compteur

Avertir le modérateur

dimanche, 20 septembre 2009

Thérèse Cornet, la miraculée

cornettherese.jpgDéclarée morte le 2 août, la Lyonnaise court ce matin le 10 km

« Quand je vais accrocher mon dossard, c'est sûr, je vais avoir un pincement… » Un mois et 18 jours après avoir rencontré la mort, Thérèse Cornet court ce matin le 10 km en marge du semi-marathon de Lyon. Incroyable pour le personnel de l'hôpital de Turin qui lui a trouvé un surnom : la « petite Française miraculée des montagnes italiennes ».

Le 2 août, accompagnée de son mari André, cette Lyonnaise de 51 ans employée de La Poste au centre de tri de Saint-Priest, dispute le Chaberton-marathon, un petit trail de 22 km au-dessus de Briançon, à cheval sur la frontière italo-française. « Pour moi, c'était juste une petite épreuve de récupération », dit-elle. Trois semaines plus tôt, elle avait remporté le classement « vétéranes 2 » du Trail des Cerces (les 68 km en 11h28'31'') support des Mondiaux de la discipline… Mais rapidement, la promenade en montagne se transforme en chemin de croix pour la coureuse de Lyon Athlé pourtant rompue aux courses en raquettes. La pluie d'abord, puis un orage et enfin la neige s'abattent sur le mont Chaberton (3 131 m d'altitude). A 2700m, c'est le black out : « J'avais déjà froid, se souvient-elle. J'ai commencé à avoir du mal à respirer. Et plus j'essayais de respirer, moins j'y arrivais. Je me suis sentie mourir. »

Les yeux révulsés, elle tombe dans le coma. Arrivé à ses côtés, son mari appelle les secours. Un hélicoptère les trouve en 20 minutes et parvient à les rapatrier vers les secouristes qui la prennent en charge en état d'hypothermie (26 °C !). « Au bout d'1h15, raconte André, son cœur ne battait plus. Ils m'ont redonné son alliance, l'air de dire que c'était fini… Je leur ai demandé d'insister. On a eu une petite lueur d'espoir. Alors on est parti vers l'hôpital de Turin où elle s'est réveillée à 23h, douze heures après l'accident. »

Elle n'est pas tirée d'affaire pour autant. Si son cerveau n'a subi aucun dommage, on envisage de lui amputer les jambes… « Finalement, ma condition physique m'a sauvé la vie », estime-t-elle. Le 16 août, elle sortait de l'hôpital. Quatre jours plus tard, elle reprenait la marche sportive au Parc de Parilly. Puis elle a recouru, de plus en plus longtemps et de plus en plus vite. Au point de s'aligner ce matin sur le 10 km, juste pour le plaisir : « Même si je mets une heure, je serai contente. » André a prévu d'être là en simple spectateur : « Je vais la surveiller… J'aurais quand même une petite angoisse. C'est que j'ai vécu sa descente et sa remontée des enfers. »

Benjamin Steen

07:41 Écrit par La Com dans Athlétisme, C'est dans Le Progrès | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu