compteur

Avertir le modérateur

lundi, 30 novembre 2009

Emmie Charayron dans le coup

leprog.jpgEpuisée mentalement et physiquement après une saison de triathlon longue et éreintante ponctuée par un titre de championne du monde junior, Emmie Charayron avait décidé de faire une coupure pendant trois semaines. « J'ai vraiment décompressé, même pas un petit footing. J'en avais vraiment besoin, car j'étais lessivée. » Pourtant, à voir l'allure et la détermination de la jeune athlète de Villeurbanne hier après-midi lors du cross des myriades, rien ne laissait penser à une athlète en phase de reprise. Première régionale devant Marie Alirol et Clémence Tavernier, elle termine ces Myriades à une belle 5e place derrière Fanjanteino Félix, la brunudaises Nizigiyimana, Theuri et Graziani-Koulou. « C'est rassurant après ma sortie ratée la semaine dernière au cross des Mureaux (21e). J'ai fait de bonnes séances d'entraînement cette semaine et je n'étais pas inquiète », explique Emmie, nouvellement licenciée en triathlon au Lagardère Paris Racing et qui s'attend à souffrir ces prochaines semaines. « Mon père m'a prévenue que j'allais avoir de grosses séances prochainement, mais c'est ce que je veux car j'ai vraiment envie de passer un cap cette saison en course à pied pour pouvoir être encore plus performante en triathlon l'été prochain. » En attendant, Charayron va avoir deux semaines pour se préparer avant les championnats d'Europe de Cross à Dublin qu'elle aborde en toute décontraction. « J'adore le cross et la course à pied et c'est vraiment avec un grand plaisir que je fais ces championnats d'Europe. Mais je ne fixe pas trop d'objectif car le niveau est très relevé, je prends plutôt ça comme une belle expérience ».

2009_1129Image0321.JPG
Si Charayron a démontré dimanche qu'elle pouvait briller aussi bien en triathlon qu'en cross, Fanjanteino Félix à, quant à elle, démontré que le passage de la piste au cross ne lui posait aucun problème. Vice-championne de France du 1 500 m cet été, l'athlète d'origine malgache avait déjà démontré de belles choses cet automne avec des deuxièmes places au cross de Metz, d'Arnay le Duc et samedi à Volvic. Il aura donc fallu attendre le cross des Myriades pour voir cette jeune maman de deux petits garçons de 3 et 6 ans monter sur la plus haute marche du podium. « Le cross entre dans le cadre de ma préparation pour la saison sur piste en salle. L'objectif est de me qualifier pour les championnats du monde à Doha(12-14 mars). Le cross n'est donc qu'une préparation et si la fédération française souhaitait m'envoyer au championnat d'Europe de Cross, je déclinerais l'invitation car elle me retarderait trop dans ma préparation. », avoue Fanjanteino qui n'a commencé l'athlétisme qu'à 19 ans, quelques mois avant de quitter Madagascar et de venir en métropole.

F.P.

Onesphore, c'est très fort

leprog.jpgLa totale. « Oui, c'est un beau week-end », a souri Onesphore Nkunzimana à sa descente de la plus haute marche du podium du cross des Myriades. Il y a de quoi. Vainqueur à Volvic samedi, le jeune Burundais a signé à Saint-Priest un doublé rare en triomphant de deux cross internationaux en moins de 24 heures. Des douze épreuves du Cross-country tour national, ce ne sont sans doute pas les plus relevés, mais il avait déjà fini deuxième la semaine dernière aux Mureaux... Pas d'erreur, c'est un crack qui succède à Saïd Berioui au palmarès des Myriades.

2009_1129Image0523.JPG
Avec un tel agenda, Onesphore s'est fait fort de courir au plus juste. Une seconde lui a suffi pour prendre le meilleur sur Willy Nduwimana à Volvic. Hier, dans les bourrasques de vent qui rafraîchissaient le fond de l'air, il a laissé le Kenyan Cheruiyot se griller les ailes avant de prendre le large dans le dernier tiers de la course pour s'imposer détaché à deux pas de chez lui, avec le maillot de l'AS Rispoli sur le dos. Dans la grande tradition de la filière burundaise à Lyon, Nkunzimana vient en effet d'élire domicile à Villeurbanne chez Joseph Rispoli auprès de la colonie d'athlètes venus du petit état d'Afrique de l'Est.

A 24 ans, il a déjà bien bourlingué. En 2004, il avait opté pour la nationalité qatarienne. C'est sous le nom de Zaman Sultan Khamis qu'il a couru le 5 000 m des JO d'Athènes et de Pékin ou encore les Mondiaux d'Helsinki en 2005 (16e du 10 000 m). Mais depuis quelques semaines, il a quitté l'Emirat pour reprendre son nom et sa nationalité de naissance : « La Fédération n'a pas respecté notre contrat… » Et le voilà qui débarque en France où la razzia ne fait, semble-t-il, que commencer.

« Il est très très fort », rapporte Saïd Berioui, vainqueur lui aussi à Volvic (2007) et Monsieur Myriades depuis quatre ans : victoires en 2005 et 2008, 2e en 2006 et donc en 2009. « Mais si j'avais été à 100 % et en pleine confiance, je crois que j'aurais pu le suivre… »

Pris de vomissements dans la nuit de vendredi à samedi, et seulement 7e dans le Puy de Dôme avant-hier, le Ligérien a quand même refait surface dans son jardin en étant le dernier à s'accrocher aux basques du Burundais. Après son abandon au cross international d'Allonnes le week-end dernier, le voilà relancé : « Samedi soir, j'avais les boules, dit-il. Mais je n'ai pas voulu lâcher l'affaire. Je voulais montrer un autre visage ici sur ce parcours que j'aime beaucoup et devant ce public qui m'encourage tant… Dès l'échauffement, j'ai vu que les jambes tournaient mieux. » Comme il a fait l'impasse sur les cross Sud Ouest et de l'Acier, il est peu probable que le staff de l'équipe de France le repêche pour les championnats d'Europe (13 décembre à Dublin). Mais son téléphone reste ouvert. « Pas de problème, s'ils m'appellent j'irai avec plaisir… »

Autre régional rassuré, Thibaud Nael. Blessé au marathon de Paris, l'athlète du Fac Andrezieux revient après cinq mois de convalescence. 15e à Allonnes pour sa rentrée, il a confirmé hier en deuxième rideau juste derrière les cadors (5e). Il faudra compter avec lui cet hiver. Juste derrière, pointe Sébastien Hours (Entente Sud Lyonnais) qui prend une belle 6e place, une semaine après avoir raté la sélection pour les championnats d'Europe espoirs. Il devance Karim Talaouanou (Lyon Athlé), « dans un jour sans », et son partenaire de club Carlos da Silva, décidément en petite forme à l'approche de l'hiver. Les départementaux de cross en seront d'autant plus indécis à la Tour de Salvagny dans un peu plus d'un mois.

Benjamin Steen

dimanche, 29 novembre 2009

Cross des Myriades


Les Photos du cross des Myriades

Cliquez sur l'image


2009_1129Image0272.JPG

19:21 Écrit par La Com dans Athlétisme, Cross | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

Rendez-vous aux Myriades

leprog.jpgÀ Saint-Priest, Saïd Berioui est en terrain conquis. En retour de sa fidélité envers le cross des Myriades qu'il n'a zappé qu'en 2007, le Ligérien de l'ACO Firminy a toujours été payé d'un podium : vainqueur en 2005 et l'an passé, il avait aussi fini 2e en 2006, battu à la photo-finish par El Hachimi… L'ex-Marocain ne s'est pas fait prier pour remettre l'épreuve à son agenda cette année, au cœur d'un week-end très dense au lendemain du cross de Volvic tandis que les meilleurs croisent aujourd'hui le fer au cross de l'Acier à Leffrinckoucke et celui de Sud-Ouest à Gujan-Mestras. « J'aime bien l'ambiance et le parcours, dit-il. Ça, c'est un vrai cross. »

Mais pas sûr que le bon air sanpriot suffise à redonner des ailes au 6e des JO de Sydney sur 10 000 m qui se présente aujourd'hui en petite forme.

Il y a un an, Saïd Berioui signait sa deuxième victoire dans le cross des Myriades. Diminué et rivé sur la piste, le Ligérien n'arrive pas aussi affûté cette année / Philippe Juste

Lire la suite

Rendez-vous aux Myriades

leprog.jpgÀ Saint-Priest, Saïd Berioui est en terrain conquis. En retour de sa fidélité envers le cross des Myriades qu'il n'a zappé qu'en 2007, le Ligérien de l'ACO Firminy a toujours été payé d'un podium : vainqueur en 2005 et l'an passé, il avait aussi fini 2e en 2006, battu à la photo-finish par El Hachimi… L'ex-Marocain ne s'est pas fait prier pour remettre l'épreuve à son agenda cette année, au cœur d'un week-end très dense au lendemain du cross de Volvic tandis que les meilleurs croisent aujourd'hui le fer au cross de l'Acier à Leffrinckoucke et celui de Sud-Ouest à Gujan-Mestras. « J'aime bien l'ambiance et le parcours, dit-il. Ça, c'est un vrai cross. »

Mais pas sûr que le bon air sanpriot suffise à redonner des ailes au 6e des JO de Sydney sur 10 000 m qui se présente aujourd'hui en petite forme.

Il y a un an, Saïd Berioui signait sa deuxième victoire dans le cross des Myriades. Diminué et rivé sur la piste, le Ligérien n'arrive pas aussi affûté cette année / Philippe Juste

Lire la suite

samedi, 28 novembre 2009

Christine Bardelle se frotte au gratin

leprog.jpgPlutôt que de se rendre au cross de Gujan Mestras dont elle est tenante du titre, la Lyonnaise Christine Bardelle a décidé de s'offrir un vrai test en prenant le départ du cross de L'Acier ce dimanche à Leffrinckoucke. Pour sa 20ème édition, le cross de l'Acier a une fois de plus fait venir des stars de la discipline à l'image de la championne du monde du 5000m à Berlin Viviane Cheruiyot. C'est justement pour se jauger face à des athlètes de ce calibre que Christine Bardelle a choisi de se rendre dans le Nord-Pas-de-Calais. « Au début j'avais choisi d'aller à Gujan Mestras mais comme j'ai bien couru à Allones et que j'ai déjà obtenu ma sélection pour les championnats d'Europe de Cross, je préfère aller au Cross de l'Acier où le niveau est plus relevé.

2009_0315Image0388.JPG
À Allones j'ai dû faire une course tactique pour être bien placée à l'arrivée mais là je vais pouvoir prendre des risques et me jauger face aux meilleurs spécialistes de la discipline. Je n'ai finalement pas souvent l'occasion de disputer des courses aussi relevées donc il faut que j'en profite.» explique l'athlète licenciée à Alès qui devrait également retrouver la Portugaise Jessica Augusto, 2ème des championnats d'Europe de Cross l'an dernier à Bruxelles. Après le cross de l'Acier, Christine effectuera encore une grosse semaine d'entraînement avant de souffler pendant quelques jours pour arriver en forme aux championnats d'Europe de Cross à Dublin le 13 décembre prochain. Habituée de la compétition continentale, Christine se refuse à rentrer dans le jeu des pronostics préférant attendre le dernier moment et jauger de son état de forme pour se fixer des objectifs « C'est une compétition très dure et très aléatoire. Les écarts sont souvent très faibles et entre la première et la 20ème place il y a rarement plus d'une minute donc c'est très dur de faire des pronostics. De mon côté je suis vraiment bien en ce moment, je réalise de très bonnes choses à l'entraînement et j'ai fait un très bon cross à Allones même si derrière moi, les autres françaises n'étaient pas loin du tout.

> Programme des cross du week-end : Aujourd'hui : Cross national de Volvic ; Demain : Cross national du sud-est à Gujan Metras, Cross national de l'Acier à Leffrinckoucke. Cross des Myriades à Saint-Priest (Horaires : cross des as féminines à 15h00 ; cross des as masculins à 15h30.

vendredi, 27 novembre 2009

Calendrier Hors Stade 2010

LE CALENDRIER DES COURSE HORS STADE 2010
( Cliquez sur l'image)
Vous trouverez ce lien dans la rubrique 'Vos liens préférés'

2009_1018Image0002.JPG

19:54 Écrit par La Com dans Actualité, Course sur route | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

jeudi, 26 novembre 2009

Claire Navez, plus rien avant Dublin

leprog.jpgClaire Navez (Décines Meyzieu A.) qui a obtenu dimanche son billet pour les championnats d'Europe espoirs de cross de Dublin (13 décembre) en prenant la 4e place du cross des Mureaux, n'apparaîtra plus en compétition avant de s'envoler pour l'Irlande. « Dimanche, Claire a obtenu un bon résultat avec la manière en réalisant une course très solide. On pense que ce n'est pas utile de courir à nouveau. On va plutôt repartir sur un cycle d'entraînement d'une dizaine de jours », explique son entraîneur Bastien Perraux. Le coach de demi-fond du pôle espoir de Lyon a par ailleurs fait fort le week-end dernier puisque les juniors Clémence Tavernier (US Oyonnax) et les jumeaux Tanguy et Valentin Pépiot (Doubs Sud A.) ont également décroché leurs sélections en Bleus.

2009_1004Image0452.JPG

Emmie Charayron au Lagardère Paris Racing

leprog.jpgLa championne du monde, d'Europe et de France junior de triathlon Emmie Charayron va quitter Brive, où elle était licenciée depuis deux saisons, pour s'engager avec le Lagardère Paris Racing. « C'est, je pense, le club qui saura le mieux m'accompagner dans mon projet », estime la jeune Lyonnaise qui vise les JO de 2012.

2009_0315Image0685.JPG

Par ailleurs, la triathlète internationale a été retenue pour le championnat d'Europe junior disputé à Dublin (13 décembre) grâce à sa 21e place au cross des Mureaux. « Après la fin de la saison de triathlon, j'ai fait une bonne coupure dont j'avais besoin. Du coup, la reprise a été un peu difficile. Je suis contente que ce soit passé pour les championnats d'Europe. Ça me donne un objectif à préparer… » Dans cette optique, elle participera dimanche au cross des Myriades.

B.Steen

mardi, 24 novembre 2009

Carlos Da Silva dans le doute avant Les Myriades

leprog.jpgVainqueur du semi-marathon de Lyon fin septembre, Carlos Da Silva (Lyon Athlétisme) n'aborde pas la saison des cross dans les meilleures conditions. Dixième de la Foulée Vénissiane (31'16''), il semble loin de son meilleur niveau : « Je n'avance pas, constate-t-il, j'ignore pour quelles raisons exactement. Normalement, ma préparation avait été faite pour être en forme à Vénissieux et au cross des Myriades dimanche. Mais si j'ai fait un bon stage à la Toussaint à Bourg-en-Bresse, j'ai actuellement un coup de fatigue… »

2009_0920Image0304.JPG

 

B.Steen

Kaïs Bouziane à la relance

leprog.jpgKaïs Bouziane a renoué avec la compétition dimanche matin lors du 10km de la Foulée Vénissiane.

0604230073.JPG

Le Lyonnais, lauréat du marathon de Lyon 2006, n'avait pratiquement pas couru cette année, le temps de soigner des tendinites récurrentes aux tendons d'Achille, une pubalgie et des mollets délicats, autant de blessures apparues après sa grande année en 2007 lorsqu'il avait terminé 3e des championnats de France de semi-marathon et de 10km. Douzième à Vénissieux en 31'28'', il s'estime sur la bonne voie : « Après cinq mois de repos complet et seulement un mois et demi de footing dans les jambes, je ne m'attendais à battre des records. La course a été très très dure, mais je suis quand même content. Ce n'est pas évident de reprendre après une telle coupure. Je repars motivé… » S'il hésite à participer au cross des Myriades à Saint-Priest dimanche, il est d'ores et déjà engagé au cross de Sartrouville le 13 décembre

14:41 Écrit par La Com dans Actualité, Athlétisme | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

lundi, 23 novembre 2009

Foulée Vénissiane, Nduwayo rayonne

leprog.jpgVainqueur en 29'37'', le Burundais de l'AS Rispoli virevolte deux ans après son arrivée en France

Il est le « routier » du week-end, pour ne pas dire le soutier, car s'il était sur les rotules hier midi, Emmanuel Nduwayo avait aussi le sourire du cannibale repu de victoires. Deux victoires en moins de 20 heures, ça cale… Vainqueur samedi après-midi - certes au petit trot - des 12 km du beaujolais nouveau au finish devant son compatriote Willy Nduwimana, le Burundais de l'AS Rispoli-Villeurbanne a remis ça sous la pluie hier au petit matin en enlevant le 10 km de la Foulée Vénissiane dans un contexte autrement plus concurrentiel.

Cette fois, vu les primes en jeu, il fallait en avoir sous le pied pour triompher d'un peloton de tête homogène que Karim Talaouanou (Lyon Athlé) fut le seul non-Africain de l'Est à accrocher après un début de course mené sur le mode du staccato, jusqu'à l'accélération d'Egide Manirakiza (AS Rispoli), qui retrouve la forme après avoir souffert d'une pubalgie ces deux dernières années : « Il me manque maintenant de l'entraînement… » Au 6e kilomètre, ne restait plus que le Kenyan Kamau Kanyi pris en tenaille par quatre représentants de l'armada burundaise qui joue dans la région lyonnaise à domicile.

Nduwimana prenait alors le relais de Manirakiza, suivi par ses deux compatriotes Nduwayo et Eric Niyonsaba, qui court sous casaque non pas Rispoli mais Tri.du.a.. Théoriquement, ce dernier aurait dû être le plus frais, pour avoir fait l'impasse sur le beaujolais samedi, mais Nduwayo trouvait les ressources pour boucler son week-end sur la plus haute marche, nouveau record de l'épreuve en prime (29'37''). « Avec autant d'athlètes de haut niveau, c'est allé très vite, racontait-il. Je suis resté dans une position d'attente parce que je suis plus spécialiste de semi-marathon, même si, à la fin, j'ai profité de ma vitesse que je travaille sur piste… »

A 25 ans, la trajectoire du jeune Burundais, né à Bururi à 2 000 m d'altitude le jour de Noël, commence nettement à se redresser. « Ce serait trop long à raconter », dit-il… Orphelin, il avait fui la guerre civile avant de transiter par le Rwanda, l'Ouganda, la Tanzanie et le Kenya pour s'installer il y a deux ans à Lyon où il connaissait Manirakiza. Demandeur d'asile, il s'était aussitôt mis à « claquer » les principales courses de la région. Même si ses chronos ne traduisent pas toute sa valeur, il gagne de plus en plus, court beaucoup et ne coupe pas aux affres de la suractivité au printemps dernier. « J'ai eu une tendinite au genou. J'ai dû m'arrêter, me faire traiter par un kiné. Et je suis parti m'entraîner à Font-Romeu… »

Depuis qu'il en est redescendu, il pète la forme, au point d'avoir remporté fin septembre le classement scratch du championnat de France de semi-marathon devant les athlètes de la Légion étrangère en 1h02'41''. Une sacrée performance qu'il ne cesse de confirmer. « Quand je suis arrivé, je courais en 1h10'. Maintenant, je suis autour de 1h02' ou 1h03'. Je suis vraiment très content. » Reste à trouver le bon compromis pour exploiter à bon escient ce potentiel.

Il semble en tout cas avoir retenu la leçon de sa blessure. Après un cross qu'il disputera la semaine prochaine à Toulouse, il a prévu en décembre d'observer un repos bien mérité.

Benjamin Steen

dimanche, 22 novembre 2009

Foulée Vénissiane,les résultats

090724-FOULEE-VISUEL.pngTouts les résultats de la 30ème édition de La Foulée Vénissiane sur le site de l'OMS de Vénissieux.

Marathon du Beaujolais nouveau

leprog.jpgLa veille de son anniversaire, Frédéric Desplanques s'est offert un beau cadeau. Hier, à quelques heures de souffler ses 39 bougies, ce Ch'ti instructeur-formateur dans la marine nationale près de Toulon, s'est adjugé le marathon du beaujolais nouveau dans un temps canon de 2h28'35''. Si le vainqueur n'a pas battu le record de l'épreuve (2h27'), son chrono lui a permis de reléguer le deuxième, Clément Couzon, à plus de 10 minutes (2h37'26''). Cette victoire sur 42,195 km est une grande première pour Férédéric Desplanques, qui participait, entre Fleurie et Villefranche, à son 5e marathon en cinq ans. « Je me sentais bien, alors je suis parti tout de suite devant », racontait-il sur la ligne d'arrivée. « J'ai confiance en moi et je ne me suis pas préoccupé des autres. »

Derrière, un groupe de trois poursuivants, constitué de Couzon, Badel et du tenant du titre Proietto, s'est formé sans chercher à prendre en chasse l'homme de tête que personne ne connaissait. « On l'a laissé partir et on a géré », rapportait le second du classement, qui avait déjà fini à cette place l'année dernière. À l'instar de Denis Badel (4e), mis à mal par des crampes au mollet, Jean-Franck Proietto n'a pas eu les ressources physiques pour défendre sa couronne. La faute à l'enchaînement de courses, qui lui verront préférer, l'an prochain pour ses 50 ans, la SaintéLyon au marathon du Beaujolais.

Ce qui est sûr, c'est que Stéphanie Ponthus (35 ans), résidente suisse mais originaire de Thonon-les-Bains, reviendra dans la région beaujolaise, après avoir battu son record personnel (3h13'10'') et remporté la course féminine, devant Michelle Leservoisier (3h19'58''), la lauréate en 2008.

Sur les 12 km, les Africains de l'AS Rispoli ont trusté les trois marches du podium aussi bien chez les hommes que chez les femmes. « Pour nous, c'était une course d'entraînement avant les Foulées Vénissiannes (aujourd'hui) », relevait Egide Manirakiza, battu au sprint par ses deux compères burundais, Emmanuel Nduwayo (1er) et Willy Nduwimana (2e). Du côté des filles, les deux Burundaises du club villeurbannais, Francine Nionizigiye et Godelieve Nizigiyimana, ainsi que l'Ougandaise Immaculate Chemutai sont arrivées ensemble. Mais l'ordinateur a désigné cette dernière comme vainqueur d'une cuvée 2009 historique : pour ses conditions météorologiques et sa fréquentation exceptionnelles. Avec plus de 1 700 participants enregistrés sur le marathon, les organisateurs ont battu leur affluence de 2007. Sur la 12 km, ils ont accueilli plus du double d'engagés, avec 2 400 dossards. « On est la première course du Rhône et le cap est tout trouvé pour l'année prochaine : nous viserons 5 000 coureurs, dont 2 000 sur le marathon », avance Alain Bouhy, le président des Beaujolais runners.

Thibaut Alex

samedi, 21 novembre 2009

Foulée Vénissiane, un gros plateau

leprog.jpgC'est une habitude : attirés par des primes substantielles, les cadors régionaux de la course sur route se retrouveront demain matin au départ des Foulées Vénissiannes. Au lendemain des 12 km du beaujolais nouveau où ils « s'échauffent » cet après-midi, les athlètes burundais de l'AS Rispoli seront en nombre au Parc de Parilly pour ce 10 km classant et qualifiant avec le vainqueur du semi-marathon de Bourg Willy Nduwimana, qui a déjà couru sous les 29 minutes, entouré d'Emmanuel Nduwayo et Egide Manirakiza. Les crossmen lyonnais Karim Talaouanou et Carlos Da Silva (Lyon Athlé) tenteront de leur résister le plus longtemps possible, tout comme Moussa Barkaoui (Fac Andrézieux), Quentin Willems (Décines Meyzieu A) ou encore Pierre Magand et Mickaël Fadeau (ESL). Chez les femmes, la victoire est promise également à une athlète des hauts plateaux du team Rispoli avec les Burundaises Francine Niyonizigiye et Godelieve Nizigiyimana ou l'Ougandaise Immacirate Chamutai. Pour cette 30e édition, les organisateurs de l'OMS de Vénissieux et de l'Afa Feyzin-Vénissieux ont remplacé l'habituel 5km par un semi-marathon. 090724-FOULEE-VISUEL.png

> 30e Foulées Vénissiannes demain. 10 km : départ à 9h ; 21km : 9h15. Inscriptions aujourd'hui à l'OMS de Vénissieux de 10h à 19h. Pas d'inscription demain avant le départ. > CROSS

MARATHON DU BEAUJOLAIS

leprog.jpgTandis que jeudi à l'heure du déblocage, on libérait des fûts des litres et des litres de primeur, les organisateurs du marathon et des 12 km du beaujolais nouveau, eux, fermaient les vannes. Stop, ils ne pouvaient absolument plus rien absorber ! Les listes d'engagement du millésime 2009 pleines à ras bord, ils mettaient prématurément un terme à la campagne des inscriptions, non sans avoir porté la jauge de 3500 à 4100 participants. Du coup, ce matin à Fleurie sur la ligne de départ du marathon (10h30), ils seront 1700 à espérer rallier le centre-ville de Villefranche par une température printanière, et 2400 dans l'après-midi à vivre l'expérience en plus petit sur 12 km depuis Arnas. C'est un double record qui fait de l'épreuve « la plus courue du département », se félicite le président des Beaujolais Runners Alain Bouhy. « Au niveau logistique, ce n'était pas possible de prendre plus de monde, regrette-t-il toutefois. L'an prochain, on fera en sorte de pouvoir accueillir 5000 participants. » Depuis 2005 qu'il a fait sa place au cœur des festivités liées à la sortie du vin nouveau le 3e samedi de novembre, le marathon du beaujolais - douze ans d'âge - a trouvé la bonne alchimie dans le plus pur style des épreuves festives sur le modèle du grand frère du marathon du Médoc (8500 inscrits en 2009). On court maintenant de toute l'Europe, et même d'un peu plus loin puisqu'un couple de New-Yorkais et un Tahitien seront au départ, pour se mêler à la foule bigarrée des marathoniens en habits de carnavaleux lâchés sur les flancs couleurs d'automne du vignoble, sans oublier les haltes dégustation dans les caves. Ambiance assurée.

get.aspx.jpg

Il y a aussi une course, une vraie, même si le record du monde ne sera jamais battu à Villefranche. Au fil des vainqueurs, se dessine aujourd'hui une forme de profil. Pour s'imposer à Villefranche, mieux vaut être un cheval de trait, certes affûté, qu'un pur-sang, pour résister à l'enchaînement des difficultés. Trois anciens vainqueurs se repiquent au jeu, le Suisse Jaunin, Mulot et surtout le tenant du titre Jean-Franck Proietto qui à 49 ans compte aussi deux SaintéLyon à son palmarès (1994 et 2007). Le Lyonnais, qui court sous la casaque de l'AS Rispoli, a peu couru cette saison et arrive très motivé : « L'air de la région me fait du bien », rigole-t-il. C'est lui qui détient la clé du triomphe de Joseph Rispoli qui avait déjà raflé le marathon en 97, 98, 99 (Jean-Pierre Brunet) et 2006 (Nyabenda), avant de réaliser un triplé l'an dernier avec les victoires sur le 12 km chez les hommes (Nizigiyimana) et les femmes (Niyonizigiye). Aujourd'hui, le « mécène villeurbannais » se verrait bien refaire main basse sur l'épreuve en déplaçant sur le 12 km son armada d'athlètes burundais emmenée par le vainqueur du semi de Bourg Willy Nduwimana.

Benjamin Steen

vendredi, 20 novembre 2009

Mehdi Baala médaillé Olympique

baala1109.jpg

En stage au Kenya avec Bouabdellah Tahri, c’est par Jean-Michel Dirringer, son entraîneur resté en France, que Mehdi Baala a appris la disqualification officielle du Bahreïnien Rashid Ramzi des Jeux olympiques de Pékin. Ce dernier, premier du 1500 m, a depuis été rattrapé par un contrôle positif à l’EPO-CERA. Le demi-fondeur français passe donc de la quatrième à la troisième place et décroche sa première médaille olympique. Le feuilleton n’est peut-être pas encore terminé puisque le Bahreïnien a encore la possibilité de faire appel devant le Tribunal Arbitral du Sport. Mais le sociétaire du Lille Métropole Athlétisme ne boude pas son plaisir. Heureux de réaliser un rêve de gosse, il aborde la saison à venir avec encore plus de motivation. Et confie qu’il abordera les Jeux de Londres en 2012 sans pression. Interview.

Athle.com : Mehdi, comment avez-vous régi en apprenant la disqualification officielle de Rashid Ramzi, qui vous offre du même coup la médaille de bronze olympique à Pékin ?
Mehdi Baala : Je l’ai appris par mon coach, Jean-Michel Dirringer. Je ne m’attendais pas trop à ce que ça arrive à ce moment-là. On m’avait plutôt parlé de fin décembre. Là, je suis très loin de la France. C’est un peu bizarre. Mais ça fait toujours plaisir. Etre en stage, loin de chez moi, c’est ma vie. Et, quelque part, ça me permet d’échapper à tout l’engouement médiatique. Ce n’est pas plus mal. Ça me motive encore plus alors qu’ici, au Kenya, l’entraînement est très dur.

Quel sentiment prédomine plus d’un an après cette finale olympique ?
Je ne vais pas le cacher, je ressens forcément de l’amertume. Il y a énormément de choses dont j’ai été privé. La joie du podium bien sûr ainsi que toutes les retombées de cette médaille de bronze et  les meetings auxquels j’aurais pu participer après Pékin. Mais une médaille olympique soulage toutes les douleurs.

Que représente un podium aux J.O pour un athlète de haut niveau ?
Ça n’a rien à voir avec un championnat du Monde. Les Jeux olympiques, c’est ce qui te fait rêver quand tu es un petit garçon. J’ai commencé à courir en les regardant. Mon premier objectif, ça a été d’y aller. Puis mes ambitions ont grandi. Mais le podium m’avait toujours échappé. Je termine quatrième à Sydney. Puis je suis victime d’une blessure à Athènes. 2012 me semblait loin, surtout à mon âge. Mais je compte bien y briller, surtout que j’aurai moins de pression maintenant. J’ai atteint l’objectif de ma carrière. La boucle est bouclée.


Comment vivez-vous ces contrôles positifs a posteriori, qui chamboulent les classements parfois plusieurs années après la compétition ?
Il y a forcément un peu de colère par rapport aux tricheurs. Mais ça montre les avancées de la lutte antidopage. Ça va faire peur à ceux qui veulent se doper. Ils pourront passer à travers les mailles du filet au début mais ils risqueront de se faire prendre pendant, je crois, huit années. Je pense que ça va également motiver les jeunes, souvent dégoûtés par la triche. Ils vont pouvoir voir les choses d’une autre manière.

Pour finir, un mot sur votre stage au Kenya en compagnie de Bouabdellah Tahri ?
Ça se passe bien. On a de bonnes conditions météo. Ici, c’est la guerre tous les jours. Les parcours de footings sont vachement plus vallonnés qu’en France et nous sommes en altitude, à plus de 2400 m. C’est extraordinaire. Tous les jours, il y a des mecs qui courent dans tous les sens. La première journée, on a dû croiser 250 athlètes. Ça m’a choqué. Pour l’instant, je fais mes séances seuls. J’ai participé à quelques footings avec les Kényans. Bob, lui, est avec eux. J’ai repris l’entraînement il y a peu de temps. Et on va enchaîner avec un stage en Ethiopie. Je commence tranquille. Je ne veux pas me griller.

Propos recueillis par Florian Gaudin-Winer pour la FFA

16:27 Écrit par La Com dans Athlétisme | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

Marathon à Lyon en 2010

image003.jpgL'association Oxigène organisatrice d'un 10km et d'un semi-marathon annonce sur son site internet l'organisation d'un Marathon avec un départ commun de Gerland, puis dans une seconde période les coureurs prendront des directions différentes dans les rues de Lyon.

Site officiel

mardi, 17 novembre 2009

Foulée Vénissiane

090724-FOULEE-VISUEL.pngRendez-vous ce dimanche pour la dernière course classante de l'année dans le Rhône avec la grande classique "Foulée Vénissiane".


Au programme 2009, le traditionnel 10km ainsi qu'un semi marathon.

Pour s'inscrire et aussi consulter la liste des inscrits au 17 novembre.

Marathon du beaujolais

logo2009.gifCommuniqué de l'organisateur :

Le succès important de notre « 12 km du beaujolais nouveau » nous oblige à modifier notre dispositif d’inscription puisque le seuil limite fixé à 2000 coureurs est aujourd’hui atteint (pour mémoire 1000 coureurs en 2008) ».

Soucieux d’apporter le meilleur service à nos coureurs, voici ce que nous avons donc décidé :

Vente de 400 dossards « 12 km » supplémentaires : attribution par ordre d’arrivée.

• Clôture définitive des inscriptions le jeudi 19 novembre à 19h00.

• Aucune inscription après cette date.

• Maintien du prix du dossard : 15 €.

Nous sommes désolés pour les personnes qui ne pourront être inscrites cette année et nous en excusons par avance. Rendez-vous en 2010.

Pour les heureux inscrits, bonne course … nous vous attendons en Beaujolais !

18:10 Écrit par La Com dans Actualité, Course sur route | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu