compteur

Avertir le modérateur

dimanche, 17 octobre 2010

Christophe Lemaitre ne carbure qu'à l'or

leprog.jpgLe triple champion d'Europe (100m, 200m, 4x100m) et ses partenaires de l'AS Aix-les-Bains - Pierre-Alexis Pessonneaux et Manuel Reynaert - ont remporté sans faute le relais 4x100m

2010_1016Image0383.JPG

 

Christophe Lemaitre a beau être couvert d'or et de gloire, il a quand même ressenti « une petite pression » hier au départ de la finale du 4x100m du championnat de France de relais au stade de Parilly: « Si on avait perdu, ça n'aurait pas été la honte, mais j'aurais été déçu… » Ils ne pouvaient pas perdre. Il faut dire que l'AS Aix-les-Bains avait aligné son armada presque au complet avec la charnière Lemaitre-Pessonneaux médaillée d'or à Barcelone et l'ex-relayeur international Manuel Reynaert pour finir le travail dans la ligne droite. Seul Thibault Van Tilbeurgh, au départ manquait de référence internationale. Des quatre hommes en bleu ciel, c'est sans doute celui qui avait le plus peur de gâcher la fête. « On ne pouvait pas se permettre de se rater », confirmait Pessonneaux après-coup. Mais il n'y a pas eu de fausse note, ni en série, ni en finale. Et c'est ainsi que Lemaitre, triple champion d'Europe (100 m, 200 m, 4x100m) a complété son impressionnante collection de médailles d'or de l'été avec l'or national du 4x100m qui vient rejoindre les breloques du même métal du 100 m et du 200 m décroché en juillet à Valence, à chaque fois avec le record de France à l'arrivée. Pas de ça hier. Le record de France des clubs est un peu haut perché (Les Ulis en 1991 en 39''06) et, de toute façon, il faisait un sale temps (pluie, 8 °C) pour les sprinteurs hier après-midi à Vénissieux. Les Aixois se sont donc contentés de couper la ligne en 40''73. «On a le sentiment du devoir accompli, résumait Reynaert. Si on avait été champions en plus de 41'', ça n'aurait pas eu la même saveur. »

Leur devoir, les Aixois l'avait déjà accompli en s'alignant dans ces championnats de France tout au bout d'une saison très remplie. « C'est comme ça qu'on a été éduqué. Pour nous, c'est normal d'être là », assurait le Belleysan Pierre-Alexis Pessonneaux. Christophe Lemaitre avait pourtant plus d'une bonne raison de faire l'impasse. Sa saison s'est achevée le 19 septembre à Kawazaki, il n'a repris l'entraînement que depuis dix jours, et il était invité hier à Belgrade en Serbie pour recevoir son trophée d'athlète européen de l'année. Mais, la victoire aidant, le Culozien ne regrette pas d'avoir préféré se produire à Vénissieux : « C'est pas que j'étais spécialement pressé de recourir en compétition, mais j'avais envie de venir pour le club et les potes. Et je ne regrette absolument pas d'avoir fait ce choix ! »

Le public n'a pas boudé son plaisir non plus. Il y avait foule pour admirer son rush ligne opposée qu'il conclut par un cri rageur à l'adresse de Pessonneaux. Du beau spectacle. Et le « kid » assure le service après-vente. Il n'avait pas encore repris son souffle qu'il était hapé par un essaim d'athlètes et de spectateurs. Impossible de compter combien d'autographes il a signé, combien de fois il s'est laissé prendre en photo, sans jamais perdre patience sous le regard amusé du sprinteur grenoblois Florent Ribet : « Eh, mais c'est Christophe. On le voit tous les week-ends », dit-il sans calmer l'agitation. Le charme de l'été continue d'opérer...

Et ce n'est pas fini. Aujourd'hui, Lemaitre remet ça en participant au relais 4x200m. Une série et une finale l'attendent. Autant dire que ça va faire mal aux jambes et au cœur sur une distance qu'il apprécie moins : « ça va être horrible ! » Sauf pour le public.

Benjamin Steen

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu