compteur

Avertir le modérateur

samedi, 01 septembre 2012

Elea Mariama Diarra raconte ses Jeux Olympiques

2011_0913Image0012.JPGSélectionnée en équipe de France du relais 4 fois 400 mètres pour les JOde Londres, la jeune athlète du Décines-Meyzieu Athlétisme n’a pas été retenue pour participer à la course. Elle raconte son expérience. Entre frustration et joie.

Elea, vous vous êtes envolée pour Londres le 7 août pour participer au relais 4x400 mètres avec l’équipe de France. Mais vous n’avez pas pris part à la course. Que s’est-il passé ?

On était six à prétendre à une place dans le relais.

Le sélectionneur a pris une décision. Il ne m’a pas retenue. Cela repose sur un choix stratégique. C’est comme ça. Ça fait partie du jeu. Je connaissais les risques avant de m’engager dans l’aventure.

Quand avez-vous appris le verdict ?

Je l’ai su le jour de la course. Forcément, j’étais frustrée… Qui ne l’aurait pas été ? Mais bon, j’ai pris sur moi. Les copines avaient besoin de mon soutien.

J’ai participé avec elles aux échauffements, au cas où l’une d’elles se serait blessée. Et puis, je suis allée dans les tribunes pour les encourager.

Quel bilan tirez-vous donc de ces Jeux ?

Je dirais mitigé. Sur le plan personnel, je suis déçue car je n’ai pas couru. Mais sur le plan collectif, la performance réalisée est très satisfaisante. Avant d’arriver à Londres, on s’était donné comme objectif d’aller en finale. On termine finalement à la cinquième place, ce qui est tout à fait honorable.

On dit que l’ambiance olympique a quelque chose de très particulier. L’avez-vous ressentie ?

Complètement ! C’était mes premiers JO et, forcément, j’en garde un grand souvenir. Avec les filles, on logeait au village olympique. Il y avait une ambiance formidable. On a croisé des sportifs du monde entier. On avait l’impression d’être dans un autre monde. Mais je n’ai pas trop profité de cette atmosphère. On devait rester concentrer sur notre course.Les sportifs qui ont passé leur épreuve au début des JO ont dû plus ressentir ce plaisir-là. Nous, notre relais était en fin de quinzaine. L’ambiance était déjà un peu retombée.

Vous avez rencontré des sportifs célèbres ?

Absolument ! J’ai croisé Tony Parker et toute l’équipe de basket masculin. J’ai aperçu également quelques nageurs français, des judokas, mais aussi Laura Flessel. On a tous pris le même Eurostar pour rentrer en France. C’était vraiment sympa !

Y a-t-il un événement qui vous aura marqué davantage que les autres ?

La cérémonie de clôture, bien sûr. C’était grandiose. J’étais en plein milieu du stade avec tous les autres athlètes. On a assisté à une soirée de folie avec des représentations d’artistes connus dans le monde entier. Ça vraiment reste un moment à part.

Vous avez croisé des médaillés ?

Oui. Ça s’est passé justement pendant la cérémonie de clôture. Avec les filles du relais, on tenait absolument à voir à quoi ressemblait une médaille avant de partir.

On a aussi croisé un lutteur arménien qui avait remporté l’argent dans sa discipline. Il nous a montré sa récompense. On a même pris une photo avec lui. C’était vraiment une belle rencontre.

Vous êtes aux États-Unis pour un an au Texas. Comment s’annonce votre saison ?

Je suis partie pour deux raisons. D’abord, pour améliorer mon niveau d’anglais dans le cadre de mes études. Et puis, je voulais découvrir les entraînements à l’américaine. Cette année, j’aurai entre douze et quinze heures de cours par semaine, ce qui me laissera pas mal de temps pour m’entraîner. Je pense que cette année sera une saison de transition. Je travaille avec un nouvel entraîneur dans un nouveau pays. J’aurai forcément besoin d’un temps d’adaptation.

leprog.jpg


Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu