compteur

Avertir le modérateur

jeudi, 13 septembre 2012

Run in Lyon met la main au portefeuille

Les organisateurs proposent pour la première fois cette année une grille de primes pour un total de près de 15000 euros. Objectif : obtenir des chronos de meilleur standing.

2011_1002Image0136.JPG

C’est une petite Révolution culturelle : 14950 euros exactement seront distribués en primes aux cinq premiers hommes et trois premières femmes de chacune des courses de la troisième édition de Run in Lyon le 7 octobre (10km, semi-marathon et marathon).

Les lauréats du marathon empocheront 1500 euros, tandis que 1000 et 750 euros seront attribués aux vainqueurs du 21km et du 10km. Une prime à la performance de 2000 euros sera en outre débloquée en cas de chrono inférieur à 2h15 pour les hommes et 2h30 pour les femmes sur marathon.

C’est peu dire que les deux premières éditions de l’événement lyonnais créé sur les cendres de l’ex-marathon de Lyon avaient été loin de ce niveau (2h30’45’’ pour Jalal en 2010 et 2h23’14’’ pour Ghanmouni en 2011). Après avoir restauré l’image de l’épreuve après le fiasco de l’annulation du marathon de Lyon 2009 et conquis la masse (15000 participants en 2011), les organisateurs s’attachent avec cette nouveauté à dynamiser l’intérêt sportif.

Cette instauration de primes était ardemment souhaitée par la mairie de Lyon, co-organisatrice de Run in Lyon, et le principal sponsor. « J’étais contre car ce n’est pas l’esprit maison, avoue cependant l’organisateur Michel Pakloglou de l’association « Oxygène ». Mais il faut reconnaître que l’on était à la traîne par rapport aux autres marathons comme Reims, Annecy, La Rochelle, etc. On a mis de l’argent pour obtenir des chronos de référence. »

Pour cela, Pakloglou a simplement réaffecté les sommes alloués aux quelques invitations qu’il délivrait les années précédentes (notamment à l’équipe de la Légion étrangère) et « fait des efforts ». « Lorsque la décision a été prise de monter une grille des prix, la crise ne frappait pas si fort, dit-il. Certains sponsors nous font finalement défaut. C’est très dur. »

Il n’écarte pas cependant la possibilité d’une hausse des montants en 2013, les primes offertes cette année étant relativement modestes par rapport à ce qui se pratique ailleurs. « Mais on n’aura jamais un vainqueur en 2h05/2h07, prévient Pakloglou. A ce niveau-là, les prix s’envolent. On ne peut pas lutter. »

A un mois de l’événement, près de 6000 coureurs étaient inscrits. Dont quelques costauds promet l’organisateur : « On aura un plateau supérieur aux années précédentes en dépit de l’absence des coureurs de la Légion étrangère. »

leprog.jpg


Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu