compteur

Avertir le modérateur

samedi, 05 décembre 2009

Saintélyon 2009, le parcours par Fabien Antolinos

leprog.jpgVainqueur en 2008, Fabien Antolinos sort d'une année difficile. Arrêté cinq mois en raison d'une bursite au genou, le traileur de Meyzieu a dû se rabattre sur le relais à deux qu'il disputera ce soir malgré une grosse bronchite. « J'aurais voulu défendre mon titre mais ce n'était pas raisonnable. Je tiens quand même à être là pour voir le départ et atténuer ma frustration. » Pour Le Progrès, il décrypte le parcours.

> ST-ETIENNE - ST-CHRISTO : « Les premiers kilomètres sont bitumés. Il faut savoir suivre tout en préservant ses forces. C'est en arrivant à Sorbiers qu'on entre dans le vif du sujet. Soudain, on est sur un chemin assez raide. Il fait sombre. Il faut faire attention à ses appuis, bien se relâcher et adopter une foulée plus petite pour économiser les mollets. »

2008_1207Image0033.JPG
> ST-CHRISTO - STE-CATHERINE : « Il faut bien gérer le ravitaillement. A la sortie de St Christo, intervient une montée très raide. L'an dernier, j'en ai profité pour manger et m'hydrater en marchant. C'est un conseil que je donnerais. On avance quand même à 6 km/h et on évite de faire monter le cœur et de trop solliciter les muscles. C'est important dans une épreuve comme la SaintéLyon où le but est de retarder le plus possible l'apparition des crampes. Il y a ensuite une longue partie de plat dans des chemins assez larges. »

> STE-CATHERINE - SOUCIEU : « Après le ravito, il y a une côte très raide, très casse-pattes, avec beaucoup de cailloux sur un chemin très étroit. Ensuite, arrive la descente vers le Bois d'Arfeuille. On est à mi-course. C'est ici que j'ai attaqué l'an passé. Ce n'était pas très raisonnable mais je connais cette partie par cœur : je voulais me faire plaisir… Attention, cette année, le parcours a été modifié pour emprunter davantage de sentiers, mais globalement, il s'agit d'une partie descendante. D'ailleurs, sur les 69 km, il y a plus de descentes que de montées. Cela fait très mal aux coureurs qui n'ont pas l'habitude.

> SOUCIEU - LYON : « Après une longue partie en faux plat, on arrive au petit pont sur le ruisseau du Garon. Juste après, il y a un chemin très raide qui peut se transformer en torrent s'il pleut. C'est ici que j'avais ressenti mes premières crampes aux adducteurs. Il n'y a qu'une chose à faire : freiner et réduire l'amplitude. Il s'agit d'une zone où l'on peut faire de grosses différences. Il reste à franchir la côte de Ste Foy après l'aqueduc de Beaunant. Mieux vaut marcher et reprendre des forces. On est dans la gestion physique. Le mental joue beaucoup. Cette année, les organisateurs ont ajouté une nouvelle bosse avant de basculer sur le vieux-Lyon. C'est une grosse difficulté. Je ne sais pas si ça apportera beaucoup à la course hormis pour le côté touristique. Pour résumer, il faut être humble, bien se ravitailler, ne pas hésiter à marcher dans les parties difficiles et se préparer à souffrir. La fin peut être un calvaire. »

2008_1207Image0172.JPG

Recueilli par B.Steen

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu