compteur

Avertir le modérateur

jeudi, 30 décembre 2010

Bonne Année 2011 !!!

2010_0523Image0407.JPG


19:47 Écrit par La Com dans Actualité, Blog | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

dimanche, 26 décembre 2010

Christophe Lemaitre champion des champions

leprog.jpgL'enfant de Culoz dans l'Ain, devenu le roi du sprint européen cet été à Barcelone, a été élu champion des champions de France de l'année 2010 par les rédactions du quotidien L'Equipe. Il devance largement le septuple champion du monde des rallyes Sébastien Loeb.

Comme le 29 juillet dernier, au lendemain de sa victoire dans le 100 m des championnats d'Europe à Barcelone, Christophe Lemaitre fait ce matin la Une de L'Equipe avec ce titre "Lemaitre étalon 2010".

2010_0213Image0494.JPG

2010_0509Image0493.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2010_1016Image0150.JPG2010_1016Image0161.JPG


 

 

 

 

 

 

A 20 ans, l'athlète de Culoz est indéniablement le sportif tricolore de l'année. Les rédactions du quotidien sportif l'ont en effet élu champion des champions français pour l'année 2010.  Avec 635 points, il devance le septuple champion du monde de rallye Sébastien Loeb (451 points), associé à Daniel Elena et sacré l'an dernier, et le quadruple champion du monde Teddy Riner couronné cette année en plus de 100 kg à Tokyo.

Une distinction méritée pour le sociétaire de l'AS Aix-les-Bains, entré dans la légende à Barcelone en devenant le premier sprinter à remporter trois titres lors d'un même championnat d'Europe. Christophe Lemaitre avait alors non seulement corrigé les autres spécialistes de l'épreuve reine en prenant pourtant un départ catastrophique mais il était également monté sur la première marche du podium sur 200m et avec le relais 4x100m.

Une année 2010 qui l'a également vu descendre en dessous de la barre mythique des 10 secondes. Le 9 juillet à Valence dans la Drôme, Lemaitre est le "premier Blanc" à courir le 100 m sous les 10 secondes en portant le record de France à 9.98 puis 9.97.

Le classement:

1. Christophe Lemaitre (athlétisme) 635 pts
2. Sébastien Loeb (rallye) 451
3. Teddy Riner (judo) 423
4. Thierry Omeyer (handball) 256
5. Franck Cammas (voile) 250
6. Camille Lacourt (natation) 201
7. Jason Lamy Chappuis (Combiné nordique) 179
8. Renaud Lavillenie (athlétisme) 98
9. Yannick Agnel (natation) 59
10. Myriam Soumaré (athlétisme) 58

Mon Album De Chrsitophe Lemaitre

jeudi, 23 décembre 2010

Ruddy Zang-Milama récupère une médaille mondiale !

leprog.jpg

Ruddy Zang-Milama va prochainement récupérer la médaille de bronze du 60 m des Mondiaux en salle disputés en mars dernier à Doha. La Gabonaise d'Aix-les-Bains, passée auparavant sous les couleurs de l’Asu Bron, avait pris la 4 e place. Mais elle « profite » du déclassement de LaVerne Jones-Ferrette pour remonter d’une place.

La sprinteuse des Îles Vierges, qui avait décroché le bronze au Qatar a été testée positive le 16 février dernier au clomiphène (stéroïdes) et a été suspendue 6 mois.

18:18 Écrit par La Com dans Athlétisme, C'est dans Le Progrès | Commentaires (1) |  Facebook |  Imprimer | |

lundi, 20 décembre 2010

Bonnes Fêtes !!!

bonnesfetes2010.jpg

19:22 Écrit par La Com dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

dimanche, 19 décembre 2010

Cross des Papillotes: Victoire de Michael Brandon de l'Orégon

leprog.jpgLe sol gelé, Michael Brandon connaît bien, lui qui a grandi dans l’Oregon, un Etat au nord des Etats-Unis où la température descend régulièrement sous les -10°C durant l’hiver. « Je préfère largement ces conditions plutôt que la chaleur de l’été » témoigne d’ailleurs cet Américain débarqué à Lyon il y a maintenant 5 ans pour finir ses études et qui a finalement choisi de s’installer en France où il travaille désormais en tant que professeur d’Anglais.

Arrivé sur le tard à l’athlétisme lorsqu’il finissait son master, Brandon, licencié à Tassin depuis deux ans, commence à se faire connaître cette année après une première saison gâchée par des blessures.

« L’an dernier je n’ai quasiment rien fait car j’étais blessé mais là ça va mieux depuis ma 4 e place à la Bachasse en novembre. Je vais participer aux championnats du Rhône à Décines le 9 janvier prochain et avec Tassin nous avons l’ambition de nous qualifier aux championnats de France par équipe de cross court » explique Brandon qui s’est détaché dès le premier kilomètre avant de garder à distance respectable, le Bressan Sébastien Jacqin 2ème de la course

anais.jpg
Chez les féminines, Florence Reignier, victorieuse des Foulées Majolanes il y a un mois, a confirmé son bon début de saison en s’imposant avec 45 secondes d’avance sur Géraldine Simbola « Je vais passer vétérane au 1er janvier 2011 et j’aimerais réussir une belle saison de cross d’autant que les championnats de France ont lieu à Paray le Monial, pas très loin de chez moi » explique Florence qui s’était également imposée lors du semi-marathon de Vénissieux déjà devant Géraldine Simbola.

Dans les autres courses d’une épreuve qui, pour son dixième anniversaire, a battu son record de participation avec plus de 800 inscrits, l’Asvel et Tassin ont particulièrement brillé.

Résultats :

Feminines :

Pous. : 1. Pelisse (ACVS); benj. : 1. Caroff (EAB); min. : 1. Guillaumot (LA); cad. : 1. Le Louet (ACVS) 15’38 ; 2. Gallean (ACT) 16’04 ; 3. Teyssiere (ASVEL) 16’12.

Jun. : 1. Espinosa (ESL) 23’00 ; 2. Pailleres (CSBJ) 23’40 ; 3. Laisse (ACT) 23’42

Esp. : 1. Ratao O. (LA) 21’03 ; 2. Sastre L. (ACT) 21’18 ; 3. Sastre M. (ACT) 22’02

Sen. : 1. Reignier (ASVEL) 19’44; 2. Simbola (ESL) 20’29; 3. Jacquemoux (ACT) 21’14

Vet. : 1. Gibert (ESL) 22’56

Masculins :

Pous. : 1. Fatah (ASVEL); ben. : 1. Bekkat (ASVEL); min. : 1. Jerbi (ACVS); cad. : 1. Vernière (EAB) 18’41; 2. Ferra (LA) 18’57; 3. Lenormand (EAB) 19’14; jun. : 1. Lecointre Wesolowic (AFA) 17’27 ; 2. Muleki Seya (ASVEL) 17’31; 3. Court (ESL) 18’12

Esp. : 1. Cabart (LA) 17’20; 2. Perez (Franconville) 17’30 ; 3. Betron (Balan) 18’00

Sen. : 1. Michael (ACT) 17’00 ; 2. Jacquin (EAB) 17’12 ; 3. Couzon (ACT) 17’32.

Tous les résultats

samedi, 18 décembre 2010

Romain Mesnil à l’Insa Perch’formance

leprog.jpgMesnil à l’Insa Perch’formance

Le double vice-champion du monde Romain Mesnil sera la principale tête d’affiche de la deuxième édition de l’Insa perch’performance, le meeting 100% perche organisé par l’Insa sur le campus de la Doua à Villeurbanne.

2010_0710Image0401.JPG


Le Bordelais sera accompagné de son partenaire d’entraînement Damiel Dossevi, vainqueur l’an dernier de l’épreuve créée par la championne de France de la spécialité Télie Mathiot.

A noter que la réunion, initialement programmée le 5 février a été avancée au 22 janvier.

Fan de perche: l'album des France Elite

23:54 Écrit par La Com dans Actualité, Athlétisme, C'est dans Le Progrès | Commentaires (0) | Tags : mesnil |  Facebook |  Imprimer | |

vendredi, 17 décembre 2010

Cross des Papillotes

leprog.jpgPlus de cinq cents crossmen sont attendus samedi après-midi au parc de la Sathonette, à Saint-Maurice-de-Beynost, pour le cross des papillottes. L’épreuve organisée par le Miribel Athlétic Club, sous-section du club de Villeurbanne, est un rendez-vous incontournable du Challenge de cross mis sur pied depuis de longues années par le comité d’athlétisme du Rhône.

45391_small.jpg

Ce challenge par équipes a créé une dynamique enviable chez nos voisins lyonnais pour le cross-country et va assurer le succès populaire et sportif du rendez-vous de la Côtière. Les couleurs des clubs de l’Ain ne seront pas absentes, bien au contraire, elles pourraient briller grâce au junior châtillonnais Morgan Fourrier, aux seniors Sébastien Jaquin (E.A Bressane), Jonathan Drouin (A.S.C.Balan) et évidement la minime de l’E.A.B. Margaux Braun. Tous les quatre s’étaient mis en évidence lors du cross d’ouverture à Ambérieu-en-Bugey.

Pratique

Renseignements et inscriptions sur le site miribelca.athle.com.

Possibilité d’inscriptions sur place une heure avant l’épreuve concernée.

Programme : 13 h 15, école d’athlétisme filles. 13 h 25, école d’athlétisme garçons. 13 h 35, poussines 1 200 mètres. 13 h 50, poussins 1 200 m, 14 h 05 non licenciés nés en 1998 et après 1 200 m. 14 h 20 benjamines 2 530 m. 14 h 45 benjamins et minimes filles 2 530 m. Minimes garçons et cadettes 3 860 m. 15 h 20 non licenciés nés en 1997 et avant 2 400 m. 15 h 40 cadets à vétérans masculins 5 190 m. 16 heures juniors, seniors et vétérans féminins 5 190 m.

Récompenses pour tous, coupe et sapin de Noël aux premiers de chaque catégorie.

mardi, 14 décembre 2010

Hassan Chahdi, Arve Athlétisme Bonneville et Matumaïni

logo-soutenu_par.jpgHassan Chahdi : « J’ai appris à courir pour moi »

Au lendemain de sa victoire chez les espoirs hommes lors des championnats d’Europe de cross, Hassan Chahdi a la joie simple. Titré devant son compatriote Florian Carvalho (et deuxième par équipes avec ses camarades Abdelatif Hadjam, Etienne Diemunsch, Benjamin André et Tahar Semlali), le demi-fondeur d’Arve Athlétisme Bonneville, co-entraîné par Christian Dunand et Bastien Perraux à Lyon, vient pourtant de décrocher sa première d’or en individuel après plusieurs podiums chez les jeunes. Une juste récompense pour ce petit gabarit (1,69 m pour 56 kg) au mental impressionnant, qui cache derrière sa modestie naturelle beaucoup de volonté. Avant d’embarquer dans l’avion du retour pour Paris, Hassan s’est prêté au jeu de l’interview pour athle.com.

chahdi.jpg
Athle.com : Hassan, dans quel état d’esprit êtes-vous au lendemain de votre premier titre européen individuel en cross ?

Hassan Chahdi : Je savoure et ça va d’ailleurs être le cas toute cette semaine. Je n’ai pas encore revu mes parents. J’ai hâte de retrouver mes proches pour partager ma médaille avec eux. Ne pas gagner aurait été une déception. L’objectif était vraiment de l’emporter. Même si je sais que beaucoup auraient déjà aimé terminer deuxième.

Vous collectionniez depuis plusieurs saisons les podiums sans réussir à monter sur la plus haute marche. Qu’est-ce qui a fait la différence cette année ?
Lors des derniers championnats, j’avais du mal à gérer mes courses pour gagner. J’ai appris à courir pour moi, à être plus malin dans ma stratégie. L’an dernier, j’avais multiplié les attaques. Mais, en même temps, je ne visais pas le titre. Finir deuxième avait été une surprise. Cette année, j’étais un peu le favori. Il fallait que je m’impose.

Comment avez-vous géré votre effort ?
L’idée, c’était d’abord de voir comment les autres allaient réagir. J’ai observé mes concurrents. Il n’y a pas eu trop de surprises à part la présence du Russe (Yegor Nikolayev) à l’avant. Ceux qui devaient être devant l’étaient. Je me suis ensuite replacé progressivement. J’ai placé deux accélérations pour tester mes adversaires et restreindre le groupe.

Avant le mano a mano final avec Florian Carvalho…
Florian a mis une attaque dans la dernière côte, qui a fait mal au Russe. Dans la descente, il a même fait un petit trou avec moi. Là, j’étais dans le dur. J’ai dû m’accrocher. Puis j’ai senti qu’il commençait à faiblir. J’ai donc contre-attaqué dans les buttes et j’ai réussi à le lâcher juste avant l’arrivée.

Vous aviez confiance en votre finish ?
Une course de championnat, ça se joue souvent à la fin. Je n’avais pas trop le choix. Je me suis un peu surpris mais pas trop non plus. Je ne suis quand même pas non plus un mauvais finisseur ! Et puis, le cross, c’est différent de la piste. On est entamé au moment du sprint.

On a vu cette année Morhad Amdouni, encore espoir, concourir avec succès chez les seniors. Ça vous donne des idées ?
J’aimerais maintenant m’aligner avec les seniors, même si je serai encore espoir l’an prochain. Mais il faudra voir où j’en suis, on n’a pas forcément la même forme chaque année. J’ai participé au cross de l’Acier il y a quelques jours. J’étais avec les seniors qui ont fait de bonnes places au Portugal, en réalisant une course offensive. J’ai des choses à faire…

Quelles sont vos ambitions pour 2011 ?
Le prochain objectif, ce sont les championnats de France de cross. J’espère terminer dans les cinq premiers seniors et qu’il y aura une équipe qui sera envoyée aux Mondiaux. L’été prochain, je compte laisser un peu de côté l’été le 5000 m pour descendre peut-être plus sur 1500 m.  J’aimerais m’approcher des 3’40. Et j’ai envie d’essayer le 3000 m steeple. C’est une distance sur laquelle je veux me tester depuis cadet et je n’en ai jamais eu encore l’occasion !

Propos recueillis par Florian Gaudin-Winer pour athle.com

Retrouvez la biographie d'Hassan en cliquant ici

Retrouvez tous les reportages, interviews et résultats de l’athlétisme en vous abonnant sur ce site à Athlétisme Magazine, le mensuel de référence de l’athlétisme français. Cliquez ici !!

16:14 Écrit par La Com dans Athlétisme, Coup de Coeur | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

dimanche, 12 décembre 2010

Alexandre Delore , sa SaintéLyon

IMG_2537.JPGAlexandre Delore, ce n'est pas seulement un coureur de semi-marathon et marathon, il est aussi un spécialiste de la SaintéLyon et nous compte son aventure.


SAINTELYON 2010: L'ODYSSEE BLANCHE

 

 

Avec la neige et le froid, la 57 ème édition du raid nocturne entre Saint-Etienne et Lyon restera longtemps gravée dans ma mémoire, comme la plus belle jamais courue. Malgré les conditions météo hivernales, des milliers de coureurs ont vécu, malgré leurs fortunes diverses, un grand moment d'aventure.


J'avais depuis longtemps décidé de participer à la première édition de la SaintExpress, nouvelle distance de 44 kilomètres entre Sainte-Catherine, dans les Monts du Lyonnais et Lyon, deux mois à peine après le Marathon de Lyon, bouclé en 3 heures. « Si la forme est là, avec un peu deréussite en plus, le résultat pourrait être intéressant » avais-je annoncé à Benoît et Yann, deux copains d'entraînement, quelques jours auparavant. Les dernières semaines étaient concluantes avec trois courses de 8 à 15 km pour travailler le rythme et la vitesse (Vallyonnaise, Cross de la Bachasse et 10 km de Vénissieux), ainsi que quelques séances au club de Pierre Bénite. La semaine précédente, la forme est au rendez-vous, pas un bobo, pas de gros rhume comme ces deux dernières années à la même époque (et notamment surl'édition 2008 du raid individuel de 68km que j'avais terminé en 6h24'). L'hiver est pourtant déjà en avance: trois jours avant le jour J, 30 cm de neige recouvrent la région. Il va falloir s'adapter à des conditions de course inédites. Cela fait 20 ans que la Saintélyon ne s'est pas courue sous un épais manteau blanc et cette année là, en 1990, la course avait été neutralisée, seuls 80 concurrents avaient rallié, en héros,l'arrivée.

saintelyon sous la neige.jpg

Lire la suite

19:55 Écrit par La Com dans Coup de Coeur | Commentaires (0) | Tags : delore |  Facebook |  Imprimer | |

Aude Kienzler et Ali Fellague devant

IMG_0857.JPGDans la nuit et le froid de Jonage,la chaleur du comité d'organisation et de tous ces bénévoles aura boosté les 166 coureurs classés de cette édition des Foulées de Jonage.

Chez les hommes c'est Ali Fellague qui l'emporte facilement en 31'49 devant le spécialiste du trail Fabien Antolnos en 32'18 et Nicolas Racodon en 32'25.

IMG_1034.JPG

Chez les filles, victoire de Aude Kienzler en 38'27" , elle devance Lydia Petit , 2ème en 40'29" et Pauline Quenot, 3ème en 40'38.

IMG_1016.JPG

Les résultats complets et les photos sur le site de l'organisateur:

http://jogging.jonage.over-blog.com

08:10 Écrit par La Com dans Course sur route, Résultats | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

samedi, 11 décembre 2010

Au programme ce week-end

leprog.jpgUne nocturne à Jonage

Le club de Jogging Jonage propose comme chaque fin d’année sa traditionnelle corrida.

Foulées de Jonage.jpg
Il y aura un parcours dans les rues de Jonage aujourd’hui en fin d’après-midi.

Au programme, une course de 9,6km avec 4 boucles de 2,4km avec un gros faux plat montant et de multiples relances.

Renseignements pratiques (http://jogging.jonage.over-blog.com/) : Inscription sur place jusqu’à 17h30 sur présentation d’un certificat médical (10€). Départ à 18h00 à L’école maternelle Joseph Fontanet.

Foulées de l’Île Barlet

7ème édition demain des Foulées de l’ïle Barlet avec au programme deux parcours de 8km ou de 14km à pratiquer en courant ou en marchant.

Les participants pourront apprécier la beauté du parcours avec notamment un passage par l’Ile Barlet et une traversée du site archéologique de Saint-Romain en Gal.

Renseignements pratiques (http://mach3cross.free.fr/index.php) : Inscriptions sur place pour le 8km (8,5€) et le 14km (10,5€) avec présentation obligatoire d’un certificat médical. Départ du stade de Saint-Romain en Gal à 9h30 pour les deux courses. Une course gratuite pour les enfants (400m ou 1000m) est également proposée.

jeudi, 09 décembre 2010

Les Foulées de Jonage

Les Foulées de Jonage c'est bien plus qu'une course sur route, c'est une Corrida.

Le samedi 11 décembre

Il y eu un temps que les moins de ....ans ne peuvent pas connaître. Mais le passé revient aussi au galop avec à quelques jours de Noël "Les Foulées de Jonage", une corrida dans la plus pure tradition. Une course faite pour les coureurs mais aussi les spectateurs avec 4 tours de 2.4km. Et comme toute belle corrida, elle se déroulera de nuit avec un départ à 18h. La course est ouverte aux sportifs de 15ans et plus.

Foulées de Jonage.jpg

Pour vous inscrire à cette épreuve unique


 

 

22:40 Écrit par La Com dans Actualité, Course sur route | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

mercredi, 08 décembre 2010

Rugby: La passion selon Husson

leprog.jpgArrivé à l’intersaison sur le banc majolan, Jean-Pierre Husson a déjà posé son empreinte

« Jean-Pierre est un super-mec. Il est très gentil mais quand il pète un câble, il faut faire attention ! Quand ça arrive, on baisse tous la tête. Lundi dernier, par exemple, on a commencé à faire de la m… à l’entraînement, il nous a tout de suite recadrés. Après ça allait tout de suite mieux… »

L’hommage du capitaine majolan, le 2e ligne Philippe Martins, à son entraîneur est fidèle à l’image que donne Jean-Pierre Husson. A quarante-huit ans, l’ancien talonneur arpente les bancs de touche comme il entrait en mêlée quand il était joueur, avec énergie et passion. Pendant les matches de son équipe, le spectacle se déroule aussi dans le carré réservé aux techniciens. Alternant grosses colères et fou rire, Jean-Pierre ne fait jamais dans la demi-mesure. Grande gueule au cœur tendre, il s’indigne ou il jubile.

husson.jpg
« Il a un caractère horrible mais il a bon fond, confie son frère cadet, Alain, membre du staff caladois. Mais je n’ai rien à dire, j’ai le même caractère que lui ! » Il a également la même joyeuse manie de ponctuer souvent ses phrases de grands éclats de rire.

Avant d’atterrir à Meyzieu à l’intersaison, Jean-Pierre a surtout fait le bonheur de Villefranche et de Mâcon, deux clubs où il a joué et entraîné. Il n’a connu que deux parenthèses, au LOU au début de sa carrière de joueur, puis à Givors qu’il a entraîné en compagnie d’Eric Ballay entre 2003 et 2005. Ce dernier garde un bon souvenir de leur collaboration. « Il est volontaire et passionné. Il donne beaucoup de sa personne. » Il attend également beaucoup en retour. Avec Jean-Pierre l’exigence est toujours énorme. « Même après une victoire, il n’est jamais satisfait. Il en veut toujours plus », explique Philippe Martins.

Le personnage est arrivé en terre majolane, conscient que la tâche allait être ardue. Au bord de la relégation la saison dernière, l’objectif du club reste le maintien. Il a vite imposé sa méthode basée sur deux valeurs simples, souvent galvaudées, mais ô combien efficaces : discipline et travail. Déjà, le changement est sensible. Il se plaît à rappeler que Meyzieu n’a pas pris de carton rouge cette année. « Dans notre sport, on peut faire mal à l’adversaire en restant dans les limites prévues par le règlement. Alors pourquoi prendre des cartons et donner des points gratuitement ? »

Après un début de saison poussif, l’équipe reste sur deux succès précieux contre Belleville et à Moulins qui lui ont permis de relever la tête au classement. « N’oublions pas qu’on avait la tête dans le seau il y a quelques semaines, coupe-t-il. Il faut rester humbles et travailler. » Pour continuer à regarder vers le haut, Philippe Martins and co n’ont sûrement pas fini de baisser le regard…

16:26 Écrit par La Com dans Autre Sport | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

lundi, 06 décembre 2010

Dam's remet un chèque au centre Léon Berrard

logo-association-dams.jpgL’association DAM’S (Détecter, alerter, mobiliser, sarcomes) a été créée en septembre 2009 suite à la disparition tragique de Damien Grosso, spécialiste du 400m à l'ASU Bron.

L’athlète s’est battu jusqu'à la fin et à présent c'est son épouse qui continue le combat avec son Association et une équipe dynamique qui l'aide à l'organisation d'événements.

IMG_6911.JPG

Après les 10km de Bron en mai, c'est lors d'une soirée Paella samedi dernier que Virginie a remis un chèque de 6000 euros au centre Léon Berrard.

Le site de l'association

Rendez-vous le 15 mai à Bron pour une nouvelle  édition des 10km .

16:27 Écrit par La Com dans Actualité, Coup de Coeur | Commentaires (2) |  Facebook |  Imprimer | |

dimanche, 05 décembre 2010

La famille de la course à pied en deuil

LogoRP.jpgC'est avec une grande tristesse que nous avons appris le décès de Gérard SANLAVILLE.

Il nous a quitté ce jeudi 2 Décembre après une longue lutte contre la maladie. Toutes nos pensées vont vers sa femme Caroline, ses enfants Gaëlle, Quentin et Clément...


Les obsèques auront lieu ce Lundi à 15h à Vourles.


Autre disparition:Celle de Patrick TISSOT l'ancien grand coureur de longues distances.

19:57 Écrit par La Com dans Actualité | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

La Saintélyon rendue compliquée par la neige

leprog.jpgLa 57e Saintélyon est partie dimanche à minuit du Parc des Expo de Saint-Etienne. Sur les 11 500 personnes inscrites, 15 à 20% n'ont pas pris le départ dans des conditions extrêmes. La neige a fait beaucoup de dégâts.

Le Haut-Normand, Denis Morel a réalisé la meilleure performance. Il a parcouru les 58 km de l'épreuve en 5h18'17''.

IMG_6947.JPG

La première féminine est Maud Giraud, 34e au scratch en 6h12456''. Elle l'avait déjà remportée l'année dernière.

IMG_6975.JPG

 

Durant tout le raid, les participants ont dû courir sur un manteau blanc glissant. Regroupé en majorité en grappes, il fallu beaucoup de solidarité morale pour arriver au bout. Les pieds gelés par la neige, le passage des Monts du Lyonnais, en pleine nuit, dans un vent glacial, n'a pas été une sinécure. On se rappellera longtemps de cette 57e édition où pas plus d'un participant sur deux est arrivé au bout de l'aventure.

IMG_7072.JPG

Benjamin Steen, notre ami du Progrès a participé à cette 57ième SaintéLyon et termine en 9h07. Sa première phrase à l'arrivée 'Maintenant je sais de quoi je parle ' !

Quelques photos dont tous les podiums

19:00 Écrit par La Com dans Actualité, C'est dans Le Progrès | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

samedi, 04 décembre 2010

Maud Giraud,en favorite !!!

leprog.jpgLa 57 e édition de la SaintéLyon est partie pour marquer la longue histoire du raid nocturne. Ce n’est pas la première fois que la neige s’y invite. En 1990 déjà, la course avait dû être interrompue au col du Gachet soudain recouvert par 70 cm de poudreuse. Mais jamais depuis qu’elle est devenue une épreuve de masse, elle n’avait été disputée dans les conditions que s’apprêtent à affronter les quelque 11 500 engagés, dont 6 000 individuels, sur 68 km. Combien, d’ailleurs, seront-ils effectivement ce soir au départ et surtout demain matin à l’arrivée ?

2009_1206Image0095.JPG

Mardi, au plus fort des chutes de neige, l’organisation a un temps envisagé de raccourcir le parcours, voire l’annulation pure et simple. Finalement, ça devrait passer. La situation s’est sensiblement améliorée. Le soleil est annoncé dans la journée et le redoux devrait suivre dans la nuit. Les concurrents devraient même avoir la tête sous les étoiles mais aussi les pieds dans la neige. « La couche n’est pas monstrueuse, relativisait hier l’organisateur Michel Sorine. Un quad doit passer pour faire la trace. Ce sera praticable. Finalement, les points les plus critiques sont à l’approche de Lyon où certaines montées asphaltées sont verglacées. » Dans ce contexte très singulier, le parcours va sans doute sembler un peu plus long à tout le monde. « Il ne serait pas étonnant qu’il faille une heure de plus que d’habitude », estime Sorine.

En tout cas, la neige brouille les pistes. Au sein du peloton de tête, les favoris devront veiller à éviter les nombreux pièges avant de penser à succéder au palmarès à Christophe Malardé, absent cette année. Logiquement, l’avantage va aux traileurs Emmanuel Gault (3 e du trail des Templiers), David Pasquio ou au Rhodanien Emmanuel Meyssat (vainqueur du dernier Lyon urban trail et 3 e du Trail tour national en courte distance). Face à eux, les marathoniens Philippe Rémond (vainqueur en 2006) et Jean-Franck Proietto (lire par ailleurs) partent évidemment avec un lourd handicap. Chez les femmes, la montagnarde Maud Giraud, lauréate l’an dernier, fait quant à elle figure d’incontournable.

B.Steen

vendredi, 03 décembre 2010

Saintelyon express

leprog.jpgMichel Delore trahi par son pied

Michel Delore (74 ans), huit fois vainqueur de la SaintéLyon entre 1971 et 1980, espérait disputer le raid nocturne pour la 24 e fois dimanche. Les organisateurs lui avaient même réservé le dossard 24. Mais le Lyonnais doit renoncer en raison d’une aponévrite plantaire. « J’ai toujours mal, explique-t-il. De toute façon, je ne veux pas me casser une jambe dans la neige. »

2008_1207Image0155.JPG
Michel Delore en compagnie de Catherine Dubois

Le blog du journaliste Michel Delore: La Passion de la Course

Dawa Sherpa présent au départ

Le coureur népalais Dawa Sherpa, star de l’ultra-trail, sera présent samedi soir au départ de la SaintéLyon à Saint-Etienne pour une séance de dédicaces organisée à l’occasion de la sortie du livre de Luc Beurnaux « Les cinq vies de Dawa Sherpa » et du film documentaire de Joël Doux qui lui est associé « La Trace de Dawa » (Outdoor éditions).

Neige : pas d’annulation mais des recommandations

Malgré les importantes chutes de neige de cette semaine, « la SaintéLyon aura bien lieu ». Les organisateurs l’ont confirmé hier dans un communiqué publié sur le site internet de l’épreuve. Ils en ont eu la confirmation mercredi à l’issue d’une réunion avec la préfecture de la Loire qui a permis de faire le point sur la situation dans les Monts du Lyonnais et d’évaluer les risques météorologiques à venir. « Néanmoins quelques mesures exceptionnelles seront prises pour assurer son bon déroulement », précise le communiqué. En substance, il sera demandé aux relayeurs d’utiliser prioritairement les navettes pour se rendre aux points de relais. Le village de Sainte-Catherine sera interdit à tous les véhicules. Et alors qu’une couche de 20 à 40cm de neige recouvre le parcours, les concurrents seront autorisés à utiliser des bâtons.

jeudi, 02 décembre 2010

La SaintéLyon, course mythique

leprog.jpgSamedi soir, plus de 11 000 coureurs partiront de Saint-Etienne pour rejoindre Lyon. Frontales sur la tête, ils devront gérer l'obscurité et une invité surprise : la neige...

2009_1206Image0141.JPG

De la féérie. Pour la 57e édition de la SaintéLyon, le raid nocturne joignant Saint-Etienne et Lyon, l'organisateur Michel Sorine n'a pas d'autre ambition. Aux manettes de cet événement depuis dix ans, il se réjouit des prévisions météorologiques pour la fin de semaine. « Cette course est un véritable phénomène. Et cette année, avec la neige, cela va être vraiment féérique ! Si bien sûr tout se passe au mieux et que tout le monde respecte les conditions fixées, comme par exemple le fait de se couvrir une fois à l'arrêt ». Des précautions qui ne seront pas inutiles non plus pour les spectateurs, car la nuit s'annonce très froide. Outre les gants, bonnets et autres couvertures, il faudra aussi songer à préparer un plan de bataille. Car assister à la SaintéLyon, cela ne s'improvise pas. « Il est fortement déconseillé de venir voir la course depuis les sites de relais. En revanche à Chaussan une petite route permet de bien observer les coureurs ». Autre point de rendez-vous possible : Bonnant, à proximité des aqueducs, avant la remontée sur Sainte-Foy-lès-Lyon. « Il y a aura du monde dès deux heures du matin. La pente monte à 21 % donc on a bien le temps de les voir passer ». Avec le froid, les organisateurs s'attendent à un fort taux d'abandon. Mais il y aura tout de même beaucoup de monde à l'arrivée à Lyon où une « grosse ambiance » est attendue jusqu'à dix ou onze heures du matin au Palais des sports de Gerland. Michel Sorine précise : « toute la partie urbaine de la course est idéale pour observer les sportifs. Souvent des personnes nous rejoignent, en sortant du restaurant ou de boîte de nuit. Ces deux mondes qui se rencontrent, c'est toujours impressionnant. Il y a une grosse ambiance à Gerland pour l'arrivée, mais aussi au Parc des expositions de Saint-Etienne pour le départ ». Là bas, plus de 11 000 coureurs se réuniront dès l'après-midi de samedi et jusqu'à minuit, heure du premier départ. Ensuite, les yeux des spectateurs pourront se tourner vers les parcours et leurs compétiteurs. Au programme : raid individuel 68 ou 44 km, relais par équipes de deux, trois ou quatre. « Les participants ne vont pas forcément très vite mais on peut être stupéfait. L'an dernier, certains parvenaient à une allure de 15 kilomètres par heure. Même les derniers arrivés sont des gens à applaudir. 68 kilomètres c'est un véritable exploit personnel, c'est spectaculaire ».
Virginie Malbos

2009_1206Image0160.JPG

68 km en pleine nuit

A la fois trail et course sur route (50 % de sentiers et 50 % de route), la SaintéLyon se court en solo ou en relais sur les crêtes des Monts du Lyonnais. Pour tout ceux qui ont été de l'aventure, c'est une expérience « magique »

« J'ai pris le virus »

David Blanchard, 40 ans, de Saint-Sorlin, en est à sa cinquième participation

Une soirée arrosée. Un pari stupide entre potes. « Pas cap' de faire la SaintéLyon ? ». C'était en 2004. « Ce fut une grande souffrance, mais aussi une révélation. Après avoir goûté à l'ambiance unique de la course, et cette pression qui la précède, je n'ai eu qu'une envie : recommencer. Mais cette fois avec une préparation ». David Blanchard n'a raté depuis, qu'une seule édition. « Au début, on part juste pour finir, et après, le virus est pris. On veut faire mieux » explique ce patron d'une société de soutien scolaire, qui a bouclé le parcours en 8 heures l'an dernier. Sauf que cette année, ce coureur redoute les conditions de course. Habitant tout près de la descente du Bois d'Arfeuille, l'un des juges de paix du parcours, il sait de quoi il parle : « ce sera boueux, glissant, et le fait d'aller sans doute mettre les pieds à 2 heures du matin dans 10 centimètres de neige sera une sensation nouvelle. Tout comme celle de courir avec des températures très négatives. Il faudra aussi se méfier des trous et des ornières car la terre a bougé avec les variations climatiques. Cela risque d'être piégeux ». Sa préparation ? « Trois sorties par semaine, dont une longue d'environ 25 km avec du dénivelé. Cela me semble être un minimum pour faire ce type de course dans de bonnes conditions ». Sa tenue ? « Je vais opter pour des chaussures typées trail, et surtout très amortissantes… Les gants et le bonnet sont de rigueur, et en haut, juste un tee-shirt et un pull avec un col pour protéger la nuque. Inutile de trop s'habiller ». Dans le sac enfin ? « Assez d'eau pour être autonome jusqu'à Soucieu, des gels au cas ou, et des petits trucs à manger qui n'ont rien de diététique, mais qui à l'heure où apparaissent les premières défaillances, font un bien fou au moral ». Pour sa cinquième SaintéLyon, David Blanchard espère passer sous la barre des huit heures : « tant que je n'ai pas atteint mes limites, je continue. Le jour où je passerai à autre chose, j'irai sur la course en spectateur pour voir les premiers. J'aimerais voir ce qu'ils font quand moi, je suis obligé de marcher ».
Xavier Breuil

2009_1206Image0030.JPG

Repères

Quand ?
Départ samedi 4 décembre dès minuit à St-Etienne. Arrivée dimanche 5 décembre dès 3 heures à Gerland. Retrait des dossards de 10 h à 23 h au Parc des Expositions à St-Etienne.
Où ?

Parc des expositions de Saint-Etienne, 31 boulevard Jules-Janin. Palais des sports de Gerland. Lyon 7e. 350, avenue Jean-Jaurès.
Suivre la course
Le long du parcours, privilégier les zones urbaines du tracé, ou suivre les concurrents sur le site www.saintelyon.com. Les temps des coureurs sont donnés tous les 10 km environ.

Inscriptions
La plupart des courses sont complètes mais il est possible de courir la Saintexpress, 44 km en individuel entre Ste-Catherine et Lyon. Inscription uniquement à Gerland, samedi entre 15 h et 20 h au Palais des Sports.

Programme
Départ à minuit pour les raids individuel chrono et rando : 68 km entre St-Etienne et Lyon et 44 km entre Ste-Catherine et Lyon. Et pour les randonnées 68 et 44 km selon le même parcours. Départ à 2 heures pour les relais. En équipe de deux sur 30 km entre St-Etienne et Ste-Catherine ou sur 38 km entre Ste-Catherine et Lyon. En équipe de trois sur 16 km entre St-Etienne et St-Christo-en-Jarez, sur 30 km entre St-Christo-en-Jarez et Soucieu-en-Jarrest ou sur 22 km entre Soucieu-en-Jarrest et Lyon. Ou en équipe de quatre, sur 16 km entre St-Etienne et St-Christo-en-Jarez, sur 14 km entre St-Christo-en-Jarez et Ste-Catherine, sur 16 km entre Ste-Catherine et Soucieu-en-Jarrest et sur 22 km entre Soucieu-en-Jarrest et Lyon.

> Plus d'infos sur www.saintelyon.com

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu