compteur

Avertir le modérateur

samedi, 30 avril 2011

Décès de Gérard Clémendot

!cid_ECE21AB3029A484E9E40D41818D7376E@nomb8de383ece9.pngC'était une figure du parc de Parilly.

Mercredi 27 avril, notre ami Gérard Clémendot nous a quitté à l'âge de 75ans.

Toutes nos pensées se dirigent vers sa famille .

Les obsèques auront lieu le mardi 3 mai 2011 au Crématorium de Bron, 161 bd. de l'Université à 14h15.

 

Dans ses dernières volontés, Gérard nous a demandé de toujours regarder la lueur qui reste et non ce qui disparaît.

Plutôt que des fleurs, un geste de solidarité lui aurait fait plaisir.

Nous vous invitons donc à faire un don à

Collecte spontanée de l'Association pour la Recherche sur le Cancer - Collecte pour le décès de Gérard CLEMENDOT

Famille Clémendot : 63 rue Paul Verlaine – 69100 Villeurbanne

08:14 Écrit par La Com dans Actualité | Commentaires (1) |  Facebook |  Imprimer | |

vendredi, 29 avril 2011

Halle de La Duchère: Pour qui pour quoi ?

leprog.jpgA un an de la livraison de la Halle de La Duchère, le projet de création d’un club d’agglo résident est au point mort

Voilà plus de dix ans que Lyon n’avait plus de toit pour ses athlètes en hiver. L’attente a été longue et émaillée d’épisodes à rebondissements dont une manifestation place Bellecour. Mais maintenant que la Halle d’athlétisme sort de terre (livraison prévue mi-2012), elle embarrasse à la fois les collectivités et l’athlétisme lyonnais.

la-future-halle-de-la-duchere-dont-les-travaux-ont-debute-en-octobre-2010-devrait-ouvrir-ses-porte.jpg

C’est que le futur équipement pèse lourd. Avec son coût de 32 millions d’euros tout compris — assumé pour la plus grande part par la ville de Lyon — c’est l’investissement le plus important du deuxième mandat de Gérard Collomb. Un outil au cœur du Grand projet de Ville de La Duchère « structurant » pour le quartier selon le maire. Reste maintenant à structurer l’athlétisme lyonnais qui, en l’état actuel, n’est pas prêt à investir un outil, d’autant qu’il n’y a jamais eu de club à La Duchère et que la discipline est plutôt concentrée sur l’est de la métropole.

A un peu plus d’un an de l’ouverture, l’occupation de la halle et sa gestion (un club, le comité du Rhône, une société de gestion ?) sont toujours très floues. Si elle sera sans nul doute massivement utilisée pour les compétitions et par les scolaires, elle n’a toujours pas de club résident, indispensable pour l’animer et justifier l’investissement réalisé. A ce jour, aucune structure ne peut prétendre (ni ne prétend d’ailleurs) à ce rôle. Surtout pas Lyon Athlé (345 licenciés) actuellement en grande difficulté (lire ci-dessous).

Du coup, la mairie de Lyon vient de lancer un projet de création d’un grand club d’agglomération sur le modèle de Lille Métropole Athlétisme. Il pourrait consister en une extension de l’Entente Sud Lyonnais (qui réunit les clubs de Pierre-Bénite, Bron, Francheville, Grigny, Ternay, 750 licenciés) qui a fait la preuve à son échelle de la réussite de la mutualisation. « Il faut que la salle soit un équipement qui fasse monter l’athlé à Lyon », affirme l’adjoint au Sport Thierry Braillard pour qui La Duchère jouera un rôle moteur… « Au monde de l’athlétisme de se prendre en main », demande-t-il après avoir commandé un audit à l’ancien champion d’Europe de décathlon Christian Plaziat et réuni quelques adjoints aux Sports de villes du Grand Lyon (Bron, Pierre-Bénite, Vénissieux et Tassin) le 17 mars. Dans la foulée, il a été demandé au Comité du Rhône d’animer le débat…

Une première réunion entre présidents de clubs s’est tenue vendredi dernier à Bron mais n’a pas permis d’avancer.

1. Le cas de Lyon Athlé, bientôt privé d’installation en plein air, semble bloquer toute discussion. « Comment parler d’avenir alors que dans deux mois, je mets la clé sous la porte ? », questionne son président Jean-Pierre Lacroix. 2. Les clubs de la banlieue peinent à voir ce qu’ils ont à gagner dans un regroupement justifié par un équipement qu’ils n’utiliseront pas au quotidien. 3. Les clubs s’interrogent sur les ressources qui leur seront allouées : « S’il n’y a pas un budget de 500 000 euros et quatre employés, à quoi sert-il de discuter ? », résume Daniel Aligne (ESL) illustrant le scepticisme général. D’autant plus que le Grand Lyon ne dispose pas de compétence pour subventionner le sport amateur…

« Si l’athlé a un projet, les politiques suivront », répond Thierry Braillard. Un discours relayé par Christian Plaziat : « Soit on reste dans une position d’attente, dit-il, soit on prend l’initiative… » Alors que le calendrier est serré, le consensus sera long à trouver.

Un salle au top

La Halle de La Duchère occupera une surface de 11698m 2 pour un plateau d’athlétisme de 6375m 2. Elle sera dotée des meilleurs équipements avec une piste circulaire à 6 couloirs, une ligne droite de 60m à 8 couloirs, 3 sautoirs de perche, 2 sautoirs de hauteur, 3 sautoirs de longueur, une salle d’échauffement de 640m 2 et une salle de musculation. Des locaux pour le comité du Rhône et le futur club ont été prévus. Les tribunes pourront accueillir plus de 2000 spectateurs, ce qui permettra d’organiser les championnats de France. La halle pourra accueillir des équipements pour la gymnastique, la boxe et l’ escrime.

32 millions d’euros

C'est le coût total de la Halle de La Duchère (28M pour la construction) financée (dans le cadre du Grand Projet de Ville de La Duchère) par la ville de Lyon, le Grand Lyon, le département du Rhône, la région Rhône-Alpes et l’Etat (Anru et CNDS).

Benjamin Steen

jeudi, 28 avril 2011

Courir Pour Elles: Derniers dossards

IMG_0694.JPGStock de départ: 4000 dossards

Il va falloir se dépêcher pour obtenir le précieux sésames.

A trois jours de la clôture des inscriptions, plus que 478 disponibles et sur la seule journée d'hier plus de 200 inscriptions.

Alors vite!!!

Rendez-vous sur le site officiel

10:05 Écrit par La Com dans Coup de Coeur | Commentaires (0) | Tags : courir pour elles |  Facebook |  Imprimer | |

Lyon-Athlé prêt à se saborder

leprog.jpgLyon Athlé sera délogé en juin. Sans solution, son président menace

C’est la chronique d’une fermeture annoncée. Comme prévu depuis quatre ans, Lyon Athlétisme n’aura plus accès à partir du mois de juillet aux installations de l’ex-ASPTT Lyon à Saint-Priest, ces terrains, appartenant à La Poste, ayant été revendus. Problème, Lyon Athlé n’a pas de solution de repli, surtout pour son groupe de lanceurs dirigé par Serge Debié, dont Mélina Robert-Michon (8 e des JO de Pékin en 2008 et des Mondiaux de Berlin en 2009).

2010_0509Image0676.JPG
Des études ont été menées par la Ville de Lyon pour aménager un terrain d’entraînement Gerland. Mais à deux mois de l’échéance, Jean-Pierre Lacroix s’agace de voir le dossier traîner. « On est en train de perdre trente lanceurs », dit le président de Lyon Athlé qui a déjà vu partir ses groupes de perchistes et de sauteurs l’automne dernier. « J’attends de la mairie de Lyon un langage clair, poursuit-il. J’attends qu’on me dise qu’on a choisi de ne pas mettre d’argent pour nos lanceurs. Et alors, je tirerai les conséquences : je démissionnerai avec le bureau directeur. Et il n’y aura pas d’autres solutions que de faire exploser le club. »

Selon, l’adjoint au Sport au maire de Lyon Thierry Braillard, cet emballement serait un peu précipité. « Cette solution (à Gerland) est toujours à l’étude, confirme-t-il. Si la demande est réaliste pour que les lanceurs ne soient pas à la rue, alors OK. Il n’y aura pas de coupure dans leur entraînement. Mais dans tous les cas, ce sera un investissement provisoire. J’ai bon espoir que les discussions menées actuellement par le comité du Rhône permetteront de créer un club d’agglo qui permettra de résoudre ce problème avec la création de pôles d’excellence. » Mélina Robert-Michon, qui préparera cet été les Mondiaux de Daegu (27 août-4 septembre) se veut « confiante » : « Je m’inquièterai toujours un peu tant qu’on aura pas trouver un point de chute, avoue-t-elle quand même. Mais à ma connaissance, ça avance. On attend… »

B. S.

08:31 Écrit par La Com dans Actualité, C'est dans Le Progrès | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

lundi, 25 avril 2011

10 km de Chassieu: Les coureurs adorent

IMG_2573.JPGSupport des championnats du Rhône des 10km, cette troisième édition aura confirmé la parfaite maîtrise des organisateurs d'une épreuve qui est arrivée à maturité en seulement 3ans.

De l'avis même des coureurs, 'c'est une belle course' avec un parcours plutôt roulant et bien sécurisé. Un bon ravitaillement et une bonne ambiance.

IMG_2098.JPG

 

Avec 430 classés en pleines fêtes de Pâques, il était difficile d'espérer mieux.

Sur le plan sportif, avec la faible densité de coureurs pouvant espèrer un gros chrono, nous avons assistés à une course tactique entre Geoffrey Clavier de l'EA Romans qui l'emportera et Jacob Kipsang de l'Asvel Athlétisme qui se consolera avec le titre de Champion du Rhône, Guy-Noël Rouania de Lyon-Athlétisme (record perso en 32'03)  complète le podium.

IMG_2561.JPG

En féminine, auteur d'une très bonne seconde partie de course, Fatima Abaach du Décines Meyzieu Athlétisme remporte le titre de Championne du Rhône pour son retour après de longues semaines de blessures.Angélina Gours termine seconde et Patricia Maréchet de Lyon-Athlétisme complète le podium.

A noter la présence de plusieurs élus de la ville de Bron ainsi que du président du club voisin du DMA, Bernard Durousset qui réalise 44' le jour de ses 44ans. Le DMA qui 'louera' le 11 juin le complexe Romain Tisserand pour l'organisation d'un Meeting National de demi-fond.

IMG_2651.JPG

Une distribution d'Oeufs en chocolat a cloturé cette belle organisation.

Tous les résultats

Toutes les photos

Dans le Progrès

Le site officiel

dimanche, 24 avril 2011

AGENDA de La Com


Lire la suite

jeudi, 21 avril 2011

Courir Pour Elles: C'est dans un mois!

signature.jpgDans un mois le Parc de Lacroix-Laval accueillera pour la seconde fois la course  'Courir Pour Elles'

Du coté des inscriptions, rien à dire elles décollent! Le chiffre de 2010, 1650 a été atteint le 11 avril, , 2167 hier soir.

Il n'y aura pas d'inscriptions sur place et pas plus de 4000 filles !

Les filles se préparent sur plusieurs sites avec des entraîneurs chevronnés. Une vingtaine à Parilly, une trentaine à la Tête d'Or, une trentaine aussi  Lacroix-Laval pour les premières séances.

cpe tete d'or17-04 163.JPG

Quelques infos en vrac pour les participantes:

Les inscriptions se font uniquement sur le site Courir Pour Elles (Développement durable oblige, pas de papier)

-Pour toutes les inscrites avant le 30 avril : le dossard sera nominatif, elles pourront aller chercher leur dossard le samedi à la mairie du 7ème et éviter d’attendre le dimanche avant leur épreuve.

-Bien penser à réserver la garderie pour son enfant.(voir site)

-Le Pique nique sera tiré du sac.

-privilégier l’inscription SANS CHRONO car l’objectif c’est de participer et non de se faire chronométrer !!

Quelques infos en vrac pour les bénévoles:

Vous êtes une mec (même pas trop costaud) et vous êtes libre le vendredi pour l'installation du village, vous pouvez contacter Géraldine.

Besoin aussi de vous:

-mercredi 18 mai pour la mise en sac.

-samedi 21 pour organiser le village et la signalétique.

-samedi 21 mai à la Mairie du 7ième pour la distribution des dossards.

-et rendez-vous tous le dimanche pour une Grande et Merveilleuse Journée de partage et convivialité :-)

 

Merci à chacun pour ce que vous apporterez à la réussite de cette très grosse organisation


19:56 Écrit par La Com dans Actualité, Coup de Coeur | Commentaires (0) | Tags : courir pour elles |  Facebook |  Imprimer | |

mardi, 19 avril 2011

Disparition de Grete Waitz

runinlive.gifGrete Waitz, l’une des icones du marathon moderne vient de décéder à l’âge de 57 ans à l’hôpital d’Oslo.

9 fois vainqueuse du Marathon de New York de 1978 à 1988 et médaillée d’argent aux J.O. de 193 et championne du Monde en 1083 , cette pionnière du marathon s’était battue pendant 6 ans contre le cancer.  Avant cette longue carrière sur la route du marathon, elle était passée par la piste et le cross. En 1972, elle avait pris part aux J.O. de Munich sur 1500 m et en cross elle avait été sacrée 5 fois championne du monde de 1978 à 83.

P19-04-11_15.52[01].JPG

Après avoir arrêté sa carrière, elle était devenue une ambassadrice de son sport, elle organisait des épreuves sportives afin de sensibiliser les femmes norvégiennes à la pratique du sport.

C’est toute la communauté du marathon qui exprime son deuil


En 2006, Vo2 avait rencontré Grete Waitz annonçant son cancert, témoignages

 

Lire la suite

17:20 Écrit par La Com dans Actualité, Athlétisme | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

dimanche, 17 avril 2011

Christophe Lemaitre fait 'Du Cinéma'

leprog.jpg

Le triple champion d’Europe est la star d’un clip publicitaire pour une console de jeux

Cinq caméras braquées sur lui, une équipe de tournage aux petits soins et « un vrai clap comme au cinéma ». « Bienvenue à Hollywood-les-Bains ! » se marrait Christophe Lemaitre entre deux prises, lundi dernier sur sa piste d’Aix-les-Bains. Bon, il est encore loin de soulever l’Oscar. Pour ses débuts d’acteur, le triple champion d’Europe (100m, 200m, 4x100m) s’est contenté de tourner une publicité pour la console de Microsoft, la Xbox, et son jeu Kinect Sports.

christophe-lemaitre-en-tournage-pour-une-pub-benjamin-steen.jpg

Dans ce spot diffusé à partir de lundi sur internet, le « kid » (20 ans) joue son propre rôle, celui d’un sprinteur star battu virtuellement par un gamin de 12 ans sur le 100m du jeu vidéo. Une manière pour la marque de promouvoir son opération « Jouez pour votre nation » du 23 avril. A 19 h pétantes, les quelque 10 millions de détenteurs de la console seront invités à se mesurer en ligne sur 100m à Christophe Lemaitre et à quelques autres sprinteurs européens afin d’établir un record du monde du plus grand nombre de personnes courant un sprint simultanément.

Alors que les propositions ont plu après sa triple couronne européenne et son passage sous les dix secondes, c’est la première fois que Lemaitre associe son nom à une marque autre que celle de son équipementier. Pour l’instant, il s’agit d’une opération ponctuelle mais il plaît beaucoup à la multinationale. « C’est le meilleur représentant qu’on pouvait avoir, estime Guillaume Eppe, responsable de la com’d’Xbox. Un certain nombre d’études l’identifient comme un des talents avec lesquels c’est intéressant de travailler. Il est sympa, accessible, très grand public et avec une image très positive. Avant Knysna, on aurait pris un footballeur… »

Outre sa rémunération, tenue secrète (« Mais ça n’a rien à voir avec celle d’un footballeur » selon Eppe), Lemaitre y trouve aussi son compte en tant que joueur invétéré : « Je suis un fou de jeu vidéo. J’y joue beaucoup dès que j’ai du temps libre. Je veux toujours gagner ! », explique-t-il. La preuve, son record virtuel sur 100m, très loin devant son vrai record sur la piste (9’’97) et même très loin devant Usain Bolt (9’’58) : 8’’55 !

Benjamin Steen

08:25 Écrit par La Com dans C'est dans Le Progrès | Commentaires (0) | Tags : lemaitre |  Facebook |  Imprimer | |

samedi, 16 avril 2011

Cross de l'INSA: Une édition de tous les records

IMG_0773.JPG755 coureurs, 1 grand soleil, 50 orgas, des déguisements tous plus fous les uns que les autres, le cross de l'INSA 17ème édition restera dans les annales!

Merci à tous pour avoir participé à ce grand moment ! Merci aussi à tous nos partenairessans qui rien n'aurait été possible (l'INSA dans sa globalité, Villeurbanne, Running Conseil, le Crédit Mutuel, la Pizzeria Di Napoli, Yaka Events, Haribo et les commerçants de Villeurbanne) !


IMG_0713.JPG

Dans la rubrique des excuses, j'espère que vous ne nous en voudrez pas pour les dossards non chronométrés, les tee-shirts marqués "Orga", les erreurs dans les classements, les bugs du site internet (notre serveur rencontre quelques problèmes au mauvais moment...)...


IMG_0778.JPG

En ce qui concerne la nouveauté de cette année, le chronométrage automatique, le comportement de certains a beaucoup compliqué le travail de notre prestataire : départ sur une autre course que celle prévue, échauffement pendant la course précédente, aller-retours à proximité du portique de détection... La remise des prix a ainsi été un peu cahotique et quelques erreurs se sont glissées dans les classements. Bref, c'est une première et une réflexion sera apportée à ce sujet pour trouver une solution.


IMG_0695.JPG

Que vous ayez aimé ou pas l'événement, faites le progresser et évoluer en remplissant ce questionnaire ! Merci d'avance !

Voilà, trève de blabla, vous trouverez ici les résultats 2011 !


IMG_1068.JPG

Toutes les PHOTOS

19:51 Écrit par La Com dans Coup de Coeur, Course sur route | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

mardi, 12 avril 2011

Cross de l'INSA: Edition n°17

Copie de insa.jpgPour la 17ième fois le Campus de la Doua accueillera le mercredi 13 avril le désormais célèbre Cross de l'INSA.

Ce cross est une vraie compétition avec plusieurs centaines de coureurs mais aussi une grande fête avec de nombreux participants déguisés.

2010_0331Image0061.JPG

Il s'agit donc de 2 courses qui se passent sur le campus de la Doua le 13 avril: 4,5km pour les femmes et les équipes mixtes (18h30) et 6kmpour les hommes (19h). Ambiance folklorique mais chronométrage automatique. Il est possible de faire des équipes de 4; la course se passent alors comme en individuel mais en plus du classement individuel, les temps des équipiers sont additionnés pour donner un temps par équipe.
2010_0331Image0076.JPG

L'inscription est à 2€ (3€ sur place) et chaque participant a le droit à un ravitaillement, un Tshirt synthétique offert, à l'open Haribo (distribution massive de bonbons) et à participer aux tirages aux sorts.

Il y a des prix au scratch (seulement pour les femmes sur la 1ère course), par équipe et d'autres catégories plus orginales: challenge du
sprinter (le 1er à récupérer la peluche placé à 200m du départ), meilleurs déguisements (en solo et par équipe). La remise des prix aura
lieu juste après la fin de la course homme.

2010_0331Image0160.JPG


En savoir plus sur le site officiel

2010_0331Image0184.JPG

 

22:45 Écrit par La Com dans Actualité, Course sur route | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

dimanche, 10 avril 2011

LIGUE DES CHAMPIONS. Aux portes de la finale

leprog.jpgA Gerland, OL bat Arsenal 2-0 (mi-temps 2-0). Arbitre: Mme Gaäl (Hongrie). Temps estival. Pelouse en bon état. 20.123 spectateurs.

P4090026.JPG
Buts: Schelin (2ème, 12ème).

Avertissements: à l’OL: Georges (79ème). A Arsenal: E. White (52ème).

LES EQUIPES

OL:Bouhaddi. Henry, Viguier, Georges, Renard. Abily, Cruz. Thomis (Brétigny, 75ème), Necib (Kaci, 65ème), Dickenmann (Le Sommer, 57ème). Schelin.

ARSENAL: Byrne. Houghton, F. White, Grant, Nobbs. E. White, Yankey, Little, Carter (Combs, 88ème). Chapman. Beattie.

Un soleil resplendissant. Un record de spectateurs pour une rencontre de clubs dans l’Hexagone. Une équipe lyonnaise, première version, talentueuse et joyeuse. Tous les ingrédients étaient réunis hier après-midi pour que Gerland vive une véritable fête du football au féminin.

On le supposait.

Il valait mieux figurer dans cette partie du tableau que dans l’autre, celle made in Germany. Encore fallait-il le confirmer sur le fameux rectangle vert. Pour cela, le meilleur moyen est encore de prendre le match par le bon bout. Lotta Schelin se proposa alors très naturellement. En marquant quasiment le même but lors de ses deux plongées côté gauche, la Suédoise avait idéalement lancé l’OL. Un bonheur printanier irradiait Gerland et l’action qui amena le second but fut tout bonnement magnifique.

Plus rapides, meilleures avec le ballon, quadrillant mieux le terrain, les Lyonnaises récitaient leur partition sans aucune fausse note et le seul suspense consistait à savoir quand un troisième but fatidique allait surgir. Il aurait dû arriver à la 38ème minute lorsque Thomis choisit la solution individuelle oubliant Schelin totalement démarquée. Le ballon frôla longtemps le poteau d’une Byrne archi-battue et on peut dater de cet instant le curieux rééquilibrage de la rencontre.

Certes, Arsenal n’était pas devenu irrésistible. Mais, il ressortait mieux les ballons, parvenait à changer de rythme, et faisait planer un danger typiquement british sur les coups de pied arrêtés. Comme dirait l’autre, 2-0 et 2-1, ce n’est pas tout à fait la même musique et l’orchestre lyonnais balbutiait. Après le registre virtuosité qu’il déploya tout au long de la première période, il fit appel alors à des valeurs moins spectaculaires mais tout aussi importantes. Dickenmann et Necib sorties, l’équipe de Patrice Lair dut résister et alterna le froid après le show.

P4090040.JPG

Dans un Gerland chaud bouillant, la tension monta de plusieurs degrés et personne ne musarda sur les duels. Face à des joueuses lyonnaises souffrant de la chaleur, Arsenal s’empara de la fin de la rencontre avec une conviction qui annonce une manche retour de feu samedi prochain. Mais, et c’est l’enseignement majeur de ce bras de fer, l’OL la jouera avec deux buts d’avance.

Avantage Potsdam. Tenant du titre, Turbine Potsdam a réussi une bonne opération en signant le nul (2-2)dans l’autre demi-finale aller à Duisbourg hier après-midi.

Antoine Osanna

07:58 Écrit par La Com dans Autre Sport, C'est dans Le Progrès | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

samedi, 09 avril 2011

Olympique Lyonnais: Allez les filles !!!

leprog.jpg

Olympique Lyonnais - Arsenal, la belle affiche !

La Ligue des champions n’est pas terminée pour le football français. Il ne le sait peut-être pas. Mais il a encore un représentant en la personne de l’OL version féminine avec, qui plus est, de solides chances d’aller au bout. Soulignons-le d’entrée: il vaut mieux se situer dans cette partie du tableau des demi-finales que dans l’autre, celle du choc frontal entre Duisbourg et Potsdam. Mais comme dirait l’autre, on ne saura qu’après si ce tirage au sort était le plus négociable. La venue d’Arsenal ce soir à Gerland inspire un profond respect. Voilà en effet que s’avance le vainqueur 2007 de l’épreuve fort de ses douze titres de champion national. Autour de Faye White (84 sélections, 11 buts), elle restitue fidèlement l’esprit britannique et sait aussi que la finale se jouera à domicile ou presque, plus précisément à Craven Cottage, l’antre de Fulham. Ici Londres, pourrait aussi répliquer l’OL qui n’a pas oublié le cauchemar de Getafe la saison dernière où après avoir largement mené aux tirs au but, elle s’effaça devant Turbine Potsdam.

l-attaquante-lotta-schelin-est-devenue-un-point-d-ancrage-de-l-ol-au-feminin-photo-stephane-guioc.jpg
L’attaquante Lotta Schelin est devenue un point d’ancrage de l’OL au féminin / Photo Stéphane Guiochon

A peine arrivé à la succession de Farid Benstiti, Patrice Lair savait ce qui l’attendait. Si l’hypothèse d’un triplé forcément historique s’est envolée dimanche dernier avec l’élimination aux tirs au but (...) en quarts de finale du challenge de France, la perspective d’un savoureux doublé est bien palpable. Quintuple champion de France et toujours invaincu dans l’Hexagone, l’OL va pouvoir s’exprimer sans arrière-pensée sur la scène européenne. Si la suspension de Sonia Bompastor est infiniment regrettable, les arguments existent et reposent sur de vrais ressorts collectifs auxquels il convient d’ajouter des aptitudes individuelles comme la vitesse de course de Thomis, l’intelligence de Schelin, l’espièglerie technique de Necib, et la clairvoyance de Dickenmann.

«Les projecteurs sont sur nous, constate Patrice Lair, et cela ne nous dérange pas. On veut arriver au moins en finale et continuer à faire parler du club même si on coûte et qu’on ne rapporte rien. Mais, on se bat pour l’institution. C’est elle qui compte.»

Les paroles sont fortes et annoncent une volonté de tout donner deux matches durant. Le premier déterminera peut-être bien le second. «L’idéal serait de ne pas encaisser de but. Arsenal est une équipe jeune mais de qualité et on devra éviter de partir à l’abordage.

Il faudra faire un match sérieux et témoigner de réalisme que ce soit en attaque placée ou sur des ballons dans le dos. Il y aura des espaces car Arsenal a plutôt un style joueur.»

Jouer, l’OL sait aussi le faire et c’est à lui de tirer le premier.

Antoine Osanna

11:44 Écrit par La Com dans Autre Sport, C'est dans Le Progrès | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

vendredi, 08 avril 2011

Du cross, de la route et de la piste pour Eva Federspiel

207696_201080266589158_100000615582273_594299_1010107_n.jpgA 19 ans, Eva Federspiel n’est pas une inconnue dans le milieu du running. Licenciée au GA Haut-Saônois, cette étudiante à l’INSA Lyon a terminé seconde du France de cross à Paray-le-Monial et le week-end dernier, elle a remporté sur 10 km à Vittel, son second titre chez les juniors. Titulaire d’un record de 36’32’’ sur la distance, elle a facilement décroché la victoire en 37’57’’. Désormais, elle va se consacrer à la piste et plus particulièrement au 3000 mètres, avec l’espoir d’aller « Titiller » les minima pour les Europe juniors. Enfin, l’année prochaine elle devrait courir un semi-marathon.

Championnat de France des 10 km 2011. Du cross, de la route et de la piste pour Eva Federspiel

. Les France de cross ayant eu lieu le 27 février, as-tu eu le temps de bien préparer ceux du 10 km ?

- En fait, je n’ai pas pu les préparer comme c’était prévu. Après Paray-le-Monial, je me suis senti fatigué, patraque et ce n’est que 10 jours avant les France, que j’ai retrouvé un peu de sensations et que j’ai décidé de courir. Mais, par rapport à ce que  mon entraîneur François Châtelet avait programmé presque tout a été supprimé. Malgré tout, j’ai pu courir quelques séances sur route. Notamment des 1000 mètres à une allure située entre 3’35’’ et 3’40’’ au km et des 2000 entre 7’10’’ et 7’15’’. Sur ces bases, j’ai pensé que ça devrait passer.


. Comment s’explique cette fatigue ?

- Jamais je n’avais vécu cela. Je n’étais pas bien. J’avais l’impression d’être lourde. Je n’avançais plus et je n’avais plus envie de courir. Donc, j’ai procédé à des analyses de sang, qui ont révélées que j’étais carencée en fer et que les indices au niveau de certains enzymes intervenant dans le processus énergétique n’étaient pas très hauts. Suite à un traitement, la situation s’est améliorée, mais je n’ai pas encore retrouvé ma forme optimale.


. Peut-être étais-tu déjà fatiguée avant les France de cross ?

- Oui. La semaine de l’épreuve, je n’étais pas au top. Et lors de l’échauffement, lorsque François m’a demandée de courir 5’ à une allure rapide, il m’a dit après le cross, que je n’étais pas comme d’habitude et que j’avais le visage vraiment rouge. Bon, une fois dans l’action, on se transcende et compétitrice dans l’âme, j’ai fonctionné à l’adrénaline. Malgré tout, j’avais l’impression que j’aurais pu faire mieux. Après, on se dit que c’est l’éternelle problématique de la forme le jour J.


. Plus que la défaite, le plus décevant n’a-t-il pas été de ne pas être sélectionné aux mondiaux ?

- Ce que j’ai surtout trouvé navrant, c’est qu’il n’y a eu qu’une junior de sélectionnée, alors que les garçons ont été 3 a décroché leur billet. Je n’étais pas loin de la première. Aux Europe, j’étais la meilleure française et j’avais remporté le cross de sélection. Tout le monde a été effaré du choix de la DTN, comme s’il n’y avait pas eu une vue d’ensemble de tout ce qui s’était passé au cours de la saison. Bon, vu la condition physique dans laquelle je me suis trouvé par la suite, mon résultat au mondial aurait été lamentable et finalement, je suis contente de ne pas y être allée.


. N’as-tu pas estimé que le France du 10 était inscrit tôt au calendrier cette saison ?

- En effet, mais je tenais à le courir et indépendamment des mondiaux de cross, je l’avais programmé. Déjà, Vittel ce n’est pas très loin de chez moi et en plus j’avais l’opportunité de conserver le titre. Je ne sais si ce sera le cas l’année prochaine, quand je vais passer espoir.


. Ton objectif se limitait donc à la victoire ?

- Oui. Je n’ai pas cherché à réaliser un chrono, car je n’avais pas suivi une préparation suffisante en raison de ce problème de fatigue et en plus le parcours ne s’y prêtait pas. Le circuit impliquait de nombreuses relances et comportait une succession de petites montées. Je n’avais jamais couru un 10 km aussi dur. D’ailleurs, à l’arrivée les seniors et les vétérans partageaient cette opinion.


. Comment as-tu géré cet effort ?

- Comme j’étais dans le sas élite, je suis partie un peu vite. On se dit qu’il faut décoller vite, pour ne pas être gênée par la masse. En plus, en descente on se lâche. J’ai accompli le 1er km en 3’07’’, au lieu de 3’35’’. Evidemment, ça se paye et au cours des 9 km restants, j’ai eu mal aux mollets et aux jambes. Par contre d’un point de vue respiratoire, ça a été. Sauf problème, je savais que je parviendrais à tenir le rythme jusqu’à la fin et c’est ce qui s’est passé. Des séniors, des vétéranes et des espoirs m’ont rattrapée, mais globalement puisque j’ai également repris des concurrentes, j’ai pratiquement toujours évolué à la même place. Je finis 36e au scratch.


.Chez les juniors femmes les cross ne dépassent pas 5 km, de quelle manière t’adaptes-tu aussi facilement au 10 km ?- Je cours facilement des footings d’une heure à 14,5 km/h. Les efforts longs me conviennent. Et ces footings suffisent à entretenir la caisse. Aussi, l’entraînement pour le cross et le 10 km ne sont pas si différents. Sur 10 km, on travaille même la vitesse sur des bases plus faibles. Après, c’est dans la tête. Je m’accroche et je me dis qu’une fois que ce sera terminé, je serai satisfaite.


. Que va impliquer cette victoire ?

- Cette année aura lieu un match France-Italie sur 10 km et en tant que championne de France, je serai sélectionnée pour cette compétition.


. A quoi va se résumer la suite de la saison ?

- Je vais préparer le 3000 mètres sur piste. Je vais essayer d’aller titiller les minima pour les Europe juniors, fixés à 9’50’’. Il faut que je progresse en rythme. Je vais également courir les France FNSU, mais sur 1500 mètres. Ce qui est court pour moi et vraiment dur, parce qu’il s’agit d’une distance, où il faut aller vite, mais tout en se retenant un peu. Mais ça va me forcer à être plus rapide et ça va s’intégrer dans la préparation du 3000 mètres.


. Et le 5000 mètres ?

- J’attends d’être espoir. Egalement, l’an prochain je courrai mon premier semi-marathon.


. Que t’inspire la performance des vainqueurs du semi-marathon de Berlin, qui ont 18 ans ?

- C’est beau. Quand j’ai couru les Europe de cross, j’ai réalisé que l’on n’était pas grand-chose au plan international. Je me souviens de Purdue, cette Anglaise si aérienne et qui ne semblait même pas essoufflée. J’ai pensé qu’il y avait du boulot. Après, tous ces jeunes ne font pas forcément des études de haut niveau. Je ne peux pas m’entraîner deux fois par jour. Je dois d’abord m’assurer un bon avenir professionnel. Et souvent, ceux qui brillent chez les juniors ne durent pas longtemps. Soit, ils se crament. Soit, ils se dégoûtent de la pratique du sport. Ce qui m’importe, c’est de conserver ma motivation pour durer en senior.


. Ce week-end va se dérouler le Marathon de Paris, à l’avenir envisages-tu cette distance ?

-  Pour l’instant, 42 km je trouve cela trop long. On verra, peut-être à 30 ans.

 

20:08 Écrit par La Com dans Athlétisme, Matumaïni | Commentaires (1) | Tags : federspiel |  Facebook |  Imprimer | |

lundi, 04 avril 2011

Urban Trail de Lyon. Emmanuel Meyssat remet ça

leprog.jpgDécidément, c’est sa course. A ce rythme-là, Emmanuel Meyssat va finir par avoir sa statue place des Terreaux. Ou du moins faudra-t-il y figer l’empreinte de ses pieds façon Hollywood boulevard… En tout cas, le coureur des Monts Lyonnais (30 ans) y a enlevé hier matin son deuxième Lyon urban trail (LUT) de suite, les deux bras levés bien haut vers le ciel azur à sa descente du perron de l’Hôtel de Ville, entre le char triomphal de la fontaine Bartholdi et le musée des Beaux-arts. Un environnement de prestige pour une victoire qui compte au bout des 38 km du grand « steeple-chase » lyonnais, sous la menace de Christophe Malardé, venu expressément de Lorient deux ans après sa victoire dans la SaintéLyon pour réaliser un doublé toujours inédit chez les hommes.

photo-maxime-jegat.jpg

Le premier à l’obtenir sera peut-être Meyssat. Installé à Larajasse, haut lieu de la classique nocturne, il en rêve. Il l’a touché du doigt en décembre dernier avant d’abandonner au bout de quatre heures de course alors qu’il avait cinq minutes d’avance sur le deuxième… « J’ai fait une erreur stratégique en partant en short (ndlr : alors que le parcours était recouvert de neige). Même avec 15 ans d’expérience, on peut se planter. Du coup, quand je suis arrivé sur les hauteurs par -15 °C, mes quadriceps n’en pouvaient plus ! J’étais dégoûté mais ça donne aussi envie. Revanche ! »

C’est guidé par l’amertume qu’il a poursuivi l’hiver, raflant au passage les championnats centre-est de cross court (« Pour travailler la vitesse ») et la manche du Trail tour national (TTN) de Montanay. Bref, c’est la grande forme à peine altérée par une gastro en début de semaine. « J’ai perdu 2kg en deux jours, dit-il. Et aujourd’hui (hier), après deux heures de course, je n’avais plus des super-cannes. » Pas grave. Le trou était fait depuis la mi-parcours, lors du deuxième passage à Fourvière. Et « cuisse de grive », comme l’appellent ses potes de l’ACO Firminy, pouvait gérer jusqu’à la ligne d’arrivée sur un parcours qu’il connaît par cœur et qui convient à merveille à ses qualités de coureur tout terrain aussi à l’aise en montagne que sur la route. « L’objectif, ce n’était pas de mettre tout le monde à cinq minutes. La saison est longue. » La SaintéLyon l’attend à l’autre bout de l’année. Mais sans le vouloir, il relègue quand même Malardé à plus de trois minutes. « Il ne fallait pas deux kilomètres de plus », soufflait le Breton quand même ravi de la découverte. « J’étais venu pour ça, mais les escaliers, c’est quelque chose de très spécifique. ça finit par être usant. J’ai couru les derniers kilomètres avec des crampes dans les mollets. Mais, j’ai pris beaucoup de plaisir. Sur ce parcours, on est tout le temps surpris… »

Surprise aussi, voire sensation chez les femmes, où la minuscule haut-Savoyarde Céline Lafaye n’a fait qu’une bouchée de Maud Gobert, la prêtresse du trail français, distancée à l’arrivée de près de 11 minutes. « Chapeau bas » s’est inclinée la double tenante du titre de la SaintéLyon pourtant plus rapide hier que lors de sa victoire dans le LUT 2009. Et le pire, c’est que Lafaye a eu le temps d’admirer le paysage : « C’était vraiment beau. J’en ai bien profité. »

Les résultats

> 38 km:1. Emmanuel Meyssat 2h54’46’’ (13,04km/h); 2. Christophe Malardé 2h58’18’’; 3. Laurent Beuzeboc 3h02’01’’; 4. Christophe Benay 3h10’26’’; 5. José Azevedo 3h12’11’’; 6. Florian Racinet 3h12’56’’; 7. Johan Serazin 3h15’34’’; 8. Guillaume Alfiéri 3h15’54’’; 9. Rémi Voisin 3h16’19’’; 10. Nicolas Cantagrel 3h17’08’’; 11. Arnaud Brémont 3h17’43’’; 12. Benoit Charles-Mangeon 3h18’56’’; 13. Céline Lafaye 3h19’07’’ 1re féminie; 14. Nicolas Bonnet 3h20’36’’; 15. Jean-Paul Bolle 3h21’25’’; 16. Christian Maire 3h23’10’’; 17. Jean-Luc Raset 3h24’32’’; 18. Roland Ravard 3h27’24’’; 19. David Martin 3h27’29’’; 20. Christophe Bouiges 3h28’06’’; 21. Maud Gobert 3h30’14’’ (2e féminine); 22. Maxime Gioe 3h30’36’’; 23. Laurent Petermann 3h33’06’’; 24. Frédéric Py 3h33’21’’; 25. Patrick Boinon 3h33’26’’; 26. Yannick Legay 3h35’03’’; 27. Matthieu Lerasle 3h35’42’’; 28. Sébastien Farano 3h35’43’’; 29. Denis Blachere 3h36’04’’; 30. Maxime Liautaud 3h36’38’’;... 38. Sandra Gouault 3h40’50’’ (3e féminine) ; 45. Sandrine Motto Ross 3h45’07’’ (4e féminine); 80. Josiane Piccolet 4h01’00’’ (5e féminine); 89. Stéphanie Gross 4h04’20’’ (6e féminine).

> 23KM:1. Paul-Henri Valour 1h46’48’ ’(12,92km/h); 2. Julien Férel 1h50’32’’; 3. Arnaud Bonin 1h52’16’’; 4. Matthias Huck 1h53’37’’; 5. Rémi Viala 1h53’52’’; 6. Stéphane Giordanengo 1h54’19’’; 7. Jérémy Pignard 1h54’47’’; 8. Leopold Reissner 1h55’02’’; 9. Matthieu Bertrand 1h55’22’’; 10. Renaud Pavin 1h56’44’’; 11. Emmanuel Roche 1h57’20’’; 12. Marcel Weber 1h58’38’’; 13. Olivier Alfano 1h59’42’’; 14. Baptiste Petin 2h00’31’’; 15. Gabriel Heyd 2h00’32’’; 16. Mathieu Kerhoas 2h01’02’’; 17. Vincent Junca 2h01’59’’; 18. Cyril Jourdy 2h02’15’’; 19. Gilles Besselon 2h02’23’’; 20. Christian Lambiel 2h02’58’’; 21. Julien Arese 2h03’15’’; 22. Simon Flandin 2h04’31’’; 23. Mathias Gery 2h04’38’’; 24. Ludovic Varenne 2h05’07’’; 25. Frédéric Teyssandier 2h05’53’’; 26. Patrice Egraz 2h07’05’’; 27. Régis Paur 2h07’06’’; 28. Julien Viola 2h08’05’’; 29. Clément Boulard 2h08’05’’; 30. François Bonier 2h08’26’’;... 58. Michèle Leservoisier 2h14’35’’ (1re féminine); 82. Catherine Dubois 2h18’15’’ (2e féminine); 107. Claude Coutin-Chenal 2h21’17’’ (3e féminine).

> 12KM: 1. Marc Picout 53’26’’(13,47km/h) ; 2. François Veyrat-Durebex 54’11’’; 3. Julien Mattrand 54’26’’; 4. Martin Gaffouri 54’33’’; 5. Guillaume Pontier 55’14’’; 6. Wissam Dallat 55’44’’; 7. Claude Magand 55’46’’; 8. Laurent Marquis 55’55’’; 9. Thomas Hustache 56’33’’; 10. Pierre Barbet 57’28’’; 11. Yann Nourry 58’33’’; 12. Rémy de la Chapelle 58’46’’; 13. Stéphane Monteil 59’18’’; 14. Christophe Chevrolat 59’19’’; 15. Nicolas Dehaye 59’30’’; 16. Yoann Vaquero 1h00’05’’; 17. Mickaël Habrard 1h00’24’’; 18. Christophe Tonti 1h01’03’’; 19. Stéphane Beatrix 1h02’46’’; 20. Guillaume Chevalier 1h02’51’’; 21. Baptiste Buatier 1h03’06’’; 22. Rémi Beaurepaire 1h03’26’’; 23. Jean-Guillaume Meusnier 1h03’27’’; 24. Ivan Lescure 1h03’39’’; 25. Sébastien Mollon 1h03’43’’;... 48. Noémi Elicaste 1h06’28’’ (1re féminine); 50. Aline Gauthier 1h06’47’’ (2e féminine); M. Bouvet Dumont 1h09’57’’ (3e féminine); 90. Sandra St Germain 1h10’10’’; 93. Sophie Courtadon sorin 1h10’14’’.

Benjamin Steen

La Ronde Vaudaise

leprog.jpgLa patience récompensée.

Même si à l’arrivée, Laurent Chambron regrettait que Richard Musagirije n’ait pas pris de relais durant 18km, il reconnaissait tout de même la supériorité du vainqueur de la 23e édition de la Ronde Vaudaise « C’est dommage qu’il n’ait pas voulu prendre quelques relais car il en avait vraiment les moyens », confiait le vétéran qui effectuait pour l’occasion son premier semi-marathon de l’année.

Le vainqueur de l’épreuve de son côté saluait le travail de son dauphin et savourait sa victoire en 1h11’15 « Avec le vent j’ai préféré m’abriter derrière Chambron avant de porter mon attaque à quelques kilomètres de l’arrivée. J’avais terminé deuxième au semi-marathon de Saint-Priest et 4e aux 10km de Villeurbanne donc ça fait plaisir de terminer premier ici » explique le Burundais de 23 ans qui s’entraîne à Lyon depuis plus d’un an dans le groupe d’Egide Manirakiza et qui possède un record sur le semi-marathon en 1h03’48.

Chez les féminines, Françoise Matitch, en pleine préparation pour le marathon d’Annecy dans 15 jours a survolé en 1h31’39 une épreuve qui, il est vrai, manquait de tête d’affiche. « C’est dommage qu’il n’y ait pas eu plus de concurrence car c’est une belle course qui mérite un meilleur plateau. Il y avait du vent et de la chaleur c’est idéal comme préparation pour Annecy où je risque de retrouver ces éléments », expliquait Françoise qui avant la course s’était offert un échauffement de 12km pour engranger un maximum de kilomètres avant le marathon d’Annecy.

Sur le 10km, Guy Rouania s’offre un nouveau succès après sa victoire au Déci Jogg en février en devançant de 30 secondes son dauphin Ali Fellague. « C’est ma première participation à l’épreuve et le parcours est plus difficile qu’il n’y paraît avec pas mal de relance dans la deuxième partie de course », avouait Guy qui a fait la différence dès le 2e kilomètre.

En terme de participation, cette 23e édition a réuni 312 coureurs mais surtout un nombre important d’enfants et c’est ce que préfère retenir Evelyne Beccia, la directrice de l’OMS de Vaulx-en-Velin « Cette année les enfants ont vraiment répondu présent en masse. Sur le 10km et le 21km la participation est stable mais c’est vrai qu’avec Lyon Urban Trail le même jour que notre course, la participation s’en ressent », confesse Evelyne qui tient à remercier tous les bénévoles qui ont permis que cette Ronde Vaudaise se déroule dans les meilleures conditions.

Résultats

21km : 1. Musagirije (AS Rispoli) 1h11’16 ; 2. Chambron (Spode) 1h12’09 ; 3. Saguet (spode) 1h12’30 ; 4. Badel (Spode) 1h13’51 ; 5. Douair (CORPS) 1h17’40 ; 6. Nauleau (Spode) 1h18’12 ; 7. Baillard 1h19’14 ; 8. Megnigbeto 1h20’19 ; 9. Cambone (CSBJ) 1h20’27 ; 10. Gabaudan 1h25’49

Féminines : 1. Matitch (Spode) 1h31’39 ; 2. Tournade (CORPS) 1h39’47 ; 3. Regnier 1h41’08

10km : 1. Rouania (LA) 33’17 ; 2. Fellague (ASCUL) 33’47 ; 3. Cazorla (Spode) 34’20 ; 4. Boujday 34’23 ; 5. Girard (ACVS) 34’26 ; 6. Dacourt (spode) 34’40; 7. Abate (spode) 35’00; 8. Mozzone (ASCUL) 35’45; 9. Chamonard (ASC) 36’01; 10. Bretin (ASCUL) 36’35

Féminines : 1. Marechet (Spode) 40’08; 2. Djelti 41’07 ; 3. Egleme (Spode) 41’34

15:38 Écrit par La Com | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

dimanche, 03 avril 2011

LYON URBAN TRAIL 2011: Les résultats

IMG_0650.JPGLyon Urban Trail

Un gros succès avec des milliers de coureurs dans la ville.

Tous les résultats

sur le site Running Conseil.

Et aussi 4 paires de Salomon XR Crossmax à gagner.

20:05 Écrit par La Com dans Course sur route, Résultats | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

samedi, 02 avril 2011

Rosario Murcia-Gangloff, un espoir paralympique ?

logo-soutenu_par.jpgToujours recordwoman de France du 10 000 m, Rosario Murcia-Gangloff s’est lancé un pari un peu fou. A 46 ans, la fondeuse licenciée à Beziers Cheminots Athlétisme Méditerranée vise la qualification pour les Jeux Paralympiques de Londres. Car c’est désormais du côté de l’handisport que Rosario, qui souffre d’un glaucome, trace sa route. Une très belle leçon de vie.

 

9150_big.jpg

Rosario Murcia, Annette Sergent, Farida Fatès, Marie-Pierre Duros, Martine Fays, Odile Ohier, des noms qui nous rappellent la grande époque du cross féminin français au passage des années 80-90. Vingt ans après cette époque bénie des labours tricolores, Rosario Murcia-Gangloff continue toujours, à 46 ans, de marteler le bitume et le tartan plusieurs fois par an. Pourtant, la Lyonnaise, installée maintenant dans la région de Narbonne, a décidé d'entamer une seconde carrière. Pas forcément là où on l'attendait. En effet, la toujours recordwoman de France du 10000 m (31'42''83 en 1992) a repris la compétition de haut niveau l'été dernier lors des Championnats de France handisports.
Une seconde histoire qui commence en 1995 lorsque, suite à une déshydratation massive après les championnats d’Europe 1994 d’Helsinki, elle commence à souffrir d'un glaucome (ndlr ; une maladie dégénérative du nerf optique qui entraîne une perte progressive de la vision). Elle poursuit tout de même sa carrière jusqu'en 1997 avant de se consacrer à son travail et sa famille. La course n'est plus qu'un plaisir. En 2004, un bon petit 35'55'' sur dix kilomètres montre que Rosario Murcia-Gangloff, petit bout de femme d'1m60 à la parole et à la voix tonique, n'a rien perdu de son talent. C'est à ce moment que ses problèmes de vue s'aggravent. Au fil des ans, en plus de la myopie, elle commence à ne plus percevoir les reliefs et perd la vision sur les côtés. Ce qui ne l’empêche pas de participer à plusieurs courses.

Des entraînements tous les jours
Début 2010, Rosario, maman de trois enfants, est contrainte d'arrêter de travailler, son handicap empirant de manière brutale. L'athlé aurait pu s'éloigner. Une rencontre avec Christophe Carayon, ancien athlète handisport installé dans la même région, va pourtant lui donner l'occasion d'entamer une nouvelle carrière. « Au départ, je n'avais pas très envie de courir en handisport, précise-t-elle. J'avais cotoyé le haut niveau chez les valides, je ne connaissais pas du tout le milieu handisport. Et puis, j'avais envie de laisser la place aux autres athlètes. » Son nouvel entraîneur parvient tout de même à la convaincre de tenter sa chance dans la catégorie des malvoyants. D'emblée, elle remporte le titre national 2010 du 1500 m dans le temps de 4'52''97, ce qui la place dans les dix meilleures vétéranes valides de la saison. Puis elle devient championne de France de cross handisport à Paray-le-Monial en février dernier. C'est reparti !
Et pour le coup, le goût de côtoyer le haut niveau est lui aussi revenu. « J'arrive comme une débutante dans l'handisport et je suis excitée par cette nouvelle aventure, assure-t-elle. Je me suis vite rendu compte qu’il fallait aussi une préparation intensive pour réussir dans ma nouvelle catégorie. Alors, je m'entraîne tous les jours et j'espère être prête afin d'obtenir ma sélection pour les Jeux Paralympiques de Londres en 2012. »
Le message est passé. Vingt ans après sa participation aux Jeux Olympiques de Barcelone en 1992, Rosario Murcia-Gangloff pourrait connaître en 2012, à Londres, une sélection dans la plus belle compétition qu'elle n'aurait jamais envisagée il y a encore un an. Welcome to London, Miss Murcia-Gangloff !

Renaud Goude pour athle.com

22:10 Écrit par La Com dans Coup de Coeur | Commentaires (4) | Tags : murcia |  Facebook |  Imprimer | |

LYON URBAN TRAIL 2011

leprog.jpgPour sa quatrième édition, l’épreuve atteint la barre symbolique des 5 000 participants. Débattu à sa création, le concept a pris

C’est un souci qu’aiment avoir les organisateurs. Pour la première fois depuis la création du Lyon urban trail (LUT) il y a trois ans, la demande de dossards va dépasser l’offre. Hier matin, plus de 4 500 coureurs avaient déjà fait parvenir leur bulletin d’inscription avant même l’ouverture du village-départ place des Terreaux. Vu la belle météo qui s’annonce, il va y avoir des déçus car la barre limite — indispensable pour éviter les bouchons monstre dans les passages « single track » type traboules — est située à 5 000. Autant dire que le LUT est désormais un hit du trail.

les-escaliers-la-marque-de-fabrique-du-lyon-urban-trail-il-y-en-a-7-000-a-escalader-et-a-devaler.jpg
Même s’ils seront huit fois plus la semaine prochaine au marathon de Paris et deux fois plus à Running Lyon (marathon, 21 km et 10 km) ou à la SaintéLyon, ce chiffre installe définitivement l’épreuve dans le paysage.

Pour en arriver là, le LUT a dû tracer sa route. En l’occurrence, il s’agissait plutôt d’ouvrir une trace. Il y a trois ans, l’épreuve c’était surtout « ni-ni » : ni course sur route, ni trail. La simple présence du mot trail dans son appellation faisait même hurler les puristes de la course nature.

Le scepticisme a aujourd’hui disparu ou presque.

Vainqueur du petit LUT en 2008, l’ancien vice-champion de France de trail, Benoît Laval a « adoré ». « Je le place dans mon top 5, affirme sérieusement le Ligèrien qui a pourtant écumé les courses de la planète entière. C’est original, varié, avec du dénivelé, des espaces verts. C’est parfois très technique. La ville s’y prête bien. C’est vraiment l’esprit trail. » Proposant l’aventure au coin de la rue, le dépassement dans un décor pittoresque, le LUT est finalement totalement dans l’air du temps : « Cette course illustre la tendance actuelle, observe Emmanuel Lamarle, rédacteur en chef du magazine Ultra Fondus, spécialisé dans les épreuves longues distances. Coureurs et organisateurs sont à la recherche d’originalité. Ici, elle vient du mariage réussi entre deux univers différents. »

Trois ans après le lancement, la participation a doublé. «  ça a mis le temps, mais on y est arrivé, se félicite, le patron d’Extra Sports, Michel Sorine. Il a fallu populariser cette épreuve. Au début, on a peut-être été trop élitiste. Mais on a rectifié le tir en créant l’an dernier un 12 km (en plus du 38 km et du 23 km). » Et si le nom d’Urban trail a été déposé, le concept, lui, se met à voyager dans d’autres villes comme Angers, Poitiers ou Saint-Brieuc. En attendant d’autres...

Signe que la mayonnaise monte, le 38 km du LUT intègre cette année le challenge Salomon- Endurance mag. L’équipementier, à l’image très montagne, ne cache pas son intérêt pour ce brassage de cultures : « Notre volonté, c’est d’avoir une diversité dans nos huit manches, explique Jean-Michel Faure-Vincent qui gère ce circuit. L’idée, c’est d’abord d’avoir des manches qui tiennent la route. Ensuite, le concept nous séduit. Le public du trail pur, on connaît, on le rencontre tous les week-ends. A Lyon, on va rencontrer les coureurs de ville. On a une forte demande (sic) sur ce créneau. Notre intérêt c’est d’être là. »

Reste maintenant à dégager un véritable intérêt sportif. La course a déjà eu de beaux vainqueurs (Julien Rancon, Benoît Laval, Maud Gobert ou Cathy Dubois) mais pas encore de rude bataille. C’est peut-être pour cette année chez les hommes entre le vainqueur de la SaintéLyon 2009 Christophe Malardé, débarrassé de la concurrence de son équipier six fois champion du monde de course en montagne Jonathan Wyatt (blessé au tendon d’Achille), le vainqueur sortant du LUT Emmanuel Meyssat et Laurent Beuzeboc. Chez les femmes, en revanche, à chacun sa course pour Dubois (sur 23 km) et Gobert (sur 38 km). L’assurance, au moins, d’avoir encore du beau monde au palmarès.

Benjamin Steen
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu