement pris de l’altitude, en devenant un véritable laboratoire pour de multiples clubs qui cherchent à dénicher la perle rare. Et pour tous, un seul leitmotiv : faire découvrir aux pitchounes les valeurs essentielles du sport, à savoir le goût de l’effort, du dépassement de soi et du plaisir de la performance. Les Myriades 2012 ont encore attiré beaucoup d’enfants, dont certains avaient à peine 6 ans.

2012_1125Image0160.JPG

La section athlétisme de l’école des sports de la Ville, sous la houlette de Catherine Bossin et François Frascone, n’a pas manqué d’honorer le rendez-vous, en déléguant 10 de ses meilleurs éléments. « J’en suis à ma 2 e année, a confié Helena, élève de CM2. J’ai participé dans la semaine, pour la 1 re fois, au cross Usep où je me suis classée 19 e. Là, avec les Myriades, j’entame ma 2 e course de ma jeune carrière avec l’objectif de poursuivre ma progression. » L’épreuve des Myriades ne se limite pas à l’aspect compétitif. Et dans le cross Intergénérations, une course ouverte à tous ceux qui souhaitent découvrir la course à pied, l’objectif est de réunir les sportifs de tous âges, du plus grand au plus petit, dans une ambiance conviviale. « C’est cet aspect du sport qui nous a attirés, a témoigné un père de famille venu avec ses enfants Alexandre, 8 ans, et Chloé, 5 ans. Une façon de les initier à la course à pied que je pratique régulièrement. Je serai ainsi bientôt au départ de la SaintéLyon. » Le vent n’ayant pas joué les trouble-fête, c’est encore l’esprit festif qui a de nouveau commandé l’édition 2012 des Myriades.

Les Résultats

LES PHOTOS

Album1: Jusqu'à minime

Album 2: A partir de cadet

leprog.jpg

 

Myriades : Francine Niyonizigiye sans rivale

2012_1125Image0335.JPGDéjà victorieuse du cross des Myriades en 2010 et 2011, Francine Niyonizigiye a fait hier la passe de trois. Et pas qu’un peu : la Burundaise de poche (1,55m ; 36kg) s’est isolée dès le départ avant de s’imposer avec vingt secondes d’avance sur la Russe Olga Glok à la moyenne de 18,1km/h sur 4,9km ! « Les concurrentes étaient de bon niveau. Il fallait donc vite marquer le coup », a-t-elle expliqué. Un cran en dessous, Anne-Cécile Thévenot termine cinquième et première Française pour son retour en compétition officielle après avoir souffert de la hanche toute la première partie de l’année : « Je n’ai pas pu m’entraîner de janvier à juillet sans savoir de quoi je souffrais exactement, explique la jeune institutrice de Corbas licenciée à l’US Oyonnax.

2012_1125Image0268.JPG

Du coup, je suis vraiment contente. En venant ici, ma seule ambition était de reprendre le contact avec la compétition et de me faire plaisir. Cela a été le cas. »

B.Steen

Cross des Myriades (Saint-Priest) 20 e Édition. Nizigiyimana a encore plané sur les Myriades

2012_1125Image0446.JPGLe jeune Burundais de Lyon s’est imposé pour la deuxième année consécutive à Saint-Priest à l’issue d’une course très relevée grâce à sa pointe de vitesse dans le dernier tour. Il termine son impressionnant automne en beauté.

Ezechiel Nizigiyimana est pressé… de revenir chez lui. « Cela fait plus de trois mois que je suis en France, décompte-t-il. J’ai un peu la nostalgie de mon pays. » Plus qu’une semaine et une dernière compétition (la Course de l’escalade samedi prochain à Genève), et le jeune Burundais (24 ans) s’en ira retrouver les siens dans sa ville de Songa où il se sait très attendu. C’est que sa victoire aux 20 kilomètres de Paris (58’11’’) le 14 octobre dernier a fait du bruit là-bas : « L’info est passée à la radio. Depuis, j’ai reçu énormément de messages dont un du comité olympique. C’est une grande fierté. »

2012_1125Image0350.JPG

Sa victoire d’hier au cross des Myriades – qu’il avait déjà accroché à son palmarès l’an passé – ne fera sans doute pas les gros titres des gazettes à Bujumbura. Sa démonstration sur les « montagnes russes » qui bordent le stade Mendès-France n’en a pourtant pas été moins éblouissante. Vainqueur sortant, il était en effet ciblé par une meute d’outsiders plus dense que jamais à Saint-Priest (20 e édition oblige). Mais sa condition physique parfaite, ses qualités de finisseur et la confiance accumulée ces dernières semaines lui ont permis de triompher sans trembler. « Il est costaud et intelligent, il n’y a rien d’autre à dire, appréciait son coach Pierre Pompili. Il y avait beaucoup d’intox. Il a placé deux ou trois attaques pour se tester avant de revenir au chaud pour préparer son finish. Mais il fallait quand même les sortir. C’est fort ! »

Alors que l’ancien double vainqueur Onesphore Nkunzimana et la star rwandaise Dieudonné Disi ont rendu les armes prématurément, ils étaient encore sept en tête à deux tours de la fin. Parmi eux, le légionnaire Abel Ndemi et James Theuri qui avaient laissé des plumes en courant samedi à Volvic (3 e et 5 e). Mais le Burundais Jean-Claude Niyonizigiye s’accrochait et le Kenyan Benjamin Kipkurui n’arrêtait pas d’en remettre. « J’ai vite vu que je n’allais pas pouvoir les lâcher de bonne heure. Alors j’ai tout misé sur le dernier tour », racontait Nizigiyimana qui sera de retour au printemps prochain avec l’objectif de passer sous la barre symbolique de l’heure sur semi-marathon.

Derrière, Benjamin Kipkurui décroche au courage une belle deuxième place. « L’année dernière j’avais fait 5 e, cette fois 2 e malgré un rhume, je m’améliore », sourit le Kenyan installé à Décines et licencié à l’AS Aix-les-Bains.

2012_1125Image0356.JPG

A 32 ans, cet ancien détenteur du record du monde junior du 1000m (2’15’’00 en 1999), qui a couru le 1500m en 3’30’’67 en 2001, avait débarqué l’an dernier en France pour relancer sa carrière après avoir tout perdu lors des violences qui avaient suivi les élections kenyannes en 2008. Amaigri des 20 kilos qu’il avait pris depuis sa retraite internationale en 2005, il a déjà recouru l’été dernier en 3’35’’20... En attendant mieux. Et surtout de pouvoir retrouver son épouse et ses trois enfants restés au Kenya : « C’est désormais mon plus grand chalenge. »

Benjamin Steen

leprog.jpg

dimanche, 25 novembre 2012

Adrien Clémenceau : « Franchir un cap »

2011_0709Image0597.JPGAdrien Clémenceau a connu une saison 2012 des plus paradoxales. Le champion de France 2011 du 400 m haies a d’abord perdu son titre national, tout en décrochant sa première sélection senior pour finir… 4e des Europe d’Helsinki. Et s’il a porté son record personnel en finale à 49’’70, ce ne fut pas suffisant pour décrocher un billet olympique. Retour sur six derniers mois porteurs de frustration, mais aussi de beaucoup de promesses pour cet athlète de 24 ans seulement.

Athle.fr : Adrien Clémenceau, un point, d’abord, sur votre actualité. On vous a retrouvé lors de l’inauguration de la salle Stéphane-Diagana de Lyon, le 9 novembre dernier, sur un 400 m haies indoor. Vous aimez cette discipline émergente ?
Adrien Clémenceau : J’avais fait deux courses de ce type l’an passé, et une troisième un an avant. L’hiver dernier, j’avais d’ailleurs réalisé un bon chrono (ndlr : 50’’70 au mois de février). Je connaissais donc un peu…

2012_1109Image0392.JPG

Comment considérez-vous cette épreuve ?
J’avoue que quand elle a été inventée, j’étais vraiment sceptique. Mais c’est clairement un vrai plus pour nous, coureurs de 400 m haies. Pendant la saison indoor, on est un peu perdus. On n’aime pas forcément le 400 m plat, et le 60 m haies est beaucoup trop court. La première fois que j’ai couru en salle, j’ai été agréablement surpris. C’est un exercice technique intéressant car il faut travailler les deux jambes, anticiper l’arrivée de la haie et s’adapter… C’est bien pour l’hiver.

Ces 51’’53 que vous avez réalisés début novembre sont-ils porteurs d’enseignements ?
A la base, c’était vraiment une démonstration, pour faire plaisir au public. C’était la première fois que je remettais les pointes depuis juillet. J’étais dans le brouillard, d’autant qu’on est en pleine période de travail foncier. Et finalement, quand je vois que j’arrive frais, le chrono est très intéressant. C’est de bon augure pour la suite.

Avant d’évoquer la suite, revenons sur la saison qui vient de s’achever…
La saison passée, j’ai un peu tout connu… Une mini-déception aux Championnats de France où je finis 2e (ndlr : 3e de la course mais médaille d’argent derrière le Sénégalais Mamadou Hann et Héni Kéchi). Je pense que je valais mieux, mais j’ai eu des soucis techniques sur la course. Mais l’essentiel était de me qualifier aux Championnats d’Europe. Et là, je suis forcément partagé avec cette 4e place. Ce n’était pas évident d’en arriver là au vu des bilans, et il y a la satisfaction de réussir ma première sélection senior. Avec le recul, ça reste très beau… Mais je passe quand même à 5 millièmes de la troisième place, c’est rageant !

Un autre paradoxe, c’est qu’avec 49’’70 vous améliorez votre record personnel de deux centièmes seulement pour décrocher cette place…
Oui, c’est paradoxal. Mais je pense que je valais un meilleur chrono que ça ce jour-là vu le niveau des gars devant. A Helsinki, les virages étaient très serrés, et il était difficile de virer. Mais c’était la première fois que j’enchaînais trois courses, et je cours quand même trois fois au niveau de mon record. Cela prouve que j’étais en forme. Ce qui m’a manqué, c’est une grosse performance de pointe…

 

Que vous a-t-il manqué pour qu’elle arrive ?
La saison ne fut pas évidente, elle est passée très vite, or les coureurs de 400 m haies ont besoin de temps pour progresser. Les France étaient mi-juin, ce qui est très tôt, et jusque là nous n’avons jamais couru dans de bonnes conditions. Il y avait toujours eu de la pluie auparavant. Et après le meeting de Paris Saint-Denis, j’ai préféré arrêter car j’ai senti un début de pubalgie.

Les Jeux de Londres faisaient aussi partie de vos objectifs…
Avec Djamel Boudebibah, mon entraîneur, on s’était fixés les France, les Europe et Londres comme objectifs. En se disant qu’un podium aux Europe vaudrait sans doute les minima (ndlr : qui étaient fixés à 49’’10). Ce ne fut pas le cas. Mais c’est sûr que c’est frustrant de regarder devant sa télé les Jeux avec des gars contre qui j’avais couru…

Vous vous entraînez toujours à Lyon ?
Oui, je commence ma troisième année avec Djamel Boudebibah, qui a un gros groupe de 400 m haies, avec entre autres Hugo Grillas ou Benjamin Chevrol. Nous sommes quatre à un bon niveau sur 400 m haies, c’est bien.

Et niveau études ?
J’ai mis mes études entre parenthèses depuis l’année dernière pour me consacrer à l’athlétisme. J’ai une licence STAPS, que je me verrai bien compléter avec un master en école de commerce plus tard.

Rayon technique, vous avez prévu des changements pour cette nouvelle saison ?
On va peut-être commencer à changer des choses, oui… Je me sens un peu serré sur les premiers intervalles. Pour l’instant, je suis en 14 foulées jusqu’à la 7e haie, mais on essaiera peut-être de passer en 13. On verra au printemps. Je courais déjà en 13 foulées auparavant, mais je pense que je n’étais pas assez fort pour bien tenir ce rythme. Maintenant, c’est peut-être possible. Je fais également plus attention à ma préparation physique, à mon gainage, pour éviter les problèmes de pubalgie que j’ai connus en juillet.

Vos objectifs se matérialisent dans un chrono ou de grandes compétitions ?
J’ai toujours réfléchi en termes de championnats. Cette année, ce sera les Championnats de Monde de Moscou (ndlr : du 10 au 18 août 2013). Mais il me faudra progresser. Mon entraîneur m’a de toute façon bien fait comprendre que j’avais intérêt à y aller (rires)… Lui n’étais pas surpris de me voir finir 4e aux Europe. Mais je dois maintenant passer à l’étape du dessus, et franchir un cap.

Propos recueillis par Cyril Pocréaux pour athle.fr

logo-soutenu_par.jpg


20:26 Écrit par La Com dans Athlétisme | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

Cross des Myriades....Déjà des photos

Les courses des plus jeunes!

2012_1125Image0201.JPG

2012_1125Image0089.JPG

20:09 Écrit par La Com dans Athlétisme, Cross | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

jeudi, 22 novembre 2012

Myriades, 20ième édition: Jacques Maréchet, « Une motivation toujours intacte »

25683_382554284798_5634927_n.jpgJacques Maréchet est le secrétaire de l’ASPTT. Il est sur les Myriades depuis le début de l’aventure.

Comment ont démarré les Myriades ?

En février 1993, l’ASPTT/Grand Lyon avait organisé les championnats interrégionaux de cross, à Saint-Priest. J’étais encore en activité à cette époque. Tout s’était très bien passé. Et au détour d’une conversation, à l’issue de la course, il a été décidé avec le maire, Bruno Polga, et son adjoint aux Sports, Henri Pacalon, de lancer une épreuve du type du cross de l’Ayçaguer qui connaissait un gros succès. Dès novembre de la même année, les Myriades étaient lancées.

Sur quelles bases ont été lancées les Myriades ?

On était sur un plateau régional. 14 épreuves avaient été programmées. Et on retrouvait déjà cet esprit qui a cimenté la réputation des Myriades, à savoir une cohabitation harmonieuse entre coureurs confirmés et des passionnés du dimanche.

A quel moment, le cross des As s’est-il invité aux Myriades ?

Le cross des As a démarré la 2 e année. Les organisateurs souhaitaient en effet ne pas s’endormir sur leurs lauriers. On a rapidement réussi à proposer un tableau relevé, avec notamment la présence d’athlètes issus du bloc de l’Est.

Quels ont été les arguments utilisés pour attirer, dès le départ, un plateau de très haute qualité ?

Tout d’abord, les Myriades constituent une très bonne préparation pour la saison d’athlétisme. Le sérieux de l’organisation, ainsi qu’un environnement favorable participent à faire des Myriades un événement très prisé par les athlètes.

Vous n’avez pas évoqué l’aspect financier ?

On peut s’appuyer sur de nombreux partenaires qui nous ont accordés leur confiance depuis le début de l’aventure. Ainsi, l’hôtel Kyriad nous assure les nuitées tandis que la Ville de Saint-Priest nous subventionne pour gratifier les concurrents.

A quand remonte la venue d’athlètes africains aux Myriades ?

C’est un manager italien réputé, Jani Demadona qui nous a aidés à les approcher. On n’a pas eu à le regretter d’autant plus que les athlètes du bloc de l’Est étaient devenus plus gourmands.

La 20 e édition des Myriades aura-t-elle une saveur particulière ?

La conférence-débat qui s’est tenue vendredi dernier a connu un franc succès. Pour cette 20 e édition des Myriades, on enregistre le retour de coureurs russes qui ont choisi la France pour préparer les prochaines échéances. Le plateau proposé sera de nouveau particulièrement relevé.

Un moment fort qui vous vient à l’esprit ?

Toutes les éditions des Myriades constituent des moments forts. Il y a eu des éditions qui se sont déroulées dans des conditions climatiques peu favorables.

Votre état d’esprit actuel ?

Au bout de 20 ans, ma motivation est toujours intacte. Les Myriades sont nées sous une bonne étoile. Et l’événement correspond bien à l’image de la Ville. Et je suis très heureux d’avoir participé à son développement.

leprog.jpg

Toutes les infos ICI

Jérôme Sturla, maire de Décines invite le DMA, le CDFC et l'UGA

2012_1120Image0009.JPGL’équipe municipale présente le nouvel équipement sportif du parc Raymond-Troussier.

Mardi soir, les représentants des deux clubs de football (le CDFC et l’UGA) et du Décines-Meyzieu Athlétisme (DMA) étaient invités par Jérôme Sturla, maire de Décines (PS), pour officialiser la fin des travaux de la piste d’athlétisme du terrain de football. Les entreprises présentes ont été remerciées : « Tout s’est fait dans les délais. Entre les deux saisons de football ! », glisse Jean-Jacques Linossier, conseiller délégué au Sport et à la Vie associative.

2012_1120Image0001.JPG

Trois mois de travaux, 887 925 euros de budget. Désormais, le nouvel équipement permettra au club d’athlétisme d’accueillir des meetings régionaux. « Pour des meetings nationaux, il aurait fallu ajouter deux couloirs de virages supplémentaires et empiéter sur la route ! », explique Jean-Jacques Linossier. Pendant les travaux, le stade de football a été agrandi pour atteindre la taille homologuée demandée en national (105 m x 68 m). « Si besoin, nous pourrons le faire évoluer : ajouter des éclairages et une clôture pour que les clubs puissent organiser des compétitions nationales. Mais aucun engin de chantier n’aura plus besoin de traverser la pelouse ! »

Les représentants des clubs étaient satisfaits. Le DMA et le CDFC sont deux clubs intercommunaux. Aussi, la mairie de Meyzieu s’est engagée à participer financièrement à l’achat de matériel encore manquant : haies, startings-blocks… Jérôme Sturla a rappelé la vocation mixte de l’équipement : « Qui pourra être utilisé par les sportifs, le public et les écoles… » Une autre inauguration aura lieu au printemps avec les scolaires.

15:57 Écrit par La Com dans Athlétisme, C'est dans Le Progrès | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

mercredi, 21 novembre 2012

Michèle Chavasse rempile à la présidence de la CDCHS

2008_1103Image0008.JPGImpliquée au sein du comité directeur de l’ESL Francheville, où elle vient de démarrer une quatrième saison, Michèle Chavasse occupe également des fonctions importantes au sein du comité du Rhône d’athlétisme. Elle y préside en effet la CDCHS,qui est la commission départementale des courses hors stade.

2012_1117Image0005.JPG

Michèle Chavasse sur le terrain au Marathon du Beaujolais

Lors d’une récente réunion élective organisée à Grigny, où se sont retrouvées une bonne centaine de personnes, dont 70 organisateurs de courses, elle vient d’être reconduite pour quatre ans à ce poste, et ceci à la grande satisfaction des dirigeants du club franchevillois.

16:14 Écrit par La Com dans Athlétisme, C'est dans Le Progrès | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

lundi, 19 novembre 2012

Foulée vénissiane: Résultats et Photos

2012_1118Image0379.JPG

Sophie LeBeherec félicitée par sa fille après sa brilante victoire sur le semi-marathon en 1h24'01

2012_1118Image0311.JPG

Richard Musagirije vainqueur du semi-marathon en 1h09'25

2012_1118Image0397.JPG

2012_1118Image0135.JPG

Magali Bernard remporte le 10km en 33'24

2012_1118Image0116.JPG

Mounir Akbache 10ième du 10km

2012_1118Image0101.JPG

Eric Nyonsaba, vainqueur des 10km en 30'26

Les 10km

Le semi-marathon

Les Photos

Foulée vénissiane: Renaud Jaillardon, l’homme qui monte !

2012_1118Image0108.JPGLe Caladois, international de course en montagne, a pris une bonne troisième place, battant au passage son record personnel sur 10km (30’43’’).

«Pour un coureur de montagne, c’est pas trop mal… » Le paradoxe faisait sourire Renaud Jaillardon hier matin à l’arrivée du 10km de la Foulée vénissiane. Le parcours plat comme la main tracé dans le Parc de Parilly et les grandes artères de la ville, n’est effectivement pas le terrain de jeu favori du Caladois (26 ans) tout heureux de se retrouver sur la troisième marche du podium, record personnel en prime pour la première fois de sa vie sous les 31 minutes (30’43’’ au lieu de 31’16’’ en 2007).

« La course s’est déroulée presque idéalement, appréciait-il. C’est parti vite. Comme j’étais là pour me tester et que je n’avais rien à perdre, j’ai pris le risque de suivre. Au 6 e kilomètre, lorsque cela a accéléré, j’ai fait une attaque. Même si j’ai un peu coincé, il m’en restait assez pour le sprint. »

2012_1118Image0106.JPG

Pour tout dire, l’effort de la course en montagne (épreuve courte disputée sur une montée sèche ou une montée/descente), qu’il avait découvert en 2007 avant de s’y consacrer pleinement, s’accorde plutôt bien aux dix bornes. Comme le jeune international n’a pas oublié de faire ses classes sur piste et sur cross, quand la forme est là, tout va. C’est particulièrement le cas en cette fin d’année alors qu’il est enfin débarrassé de ses blessures récurrentes à la cheville : « J’ai trouvé la cause de mes douleurs, explique-t-il. Je pensais que c’était tendineux, alors que c’était plus sûrement dû à une sciatique. Du coup, pour la première fois depuis deux ans, j’aborde les cross en bonne condition après la saison de montagne. » Une saison marquée par une deuxième sélection en équipe de France pour les Mondiaux de course en montagne à Ponte du Legno en Italie (46 e en individuel ; 5 e par équipe), un an après une première expérience à aux Mondiaux de Tirana (46 e). Cela donne des ailes : « Quand tu es aux portes de l’équipe de France, c’est un moteur extraordinaire. A l’entraînement, tu donnes deux fois plus pour continuer d’y être. » En attendant l’été prochain, il va poursuivre sa préparation dans les cross, à commencer la semaine prochaine au cross de Saint-Priest. Affûté comme il est, il n’est pas à l’abri d’une nouvelle surprise.

Benjamin Steen

leprog.jpg

 


dimanche, 18 novembre 2012

A. G. de la FFA. Djamel Boudebibah à la tête des relais 4x100m?

2012_0929Image0090.JPGDéjà animateur des relais 4x400m, l’entraîneur brondillant pourrait voir ses prérogatives étendues aux relais 4x100m pour la prochaine olympiade.

La réélection de Bernard Amsalem hier à la tête de la FFA ouvre la voie à la réorganisation de la Direction technique nationale qui restera dirigée par Ghani Yalouz. Pas de révolution en vue après une olympiade exceptionnelle en termes de médailles internationales, mais un lifting qui devrait, selon nos informations, propulser Djamel Boudebibah à la tête des relais 4x100m en remplacement de Vincent Clarico.

L’entraîneur brondillant avait déjà surpris en récupérant la gestion des relais 4x400m après leurs échecs aux JO de Pékin (élimination en série des hommes et des femmes). Non issu du sérail fédéral, Boudebibah a depuis gagné ses galons de respectabilité en restaurant l’ambiance et un certain niveau de compétitivité des 4x400m (hommes champion d’Europe en salle 2011, les filles 6 e des JO de Londres) tout en brillant avec les athlètes qu’il coache à Bron (triplé sur 400m haies avec Clémenceau, Kéchi et Grillas aux championnats de France 2011).

Apprécié pour ses qualités de meneur d’hommes, son nom est naturellement apparu alors que les relais 4x100m français ont vécu une année 2012 difficile. Les femmes vice-championnes d’Europe en 2010 sont passées à côté aux championnats d’Europe à Helsinki (5 e) et aux JO. Quant aux hommes, champions d’Europe 2010, vice-champions du monde en 2011, ils ont raté la marche aux JO de Londres (4 e à quatre centièmes de Trinité-et-Tobago) malgré un effectif prometteur articulé autour des champions et vice-champion d’Europe du 100m 2012 à Helsinki, Christophe Lemaitre et Jimmy Vicaut. La titularisation de Ronald Pognon au lieu du Lyonnais Emmanuel Biron, plus rapide tout au long de la saison, et le positionnement de Vicaut au départ avaient notamment posé questions… Cette déception avait été d’autant plus durement ressentie qu’elle aurait pu transformer le bon bilan des Bleus (2 médailles dont une en or) en excellent cru.

Benjamin Steen

leprog.jpg

samedi, 17 novembre 2012

Marathon du Beaujolais: Des centaines de PHOTOS !!!

2012_1117Image0015.JPG

2012_1117Image0460.JPG

2012_1117Image0547.JPG

2012_1117Image0411.JPG

2012_1117Image0563.JPG

2012_1117Image0200.JPG

2012_1117Image0438.JPG

2012_1117Image0633.JPG

2012_1117Image0206.JPG

L'ALBUM COMPLET

21:58 Écrit par La Com dans Course sur route | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

Hassan Chahdi : « J’ai besoin de retrouver du plaisir »

1694111128.jpgCinq médailles d’or, et huit en tout, sur les cinq dernières éditions depuis 2007 * : les championnats d’Europe de cross sont un peu le rendez-vous privilégié d’Hassan Chahdi. Mais le sociétaire d’Arve Athlé Bonneville Pays Rochois, 23 ans et ancien junior prodige, connaît depuis trois ans des difficultés à concrétiser l’été les espoirs nés de ses hivers dorés. Un paradoxe qu’il cherche à gommer, et sur lequel il revient, tout en se projetant sur la sélection pour les Europe de cross qu’il dispute ce dimanche à Allonnes.

Athle.fr : Hassan, vous disputez ce week-end à Allonnes un cross de sélection important en vue des championnats d’Europe, le 9 décembre à Budapest, en Hongrie. Vous êtes en forme ?
Hassan Chahdi : Ça va, oui… L’objectif sera surtout de bien courir et de se faire plaisir. Nous sommes à peine revenus de stage au Kenya, où j’ai fait de bonnes séances.

Comment s’est déroulé ce stage national, sur le plan sportif comme humain ?
Bien. Nous étions un bon groupe à suivre les séances que nous préparait Irba Lakhal. Il y avait entre autres Driss El Himer, Mokhtar Benhari, Benjamin Malaty, Denis Mayaud, ou encore Yoann Kowal qui était déjà sur place. Deux générations différentes, mais c’est justement ce qui était intéressant. Je trouve bien de pouvoir profiter de leur expérience. Et même s’il a beaucoup plu, nous avons eu de bonnes conditions d’entraînement. Nous avions un objectif collectif, celui de préparer les Europe, de souder le groupe. Je crois que nous sommes plus forts et plus homogènes que l’an passé.

C’est la première fois que vous partiez en stage au Kenya ?
Non, la cinquième ! J’y retourne souvent depuis 2010, mais c’était la première fois avec la Fédé. Les autres ont pu découvrir l’accueil des Kenyans, leur côté souriant, même si je crois qu’ils ont aussi été choqués par la pauvreté qu’on voit là-bas.

Les Championnats d’Europe de cross se profilent. C’est un peu votre compétition, avec cinq titres sur les cinq dernières années…
Oui (sourire)… Chez les jeunes, nous avions de très bonnes équipes. Et les seniors sont souvent sur le podium également. Personnellement, c’est une période où je suis plutôt en forme, et le cross est une épreuve de guerrier. J’aime ça.

Mais vous préparez spécialement cette compétition ?
Non, pas vraiment. Juste à partir de septembre, quand je reprends l’entraînement. Mais c’est vrai que je me sens souvent un peu fatigué après cette épreuve dans la saison.

L’an passé, vous aviez fini 4e chez les seniors. On imagine que vous avez un objectif différent cette année ?
J’ai un objectif, oui… Il faut surtout que je me remotive un peu. Là, je suis mieux préparé que l’an passé, où je n’étais pas très bien. J’ai aussi plus d’expérience car c’était ma première course senior. Alors, je pense qu’une des deux premières places…

Autant les cross vous réussissent, les Europe en particulier, autant vous avez plus de mal à concrétiser sur la piste vos 13’51’’45 sur 5000 m réalisés en junior, en 2008. Comment l’expliquez-vous ?
(Soupir) Il y a un peu de tout… Il y a deux ans, j’avais eu une carence en fer à l’entrée de l’été. L’an dernier, j’ai été blessé en janvier, et j’ai traîné ça tout l’hiver. Une élongation des ischios qui s’est mal guérie, et qui m’a gêné encore l’été. J’ai toujours des douleurs, même si ça ne me gêne plus vraiment pour les séances. Il y a sans doute aussi un côté psychologique dans tout ça. Cela fait plusieurs saisons que je rate l’été. Auparavant, j’avais stagné pendant deux ans. Mais je n’ai pas encore trouvé de réponses à tout ça…

C’est-à-dire ?
C’est un tout. Quand j’étais junior, j’étais chez mes parents. Après, le changement de vie fut difficile. Je suis parti pour vivre seul et suivre mes études. Je suis actuellement en études d’ergothérapie à Lyon. J’en profite d’ailleurs pour remercier mon école, car c’est grâce à elle que je peux concilier projets personnel et sportif, tout comme grâce à mon club, ma ville et la Ligue Rhône-Alpes. Ils m’aident dans cette période de transition.

Justement, comment imaginez-vous retrouver votre meilleur niveau ?
Tout est, d’abord, dans la façon de voir les choses : j’ai besoin de me faire plaisir en courant. Je vais déjà essayer de faire plus de compétitions que les années précédentes après les championnats d’Europe. Pour le plaisir. J’en retrouve en ce moment, j’espère que ça va continuer. Après, on verra. S’il faut changer des choses, tenter des expériences, je le ferai.

logo-soutenu_par.jpg

Propos recueillis par Cyril Pocréaux pour Athle.fr

* Victoires par équipe en 2007 et 2008 (junior), 2009 (espoir), 2011 (senior), en individuel en espoir (2010). Médaille d’argent par équipe en 2010 (espoir), et en individuel en 2009 (espoir). Médaille de bronze individuelle en 2008 (junior).

Retrouvez la biographie d'Hassan en cliquant ici

18:58 Écrit par La Com dans Athlétisme | Commentaires (0) | Tags : chahdi |  Facebook |  Imprimer | |

Marathon international du beaujolais. Le Beaujolais plein à ras bord

2012_1006Image0076.JPGLe marathon international (s’il vous plaît !) du Beaujolais, 12 e édition, est devenu une grosse machine. Mais l’esprit demeure. Et ici, tout débute et tout s’achève autour d’un banquet : plus de 800 coureurs se sont déjà mis à table hier à ParcExpo à Villefranche pour la pasta party haute en couleurs, avec serveuses à perruques et petit rouge à table. Ils seront plus du double ce soir pour la soirée de gala. Entre-temps, la fête ne va pas cesser même si les 8200 engagés, dont 1750 marathoniens (3050 sur semi et 3400 sur 12km) vont devoir serrer les dents entre deux dégustations. Jamais l’épreuve n’avait accueilli autant de monde. Et encore, les organisateurs ont dû stopper les inscriptions il y a trois semaines : « On aurait pu être plus de 10000 », se félicite l’organisateur Alain Bouhy.

La recette fonctionne. Adossé depuis 2005 aux festivités du beaujolais nouveau, le marathon fait désormais événement au cœur de l’événement grâce à un esprit festif (les coureurs déguisés sont presque majoritaires) et un parcours émaillé de détours par les plus beaux châteaux du coin (Corcelles, Pizay, Terrière, Ravatys, Brasse et Sermezy) où l’on sait recevoir… Libre à chacun de déguster ou de s’enivrer des paysages. Même si le parcours reste roulant, l’essentiel n’est évidemment pas de savoir qui va l’emporter. A l’arrivée, pas de prime mais son poids en vin à gagner pour le grand vainqueur qui pourrait être à nouveau le Burundais Eric Mazimpaka comme l’an dernier, le Kenyan Samy Kemboi ou encore un autre ex-vainqueur Marc Henri Jaunin. Cela ira sans doute plus vite sur les courtes distances où Joseph Rispoli, le boss de l’AS Rispoli, mobilise ses troupes (Nkunzimana et Baguma sur 12km). Chez les femmes, à noter la participation sur le semi de la championne de France du marathon Aline Camboulives et de l’ancienne double championne du monde de cross Annette Sergent.

> Marathon : Fleurie (départ à 10h30), Lancié, Corcelles, Saint-Jean d’Ardières, Cercié, Saint-Larger, Charentay, St-Etienne des O. ; Arnas, Denicé, Gleizé ; Villefranche (arrivée rue de la Paix à partir de 12h50).

> Semi-marathon (13h30) et 12km (15h00) : départ à Arnas. Arrivée à Villefranche.

B.S

leprog.jpg


07:57 Écrit par La Com dans C'est dans Le Progrès | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

vendredi, 16 novembre 2012

Cross des Myriades : 20ième édition !

une_myriades2012_01.jpgLa 20 e édition du cross des Myriades qui se déroulera le dimanche 25 novembre sur le site du complexe sportif Pierre Mendès-France est lancée.

Jeudi, à Lyon, à l'espace Paul-Ricard, une conférence de presse coanimée par la ville de Saint-Priest et l'ASPTT a permis de définir les grandes tendances de cet évènement qui s'est imposé, au fil du temps, comme un rendez-vous d'envergure nationale.

Pour preuve, le cross des As est depuis quelques années inscrit par la FFA (Fédération française d’athlétisme) à son « Cross Country Tour National », regroupant les 10 cross les plus importants de la saison. De quoi attiser les convoitises de grosses pointures de la discipline.

Le plateau féminin sera placé sous le signe de la nouveauté avec la présence de la Biélorusse Natallia Chatkina, la Kenyane Charity Theuri et la Russe Olga Glok.

2011_1127Image0835.JPG

Du côté des hommes, le trio gagnant de l'édition 2011, les Burundais Ezechiel Nizigiyimana, Ndemi Abel Maina et Eric Niyonsaba, seront de nouveau concernés par la victoire finale. Un trio qui devra toutefois se méfier de la présence du Portugais Fernando Da Silva (photo), annoncé en grande forme, et surtout du Russe Evgeny Pishchalov qui sera à coup sûr l'attraction de cette 20 e édition des Myriades.

Demandez le programme !!!

leprog.jpg

MONDIAUX HANDISPORT A LYON (19-28 JUILLET 2013).Assia El Hannouni lance Lyon-2013

2012_1115Image0058.JPGAssia El Hannouni boucle la boucle. Alors qu’elle avait fait ses premiers pas d’athlète handisport à Villeurbanne il y douze ans, la sextuple championne paralympique (sur 100m, 200m, 400m et 800m) a enfilé hier son costume d’ambassadrice des Mondiaux de Lyon 2013 lors d’une conférence de presse. Un rôle sur mesure pour cette porte-parole des sportifs handicapés (depuis son coup de gueule contre Nicolas Sarkozy en 2008), alors qu’elle vient de mettre un terme à sa carrière après ses deux médailles d’or à Londres. « Lorsque je revois les images, je suis un peu nostalgique, mais il faut savoir s’arrêter au bon moment. J’ai envie de me consacrer à ma vie professionnelle et personnelle », explique l’ex-athlète, atteinte d’une déficience visuelle, déterminée à promouvoir Lyon 2013: « Même si je n’avais pas été marraine, je serais venue. Je ne suis pas là pour faire pot de fleur ! »

2012_1115Image0069.JPG

D’une manière générale, le mouvement handisport entend surfer sur les jeux de Londres : « Un bond en avant a été fait. C’est la première fois qu’il y a une telle impulsion. Londres nous a inspirés. Lyon va nous éblouir », lance ainsi le président de la fédération handisport et du comité d’organisation Gérard Masson. Jamais des Mondiaux n’avaient en effet eu un tel poids : 1300 athlètes sont attendus en juillet prochain sur le stade du Rhône à Parilly dont la capacité d’accueil sera portée à 3000 personnes et 217 titres seront décernés (au lieu de 160 aux Mondiaux de Christchurch 2011 et 170 à Londres).

Cette grosse machine, qui mobilisera 25 hôtels, nécessitera près d’un millier de bénévoles par jour selon le comité d’organisation qui a lancé un appel à candidatures.

2012_1115Image0043.JPG

 Je veux être Bénévole

C'est ICI

B.Steen

 

el hannouni


Assia sera à Bron cet après-midi

Huit médailles d’or, deux d’argent en trois olympiades, et un nouveau record du monde en 200 m cet été. Son palmarès ferait pâlir d’envie beaucoup de sportifs. L’athlète non-voyante Assia El Hannouni sera à Bron aujourd’hui. Marraine de la fête des Sports, qui se déroulera ce soir à l’espace Albert-Camus, elle a accepté de prendre un peu de son temps pour rendre visite, dans l’après-midi, aux jeunes pousses de l’école d’athlétisme de l’Asul Bron. La rencontre aura lieu au stade Pierre-Duboeuf, sur la piste d’athlétisme entièrement rénovée pendant l’été.

el hannouni

Jeune retraitée sportive, Assia El Hannouni a stoppé sa carrière en beauté puisqu’elle a fait sa dernière course cet été lors des Jeux olympiques de Londres où elle a obtenu la médaille d’or et signé un nouveau record du monde sur 200 m.

jeudi, 15 novembre 2012

Inauguration de la Halle d'Athlétisme Stéphane Diagana: Les Vidéos !

2012_1109Image0392.JPG

Le Quatrache

2012_1109Image0404.JPG

La course à l'américaine femme

 

2012_1109Image0459.JPG

La course à l'américaine homme

2012_1109Image0503.JPG

Le 55 yards féminin

2012_1109Image0553.JPG

Le 55 yards masculin


LYON CAPITALE


FRANCE  3

08:46 Écrit par La Com dans Athlétisme | Commentaires (0) | Tags : clémenceau, grillas, vittet, thevenot, galais, biron |  Facebook |  Imprimer | |

mercredi, 14 novembre 2012

Soirée débat : « Pourquoi court-on ? »

myriades_SoireeDebat2012.jpgLe dimanche mais aussi la semaine, sur le bitume ou sur les chemins, en loisirs ou en compétition, nous sommes de plus en plus nombreux à pratiquer la course à pied. Derrière la volonté de s’entretenir physiquement, n’y a-t-il pas d’autres raisons qui nous poussent à  chausser les baskets.

Avec : Alain Arvin Berod, philosophe, universitaire, administrateur de « sport et citoyenneté » / Driss Maazouzi, athlète de haut niveau en demi-fond / Gérard Petit, marathonien et médecin du sport / Jean-Claude Louison, champion de France des 25 kms sur route, entraîneur de l’équipe de France espoirs de course en montagne.

Nous vous proposons d’en débattre le Vendredi 16 novembre 2012  à 18 h 30 au cinéma Le Scénario, place Charles Ottina à St-Priest.

Rens. 04 72 23 48 07

Programme complet

La conférence sera suivie à 21 h par la projection du film:
« Le braqueur, la dernière course » de Benjamin Heisenberg




mardi, 13 novembre 2012

Anne-Sophie Vittet l'emporte, Anne-Cécile Thévenot revient en forme !

Satellite.jpgVendredi soir lors des épreuves de démonstration qui ont rythmé la soirée inaugurale de la Hall Stéphane Diagana à Lyon-La Duchère, Anne-Sophie Vittet et Anne-Cécile Thévenot se sont disputé la première place de la course féminine dite à l’Américaine.

 

2012_1109Image0434.JPG

Dès le 4 e tour de 200 mètres, la dernière des 10 concurrentes en piste était éliminée au passage de la ligne d’arrivée. Elles sont restées seules en piste dans le 12 e et dernier tour. La jeune Belleysane de Lyon Athlé a bouclé les 2400 m en 8’08’’54 juste devant Thévenot qui effectuait pour l’occasion son retour à la compétition après une saison gâchée par une blessure à la hanche. Pour ces deux spécialistes du 3 000 steeple, ce résultat est de bon augure avant d’attaquer la saison de cross-country où elles devraient toutes deux évoluer au plus haut niveau rhônalpin.

leprog.jpg

12:29 Écrit par La Com dans Athlétisme, C'est dans Le Progrès | Commentaires (1) | Tags : vittet, thevenot |  Facebook |  Imprimer | |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu